Dollariser le Venezuela : la promesse du candidat de l’opposition aux présidentielles, Henri Falcon.

5a95e426c3337

Selon certains médias, la dollarisation est une proposition « nouvelle » de l’un des candidats de l’opposition à la Présidence de la République, Henri Falcon, qui a fait de la confiscation de la monnaie nationale vénézuélienne l’élément central de son programme de gouvernement. Toutefois, les antécédents et l’orchestration de ce projet n’ont pas commencé avec Falcon, bien au contraire.

Les antécédents.

Depuis le lancement de Dolar Today comme arme de guerre financière dans un contexte de blocus à l’encontre du Venezuela, la question de la dollarisation s’est positionnée dans le champ médiatique comme une nécessité prétendument inéluctable. Certains cercles intellectuels vénézuéliens en lien avec des organismes de lobbies états-uniens, tout particulièrement le Centre CEDICE LIBERTAD, qui est lui-même une filiale du puissant think-thank INSTITUTO CATO, ont commencé à introduire ce thème pour rivaliser avec le débat économique national depuis 2015 au moins, année où il a acquis une certaine notoriété en deçà de ses activités académiques. Deux éléments clés ont placé cette proposition le plus à droite du spectre politique vénézuélien, où l’on peut aisément identifier avec Maria Corina Machado et l’ancien Parti Voluntad Popular. D’un côté, nous avons une appartenance à la charte intellectuelle du néolibéralisme et de ses principaux représentants ; de l’autre, une identification (pas toujours chaleureuse) de l’Instituto Cato avec le Parti Républicain, outre ses activités de lobbying et de conseil juridique en vue d’engager des réformes favorables aux grandes multinationales au sein du Congrès Américain. Entre parenthèses, il convient de rappeler que l’Instituto Cato a récompensé en 2008 le dirigeant étudiant Yon Goicoechea en lui décernant un prix créé par l’Institution elle-même, le prix Milton Friedman, à savoir 500 mille dollars en espèces remis à quiconque irait grossir les files de Voluntad Popular une fois de retour au Venezuela en 2017.

Mi-2015, CEDICE a commencé à organiser une série de rencontres internationales sur la dollarisation au Venezuela, dans la ville de Caracas. Pour améliorer l’image de ces évènements, ont été invités des acteurs financiers du processus de dollarisation qui avait été mis en œuvre en Equateur et quelques représentants de la classe capitaliste vénézuélienne comme Victor Maldonado, alors président de la Chambre de Commerce de Caracas et qui fait aussi partie du CEDICE.

En publiant une large gamme d’articles et d’enquêtes, CEDICE a tenté de se présenter comme l’avant-garde idéologique de la dollarisation au Venezuela, et a également financé des activités académiques relevant du domaine économique, en mettant en avant des référents intellectuels et en promouvant les idées de ceux qui, dans le spectre politique national, montrent de la sympathie pour la dollarisation et le démantèlement de l’Etat Vénézuélien. Le CEDICE a, par exemple, mis en avant la figure de Maria Corina Machado et ses relations en publiant ses articles, l’admettant en quelque sorte comme membre non officiel de son organisation.

Le parrainage des activités du CEDICE passe par le cordon ombilical de la NED, ce qui revient à dire par le Département d’Etat des Etats-Unis opérant par des mécanismes de pouvoir doux. Publiquement, cette institution a reconnu son soutien à cette ONG et à d’autres qui constituent un vaste réseau d’agents de déstabilisation du pays.

Bref portrait de qui se cache derrière Falcon.

Les droits d’auteur concernant la dollarisation au Venezuela reviennent à Steve Hanke. Il est actuellement le directeur de l’Instituto Cato et l’un des 30 économistes les plus influents du monde selon divers points de vue. Il a également été conseiller du second gouvernement de Rafael Caldera

