Le chantage-au-Venezuela: comment les médias états-uniens tentent d’enrayer la contestation de la politique extérieure, par Alan MacLeod (FAIR)

En France, la tête de liste d’un mouvement progressiste en campagne pour les européennes (Manon Aubry) a déclaré récemment dans un média que “ni Guaido ni Maduro n’ont la légitimité pour organiser de nouvelles élections au Venezuela”. Elle met ainsi sur le même pied un putschiste d’extrême droite, élu par personne, adoubé par Donald Trump, et un président démocratiquement élu lors d’un scrutin dont la transparence a été soulignée par les nombreux observateurs internationaux (parmi lesquels le respecté Conseil des Experts Electoraux Latino-Américains ou l’ex-premier ministre espagnol Rodriguez Zapatero). Les élections qui avaient permis d’élire l’Assemblée Constituante en 2017, furent organisées sur une initiative constitutionnelle de Maduro. Elles ont permis de sortir par le haut du cycle de violences de l’extrême droite qui avait déjà produit des dizaines de morts. Ce fut une nouvelle preuve de cette grande maturité politique, de cette volonté pacifiste qui caractérise la société vénézuélienne. Celle-ci a toujours su éviter la « colombianisation » vers laquelle l’Empire veut l’entraîner. Elle détient d’ailleurs un record continental : 25 scrutins en vingt ans de révolution. Enfin il n’appartient à personne de juger depuis Paris qui est capable ou non d’organiser des élections : les vénézuéliens les organisent en fonction de leur Constitution et de leur loi électorale. 

La position d’Aubry contraste avec celle du leader historique Jean-Luc Mélenchon, qui signe une analyse autocritique sur l’intervention en Libye, dénonce l’ingérence francaise au Venezuela, son “vieux fond de colonialisme” et sa soumission aux Etats-Unis. Des militants expliquent que la candidate Aubry “ne peut pas tout savoir sur tout” ou qu’elle a simplement “merdé au micro”. Mais sans doute le “ni-ni” répandu dans la génération post-moderne a-t-il une cause plus profonde : les champs politique et universitaire sont passés sous la domination du champ médiatique. Le sens commun sédimenté par l’hégémonie des médias a détaché le mot “Venezuela” du réel d’origine pour en faire un « marqueur » de respectabilité. Pour beaucoup de personnalités politiques, revues, journaux, centres de recherche, etc.. la question n’est plus “comment enquêter là-bas, comprendre, apprendre” mais “comment soigner, ici, mon image antitotalitaire dans l’opinion”. L’analyse d’Alan MacLeod montre qu’en ce domaine la France n’est que l’ombre portée de ce qui se passe aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.

Venezuelainfos

_________________________________

Le chantage-au-Venezuela: comment les médias états-uniens tentent d’enrayer la contestation de la politique extérieure

BS1

Aux Etats-Unis les médias dominants ont toujours attaqué les gens de gauche pour leurs positions sur le Venezuela, systématiquement déformé et diabolisé (FAIR.org, 6/1/02, 11/1/05, 4/1/13, 2/22/19). Depuis l’aggravation des sanctions décidée par le président Trump et les indices de préparatifs d’une invasion annoncée (Fox News, 2/27/19), la campagne visant à piéger les partisans du Venezuela est passé à la vitesse supérieure. La droite de l’échiquier politique s’unit à l’establishment du parti démocrate pour dénoncer le candidat potentiel à la présidence, Bernie Sanders, pour sa position soi-disant favorable à la « dictature vénézuélienne ». Et les médias la rejoignent dans cette tâche.

