Nicolas Maduro reprend l’initiative. Retour de la paix… et du Carnaval.

A la fin de janvier 2014 s’est produit un fait inédit : des leaders de l’opposition et le gouvernement ont commencé à plancher ensemble sur la sécurité citoyenne, à la suite de l’appel de Nicolas Maduro à construire un “agenda commun”. Ce dialogue fut interrompu par la tentative de coup d’État d’une extrême droite qui refuse le choix de la majorité des électeurs (1).

Ce 1er mars, tandis que ces groupes violents, bien qu’encouragés par les mensonges des médias internationaux, se désagrègent, la firme privée de sondages International Consulting Services indique que 80,9% des vénézuéliens appuient l’initiative du président Maduro de reprendre le dialogue national pour la pacification du pays.

Maduro conferencia de paz jueves 27

International Consulting ServiceDans cette enquête (2) réalisée les 27 et 28 février dans 900 foyers des principales villes du pays avec une marge d’erreur de 3%, 85,4 % des persones interrogées se disent en désaccord avec la poursuite des manifestations et 91,3% en faveur du respect strict de la Constitution.

Le 27 février des représentants des mouvements sociaux, politiques et religieux, des intellectuels et des leaders de l’opposition ont répondu positivement à l’invitation de Maduro à reprendre les travaux à Caracas (photo). Seule la “Plate-forme de l’Unité Démocratique” (MUD, droite) a refusé d’y participer. Ce que 72 % des vénézuéliens sondés par ICS considèrent comme une mauvaise décision.

image_previewUn refus également critiqué par la présidente argentine Cristina Fernandez qui a recommandé le 1 mars à l’opposition vénézuélienne ”d’attendre les prochaines élections pour tenter sa chance dans les urnes, sans mettre en péril la démocratie, ou de faire usage en 2016 du référendum révocatoire, le Vénézuéla est le seul pays du monde, en tout cas de la région, où existe le droit de demander la révocation d’un président à mi-mandat”.  “Croyez-moi, a t-elle ajouté, il serait fatal pour toute la région, pour cette intégration latino-américaine dans laquelle nous avons tant avancé en résolvant tant de problèmes sans intervention externe, de permettre que des vents extérieurs détruisent un pays frère, c’est pourquoi indépendamment des idées, nous devons défendre la démocratie et condamner la tentative de coup d’État contre la République Bolivarienne”. (3)

Dilma RousseffLa Présidente du Brésil Dilma Roussef s’est exprimée dans le même sens il y a quelques jours lors d’une conférence à Bruxelles au sortir d’une réunion avec l’UE, appelant à “défendre la démocratie vénézuélienne, que nous devons considérer depuis ses nombreuses avancées sociales”, rappelant comme son homologue argentine que “le Venezuela  a organisé 19 scrutins électoraux en 14 ans”.

Camila Vallejo : « le mouvement de certains étudiants vénézuéliens n’avait rien à voir avec le nôtre »

Camila VallejoPour la chilienne Camila Vallejo, ex-dirigeante du mouvement étudiant, récemment élue députée, “au Chili, tout(e) étudiant(e), personne ou travailleur(se) qui veut s’informer à travers les médias voit une guerre civile, comme si on violait les droits humains au Venezuela. Il y a une Alliance entre la droite, les États-Unis et les grands médias pour montrer quelque chose qui n’est pas réel. Le mouvement de certains étudiants vénézuéliens n’a rien à voir avec le nôtre. Nous, nous avons lutté pour tenter d’obtenir une éducation publique et gratuite comme celle qui est déjà garantie au Venezuela. Il y a un processus bolivarien que nous devons défendre parce qu’il a démontré qu’en Amérique Latine il est possible que le peuple soit propriétaire des ressources naturelles et puisse vivre et croître en conditions d’égalité et jouir de droits sociaux qui lui étaient refusés jusqu’ici. Il est d’autant plus important de le défendre dans ce contexte de déstabilisation politique qui ne bénéficie qu’à des intérêts égoîstes et à des grands groupes économiques. L’opposition est légitime, nécessaire et fait partie de toute démocratie. Mais il faut respecter les échéances électorales et le processus démocratique. Nous appuyons le dialogue de paix organisé par le président Maduro pour protéger ce processus et empêcher toute tentative de coup d’État.

