Amérique Latine: on gagne plus qu’on ne perd

27468074099_3008d3a064_b

Le 23 décembre 2017, dans un Brésil qui affronte la revanche néo-libérale effrénée du président de facto Michel Temer, le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans terre a inauguré un terrain de football au cœur de son université populaire, l’École Nationale Florestan Fernandes. Parmi les joueurs, des amis tels que l’ex-président Lula, le chanteur-compositeur Chico Buarque, compagnons de la lutte contre la dictature militaire issue du coup d’état de 1964, et les chanteurs Lirinha, Mano Brown et Otto.

Par Alfredo Serrano Mancilla @alfreserramanci

Ne serions-nous pas en train de surestimer la capacité de victoire électorale des projets politiques conservateurs ? Ou ne sous-estimons nous pas tous les acquis obtenus pendant ce changement d’époque progressiste ? Il ne suffit certainement pas de choisir entre deux hypothèses aussi opposées. Tout n’est pas noir ou blanc lorsqu’il s’agit de politique, mais tout n’est que nuances et subtilités.

Au cours des deux ou trois dernières années, parler de « fin de cycle », de « restauration libérale » en Amérique Latine était à la mode. Et ce n’est pas sans fondement. Il est vrai qu’il y a eu certains changements d’ordre politique très importants dans la région. Le cas du Brésil est bien sûr le plus emblématique, tant pour sa dimension que pour son rôle géopolitique. Celui de l’Argentine, après la victoire de Macri en octobre 2015, est également une source d’inquiétude parce que son arrivée au pouvoir marque un changement rapide de restauration des l politiques néolibérales. Dans le reste de la région, dans le camp progressiste, des échecs significatifs ont également eu lieu : les élections parlementaires de décembre 2015 au Venezuela et le référendum de Bolivie de février 2016. Certains retiendront également la perte pour la Révolution Citoyenne des plus grandes villes de l’Equateur lors des dernières municipales de 2014.

Ce sont des faux pas qui nous obligent à réfléchir et à faire une analyse critique de tout ce qui n’a pas été fait correctement, menant à un tel résultat. Mais cette remise en question, si caractéristique des intellectuels progressistes, nous fait perdre de vue que, malgré ces obstacles, on gagne plus que l’on ne perd.

Dans ce bilan, il faudrait considérer qu’après dix ans de corréisme en Equateur, la droite a perdu en avril 2017 et ce, bien que tout le monde se soit uni contre la candidature de Lenin-Glas. Et la victoire n’a pas été gagnée sans Correa, bien au contraire. Elle l’a été avec Correa en première ligne, qui parcourait le pays et faisait campagne.

Au Venezuela, en 2017, la Révolution Bolivarienne a remporté trois victoires : lors des élections à la Constituante (30 juillet), aux régionales (15 octobre) et aux municipales (10 décembre). La victoire est à nouveau dans le camp des chavistes qui démontrent ainsi bénéficier d’un vote solide (40-45%) qui représente un socle solide et loyal malgré les obstacles.

Au Nicaragua, le sandinisme a remporté une victoire écrasante tant aux présidentielles qu’aux municipales, qui oblige le président Trump à ressusciter l’arsenal reaganien dont le « Nica Act » pour contrer le développement de la nation centre-américaine.

Reste à voir ce qui va se passer au Brésil. Dans ce pays, Temer n’est pas arrivé au pouvoir porté par une victoire électorale de la droite. La dernière gagnante aux urnes a été Dilma; et tout semble indiquer que Lula a toutes les chances de remporter le prochain combat. Le Paraguay aura bientôt lui aussi rendez-vous avec les urnes (avril 2018) ; il est probable que la nouvelle alliance Libérale-Frente-Guasu (avec d’autres partis de gauche) gagne et empêche le Parti Colorado d’avoir un président.  Il est inutile de rappeler que ce pays a lui aussi connu un coup d’état pour empêcher l’arrivée de Lugo au pouvoir.

Si on fait le total de toutes les élections présidentielles, dans le bloc progressiste formé depuis le XXI siècle (Venezuela, Argentine, Nicaragua, Uruguay, Bolivie et Equateur) il y a eu 24 victoires et deux défaites, celle de Macri face à Scioli et celle de Piñera face à Guillier. Si on faisait ce calcul en tenant compte de toutes les élections, le résultat serait encore plus flagrant.

Tout cela ne signifie pas que tout est parfait ni que le bloc progressiste vit ses meilleures heures. Loin de là. Mais il ne faut pas non plus gonfler les avancées électorales du camp conservateur quand il a dû jouer sur le terrain progressiste. Le cas argentin est probablement le plus énigmatique de tous car la première victoire du macrisme s’est vue confirmée et renforcée lors des élections législatives partielles suivantes (octobre 2017). Désormais les choix de Cristina dépendront de sa capacité à relever le plafond, parce que jusqu’à présent cela n’a pas suffi pour gagner seule face au macrisme. Les divisions à l’intérieur du péronisme facilitent la progression du néolibéralisme argentine du XXIème siècle.

Lors des dernières élections au Honduras,  tous les organismes internationaux ont constaté trop d’irrégularités pour confirmer la victoire de Juan Orlando Hernandez.  L’heure est à la répression sanglante, et à la reconnaissance du dictateur par les Etats-Unis, mais aussi d’une volonté forte de résistance populaire.

Des élections sont prévues au Mexique en juillet 2018 et López Obrador est le principal favori à ce jour. En Colombie, tout peut arriver car Santos et Uribe sont en perte de vitesse et les gens sont fatigués de la vieille politique. Des candidates comme Piedad Córdoba reçoivent un accueil favorable auprès de  la population, même si les enquêtes tentent de le dissimuler. Au Pérou, des élections municipales auront lieu l’an prochain et Kuczynski est au plus bas dans les sondages alors qu’il est au pouvoir depuis peu; en revanche Verónika Mendoza a de plus en plus de chances de gagner.

Le panorama est incertain. La Bolivie et le Venezuela auront des élections présidentielles en 2019 et 2018 respectivement. Beaucoup de ce qui se dit sur la « fin de cycle « dépendra de ce qui va se passer à ce moment-là. A priori, Evo Morales et Nicolas Maduro devraient renouveler leurs mandats. En Equateur il est certain que le revirement de Lenín a entraîné un contretemps imprévu. Mais le retour de Correa est un fait, ce qui pourrait déboucher sur un panorama politico-électoral extrêmement complexe et encore difficile à prévoir.

En définitive, chiffres et analyses à l’appui, la restauration conservatrice est  loin de remporter les élections dans des pays qui sont passés par un cycle progressiste, exceptions faites de l’Argentine et du Chili. Qui plus est, elle se trouve en difficultés dans les pays où elle est au gouvernement. Et sans aucun doute, le Brésil sera le facteur déterminant. Si Lula remporte à nouveau la victoire, ce goal devra compter double. Et si de son côté le Mexique choisit Lopez Obrador, alors la victoire sera la plus large.

Source : http://www.celag.org/se-gana-mas-se-pierde/  

Traduction : Pascale Mantel

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-3XA

Publicités

Les 300 familles du campement des Travailleurs Sans Terre « Hugo Chavez » expulsées manu militari au Brésil

DRCIuHyX0AAFi11Aujourd’hui 14 décembre 2017, sous la pluie et dans le froid, le Commando des Missions Spéciales (CME) est arrivé au campement Hugo Chávez et en a expulsé les quelques 300 familles qui y vivaient avec leurs 150 enfants, dix jours avant Noël, en dépit de l’appel lancé par les organisations, mouvements et organisations sociales nationales et internationales, religieux, artistes pour demander l’arrêt de cette procédure.

C’est une expulsion de plus parmi les 20 prévues dans la région, toutes décidées par le juge Amarildo Mazzuti de la juridiction agraire de Marabá. Le Mouvement des Sans Terre du Para dénonce l’action de la police, coordonnée par le gouvernement de l’état, le harcèlement et la violence auxquelles les familles des travailleurs ruraux ont été soumises sur place. Les familles se retrouvent à la rue, n’ont nulle part où aller, et les enfants ne pourront pas terminer leur année scolaire. Le gouvernement de l’État, ainsi que d’autres organismes publics, ne se sont pas prononcés sur ces violations des droits humains et n’ont proposé aucune solution alternative au conflit. Les familles ont résisté jusqu’au dernier moment mais ne pouvant plus gérer la situation ont choisi de commencer le démantèlement des cabanes. En cette heure, les familles organisent un campement temporaire dans une région avoisinante.

24192496867_2de5630f99_b.jpg

Ces derniers jours, les paysans avaient été attaqués par des hommes armés, ce qui avait suscité une grande mobilisation d’amis et d’organisations solidaires et rouvert le débat sur la propriété de la terre et la violence dans cette région du nord du Brésil.

Le Mouvement des Sans Terre remercie  les centaines de gestes de solidarité du Brésil et de l’étranger et réitère son engagement pour défendre les droits des familles des travailleurs ruraux sans terre dans la lutte pour la réforme agraire et la justice sociale. Celles-ci n’abandonneront pas la région.

Le latifundio veut la guerre, nous, nous voulons la terre!

Direction de l’État du Para du Mouvement des Sans Terre

Source : http://www.mst.org.br/2017/12/14/mst-repudia-acao-de-despejo-no-acampamento-hugo-chavez-no-para.html

Traduction : T.D.

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-3VY

Urgent : appel à la solidarité contre les expulsions forcées des campements des travailleurs sans terre au nord du Brésil

Chers compagnons,

Une attaque agressive est menée contre les paysans sans terre du MST dans l’Etat de Pará, au nord du Brésil.

Les grands propriétaires fonciers ainsi que les autorités judiciaires locales, les grands médias et la police militaire brésilienne ciblent les campements du MST dans tout le pays.

2.000 familles paysannes vivant dans 20 campements situés dans l’Etat du nord de Pará risquent d’être violemment expulsées d’ici à la fin de l’année

Lundi (11), un commando  armé a attaqué le campement Hugo Chavez. Sept hommes lourdement armés – une «sécurité privée» illégale engagée par les grands propriétaires, ont fait feu sur des paysans désarmés, y compris des femmes et des enfants.

L’ordonnance judiciaire d’expulsion des 300 familles vivant dans le campement Hugo Chavez a été confirmée pour demain par la police militaire (14). On s’attend à plus de violence, puisque les familles sont prêtes à résister.

L’escalade récente de la violence a lieu alors que le gouvernement brésilien continue de mettre en place et d’utiliser de lois régressives sur la propriété foncière, qui ont eu des conséquences dévastatrices sur les travailleurs agricoles sans terre et les déplacés.

Pendant l’administration du président non élu du Brésil, Michel Temer, le Mouvement des Sans Terre a été victime de niveaux accrus de violence étatique et de criminalisation contre nos membres

Face à l’escalade de la violence et de la répression, nous lançons un appel urgent à la solidarité internationale!

Envoyez une courte vidéo ou une déclaration de soutien et de solidarité aux familles MST du Pará à l’adresse e-mail suivante: redacao@mst.org.br et srimst@mst.org.br!

PLUS IMPORTANT: ESSAYONS D’ARRÊTER L’EXPULSION DE DEMAIN ET CETTE MONTÉE DE LA VIOLENCE.

Ecrivez aux autorités officielles pour condamner les expulsions au Pará et demander la révision de l’ordre d’expulsion du Camp Hugo Chavez!

Envoyer un email aux adresses électroniques suivantes:

Président de la Cour de justice – Ricardo Ferreira Nunes: presidencia@tjpa.jus.br

Secrétaire d’État à la Sécurité publique – Jeannot Jansen da Silva Filho:segup.ascom@gmail.com

Secrétaire de l’État du Pará – Jose Megale Filho: casacivil@palacio.pa.gov.br

Bureau du médiateur agricole – Rosi Maria Gomes de Farias:ouvidoria.agraria@tjpa.jus.br

Juge agraire de Maraba – Amarildo Mazutti: Amarildo.mazutti@tjpa.jus.br

Ombudsman agraire national – Jorge Tadeu Jatoba: ouvidoria@incra.gov.br

Copie: redacao@mst.org.br et srimst@mst.org.br

Avec votre solidarité et la pression internationale, les 2 000 familles campées de l’État de Pará espèrent passer Noël dans leurs maisons et sur leurs terres.

Conseil national du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil www.mst.org.br – Collectif des Relations Internationales

Traduction : T.D.

URL de cet article: https://wp.me/p27hZR-vO

La ferme-centre de formation de Caquetíos : «la production agricole est la clé pour ne pas disparaître en tant que nation»

Avec une importante production d’oignons, entre autres, l’Unité de Production Sociale Agricole (UPSA) Caquetíos, souligne l’importance de la production pour la conquête de la souveraineté alimentaire du Venezuela. Tel est l’objectif exprimé par les travailleurs de cette ferme aux journalistes de Ciudad Barquisimeto, « il ne s’agit pas simplement de mettre le produit sur le marché, mais aussi de reproduire des semences pour les donner à d’autres producteurs ».

Leonardo Herrera, l’un des responsables de la production, explique que les oignons qu’ils sont en train de planter viennent du Brésil. « Les graines sont amenées là par les camarades brésiliens du Mouvement sans terre, l’idée étant de planter des oignons pas seulement pour obtenir un produit frais, mais pour produire des graines ; en ce moment nous sommes en plein processus de la germination des graines ».

Avec cette procédure, les producteurs de Caquetíos, assurent que les différences entre une économie capitaliste et une économie socialiste sont démontrées. Dans le premier cas, les entreprises sont isolées et cachent les graines pour maintenir un monopole sur un produit, en profitant de la concurrence ; dans le second, les entreprises sociales travaillent en étroite collaboration pour que le progrès de l’une serve d’exemple aux autres. Ils expliquent que de meilleurs produits atteignent la population et ainsi le bien-être des personnes est au-dessus des intérêts particuliers des producteurs.