BS2

Tweets de Bernie Sanders (1/24/19) sur le Venezuela.
Le gouvernement de Maduro a violemment réprimé la société civile vénézuélienne, il a violé la constitution en dissolvant l’Assemblée Nationale et a été réélu l’année dernière lors d’une élection dont nombreux observateurs ont dit qu’elle était frauduleuse. La situation économique est catastrophique et les gens émigrent par millions.
Les Etats-Unis devraient soutenir l’état de droit, des élections libres et régulières et l’auto-détermination pour le peuple vénézuélien. Nous devons condamner l’usage de la violence contre des manifestants désarmés et la répression de l’opposition.
Mais nous devons tirer les leçons du passé et ne pas nous consacrer à renverser des régimes ni à soutenir des putschs, comme nous l’avons fait au Chili, au Guatemala, au Brésil et dans la République Dominicaine.
Les Etats-Unis ont une longue histoire d’interventions à tort dans les pays d’Amérique Latine, il ne faut plus s’engager sur cette voie.

Et pourtant, les déclarations de Sanders sur la crise vénézuélienne (voir tweets ci-dessus) étaient très critiques du Président Nicolas Maduro, disant que la réélection de 2018 avait été « jugée frauduleuse par de nombreux observateurs ». Sanders avait condamné la “violente répression de la société civile vénézuélienne» et insisté pour que « l’aide humanitaire » soit autorisée dans le pays. Il s’est systématiquement opposé au Venezuela, appelant Hugo Chavez, le prédécesseur de Maduro, « un dictateur communiste mort ».

En réalité, les élections de 2018 ont été certifiées libres et régulières par plus de 150 observateurs internationaux, bien que les médias aient tu en chœur ces faits gênants. (FAIR.org, 5/23/18). Notons également que la “société civile” n’est pas un terme neutre mais lourdement connoté (FAIR.org, 1/31/19). Dans une étude de plus de 500 articles sur une période de 20 ans, j’ai conclu que le terme était exclusivement employé pour parler de l’élite blanche vénézuélienne, soutenue par les Etats-Unis, mais jamais pour se référer aux groupes de la population majoritairement noire et ouvrière qui soutiennent le gouvernement.

Les Nations Unies et la Croix-Rouge ont également rejeté l’”aide”étatsunienne exigée par Sanders du fait qu’elle était motivée politiquement, et ont longtemps travaillé en coopération avec le gouvernement vénézuélien pour apporter et distribuer une véritable aide internationale dans tout le pays. En outre, le bureau McClatchy DC (2/7/19) a déjà révélé que des armes des Etats-Unis étaient livrées clandestinement dans le pays. Par conséquent, les déclarations du sénateur appuyaient et faisaient écho à nombreux des arguments discrédités en faveur d’un changement de régime qu’avancent Trump, John Bolton et Elliott Abrams .

Mais en même temps, Sanders ne va pas jusqu’à soutenir la tentative du gouvernement Trump de renverser le gouvernement Maduro, alertant au fait que “nous devons tirer les leçons du passé et ne pas nous consacrer à renverser des régimes ni à soutenir des putschs , comme nous l’avons fait au Chili, au Guatemala, au Brésil et dans la République Dominicaine »

Les Etats-Unis ont une longue histoire d’interventions à tort dans les pays d’Amérique Latine, il ne faut plus s’engager sur cette voie.

Certains membres de l’establishment se félicitent de la position de Sanders. Dans un essai paru dans Foreign Policy, intitulé “La gauche continue de ne rien comprendre au Vénézuela” (1/28/19), l’écrivain James Bloodworth fait une distinction entre Sanders et des dirigeants politiques de gauche tels que Ilhan Olmar et Tulsi Gabbard qui seraient « partisans de dictateurs, tant que ceux-ci déclarent des platitudes anti-américaines » :

« Il est possible de s’opposer à l’interventionnisme des Etats-Unis sans trouver d’autres excuses à la dictature de Caracas. Les déclarations sans équivoque du Sénateur états-unien Bernie Sanders mettent en évidence l’absurdité de l’idée selon laquelle la gauche a quelque devoir que ce soit de protéger des dictateurs simplement parce qu’ils se prétendent socialistes. »

(Bloodworth a fait de cette traque des politiques-pro-Venezuela sa spécialité, écrivant le même article pendant des années—Spectator, 11/23/13; London Independent, 2/19/14; International Business Times, 7/4/17; New Statesman, 8/2/17; Huffington Post, 5/22/18.)

