Conseil Communal Luis Torres ou la lutte en pratique pour obtenir des avancées pour la communauté

mardi 5 janvier 2010

La volonté d’aller de l’avant d’une communauté ne doit pas rester un simple désir, ce désir doit se mettre en pratique et le sentiment d’appartenance devenir un élément stratégique. C’est ainsi que l’on peut obtenir une grande partie des avancées nécessaires qui bénéficient à tous les membres d’une communauté.

C’est cet élément qui a prévalu dans le secteur Luis Torres de Valle de la Pascua dans l’Etat Guárico, où un groupe de voisins fatigués de la situation dans laquelle ils vivaient ont mis en pratique leur volonté pour transformer leur secteur et leur communauté en un espace de qualité..

Pour cela, ils ont réalisé ensemble deux projets importants. Le premier a été la construction d’un stade pour que les enfants disposent d’une enceinte où pratiquer leurs sports. Le second a porté sur l’installation de système d’évacuation d’eaux usées et de canalisation pour l’eau potable.

Cette communauté ne disposait pas d’eau courante et encore moins d’un système d’égouts. Problèmes à résoudre d’urgence comme l’explique Enrique Díaz, chargé d’exécution de l’œuvre : “le plus important est que nous travaillons collectivement avec la communauté elle-même. Nous avons pratiquement achevé la construction des canalisations d’eaux potables et d’eaux usées. Les canalisations sont enfouis à 2,5 m. de fond et sur 2,4 m. de large. Un collecteur d’eau a également été installé pou récolter les eaux de pluie. Ainsi nous n’aurons plus aucun problème d’eau ce qui va grandement changement notre vie quotidienne”.

Il faut souligner que ce projets de tuyauterie a été exécuté avec une nouvelle technologie basée sur des tubes en plastique au lieu des anciens tubes qui se perforaient sous l’action du gaz méthane. C’est donc un travail de long terme qui a été entrepris.

L’autre projet actuellement réalisé est la reconstruction des rues, d’importance vitale, car lorsque commence la saison des pluies, celles-ci sont tout bonnement impraticables, traversées par des torrents de boue comme le rappelle une des voisines : “ces chemins de terre nous compliquent énormément la vie, quand il ne pleut pas, nous devons quand même rester calfeutrés chez nous, portes et fenêtres fermés, le vent faisant tourbillonner la poussière dans tous les sens et salissant les maisons. Et quand vient le temps des pluies, c’est une autre paire de manches : on doit mettre nos chaussures dans des sacs plastiques, on s’embourbe à chaque pas. Mais grâce à l’action du conseil communal, les problèmes de la communauté ont été résolus. Les engins de chantiers sont déjà là et les travaux commenceront à faire de nos rues ce qu’elles méritent d’être ».

Laynel Fumero

Traduction : Grégoire Souchay pour : http://www.larevolucionvive.org.ve/

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s