« Au début beaucoup nous ont ri au nez. Le savoir ne doit pas rester entre quatre murs ». Vie et Liberté » dans le Municipe Pedro Zaraza

lundi 9 novembre 2009

Le conseil communal Barrialito, du municipe Pedro Zaraza de l’Etat Guárico, est né d’une forte lutte de ses membres contre l’apathie et les doutes de certains des habitants de la communauté qui ont vu cela comme un échec, comme l’explique José Gerardo Quintana, membre fondateur du conseil communal : “La création a été très difficile, j’ai participé à un recensement maison par maison et beaucoup de gens du secteur nous ont ri au nez, mais nous avons persisté et c’est comme ça que nous avons commencer à avoir des résultats ».

Un des succès de ce conseil communal a été la construction de la “maison artisanale” comme ils l’appellent. Cette maison a été construite par les membres du conseil eux mêmes, où y trouve différentes activités comme le cercle de lecture.

Pour celui-ci a été installée une bibliothèque où l’on trouve des livres qui font tant référence aux processus bolivariens qu’aux autres processus révolutionnaires. On y réalise également des ateliers artisanaux, pour les enfants comme pour les adultes, comme l’explique un des maitre-artisan : “l’atelier de sculpture sur bois a pour objectif de permettre aux enfants de savoir eux-même exercer cette activité et qu’ils soient dans le futur eux-mêmes formateurs . Cela représente un vivier de savoirs, et tout cela permettra de construire une communauté d’artisans, le savoir ne doit pas rester entre quatre murs mais être diffusé.

Ce conseil communal a un projet appelé “Vida y Libertad”, (Vie et Liberté) considéré comme d’importance vitale puisque ce projet a pour finalité de stimuler les activités touristiques de la zone. Pour cela, ils ont eu l’idée de créer un zoo de proximité, pour que puissent aussi en profiter les membres de la communauté comme les personnes des autres secteurs comme l’explique Manuel, membre du conseil communal “pour ce jardin zoologique de proximité, nous avons déjà de nombreux oiseaux comme des éperviers par exemple, des cochons des montagnes et des tortues, cela mettant en avant la conscience rurale et créant l’opportunité de se distraire avec ce zoo chez les habitants qui sont en majorité des paysans.

Ils également mené un autre projet, l’élevage de poissons cachama, ils en possèdent à ce jours 2500 qui pèsent chacune environ 45 kilos. Avec ce projet, ils souhaitent augmenter largement la production de ce poissons, mais pour cela ils ont besoin d’un autre prêt pour passer à 10 lagunes de culture. Dans environ 9 mois, temps nécessaire pour que les cachamas arrivent à leur taille normale, ils auront 45 tonnes de poissons qu’ils distribueront ensuite aux réseaux de Mercal ou PDVAL.

Laynel Fumero

Traduction : Grégoire Souchay pour : http://www.larevolucionvive.org.ve/

About these ads

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s