Dans la Commune Pio Tamayo l’organisation est la clef pour défaire l’inflation.

par Ingrid Navarro Leonet

La Commune Pio Tamayo a réussi à réduire de moitié, le prix de certains articles de base. Les habitants insistent : le peuple organisé doit avancer vers l’autogestion. Il est nécessaire de changer le mode de consommation alimentaire du Venezuelien. Pour cela, il faut raccourcir la chaîne de commercialisation de divers produits, réduire leur prix de vente, et casser la spirale inflationniste.

A Barquisimeto (Lara), les membres de la Commune Jose Pio Tamayo -elle-même constituée de 15 conseils communaux- qui regroupe 30 000 personnes sont conscients de ces enjeux.

Prête à lutter contre « la guerre économique » et l’inflation, l’organisation citoyenne a jeté les bases d’une alliance stratégique, dont les producteurs des zones agricoles avoisinantes, les femmes au foyer et les responsables de quartiers, sont les piliers. Les mécanismes de distribution directe ainsi mis en place, se sont traduits par une réduction de moitié (50%) du prix de certains produits alimentaires. De ce fait, de nouvelles expériences ont pu voir le jour.

La mise en œuvre de cette initiative a favorisé la commercialisation à bas prix de produits tels que la yuca (manioc), le piment rouge, les tomates, citrouilles, potirons, le tubercule d’ocumo, sans oublier le poisson et les poulets.

La communarde Lorena Pena, animatrice du secteur La Antena, affirme avoir mis au point une méthode qui consiste en un recensement -maison par maison- des besoins en nourriture de la population locale. En ce moment, 70% des foyers concernés bénéficient de cette mesure.

Ensuite, en fin de journée, Lorena et ses camarades se réunissent pour faire état de leurs expériences positives et négatives. Ce qui leur permet de peaufiner leur connaissance du terrain, et même d’élaborer de nouvelles recettes pour lesquelles les aliments commercialisés qui ont été choisis, sont utilisés comme matière première. Parmi leurs objectifs, il est par exemple prévu la recherche d’alternatives à des produits tels que la farine de maïs pré-cuite.

Pena : « Ces activités, nous les menons sans l’aide de l’Etat. C’est une initiative qui nous est propre, parce que nous sommes convaincus que c’est la voie à suivre, pour la bonne éducation du consommateur, mais aussi pour briser la situation de dépendance, et s’opposer à la guerre économique. Ceci dit, l’achat régulier des aliments et leur distribution, ce n’est pas une tâche facile ».

Cette femme est devenue communarde, en réponse à l’appel aux organisations populaires lancé par le Président Hugo Chavez. Elle se rappelle d’ailleurs, qu’en 1994 les habitants de La Antena l’ont reçu avec un grand enthousiasme. C’était juste après sa sortie de la prison de Yare. Au moment où il avait décidé de partir à la rencontre du pays.

En ce moment, la Commune anime une campagne pour la réutilisation des sacs en plastique. De plus, la confection de sacs en tissu est à l’ordre du jour. Cela, pour réduire l’impact environnemental.

Témoignages.

José Gomez : « on ne doit pas se borner à lancer des slogans, tels que  »la commune ou rien ». Il doit y avoir une méthodologie qui s’ancre dans le concret ».

Angel Hernandez : « en coopération avec le pouvoir populaire, la zone nord de Barquisimeto n’est pas encore fournie en eau par des canalisations parce que ce service est centralisé ».

Lorena Peña « Ce n’est pas facile de mener le travail communal. Cela implique une lutte permanente pou le bien-être collectif, cela requiert la participation de tous ».

UN1

Pour la terre.

Pour nombre d’entre eux, les conseils communaux constitutifs de la Commune José Pio Tamayo, ont commencé à lutter pour la propriété de la terre. Le Comité des Terres Urbaines fut la première structure à voir le jour.

A l’heure actuelle, les conseils communaux Sapui, Union 1et 1C, Union de la Salle 2, Lanceros, San Antonion 1 et 2, Circulo Obrero, Antena 1,2,3,4 et 5, La Vega et Nuevo Amanecer, forment un tout, et tracent un axe d’est en ouest. (De la Calle 1 jusqu’à l’avenue Las Industrias). Du nord au sud, le périmètre s’étend de la via Ferrea jusqu’à l’avenue Libertador.