BS3

Gros titre : Bernie Sanders a tout faux sur ce qui se passe au Venezuela. Légende de la photo : Juan Guaido prend la parole lors de la présentation de son projet de gouvernement appelé « Plan pais » pour le « sauvetage du Venezuela » a la Facultad de Ciencias Economicas y Sociales de l’Université Centrale du Venezuela le 31 janvier 2019 à Caracas, Venezuela. The Washington Post (1/31/19) réprimande Bernie Sanders parce qu’il refuse de reconnaître “que les Etats-Unis relâchent leur volonté de faire tomber des régimes toxiques »

La plupart des médias dominants ont condamné la position de Sanders comme un soutien servile et honteux à une dictature. The Wall Street Journal (1/28/19) a attaqué le sénateur pour s’être inquiété du “changement de régime » : « Un changement de régime est exactement ce que veut le peuple du Venezuela. Bernie se range aux côtés du dictateur, qui survit au pouvoir seulement grâce à l’armée et aux renseignements cubains. »

Jackson Diehl, du Washington Post (1/31/19) a écrit que Sanders était “mal informé” et qu’il “avait tout faux sur le Venezuela”, puisque selon lui « les Etats-Unis ont évité un affrontement tous azimuts avec le Venezuela pendant des décennies », ignorant le soutien de Washington au renversement du gouvernement vénézuélien au moins depuis 2002, et les sanction dévastatrices qui ont paralysé l’industrie pétrolière et l’accès au crédit du pays.

Le Washington Examiner (2/21/19) a dit du sénateur que “l’immoralité l’étouffait” et “qu’il puait l’hypocrisie » parce qu’il refusait d’appeler au renversement de Maduro, alias le « boucher tueur d’enfants du Venezuela ». Le Miami Herald (2/1/19) a commencé un article par “Honte à vous, Bernie Sanders!”, affirmant que “répéter comme un perroquet la propagande du dictateur Maduro” rendait service à Trump en attirant des électeurs vers une position soi-disant plus raisonnée de la Maison Blanche.

Politico (2/21/19) accentue la pression sur Sanders, affirmant qu’il ne pouvait pas être candidat des démocrates parce qu’il cautionnait un « dictateur », prêtant le flanc à toutes les attaques vues ses remarques « révoltantes », « hors-sol » et « extrêmement ignorantes » qui prouvaient « qu’il ne sera pas le candidat du Parti Démocrate » parce qu’ « il ne comprend pas la situation ».

Politico a présenté Maduro comme un tyran isolé et la position de la Maison Blanche en faveur d’un changement de « régime » comme preuve de bon sens. En signe d’équilibre, il n’oublie pas d’ informer ses lecteurs que des pays comme la Corée du Nord, la Syrie, l’Iran et la Russie s’opposent à ce plan, sans leur dire que des gouvernements tels que ceux de la Norvège, l’Italie, la Suisse, le Mexique, l’Inde, la Chine ou l’Afrique du Sud, qui ne sont pas constamment diabolisés par les médias étatsuniens reconnaissent également le président Maduro.

BS4

Wolf Blitzer (CNN, 2/26/19) demande à Bernie Sanders pourquoi il n’emploie pas le terme validé par la propagande lorsqu’il condamne Maduro.

Pendant plus d’un mois, les médias n’ont cessé de poursuivre Sanders avec la même question. Il a été mis sur le grill en direct par Wolf Blitzer lors d’un passage sur CNN le 25 février. (CNN, 2/26/19): “Pourquoi n’avez-vous jamais dit de Maduro que c’est un dictateur ?» lui a demandé le journaliste.

