Le fil qui ne se coupe pas

YaracuyLa lutte de Los Cañizos Palo Quemado a commencé il y a 28 ans. Nous sommes arrivés ici et tout ceci n‘était que champs de canne des grands propriétaires. Nous les avons occupés et nous les avons partagés en lopins pour chaque famille. Beaucoup d’entre nous furent faits prisonniers. Mon époux fut jeté en prison. Le gouvernement de Carlos Andrés Pérez nous réprimait fortement. Et ici il n’y avait que des pauvres. Cette lutte nous a enseigné à nous défendre,nous avons dû apprendre, parce que la Garde Nationale nous pourchassait, les enfants ont grandi avec ça dans la tête” raconte Olga sous les dernières branches d’un grand arbre. Nous sommes le vendredi 15 août 2014.

Sa voix est entrecoupée par les essais d’un micro. Un peu plus loin un match de foot reprend sur un terrain qui, après l’averse drue comme l’air, est plus boue que poussière. Des enfants  de tous côtés. Peu à peu ils s’asseoient sous les tentes blanches qui ont résisté à la pluie, et avec eux, les familles.

L’oratrice prend le micro et s’adresse aux enfants : “A l’école on vous dit toujours que cette communauté fut fondée par vos oncles, vos pères, vos mères, vos grand-pères. Beaucoup d’entre eux se trouvent au cimetière  – elle montre du doigt l’entrée à quelques centaines de mètres, derrière le terrain de sport –, je vais vous les nommer et nous les applaudirons un par un”.

C’est un jour de fête à Los Cañizos Palo Quemado. De cette joie qui naît du sentiment d’avoir raison, d’avoir réussi quelque chose qui était difficile et juste. On a organisé un bouillon collectif et rassemblé des jouets pour les enfants qui défilent pour les recevoir à l’appel de leur nom. Autres applaudissements. 28 ans d’histoire de lutte pour la terre et pour fonder un village.cac3b1izos

Dans l’État de Yaracuy le ministre des Communes et des Mouvements Sociaux, Reinaldo Iturriza, parcourt plusieurs espaces communaux. Il visite l’unité de production “Prudencio Vázquez” où les paysans expliquent comment piler le maïs – 2 millions 500 mille kilos de maïs par an – pour produire de la farine bien plus saine plus celle du quasi monopole privé de la “Polar”. Ils lui présentent un projet à financer. Ils soulignent la nécessité du système productif comunal à la base.

Iturriza est accompagné de Braulio Álvarez, dirigeant paysan et député à l’Assemblée Nationale. Ensemble ils arrivent à Los Cañizos où la communauté les attend. Ils s’asseyent sous les tentes blanches. Derrière eux, une bannière : “Commune Socialiste Los Cañizos Palo Quemado, pour l’histoire, pour la terre et pour la vie”. A cette heure l’après-midi a fui le ciel.

L’oratrice explique le déroulement du dialogue : dix porte-paroles, hommes ou femmes, prendront la parole pour expliquer au ministre quels sont les principaux objectifs que la commune s’est fixé. Ils ont invité d’autres communes de la zone à la réunion, parmi elles la “Commune Socialiste Ezequiel Zamora”.

Avant que ne commencent les interventions, Braulio Álvarez se lève, salue. Il est de ceux qui ont initié ce chemin il y a 28 ans, à l’époque où comme il l’explique, on les recherchait morts ou vifs : “Nous avons asséné un grand coup à l’oligarchie, à ceux-là même qui conspirent aujourd’hui”. Il a apporté quelques photographies pour se souvenir. Dont celles des occupations des ambassades d’Espagne et du Mexique pour visibiliser leur lutte et faire pression sur ceux qui ne voulaient pas céder.

Ensuite les porte-paroles se succèdent au micro. Hommes et femmes de la communauté, paysan(ne)s, communard(e)s avec parmi eux, des lutteurs de la première heure, de ces années où on ne se rendait pas, quand il y avait “des terres dans peu de mains et beaucoup de mains vides” comme dit une communarde. Ils racontent leur histoire, celle qui les a fait arriver jusqu’à aujourd’hui, à cette après-midi où ils veulent aller plus loin.

Plusieurs projets sont soumis au ministre : un système d’irrigation intégrale, une entreprise de propriété sociale pour fabriquer des portes, un terrain d’usage multiple, une serre, une unité de traitement de bananes à cuire, un fabrique de parpaings –qui portera le nom de Olga Parra-, deux unités de transport communal, une unité d’emballage de sucre. Et un lycée technique agricole.

