« Assez de ces profiteurs de la force de travail d’autrui » : le développement endogène dans les villages de pêcheurs de Sotillo de Puerto la Cruz

Le développement endogène dans les villages de pêcheurs dans le municipe Sotillo de Puerto la Cruz dans l’Etat Anzoátegui, au bord de la mer des Caraïbes est à l’avant-garde de la construction du pouvoir populaire et de l’intégration sociale.

Pour avancer dans la construction du processus révolutionnaire il est nécessaire que les jeunes prennent les rênes et soient à l’avant garde de celui-ci, comme promoteur d’une nouvelle société où l n’y aura plus aucun vestige d’exploitation et d’exclusion, où tous et toutes participent et prennent les décisions. C’est donc pour cela que les villages de pécheurs artisanaux de l’Etat Anzoátegui sont en train de faire un saut qualitatif en se formant et s’instruisant des techniques de pêche, en promouvant la conscience révolutionnaire socialiste. Ce qui leur permet d’avoir non seulement une formation technique mais également des débats politiques.

Les objectifs fondamentaux de la création de cette école de pêche artisanale sont la formation des pêcheurs avec une nouvelle vision socialiste où le développement soit plus communautaire et global, où le pêcheur partage ses captures avec les communautés. Ainsi ils utilisent des mécanismes pour en finir une fois pour toute avec l’exploitation et l’inflation, sans oublier que c’est une forme de travail où la production reste entre les mains de la communauté qui en bénéficie directement. Ces jeunes en cours d’étude reçoivent les formations dans les domaines de création de réseaux, de l’amarrage, des treuils, des techniques de pêches artisanales comme forme écologique de préservation de l’écosystème, en contraste total avec les pratiques de pêche avec les chalutiers que les grandes entreprises ont imposées et qui sont dangereuses pour l’environnement.

Ces profiteurs de la force de travail d’autrui ; comme le disent les pêcheurs à propos de leurs patrons, se repaissent de leur pouvoir et jouent avec les besoins vitaux du peuple en leur donnant du travail de court terme et mal payé, avec un salaire insuffisant pour survivre. Les accidents qui arrivent à ces pêcheurs occupèrent réunions sur réunions depuis 16 mois où ceux ci se retrouvent pour parler politique et trouver des solutions pour résoudre leurs difficultés, avec ce courage qui leur permis d’obtenir des résultats positifs en intégrant des jeunes issu d’un milieu oisif et qui furent attirés par ce nouveau mode de vie leur permettant de s’intégrer à la société.

Cette lutte leur donna 8 mois de cours et ils arrivent aujourd’hui sur le point de passer à la classe supérieure tout en continuant la pratique de la pêche. Avec cette forme d’organisation, ils purent faire différentes expériences, de forums, assemblés, débats, congrès ou sommets.

Betzany Guedes

Traduction : Grégoire Souchay pour http://larevolucionvive.org.ve/

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s