En réalité 75 pour cent des pays du monde ont rejeté la position des Etats-Unis selon laquelle Juan Guaido est le président légitime du Venezuela, d’après une étude de Venezuelanalysis (2/6/19). L’ONU a officiellement condamné les sanctions des Etats-Unis. Un rapporteur spécial des Nations Unies les a comparées à un “siège médiéval” et a déclaré que les Etats-Unis étaient coupables de “crimes contre l’humanité” (London Independent, 1/26/19). Ces vérités dérangeantes sur lesquelles repose la compréhension de la situation n’ont pas été mentionnées par le New York Times, ni par CNN, MSNBC ou d’autres médias nationaux.

L’opinion internationale, qui n’est jamais en faveur des Etats-Unis, est vite en train de devenir hostile aux plans de Trump, dont la plupart sont tacitement ou explicitement entérinés par Sanders. Les Etats-Unis ont été fortement critiqués lors d’une séance du Conseil de Sécurité (2/26/19), tandis que le Groupe de Lima—un ensemble d’états latinoaméricains de droite, créé par Washington expressément pour promouvoir le changement de régime au Venezuela – est en voie de désintégration. Même le gouvernement fascisant du Brésil a retiré son soutien aux préparatifs militaires, déclarant qu’il ne participerait en aucun cas à une invasion (The Hill, 2/25/19). D’autres partenaires-clefs comme la Colombie, le Chili et le Pérou ont fait des déclarations analogues, tandis que des alliés européens importants tels que l’Espagne et l’Allemagne ont rejeté l’option militaire (Guardian, 2/25/19). Ainsi, en tentant d’isoler le Venezuela, la position extrême adoptée par les Etats-Unis ne fait-elle que les isoler eux-mêmes.

Néanmoins, alors que la politique étrangère des Etats-Unis est considérée comme trop extrémiste… même par des gouvernements d’extrême-droite comme celui du Brésil, les médias continuent de faire pression sur Sanders pour qu’il se conforme à cette politique agressive. Bien que Sanders a dénoncé Maduro et soutenu les douteuses exigences “humanitaires” des Etats-Unis, son simple rappel de l’histoire des Etats-Unis en matière « d’interventions inappropriées dans les pays latinoaméricains » semble encore être de trop pour les journalistes de la télévision et de la presse écrite.

Dans leur étude fondatrice sur les médias La Fabrique du consentement, Edward Herman et Noam Chomsky ont expliqué qu’il existait dans la presse une religion laïque antisocialiste omniprésente. Ils ont signalé que les gens de gauche aux Etats-Unis sont constamment accusés de soutenir “les atrocités” des pays “socialistes”, les mettant en permanence sur la défensive et leur exigeant d’apporter leur soutien aux politiques réactionnaires à l’étranger pour prouver leur bonne foi démocratique.

BS5

Titre: La tragédie du Venezuela montre à quel point Jeremy Corbyn et ses acolytes sont dangereux. The London Telegraph (2/4/19) démontre que le piège du Venezuela est un outil commode des deux côtés de l’Atlantique.

L’épouvantail du Venezuela est si utile, que l’on s’en sert dans le monde entier pour que les politiques de gauche soient forcés de soutenir le changement de régime sous peine de s’exposer au blâme. Tantôt, c’est le Daily Telegraph (2/4/19) qui prétend que “la tragédie du Venezuela” montre à quel point le leader du Parti Travailliste du Royaume-Uni, Jeremy Corbyn, est “dangereux”, tantôt c’est le Daily Express (2/5/19) qui accuse Corbyn de « faillite morale » parce qu’il a insuffisamment dénoncé Maduro. Pendant ce temps, le Premier Ministre grec a été condamné pour son refus de soutenir ceux qui « se battent pour un Venezuela démocratique » (Ekathimerini, 2/7/19).