Ils expliquent chacun des points. Leurs raisons. Leur besoin d’avancer vers une production plus forte  – “Nous avons conquis cette terre pour en faire une aire de production” explique Chavela au micro -, et de créer des espaces pour la jeunesse. Sur d’autres besoins ils avancent déjà, comme le système des égoûts par exemple. Les communards et communardes de  “Cañizos Palo Quemado” veulet refonder la communauté.

Yaracuy2Le gouvernemet de rue est une méthode de travail, ce que nous faisons ici nous le pratiquons de manière permanente partout, c’est une méthode qui doit nous mener à réfléchir sur des formes plus efficaces d’exercer le gouvernement” explique Iturizza. Il y a un murmure permanent d’enfants, de pleurs, de beaucoup d’attention, comme depuis le début de l’assemblée populaire.

Il assume un engagement général : dans une semaine les projets présentés recevront une réponse en fonction de leur viabilité. “L’institutionalité doit marcher de manière accélérée au même rythme que le peuple, être de plus en plus au rythme du peuple organisé” reconnaît-il, expliquant les limitations actuelles et affirme : “Tout ce que finance le Ministère des Communes doit être exécuté par la communauté, par le peuple organisé”.

Il pointe aussi une des tâches les plus importantes que doivent réaliser les communes : “Utiliser un outil puissant de travail et de lutte, qui doit déterminer le rythme de l’institution, qui l’oblige à répondre même si elle est bureaucratique. Quel est cet outil ? Le plan de développement communal. C’est là où vous dites :voici ce qu’a décidé le peuple organisé à son échelle territoriale, pour nous les priorités sont telles et telles, nous avons ces ressources, autant de force disponible pour résoudre ces problèmes, nous avons besoin de l’appui de l’État vénézuélien et de l’institutionnalité révolutionnaire pour résoudre tel ou tel problème”.

Le dialogue s’achève sur ces mots, les dossiers sont rangés, le gâteau partagé, plusieurs personnes s’approchent du ministre, conversent avec lui, il est 8 heures 30.

Quand les voix se dispersent, les réunions en petits groupes se poursuivent hors des tentes, sur les terrains de sport, sous les arbres. Braulio Alvarez sourit dans sa barbe blanche.yaracuy-3

Ici a existé une avant-garde d’hommes et de femmes à la fin des années 60, paysans et paysannes comme Víctor Torrella, Aguilar, El Camarita, femmes de la taille d’Isabel, Chavela, María, nous avons été poursuivis mais nous avons atteint notre objectif sous un gouvernement très dur comme le fut celui de la IVème République, avec nos dossiers policiers, 300 d’entre nous sommes passés par la prison, certains y ont passé un an et demi pour avoir lutté contre les grands propriétaires, pour un droit aussi humain que celui de travailler et de produire des aliments, c’est un honneur et ce le fut aussi pour le président Chávez de connaître toute notre expérience, les prisons, les blessés, la prise des ambassades durant huit jours en 1991, puis notre appui à l’insurrection civico-militaire avec notre groupe-frère de la région occidentale, avec Dilma Pepí et les autres, cette lutte aboutit aujourdhui à une conscience et à une grande capacité de réponse qui a permis la construction de petits silos, de pilons semi-industriels pour la production du maïs et de ses dérivés  pour les animaux et d’autres produits que nous élaborons”. Il ajoute : “C’est vrai qu’il y a encore beaucoup de besoins dans la communauté, mais aujourd’hui nous avons des maisons, nous avons la route, l’autoroute, nous voulons un plan d’irrigation pour travailler tous les jours de l’année, nous avons besoin d’un terrain de sport pour que nos jeunes puissent s’entraîner et se développer physiquement, la possibilité d’une école technique agricole et tout cela démontre que Los Cañizos Palo Quemado a joué son rôle dans l’Histoire”.

Il nomme le nègre Miguel, le nègre Andresote, Ezequiel Zamora, et la région centre-occidentale et les montagnes qu’il a parcourues avec le Mouvement de la Gauche Révolutionnaire des années 60 et la nuit où Hugo Chávez “a chanté, dansé, mangé et bu, à ces heures, avec nous”, tout ce fil rouge des mémoires populaires qui ne s’est pas coupé, celui des générations qui se succèdent obstinément, qui même si elles ne gagnent pas toujours, ne renoncent jamais.

Texte :  Marco Teruggi. Photos : Yacmaily Perdono

Source : http://www.mpcomunas.gob.ve/comuna-los-canizos-palo-quemado-un-hilo-rojo-que-no-se-corta/

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/09/04/le-fil-qui-ne-se-coupe-pas/

Publicités

Une réponse

  1. Pingback: Le fil qui ne se coupe pas | veneSCOPE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s