La rébellion des semeurs

« Il faudrait faire des trous avec la houe pour enterrer la semence et même ainsi on est sûr que rien ne naîtra ; ni maïs ni rien d’autre ne poussera ».

Juan Rulfo, « Pedro Paramo »

Sabana-Alta-17Toute l’histoire a commencé à la fin de la deuxième Guerre Mondiale et on l’a appelée la Révolution verte. Un nord-américain financé par les Rockefeller  se mit à « améliorer » (à trafiquer) des variétés de semences dans un laboratoire, à quoi il ajouta l’utilisation de nouvelles technologies (agro toxiques) et le semis d’une seule variété durant un temps indéterminé (monoculture). Comme cet essai donna de bons résultats, une grande récolte en peu de temps, ils ont commencé à exporter ce modèle dans le monde entier. Le Venezuela n’y échappa pas.

Ce résumé, simpliste par sa brièveté, ne rend pas compte d’une bonne affaire, celle des monopoles les plus influents du monde dans le secteur de la distribution des semences « certifiées », c’est-à-dire, des semences modifiées génétiquement qui garantissent des récoltes « sûres » : celles qui se traduisent par la perte des semences nationales dans toute leur variété, par la détérioration et la stérilité à long terme des sols contraints à force de produits chimiques à produire un seul type d’aliment, par l’insécurité en matière de santé, l’écrasement des petits et moyens producteurs paysans, la perte des savoirs ancestraux en ce qui concerne le travail de la terre.

Ce qui est nécessaire se perd au profit de ce qui urgent; dans notre pays ces multinationales se maintiennent à flot au milieu de la guerre économique en fournissant des semences aux institutions d’état qui les font parvenir aux familles de producteurs. Que se passe-t-il avec nos semences nationales ? Existe-t-il des efforts de collectifs paysans pour renverser cette réalité ? Y a-t-il des bras pour y parvenir ?Sabana-Alta-3 Sabana-Alta-1 Sabana-Alta-2

« …avec l’épée du général Gabaldon… »

…voilà ce qu’a écrit la poète baleinier Caopolican Ovalles, et c’est avec la même force que l’on dit  Argimiro ou Lara, un groupe de familles de producteurs a créé le Conseil Paysan Argimiro Gabaldon dans la commune de Simon Planas, paroisse Gustavo Vega Leon,  dans la zone d’exploitation paysanne « Sabana Alta. »

Argimiro fut un poète et un guerrier, et ces deux points caractérisent le Conseil Paysan qui s’est activé par besoin d’organisation, pour créer des réponses alternatives aux besoins, raconte José Anzola, l’un des porte-parole : « Nous avons commencé en 2013, avec une initiative de crédits accordés par l’État par le biais du Fonds pour le Développement Agraire et Socialiste (Fondas). Le producteur devait marcher main dans la main avec le Conseil Communal ; celui-ci était chargé d’administrer les ressources accordées pour les semailles. Mais cette méthode n’était pas en accord avec le véritable besoin du producteur car le Conseil Communal était voué aux questions d’habitat, le A-B-C (A: sable, B, parpaing et C : ciment) et les assemblées des Conseils Communaux ne coïncidaient pas avec les besoins urgents tels que les maladies des plantes ou les périodes de semailles. C’est ainsi que nous avons commencé à nous réunir en grandes assemblées de producteurs dans lesquelles nous avons pris en compte toutes les aspects particuliers à cette zone : secteur de culture du café, de la canne à sucre, des céréales, d’élevage de bovins et autres types courants d’élevages ».

José a tout juste vingt-neuf ans et il est déjà passé par l’étape de porte-parole du Conseil Présidentiel des mouvements paysans. Des trois frères, il est le seul à vouloir continuer à travailler la terre et à persuader toute la communauté paysanne de poursuivre sur son chemin. Malgré l’indifférence et le ras-le-bol d’avoir été exploités par des entreprises privées dans l’illusion de voir des améliorations pour eux et leur famille : chat échaudé craint l’eau froide.

Lorsqu’ils ont commencé, ils étaient vingt-trois producteurs. Une fois organisés ils se sont présentés à la Banque Agricole de l’Etat de Lara et ils ont tous obtenu un financement. Ils ont commencé le travail de production sur les cent cinquante hectares des familles participantes. Les producteurs qui ne les avaient pas encore rejoints ont commencé à se rapprocher en voyant que la proposition avançait et que les décisions étaient prises collectivement.

« Lorsque les paysans n’étaient pas organisés ils n’avaient pas de possibilité de travailler les terres, c’est pour cette raison qu’ils les louaient aux entreprises privées qui semaient du maïs; ils payaient les paysans une misère pour chaque hectare cultivé, le maïs semé était mis dans des silos privés qui étaient ensuite amenés aux entreprises Polar et vers d’autres silos afin de produire de l’alcool au lieu d’aliments », raconte José.

Mais il y avait aussi les paysans qui ne pouvaient pas payer leurs dettes envers l’Etat parce que celui-ci leur avait accordé les crédits au mois de décembre, moment où le cycle des semailles de haricots était dépassé. Aussi le Conseil Paysan Argimiro Gabaldon est-il intervenu pour faire le lien entre ces producteurs et Fondas ; ils négocièrent la signature d’un contrat de restructuration qui leur permettrait de solder ces dettes à condition d’être refinancés. Grâce à ce travail d’organisation les producteurs ont fait de bonnes récoltes et sont redevenus solvables vis-à-vis de l’Etat.

