Pourquoi le président Maduro est-il toujours au pouvoir?

nicolasmaduro_consejocampesino031214_001

Le président Maduro réuni avec le Conseil des Paysans et des Pêcheurs

En descendant la rue principale de San Fernando, capitale de l’état frontalier d’Apure, il n’a pas fallu longtemps pour que quelqu’un se lève et commence à parler politique. En quelques minutes, une discussion de groupe s’était formée. Je leur ai posé des questions sur Chavez. L’un d’eux a répondu : « Chavez n’est pas arrivé au pouvoir juste parce qu’il cherchait du boulot. Il est arrivé au pouvoir parce que nous mourions de faim, les Vénézuéliens mouraient de faim dans les années 80 et 90. C’est pourquoi, en 1989, les « barrios » [quartiers pauvres] sont descendus des collines et ont pillé des magasins pour se procurer de la nourriture », a-t-il dit, faisant référence au soulèvement du Caracazo du 27 février 1989, qui a finalement été réprimé brutalement par le président social-démocrate Carlos Andrés Pérez et qui a fait des milliers de morts.

Un autre a dit : « L’ère Chavez a été la plus belle période de l’histoire vénézuélienne. Tout le monde a pu améliorer ses conditions de vie, pas seulement les pauvres, mais même les riches. »

 « Grâce à Hugo Chavez, nous avons la possibilité d’étudier, de faire des études de troisième cycle, explique un autre.

 « Dans les universités privatisées, à moins d’être riche, vous n’aviez aucune chance d’aller à l’université. Chavez a ouvert l’éducation et a commencé à donner aux élèves des uniformes, des chaussures, de la nourriture, des ordinateurs. On donne aux enfants des ordinateurs portables, des médocs… »

 Un jeune homme interrompt : « Les étudiants universitaires reçoivent aussi une tablette. J’en ai une. Je n’en avais jamais vu avant, mais maintenant j’en ai une. »

L’identité

La profondeur du soutien de Chavez parmi les travailleurs, cependant, ne peut pas s’expliquer simplement par son association avec des temps meilleurs. Andreina Pino, militante locale du courant révolutionnaire Bolivar et Zamora dans l’Etat rural de Barinas, où Chavez est né, explique que cette identification est due à la capacité de Chavez à « déchiffrer le code du peuple ».

« Chavez a pu le faire, explique Pino, parce qu’il venait du peuple. En général, les politiciens de ce pays venaient de familles riches et n’avaient pas ce contact avec les travailleurs. Chavez a pu se connecter avec le sentiment, la culture et la spiritualité du peuple vénézuélien… Il est venu pour synthétiser toute cette culture, cette spiritualité, cette histoire. Chavez ne s’est pas seulement identifié à cette histoire, il nous a enseigné l’histoire. Chavez a parlé de[Simon] Bolívar et de notre lutte pour l’indépendance. Il a aussi commencé à construire en nous l’espoir que nous, le peuple, pourrions construire notre propre histoire. Chavez a réveillé quelque chose dans le peuple. »

_98563570_chavez1Sujet politique

Le sociologue argentin Marco Teruggi, basé à Caracas, estime que l’incapacité de l’opposition à accepter ou à comprendre ce phénomène explique pourquoi ils « commettent la même erreur d’analyse depuis vingt ans. Ils n’intègrent pas l’existence du chavisme comme sujet politique dans leur analyse. »

Teruggi a expliqué que pour comprendre le chavisme, il est important de regarder au-delà du gouvernement et de voir ce mouvement politique dans toute sa complexité. Issu des classes populaires, le chavisme incorpore une gamme de partis politiques, de mouvements sociaux et d’organisations, et pénètre profondément dans les « barrios » et les casernes militaires.

« Nous ne pouvons pas commencer à comprendre comment, par exemple, la crise économique n’a pas conduit à une explosion populaire, si nous ne comprenons pas les racines profondes que le chavisme a planté dans les « barrios », où il a généré tout un réseau d’organisations qui sont très fortes et qui lui permet de contenir la situation, » a déclaré Teruggi.

« Le chavisme a sa propre identité politique. On pourrait dire que le chavisme est l’identité d’une partie des classes populaires. Sous le chavisme, les classes populaires ont pu non seulement améliorer leur situation économique, mais aussi participer à la politique, avoir une voix publique, être des protagonistes. Seul le chavisme leur a offert celà. Ils défendent un processus qui, aujourd’hui, a subi des coups durs, mais qui continue d’être le seul projet qui a offert aux classes populaires du Venezuela un destin différent de celui auquel elles ont toujours été condamnées : pauvreté, chômage, exclusion et marginalisation. Le peuple ne défend pas Maduro, il défend la possibilité de pouvoir continuer à améliorer non seulement sa situation économique, mais sa vie en général.

Pino est d’accord : « Les gens qui continuent à soutenir Maduro comprennent que c’est Maduro[dans ces] circonstances… qui est le leader actuel du processus civico-militaire. La droite ne comprend pas cela, elle ne comprend pas que ce qui est en litige ici n’est pas Maduro mais d’abord un projet. »

Presidente-Nicolás-Maduro-en-Sucre-7

Pas de chèque en blanc

Teruggi souligne cependant que « Le chavisme n’est pas un chèque en blanc. Ce n’est pas quelque chose qui peut être utilisé et abusé pour une durée indéterminée. »

Plus tôt cette année, des signes évidents en témoignaient.

