La double attaque contre l’Assemblée Constituante

Par Marco Teruggi

Retour de la politique à la politique. Tel est l’appel à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC). Après plus d’un mois, avec des milliers de candidats inscrits, il est d’une clarté brutale que la droite n’abandonnera pas sa stratégie insurrectionnelle/interventionniste. Son bloc est resté uni ‒ avec ses divisions historiques internes ‒ autour du rejet du dialogue national. S’il existe des secteurs qui veulent s’asseoir à la table, ils sont éjectés de la direction du mouvement putschiste.

Avec cette droite, à ce stade, il ne semble pas qu’il y ait de retour possible au champ d’un accord minimal pour résoudre les conflits. En tout cas jusqu’à preuve du contraire. Mais la politique comme politique dans le cadre démocratique ‒ et non comme intensification de la violence ‒ doit continuer à s’imposer de son poids, de sa légitimité, reconquérir l’hégémonie. Et la manière la plus puissante de le faire, telle qu’elle est proposée aujourd’hui à tous les secteurs de la société, c’est l’Assemblée Nationale Constituante et surtout, le processus qui doit précéder et accompagner son élection.

Cette tentative de dominer la scène politique implique deux questions centrales. L’une d’elles est la capacité de construire un discours public-médiatique-officiel capable d’élever la dynamique jusqu’au débat d’idées, afin de démonter l’argumentaire de la droite. L’autre est de récupérer le débat où se joue – même si on l’oublie parfois – la grande politique : dans les territoires, parmi les citoyens ordinaires, les égaux, hors des caméras. Tout autant parmi les milliers de personnes désorganisées que dans les secteurs organisés. Sans cette re-création, sans ce ré-enracinement de la politique là où se trouve la majorité nécessaire, il restera difficile de faire en sorte que ce processus constituant, à savoir participatif, citoyen et actif, débouche sur une Constitution exprimant des aspirations et des conclusions populaires. La politique sans gens est le projet de la droite, elle est la défaite du processus révolutionnaire.

La question qui se pose dès lors est : comment s’approprier l’Assemblée Constituante hors de la superstructure et du parti ? Une des manières de le savoir, au-delà des enquêtes, c’est de se mettre à l’écoute des espaces populaires organisés ‒ Rodolfo Walsh disait qu’écrire c’est écouter.

Captura de pantalla 2017-02-28 a la(s) 4.17.47 PMCommune Jesús de Nazareth, état d’Apure, municipe Páez ‒ territoire totalement couvert de communes ‒, Guasdualito, à une demi-heure de la Colombie. La réunion rassemble des femmes et des hommes qui sont les porte-paroles de la commune pour débattre de l’Assemblée Constituante. On commence par analyser en profondeur son pourquoi, ses puissances et ses limites. Le bilan est clair sur l’existence d’une offensive insurrectionnelle de la droite, accompagnée par une avancée paramilitaire ‒ ce qui, dans cette zone frontalière, est un thème familier‒ et en même temps sur l’existence d’une bataille interne à la révolution.

Ce dernier point est approfondi par les communards, qui sont ceux qui impulsent le projet stratégique développé par Hugo Chávez et qui observent comment le pouvoir constitué ‒ c’est ce qui se répète au cours de la réunion – leur ferme les portes de manière quasiment systématique. Ils sont un sujet-charnière qui a construit la révolution, qui à son tour ne leur reconnaît pas de centralité. Pour cela ils insistent sur ce point contenu dans le menu propose par le président Maduro pour l’Assemblée Constituante : graver dans la constitution l’espace que doivent avoir les communes.

Le débat tourne autour de comment débattre de l’assemblée constituante avec les voisins qui vivent sur le territoire de la commune. Les porte-paroles élaborent un chronogramme d’assemblées pour chacun des conseils communaux qui forment la commune. “Nous devons porter ce débat à l’intérieur de nos populations, débattre avec tout le monde, y compris avec les voisins de droite, leur demander pourquoi ils ne veulent pas d’assemblée constituante, nous avons le caractère et les facultés de convaincre” analyse William López, membre du parlement de la commune. Il y a un consensus : il est nécessaire de sortir, d’ouvrir des assemblées, de mener le débat avec tous, dans un contexte marqué à la fois par le repli et la résistance, par le désenchantement et la conscience.