Aujourd’hui, il y a déjà soixante-dix familles de producteurs qui font partie du Conseil Paysan, ils ont récupéré 580 hectares de terres : 520 semées de maïs, et 60 de haricots.Sabana-Alta-6 Sabana-Alta-4

Le problème des semences et des facteurs de production bio

C’est ici que nous revenons à notre introduction. Quel type de maïs est semé sur ces 520 hectares ? Pour y répondre il faut d’abord voir  comment marche la relation entre ces organisations paysannes de production familiale et l’État. Les paysans ont récupéré des terres laissées en friche qui étaient là pour « grossir » les grands propriétaires, mais ils avaient besoin des outils nécessaires pour les travailler et les rendre productives.

Premier point: l’Entreprise Socialiste Pedro Camejo, une entité de l’État chargée de la mécanisation agricole et qui fournit ses services pour préparer les terres, les semailles, les aspergements, la coupe et le transport de récolte. Ses prix se situent bien en-dessous des tarifs pratiqués par les entités privées : par exemple, ces dernières font payer trois mille bolivars par hectare quand Pedro Camejo en demande cent soixante, sacrée différence.

Deuxième point : c’est ici qu’intervient l’entreprise d’état Agropatria, expropriée lorsqu’elle était connue sous le nom de Agroisleña S.A. Cette entreprise est celle qui fournit les intrants  et les semences à tous les producteurs. Bien que la semence qui se trouvait naturellement dans cette zone était celle du maïs cariaco, cette année Agropatria a donné au Conseil Paysan Argimiro Gabaldon des semences Dekalb® (inscrit de cette façon avec la lettre « r » dans un petit cercle), importées par Monsanto. Ce sont celles qui se trouvent sur les 520 hectares de terre.

Dekalb® est une marque de maïs, caractérisée par ses « hybrides hautement consistants qui peuvent faire augmenter les gains de l’agriculteur », comme on le souligne dans les pages officielles. Pourquoi ceci se passe-t-il au Venezuela aujourd’hui ? Ce qui est évident pour José c’est que les intérêts des mafias continuent d’exister et celles-ci infiltrent les institutions de l’État, grâce à la collaboration interne dans le but d’accéder au dollar préférentiel destiné aux importations.

De plus : « Depuis que l’on a introduit l’agriculture verte dans le pays, peu à peu les valeurs ancestrales se sont perdues, et grâce auxquelles les grands-pères et grands-mères et leurs aïeux agriculteurs préservaient et administraient leurs semences. Ils n’étaient pas en train d’attendre devant une entreprise pour qu’on leur vende des semences. Ils en gardaient lors des récoltes pour le cycle suivant. Nous pouvons récupérer nos semences. Nous sommes en train de faire un effort pour produire celles que nous sèmerons l’an prochain. »

Actuellement ce Conseil Paysan n’utilise pas 100% d’herbicides. Ils assurent qu’ils utilisent des intrants biologiques moins toxiques et dommageables. « Nous ne sommes pas disposés à utiliser des semences transgéniques. » Ils vont récolter deux millions de kilos de maïs en 20 jours, destinés aux silos d’Agropatria. Avec le maïs on produira de l’huile, des aliments concentrés, et les 2 400 000 kilos de maïs conditionnés seront envoyés au moulin pour produire de la farine précuite.Sabana-Alta-13 Sabana-Alta-8 (1) Sabana-Alta-10

Quelle est l’étape suivante ?

Il faut compter sur la méthodologie adéquate pour créer des ateliers où former les paysans sur la façon de faire les croisements de la semence nationale afin d’améliorer le rendement et les plants. « Nous avons la connaissance, mais nous avons besoin d’articuler cela avec l’Institut National de Recherches Agricoles, lesquelles disposent de l’appareil technologique pour prendre en charge le soutien technique et l’accompagnement dans la sélection et l’amélioration des semences. » Pour José, ceci est possible et d’autres choses encore.

« Depuis que nous nous sommes constitués en Conseil Paysan, nous avons lutté pour ne pas dépendre de l’État par rapport au prestataire de services comme Pedro Camejo, et pour acquérir nos propres machines, les outils pour traiter, empaqueter et distribuer au niveau des Assemblées Paysannes ce que nous semons et récoltons, en particulier, pour nos communautés. Distribuer en « demi-cercle » comme disait Chavez, car nous avons rapproché le maïs de l’État mais nous continuons à acheter un kilo de farine revendue et de lait en poudre à 40 bolivars alors que son coût est de 19 bolivars.

Les défis sont nombreux et parfois compliqués, ils sont liés à des logiques bureaucratiques qui ne sont pas une caractéristique de ces espaces. Mais la connaissance des technologies traditionnelles, la volonté et l’envie de dépasser les contradictions sont plus grandes : « Nous allons travailler pour ne pas dépendre des semences distribuées par l’État, nous allons sauver et produire nos semences nationales. Nous allons travailler pour ne pas dépendre d’un produit agrochimique pour travailler la terre, pour produire nos propres intrants et ne pas dépendre des importations. Aujourd’hui, avec cette guerre économique, si on nous fait un blocus total et que nous ne produisons pas des semences, nous mourrons de faim ».

José dit que ce qu’ils ont obtenu de plus précieux jusqu’à présent, au-delà de ce qu’ils pourraient générer dans leur propre secteur de production, c’est la conscience : « Nous ne voulons pas perdre le travail de la terre, nous voulons poursuivre sur le chemin de nos grands-pères et grands-mères, de nos mères et pères ; ils ont semé à la force du poignet, à la main, sans machine, on produisait à petite échelle mais on produisait.».

Texte : Katherine Castrillo, @ktikok

Photos: Irene Echenique, @Irevendre

Source : http://laculturanuestra.com/producir-semillas-o-morir-de-hambre/

Traduction : Sylvie Carrasco

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-24v

Advertisements

Une réponse

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s