A ce jour, 200 personnes représentent les intérêts de la collectivité, à travers les conseils communaux et le Parlement communal. Sans compter le millier de pâtés de maisons organisés, dont les habitants peuvent rapidement se mobilier si les circonstances l’exigent.

Plus productif.

José Miguel Gomez, porte-parole de l’organisation populaire souligne : « nous sommes conscients de la nécessité pour le pays, d’accroître l’activité productive, pour promouvoir, renforcer et consolider le bien-être social ».

Pour se faire, 3 entreprises communales en propriété collective directe ont été fondées: Travailleurs Unis (ex-Brahma) (1), Construction , Génie civil et Transport qui agissent avec des fonds alloués -d’un montant de 23 millions de Bolivars- par le Conseil fédéral de gouvernement et le Ministère du Pouvoir Populaire pour les Communes.

En ce qui concerne l’entreprise de construction qui s’appuie sur le programme de La grande Mission Logement Venezuela : on travaille en ce moment sur le remplacement de 120 masures par des logements neufs (auto-construction). Par ailleurs, on s’est donné un objectif qui doit être atteint avant la fin de l’année : plus d’habitat précaire sur le territoire de la Commune.

Dans le cas de « Travailleurs Unis », grâce à un accord passé avec les travailleurs de Brahma et une entreprise de camions-citerne, la distribution d’une quantité substantielle d’eau potable, est quotidiennement assurée. En bénéficient notamment : les centres hospitaliers, la maison d’arrêt d’Uribana et d’autres infrastructures souffrant de carences en matière d’approvisionnement. Car il est prévu que certaines de celles-ci, seraient prochainement transformées en une unité d’emballage (grains), un entrepôt de produits alimentaires, et une fabrique de jus de fruits.

D’autre part, il y a un mois, ils ont instauré un fonds de solidarité destiné à la rénovation de logements, parce que ce type de réparations concernant la réhabilitation des quartiers les plus anciens, « n’entre pas dans les plans de l’Etat ».

UN2

Gomez : « chaque semaine, les intéressés fournissent un apport de 30 bolivars. A ce jour, 400 personnes sont inscrites. C’est une stratégie qui cosiste pour nous à  »fomenter la participation populaire dans les politiques de l’Etat », afin qu’on ne verse pas dans le clientélisme. Car chacun doit pouvoir en bénéficier selon ses besoins ».

En outre, est prévue la création de 2 entreprises communales en propriété collective : santé intégrale et distribution des produits alimentaires. Ils ajoutent que ces deux unités débuteront leurs activités à partir de ressources propres, c’est-à-dire en ayant recours à l’autogestion.

Pour le centre de santé intégrale, ils estiment l’investissement à 4 millions de Bolivars. Le projet ayant trait à la distribution des produits alimentaires est en cours d’élaboration.

La technologie comme alliée.

La Commune JP Tamayo travaille en coordination avec le Système des Entreprises occupées de l’Etat de Lara. Et plus spécifiquement avec Veneagro et Alfarero de Gres. La première s’occupant de volailles (poulets) ; la seconde, de la fabrication de blocs d’argile.

A l’instar de l’ancienne Brahma (ebaptisée « travailleurs unis », la productivité de ces 2 unités est établie selon un plan d’urgence. Ce qui signifie qu’elles ne couvrent que les dépenses liées au personnel.

Alfarero de Gres fabrique 8000 blocs d’argile/jour. Mais elle vise à augmenter la production, pour atteindre le chiffre de 35 000/jour.

Les porte-parole du parlement communal, se sont adressés aux gouvernements national et régional, pour que l’on accélère la délivrance des permis dont ils ont besoin : « Chez Veneagro, nous restons mobilisés, jusqu’à ce que l’on obtienne les autorisations légales et sanitaires nécessaires à l’obtention du  »guide de traçabilité des marchandises et des produits transformés). Ce qui nous permettra d’avancer dans le domaine de l’élevage, de la distribution, et des bénéfices obtenus. Sans oublier la chaîne de fabrication d’aliments pour animaux ».