SI NOUS NE PRODUISONS PAS, NOUS DISPARAITRONS EN TANT QUE NATION

Les producteurs disent que les techniques de production devraient être améliorées pour tirer le meilleur parti de la terre. Par exemple, Herrera explique que la population paysanne au Venezuela ne dépasse pas 13 pour cent et que seulement 7 pour cent produit. Avec un pourcentage si faible, il faut nourrir plus de 30 millions d’habitants, ce qui, selon lui, nécessite un meilleur travail de la terre et de meilleurs moyens agricoles de production.

DEJDl0_W0AA0yCTDEJDae7XUAItVFwDEJDgVYXcAIVgyx

« Nous devons encourager les gens pour qu’ils se consacrent  à la production agricole, parce que si nous ne produisons pas, nous disparaîtrons en tant que nation », a-t-il dit, se référant aux allusions de nombreux analystes qui se plaignent de ce que la nourriture au Venezuela dépende de la stabilité ou de l’instabilité des autres pays exportateurs.

Bien qu’il y ait en ce moment une plantation d’oignons, les producteurs expliquent que leur travail ne se limite pas à la monoculture, mais à la diversité des cultures. La raison est double, fournir des produits variés aux consommateurs locaux et prendre également soin de la terre, car «en cas de monoculture, les épidémies créent une résistance, ce qui est très négatif. L’idée est d’avoir une production constante avec cultures différentes « .

Après l’oignon, UPSA entrera dans un nouveau cycle de production avec la coriandre et la ciboulette, entre autres.

caque-maiz

Le maïs autochtone d’origine indigène, sauvé et produit à Caquetíos

LES SOLS VENEZUELIENS

Dans de nombreuses parties du territoire national, la monoculture a été utilisée pendant de nombreuses années. Les raisons en étaient diverses, l’une d’entre elles étant que les sols vénézuéliens n’étaient pas de bonne qualité pour certains produits, de sorte qu’il fallait les importer. Contrairement à cette affirmation, Edson Bagnara, représentant du Mouvement sans terre (MST) a déclaré que les terres vénézuéliennes sont de haute qualité, déplorant que jusqu’à présent, elles aient été condamnés à la monoculture.

« Au Venezuela, il n’y a pas de problèmes de sols. Au Brésil, il y a des endroits où la terre est très bonne et où il n’y a pas besoin d’engrais, mais après des années d’utilisation, il faut utiliser les mêmes engrais utilisés dans le cas de mauvaises terres. Au Venezuela, c’est exactement pareil », explique le brésilien et ajoute que« le problème n’est pas la terre. Dans la nature, tout doit être organisé, la terre est amendée, il faut s’y consacrer de façon appropriée ».

edson-958x539

Edson Bagnara, coordinateur du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil (www.mst.org.br) au Venezuela

Il a comparé la situation du Venezuela à celle du Cerrado Brésilen, où on disait qu’on ne pouvait rien y produire à cause de la qualité supposée médiocre du sol. Cependant, il explique que les meilleures cultures de soja ne sont pas dans les meilleures terres, mais dans le Cerrado où il ne pleut seulement quatre ou cinq fois par an. « On y sème du maïs en grande quantité pour exporter, c’est la preuve que le sol au Venezuela ne pose aucun problème », a-t-il réitéré.

IL FAUT PRÉSERVER LA MÉMOIRE AGRICOLE

Pour Bagnara, le vrai problème au Venezuela, c’est que la bourgeoisie a éliminé la culture agricole du peuple. « Il y a un énorme manque de motivation pour la production, parce qu’au Venezuela, intentionnellement, la bourgeoisie a effacé la mémoire agricole du peuple. La jeunesse ne ressent aucun sentiment pour la production héritée de génération en génération. Vous pouvez avoir les meilleurs sols, les meilleures semences et le meilleur système d’irrigation, mais s’il n’y a pas des personnes pour se charger de chaque processus, il n’y aura pas de production.»

Alexander Alayo, pour sa part, a rappelé que UPSA Caquetíos appartenait à la famille Sigala, mais plus tard, en 2008, elle a été récupéré grâce le commandant Chavez. Pour Alayo qui fait partie du groupe de soutien travaillant dans la UPSA, « le travail doit être fait avec soin, pour donner un traitement approprié au sol » et rappelle que le Venezuela souffre actuellement d’une attaque par ceux-là mêmes qui pendant de nombreuses années ont ruiné l’agriculture du pays.

Ils ont appelé d’autres producteurs à «croire dans le pays». Ils expliquent que les humains «peuvent vivre dans des grottes, sans églises, mais sans nourriture, ils ne peuvent pas vivre, la production est essentielle pour sortir de la situation dans laquelle nous sommes. L’appel est lancé aux producteurs et surtout aux jeunes pour sauver la culture du travail agricole ».

2.png

3.png

Avec Carmen Meléndez, élue depuis gouverneure (chaviste) de l’ëtat de Lara

Alejandro Gil Rivero, pour CIUDAD BQTO, lundi 23 octobre 2017

Source : http://ciudadbqto.com/2017/10/22/upsa-caquetios-la-produccion-agricola-es-la-clave-para-no-sucumbir-como-nacion/

Traduction : FAL 33 (www.fal33.org)

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-3Hq

Comment les libertariens US refont la politique latino-américaine, par Lee Fang

Source : The Intercept, Lee Fang, 09-08-2017

Pour Alejandro Chafuen, le rassemblement qui a eu lieu au printemps dernier à l’hôtel Brick de Buenos Aires était autant un retour au pays qu’un tour d’honneur. Chafuen, un américano-Argentin dégingandé, a passé sa vie d’adulte à saper les mouvements sociaux et les gouvernements de gauche en Amérique latine et centrale, et à promouvoir à leur place une version du libertarianisme favorable au business.

Pendant des décennies, cela a été un combat solitaire, mais pas dernièrement. Chafuen était entouré d’amis au Forum de 2017 sur la liberté en Amérique latine. La rencontre internationale de militants libertariens était sponsorisée par la Fondation Atlas de Recherche économique, une organisation à but non lucratif pour la formation en leadership, maintenant simplement connue comme le réseau Atlas (Atlas Network), que Chafuen dirige depuis 1991. A l’hôtel Brick, Chafuen se délectait de ses récentes victoires : ses années de travail commençaient à payer, grâce aux circonstances politiques et économiques — mais aussi grâce au réseau de militants que Chafuen avait mis tant de temps à construire.

Ces 10 dernières années, les gouvernements de gauche ont utilisé « l’argent pour acheter des votes, pour redistribuer », dit Chafuen, confortablement assis dans le hall de l’hôtel. Mais la récente chute des prix des matières premières, couplée avec des scandales de corruption, a donné l’occasion aux groupes du Réseau Atlas de passer à l’action. « Quand il y a une opportunité, vous avez une crise, et il y a des exigences de changement, vous avez des gens qui sont formés à la promotion de certaines politiques », a observé Chafuen, paraphrasant feu Milton Friedman. « Et dans notre cas, nous avons tendance à privilégier les solutions privées aux problèmes publics. »

Chafuen a désigné les nombreux leaders affiliés au réseau Atlas maintenant sous les feux de la rampe : des ministres dans le nouveau gouvernement conservateur en Argentine, des sénateurs en Bolivie, et les dirigeants du Mouvement Brésil Libre, qui a fait tomber la présidente Dilma Rousseff, où le réseau de Chafuen a pris naissance sous ses propres yeux.

« Au Brésil j’ai été dans les manifestations de rue, et je me dis d’un coup : “Hé ! Ce gars que j’ai rencontré quand il avait 17 ou 18 ans — il est là dans le bus et il dirige ça. C’est dingue !” » s’exclame Chafuen, tout excité. Ceux qui gravitent autour du réseau Atlas étaient tout aussi excités de tomber sur Chafuen à Buenos Aires. Des militants de divers pays l’arrêtaient de temps à autres pour chanter ses louanges quand il traversait l’hôtel. Pour beaucoup d’entre eux, Chafuen, depuis son piédestal dans le réseau Atlas, a servi de mentor, de mécène et de balise de guidage pour un nouveau paradigme politique dans leur pays.

Un virage à droite est en cours dans la politique latino-américaine. Des gouvernements socialistes triomphants s’étaient à un moment répandus pendant la majeure partie du début du 21e siècle – de Cristina Fernandez de Kirchner en Argentine au populiste favorable à la réforme agraire Manuel Zelaya au Honduras – défendant de nouveaux programmes pour les pauvres, nationalisant des entreprises, et défiant la domination US sur les affaires de l’hémisphère.

Cependant, ces dernières années les dirigeants de gauche sont tombés l’un après l’autre, parfois de façon spectaculaire. Zelaya fut sorti du palais présidentiel en pyjamas par un coup d’État militaire ; en Argentine, un baron de l’immobilier a été porté à la présidence et Kirchner a été inculpée pour corruption ; et au Brésil, le Parti es Travailleurs qui était au pouvoir et qui était confronté à un scandale de corruption grandissant fut balayé par une procédure de destitution pour des accusations de magouilles budgétaires.

Ce virage peut sembler faire partie d’un rééquilibrage régional plus large, simplement sous l’effet des circonstances économiques. Et pourtant le Réseau Atlas semble omniprésent, comme un fil conducteur faisant bouger les développements politiques.

On n’a jamais raconté toute l’histoire du Réseau Atlas et de son impact profond sur l’idéologie et sur le pouvoir politique. Mais des archives d’entreprises et des rapports provenant de trois continents, ainsi que des interviews de dirigeants libertariens dans tout l’hémisphère, révèlent l’étendue de l’histoire de son influence. Le réseau libertarien, qui a remodelé le pouvoir politique pays après pays, a également fonctionné comme une extension discrète de la politique étrangère des USA, avec les laboratoires d’idées associés au réseau Atlas et discrètement subventionnés par le Département d’État et la Fondation Nationale pour la démocratie [National Endowment for Democracy, NED] , une tentacule essentielle du « soft power » US.

Bien que de récentes enquêtes aient éclairé le rôle de puissants milliardaires conservateurs, tels que les frères Koch, dans le développement d’une version favorable aux entreprises de la pensée libertarienne, le réseau Atlas, qui reçoit des subventions des fondations Koch, a recréé des méthodes affinées dans le monde occidental pour les pays en développement.

Le réseau est en expansion et revendique actuellement des partenariats souples avec 450 laboratoires d’idées à travers le monde. Atlas déclare qu’il a distribué plus de 5 millions de dollars à ses partenaires durant la seule année 2016.

Au fil des ans, Atlas et ses fondations charitables affiliées ont accordé des centaines de subventions à des laboratoires d’idées conservateurs et favorables à la libre concurrence en Amérique latine, parmi lesquels le réseau libertarien qui a soutenu le Mouvement Brésil Libre et des organisations derrière l’offensive libertarienne en Argentine, dont la Fondation Pensar, le laboratoire d’idées du réseau Atlas qui a fusionné avec le parti créé par Mauricio Macri, un homme d’affaires qui dirige maintenant le pays. Les dirigeants du Mouvement Brésil Libre et le fondateur de la Fondation Eléutera au Honduras, un laboratoire d’idées néolibéral influent issu du coup d’État, ont reçu l’appui financier d’Atlas, et font partie de la prochaine génération d’acteurs politiques qui sont passés par les séminaires de formation d’Atlas.

Le réseau Atlas intègre des dizaines d’autres laboratoires d’idées à travers la région, dont d’importants groupes qui appuient les forces de droite qui sont à l’origine du mouvement anti-gouvernemental en cours au Venezuela et la campagne de Sebastián Piñera, le candidat de centre-droit en tête des sondages pour l’élection présidentielle de cette année au Chili.

Des gens manifestent pour la destitution de la Présidente du Brésil Dilma Rouseff devant le Congrès national à Brasilia le 2 décembre 2015. Photo : Eraldo Peres/AP

La méthode d’Atlas n’a jamais été aussi bien illustrée que dans le réseau nouvellement formé de laboratoires d’idées brésiliens pour la libre concurrence. Des instituts récemment créés ont travaillé ensemble pour fomenter la colère contre les politiques socialistes, certains se concentrant sur les centres universitaires, tandis que d’autres œuvrent à former des militants et à entretenir une guerre constante contre les idées de gauche dans les médias brésiliens.

L’effort pour concentrer la colère exclusivement sur la gauche a porté ses fruits pour la droite brésilienne l’année dernière. Les militants du Mouvement Brésil Libre, issus de la génération Y, dont un grand nombre s’est formé à l’organisation politique aux USA, ont dirigé un mouvement de masse pour canaliser la colère publique sur un vaste scandale de corruption contre Dilma, la présidente de centre-gauche populairement désignée par son prénom. Le scandale, surnommé Operação Lava Jato, ou Opération Lavage de Voiture, est une histoire toujours en cours de corruption impliquant des dirigeants politiques appartenant à tous les principaux partis politiques du Brésil, y compris les partis de droite et de centre-droit. Mais le Mouvement Brésil Libre, connu par ses initiales en portugais, MBL, très branché sur les médias sociaux, a réussi à orienter la plus grande partie de l’indignation directement sur Dilma, exigeant son éviction et la fin de la politique axée sur la protection sociale de son Parti des Travailleurs.

Le soulèvement, qui a suscité des comparaisons avec le mouvement du Tea Party, particulièrement si l’on considère l’appui discret des conglomérats industriels locaux et d’un nouveau réseau complotiste de voix médiatiques d’extrême-droite, a mis fin à 13 ans de gouvernement par le Parti des Travailleurs, en révoquant Dilma par la procédure de destitution en 2016.

Le paysage d’où a surgi le MBL est un nouveau développement au Brésil. Il y avait peut-être trois laboratoires d’idées libertariens il y a dix ans, a indiqué Helio Beltrão, un ancien dirigeant de fonds d’investissement qui dirige maintenant l’Instituto Mises, un organisme sans but lucratif portant le nom du philosophe libertarien Ludwig von Mises. Maintenant, a-t-il ajouté, avec l’appui du réseau Atlas, il y a presque 30 instituts comme celui-ci actifs au Brésil, qui travaillent tous en collaboration, ainsi que des groupes comme les Étudiants pour la Liberté ou le MBL.

