“les conseils communaux doivent effectuer un contrôle social pour améliorer les services de Mercal”

lundi 9 novembre 2009

la coordination de Mercal Zulia dispose aujourd’hui de 4 mercales ré-inaugurés plus un plan d’amélioration. De plus, 6 des 13 centres d’approvisionnement d’aliments ont été classés par la Gérance Nationale de Logistique comme étant de niveau I, soit de meilleure catégorie. C’est de cela et d’autres amélioration du service mais aussi des inconvénients et des difficultés existantes aujourd’hui que nous entretient le coordinateur régional des Mercal, Johnny Galindo. Il souligne l’importance que le contrôle social soit effectué par le conseil communal lui même.

Quels sont les produits les plus demandés ?

“Le thon, le lait, le sucre et le poulet, dont nous maintenons constamment l’approvisionnement. Nous garantissons nous même cet approvisionnement en mettant en œuvre un mécanisme de contrôle quotidien qui nous permet de savoir quel produit manque ce qui nous permet de pouvoir contacter les modules pour leur envoyer le nécessaire immédiatement, grâce à l’unité d’Approvisionnement.

Contrôle social

-Comment faites vous pour combattre la contrebande des produits Mercal ?

Nous nous sommes réunis avec PDVAL, les Forces armées Bolivariennes, Corpozuelia, CICPC (police nationale) et d’autres organisations de sécurité, et avons mis en route un plan pour démanteler les foyers de contrebande qui sont un problème national, et qui touchent les Etats en zone frontalière. Ces propositions ont été envoyées au Gouvernement afin de créer des lois pour réguler et contrôler cette situation.

-Et dans l’immédiat ?

Nous avons constitué une commission dont sont membres la Garde Nationale et l’armée qui se concentre sur les centres d’approvisionnement proches de la frontière (Mara, Páez, Catatumbo) pour éviter l’export et a contrebande. Également, nous travaillons sur la stratégie d’approvisionnement pour amener aux communautés les produits dont elle à besoin, soit, selon les nécessités et non selon la demande, ainsi nous pouvons réorienter les habitudes de consommation.

-Comptez-vous sur la participation des conseils communaux ?

Avant cette réunion, a été mis en œuvre une commission d’approvisionnement dans l’Etat de Zulia, où sont engagés Sada, Indepabis, Mercal et les Conseils Communaux. L’idée est de conscientiser les communautés et les conseils pour créer une culture d’intelligence sociale ; dans ce sens, nous avons réunis les différents responsables des modules de Mercal et les conseils communaux et nous avons établis les fonctions respectives de chacun, dans une optique de complémentarité.

Les conseils communaux peuvent-ils avoir des informations sur les quantités et produits et sur la gestion des stocks ?

Ils ont toute la potentialité de demander des renseignement sur les quantités d’aliments qui existent dans les inventaires des modules et dans les centres d’approvisionnement, y compris ils peuvent venir voir au siège central de Mercal Zulia.

Source : RNV / Courrier de l’Orénoque Traduction : Grégoire Souchay pour :http://www.larevolucionvive.org.ve/

Source : El Correo del Orinoco

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s