Víctor González, porte-parole du Front National des Pêcheurs et aquiculteurs Simon Bolivar : « Attaquer la Loi de la Pêche et de l’Aquaculture, c’est attaquer directement les pêcheurs artisanaux ».

Le dirigeant affirme que les propriétaires des bateaux n’ont pas respecté le processus de reconversion démarré, il y a quatre mois, c’est la raison pour laquelle il a proposé de créer une commission mixte.

Des pourparlers vont être entamé avec la participation des marins au chômage et des pêcheurs artisanaux.

Víctor González, porte-parole du Front National des Pêcheurs et des producteurs d’aquiculture Simon Bolivar, présent dans les états de Carabobo, Nueva Esparta et Sucre, a affirmé qu’ils ont remis 462 crédits à leurs compagnons sans emploi et il a clarifié que « les marins n’ont pas été choisis, comme le prétendent certains médias, les réponses ont été donné au fur et à mesure de l’avancement du recensement par Insopesca (Institut Socialiste de Pèche et d’Aquiculture). Il existe d´ailleurs 482 nouvelles demandes en cours, dont 188 sont déjà approuvées ». Les pêcheurs ont souligné qu’ils soutiennent la tâche entreprise par Insopesca afin de promouvoir la reconversion de la pêche.

Lors de la conférence de presse effectuée dans le siège du Ministère du Pouvoir Populaire pour l’Agriculture et les Terres (MAT) dans la ville de Coro, État de Falcón, le porte-parole du Front des Pêcheurs, Víctor González, a rejeté les actions menées à bien par un groupe d’anciens travailleurs de la pèche au filet traînant, dévastateur pour la faune marine.

En ce qui concerne les marins ayant protesté la semaine passée devant le siège d’Insopesca, de la Communauté falconiana de Las Piedras, s’opposant ainsi à la gestion du Gouvernement Bolivarien, le porte-parole a assuré : « Ils ne représentent pas les pêcheurs de la zone, ce sont de simples opérateurs des partis politiques d’opposition, ils ne représentent aucunement la majorité des anciens travailleurs de la pèche au filet traînant ».

González a assuré que les propriétaires des bateaux n’ont pas respecté le processus de reconversion entamé il y a quatre mois. C´est pourquoi il a proposé de créer une commission mixte entre les anciens travailleurs de la pèche au filet traînant, ainsi que différentes institutions gouvernementales telles que l’Assemblée Nationale, afin de faire un suivi de ce processus.

À ce sujet il poursuit, « nous voulons une inspection avec l’ensemble des pêcheurs au chômage du secteur de la pèche au filet traînant, afin de constater que ces bateaux soient effectivement reconvertis. Sinon, nous solliciterons leur expropriation pour que les travailleurs de ces unités puissent récolter les aliments pour le peuple ».

Dans ce but, on a annoncé le début d’une série de pourparlers où prendront part les marins au chômage, les pêcheurs artisanaux, les fonctionnaires de la Defensoría del Pueblo et l’Insopesca dans le but de définir des solutions pour la problématique de reconversion des navires.

Il convient de souligner que les porte-parole du Front National et Régional des Pêcheurs et d’aquiculteurs Simon Bolivar ont fait connaître le rapport dans lequel hypothétiquement un groupe de chercheurs affirme que l’activité du filet à la traîne sera réactivée. Ce n’est qu’une rumeur résultant d’une enquête effectuée auprès de quelques et biologistes représentant les intérêts des chefs d’entreprise.

FUENTE : Correo del Orinoco / RNV http://www.rnv.gov.ve/noticias/audi…

Traduction : Ronnie Ramírez, collectif Vive Belgique

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s