à qui il a proposé de dollariser l’économie vénézuélienne comme élément de base du programme de privatisation –dont tout le monde se rappelle- nommé Agenda Venezuela. Il a conseillé les chefs d’Etat de plus de 10 pays dans leur politique monétaire ; c’est un économiste qui bénéficie d’une forte présence médiatique et qui se vante d’avoir été l’artisan de la dollarisation en Equateur et du démantèlement du secteur public dans plusieurs pays d’Europe de l’Est après l’effondrement de l’Union Soviétique. Son rôle de sicaire financier au Venezuela est amplement connu et on sait qu’il est l’un des promoteurs et des conseillers de l’indice parallèle Dolar Today, dont on se sert pour dévaluer le bolivar et altérer sévèrement le système des prix de l’économie vénézuélienne. Il est aussi le créateur de « l’indice de la Misère », une méthode d’évaluation globale de la pauvreté très peu crédible en comparaison des paramètres internationaux admis, bien qu’il se révèle être un produit médiatique très rentable.

HF2

Pour Hanke, le Venezuela est le « pays le plus misérable du monde ». Il se sert de son influence dans les médias internationaux et d’importantes publications académiques et instrumentalise cette qualification pour apporter sa contribution au dossier dit « l’Etat en faillite » au Venezuela depuis le domaine qui est le sien. Autre chose pour laquelle on peut le remercier.

Depuis l’année 2015, Hanke a soutenu la dollarisation du Venezuela dans divers médias, le présentant comme un remède magique aux problèmes de l’inflation du pays, ceux-là même que Dolar Today a contribué à intensifier. Il a défendu en personne cet indice en mai 2016 lorsque l’Etat vénézuélien a dénoncé cette page web devant les tribunaux états-uniens. Cette année-là, il a accordé une interview au journal Panorama dans laquelle il affirme « Je peux résoudre les problèmes en quelques heures seulement, la seule chose à faire est de dollariser le pays, et les médicaments, les aliments commenceront à affluer. L’autre solution, que j’ai recommandée au Président Caldera et que nous avons presque mise en œuvre en 1996, mais il n’a malheureusement pas obtenu les voix suffisantes aux élections, consiste à remplacer le bolivar par le dollar comme nous l’avons fait en Equateur en 2001 », voulant montrer par là qu’il serait le seul à être capable d’engager ce processus au Venezuela.

En 2017, il a soutenu dans une publication de Forbes que son « modèle » de dollarisation du Venezuela était prêt ; il s’agissait d’un projet de loi de 8 points incluant l’élimination du bolivar, le transfert de tous les actifs de la République en monnaie étasunienne et la désignation d’un comité d’experts chargé de redéfinir le schéma des investissements et du remboursement de la dette du pays. Bien qu’à l’époque, la publication ait été propagée par de grands médias financiers, sa proposition n’a pas obtenu de soutien notoire de la part des acteurs politiques et économiques vénézuéliens. Néanmoins, son offensive destinée à influencer l’opinion publique vénézuélienne en faveur de la dollarisation ne s’est pas arrêtée là. Au mois de mars dernier, il a accordé une entrevue à El Universal du Venezuela au cours de laquelle il a de nouveau présenter le modèle qu’il avait déjà évoqué une année auparavant, mais en se référant cette fois-çi aux aspects politiques de la dollarisation, ce qui est nouveau chez Hanke : « s’il y avait un nouveau gouvernement dans ce pays, les sanctions en cours deviendraient inutiles et seraient immédiatement levées », citant l’exemple du Panama où même en pleine détérioration des relations entre les Etats-Unis et Manuel Noriega puis l’invasion ultérieure de 1989 « il n’y eut aucune difficulté à mettre en œuvre la dollarisation ».

Une conclusion qui dépasse le point de vue économique

L’idée de dollarisation ne vient pas de Henri Falcon et encore moins de son conseiller en économie, Francisco Rodriguez, même s’ils ont essayé de la présenter comme une initiative personnelle dont ils auraient la propriété exclusive. Ceci d’un point de vue économique.

D’un point de vue politique, Henri Falcon reste le candidat présidentiel qui a délégué son programme de gouvernement et son activité stratégique de campagne à un économiste étasunien. Il a ainsi mis en évidence non seulement son manque de créativité politique et économique face à la situation actuelle, mais aussi son extrême dépendance à la constellation d’idées liée au néolibéralisme. Un très mauvais service qu’il rend de la sorte à sa tentative de se distancier des autres acteurs de l’opposition qui ne cachent pas leur sympathie culturelle pour les Etats-Unis, ses ONG’s et ses think-thanks, et qui soutiennent programme d’assiègement et d’asphyxie à l’encontre du Venezuela.