« C’est comme une équipe de football. La défense est le milieu universitaire. Les attaquants sont les politiciens. Nous avons marqué quelques buts », a-t-il dit, faisant allusion à la destitution de Dilma. Les milieux de terrains, dit-il, sont les « cultureux » qui façonnent l’opinion publique.

Beltrão a expliqué que le réseau de laboratoires d’idées espère privatiser la poste nationale au Brésil, l’appelant « un fruit facile à cueillir » qui pourrait entraîner une vague plus importante de réformes en faveur de l’économie de marché. Beaucoup de partis conservateurs brésiliens ont accueilli des agitateurs libertariens quand ceux-ci ont montré leur capacité à mobiliser des centaines de milliers de personnes pour protester contre Dilma, mais n’ont pas encore adopté les principes de base propres à la théorie de l’offre et de la demande.

Fernando Schüller, un universitaire et chroniqueur lié à l’Instituto Millenium, un autre laboratoire d’idées d’Atlas au Brésil, a présenté les choses différemment.

« Le Brésil a 17 000 syndicats financés par l’argent public, une journée de salaire par an va aux syndicats, complètement contrôlés par la gauche », dit Schüller. La seule façon de renverser la tendance socialiste est de leur damer le pion. « Grâce à la technologie, les gens pourraient participer par eux-mêmes, organiser à un coût modéré une sorte de manifestation publique en utilisant les réseaux — WhatsApp, Facebook, YouTube » a-t-il ajouté, en expliquant la façon dont les organisateurs libertariens ont mobilisé un mouvement de protestation contre les politiciens de gauche.

Les agitateurs anti-Dilma avaient créé un feu roulant quotidien de vidéos YouTube se moquant du gouvernement du Parti des Travailleurs, ainsi qu’un tableau de bord interactif pour encourager les citoyens à faire pression sur leurs députés pour appuyer la destitution.

Schüler a expliqué que le Mouvement Brésil Libre et son propre laboratoire d’idées reçoivent des soutiens financiers de la part de groupes industriels locaux, mais que le mouvement avait réussi en partie parce qu’il n’est pas assimilé aux partis politiques en place, dont la plupart sont considérés avec suspicion par le grand public. Il a avancé que la seule façon de transformer radicalement la société et d’inverser le sentiment populaire en faveur de l’État providence était de mener une guerre culturelle permanente visant à affronter les intellectuels de gauche et les médias.

Fernando Schüler. Photo : capture d’écran de YouTube.

L’un des fondateurs du laboratoire d’idées Instituto Millenium de Schüler, le blogueur brésilien Rodrigo Constantino, à polarisé la vie politique brésilienne avec sa rhétorique hyper-partisane. Constantino, qu’on a surnommé le « Breitbart du Brésil » pour sa vision conspirationniste et ses commentaires de droite acerbes, préside encore un autre laboratoire d’idées d’Atlas, l’Instituto Liberal. Il voit dans chacune des actions de la gauche brésilienne une tentative déguisée de subvertir la démocratie, qu’il s’agisse de la couleur rouge utilisée dans le logo brésilien de la Coupe du Monde, ou du programme Bolsa Familia d’aide pécuniaire aux familles pauvres.

Constantino a à son actif la diffusion de la fable selon laquelle les partisans du Parti des Travailleurs sont des progressistes en limousine, des hypocrites fortunés qui se précipitent vers le socialisme pour revendiquer une supériorité morale tout en snobant les classes laborieuses qu’ils prétendent représenter.

La « breitbartisation » du discours public n’est que l’une des nombreuses manières dont le réseau Atlas a habilement influencé le débat politique.

« C’est un État très paternaliste. C’est fou. Il y a beaucoup de contrôle de l’État, et c’est le défi à long terme », a dit Schüler, ajoutant que malgré les récentes victoires, les libertariens avaient beaucoup de chemin à faire au Brésil. Il espérait copier le modèle de Margaret Thatcher, qui s’était appuyée sur un réseau de laboratoires d’idées libertariens pour promouvoir des réformes impopulaires. « Ce système de retraites est absurde. Je privatiserais tout l’enseignement », dit Schüler, débitant une litanie de changements qu’il ferait dans la société, depuis l’arrêt du financement des syndicats jusqu’à l’abrogation de la loi qui rend le vote obligatoire.

Mais la seule façon de rendre tout cela possible, ajouta-t-il, serait de construire un réseau politiquement actif d’organismes à but non lucratif, menant tous des combats séparés pour promouvoir les mêmes buts libertariens. Le modèle existant — la constellation de laboratoires d’idées de droite à Washington, soutenus par de puissantes fondations— est la seule marche à suivre pour le Brésil, dit Schüler.

C’est ce qu’Atlas, de son côté, est occupé à faire. Il accorde des aides à de nouveaux laboratoires d’idées, fournit des cours sur la gestion politique et les relations publiques, sponsorise des événements de réseautage dans le monde entier, et, ces dernières années, a consacré des ressources spéciales pour inciter les libertariens à influencer l’opinion publique au moyen de médias sociaux et de vidéos en ligne.

Une compétition annuelle encourage le réseau d’Atlas à produire des vidéos virales sur YouTube promouvant les idées de laissez-faire et ridiculisant les partisans de l’État providence. James O’Keefe, le provocateur célèbre pour avoir asticoté les Démocrates avec ses vidéos tournées en caméra cachée, est venu expliquer ses méthodes chez Atlas. Des producteurs d’un groupe du Wisconsin, qui ont travaillé à la création de vidéos en ligne pour discréditer les manifestations d’enseignants contre la loi du Gouverneur Scott Walker pour casser les syndicats du secteur public, ont également fourni des instructions aux séances de formation d’Atlas.

Une foule brûle un mannequin représentant le Président vénézuélien Hugo Chávez sur la place Altamira au cours d’une manifestation contre le gouvernement. Photo : Lonely Planet Images/Getty Images

Parmi ses exploits récents, Atlas a joué un rôle dans un pays d’Amérique latine ravagé par la crise politique et humanitaire la plus aiguë de la région : le Venezuela. Des rapports obtenus grâce au Freedom Information Act [loi sur la liberté d’information, NdT] par l’auteure et militante Eva Golinger, ainsi que des câbles du Département d’État révélés par la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, révèlent l’effort sophistiqué des décideurs US pour utiliser les laboratoires d’idées d’Atlas dans une campagne de longue durée visant à déstabiliser le règne du dirigeant vénézuélien Hugo Chávez.

Dès 1998, le Cedice Libertad (Centre de divulgation de la connaissance économique pour la liberté), fleuron des laboratoires d’idées d’Atlas à Caracas, capitale du Venezuela, recevait un soutien financier régulier du Centre pour l’entreprise privée internationale, l’un des quatre instituts de la NED. Dans une notification de subvention, les fonds destinés par la NED au Cedice sont indiqués avec la mention « aide au plaidoyer pour un changement de gouvernement ». Le directeur du Cedice était parmi les signataires du très douteux « Décret Carmona » avalisant l’éphémère coup d’État militaire contre Chavez en 2002.

Un câble de 2006 de l’ambassadeur des USA William Brownfield exposait la stratégie de financement d’organismes sans but lucratif politiquement actifs au Venezuela : « 1-Renforcer les institutions démocratiques; 2-pénétrer la base politique de Chavez; 3-diviser le chavisme; 4 – protéger les affaires vitales des USA et 5-isoler Chavez sur le plan international. »

Dans la crise actuelle du Venezuela, le Cedice a promu la récente vague de manifestations contre le Président Nicolas Maduro, le successeur de Chavez en difficulté. Le Cedice est étroitement lié à la figure de l’opposition Maria Corina Machado, l’une des cheffes de file des manifestations antigouvernementales massives des derniers mois. Machado a publiquement rendu hommage à Atlas pour son travail. Dans un message vidéo adressé au groupe en 2014 elle a dit : « Merci au Réseau Atlas, à tous les combattants de la liberté. »

Au Forum latino-américain de la Liberté du réseau Atlas qui s’est tenu à Buenos Aires, les jeunes leaders s’agitaient dans tous les sens, partageant des idées sur la façon de battre le socialisme à tous les niveaux, depuis des batailles rangées sur les campus universitaires jusqu’à la mobilisation d’un pays entier en faveur d’un impeachment.

Des « entrepreneurs » de laboratoires d’idées du Pérou, de République dominicaine et du Honduras se sont affrontés dans une compétition sur le modèle de « Shark Tank » (Bassin de requins), une émission de télé-réalité dans laquelle des promoteurs de startups présentent leurs idées à un panel d’investisseurs fortunés et impitoyables. Mais au lieu de rechercher des investissements auprès d’un panel d’investisseurs de capital-risque, les leaders des laboratoires d’idées lançaient des idées de marketing politique dans une compétition pouvant leur rapporter 5 000 dollars. Dans une autre session, on débattait de stratégies pour attirer le soutien de l’industrie afin de soutenir des réformes économiques. Dans une autre pièce, des agents politiques discutaient des arguments que les « amoureux de la liberté » peuvent utiliser pour répondre à la vague générale de populisme « pour rediriger le sentiment d’injustice que beaucoup ressentent » vers des objectifs de libre concurrence.

Un jeune leader du CADAL (Centre pour l’ouverture et le développement de l’Amérique latine), un laboratoire d’idées de Buenos Aires, a présenté une idée pour classer chaque province de l’Argentine en utilisant ce qu’il a appelé « »un index de la liberté économique », qui utiliserait les niveaux d’imposition et de réglementation comme le principal critère pour générer un battage médiatique pour des réformes en faveur de l’économie de marché. L’idée est consciemment inspirée par des stratégies similaires aux USA, dont « l’index de la Liberté économique » de la Fondation Heritage, qui compare les pays en se fondant sur des critères incluant les politiques fiscales et les barrières réglementaires à la formation d’entreprises.

Les laboratoires d’idées sont traditionnellement associés à des instituts indépendants formés pour développer des solutions non conventionnelles. Mais le modèle d’Atlas se concentre moins sur le développement de propositions de politiques réellement nouvelles, et plus sur la fondation d’organisations politiques qui offrent la crédibilité d’institutions universitaires, ce qui en fait des organismes efficaces pour gagner les cœurs et les esprits.

Les idées de la libre concurrence — telles que la réduction des impôts sur les riches, la réduction du secteur public, placé sous le contrôle d’opérateurs privés, et la libéralisation des règles du commerce et les entraves à l’action syndicale — se sont toujours heurtées à un problème de perception. Les partisans de cette vision ont découvert que les électeurs ont tendance à considérer de telles idées comme un outil au service du gratin. Le relookage du libertarianisme économique en idéologie d’intérêt public a nécessité des stratégies élaborées de persuasion de masse.

Mais le modèle Atlas qui se répand maintenant rapidement à travers l’Amérique latine est fondé sur une méthode perfectionnée par des décennies de lutte aux USA et au Royaume-Uni, durant lesquelles les libertariens ont travaillé à endiguer le flux de l’État providence d’après-guerre.

Les groupes Atlas en Amérique latine. Carte The Intercept

Anthony Fisher, l’entrepreneur britannique qui a fondé le Réseau Atlas, a été le pionnier de la vente des idées libertariennes en matière d’économie à un public élargi. L’approche était simple : Fisher s’était fixé comme mission, selon les mots d’un de ses associés, « d’infester le monde de think-tanks libre-échangistes ».

La base des idéaux de Fisher venait de Friedrich Hayek, le précurseur de la pensée moderne sur le gouvernement limité. En 1946, après avoir lu dans le Reader’s Digest la version condensée du livre de référence de Hayek, « La route de la servitude », Fisher prit rendez-vous avec l’économiste autrichien à Londres. Selon le récit de son collègue John Blundell, Fisher suggéra à Hayek de se lancer dans la politique. Mais Hayek opposa une fin de non-recevoir, répliquant qu’en se focalisant sur une démarche ascendante visant à faire changer le discours public, on pourrait mieux contribuer à façonner la société.

Pendant ce temps, aux USA, Leonard Read, un autre idéologue de l’économie de marché, cultivait des notions similaires après avoir conduit, à la tête du bureau de Los Angeles de la Chambre de Commerce US, des batailles acharnées contre les syndicats. Pour contrer la montée de l’État providence, il allait falloir trouver des réponses plus élaborées pour animer des débats populaires sur la direction que devait prendre la société, en occultant le lien avec les intérêts patronaux.

Fisher fut propulsé par une visite fatidique qu’il rendit à la Fondation pour l’éducation économique, récemment lancée par Read, à New York ; celle-ci avait été fondée pour aider à subventionner et promouvoir les idées d’intellectuels partisans du libre-échange. Là, l’économiste libertarien F.A.. Harper, qui à cette époque travaillait à la FÉÉ, donna des conseils à Fisher sur la manière de créer son propre organisme sans but lucratif au Royaume-Uni.

Pendant son séjour aux USA, Fisher se rendit aussi avec Harper à l’Université Cornell pour y observer la dernière innovation de l’industrie animale : les cages en batterie. Il fut émerveillé par la vision de 15 000 poulets hébergés dans un seul bâtiment. Cela l’inspira à à rapporter cette innovation chez lui. Son usine, Buxted Chickens, grandit rapidement et lui rapporta une fortune conséquente. Une partie de ses bénéfices fut investie dans l’autre projet nourri pendant son voyage à New York : en 1955, Fisher créa l’Institut des Affaires économiques (IEA).

L’IEA permit de populariser les économistes, jusque-là obscurs, de la nébuleuse des adeptes des idées de Hayek. L’institut était une vitrine de l’opposition à l’État-providence britannique, alors en plein essor, mettant en relation des journalistes avec des universitaires adeptes du libre marché et diffusant régulièrement des critiques par des tribunes dans les journaux, des interviews radio et des conférences.