La Commune Jose Pio Tamayo est également en charge du centre d’information Rafael Chinchilla, inauguré il y 3 ans. Le site dispose de 10 ordinateurs et fonctionne comme une bibliothèque virtuelle pour les recherches. De plus, des ateliers de technique informatique sont organisés, pour que les membres de la communauté puissent se familiariser avec les outils technologiques mis à leur disposition.

Jormi Jimenez, animateur et membre du conseil communal «  Cercle Ouvrier »  explique que les formations ayant trait à la technologie, l’information et la communication (TIC), occupent une bonne place parmi les enseignements dispensés . A cela s’ajoute les cours de réparation et de maintenance des ordinateurs. En outre, le centre s’occupe de la mise à jour des canaimitas (ordinateurs de fabrication venezuelienne) mis à la disposition des jeunes de la zone, et apporte son soutien aux bénéficiaires des diverses Missions.

Le centre d’information est logé dans les locaux de Radio Antena Libre (96.3), partie intégrante de la commune en matière d’organisation communicationnelle. Elle diffuse quotidiennement le programme Amaneciendo en Comunas, qui traite de sujets destinés au plus grand nombre : planification, exploitations, conditions de travail. De plus, la radio rend compte aux auditeurs des progrès réalisés par la Commune dans le domaine de la gestion.

L’info-centre dispose également d’un espace consacré aux femmes, et un autre aux universités, tandis que son programme musical favorise le tamunangue, en tant que patrimoine régional (tradition folklorique, union de 3 cultures : l’indigène, l’espagnole et l’africaine) mais aussi d’autres genres, tels que la salsa.

Antonio Gomez souligne que c’est avec les ressources du Conseil communal que l’émetteur radio a été acquis. Toutefois, il ne manque pas de préciser que la solidarité a joué, puisque la première transmission (5 juillet 2003) s’est faite de La Antena, à l’aide d’équipements prêtés par les radios Crepuscular, et Tamunangue Libre.

« Progressivement, la communauté s’est appropriée cet outil. Aujourd’hui, nous n’hésitons pas à l’appeler  »notre radio ». Car c’est notre instrument en matière de communication. C’est un exemple qui démontre qu’en agissant collectivement, on résout tous les problèmes ».

UN3

La planification est essentielle.

La Commune José Pio Tamayo travaille en conformité avec le Plan Communal 2014-2019, qui a défini les stratégies à déployer et les objectifs à atteindre durant cette période.

Parmi ces derniers, on compte la création de fonds d’épargne autogérés, et de nouvelles entreprises socio-productives.

Pour mener à bien ces réalisations, 6 assemblées communales se sont réunies, sans oublier les tables-rondes qui ont traité de sujets particuliers. La charte de la Commune- qui en présente toutes les potentialités- a servi de base de travail. Le Plan de la Patrie et les dispositions légales concernant la région, ont également été pris en compte. Toutefois, Toni Medina, député et porte-parole du district, en charge de la planification a déclaré que la bataille a été rude. En effet, dans le cas du Venezuela, la documentation ad hoc n’est pas très abondante. « Et celle qui est disponible dans des pays tels que la Colombie et le Chili vise un système bureaucratique et non un État communal ».

Initialement, « les infrastructures existantes, étaient le point fort de la Commune. Cependant, la guerre économique et l’occupation de l’ex entreprise Brahma par les travailleurs, nous ont forcé à nous concentrer davantage sur la question de la production ».

Ceci dit, le porte-parole est également préposé à la mise en adéquation du contenu de la formation pour le Diplôme de Planification Communale, avec la méthodologie préconisée par l’École Nationale de Planification (Caracas).

C’est d’ailleurs en réponse à une demande du Président Nicolas Maduro, que cette tâche consiste à unifier les critères pour l’élaboration et l’adaptation des plans visant à favoriser le développement équitable des Communes et leurs territoires respectifs. T Medina : « Nous avons été parmi les premiers -si ce n’est les premiers- à mener à bien cette mission ».

Note:
(1) Lire (Photos :) Occuper, résister, produire 4 mai 2015

Source : Ingrid Navarro Leonet, Últimas Noticias http://www.ultimasnoticias.com.ve/noticias/actualidad/investigacion/video-en-la-comuna-pio-tamayo-la-organizacion-es-c.aspx

Traduction : Jean-Marc del Percio

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-1WB

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s