Huiles Diana : « La révolution n´avance que si nous la faisons nous-mêmes »

« Nous ne travaillons plus seulement pour le profit d’une entreprise ou d’un actionnaire majoritaire, mais pour le bénéfice collectif ». José Gabriel Rodriguez (travailleur de “Huiles Diana”).

L’entreprise “Huiles Diana” passe par une transition cruciale, celle d’une entreprise capitaliste comme modèle privé et exploiteur, à une entreprise socialiste dotée d´une vision différente, plus humaine, plus solidaire, plus fraternelle et plus engagée vis-à-vis du pays. L’entreprise allait être rachetée par une trasnationale dont le plan était évidemment de la liquider. Mais les travailleurs ne sont pas restés les bras croisés et avec l´aide de l’État ont réussi à la récupérer. De cette manière il a été possible de la nationaliser, étant donné que les anciens propriétaires l´avaient abandonnée et ruinée.

Aujourd´hui Diana est une entreprise de production sociale filiale de PDVAL (nouvelle entreprise publique de production/distribution d´aliments à bas prix pour la population), en fonctionnement depuis un an. Elle donne la priorité aux travailleurs et a réussi à maintenir une production continue et régulée. Auparavant, nous explique Enrique Padilla (travailleur), la direction renvoyait les employés chez eux pendant trois ou quatre semaines, en alléguant des manques de matière première (soya ou emballages) mais il s´agissait de mensonges pour baisser les moyennes des travailleurs de manière arbitraire et les écarter ensuite. De nos jours les travailleurs de Diana jouissent d´un emploi stable. Une entreprise qui avait une production mensuelle de 200 tonnes est passée aujourd´hui à 3500-4500 tonnes. Le camion quotidien s´est multiplié aujourd´hui en 36. voire 40 camions.

« … Désespérés les travailleurs et toutes les familles ont cherché l´aide du gouvernement révolutionnaire, il a répondu immédiatement. Ainsi nous avons pu assumer notre responsabilité, racheter l´entreprise, il ne s´agissait pas de l’exproprier ; de nous en emparer mais tout au contraire de venir en aide aux travailleurs laissés pour compte… » nous explique Angel Orsini (Coordinateur de Développement Social de « Huiles Diana »).

Actuellement tous les travailleurs de “Huiles Diana” jouissent d´une couverture-santé HCM de 115 mille Bsf pour chaque travailleur et chaque famille. Un front socialiste de travailleurs s´est organisé, un des rares fronts qui existent dans l’état de Carabobo. Ce front cherche à intégrer les conseils communaux et la communauté en général popur donner un bon exemple aux capitalistes que les travailleurs ne sont qu´un et que la lutte est de tous. Ils disposent d´un marché populaire de PDVAL dans l’entreprise, recoivent des étudiants, bref, partagent des savoirs, prennent les décisions.

« …je recommande à la gérance de Diana-PDVAL qu’on développe davantage la formation sociopolitique des travailleurs, pour qu’on s´humanise un peu plus… » s’exclame Iván López (superviseur à “Huiles Diana”). Dans l´entreprise, grâce à la régularisation de l´approvisionnement en matière première, il n´y a plus d´interruptions de travail comme avant, quatre lignes productives sont en activité : 1. Huile sous plusieurs présentations. 2. Margarine de table ou industrielle. 3. Savon. 4. Beurre.

Dans sa recherche de la souveraineté alimentaire le peuple a maintenant la garantie de l’accès à un produit régulé, à des prix justes. « … “Huiles Diana” PDVAL est le meilleur exemple dans l´État Carabobo ». La révolution n´avance que si nous la faisons nous-mêmes, si nous ne la faisons pas, nous sommes perdus… »

 

Source : La revolución Vive

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s