Reproduire à la lettre et en actes le programme de dollarisation de Steve Hanke voulait dire, au début de la campagne de Henri Falcon, aller à l’encontre d’une charte de significations liées à l’identité vénézuélienne, comme la défense du pays et de ses principaux symboles qui comprend aussi la monnaie ne se résumant pas à ses seules propriétés métalliques. Dans le cadre de la confrontation directe imposée par les Etats-Unis ces derniers mois, ces caractéristiques ont agi au sein de la société vénézuélienne en faveur de l’unité et de la cohésion face à la menace visant ouvertement l’existence politique même du pays. C’est ce qui a constitué l’atout politique et moral fondamental du chavisme et a fait sa force en plein conflit. De ce point de vue, le fait que Falcon reconnaisse que son programme de « changement » dépend explicitement et politiquement d’un acteur identifié aux Etats-Unis le place automatiquement dans une position de confrontation à l’intérêt national. C’est un autre mauvais service qu’il se rend à lui-même lorsqu’il se présente contre le chavisme à sa base populaire face au mépris qu’il a suscité auprès des secteurs de la classe moyenne supérieure et ses principaux porte-paroles.

Il reste cependant quelques facteurs à éliminer de l’équation, surtout sur le plan de la tactique. Compte-tenu de la pression idéologique que Steve Hanke exerce sur des acteurs de l’extrême droite vénézuélienne (je pense à Maria Corina Machado), le fait d’avoir recours à la dollarisation en tant que programme central de son gouvernement pourrait représenter une manœuvre destinée à inverser le modèle de compétition qu’entretient la campagne de Falcon avec les dirigeants les plus en vue de l’opposition vénézuélienne rassemblées au sein de Primero Justicia, Voluntad Popular et Accion Democratica, et, avant tout, avec la politique de sanctions des Etats-Unis qui sont en définitive les meilleurs des tacticiens.

Pour l’instant, il bénéficie du soutien de Steve Hanke.

Il est fort probable que sur le plan tactique, Falcon se serve de la dollarisation pour obtenir un consensus minimal avec les principaux dirigeants du milieu de l’opposition et du front international contre le Venezuela, qui l’ont qualifié d’instrument de « la dictature » et l’ont accusé de soutenir la « fraude ». Obtenir l’appui de ses adversaires au sein de l’anti-chavisme est primordial pour le candidat de l’opposition afin de lui permettre de libérer sa campagne présidentielle du discrédit qui pèse sur elle. Une bonne partie de cette contre-campagne provient de porte-paroles de l’establishment états-unien qui brandissent la narrative du caractère « frauduleux » des élections du 20 mai, parmi lesquels figurent Marco Rubio, Ileana Ros et l’état-major du Département d’Etat. Ils considèrent Falcon comme un obstacle à l’escalade des sanctions économiques contre le pays après les élections. Dans ce contexte, la proposition de dollarisation tente de persuader les Etats-Unis de baisser le ton de la confrontation, celle-ci étant l’élément fondamental de l’orientation des porte-paroles les plus extrémistes de l’anti-chavisme, puisque le programme central du candidat de l’opposition accorderait à la Réserve Fédérale le contrôle total du Venezuela une fois gagnées les élections. Un bon échange apparemment pour relâcher les tensions au sein de l’opposition. Mais au-delà du point de vue de la tactique, ou de ce que Falcon tente de faire avec son arme de persuasion, il ne semble pas qu’il existe de lignes nettes de démarcation dans le spectre des dirigeants anti-chavistes puisque tous à leur manière poursuivent le même but : livrer le pays aux centres du pouvoir mondial qui a déclaré la guerre au Venezuela.

Source : http://misionverdad.com/La-Guerra-en-Venezuela/dolarizacion-steve-hanke

Traduction : Frédérique Buhl

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-42X

Publicités

Une réponse

  1. Pingback: Dollariser le Venezuela : la promesse du candidat de l’opposition aux présidentielles, Henri Falcon. | Boycott

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s