Au Venezuela, l’Alliance Nationale Productive comme instrument de lutte pour développer la production

Face à l’urgence de produire, une Alliance Nationale Productive (A.N.P.), formée d’organisations de petits et moyens producteurs et de mouvements de paysan(nes) de tout le Venezuela, est en train d’être créée dans le pays. L’A.N.P. est un espace de rencontre national sur la production alimentaire, qui a pour objectif d’élaborer des agendas de travail et  d’actions permettant de surmonter les difficultés que rencontrent actuellement les producteurs (ices) agricoles.

Les actions de cette Alliance sont menées par l’intermédiaire de Commissions Productives dans des communes et des territoires stratégiques où, explique Kevin Rangel, coordinateur national de la Corriente Revolucionaria Bolivar y Zamora, “nous sommes venus organiser des assemblées et des réunions en faisant largement appel aux producteurs des différents secteurs de production, comme le cacao, la banane, le manioc, la culture maraîchère, les pommes de terre, la carotte, l’oignon, le lait, la viande, et principalement à des petits et moyens producteurs”.

Dans quel but les producteurs(ices) de secteurs aussi divers s’assoient-ils autour d’une table de discussion? Pour lutter tous et toutes ensemble. Si les  principales problématiques leur sont communes, alors les solutions doivent aussi être trouvées en commun. Les Commissions Productives sont tout d’abord un espace de discussion pour identifier les difficultés et les problèmes rencontrés localement et réfléchir de manière collective aux solutions à y apporter. “Ce sont des espaces de discussion portant sur le thème de la production, dont l’objectif est de chercher des solutions à des situations qui peuvent être résolues et débloqués au niveau de la région même. Il faut lutter, par exemple, pour avoir accès aux intrants, aux semences, au carburant que nécessite la production, pour obtenir une faucheuse, une tronçonneuse, de lubrifiants, ces difficultés étant particulières à chaque région”, souligne Kevin Rangel.

L’idée est de trouver une solution à certains problématiques locales, mais aussi à des questions d’ordre structurel qui doivent être analysées à de plus hauts niveaux. Depuis l’A.N.P. on cherche à incorporer progressivement à ces commissions régionales des acteurs qui participeront à la résolution des problèmes ; ils pourront provenir du Ministère de l’Agriculture et des Terres et de ses instances ou institutions rattachées, des Forces Armées Nationales Bolivariennes, des autorités locales et des instances du Pouvoir Populaire, car seule une coordination de cette sorte permettra d‘analyser en détail la réalité qu’affrontent ces régions  dont la tâche est de produire, et d’agir en conséquence rapidement  pour gérer les situations rencontrées.

D’autre part, mettre en place ces Commissions Productives de l’Etat était indispensable pour s’attaquer à des problèmes plus complexes comme la mécanisation, la distribution des récoltes, la sécurité et l’attribution des terres. Pour les espaces agricoles et les secteurs de production, l’objectif est de mettre en place une instance supérieure de coordination avec le gouvernement régional ou même national, avec des porte-parole par secteur, pour exposer leur problématique particulière et discuter des politiques agricoles et productives du pays. Ces commissions iront même jusqu’à débattre du plan de production 2019 avec l’ensemble les forces productives de toutes les régions rassemblées dans des espaces ouverts et démocratiques.

Il en existe déjà au Sud du Lac de Mérida, qui disposent d’un réseau de plus de 1500 producteurs, de caco et de bananes pour l’essentiel ; dans la Commune Libertador del Táchira s’en est formée une de producteurs de lait, de viande, de manioc, de banane, de fromage et d’un front uni de pêcheurs ; il en est de même dans la Commune d’Uribante et au coeur de la Ville Communale Juan Pablo Penaloza qui présente un potentiel prometteur de production de légumes, de pommes de terre, de carottes, d’oignon et d’ail. Toutes ces commissions ont un objectif  commun : combattre les mafias qui se sont emparées de la distribution d’intrants et de semences. Selon Rangel “aujourd’hui, des producteurs de légumes changent de secteur pour subsister en raison des difficultés à obtenir des intrants et des semences qui se retrouvent aux mains de mafias agricoles ; ceux-ci  détournent les maigres ressources, intrants et semences attribuées à l’agriculture vers le “bachaqueo” (revente à prix fort de produits de base accaparés ou volés) et la contrebande, ce qui a pour conséquence que dans des régions comme Laguna Garcia, dans l’Etat de Táchira, par exemple, on cultive différemment.

Jusqu’à tout récemment, il y existait une bonne production mais à ce jour cette productivité est tombée à 17% de ce qu’elle était”. L’Alliance Nationale Productive se propose, à partir de discussions et d’actions communes, d’élaborer des solutions et des propositions qui seront présentées au gouvernement national afin de sortir de la crise dans laquelle se trouve le pays, crise de production pour l’essentiel, et nous en sortirons”, insiste Rangel, “grâce à la volonté politique de ceux qui luttent pour combattre les pratiques bureaucratiques inefficaces qui ont permis l’implantation de mafias agricoles dans les états les plus productifs, en élaborant des projets et des solutions concrètes aux problèmes rencontrés”.

La tâche est immense, comme l’est celle du pays qui doit mettre en oeuvre un développement de la production constituant la base matérielle de notre indépendance et de notre souveraineté. Un nouveau modèle de production au Venezuela ne pourra être instauré qu’à partir de la transformation profonde du secteur agricole, puisque c’est sur lui que repose la subsistance de toute société : les aliments. C’est pour cela qu’il faut s’engager à fond dans l‘effort de mettre en place un tel espace où se joue en bonne partie la viabilité de la relance économique  dont a besoin le Venezuela.

44763665_1634632713310141_8054955952396304384_o44878547_1634632723310140_5833357416728625152_n

Source : http://www.crbz.org/alianza-nacional-productiva-instrumento-lucha-desarrollo-productivoalimentos/

Traduction : Frédérique Buhl

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-4l8

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s