Sanders a déjà été confronté à ce type de chantage, à propos de sa position sur la Russie, un autre ennemi officiel. Bien qu’il a toujours souscrit au discours sur le Russiagate et qu’il a condamné le Président Vladimir Poutine pour son ingérence dans les élections aux Etats-Unis, il a été lui-même constamment traité de marionnette de la Russie (FAIR.org, 7/27/18). Le Washington Post (11/12/17) a demandé a ses lecteurs: “Lorsque la Russie d’ingérera dans les élections de 2020 au nom du candidat à la candidature démocrate Bernie Sanders, comment les progressistes vont-ils réagir ?”

En fait, plus aucune position n’est acceptée par les médias qui ne soit la soumission intégrale à ce chantage intellectuel. Ce tir de barrage « anti-rouges » est une technique éprouvée qui consiste à faire rentrer dans le rang tout avis s’éloignant de l’opinion « respectable ». Toute personne qui ne serait pas assez enthousiaste vis-à-vis d’un changement de régime dans « l’arrière-cour » des Etats-Unis s’expose à une démolition et à une diffamation en règle. Sanders devrait le savoir, qui présenta un jour une conférence de Noam Chomsky (5/20/85) en expliquant que la déformation de l’image des pays latinoaméricains est un élément préalable à l’intervention militaire.

Alan MacLeod

Alan-MacLeodL’auteur@AlanRMacLeod est membre du Groupe sur les Médias de la Glasgow University. Son dernier ouvrage “Bad News From Venezuela: 20 Years of Fake News and Misreporting” (Venezuela : 20 ans de mensonges ou d’inexactitudes) a été publié par Routledge en avril 2018.

 

Source : https://fair.org/home/venezuela-baiting-how-media-keep-anti-imperialist-dissent-in-check/

Traduction : Venezuela Infos

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-4xO

  1. J’ai visionné la vidéo, et tu as parfaitement raison Thierry, Manon Aubry a « joyeusement merdoyé » sur le Vénézuéla !
    Je suis certes, Insoumis, Gilet Jaune, sans pour autant tout approuver, (les yeux et les oreilles fermés) ce que certains des Insoumis disent, en oubliant de réfléchir…
    Jean-Luc Mélenchon a une autre approche du Vénézuéla, surement parce qu’il a une réflexion, une culture autre, sans oublier l’Expérience »… !

    • Reçu par mail de Romain Vitorge : « Bonjour, j’ai voulu laisser un commentaire sur votre blog mais pour ce faire il faut se connecter à un « réseau social » ! ce que je me refuse de faire . . . Voici mon commentaire « @leblog des bonnesquestions, tout à fait d’accord avec vous mais ça ne m’a pas empêché de protester sur le site de LFI, et un grand merci à Venezuelainfos pour toutes ces informations »

  2. Pingback: Le chantage-au-Venezuela: comment les médias états-uniens tentent d’enrayer la contestation de la politique extérieure, par Alan MacLeod (FAIR) | Mes coups de coeur

  3. Je partage votre avis sur l’état de nos médias, mais petite précision tout de même: BFM a manipulé la mise en ligne de ses propres images pour arriver à ses fins. J’ai regardé l’entièreté de l’interview (et croyez-moi, il m’en a coûté!) La première question concernant la situation au Venezuela posée par M. Bourdin, après avoir consciencieusement passé son invité 14 minutes sur le grill (comme à son habitude) est la suivante : « Est-ce que Guiado a la légitimité pour organiser des élections ? » Elle y répond franchement non. La capsule à laquelle vous faites référence ne contenant pas la totalité de la question, en devient ambiguë quant à sa réponse. Ensuite, Mme Aubry ne parle plus de « légitimité » mais de « capacité » estimant en résumé que le pays est trop déchiré pour pouvoir organiser des élections en bonne et due forme et que donc, ni M. Guaido, ni M. Maduro ne serait en capacité de le faire. Certes, la nuance est ténue et visiblement, Mme Aubry l’utilise plus pour se sortir de l’ornière dans laquelle elle imagine se trouver, faute d’une bonne maîtrise du sujet! Mais comme ça ne suffisait pas, BFM a mijoté la capsule aux petits oignons pour entretenir l’ambiguïté. Car cette fois-ci, la cible n’est plus la France Insoumise comme c’est normalement l’usage, mais bien le Venezuela bolivarien. Si vous voulez vérifier par vous-même, je vous mets ci-dessous un lien vers la vidéo complète, pointé au moment où ils commencent à parler du Venezuela. Ça vous épargnera un peu de mon calvaire…