La majeure partie des financements de l’IEA provenait d’entreprises : des géants britanniques de l’industrie et de la banque — de Barclays à BP — fournissaient des contributions annuelles. Selon « Making Thatcher’s Britain » [La fabrication de la Grande-Bretagne thatchérienne, NdT] des historiens Ben Jackson et Robert Saunders, un magnat du transport maritime avait fait la remarque que, puisque les universités fournissaient des munitions aux syndicats, l’IEA était une importante source de balles pour les patrons.

Comme le ralentissement économique et la montée de l’inflation des années 70 secouaient les fondements de la société britannique, des hommes politiques Tories [parti conservateur, NdT], se sont mis à graviter de plus en plus autour de l’IEA pour qu’il leur fournisse une vision — et l’ IEA rendait service avec des notes d’information accessibles et des thèmes de discussion que les politiciens pouvaient utiliser pour faire passer les concepts de libre concurrence auprès du public. Le Réseau Atlas plastronne : c’est l’IEA qui « a préparé intellectuellement ce qui est devenu plus tard la révolution thatchérienne des années 80 ». L’équipe de l’IEA écrivait des discours pour Margaret Thatcher, alimentait sa campagne de notes politiques sur des thèmes aussi variés que les syndicats ou le contrôle des prix et fournissait des réponses aux critiques contre elle dans les médias. Dans une lettre à Fisher après sa victoire de 1979, Thatcher écrivit que l’IE avait créé « le climat d’opinion qui a rendu notre victoire possible ».

Milton Friedman a dit un jour : « Il ne fait aucun doute qu’il y a eu un énorme progrès en Grande-Bretagne, l’Institut des Affaires économiques créé par Antony Fisher a fait une énorme différence. Il a rendu possible Margaret Thatcher. Il a rendu possible, non pas son élection comme Premier ministre mais la politique qu’elle a été en mesure de suivre. Et la même chose dans ce pays [les USA], la pensée développée selon ces lignes a rendu possible Ronald Reagan et la politique qu’il a pu mener. »

L’IEA a bouclé la boucle. Hayek a monté un groupe sélect d’économistes libre-échangistes appelé la Société du Mont-Pèlerin. L’un de ses membres, Ed Feulner, a aidé à fonder le laboratoire conservateur de Washington, l’Heritage Foundation, inspiré du travail de l’IEA. Un autre membre de Mont-Pèlerin, Ed Crane, a fondé le Cato Institute, le laboratoire d’idées libertarien le plus réputé des USA.

L’économiste et philosophe politique austro-britannique Friedrich Hayek avec une classe d’étudiants à la London School of Economics en 1948. Photo Paul Popper/Popperfoto/Getty Images

En 1981, Fisher, qui s’était installé à San Francisco, entreprit de développer la Fondation Atlas pour la Recherche économique, à la demande d’Hayek. Fisher s’était servie de son succès avec l’IEA pour courtiser des entreprises donatrices pour aider à établir une chaîne de laboratoires d’idées plus petits, parfois régionaux à New York, au Canada, en Californie entre autres. Toutefois, avec Atlas l’échelle du projet du laboratoire d’idées pro libre-concurrence de Fisher serait mondiale : un organisme à but non lucratif destiné à continuer sa tâche d’établir des têtes de pont libertariennes dans chaque pays de la planète. « Plus il y aura d’instituts établis dans le monde », déclara Fisher, « plus il y aura d’occasions de s’attaquer à divers problèmes demandant une solution. »

Fisher commença à lever des fonds, sollicitant des entreprises comme donateurs à l’aide de lettres de Hayek, Thatcher et Friedman, lançant même un appel urgent aux donateurs pour qu’ils aident à reproduire le succès de l’IEA avec Atlas. Hayek a écrit que le modèle de l’IEA « doit être utilisé pour créer des instituts semblables dans le monde entier ». Il a ajouté : « Ce serait de l’argent bien utilisé, si de grosses sommes pouvaient être rendues disponibles pour un tel effort concerté. »

La proposition fut envoyée à une liste de dirigeants d’entreprises de haut niveau et bientôt, l’argent commença à affluer des coffres d’entreprises et de méga-donateurs républicains, parmi lesquels Richard Mellon Scaife. Des sociétés comme Pfizer, Procter & Gamble et Shell contribuèrent toutes à Atlas. Mais Fisher affirma que leur influence devrait rester camouflée pour que le projet fonctionne. Fisher nota dans une proposition exposant l’objet d’Atlas : « Pour influencer l’opinion publique, il est nécessaire d’éviter toute suggestion d’intérêts particuliers ou d’intentions d’endoctriner ». Fisher ajoutait que le succès de l’IEA reposait sur le sentiment qu’il était universitaire et impartial.

Atlas grandit rapidement. En 1985, le réseau comprenait 27 institutions dans 17 pays, dont des organismes à but non lucratif en Italie, au Mexique, en Australie et au Pérou.

Et le timing n’aurait pas pu être meilleur. L’expansion internationale d’Atlas arriva juste au moment où la politique étrangère de l’administration Reagan redoublait d’agressivité, dans l’espoir de régler leur compte aux gouvernements de gauche à l’étranger.

Alors qu’en public, Atlas déclarait qu’il ne recevait aucune subvention des gouvernements (Fisher dénigrait l’aide de l’étranger comme n’étant qu’une variété de « pot-de-vin » pour fausser les forces du marché), des documents montrent que le réseau travaillait discrètement à acheminer de l’argent de gouvernements à sa liste grandissante de partenaires internationaux.

Dans une lettre de 1982 de l’Agence de Communication internationales [International Communication Agency], une petite agence fédérale se consacrant à promouvoir les intérêts US à l’étranger, un bureaucrate du Bureau des Programmes du Secteur privé [Office of Private Sector Programs] écrivit à Fisher en réponse à une demande pour obtenir des subventions fédérales. Le bureaucrate disait qu’il lui était interdit de subventionner « directement des associations étrangères », mais qu’il pouvait co-parrainer « des conférences ou des échanges avec des associations » organisés par des groupes comme Atlas. Il encourageait Fisher à envoyer une proposition. La lettre, expédiée un an après la fondation d’Atlas, était le premier signe que le réseau deviendrait un partenaire secret des intérêts de politique étrangères US.

Des mémos et d’autres documents émanant de Fisher montrent que, dès 1986, Atlas avait aidé à programmer des rencontres avec des dirigeants d’entreprises pour adresser des fonds US vers son réseau de groupes de réflexion. Dans un cas, un responsable de l’Agence US pour le Développement international [U.S. Agency for International Development, USAID], le principal organe de subventions du gouvernement fédéral, recommandait que le directeur de la filiale de Coca-Cola à Panama collabore avec Atlas pour y mettre en place un groupe de réflexion affilié dans le style de l’IEA. Les partenaires d’Atlas tiraient aussi des subventions des coffres de la National Endowment for Democracy [NED], un organisme à but non lucratif homologué par les pouvoirs publics fondé en 1983, largement financé par le Département d’Etat et l’USAID dans le but de construire des institutions favorables aux USA dans les pays en développement.

Alejandro Chafuen de la Fondation Atlas pour la Recherche économique, au fond à droite, serre la main de Rafael Alonzo, du CEDICE, à gauche, tandis que l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa applaudit lors de l’ouverture du forum international « Liberté et Démocratie » à Caracas, le 28 mai 2009. Photo Ariana Cubillos/AP

En même temps que les subventions des entreprises et du gouvernement US affluaient, Atlas prit une nouveau tournant fortuit avec l’arrivée d’Alejandro Chafuen. Linda Whetstone, la fille de Fisher, s’est rappelée dans un hommage, qu’en 1985, le jeune Chafuen, qui vivait alors à Oakland, s’était présenté au bureau d’Atlas de San Francisco « et qu’il était prêt à travailler bénévolement ».

Chafuen, né à Buenos Aires, était originaire de ce qu’il décrivait comme « une famille antipéroniste ». Ils étaient fortunés et bien qu’ayant grandi dans une période de troubles incroyables, Chafuen vécu une vie relativement privilégiée. Il passa ses années d’adolescence à jouer au tennis et à rêver de devenir un athlète professionnel.

Chafuen attribue sa démarche idéologique à la voracité avec laquelle il dévorait des textes libertariens, depuis Ayn Rand jusqu’à des brochures publiées par la FEE, le groupe de Leonard Read qui avait inspiré Fisher à l’origine. Après des études au Grove City College, une école d’arts libéraux chrétienne et profondément conservatrice où il fit fonction de président du club libertarien, Chafuen retourna dans son pays natal. Les militaires étaient intervenus sous prétexte d’une menace de la part des révolutionnaires communistes. Des milliers d’étudiants et de militants allaient être torturés et tués dans la répression de la contestation de gauche qui suivit le coup d’État.

Chafuen se souvient de cette période d’une façon principalement positive, écrivant plus tard que l’armée avait agi par nécessité pour empêcher une « prise de contrôle du pays » par les communistes. Alors qu’il poursuivait une carrière d’enseignant, Chafuen rencontra « des totalitaires en tous genres » dans la vie universitaire. Après le coup d’État militaire, il écrivit qu’il avait remarqué que ses professeurs étaient devenus « plus indulgents » malgré leurs désaccords avec lui.

Dans d’autres pays d’Amérique latine, le libertarianisme trouvait également un public réceptif auprès des gouvernements militaires. Au Chili, après que l’armée eut balayé le gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende, des économistes de la Mont Pelerin Society [Société du Mont-Pèlerin] affluèrent rapidement dans le pays, ouvrant la voie à des réformes libertariennes de grande envergure, dont la privatisation de l’industrie et du régime de retraites du pays. Dans toute larégion, sous la surveillance des dirigeants militaires de droite qui avaient pris le pouvoir, les politiques économiques libertariennes ont commencé à prendre racine..

De son côté, Chafuen manifesta son zèle idéologique dès 1979, quand il publia un essai pour la FEE intitulé « War Without End » [Guerre sans fin, NdT]. Il y décrivait les horreurs du terrorisme de gauche « comme la Famille de Charles Manson ou à un niveau de régiments, comme les troupes de guérilla au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique du Sud ». Il y avait un besoin, écrivait-il, de riposter pour les « forces de la liberté individuelle et de la propriété privée. »

Son enthousiasme attira l’attention. En 1980, à l’âge de 26 ans, Chafuen fut invité à devenir le plus jeune membre de la Mont Pelerin Society. Il voyagea à Stanford, une occasion qui le mit en contact direct avec Read, Hayek, et d’autres dirigeants libertariens. Dans les cinq ans qui suivirent, Chafuen épousa une USAméricaine et s’installa à Oakland. Il commença à établir des contacts avec des membres du Mont-Pèlerin, dans la région de San Francisco, dont Fisher.

Selon les PV du conseil d’administration d’Atlas, Fisher dit à ses collègues qu’il avait payé des honoraires de 500 $ pour Noël à Chafuen cette année-là, et qu’il espérait engager le jeune économiste à plein temps pour développer les groupes de réflexion d’Atlas en Amérique latine. L’année suivante, Chafuen organisa le premier sommet Atlas de laboratoires d’idées latino-américains à la Jamaïque.

Chafuen comprenait bien le modèle d’Atlas et travailla avec zèle pour étendre le réseau, aidant à lancer des groupes de réflexion en Afrique et en Europe, même s’il concentrait ses efforts sur l’Amérique latine. Expliquant comment attirer des donateurs, Chafuen fit remarquer un jour dans une conférence que les donateurs ne devaient pas apparaître comme les commanditaires d’enquêtes publiques, car les sondages perdraient en crédibilité. « Pfizer Inc. ne parrainerait pas des enquêtes sur les questions de santé, et Exxon ne paierait pas non plus des enquêtes sur l’environnement », nota Chafuen. Cependant les groupes de réflexion libertariens comme ceux du réseau Atlas pouvaient non seulement présenter la même étude avec plus de crédibilité, mais encore le faire d’une façon qui recueillerait plus de couverture dans les médias locaux.

« Les journalistes sont très attirés par tout ce qui est nouveau et facile comme sujet de reportage », dit Chafuen. Cela intéresse moins la presse de citer des philosophes libertariens, argua-t-il, mais quand un groupe de réflexion produit une enquête, les gens écoutent. « Et c’est aussi ce que voient les donateurs », ajouta-t-il.

En 1991, trois ans après la mort de Fisher, Chafuen prit la barre d’Atlas, et allait avoir l’occasion de s’adresser aux donateurs avec autorité sur le travail d’Atlas. Il se mit rapidement à accumuler des parrains pour promouvoir des objectifs spécifiques aux entreprises à travers le réseau. Philip Morris accorda des donations régulières à Atlas, dont une contribution de 50 000 $ au groupe en 1994, qui fut révélée des années plus tard à l’occasion d’un procès. Les documents montrent que le géant du tabac voyait Atlas comme un allié pour travailler sur des questions faisant l’objet de litiges internationaux.

Cependant des journalistes chiliens découvrirent que laboratoires d’idées soutenus par Atlas avaient œuvré pour faire discrètement du lobbying contre les réglementations antitabac sans révéler leur financement par des compagnies de tabac, une stratégie que des groupes de réflexion similaires répétèrent dans le monde entier.

Des géants industriels comme ExxonMobil et MasterCard figuraient parmi les donateurs d’Atlas. Mais le groupe attirait également des figures dirigeantes du libertarianisme, comme les fondations associées à l’investisseur John Templeton et aux frères milliardaires Charles et David Koch, qui prodiguaient à Atlas et ses filiales des contributions régulières.

Les prouesses de Chafuen pour lever des fonds s’étendaient à un nombre grandissant de riches fondations conservatrices qui commençaient à fleurir. Il a été membre fondateur du Donors Trust, un fonds secret orienté par les donateurs qui a alloué plus de 400 millions de dollars à des organismes à but non lucratif libertariens, dont des membres du réseau Atlas. Il fait aussi fonction d’administrateur dans la Chase Foundation de Virginie, qui a été fondée par un membre de la société du Mont-Pèlerin et envoie également de l’argent à des groupes de réflexion d’Atlas.

