« Plus d’énergie pour l’unité » : le Salvador devient membre de PetroCaribe

Toma 5

San Salvador, 1er juin 2014. Salvador Sánchez Céren, ancien dirigeant guérillero et ex-ministre de l’Éducation, devient Président de la République. Photos : G. Trucchi

Toma 1

Par Giorgio Trucchi | LINyM

Il n’a pas perdu de temps. Pour son premier acte de politique internationale après sa prise de fonctions ce dimanche 1er juin, le président Salvador Sánchez Cerén a inauguré dans la capitale salvadorienne le 13ème Conseil Ministériel de PetroCaribe qui, au terme de ses travaux, a accepté la demande d’adhésion du Salvador, Celui-ci devient ainsi le 19ème pays membre à part entière de l’instance régionale [1].

Cette initiative avait été annoncée par Sánchez Cerén et par Medardo González, secrétaire général du parti de gauche FMLN (Front Farabundo Martí pour la Libération Nationale) dans les jours qui ont précédé la cérémonie officielle. « Aujourd’hui nous allons faire un grand pas dans l’histoire de notre pays, un pas qui marque la volonté de transformation socio-économique pour continuer à forger le Salvador que nous voulons » a déclaré le nouveau président.

Le nouveau chancelier salvadorien Hugo Martínez a salué cette décision unanime de l’instance régionale, expliquant que l’adhésion de son pays lui permettra de se fournir en énergie « suivant les príncipes de coopération, solidarité, commerce juste et complémentarité » en vue d’atteindre le développement « dans la justice sociale, en préservant son indépendance, sa souveraienté et son identité« .

carte-politique-de-petrocaribe

Pays membres de PetroCaribe (en rouge), auxquels il faut ajouter à présent le Salvador.

Petrocaribe est une Alliance énergétique entre nations créée en 2005 par le président Hugo Chávez, qui permet aux pays membres d’obtenir du pétrole à bas prix, dans le cadre d’un projet plus vaste d’intégration régionale basée sur l’indépendance et la souveraineté des peuples.

L’accord propose une échelle de financement d’entre 5% et 50% de la facture pétrolière, en prenant comme référence le prix des hydrocarbures. Le délai de grâce pour le financement est étendu à un ou deux ans et prévoit un allongement de la période de paiement de 17 a 25 años, avec une réduction de l’intérêt à 1% si le prix du pétrole dépasse les 40 dollars par baril.

De cette manière les pays bénéficient d’un traitement préférentiel et peuvent faire usage d’au moins 40% de ce qu’ils doivent en facture pétrolière pour l’investir dans des programmes économiques et sociaux qui visent à réduire la pauvreté et une meilleure distribution de la richesse. En outre le paiement peut être effectué avec des biens et des produits nationaux, surtout agricoles, ce qui avantage les petits et moyens producteurs.

En matière de programmes sociaux, Petrocaribe compte 88 projets approuvés, dont 46 ont été réalisés, pour un investissement de 208 millions de dollars.

Petrocaribe est une réalité

Lors de l’inauguration du Conseil Ministériel, le vénézuélien Bernardo Álvarez, président de  Petrocaribe, s’est dit honoré par la décision du Salvador de demander l’adhésion. Selon les données communiquées par Álvarez, dans les 9 dernières années, le Venezuela a fourni journellement 105 mille barils de pétrole à tous les pays membres de Petrocaribe, ce qui leur permet de couvrir 43% des besoins énergétiques. En plus, a été financée la facture pétrolière à hauteur de 15 milliards de dollars. « Parmi ceux-ci 5 milliards de la facture à long terme ont été utilisés pour des projets d’inclusion sociale. Pendant ces années, le PIB (Produit Intérieur brut) des pays membres a augmenté de 25%, le revenu par habitant a augmenté de 387 dollars et l’indice de développement humain est monté de 0.60 à 0.70 » a souligné Álvarez.