    • Cher ami Philippe, merci de ces précisions. Si comme vous dites l’idée de Mme Aubry est que le Venezuela serait trop « déchiré » pour y mener des élections, ou que le président Maduro n’en aurait pas « la capacité », elle commet une erreur plus lourde encore. Les élections qui ont permis d’élire l’Assemblée Constituante en 2017, furent organisées sur une initiative constitutionnelle de Maduro, un vrai politique qu’on a sans doute eu tort de sous-estimer. Ces élections ont permis de sortir par le haut du cycle de violences de l’extrême droite qui avait déjà produit des dizaines de morts. Ce fut comme toujours une preuve de cette grande maturité politique, de cette volonté pacifiste qui caractérise la société vénézuélienne. Celle-ci a toujours su éviter la « colombianisation » vers laquelle l’Empire veut l’entraîner. Ensuite Nicolas Maduro a été réélu en mai 2018, en présence d’observateurs internationaux. Le Venezuela détient le record des élections sur le continent : 25 en vingt ans de révolution bolivarienne! C’est parce que la droite a perdu les derniers scrutins qu’elle demande toujours plus de sanctions états-uniennes, pratique le sabotage électrique, les violences de rue, et recourt aux campagnes médiatiques. Enfin, il n’appartient à personne de juger depuis Paris qui est capable ou non organiser des élections : les vénézuéliens les organisent en fonction de leur Constitution et de leur loi électorale.

      • Vous avez parfaitement raison et si vous relisez mon texte, vous constaterez que je n’ai jamais mis en cause le gouvernement bolivarien que je tiens en haute estime pour ses prodigieuses avancées sociales et politiques depuis l’élections d’Hugo Chavez. Je ne partage pas le point de vue de Mme Aubry mais je tenais à mettre en évidence l’enfumage auquel BFM s’est livré en mettant dans sa bouche des choses qu’elle n’a pas dite, même si ce qu’elle a vraiment dit n’était pas glorieux. Elle ne dit pas que ni M. Guaido ni M. Maduro sont légitimes, elle dit juste qu’aucun des deux n’est en « capacité » d’organiser une élection. Bien sûr elle se trompe. Sur le fond comme sur la forme. Car enfin, et corrigez-moi si je me trompe, au Venezuela ce n’est pas le Président de la République qui « organise » des élections. Un enfumage de plus. Sous-entendre que le déclanchement de l’organisation d’élections serait uniquement le fait du Prince sert aussi à semer la confusion dans les esprits. Il n’y a que dans des « grandes démocraties » comme la France ou la Grande Bretagne qu’on voit des choses pareilles. C’est une vision méprisante et colonialiste.

        Pour finir, je tiens ici à exprimer à vous et au peuple vénézuélien tout mon amour et mon soutien. J’enrage de ce que nos gouvernements, qui eux pour le coup sont clairement illégitimes, sont en train de vous faire!

      • Le passage Vénézuéla est à 14:20
        Elle a manqué de clarté, puis, elle tente de se rattraper… :-(

        Elle manque d’entrainement à ce genre de salo…perie d’animateur !
        Elle devrait « travailler » sa mémoire auditive… là, elle n’aurait rien manqué des « salopiotteries » que l’autre zozo lui balançait dans les jambettes…

        Mais, elle a manqué de discernement…
        Dommage pour Elle, et pour la France Insoumise :-(

        Il y a un dicton qui dit :
        Le sage s’applique à être lent dans ses paroles et, diligent dans ses actes !
        Confucius

  4. Pingback: 3292 – VENEZUELA … s’informer aux sources Venezueliennes … – Sans a priori

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s