Une autre source de financement est venue du gouvernement US. A l’origine, la National Endowment for Democracy a rencontré des difficultés pour établir des associations politiques favorables aux USA. Gerardo Bongiovanni, le président de la Fundación Libertad, un groupe de réflexion rattaché à Atlas, de Rosario, en Argentine, a fait remarquer pendant une conférence avec Chafuen que la mise de fonds initiale provenant du partenaire pour les subventions de la NED, le Centre pour l’Entreprise privée internationale [Center for International Private Enterprise], s’est élevée à un million de dollars entre 1985 et 1987. Les groupes de réflexion qui ont reçu ces subventions initiales ont rapidement disparu, selon Bongiovanni, qui a invoqué un manque de formation en gestion.

Toutefois Atlas a réussi à transformer l’argent du contribuable US reçu par l’intermédiaire de la NED et du Centre pour l’Entreprise privée internationale en une importante source de financement pour faire grandir son réseau. Les vecteurs de financement ont fourni de l’argent pour dynamiser les groupes de réflexion d’Atlas en Europe de l’Est à la suite de la chute de l’Union soviétique, et plus tard, pour promouvoir les intérêts US au Moyen-Orient. Parmi les bénéficiaires de l’argent du Centre pour l’Entreprise privée internationale, il y a le Cedice Libertad, le groupe remercié par la dirigeante de l’opposition vénézuélienne Maria Corina Machado.

Sebastian Gorka, assistant adjoint du président à la Maison Blanche, participe à une interview télévisée à l’extérieur de l’aile ouest, le 9 juin 2017, à Washington. Photo : Chip Somodevilla/Getty Images

À l’hôtel Brick, à Buenos Aires, Chafuen réfléchit sur les trois dernières décennies. Fisher « serait satisfait d’une manière générale et il n’en reviendrait pas de voir à quel point notre réseau a grandi », dit-il, notant que le fondateur d’Atlas ne se serait peut-être pas attendu au niveau d’engagement politique direct dans lequel le groupe est impliqué.

Chafuen rayonnait quand le Président Donald Trump est arrivé, félicitant les personnes nommées par le Président. Et pourquoi pas ? L’administration de Trump est truffée d’anciens élèves de groupes liés à Atlas et d’amis du réseau. Sebastian Gorka, conseiller islamophobe au contre-terrorisme de Trump, a dans le passé dirigé un groupe de réflexion épaulé par Atlas en Hongrie. Le Vice-président Mike Pence a assisté à une manifestation d’Atlas et a fait un vibrant éloge du groupe. La secrétaire à l’Éducation nationale Betsy DeVos [fille et belle-fille de milliardaires, sœur du fondateur de la compagnie militaire privée Blackwater, NdT] et Chafuen étaient proches de par leurs rôles de direction à l’Institut Acton, un groupe de réflexion du Michigan qui développe des arguments religieux en faveur des politiques libertariennes — et qui entretient à présent une filiale au Brésil, le Centro Interdisciplinar de Ética e Economia Personalista.

Cependant la personnalité peut-être la plus appréciée par Chafuen dans l’administration, est Judy Shelton, économiste et camarade de longue date du Réseau Atlas. Après la victoire de Trump, Shelton est devenue présidente de la NED. Elle avait auparavant œuvré en tant que conseillère de la campagne de Trump et de l’effort de transition. En en parlant, Chafuen rayonnait : « Vous avez là des gens d’Atlas à la présidence de la Fondation nationale pour la démocratie. »

Avant de terminer l’entretien, Chafuen a annoncé que beaucoup de choses restaient à venir : plus de groupes de réflexion, plus pour renverser des gouvernements de gauche, et plus de partisans d’Atlas et anciens élèves parvenus aux plus hauts niveaux des gouvernements du monde entier. « Le travail se poursuit », a-t-il déclaré.

Plus tard, Chafuen est apparu au gala du Forum Liberté pour l’Amérique latine. Avec un groupe d’experts d’Atlas, il a discuté du besoin d’accroître les mouvements d’opposition libertariens en Équateur et au Venezuela.

Danielle Mackey a contribué à la documentation pour ce récit.

Source : The Intercept, Lee Fang, 09-08-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Au Venezuela, apprendre à désapprendre

1er jour : « NOUS SOMMES DES MILITANTS DE LA VIE »

Luisa Araujo et sa fille Lydda

« Pourquoi nous chantons ? Nous chantons parce qu’il pleut sur les sillons, et nous sommes des militants de la vie, nous chantons parce que les champs sentent le printemps, parce que dans la tige de ce fruit, chaque question a sa réponse ». Luisa, directrice vénézuélienne de l’école de Caquetios créée par le Mouvement des Sans Terre (du Brésil) au Venezuela, lit un poème de Benedetti. Étudiants et professeurs forment un cercle autour du mot Révolution qu’ils ont écrit avec des pierres. Autour des pierres, le drapeau du Mouvement des Sans Terre (MST). Luisa Araujo a donné naissance à une petite fille, le 17 décembre 2016. Elle s’appelle Lydda, comme cette militante et poète Lydda Franco, féministe née dans les années 1960. La « mistica » comme disent les brésiliens termine avec l’hymne national vénézuélien.

Le premier jour, les militants du MST, nous expliquent l’histoire et le fonctionnement de l’école. Celia Rodrigues, chargée de la formation politique de l’école, revient du Brésil, où elle a suivi un cours de formation de formateurs. « Nous ne croyons pas au hasard mais à la causalité, explique-t-elle. La défense de la révolution bolivarienne, part d’un des principes du MST : la solidarité, ici nous sommes sur une terre libérée par la Révolution. Notre objectif, c’est d’être autonome pour la production de nourriture et la formation » Les terres de Caquetios appartenaient aux propriétaires terriens qui l’utilisaient pour faire des courses de chevaux. Aujourd’hui, ce sont des « unités de production sociale ». En 2010, l’espace a été récupéré par le gouvernement bolivarien, à travers la CVAL (Corporation Vénézuélienne d’Alimentation). En 2014, Nicolas Maduro signe un nouvel accord avec le Mouvement des Sans Terres, et légalise les titres de propriété des terres. « Caquetios n’est pas une île, les pompes à eaux ont crevé, nous avons beaucoup de problèmes pour la production, nous n’avons pas de quoi arroser. Nous avons du mal à récolter, car on nous vole notre production ». La plus grande avancée selon Celia, c’est l’incorporation de vénézuéliens à la brigade du Mouvement des Sans Terre.

Celia Rodrigues, brasileña del movimiento Sin Tierras

Celia Rodrigues, coordinatrice de formation du Mouvement des Sans Terre (Brésil) au Vénézuéla

Simon Uzcategui, responsable de la production, explique qu’aujourd’hui, les producteurs commencent à fabriquer des biofertilisants. « Nous développons le maïs autochtone qui allait disparaître : le maïs guanape, et la courge, et nous utilisons le champignon tricoderme pour tuer le parasite « cogollero », nous produisons 600 d’insecticides naturel ». Les paysans produisent aujourd’hui une tonne mensuelle de fertilisant organique, ils réparent les tracteurs argentins et biélorusses, et les paysans cultivent deux jardins pour leur propre consommation. Les organisations paysannes sont en train de s’articuler pour former un front de Conseils Paysans. Celia essaye d’organiser des rencontres avec les femmes pour parler de leurs droits sexuels et reproductifs. Le Mouvement des Sans Terres a aussi créé un réseau d’amis de l’école, pour réaliser des cours de production et récupération de semences autochtones.

DIujEhlXYAQ_QLE

Cultures agro-écologiques sur les terres de Caquetios

IMG_1109.jpg

Début de l’atelier de cinéma

L’atelier de cinéma qui va durer 5 jours permettra aux étudiants d’apprendre les techniques du cinéma populaire d’EPLACITE, l’école populaire et latino-américaine de cinéma et théâtre fondée par Thierry Deronne dans les années 1990. Thierry est arrivé au Venezuela, après une rencontre avec des Vénézuéliens dans le Nicaragua sandiniste des années 80. L’histoire de l’école est liée au processus de transformation nationale de la Révolution bolivarienne avec la création de ViVE TV, mais c’est aussi l’école des mouvements sociaux, avec la participation du Mouvement des Sans Terre. « La production audiovisuelle c’est comme le travail du paysan, c’est exactement la même chose, dans les deux cas, il s’agit d’alimenter une population. Dans le premier cas c’est une alimentation physique et dans l’autre une alimentation intellectuelle, spirituelle, mais ces deux production passent par le temps. On ne fait pas un bon documentaire sans le temps de la participation, de l’enquête, de la réalisation, du montage, du retour vers la communauté avec ses images. Ce processus du temps est aussi au coeur du travail du paysan, il définit une vraie agriculture à l’écoute de la terre, au service d’un peuple, mais aussi d’une vraie information. »

L’atelier de cinéma commencera avec l’analyse de séquences de cinéma, et avec la critique de la monoforme télévisuelle où la figure sacro-sainte du journaliste fait de la radio déguisée en donnant la bonne parole au téléspectateur passif. Le « noticiero » de Santiago Alvarez propose une autre mode de produire l’information : une spirale croissante, participative qui part d’un problème vécu par la population pour remonter humblement vers les clefs et les possibles solutions. Une manière d’éveiller la conscience critique du téléspectateur-citoyen, responsable de la solution, lui aussi.

IMG_1048

Jesus Reyes (à gauche), enseignant de l’Ecole Populaire et Latinoaméricaine de Cinéma

Parallèlement, des militants-enseignants français du mouvement France Amérique Latine (FAL 33) de Bordeaux, enseignent la technique de la permaculture à des vénézuéliens venus jusqu’à Caquetios depuis les régions du Zulia, de Falcon, de Lara et de Caracas. Le premier jour, les participants reçoivent des cours théoriques, qu’ils mettront en pratique pendant la semaine. Il y aura trois ateliers : la construction de toilettes sèches, l’installation d’un réservoir d’eau pour filtrer les eaux usées, et un système de récupération des eaux de pluie.

Foto del grupo de Caquetios 2017

Le groupe franco-vénézuélien

Pendant ces cinq jours d’ateliers parallèles, nous formons différents groupes, chaque groupe porte un nom, et sera chargé des différentes tâches collectives dans l’école de Caquetios: solidarité, patrie, lutte, révolution, socialisme. Chaque matin, un groupe présente une poésie, un chant, une idée pendant 15 minutes : « C’est un moment de rencontre très important, de réaffirmation de pourquoi nous sommes là. Nous voulons voir le peuple, la lutte et ses espoirs, la joie et la célébration. L’exemple du partage, de la solidarité internationale, par exemple, c’est cette grande mare que vous avez traversé depuis la France pour venir ici travailler avec nous latino-américains », conclut Celia.

Le premier jour de l’atelier de permaculture, une étudiante de Rossana Melendez répond à la question du professeur de permaculture Franck David. Que signifie la permaculture ? La culture permanente, c’est apprendre à désapprendre. Réapprendre la culture ancestrale paysanne. « La révolution d’aujourd’hui, ce n’est pas la révolution verte, c’est la révolution de la résilience. La résilience c’est être en capacité de résister, ce que vous connaissez bien », répond Franck.

2ème jour : « J’ALLUME CETTE BOUGIE POUR RAVIVER LE FEU DU PATRIOTISME »

Ce matin, une jeune fille lit le poème, « une mer de petits feux », d’Eduardo  Galeano, tiré du « livre des étreintes », « Il y a des gens de grand feu, de petit feu, et des feux de toutes les couleurs. Il y a des feux de gens sereins, qui ne sentent pas le vent, des feux de gens fous, qui remplissent l’air d’étincelles ». Une bougie passe de main en main, et chacun dit une phrase que lui inspire la lumière. « J’allume cette bougie pour raviver le feu du patriotisme, dit une vénézuélienne. C’est mon tour. La première phrase qui me vient à l’esprit. « Que le sol « wicho » des yukpa, illumine le chemin des peuple en lutte ».

Sarah Gourdel participa en el taller de cine

Sarah Gourdel

Sarah Gourdel (photo) vit en France, elle arrive du Brésil pour assister à l’atelier de cinéma. Dans la région bordelaise, elle travaille dans un jardin pédagogique pour accompagner des collectifs d’habitants sur des résidences déjà construites, certaines en construction. L’organisme de formation met en place des pratiques agro-écologiques en jardinage naturel. Gloria Vergès, la présidente de FAL, est venue donner un cours de biofertilisants et lui a parlé de l’atelier de Caquetios au Venezuela. « J’ai décidé de prendre une semaine de vacances pour participer à cet atelier de cinéma, en même temps pour être en lien avec la communauté locale au Venezuela, faire de nouvelles rencontres, prendre ce temps pour moi, pour me former. » se souvient Sarah.

IMGP4406.JPG

Thierry Deronne, formateur de l’école populaire et latino-américaine de cinéma

L’atelier de cinéma documentaire se poursuit. Comment fabriquer un film à 10 personnes ? « On commence par l’enquête de terrain, sans caméra, on écoute avec patience, on se laisse surprendre par la réalité et on ne pas se laisse envahir par elle », explique Thierry à la pause-café. « Cet apprentissage devient un plan de bataille pour le documentaire à réaliser. Les trois groupes de 4 personnes vont être mélangé dans un montage parallèle final ».  Aujourd’hui, Sarah a appris la technique du montage parallèle : « deux situations se déroulent en même temps, et on va intercaler des plans, on fait des ellipses, on n’a pas toute la situation au même moment. » L’an dernier, les frères Rodriguez ont enseigné une autre méthodologie du documentaire. Ils ont demandé aux gens de se balader dans l’espace de Caquetios, et de ressentir cet espace directement, intuitivement, sans passer forcément par l’interview. A partir de là, les étudiants ont élaboré leur image personnelle, avec un montage final d’ordre poétique. « On sait qu’il y a différentes façons d’aborder le réel, que la poésie est aussi importante que la sociologie, l’histoire et la philosophie » précise Thierry.

