“L’Union et l’Organisation populaire font la force”

Midi, Ciudad Bolívar, Municipalité de Heres. Justa vaque à ses occupations : le déjeûner pour sa fille qui s´apprête à partir à l´école. La scène se déroule dans une maison très pauvre. “Ah si je pouvais converser avec mes voisines, il y a la réunion de l’après-midi. Et mon Dieu, pourvu que le gaz ne manque pas… S’il s’en va, je suis foutue”. Un regard vers la cuisine : plus de gaz, justement !

“Jésus, Marie, Joseph ! Béni Créateur ! Pauvre de moi ! Dans ces zones populaires où on manque de beaucoup de choses, on invoque Dieu pour garder espoir. Justa dit à sa fille d’appeler une voisine pour l’aider à sortir la bonbonne et racheter du gaz. Rosa la voisine paraît aussitôt, elle n’a pas le temps. “Impossible à cette heure, y’a une voisine qui a eu le même coup, elle a marché deux jours pour trouver.” Justa dit qu’elle se résignera à faire un feu, qu’elle est fatiguée de ces bonbonnes, elle va chercher un mari et se marier.

NECESSITÉ +

Justa et Rosa veulent assister à la réunion annoncée pour l’après-midi. Les conseils communaux vont discuter du gaz. Elles arrivent chez un voisin, peut-on lui acheter du gaz ? Il n’est pas là. Mais la femme propose d’acheter la bonbonne, laissez-la moi. Justa la lui laisse. En repartant elle demande à Rosa de l’aider à faire un feu, celle-ci lui répond qu’elle ne sait pas comment. Justa lui rappelle le vers : ” Une vraie paysanne, ça allume le foyer comme vous ne pensez pas”.

Quand Justa et Rosa arrivent à la réunion des Conseils communaux, une femme vient de saluer tous les participants. “La réunion vise à résoudre les problèmes urgents. Comme celui de Justa qui n’a plus de gaz.”. “Aujourd´hui nous ne cuisinons plus au bois, profitons des services de l’État, des technologies qui arrivent chez nous ». Elle présente Carlos Leal, de l’équipe du contrôle social, qui va les orienter sur comment monter des équipes d’énergie. “Quel est le problème principal dont souffre la communaute ?” De nouveau surgit le problème du gaz, puis l’eau qui manque beaucoup. “Avec les équipes d’énergie on peut obtenir des avantages (comme les bonbonnes)”.

LUTTE =

Omaira Romero est membre d’une équipe d’énergie : “Pour entreposer 32 bonbonnes de gaz communal, il faut un espace de 2×2 par sécurité. Il faut recenser car tout dépend de la densité de la population, on peut augmenter le nombre de bonbonnes”. A ces mots, une voisine offre sa maison comme entrepôt. Omaira donne le prix du gaz : 2700 bolivares à l’achat et 3700 à la vente, celle de 10 kilos. On inspecte la maison offerte par la femme, l’espace est conforme. On lui explique que l’approvisionnement aura lieu trois fois par semaine. L’équipe d´énergie vient de se former, la population vient de conquérir le service du gaz communal.

Source : La Revolución Vive

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s