José Mujica, ex-président de l’Uruguay : « Ce que fait l’OEA est un danger non seulement pour le Venezuela mais pour tout le continent »

Editorial du journal La Jornada (Mexique), 28 avril 2017.

La sortie du Venezuela de l’Organisation des États Américains (OEA) laisse ce forum international orphelin de deux pays qui, pour diverses raisons, ont eu un poids important dans l’histoire du continent. En 1962, l’organisme expulse Cuba de ses rangs en se basant sur l’argument révélateur que « l’adhésion d’un membre de l’OEA au marxisme léninisme est incompatible avec le Système Interaméricain ». Il était déjà clair que ce « système interaméricain » était sous haute influence politique et idéologique de Washington, et servait d’instrument pour arrimer les gouvernements de l’hémisphère au camp occidental pendant la guerre froide.

Rappelons que l’OEA, qui n’agit au nom de la démocratie que lorsque cela convient aux intérêts des États-Unis et des oligarchies locales latino-américaines, n’a rien fait de significatif pour, au moins, atténuer les atrocités de dictateurs tels que Rafael Léonidas Trujillo (République Dominicaine) ou Anastasio Somoza (Nicaragua), s’est tue quand un gouvernement sorti des urnes fut renversé au Guatemala par un coup d’État organisé directement par la CIA de Foster Dulles (1954), n’a pas bougé d’un pouce quand diverses démocraties sud-américaines ont été détruites dans les années 70 avec l’avènement de sanglantes dictatures militaires (Uruguay, Bolivie, Chili, Argentine…) impulsées dans de nombreux cas depuis la Maison Blanche, le Département d’État et le Pentagone. Plus récemment, l’organisme panaméricain a été incapable de faire quoi que ce soit pour empêcher un coup d’État au Honduras, les massacres quotidiens et les assassinats de journalistes, de militants sociaux et de défenseurs de droits de l’homme au Mexique et en Colombie, ou pour dénoncer les conspirations parlementaires qui ont eu comme conséquences les destitutions des présidents élus Fernando Lugo, au Paraguay (2012) et Dilma Rousseff, au Brésil (2016)…

A ce long historique, il faut ajouter aujourd’hui la suractivité de l’actuel secrétaire général de l’OEA, l’uruguayen Luis Almagro en faveur de la droite vénézuélienne. Loin de contribuer à une solution pacifique à la « crise », celui-ci a attisé le conflit, assumant ouvertement le rôle de soutien à une des parties dans le cadre du conflit politique et institutionnel en cours, convertissant l’organisme qu’il dirige en instrument de pression diplomatique contre le gouvernement bolivarien.

L’uruguayen Luis Almagro, actuel secrétaire de l’OEA, coiffant une casquette vénézuélienne lors d’un séminaire sur « marketing et gouvernance politiques en Amérique Latine » organisé récemment à Miami. A ses côtés, J.J. Rendon, spécialiste en guerre psychologique et conseiller de l’ex-président colombien Alvaro Uribe. L’ex-président uruguayen José Mujica a dénoncé son ex-chancelier Almagro : « ce qu’il fait est dangereux non seulement pour le Venezuela mais pour tout le continent« . (1) Pour sa part le président bolivien Evo Morales a déclaré « Almagro doit respecter les principes de l’OEA et le gouvernement démocratiquement élu du Venezuela. On ne comprend pas ce que fait l’OEA contre le Venezuela » (2)

Evo MoralesAvec de tels antécédents et dans de telles circonstances, il n’est pas surprenant que Caracas ait décidé d’abandonner l’organisation pour recourir, en échange, à la Communauté des États Latino-Américains et Caribéens (CELAC), un forum plus équilibré duquel sont exclus les Etats-Unis et le Canada et dans lequel, par conséquent, on pourrait attendre une action plus constructive et propice dans le but de surmonter la crise vénézuélienne à travers le dialogue et la coopération diplomatique.

L’OEA était déjà sortie affaiblie de l’expulsion de Cuba; lorsqu’en 2009 l’organisme invita l’île des Caraïbes à reprendre sa place, La Havane rejeta l’offre. Aujourd’hui, la sortie volontaire du Venezuela, appuyé par les pays de l’ALBA, accentue le discrédit d’une instance internationale qui n’a jamais su être à la hauteur de ce que ses membres latino-américains auraient pu attendre d’elle et qui, depuis sa fondation (1948) jusqu’à ce jour, n’a fait que mériter la description populaire qui en est faite : le Ministère des Colonies de Etats-Unis.

Notes

(1) http://www.lr21.com.uy/politica/1330026-mujica-almagro-oea-venzuela-libro-urrazola-frente-amplio-izquierda

(2) http://ciudadccs.info/2017/05/01/evo-morales-almagro-respetar-principios-la-oea/

Source de cet article : http://www.jornada.unam.mx/2017/04/28/edito
Traduction : Luis Alberto Reygada pour Le Grand Soir (Twitter : @la_reygada).
URL de cet article :
https://www.legrandsoir.info/oea-organisme-indefendable.html
Publicités

  1. Pingback: José Mujica, ex-président de l’Uruguay : « Ce que fait l’OEA est un danger non seulement pour le Venezuela mais pour tout le continent » | Mes coups de coeur

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s