« On peut aller à n´importe quelle boulangerie, impossible de trouver le même goût”

Dans le District Capital du secteur Sucre – Secteur Valle Abajo de l´Axe Gramoven, des femmes préparent une pâte, mélangeant le beurre, le nectar de mélasse rapée, la farine de blé, les oeufs. Elles vendront 1bolivar fort ces gâteaux, couques,pains aux habitants de la communauté.

Marcos Galvez (boulanger qui habite l´axe Gramoven) : “c´est un projet de fabrique de pain et de pâtisserie, né d´une étude réalisée par la communauté et qui nous a amenés à nous poser des questions telles que ¿de combien de personnes disposons-nous ? ¿de quelles machines avons-nous besoin ?

La communauté compte 200 boutiques, mais les boulangeries les plus proches sont celles de Catía, ce sont des boulangeries gérées par des personnes qui se sont enrichies pendant des années, qui ont exploité beuacoup de gens, qui ont commencé avec une et qui maintenant en ont cinquante”.

La plus grande richesse, celle que nous voulons pour notre communauté, c´est de pouvoir dire dans dix ans : ¡faites-vous belles, débarquent vingt avocats et ingénieurs parmi les fils et les filles de chacune des femmes et de toutes les personnes qui travaillent avec nous !

Les pains, les voilá… tout chauds au sortir du four, prêts pour la vente de porte á porte dans toute la communauté. Les femmes se préparent pour que chacun en profite.

“Nous achetons du sucre et du lait à bas prix, tout ce que nous pouvons acheter au PDVAL ou au Mercal, et tous les ingrédients qui manquent chez eux et que nous sommes obligés d´acheter ailleurs. Nous vendons la couque à 1 Bolivar fort. On peut aller à n´importe quelle boulangerie, impossible de trouver le même goût” nous assure Ana Wilkar (porte-parole du réseau socioproductif)

Tous ces projets ont un profil particulier : en plus de la dimension sociale, il s´agit de mettre en commun les connaissances.

Ana Wilkar : “A part l´apprentissage nous produisons, nous vendons au prix le plus démocratique, le plus accessible à tous”. Une compagne ajoute : “dans nos mains se trouve un futur où toutes et tous nous aurons droit de cité”

Le gouvernement du secteur travaille avec tous les conseils communaux et les comités de terre (CTU) de l´ Axe Gramoven. Ce gouvernement local prend en compte tous les habitants en général. Le cabinet socioproductif est un des dix cabinets qui forment le gouvernement du secteur. Ce nom n´est pas un mot isolé, un caprice de vocabulaire, pour nous le gouvernement du secteur est une équipe dirigeante, qui planifie les politiques publiques sur l´aire géographique de l´axe 3 de Gramoven.”

Source : La Revolución Vive

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s