« Presque tous m’ont dit que j´étais fou »

Dans la paroisse d´El Valle (District fédéral), secteur Zamora, se trouve le Conseil communal du même nom. Ses membres savent que l’organisation et l’unité sont les clefs qui permettront de résoudre de manière efficace les problèmes persistants dans les quartiers populaires. Avant de s`organiser en Conseil communal, ces citoyen(ne)s avaient créé il y a quelques années une coordination de voisins, sans résultats probants faute de savoir vers quel organisme se tourner pour résoudre les problèmes.

Cette situation a fait que de nombreuses personnes abandonnent l’organisation, laissant place à l’apathie. Mais un des voisins, Gerardo Aguilera, n´acceptait plus la détérioration des camalisations d’eau usée ; il a proposé de s´unir en alertant sur le risque encouru par tous si les canalisations venaient á se rompre. Il a parlé avec chacun des voisins. Ceux-ci se moquaient de lui et le traitaient de fou. « Presque tous m’ont dit que j´étais fou. Quand je partais travailler je pleurais parce que je voulais en sortir mais seul je ne pouvais rien ». Aguilera n’a jamais baissé les bras. A force de discuter avec les habitants, ceux-ci ont fini par prendre conscience de leurs problèmes et ont décidé de former le Conseil communal.

Ce Conseil des habitants a visité beaucoup d’institutions comme la Mairie de la municipalité Libertador, FundaCaracas et Fundacomun. Avec cette dernière institution ils ont réalisé un Projet Communal baptisé “Zamora-les-toits-rouges”. Ce projet vise à créer des maisons neuves à partir d’une structure métallique et anti-sismique, ainsi qu´à réhabiliter celles qui avaient des problèmes de façade et dans la structure. Tout ceci est le fruit d’un diagnostic communautaire et participatif où tous les problèmes furent étudiés par les habitants eux-memes.

L´important ne fut pas seulement d’obtenir un bénéfice physique (maisons), mais aussi d´enclencher uu processus de reconnaissance de l’autre, puisque les voisins se sont rapprochés et unfiés et ont pu découvrir des problématiques invisibles jusque là, vécues à l´intérieur des foyers. Pour Marbelis Coronado (membre de l’unité financière du Conseil communal Zamora) « avant on ne s’occupait que de vivre chez soi ou d´aller de chez soi au travail sans s´intéresser à la vie du voisin, ni se préoccuper des situations de précarité vécues par chacun d´entre nous. Ensemble nous avons produit un diagnostic des problèmes économiques, sociaux, d´infrastructure qui affectent nos quartiers ».

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s