Chronique de la naissance d’une usine d’emballage socialiste dans le Guarico

vendredi 4 décembre 2009

Cette usine d’emballage se trouve dans le Guarico, plus spécifiquement dans le secteur Roblesito, et cherche la contribur à la souveraineté agro-alimentaire en distribuant les produits au marché populaire, comme dans les Mercal et PDVAL (supermarchés à bas prix). Actuellement, sont emballés des haricots, des petits pois, des lentilles, etc.. avec un qualité quasi parfaite qui n’a rien à envier aux entreprises capitalistes. L’entreprise compte 34 travailleurs qui touchent tous les 15 jours les bénéfices, plus les congés payés, les ticket-restaurants et la sécurité sociale. Ici, chacun joue un rôle important et tous sont à égalité, sans discrimination.

Toutes les usines sont appelées unités de production sociale, les dirigeants ne sont pas une famille de grands entrepreneurs riches mais simplement un groupe de personnes prêtes ) travailler pour la souveraineté alimentaire du pays, l’entrepris est désormais aux mains de l’Etat mais petit à petit le peuple, à travers divers ateliers de formation, est en train de prendre le pouvoir ; comme il le fait avec les conseils communaux, les coopératives du type des Fundos Ezequiel Zamora ou les conseils paysans, pour assumer pleinement le contrôle des entreprises socialistes, concrétiser les objectifs de production et faire en sorte que ces produits arrivent dans chaque maison vénézuelienne.

Pour l´aspect technologique, d’autres projets sont menés comme celui de créer un autre hangar similaire mais plus étendu, pour construire des silos chauffés pour améliorer le stockage, de nouvelles poulies, des machines qui trient mieux. Tout cela permettra d’améliorer l’emploi et la productivité.

Avant, la naissance de ces entreprises de production socialiste, les petits producteurs n’avaient pas de débouché pour leurs produits et n’avaient aucun appui. Le plus souvent leurs denrées tombaient entre les mains de groupes capitalistes qui les exploitaient. Ou d’intermédiaires qui acheminaient les produits dans les grandes villes en augmentant exagérément les prix. Désormais, ils savent où aller et ils sont payés à temps et au prix juste pour leur travail.

Betzany Guedes

Traduction : Grégoire Souchay pour : http://www.larevolucionvive.org.ve/

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s