Le gouvernement bolivarien compte désormais sur le soutien de l’ensemble de ses pairs latino-américains (UNASUR, ALBA, MERCOSUR et de 120 gouvernements du Mouvement des Pays Non-Alignés).  Comme l’écrit le politologue argentin Juan Manuel Karg (4), “le gouvernement bolivarien semble reprendre fortement l’initiative. Le large consensus sur la nécessité de pacifier la conjoncture politique du pays montre un antagonisme clair avec le cycle de protestations de rue menées contre le gouvernement ces deux dernières semaines.”

La violence qui était au départ confinée à 19 municipalités sur 335, c-à-d à celles où prédominent les classes aisées ou le paramilitarisme colombien, puis à 15, puis à 6, a dû refluer faute de base sociale. La grande majorité des vénézuéliens, qu’indiffère « la violence d’une poignée de fils à papa » est descendue dans la rue… pour fêter le Carnaval.

Concert public de salsa, Caracas, 1 mars 2014.

Concert public de salsa, Caracas, 1 mars 2014.

_mg_45791393811592

MATURINCARNAVAL2 MATURINCARNAVALGRITO-DE-CARNAVAL-EN-EL-OESTE-DE-CARACAS-4CARNAVAL-CHEVERE-EN-ARAGUA-2BhqFJynIUAEnhPs

BhvLg0xCYAEQh5gBhqCgPPIMAAuxDB.jpg largeBhvQTgbCYAEgNxNOn s’attend à un mouvement d’environ 17 millions de personnes  à l’intérieur du  territoire. Tous les billets d’avion (en interne et pour l’étranger) ont été vendus. Alors que l’extrême droite avait affirmé  manifester “contre la vie chère” – une thèse reprise par les médias du monde entier – ce boom s’explique par la hausse des salaires, la baisse du chômage (5) et les subventions au tourisme populaire. Malgré la guerre économique et l’inflation, un nombre croissant de citoyens peut jouir de vacances. Une ambiance très “Front populaire”  – lorsque les premiers congés payés en France (1936) virent les familles de travailleurs débarquer sur la Côte d’Azur, au grand dam de la bourgeoisie.

T. D., Caracas, le 2 mars 2014.

Notes :

(1)  Voir l’article de Maurice Lemoine https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/02/20/strategie-de-la-tension-au-venezuela-par-maurice-lemoine/

(2)  http://www.avn.info.ve/contenido/ics-809-venezolanos-apoya-conferencia-paz

(3)  Lire http://www.telesurtv.net/articulos/2014/03/01/cristina-fernandez-ratifica-apoyo-a-democracia-de-venezuela-3857.html

(4) http://www.telesurtv.net/articulos/2014/02/28/camila-vallejo-201chay-una-alianza-entre-la-derecha-internacional-y-el-gobierno-de-ee.uu201d-994.html

(5)  Lire “Nicolas Maduro retoma la iniciativa” de Juan Manuel Karg, http://www.rebelion.org/noticia.php?id=181465

(6)  Voir https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/01/22/venezuela-laugmentation-du-salaire-et-la-baisse-du-chomage-continuent/

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/03/02/nicolas-maduro-reprend-linitiative-retour-de-la-paix-et-du-carnaval/

Advertisements

  1. Pingback: Nicolas Maduro reprend l’initiative. Retour de la paix… et du Carnaval. | veneSCOPE

  2. Pingback: Nicolas Maduro reprend l’initiative. Retour de la paix… et du Carnaval. - Pressenza

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s