Deux coopératives – Rio Limon 35 et Textilven – se rencontrent pour échanger leurs expériences

samedi 21 novembre 2009

Dans la paroisse San Rafaël de Mojar, de l’État Zulia, une camionnette transporte les compagnes de la coopérative Textilven qui ont décidé de visiter les membres d´une autre coopérative : Rio Limon 35. Cette rencontre a été organisée dans le but de se connaître, d´échanger les méthodes de travail et de se renforcer mutuellement dans le domaine du travail social.

La coopérative Rio Limon 35 reçoit le groupe de Textilven, commence le parcours et explique les premiers pas – quand on ne disposait que de quatre petites machines – jusqu’au moment où celles-ci se sont avérées insuffisantes et qu´on a décidé d’acheter une grande machine pour pouvoir produire beaucoup plus.

La coopérative est formée par le premier groupe de femmes diplômées par la Mission bolivarienne de formation professionnelle “Vuelvan caras”. La coopérative Textilven, elle, s´est créée il y a un an et a acquis ces machines par son propre effort, au fur et à mesure qu´arrivaient les contrats ; on a acheté peu à peu quatre machines à coudre, deux fileuses et une coupeuse.

Les compagnes qui forment la coopérative Rio Limón racontent à leurs compagnes de Textilven qu’elles ont de bonnes relations avec le Fonds de Crédit Industriel (FONCREI) et peuvent les conseiller pour demander un crédit. Le plus important pour que soit approuvé ce dernier est que les coopératives formées soient basées sur l’union et les valeurs bolivariennes comme la solidarité et l´égalité. Dans le groupe personne n’avait de formation complète et c´est par l´entraide colelctive qu´elles ont réussi à mener à bien leur projet.

A Rio Limon 35, quelques compagnes sont passées initialement par un long processus d’apprentissage pour vaincre leur manque de connaissances. Ttoutes sont maintenant travailleuses intégrales : elles cousent les col ou boutons, assemblent les chemises.

Les deux coopératives pratiquent des prix solidaires mais, en outre, font du travail social en faveur de leurs voisins ; la devise est : « La Communauté avant tout ». Parfois elles ne peuvent se déplacer jusqu´à la Communauté pour l’aider à résoudre ses problèmes, dans ce cas elles choisissent de donner des articles aux personnes et aux enfants qui en ont le plus besoin.

Rio Limon cherche à développer à long terme un grand projet qui génèrera davantage d’emplois : un magasin de vêtements à Santa Rosa pour donner un nouvel élan au modèle économique du développement endogène et pour nouer un contact direct avec les communautés concernées.

Traduction : Thierry Deronne, pourwww.larevolucionvive.org.ve

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s