28815317043_ff9c5c2429_bOdilio Mendez a 20 ans, il vient d’un Conseil Communal près de la Commune El Maizal dans l’Etat de Lara. Angel Prada, représentant de la Commune a été élu à l’Assemblée Constituante comme représentant territorial. « Nous sommes très fiers de son élection, cela fait 9 ans que nous luttons pour la consolidation de la Commune qui va être désormais inscrit dans la Constitution. Nous souhaitons arriver à l’autogouvernement. La commune a demandé une aide pour semer 800 hectares de maïs cette année. En 2016, 1100 hectares ont été semés, et 4 000 tonnes ont été récoltées. « Mais où se trouve la farine ? Le problème du manque de conscience du paysan est un grave problème. Il y a beaucoup de corruption entre nous. Sans faire cet examen, nous ne pouvons pas avancer. Nous devons mettre fin à la rivalité qui existe entre nous ». La Commune El Maizal dans l’Etat Portuguesa, est composée de 22 conseils communaux se trouve en face de la Commune El Piñal dans l’Etat de Lara, et ses 4 Conseils Paysans. « Les paysans refusent de s’entraider. Comment pouvons-nous dialoguer entre les Communes ? Notre commune est mieux consolidée, nous pourrions aider El Piñal avec le problème de l’électrification, de la consommation, de l’eau. »

Odilio Mendez de la Comuna el Maizal, Rosana Melendez y un militante del Frente Francisco de Miranda instalan un sistema para recolectar la lluvia

Odilio Mendez de la commune El Maizal (à droite)

Le problème de la production alimentaire est aussi liée au manque d’inspection, 4 millions d’hectares ont été remis à des producteurs qui ne produisent pas, mais n’ont qu’un objectif : soustraire des ressources à l’État. Le Fond de développement agricole (FONDAS) est tombé en ruine plusieurs fois, parce que beaucoup de crédits ont été déviés. L’État ne peut donc pas leur donner de nouveau crédit, ou financer d’autres producteurs. «Nous sommes habitués à cette culture capitaliste de recevoir des ordres, nous avons toujours besoin de la figure d’un chef », critique Douglas Quintero, du mouvement Fabricio Ojeda, qui appartient au Conseil Communal Indio Chejendé. « Il faut mettre la pression sur le paysan pour qu’il produise sans lui porter préjudice, car en fonction des saisons, la productivité n’est pas la même ». Changer le système bureaucratique inefficace est tout aussi essentiel. Auparavant, l’Institut National des Terres (INTI) mettait 5 ans à remettre le titre de propriété de la terre au paysan. Aujourd’hui, le système est automatisé, et ne dure que 15 jours. Douglas vient d’une famille pauvre, il se définit comme une « âme libre » qui n’aime pas recevoir des ordres. Il a travaillé dans plusieurs institutions agricoles et fondations privées, il est aujourd’hui technicien agricole à Boconó, dans l’État de Trujillo. « J’aime ce métier car j’ai le sentiment d’aider les gens. »

Douglas Quintero trabaja en el taller de phyto-epuracion 2.jpg

Douglas Quintero dans l’atelier de phyto-épuration.

3ème jour: « COLIBRI, TU N’ES PAS FOU ? CE N’EST PAS AVEC CES GOUTTES D’EAU QUE TU VAS ÉTEINDRE LE FEU ! – « : JE LE SAIS, MAIS JE FAIS MA PART ».

Sur le sol, entre les pieds des participants, un chapeau Indien Yukpa. Deux compagnons lisent quelques lignes du livre « Notre Amérique, Passé Communautaire, vers un socialisme indigène ».  « Avec Guaicapuro, Paramaconi, les nus et héroïques indigènes Caracas, nous devons être, et non avec les flammes qui les ont brûlé, ni les cordes qui les ont attaché, ni les fers qui les ont décapité, ni les chiens qui les ont mordus ». Pendant la lecture, une des participantes distribue des fleurs et des plantes aux étudiants et professeurs. Je lis un passage du livre de Pierre Rahbi « Vers la sobriété heureuse », l’histoire du colibri, ce petit oiseau qui tente d’éteindre un immense incendie en recueillant des gouttes d’eau sur les fleurs, alors que les animaux fuient la forêt. Le tatou lui demande « Colibri, tu n’es pas fou, ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? « Et le colibri lui répondit : Je le sais, mais je fais ma part. «  Ces fleurs qui ont été données, puis redéposées sur le sol pour la terre, des offrandes, des prières pour la terre, la terre est vraiment en souffrance et on a besoin de s’en occuper, c’est ce qui m’a le plus touché, c’est notre mère terre, la Pachamama, j’adore la nature, et le fait d’avoir aborder plein de lecture dont celle du colibri avec chacun fait sa part. comme ça vient plutôt d’Europe, c’est bien de faire cet échange »

Mistica del tercer dia con un sombrero yukpa en el centro, con flores y plantas recojidas en el jardin de Caquetios 2.jpgColibris, mouvement pour la terre et l’humanisme, lancé par Pierre Rabhi encourage l’émergence et l’incarnation de nouveau modèle de société fondée sur l’autonomie, l’écologie et l’humanisme. Son ambition est de participer à la construction d’une société fondée sur le bonheur d’être plutôt que la volonté d’avoir. En Europe, les mouvements écologistes parlent depuis une dizaine d’année de la « décroissance ». Une expression qui peut paraître aberrante pour les gens du Sud de notre terre. En Europe, on utilise de l’eau potable pour les toilettes, alors que dans l’État de Falcon, terre aride du nord-ouest du Venezuela où vit Rossana Melendez, l’eau potable n’arrive qu’une fois par semaine par camion-citerne. Le système de récupération des eaux de pluie est très utile. Même s’il ne pleut presque jamais dans cette région, lorsque la pluie tombe, cela peut durer plusieurs jours. Son rêve, créer une réserve naturelle pour la faune sylvestre. Elle avait 15 ans lorsqu’elle a commencé à militer au sein d’un mouvement révolutionnaire, en désaccord avec sa famille de droite. Elle a aujourd’hui 26 ans, elle a fait des études de gestion environnementale à l’Université Bolivarienne. Le visage de Chavez tatouée sur sa cuisse n’est pas une veste qu’on retourne toujours du bon côté, comme dit Jacques Dutronc, dans sa chanson sur la critique de la mentalité capitaliste.

Rosaura Mendez es licenciada en gestion ambiental de la Universidad Bolivariana de Falcon 2

Rossana Menendez, licenciée en Gestion Environnementale de la (nouvelle) Université Bolivarienne, état de Falcon

 « Je crois que nous devrions avoir tous les même possibilités de nous développer. La croissance, c’est un appauvrissement moral. Nous devons nous diriger vers l’éco-socialisme. Je crois que le problème de l’arc minier nous montre qu’il faut un équilibre entre les différentes ressources du Venezuela. Mais nous ne devons pas commettre les mêmes erreurs qu’avec le pétrole, nous devons utiliser ces ressources comme l’agriculture ou le tourisme. Souvenons-nous des paysans qui ont quitté leurs terres pour travailler dans les villes au moment du boom pétrolier en 1973. Ils vont à nouveau partir pour travailler dans les mines en pensant à leur supposé « bien-être ». Mais peut-être que lorsqu’ils voudront revenir sur leurs terres, elles n’existeront plus. Pour le moment, nous avons ces ressources minières, mais elles ne sont pas infinies. »

Menehould, jeune française de 22 ans a décidé de participer à l’atelier des toilettes sèches qui permettent d’économiser 50 % de la quantité d’eau nécessaire pour l’être humain. En France, elle travaille dans l’aéronautique et vit dans un petit studio parisien. Elle rêve de construire une maison en bois écologique sur roulette, dans lequel elle installerait des toilettes sèche. Elle partage la vision de Rosaura sur le concept de décroissance. « C’est un terme péjoratif. Dans l’esprit de beaucoup de gens, la décroissance s’accompagne de l’idée de régression mais ce n’est pas du tout le cas. Dans les pays qui sont moins développés – si je puis dire-, c’est plutôt une opportunité de développer dans le bon sens. En Europe, on a un confort de vie bien trop futile, et c’est difficile de dire aux gens de faire autrement. Qu’est-ce que la croissance, elle n’est jouable que si on consomme toujours plus. On est arrivé aux limites de notre planète. Le 2 août, on a dépensé toutes les ressources naturelles existantes sur la planète qu’elle pouvait faire en un an. »

menehould-flor-goya-y-un-carpintero-fabrican-el-bano-seco.jpg

Menehould (chemise blanche) entourée de Goya (gauche) et de Flor (droite)

Nous avons perdu 2 milliards d’hectares en 6000 ans, mais en 60 ans, nous en avons perdu un milliard. « L’homme peut dégrader le sol, l’eau et l’atmosphère, mais il ne peut pas supprimer le sol. Pour détruire l’eau il faudrait la faire bouillir à 100°, ce qui n’arrivera jamais heureusement, par contre le sol on le dégrade très facilement. La notion de sol est donc très importante en terme de permaculture », précise Franck David (photo), paysagiste de formation, depuis sa longue expérience au sein de la Scoop Saluterre.

Franck David

Le paysagiste et enseignant de permaculture Franck David

Les étudiants apprennent la technique de la phyto-épuration, des filtres naturels pour nettoyer cette eau.

Patricia Leal (photos ci-dessous) et David, le fils de Yanilys, du Réseau National des Communardes et Communards sont à l’œuvre, ils espèrent mettre en pratique cette méthode dans leur région semi-aride. Ils construisent avec leurs compagnons un premier filtre vertical. L’eau tombe dans ce filtre vertical, comme une piscine. Ils la remplissent de grosses pierres au fond. Un drain va permettre l’évacuation des gaz, car une grande activité bactériologique va se faire, sans oxygène. Le drain évite de tuer le système, qui attrape toute la pollution, la transforme en nitrate, azote, potassium. Les particules restent accrochées aux gros cailloux. Un autre tuyau transporte l’eau vers une autre piscine moins profonde, de seulement 30 centimètres, horizontale. Le passage de l’eau va se faire de manière horizontale. « Je vais mettre des graviers surtout, les particules vont rester dans les graviers, explique Gloria Verges, professeure de permaculture. Cette piscine est forcément recouverte d’eau, je vais installer des plantes, qui vont remuer les graviers, et vont permettre d’oxygéner cette eau, au bout, je mets encore un tuyau, et là l’eau va aller dans un petit étang avec des plantes à eaux qui terminent de nettoyer l’eau. Lorsque l’eau est là, elle est parfaite. »

Rossana souhaite organiser un voyage à Falcon avec l’équipe de FAL 33 pour étudier les possibilités de permaculture : « Je viens d’une zone très aride, où il y a très peu d’eau, quasiment nulle. Quelle serait la meilleure méthode pour utiliser ces eaux ? Il te faut regarder le sol, lui répond Franck. Il va falloir planter des arbres pour qu’il n’y ait pas de forte évaporation la journée avec des grosses chaleurs, car l’eau va très vite s’évaporer. Il faut planter des arbres parce que ce sont les racines des arbres qui vont permettre de faire percoler l’eau dans les nappes souterraines. Il faudrait se prosterner devant les arbres. C’est dans l’arbre qu’on devrait puiser notre énergie. L’arbre fabrique le sol, il va interférer sur les pollutions atmosphériques, il va filtrer en permanence l’eau. Il va épurer l’air, il va surtout être un réservoir de biodiversité extraordinaire. »

 4ème JOUR: L’ORÉNOQUE ET L’AMAZONE S’EMBRASSERONT.  

La poésie matinale, cette fois, ne se déroule pas dans la salle de classe, mais à l’air libre. Une carte du Venezuela est dessinée sur le sable. Nous sommes invités à en faire le tour, puis on prend un des objets posés au sol : graines, fleurs, fruits, instruments de musiques, caméra, outils de travail. Chacun se positionne sur un endroit de la carte du pays, dit une phrase. Je pose sur le sol un sac de graines : « Vive la loi des semences autochtones vénézuéliennes, interdiction de la directive 9.70 en Colombie ! » (La loi interdit aux paysans de garder leur graines qu’ils sont obligés de les acheter à la multinationale Monsanto).

Au Venezuela, l’utilisation des produits chimiques a dévoré les sols pendant des décennies, le développement de l’agro-écologie est comme la goutte d’eau du colibri, elle commence à éteindre le feu doucement. Mais d’abord, et encore, il faut lutter contre les mafias de la distribution. En 2015, dans la région de Trujillo, le fertilisant chimique était accaparé par les grandes boutiques d’agros. Le prix a tellement augmenté que l’idée de créer un conseil paysan est née. « Nous avons réussi à créer un lien direct avec l’institution Agropatría, et acheter directement les engrais à Pequiven, pour arriver à faire baisser les prix de manière conséquente, explique Douglas. Ces produits ne peuvent pas être gardés plus de 3 ou 4 mois, ils sont très corrosifs et se détériorent rapidement ». Douglas reconnaît que la lutte contre l’agriculture conventionnelle n’est pas facile, car elle est très rentable économiquement.

Face au capitalisme qui dévore notre mère terre, la permaculture nous offre la possibilité de prendre le temps d’observer la nature, échanger, mutualiser en permanence. Le temps n’est pas une ligne droite pour les peuples originaires, c’est une spirale, une forme très utilisée dans la nature : « Le vent est une spirale, le son est une spirale, la voix est une spirale, l’univers est une spirale, les escargots, les coroles, c’est une forme très belle la spirale, car on part de pas grand-chose, et on grandit, cela donne l’effet papillon, », raconte Franck.