Atenea Jiménez, du Réseau National des Comuneros, qui réunit des personnes impliquées dans de nombreuses communes du pays, a expliqué qu’en janvier, entre l’investiture de Maduro et l’auto-proclamation de Guaido,  » il y a eu beaucoup de manifestations… mais elles étaient différentes dans les secteurs populaires, dont certaines ont été très chavistes dans le passé. Il ne s’agissait pas de secteurs de la classe moyenne, du moins ici à Caracas, il s’agissait de protestations de gens des « barrios » qui ne sont pas d’accord avec Maduro, des gens qui ne sont pas de l’opposition mais qui en ont assez d’avoir dû faire face à cette situation économique depuis tant d’années ».

Jimenez a noté que la politique de la manifestation était, comme tout au Venezuela, très complexe et contradictoire. Certains d’entre eux « étaient liés aux actions de bandes armées », tandis que dans d’autres cas, des membres de la police et de la Garde nationale bolivarienne étaient impliqués.

« Ces manifestations n’avaient pas une direction claire, elles n’étaient ni planifiées ni organisées par un secteur politique, bien qu’il y ait eu des secteurs d’opposition de droite qui ont essayé de promouvoir les manifestations parce qu’ils les considéraient comme fonctionnelles par rapport à leurs objectifs d’éliminer Maduro par tous les moyens.

Au-delà de ces complexités, « il s’agissait de protestations sur les situations bien réelles auxquelles les gens sont confrontés… et dans certains endroits, où les chavistes sont très en colère contre les difficultés de la vie quotidienne, les protestations étaient énormes. Beaucoup de ceux qui ont protesté estiment que le gouvernement n’a pas été capable de résoudre leurs problèmes. Ils ont dit :  » Nous avons donné[au gouvernement] tous nos votes, pour l’Assemblée nationale constituante, pour les gouverneurs, pour les maires, pour tous. « Quelle excuse ont-ils pour ne pas résoudre nos problèmes de tous les jours, comme la nourriture et les médicaments? »

Teruggi note que la situation actuelle « ne peut pas durer éternellement. Le gouvernement doit répondre à ces demandes, sinon il perdra l’appui dont il a besoin pour rester au pouvoir. »

Cependant, Teruggi pense que les Vénézuéliens sont encore loin d’atteindre le point de rupture. « Je pense que c’est la raison pour laquelle les Etats-Unis tentent d’accélérer leurs actions contre Maduro. Plutôt que de continuer à… affaiblir le soutien au gouvernement par des attaques économiques, les Etats-Unis encouragent plutôt un gouvernement parallèle… Même si les attaques contre l’économie causent beaucoup de dégâts et que le chavisme n’a pas été en mesure de répondre… et a même contribué aux problèmes par ses propres erreurs, l’équilibre global des forces s’est maintenu. »

maduro_darcy_ribeiro_brasiliaAnti-impérialisme

Jimenez note que « dans d’autres circonstances, sous des gouvernements néolibéraux, nous aurions chamboulé le pays. Mais ces protestations de masse se sont dissipées une fois que Guaido est entré sur la scène politique, parce que cette force populaire, qui est le mécontentement, qui a critiqué le gouvernement… s’est retirée quand une nouvelle variable est entrée en jeu. Cette nouvelle variable est l’impérialisme.

L’auto-proclamation de Guaido, soutenue par les Etats-Unis, ses appels à l’intervention étrangère et à l’augmentation des sanctions ont fait que ces protestations spontanées ont cessé quand les gens ont commencé à dire que ce n’était pas la bonne façon de résoudre nos problèmes. Parmi les gens, il y a un sentiment anti-impérialiste très fort, indépendamment de la position que les gens peuvent avoir envers le gouvernement.  Toute menace d’intervention étrangère génère immédiatement au sein de notre peuple un esprit de lutte… les gens reconnaissent que nous pouvons avoir nos critiques, mais que cela n’a rien à voir avec le fait que [le président américain Donald] Trump puisse décider qui doit être notre président.

La manière brutale dont l’opposition a agi et ses appels ouverts à l’intervention des Etats-Unis, ainsi que les déclarations presque quotidiennes des porte-parole de Trump, ont généré un sentiment patriotique, une conviction que nous allons résoudre ce problème de la manière dont nous voulons. »

Ces sentiments ont été exprimés par de nombreuses personnes, dont l’une des femmes qui ont participé à la discussion à San Fernando : « Nous ne voulons pas que les Yankees ou qui que ce soit d’autre s’en mêle ici. Nous sommes déterminés à être libres. Nous ne voulons plus d’ingérence dans notre pays. Ce que nous voulons, c’est être indépendants, être souverains et pouvoir décider de ce qu’il adviendra de notre richesse. Personne d’autre ne peut nous dire quoi faire de nos ressources. »

Une autre intervient : « Nous voulons résoudre nos problèmes nous-mêmes. Nous sommes heureux d’accepter des suggestions, mais de bonnes suggestions. N’importe quel pays peut venir et faire des suggestions, mais personne ne peut s’imposer à nous comme les Etats-Unis essaient de le faire. Ce n’est pas comme ça que ça marche ici. Ce n’est pas comme ça qu’on aide. Si les Etats-Unis veulent nous aider, qu’ils lèvent leurs sanctions contre nous », dit un autre.

Federico Fuentes, journaliste à Green Left Weekly et animateur national du réseau de solidarité Australie-Venezuela.

Source : Greenleft / Traduction: Bernard Tornare

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-4Gw

  1. Pingback: Pourquoi le président Maduro est-il toujours au pouvoir? | Boycott

  2. Pingback: VENEZUELA: Pourquoi le Président Maduro est-il toujours au pouvoir? | Tsimok'i Gasikara - Réveillons-nous!

  3. Pingback: 3292 – VENEZUELA … s’informer aux sources Venezueliennes … – Sans a priori

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s