Venezuela: la santé des morts

Meeting de Hugo Chávez à Mérida (Andes vénézuéliennes), septembre 2012. Photo : AVN.

En avril 2012, Walter Mercado, le plus célèbre astrologue latino-américain, avait prédit la mort imminente de Hugo Chávez. A la fin du mois de mai, le journaliste états-unien bien connu Dan Rather, rédacteur de la chaîne cablée HDNet, assura que le mandataire vénézuélien souffrait d’un cancer agressif connu sous le nom de rhabdomyosarcome à métastases, et qu’il était très probable qu’il n’arriverait pas en vie aux élections présidentielles du Venezuela.

A moins d’une semaine des élections, le président Chávez est vivant, sain et actif. Sans donner de signes d’épuisement, il mène une campagne intense tout en assumant le travail gouvernemental. Il voyage, participe aux meetings, prend la parole et donne des instructions sans interruption. Il n’y a pas sur son visage ou dans son comportement le moindre signe que les prédictions sur son décès se réalisent.

Que les prophéties d’un charlatan professionnel ne marchent pas, c’est prévisible. Que les « fuites » diffusées par un journaliste sérieux, dont on suppose qu’il vérifie ses sources, soient fausses, cela arrive. Mais il n’y a nul hasard dans le fait qu’au seuil d’un processus électoral décisif, soient diffusées de manière simultanée et systématique des prédictions de voyants et des rapports confidentiels de professionnels de la presse, et que soit organisée une vraie campagne de désinformation sur la santé de Hugo Chávez.

Pour démoraliser les partisans du président, la droite vénézuélienne et ses alliés internationaux ont voulu faire de sa santé un élément central de leur stratégie électorale. D’abord ils ont assuré qu’il mourrait, ensuite qu’il était à l’agonie et qu’il ne pourrait pas se présenter aux élections; ensuite qu’il ne pourrait pas mener campagne; finalement il a fallu inventer qu’un Chávez malade et vieux avait été submergé par la jeunesse et l’énergie de son concurrent de droite, Henrique Capriles.

Or, rien de tout cela ne s’est produit. Le pari de l’opposition a échoué. Au lieu de se démoraliser, les sympathisants du président se sont unis autour de lui et sont descendus dans la rue. Pratiquement tous les sondages annoncent son triomphe le 7 octobre, avec une marge d’avance de 10 à 20 points.

Est-ce un politicien vieux, épuisé comme l’assure l’opposition ? Chavez a 58 ans, le même âge qu’Angela Merkel, un an de plus que Mariano Rajoy, deux de moins que Vladimir Poutine et sept de moins que Dilma Rousseff. Il suffit de voir la dynamique de sa campagne, la conviction de ses discours, sa capacité de séduction, le déploiement de sa narration, le temps qu’il passe debout tous les jours pour se rendre compte que c’est un homme vigoureux.

La force de Hugo Chávez dans la société vénézuélienne est impressionnante. Sa candidature est profondément enracinée dans la culture politique émergente de la citoyenneté. En elle s’incarne un projet de transformation sociale partagé par beaucoup. Narrateur d’exception, il a construit un récit national dans lequel des millions de personnes se reconnaissent et avec lequel elles s’identifient. Il a rendu visibles les invisibles et leur a ouvert des espaces pour qu’ils soient les acteurs principaux de leur propre histoire. Comme le montrent plusieurs études d’opinion, plus de 60 pour cent de la population est optimiste sur l’avenir du pays et plus de la moité des vénézuéliens sympathisent avec le socialisme. (1)

La droite vénézuélienne, par contre, ne peut assumer son identité. Henrique Capriles, le candidat d’une haute (et rance) bourgeoisie, doit se présenter comme un membre de la classe moyenne, se déguiser en progressiste qui veut améliorer le modèle chaviste, tout en occultant son véritable programme de gouvernement. Cela ne lui a pas été facile. Exprimer des idées qui ne sont pas les siennes lui a causé quelques problèmes de communication.

Capriles a eu le mérite – jusqu’ici – de mener une campagne qui a fui la polarisation de classe. Il a remisé au placard la haine que l’oligarchie garde contre Chávez et s’est concentré sur le vote des classes moyennes et des secteurs mécontents du chavisme, en dénonçant les promesses non tenues de la révolution bolivarienne. Cependant la manoeuvre politique ne semble pas lui avoir permis de dépasser le plafond historique des votes de l’opposition.

Le président a reconnu des erreurs dans sa gestion. Il y a quelques jours il a admis qu’il peut y avoir des mécontents à cause d’erreurs telles que le déficit persistant de logements, d’infrastructures, ou à cause de désaccords avec les dirigeants, mais il leur a demandé de ne pas voter en fonction de ces éléments. “Le 7 octobre – a-t-il dit – l’enjeu n’est pas si l’électricité a été coupée ou non, si l’eau est arrivée ou non, si on m’a donné ma maison ou pas, si je n’ai pas encore d’emploi, ou si je suis fâché sur je ne sais qui. Non. Nous ne jouons pas avec ces choses, je vous le répète, camarades : l’enjeu c’est la vie de la patrie, le futur des fils et des filles de tout le Venezuela.

De la même manière que l’opposition et les médias internationaux ont annoncé la mort imminente de Hugo Chávez, pour finalement se retrouver – comme dans la citation apocryphe de Don Juan Tenorio – face à un mandataire en parfaite santé, ils veulent à présent créer l’impression d’un scrutin indécis, que Capriles pourrait remporter. Rien ne permet de supposer que ce sera le cas.

Dans ce peu de jours qui restent avant le 7 octobre, le débat ne porte pas sur qui sera le vainqueur, ni avec quel pourcentage triomphera Hugo Chávez. La vraie question n’est pas de savoir si l’opposition remontera un retard avéré par la majorité des sondages (2) mais si elle acceptera sa défaite ou choisira de jouer le reste de ses « cartes » en pariant sur la déstabilisation.

Luis Hernández Navarro, La Jornada (Mexique)

Traduction de l’espagnol : Thierry Deronne

Notes : (1) Voir notamment « Le Venezuela hors de la Caverne de Platon » https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/06/02/le-venezuela-hors-de-la-caverne-de-platon-2eme-pays-le-plus-heureux-damerique-latine-selon-luniversite-de-columbia-et-5eme-pays-le-plus-heureux-du-monde-selon-gallup/

(2) Lire « La reprise de l »économie vénézuélienne est-elle durable ? Le rapport du CEPR (Washington) » https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/09/28/la-recuperation-economique-du-venezuela-est-elle-durable-le-rapport-du-cepr-washington/

Venezuela, 2002. Photo : Eladia Fariñez.

Mozambique, 2002. Photo : Juan C. Solórzano.

Mozambique,2002. Photo : Juan C. Solorzano

Avec le président Lula lors d’un sommet au Pérou (2003). Récemment la présidente argentine Cristina Fernandez et l’ex-président brésilien ont apporté leur soutien à Hugo Chavez, rappelant tous deux « qu’il est le plus légitime et démocrate de tous les chefs d’État de notre continent vu le nombre de scrutins organisés depuis 13 ans. »  Photo : Juan C. Solórzano.

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/10/03/venezuela-la-sante-des-morts/

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s