Jeudi soir, on distribue des petits papiers. La lumière s’éteint, une voix parle de l’obscurité, de la tristesse, de la douleur, du deuil. Chacun brûle les papiers au centre du cercle, et la lumière s’allume. Les tambours sonnent au rythme de la batucada brésilienne. Sarah danse au centre, nous la rejoignons. La fête commence. Une chanson d’Ali Primera. « Viens, ami Colombien, nous allons chanter ensemble pour la deuxième Indépendance, nous allons lutter ensemble, l’Orénoque et le Magdalena s’embrasseront, entre les chansons de la jungle, tes enfants et les miens chanteront et souriront à la paix. »

Gloria Vergès ayuda los estudiantes a fabricar el la primera piscina de phyto-epuracion

Gloria Verges (à droite) avec les participants à l’atelier de construction du bassin de filtrage de phyto-épuration

Gloria Verges, présidente de FAL 33, a commencé à militer avec les exilés politiques latino-américains dans les années 1970. Au sein d’une association, La Peña, elle recevait les musiciens en exil, comme Inti Illimani et Quilapayun, Mercedes Sosa, Viglietti. Pour faire connaître les mouvements de libération d’Amérique latine, elle a participé à la création d’un comité France Amérique Latine en Gironde en 1981. Parallèlement, elle créé en 1983, un festival de ciné latino-américain. Elle part vivre 3 ans à Cuba, puis rentre en France en 1987. Elle milite avec les zapatistes à la fin des années 1980, développe un projet avec les mères célibataires boliviennes. La période spéciale commence à Cuba. Gloria continue de s’y rendre régulièrement, elle voyage aussi en Colombie pour travailler sur le problème des exactions des paramilitaires, des déplacés de guerre, des exécutions extrajudiciaires, et commence à s’intéresser à l’agriculture urbaine à Cuba. «J’ai rencontré la fondation Antonio Nuñez Jiménez (http://www.fanj.cult.cu), compagnon de lutte de Fidel Castro, un géographe cubain et spéléologue, qui a cartographié Cuba, et qui a découvert la moitié des grottes cubaines, qui a beaucoup travaillé au Venezuela sur l’Orénoque, et dans l’Amazonie, et qui a fondé une association pour la protection de l’environnement auprès des jeunes, la gestion des milieux humides et particulier à Cuba. »

La fondation commence à développer des formations à la permaculture, à partir de 1994, avec des australiens, qui étaient à Cuba au moment de la période spéciale, pour pouvoir faire en ville des jardins spontanés. « En pratiquant la permaculture, on ne va pas se mettre à vivre comme vivaient les hommes dans les cavernes, non. On sait que l’on peut vivre confortablement, en répondant à toutes les nécessités fondamentales de l’homme, c’est-à-dire bien se nourrir, s’alimenter pour être en bonne santé, avoir un toit, être en bonne relation avec les autres, avoir du temps pour soit, penser, ne rien faire, rêver, écrire de la poésie, chanter, regarder la lune, et non pas travailler 40 heures comme des abrutis, et rentrer chez soit complètement claqué, et se mettre devant la télé ou devant des écrans pour s’abrutir. La permaculture, c’est une façon de concevoir le monde, le rapport de l’homme à la planète, c’est une philosophie de vie sur la planète. »

Gloria découvre le Venezuela après avoir vu un film de Thierry Deronne, « le Passage des Andes » en 2005. Le réalisateur vient présenter son film à Bordeaux, invité par le festival « Rencontres » de FAL 33. Elle effectue un premier voyage au Venezuela en 2011, pour mettre en relation l’école populaire et latino-américaine de cinéma (EPLACITE) et le Festival de Cinéma de Bordeaux. « Cela nous permettait de faire se rejoindre nos deux secteurs principaux qui sont le cinéma et la solidarité. J’avais un projet d’agro-écologie, je savais que le Mouvement des Sans Terre était au Venezuela. On a monté à Camunare Rojo un projet avec des femmes paysannes dans l’Etat agricole de Yaracuy. L’an dernier, on a fait une formation permaculture et cinéma, et après on est venu ici, on a développé le projet de Camunare Rojo, celui de Caquetios, et on continue avec EPLACITE. »

IMG_1395

Le formateur Juan José Moreno (chemise rouge, à droite) pendant l’atelier de cinéma de l’EPLACITE

Juan José Moreno, Jota, a 25 ans, il a étudié à l’EPLACITE, où il est désormais professeur de ciné. Il accompagne les étudiants de Caquetios pour la réalisation de leur court-métrage. L’atelier réalisé l’an dernier à Camunare avec les femmes qui ont créé la télévision communautaire est une expérience inoubliable. Elles souhaitaient faire un film de fiction à partir d’une thèse réalisée par des étudiants de l’université centrale dans les années 1970. « Nous avons extrait de ce livre une lutte qui a beaucoup marqué l’histoire de ce village. Une femme violée, séparée de ses parents, mise en esclavage par le grand propriétaire, est témoin tardivement de la naissance de la révolution bolivarienne. Nous racontons dans le film l’assassinat de sa mère au moment de la naissance, puis son enlèvement par un péon du propriétaire terrien. Cette femme n’est plus en vie, mais celles qui ont travaillé le scénario l’ont connue. Dans ce court-métrage de 12 minutes, on voit un camarade qui lutte pour la titularisation des terres, plusieurs personnages se croisent. Le film ne termine pas avec l’étape de la révolution, mais avec un regard d’espoir. Pour nous, c’était très important de montrer que la révolution bolivarienne est un processus qui ne s’est jamais arrêté. L’histoire de Camunare Rojo, nous a ramené à l’histoire des racines des premières résistances indo-américaines sur ces terres, la lutte d’Ezéquiel Zamora, et de Chávez ».  

 5ÈME JOUR. VIE, TERRE

Nous sommes en cercle, dehors. Chacun écrit sur un petit papier les trois mots qui résume notre séjour à Caquetios, que l’on dépose au centre du cercle. « J’écris: sourire, vie, terre ». Ménéhould entonne “Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?” 

Le dernier jour, nous rencontrons Ubiel Viñales, un agriculteur aveugle qui pratique l’agro-écologie. Ubiel a récupéré la terre de Yaracuy, avec son camarade député Braulio Alvarez. Il a dú se cacher pendant un an, il y a 20 ans, car les propriétaires terriens le cherchaient pour l’assassiner. Il s’est battu contre les policiers sicaires d’Eduardo Lapi, gouverneur de droite de l’état de Yaracuy, qui poursuivaient les paysans en lutte. « La centrale sucrière Matilde usurpait une terre de tradition indigène. Nous avons pu le démontrer avec la Gazette Officielle de 1904, lorsque Cipriano Castro a ordonné le droit de répartir ces terres. Si les droits indigènes sont intransmissibles, inaliénables, et inattaquables, comment est-ce possible que Jesus Asquetas, colonisateur cubain, arrive au Venezuela en 1946, pour acheter les réserves indiennes de Fermin Calderon, un homme riche qui battait sa propre monnaie ? Si tu étais propriétaire d’une réserve indigène, et que tu avais besoin d’argent, il te prêtait de l’argent, mais il mettait en garantie la terre. Comme au bout de deux ans, tu ne pouvais pas payer ta dette, il récupérait la terre. »

Ubiel a suivi un cours à l’Université Expérimentale de Portuguesa et des Llanos, l’UNELLEZ, puis s’est formé en agro-écologie, grâce à la mission sociale Savoir et Travail, qui devrait « éliminer la division de classe, sans patron ni ouvrier, si nous luttons pour une véritable indépendance. » Il a créé un engrais organique, le « curachire viñalero ». L’origine du nom est un oiseau d’Amazonie. Lorsque cet oiseau vole au-dessus des champs, c’est le signe que vient une grande production agricole. “Nos ancêtres n’utilisaient pas d’engrais chimiques, ils coupaient l’arbre “Rosa”, le brûlait, et utilisait la cendre des arbres comme engrais. Et comme cela, il pouvaient produire toute l’année. »

Marta Lopez, la femme d’Ubiel, est professeure des écoles, retraitée. Elle a mis en place dans son école des projets communautaire pour former les enfants au développement écologique. « C’est une graine qui est restée ici. J’avais 30 petits, il y avait beaucoup de producteurs autour qui utilisaient des produits chimiques. Un jour, je suis tombée malade, j’ai eu une forte bronchite, les enfants aussi. Nous avons commencé à organiser des débats avec les gardes forestiers. L’institutrice actuelle continue mon travail, c’est pour cela que l’éducation est tellement importante. Le monde est à l’envers, comme disait Galeano. Où se trouve l’eau ? Dans les pays du Sud » Et Ubiel, d’ajouter : « Le fleuve Tocuyo débouche sur la mer des Caraïbes dans l’Etat de Falcon. A travers l’érosion du fleuve, à chaque crue, il entraîne du sable. L’accumulation du sable dans le Yaracuy, dans les dunes de Coro se fait à travers la brise. Lorsque Colon, est arrivé et a trouvé au bord du fleuve les Indiens Caraïbes, eux connaissaient bien ce fleuve, parce qu’il était navigable.» Le couple se réjouit de la création de l’université de l’environnement à la Fleur du Venezuela à Barquisimeto, construit par l’architecte alternatif Fruto Vivas, pavillon du Venezuela à l’exposition mondiale de Hanovre en 2000. Le toit est composé de 16 pétales qui s’ouvrent et se ferment. Les vénézuéliens aiment y contempler le coucher de soleil. « Mais la pratique de l’agro-écologie doit se faire sur le terrain, non dans une salle de classe », souligne Ubiel.

L’éducation à l’environnement ouvre la voie patiente vers l’éco-socialisme. « Les jeunes sont comme des éponges, raconte Odilio. Nous devons retenir toutes ces informations, et les faires connaître dans nos communautés, et les mettre en pratique. Aujourd’hui, dans la Commune el Maizal, il n’y a que grands parents. Nous luttons pour la Commune, nous mourrons, et ensuite, que font les jeunes ? 70 % des votes pour l’Assemblée Constituante, ce sont des jeunes.  Nous devons luttons pour ne pas perdre les valeurs. Je suis jeune, rebelle, que vive la Commune ! ». David Torres, ne veut pas quitter la terre de ses ancêtres, comme dit son père Glaudy Alvarez, « s’il devait renaître, ce serait au même endroit, comme disait Chavez »

Dernier jour de formation. Luisa porte sa petite Lydda dans les bras. Sa voix résonne dans la salle de classe. Des bougies sont posées au sol. “Changez le superficiel, changez aussi ce qui est profond, changez la manière de penser, changez tout dans ce monde, changez le climat avec les années, comme le pasteur change avec son troupeau. Et comme tout change, les cheveux du vieil homme changent. Et comme tout change, que je change, ce n’est pas étrange.
Mais cela ne change pas mon amour aussi loin que je sois, ni la mémoire ni la douleur, de mon peuple. Ce qui a changé hier, vous devrez le changer demain. Tout comme je change, dans ce pays lointain. Que je change n’est pas étrange.

P1280564.JPG

Prévisionnage de leur image par les paysans qui travaillent la terre de Caquetíos

DIVvfmbXUAAFcI7

Dernières heures de montage

L’atelier se termine sur la projection du court-métrage réalisé par la quinzaine de participants :

6ÈME JOUR : « JUSQU’À NOUS ENTERRER DANS LA MER »  

Retour vers la capitale. Avec Yannilys Torres, la mère de David, nous allons voir la projection du court-métrage « Mémoires du ciel » de Jésus Reyes, étudiant et aujoud’hui formateur de l’EPLACITE, réalisé dans le vaste quartier populaire de Catia, à l’Ouest de Caracas. Le son raconte l’histoire et la réalité du quartier. « J’aime beaucoup ce film, raconte une personne âgée. J’ai vu un quartier que je n’ai pas connu enfant. Thierry nous a aidés à construire un discours au-delà des mots. » 

Le film « jusqu’à nous enterrer dans la mer », qui sera présenté le 21 septembre au Festival du cinéma d’Attac en Belgique commence… « J’ai vécu un an dans un quartier populaire, me raconte Thierry Deronne, les 11 premiers mois, je n’ai fait qu’y vivre pour dialoguer avec les gens, partager des éléments d’organisation, y compris sur le plan de l’alimentation, sur la lutte contre cette guerre économique, et les pénuries qui en dérivent, puis j’ai senti le moment, le point de rencontre qui pouvait définir l’ensemble de cette réalité. Ce quartier populaire m’est apparu petit à petit comme un grand bateau avec beaucoup de passagers sur une mer violente, qui est la guerre économique, cet océan chaotique de la globalisation culturelle, de la déstructuration de la conscience, d’un jeune un peu perdu qui erre dans un no-man’s land culturel, cet mer violente qui explique en partie ce titre. »

La première image du film, un jardin en friche. « Si nous avions appris à semer, nous n’en serions pas là aujourd’hui ». Ce n’est plus le temps lyrique de la révolution bolivarienne, où l’imaginaire se nourrissait de passions créatives, en vivant le temps présent. Aujourd’hui, c’est le temps de la résistance patiente du rêve. Une institutrice donne les cours à l’école, son bébé sous le bras. Il n’y a pas de médicament, mais une jeune femme asthmatique, est reçue gratuitement au dispensaire de Barrio Adentro installé au siège du conseil communal. « J’ai aussi voulu écrire cette chronique le plus fidèlement possible à ce que je vivais, par rapport à un cinéma militant qui projette parfois ses désirs sur la réalité, qui parfois se casse la figure, parce qu’il a confondu son rêve avec le réel, a projeté une iconographie du peuple en marche, de la combattante souriante avec un bébé dans les bras. Il ne s’agit pas d’un hymne lyrique à la révolution, mais de regarder la rose avec ses épines, pour mieux réfléchir collectivement et apporter à d’autres de nouvelles idées, mais aussi des leçons à tirer de l’expérience pour continuer à avancer, sans idéaliser la réalité. »

IMG_2435

Denir Sosa, membre de l’équipe du Mouvement brésilien des Sans Terre au Vénézuela

C’est la fin du film, les lumières s’allument. Denir Sosa, militant brésilien du Mouvement des Sans Terres prend la parole. « On nous montre qu’une autre communication est possible, celle des quartiers, invisibles dans les télévisions commerciales. Je dis cela, car les télénovelas brésiliennes sont supposément les meilleures, mais ce n’est pas vrai, si vous faites attention, vous verrez que les noirs sont toujours des employés, chauffeurs, mères au foyer, et lorsque la vie des quartiers apparaît, c’est manière caricaturale. »

Lorsque nous sortons du cinéma, nous discutons du film avec Ynnilys. Je lui demande ce qu’elle pense de la question de la colonialité : « Je vois dans la colonialité, le modernisme et le moi-je-isme. Nous devons arrêter d’être toujours dépendants d’une mode commerciale qui chasse l’autre, et nous identifier à nos racines. Chavez nous a dit qu’il fallait apprendre à produire. Nous devons enseigner aux jeunes à produire de manière écologique, comme par exemple la fabrication d’espadrilles artisanales. » Yanilys, paysanne de l’Etat semi-aride de Lara me parle de l’importance de l’agriculture urbaine. «Ce n’est pas parce que nous sommes en ville que nous ne pouvons pas semer de légumes sur notre balcon. Le film « Jusqu’à nous enterrer dans la mer » conclut avec le mouvement culturel théâtral César Rengifo. C’est l’image finale qui m’a le plus marqué : la culture. Un des professeurs explique que dans ce programme d’enseignement populaire du théâtre, si on parle de l’Homme Nouveau, il faut bannir le mot de « compétition ». Nous devons partager ces savoirs, mais apprendre à travailler en collectivité. Et petit à petit, retrouver l’amour de semer. »

Texte et photos : Angèle Savino / Victor Rivera / Eplacite

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-3pC

Caquetios, une école en construction

Grâce aux accords de coopération signés entre le président Chavez et le Mouvement des Travailleurs Ruraux sans Terre, une équipe du Brésil participe depuis 11 ans aux efforts de production et de formation agricoles de la révolution bolivarienne. L’école de Caquetios, dans l’état de Lara (ouest du pays), en est un exemple. Ces anciens haras entourés de champs de canne à sucre, expropriés à la bourgeoisie locale par Hugo Chavez, sont aujourd’hui un espace consacré à la formation intégrale des mouvements sociaux, notamment en agroécologie, et à la production et distribution de semences autochtones.