ALBA Petróleos : ¨Pour la première fois au Salvador quelqu’un concurrence les grands entrepreneurs et offre un contrepoids à leur pouvoir¨

Sous le gouvernement de Mauricio Funes (2009-2014), le Salvador s’était converti en observateur de Petrocaribe et avait initié les études en vue de son adhéalba1sion intégrale.

ALBA Petróleos de El Salvador est une entreprise d’économie mixte créée précisément pour faire entrer le pays dans l’accord Petrocaribe. Face aux résistances qu’affrontait le projet d’y intégrer le Salvador en tant qu’État, fut mise sur pied l’Association Inter-municipale ENEPASA (Énergie pour le Salvador), en tant qu’interlocutrice.

Parmi les projets sociaux impulsés par cette entité, se détache le populaire programme ALBA Alimentos de El Salvador. “Avec ce projet nous avons appuyé le crédit aux producteurs individuels et organisés, on a remis des équipements technologiques pour l’ensemencement de haricot, riz, maïs, etc.. . Alba alimentos s’est chargée de la distribution commerciale, en signant des accords avec les grandes chaînes commerciales” a expliqué Abel Lara, président de la CONFRAS (Confédération de la Réforme Agraire Salvadorienne).get_img (1)

En outre, ALBA Alimentos s’est consacrée à la tâche de produire ces grains de base à un prix juste, a offert une formation technique et commerciale aux producteurs et a appuyé le programme gouvernemental du Verre de Lait Scolaire, qui a bénéficié à plus de 1.3 millions d’étudiants.get_img (3)

En 2013 a été inaugurée le premier centre de production de bio-fertilisants du pays, afin de réduire la dépendance et la forte consommation de produits agro-toxiques dans la production des grains de base. On a également installé une usine de traitement de maïs, ris et haricot, brisant le monopole qui existe dans ce secteur.

485212_469952743059952_1733896417_nLe projet a été très attaqué et a dû affronter l’opposition des grands entrepreneurs. Pour la première fois au Salvador quelqu’un les concurrence et offre un contrepoids à leur pouvoir. Aujourd’hui, avec ce nouveau gouvernement et ce nouveau pas vers l’intégration, nous espérons pouvoir aller plus loin et, de manière graduelle, cesser de dépendre des décisions d’une élite économique privée qui a fait beaucoup de mal à notre pays” conclut Ricardo Ramírez, de la direction de la CONFRAS (Confédération de la Réforme Agraire Salvadorienne).

Texte : Giorgio Trucchi

Source : http://www.nicaraguaymasespanol.blogspot.it/2014/06/el-salvador-ya-esta-en-petrocaribe.html

Traduction : Thierry Deronne

Notes :

(1) Antigua et Barbuda, Bahamas, Bélize, Cuba, Dominique, Grenade, Guatémala, Guyana, Haití, Honduras, Jamaïque, Nicaragua, République Dominicaine, San Cristóbal et Nieves, San Vicente et Las Granadinas, Santa Lucía, Suriname et Venezuela. Sur proposition du gouvernement bolivarien, l’État de Palestine a été récemment admis comme observateur au sein de PetroCaribe. Lire ¨Mahmoud Abbas : ¨le Venezuela nous a permis de briser le monopole d’Israël sur notre économie.¨, https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/05/17/mahmoud-abbas-¨le-venezuela-nous-a-permis-de-briser-le-monopole-disrael-sur-notre-economie-¨/

Pour plus d’information sur PetroCaribe, on peut consulter sa page officielle http://www.petrocaribe.org/

(2)  Lire également ¨De PetroCaribe à la Patrie Caraïbe¨, https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/07/22/venezuela-haiti-de-petrocaribe-a-la-patrie-caraibe/

 

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/06/04/plus-denergie-pour-lunite-le-salvador-devient-membre-de-petrocaribe/ 

Publicités

  1. Pingback: "Plus d’énergie pour l’unité" : le Salvador devient membre de PetroCaribe | veneSCOPE

  2. Pingback: "Plus d’énergie pour l’unité" : le Salvador devient membre de PetroCaribe - Pressenza

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s