La réalité dans les communautés n’est plus la même qu’il y a quelques années. Plusieurs éléments ont frappé les gens : la guerre-crise économique, les effets de la contrebande soutenue, l’impunité transversale, les logiques fermées de certains espaces du chavisme, les poids bureaucratiques écrasants. Il existe un reflux et à contre-courant de ce mouvement il faut régénérer la politique et la participation. “Les gens sont mécontents, préoccupés” dit William. Comment s’articulent les besoins fondamentaux des gens – aliments, médicaments, par exemple ‒ avec l’Assemblée Constituante ? C’est là tout le défi, la complexité. La distance entre les mots et les réalités paraît grande.

Captura de pantalla 2017-02-06 a la(s) 2.15.44 PMOn ne peut gagner qu’avec la politique. Et celle-ci doit renaître depuis les bases, là où est né le chavisme lui-même. Ce qui se passe dans une commune n’est pas la réalité de toutes les communes ni de tout le pays, mais a valeur de thermomètre ‒ s’il s’agit effectivement d’une commune participative ‒ de ce qui se passe dans les territoires organisés. Les débats qui s’y déroulent condensent des nœuds structurels du processus. La situation dans les zones de moindre organisation semble être plus complexe : plus forts désenchantement de la politique et sensation d’être dans une bataille entre deux forces de partis éloignés du quotidien des gens, marqués par la hausse continue des prix.

La prochaine ANC ne se débat pas seulement dans les communes. Il existe des forums dans différents endroits du pays, des assemblées dans les quartiers, dans les lieux de travail, d’étude, dans des espaces publics, où parfois opposants et chavistes se retrouvent face à face. Ce sont des initiatives qui se multiplient hors des caméras, qui rencontrent cette nécessité d’un véritable processus constituant et non d’un technicisme arrangé d’avance. La préoccupation qui émerge de la réunion dans la commune Jesús de Nazareth est : ces débats collectifs, les propositions construites, seront-ils pris en compte ? Ou sommes-nous face à des assemblées qui sont pure formalité ?

La crainte,  disent-ils, est de générer de nouveau des espoirs parmi les gens et que le résultat de cette mobilisation participative ne soit exprimé nulle part, que ce soient les logiques bureaucratiques qui s’imposent. Ce serait un coup trop lourd dans un contexte marqué par le désenchantement, l’éloignement, les difficultés matérielles soutenues et par le contexte général : un blocage par la violence entre deux forces, dans lequel le chavisme a mis sur la table l’Assemblée Nationale Constituante comme manière de trouver une issue pacifique et politique et où la droite a annoncé sa volonté d’empêcher que se tienne cette assemblée.

Dans la Commune Jesús de Nazareth, ainsi que dans beaucoup de communes du pays, existe la volonté d’assumer le rôle historique, de dialoguer dans les communautés, de construire des débats, des propositions, de tenter de convaincre ceux qui se sont éloignés. Ils croient que même dans les difficultés on peut convertir l’Assemblée Constituante en un processus qui fera que les gens reviennent vers la politique et viceversa. Il suffit d’y aller et d’écouter. Le temps est aujourd’hui.

Source : https://hastaelnocau.wordpress.com/2017/06/07/el-doble-asedio-a-la-asamblea-nacional-constituyente/

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2GA

Publicités

  1. Pingback: Venezuela : du coup d’État planétaire à un monde sans murs médiatiques | Venezuela infos

  2. Pingback: Venezuela : du coup d’État planétaire à un monde sans murs médiatiques – Le Regard d'Eldorhaan

  3. Pingback: Peut-on porter des habits rouges quand on est journaliste au Venezuela ? | Venezuela infos

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s