Ce court-métrage est le fruit de cinq jours d’atelier de réalisation documentaire donné par l’École Populaire et Latino-américaine de Cinéma, Télévision et Théâtre (EPLACITE) à une vingtaine de membres de collectifs sociaux, à Caquetios, du 6 au 11 août 2017, avec l’appui du Mouvement des Sans Terre (MST) et de France-Amérique Latine Bordeaux-Gironde (FAL 33).

 

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-3gh

Avec le soutien du Mouvement des Sans Terre du Brésil et de la FAO, le Venezuela investit dans la production de semences agroécologiques

L’objectif est de réduire la dépendance aux intrants importés et de développer une production alimentaire viable dans les zones urbaines

junquito1

Plantation de légumes organiques par le conseil communal Hugo Chávez Frías, dans le secteur de Junquito, zona périurbaine de Caracas / FAO

par Camila Rodrigues, Brasil de Fato, 24 juillet 2017

En plein centre de Caracas, au Venezuela, l’agriculteur Manuel Velásquez cultive concombres, aubergines, bananes, avocats, légumes verts et autres aliments du jardin bio Bolivar 1, qui dispose de 155 plate-bandes. Outre les légumes, Velásquez produit également des semences pour assurer les futures plantations de ces légumes et d’autres.

Cet espace, inauguré il y a quatre ans et demi par le Président de la République bolivarienne du Venezuela, Hugo Chávez, est un exemple du modèle de production d’aliments que le pays développe en priorité pour palier le manque de nourriture, principalement causé par la guerre économique. L’une des activités est la production de semences agro-écologiques, qui a pour objectif de ne plus dépendre des intrants d’importations. Pour cela, le projet a été conçu en partenariat avec le Ministère de l’agriculture urbaine du Venezuela, le Mouvement des travailleurs sans terre (MST) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le représentant de la FAO, Marcelo Resende, a expliqué comment est née l’initiative : « Le président Nicolás Maduro a demandé à la FAO ainsi qu’à l’organisation MST de mettre en place la production de semences, parce que la base de la production agricole est tout simplement la production de semences et le Venezuela a une faible capacité de production de semences « .

Le projet a été lancé le jeudi 13 Juillet, lors d’une cérémonie à la ferme du Collectif Hugo Chavez, qui compte 17 hectares et est située à El Junquito, une zone péri-urbaine de Caracas.

IMG_1221

IMG_1066

Photos : Carmen Navas Reyes / FAO

Plus de 30 producteurs de la ville de Caracas et des états de Miranda, de Lara et de Mérida ont reçu du MST un don de 50 kilogrammes de graines agro-écologiques et d’intrants pour les cultures.
Selon Denir Sosa, responsable pour le MST du projet, la première phase est consacrée aux légumes verts, parce que sont des aliments de cycle rapide, produits en 180 jours. Facteur essentiel alors que le pays connaît un problème d’approvisionnement et a besoin de produire des aliments le plus rapidement possible. « Nous essayons d’implanter ici une méthodologie de reproduction de semences, d’éduquer les personnes en montrant l’importance de produire ses propres semences, et d’introduire la technique de production de semences de légumes verts, pour voir si les producteurs vénézuéliens peuvent être moins dépendants et ne pas acheter autant de semences comme en ce moment » , dit Sosa.

Isbelya Malave, récemment nommée directrice générale de la Fondation de la formation et de l’innovation en soutien à la révolution agraire, la Fondation Ciara , fait le pari qu’avec ce projet, le pays atteindra la souveraineté quant à la production de ses propres semences en quatre ans.

Mais pour cela, il faudra relever un défi majeur : changer le modèle économique et la culture de l’économie rentière liée au pétrole: « Depuis de nombreuses années, plus de 50, 60 ans, nous vivons dans cette culture. Le gouvernement antérieur, et même cette république, reviennent toujours au thème de développer la production pétrolière, mais nous ne sommes pas seuls. Notre objectif est de mener un travail d’un point de vue organisationnel et politique avec les gens, le problème est que nous subissons cette culture du capitalisme et des transnationales à travers les médias … C’est une contre-culture très forte. Un combat difficile « .

Le projet semencier fait partie du programme SANA, créé par la FAO et le gouvernement du Venezuela en 2015 pour soutenir les organisations de base et les mouvements de l’agriculture familiale.

Source : http://mst.org.br/2017/07/24/com-apoio-do-mst-e-da-onu-venezuela-investe-na-producao-de-sementes-agroecologicas.html

Traduction : Gloria Verges

URL de cet article :  http://wp.me/p2ahp2-2Yl

Communiqué de la Brigade Internationale Apolonio de Carvalho du MST présente au Venezuela


MOUVEMENTS SOCIAUX DE L’ALBA · 25 Juillet 2017

Appel à la solidarité

Nous, membres du Mouvement des travailleurs sans terre du Brésil (MST), qui travaillons et vivons au Venezuela au sein la Brigade Internationale Apolonio de Carvalho, dénonçons la grave situation d’insécurité qui pèse l’espace UPSA Caquetios, où nous avons développé avec la Révolution bolivarienne, une école de formation technique et politique.
La Brigade Internationaliste Apolonio de Carvalho (BIAC), qui a été pionnière de l’internationalisme du Mouvement des Sans Terre et a toujours porté haut le drapeau de l’internationalisme révolutionnaire, est arrivée au Venezuela en 2006 pour rejoindre et apprendre de l’expérience de la révolution bolivarienne. Pendant ces 11 années de militantisme au Venezuela, la BIAC a participé à diverses activités dans des domaines tels que la formation, l’éducation populaire et la production agricole. Parmi les activités effectuées aujourd’hui par la BIAC, on compte l’organisation de l’école de Caquetios, située dans la UPSA Caquetios dans l’État de Lara (« Carretera vieja -Yaritagua Barquisimeto » à 800 mts du Club Kilovatico, Ancienne Ferme Bureche).

L’école de formation intégrale (technique et sociopolitique) du domaine de Caquetios se trouve sur un espace récupéré. Elle est actuellement en cours de construction et est administrée par le gouvernement bolivarien en collaboration avec le MST, l’objectif étant d’en faire un centre de formation consacré à la formation technique agro-écologique et à la production de semences autochtones.

Que s’est-il passé à l’école?

Dans la nuit du 22 Juillet, l’école a été envahie par des individus armés qui ont intimidé physiquement et verbalement les collègues brésilien(e)s et vénézuélien(e)s qui vivent et travaillent sur le lieu. Après les avoir menacés de leurs armes, ils ont volé les fournitures, les équipements électroniques, les outils de travail, la nourriture et même un véhicule. Ils ont pris la fuite après avoir ligoté et enfermé toute l’équipe. Etant donné le déroulement de l’attaque, il est légitime de penser qu’il s’agit non pas d’une agression, mais plutôt d’une tentative d’intimidation pour que l’organisation abandonne le projet.

Notre engagement en tant que MST

En dépit de cette agression, nous allons poursuivre le projet de l’école parce que nous savons que nous vivons un moment politique où ces espaces sont essentiels pour le renforcement et la continuité de la Révolution bolivarienne. Pour consolider les objectifs de cet espace de formation, nous lançons un appel à la solidarité, avec pour objectif principal la création d’une structure qui assure la sécurité et la défense, et ce en collaboration avec l’équipe internationale des Sans Terre.

Edson Marcos Bagnara

Coordinateur de la Brigade Internationaliste Apolonio de Carvalho

Luisa Araujo

Directrice de l’Ecole Caquetíos

Contact : Escuela Caquetíos formacioncaquetios@gmail.com

Traduction : Gloria Verges, FAL 33

Source : http://albamovimientos.org/2017/07/venezuela-comunicado-de-la-brigada-internacionalista-apolonio-de-carvalho-del-mst-presente-en-venezuela

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2Y5

Du Brésil au Venezuela, les mouvements paysans disent « basta ! » à la droite putschiste

DFn2bihXYAAMvu6DFobJolWAAAQ3nIC’est au cri de « que les corrompus nous rendent nos terres !» que des centaines de militant(e)s du Mouvement des Sans Terre ont occupé ce 25 juillet du nord au sud du Brésil de grandes propriétés appartenant à des ministres, des sénateurs, et directement ou à travers des prête-noms, au président de facto Michel Temer. A Rio de Janeiro les travailleurs sans terre ont occupé l’immense hacienda improductive de Ricardo Texeira, ex-président de la puissante fédération brésilienne de football, impliqué comme Temer dans de nombreuses affaires de corruption. L’hacienda Santa Rosa, nous explique Joaquin Pineiro, des Sans Terre, sert de plate-forme au blanchissement de capitaux, et « toutes ces terres de corrompus doivent être rendues à la reforme agraire ». La justice brésilienne a ordonné l’expulsion immédiate, ce 25 juillet, des occupants qui ont décidé de maintenir leur campement.

Temer – un ultra-libéral qui s’accroche au pouvoir depuis le coup d’État mené par la droite parlementaire contre la présidente élue Dilma Roussef – est en train de vendre aux multinationales les terres de l’Amazonie appartenant aux communautés indigènes et aux quilombolas (communautés afro-descendantes). Dans le reste du Brésil, il met aux enchères les terres destinées à la réforme agraire (manière d’acheter le vote des secteurs de l’agrobusiness au sein du congrès et de freiner sa possible destitution pour corruption). Allié privilégié des multinationales, le président de facto multiplie la répression contre les militants sociaux. Les travailleurs sans terre dénoncent l’impunité qui entoure les assassinats et autres exactions, réclament la démission du putschiste, la tenue immédiate d’élections libres et la reprise de la réforme agraire.

Au Venezuela, les amis de Temer rêvent, impatients, de mener la même politique sauvage de privatisation de l’économie, de restitution des terres aux grands propriétaires  et de répression des mouvements sociaux. Leur violence raciste et de classe (que les médias internationaux déguisent en « révolte populaire » comme ils l’ont fait pour les mobilisations de la droite contre Dilma Roussef) n’est que la répétition générale de ce qu’ils feraient une fois au pouvoir. Depuis le coup d’État contre le président Chavez en 2002 jusqu’à aujourd’hui, en passant par les 43 morts des « guarimbas » de 2014, cette droite est responsable de la violence et de la majorité des morts. Des mouvements paysans ont répondu en occupant des terres improductives appartenant à ces partisans du coup d’État.

DDM_wq-XcAEa5xKDFlgrD6XgAAJp7fLa grande différence avec le Brésil est qu’ici, le gouvernement bolivarien, malgré ses inerties conservatrices, résiste aux violences de la droite et continue à donner des réponses positives aux revendications des paysan(ne)s : ce lundi ; après des années de luttes amères, d’expulsions à l’aube, l’Institut National des Terres leur a enfin remis 5.000 hectares du grand domaine Las Mercedes (État de Barinas) et leur a octroyé le titre de propriété. Comme l’explique le journaliste Marco Teruggi : « Il faut poursuivre le mouvement avec d’autres récupérations stratégiques comme les grandes propriétés de Cajarito El Diamante, La Primavera, El Otoño, celles du Sud du Lac de Maracaibo, une longue liste de terres encore aux mains de ceux qui, historiquement, ont vécu de la pauvreté des paysans et financent aujourd’hui les violences de l’extrême droite putschiste. Manière de donner un double signal : en direction des grands propriétaires pour les décourager de continuer à financer la déstabilisation, et en direction des mouvements sociaux, pour montrer qu’on peut renforcer une dynamique positive depuis l’État en faveur de ceux qui veulent semer la terre. » (1)

IMG_151875EF7C6C-FFCF-4D13-B6FF-246D92DBD641 (1)

Thierry Deronne, Venezuela, 26 juillet 2017

Note

  1. Lire, de Marco Teruggi : Campesinos rescatan 5 mil hectáreas de un terrateniente financista de la violencia, http://www.hastaelnocau.wordpress.com/2017/07/25/campesinos-rescatan-5-mil-hectareas-de-un-terrateniente-financista-de-la-violencia

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2WV

%d blogueurs aiment cette page :