Au Brésil, la bataille présidentielle ignore le vrai Venezuela

IGOR_5

L’auteur : Igor Fuser est Docteur en Sciences Politiques de l’Université de São Paulo (USP) et enseigne les Relations Internationales à l’Université fédérale d’ABC (UFABC).

Le Venezuela s’est invité dans les élections brésiliennes non pas comme un vrai pays, mais comme l’épouvantail que chacun rhabille à sa convenance, au mépris total de la réalité – unique et complexe – de notre pays voisin.

Les candidats de droite ont bourré leurs prêches contre Fernando Haddad de récits macabres sur le gouvernement bolivarien du président Nicolás Maduro. Ils ont insinué qu’en cas de victoire du candidat luliste, le Brésil se retrouverait plongé dans une crise similaire à celle qui affecte le Venezuela. Ce même discours intègrera certainement l’arsenal de propagande de Jair Bolsonaro lors du choc décisif du second tour.

La faille la plus évidente de cette rhétorique est que ce même Parti des Travailleurs dont Haddad fait partie a gouverné le Brésil durant treize ans, en alliance avec d’autres partis (principalement de centre et de centre-droit) et rien, absolument rien, ne permet de rapprocher la situation brésilienne de 2003 à 2016, du scénario réel ou déformé que les médias dominants véhiculent au sujet de la Patrie de Bolivar.

Un des traits les plus saillants des efforts menés par le PT, pour le meilleur comme pour le pire, fut la recherche constante d’un équilibre entre les intérêts contradictoires qui traversent la société brésilienne, injuste et inégale. Lula et Dilma ont tenté d’appliquer des politiques du type « gagnant-gagnant », dans lesquelles l’amélioration des conditions des plus pauvres se produisait parallèlement à l’expansion des bénéfices des entreprises privées, chose qui, de fait, s’est produite dans presque toute la durée de ses mandats.

Il est ironique de constater que l’une des principales critiques que ces gestions de gauche essuient de la part des adversaires néolibéraux concerne les avantages, considérés comme indus, que l’État a accordé au secteur des grandes entreprises, tels que les lignes de crédit du BNDES et des exonérations fiscales.

Au Venezuela, la période ouverte par l’arrivée de Hugo Chavez à la présidence en 1999, s’est caractérisée par une confrontation sans conciliation possible entre les classes riches d’une part, et la majorité privée de droits, d’autre part. Ce conflit est dû, en partie, aux objectifs nettement socialistes que Chavez fixa à son mandat présidentiel et, surtout, au coeur du conflit politique vénézuélien: la redistribution des revenus pétroliers.

Le chavisme a réorienté les recettes provenant de l’exportation du pétrole vers un vaste ensemble de politiques sociales menées en faveur des couches les plus pauvres de la population, ce qui a soulevé l’ire des secteurs les plus riches. L’élite vénézuélienne a déclaré la guerre au bolivarianisme et a cherché depuis vingt ans à le chasser du pouvoir par tous les moyens: élections, coups d’Etat, sabotage économique pour créer une ¨crise humanitaire¨ qui lui permet à présent de faire le pari téméraire, vu l’échec de toutes les tentatives précédentes,  d’une intervention militaire étrangère.

Les seuls points de contact entre la trajectoire du conflit vénézuélien et l’impasse actuelle du Brésil tournent autour de l’hystérie des anti-gauche qui cherchent désespérément à créer une forme d’association entre Haddad et Maduro. En réalité c’est la campagne de l’extrême droite de Bolsonaro qui attise les flammes de la lutte des classes en attaquant des conquêtes sociales ancrées depuis longtemps dans la société brésilienne, comme le 13ème mois de salaire, le congé de maternité ou les congés payés.

Le discours bolsonariste considère les opposants politiques comme des ennemis à éliminer, et considère la sphère publique brésilienne comme un champ de bataille. La question sociale redevient un « affaire de police », comme dans la Vieille République, et on annonce que « les activismes » seront interdits, comme dans toute dictature.

Mais la perspective réelle, si Bolsonaro réalise son ambition de parvenir au pouvoir accompagné d’un vice-président à la rhétorique encore plus belliqueuse, est que le Brésil sombre dans une guerre politique à l’image du pays voisin. C’est-à-dire « devienne un Venezuela », au sens tordu qu’a pris cette expression.

Il est regrettable que dans cette discussion, les aspects positifs de la voie vénézuélienne soient systématiquement occultés, non seulement par des opposants politiques qui tentent de disqualifier la candidature de Haddad en utilisant toutes sortes de sophismes et de mensonges, mais aussi par certains de ses partisans qui se joignent à la campagne internationale visant à destituer le président Maduro en le qualifiant d’anti-démocratique.

La vérité est que, contrairement au non-gouvernement de Temer, Maduro a été élu et réélu au terme d’élections nettes et pluralistes. Au Venezuela, la population a accès à l’information par le biais de médias pluriels dans lesquels tant la droite que la gauche exploitent des réseaux de télévision et de radio.

Bolsonaro, s’il arrive à la présidence, agira pour éliminer les droits et les acquis sociaux, alors qu’au Venezuela, avec toutes les erreurs qui ont pu être commises, l’objectif a toujours été d’universaliser ces droits. Sur le plan international, les forces externes soutenant Bolsonaro – notamment les secteurs les plus réactionnaires de l’administration Trump et du Parti Républicain – sont les mêmes que ceux qui financent les secteurs putschistes de la droite vénézuélienne.

Haddad a abordé le thème vénézuélien avec beaucoup d’équilibre lorsque, lorsqu’il a été pressé, face aux caméras de Rede Globo, de s’exprimer sur la situation du pays voisin. Il l’a défini comme « un pays en conflit ». C’est-à-dire comme une nation plongée dans une guerre politique où les canaux conventionnels de dialogue entre forces opposées ont disparu et où les pouvoirs de la République (exécutif, législatif et judiciaire) entrent en lutte, ce qui fait que le critère habituel d’évaluation du fonctionnement des institutions est largement bouleversé.

Pour un pays frontalier comme le Brésil, la seule attitude positive possible est celle qui favorise le dialogue entre les parties au conflit, défend la souveraineté nationale du Venezuela face à la menace d’une action militaire états-unienne exprimée par le président Trump et ses conseillers et par-dessus tout, privilégie la solution pacifique des conflits – une position qui fait partie des principes de la diplomatie brésilienne de tout temps quel que soit le gouvernement installé à Brasilia.

Telle a été la position défendue par le candidat Haddad au premier tour, ainsi que par le candidat Ciro Gomes.

Ce qui compte vraiment dans la conduite du prochain gouvernement brésilien vis-à-vis du Venezuela, ce n’est pas l’opinion qu’on possède sur les problèmes internes du pays voisin – qu’il lui incombe de résoudre sans ingérence étrangère – mais la défense de la paix en Amérique du Sud et l’obligation de solidarité avec les personnes qui viennent chercher de l’aide à nos frontières.

Des deux candidats en lice pour le second tour, seul Haddad est à même de comprendre ce besoin dicté par l’intérêt national, par-dessus les partis politiques et les intérêts en lutte.

Réunion de travail sur le pouvoir citoyen en présence de conseils communaux, coopératives, mouvements sociaux, collectifs citoyens contre la spéculation immobilière, les 28 et 29 septembre 2018, Cité nouvelle de Caribia, Venezuela.

 

Source : https://www.cartacapital.com.br/politica/debate-brasileiro-ignora-a-verdadeira-venezuela

Traduction du portugais : Thierry Deronne

URL de cet article :  https://wp.me/p2ahp2-4jY

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s