Enfin un journaliste objectif et impartial à Caracas !

lundi 25 janvier 2010

Vous vous en doutez, si j’ai assisté à la manifestation de ce 23 janvier, ce n’est que par considération purement journalistique visant à décrire le plus fidèlement le déroulement d’un de ces rassemblements dont la vocation n’est que d’appuyer le régime. On m’a prévenu d’ailleurs, un ami bien informé m’a dit qu’il avait entendu un de ses cousins dire qu’un ami a lui avait vu des militaires entrer dans les maisons pour forcer les gens à aller manifester.

Ainsi donc, suivant l’appel du Gouvernement, je me rend deux heures après le départ sur le point d’arrivée de la manifestation, à proximité du centre-ville. Evidemment, je n’ai pas été surpris de voir qu’il n’y avait personne, que c’était tout juste à moitié vide, et qu’il n’y même pas de personnalité politique sur l’estrade. Les « gens » aux alentours m’ont dit que c’était parce que la manifestation n’était pas encore partie.

Rassuré sur la véritable capacité de mobilisation de ces socialo-communistes rouges à casquettes, je me dirige vers le centre ville histoire de déguster un entremet au restaurant français le plus proche.

Le problème c’est qu’à cause de ces jeans-foutre, toutes les rues étaient désordonnées. Tous les deux cents mètres, un petit groupe écoutait un muezzine bolchévique le faisant le sermon en criant des « viva Chavez » et autres signes d’aliénation collective. A certain moment on croirait presque qu’une manifestation se déroule, mais je ne me laisse pas avoir, je sais bien que cela ne peut être vrai.

Sur les coups des 14h, je me décide à retourner sur le point d’arrivée de l’action : la place O’Leary.

Et là je ne sais pourquoi, mais les gens se sont unis pour m’empêcher de passer ! Impossible d’approcher plus près. Certains arguent du fait qu’il y avait trop de monde.

Sottise, je vois bien qu’il restait encore de l’espace au beau milieu de la fontaine.

Bien décidé à ne pas me laisser abattre je me fraye un passage, en m’offrant au passage un casquette couleur locale, histoire de m’infiltrer au cœur de la populace sans être identifié.

Après moultes coups de coude et de fesse et un certain nombre de pieds écrasés, j’arrive enfin à 4 mètres des barrières marquant la fin du territoire autorisé. Devant moi une pancarte : « je donnerais tout pour pouvoir t’embrasser ». J’ai cru un instant qu’il s’agissait de moi. Dommage.

Il est 15h.

Venu du fond de l’avenue, à présent toute aussi bondée que là où je me trouve, descend une camionnette avec à son bord un type, qui fait des signes de la main. Il semble que cette personne relève d’une certaine importance étant donné le mouvement d’hystérie collective qui se déclenche à sa vision.

Enfin, hystérie serait un mot beaucoup trop faible, ça crie, ça hurle, ça court vers la camionnette, sans se préoccuper des risques importants qu’il y a à se faire écraser sous un pneu. Irresponsables.

Le type perché sur le toit de la camionnette sourit, et quand il regarde dans la direction de quelqu’un, celui-ci hurle. Rarement on a vu pareil spectacle, sauf peut être à Rome avec Jean Paul VI.

La voiture passe devant moi, sans laisser le temps aux journalistes aux alentours de poser une seule question au type. Quel toupet !

Et puis des balcons aux alentours, des gens balancent des confettis. Enfin le type arrive sur l’estrade.

Les gens hurlent des cris animaliers tels « Uh Ah, Chavez ne s’en va pas »

Et voila que le type commence à prendre la parole en chantant l’hymne national. J’en suis désormais sûr, il y a un grand péril nationaliste ici. La preuve ? Tout le monde chante autour en choeur, plus ou moins juste (ne peuvent-ils pas prendre des cours de chant à la fin ? c’est agaçant pour les oreilles sensibles)

Il enchaine avec deux trois autres chansons connues également du public. Je commence à comprendre qu’il s’agit d’un amuseur public. en attendant, je suis comprimé entre une « représentante de la mission santé » et un membre du « front national (mouvement raciste ?) paysan Ezequiel Zamora. Je révise ma Bible, Ezequiel était une figure maléfique de l’Ancien Testament, difficulté à respirer, mais je dois rester, pour l’honneur de l’information juste et équilibrée.

Et puis il commence son discours, sous les cris toujours plus animaliers d’une foule qui ne l’écoute pas. Enfin ils se taisent (c’est agaçant vraiment), les quelques groupies à l’avant daignent baisser leur drapeau pour permettre aux autres groupies de voir le spectacle.

Bon le type parle, parle parle, en fait de parler, se répète un peu beaucoup.

« Vive les femmes, vive la révolution, vive la socialisme »

Apparemment, ce qu’il raconte à un tout petit peu d’impact sur la foule qui crie de plus belle.

Au dessus de lui, un écran géant montre le type, puis montre la foule. Il semble qu’il y ait du monde.

Mais on ne sait jamais. Décidé à rendre compte de la réalité de la supercherie (puisque tout ceci est une mise en scène bien entendu), je remonte les avenues adjacentes. Non elle sont vraiment bondées. L’autre avenue … aussi, sur encore 200 mètres. Et plus bas ? Également. Mais enfin, il y a vraiment des centaines de milliers de personnes dans la rue ?

Avec toute la mauvaise volonté que l’on peut admettre vis-à-vis de ce genre de sotterie, il faut admettre que oui, il y a vraiment tout ce monde. Et les trois quarts d’entre eux portaient des t shirt, casquettes, drapeaux, rouges, signe qu’ils ne sont pas tout à fait inconscient de pourquoi ils sont là. Mais bon dieu, rentrez chez vous, ça ne sert à rien, vous ne passerez pas à CNN, qu’est-ce que vous croyez ? Vous ne vous rendez pas compte que vous êtes en train d’appuyer démocratiquement une dictature sanguinaire qui outrepasse la liberté de consommation et de spéculation ?

Alors bon, résigné, découragé par tant d’acharnement à détruire ma haute et juste pensée journalistique, je m’en vais, suivant une des avenues, toujours bondée, en fait, on peut croiser des manifestants pendant encore près d’un kilomètre. 1h plus tard, arrivé à mon logis, je regarde Globovision, la véritable télévision : il semble qu’il n’y a pas eu de manif place O’Leary aujourd’hui, seulement un rassemblement de l’opposition dans les quartiers de l’est, avec un très très très grand succès. Je regarde les images … comparativement, c’est quand même un bel un échec pour les forces de la liberté.

Et puis finalement je me rassure, puisque je sais pertinemment que demain l’on ne verra que cette seconde manif là dans les médias occidentaux et nullement la première.

Re-motivé, et bien décidé de rendre compte de la réalité objective d’un pays dictatorial sans liberté d’expression j’entame mon article à paraitre demain qui s’intitulera : « malgré les pressions du régime, la population du Venezuela a boycotté massivement la parade militaire du dictateur ».

Qui ira vérifier ?

En direct de Caracas, JPL, pour Le Monde de la désinformation.

Post Mortem : On annonce que c’est un confrère d’El pais, journal espagnol toujours objectif et jamais partisan, qui s’est rendu coupable de couvrir cette manifestation :http://www.rebelion.org/noticia.php…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s