Depuis l’Orénoque, pour que le peuple gouverne

Puente-sobre-el-río (1)Sur la rive droite de l’Orénoque, à quelques kilomètres de l’endroit choisi par Simon Bolivar pour célébrer le Congrès d’Angostura en 1819, sept cents familles qui se consacrent à l’agriculture, à l’élevage et à la pêche artisanale s’organisent au sein de la Commune socialiste Panapana. Avec ses presque 160 000 hectares de superficie, la Commune coïncide dans toute son extension avec le secteur du même nom, et fait partie de la municipalité d’Heres, dans l’état de Bolivar. Un endroit à l’extraordinaire potentiel et engagement révolutionnaire.

Une histoire qui ne fait que commencer

La commune socialiste Panapana a été enregistrée en octobre 2013 mais son parcours a commencé plusieurs années auparavant. Avec le vote de la Loi des Terres impulsée par la Révolution Bolivarienne, depuis 2007, des milliers d’hectares sont passés aux mains de familles qui voulaient un morceau de terre pour la travailler. Jusque-là, ils appartenaient à une poignée de grands propriétaires terriens, installés au sommet d’un régime économique aux caractéristiques semi-féodales. Avec ce système – instauré il y a trois cents ans sur la base de l’exploitation des peuples indigènes Karina et Warao, originaires de la région-, les terres se trouvaient en majorité délaissées et ceux qui les travaillaient, le faisaient dans les pires conditions. Pendant ce temps, les pêcheurs se débrouillaient pour subsister au bord du fleuve. Mais il a suffi de l’impulsion donnée par la démocratie participative pour que les choses commencent à changer.

Vers 2008, les premiers conseils communaux furent organisés, en 2010 –suivant l’exemple des habitants du secteur de Marhuanta- ils créèrent leur propre Salle de Bataille Sociale. «Comme groupe de porte-paroles qui voyaient les allocutions du Commandant Chavez dimanche après dimanche, nous sommes allés voir ce que c’était que cete Salle de Bataille Sociale », raconte Andres Salgado, actuel membre de l’organe exécutif de la commune. « Et depuis lors, nous avons avancé, avancé ».

Le nom choisi pour cette naissante Salle de Bataille Sociale fut « La fille des vainqueurs d’Angostura ». C’est Vladimir Carpio, aujourd’hui parlementaire communal, qui a fait la proposition, approuvée ensuite en assemblée. « Beaucoup de gens ont proposé un nom », explique Andres, « mais celui que nous avons choisi nous a semblé avoir un sens profond, symbolique ».Wladimir Carpio« Au départ, nous ne parlions pas de commune, mais par contre nous devions agir collectivement. Toujours tenter d’unir des forces pour résoudre les problèmes qui sont communs », dit Jovanny Gonzalez, parlementaire du Conseil Communal Ezequiel Zamora et l’un des promoteurs. Gonzalez raconte que durant 2011 et 2012 ils se réunissaient pour lire et débattre sur les lois du Pouvoir Populaire, votées en décembre 2010. Chemin faisant, des organisations communautaires de la paroisse sont venues s’ajouter, jusqu’à atteindre le nombre de 14 Conseils Communaux et trois conseils paysans en 2013, lesquels ont approuvé la charte de fondation et ont formellement donné naissance à la commune.

Agriculture, élevage et pêche

Foto-3-PanapanaComme d’autres régions du pays, cette zone se trouve unie au souvenir du premier « Libertador ». En plus du nom de l’État, la ville qui se trouve à sa tête s’appelle Ville de Bolivar. Il y a deux siècles, en pleines luttes anticoloniales, son nom était Angostura et il y avait à cela une explication géographique simple : il s’agit de l’endroit où la traversée du fleuve Orénoque est la plus courte, car le fleuve se rétrécit. Là cohabitent les familles qui vivent de la pêche avec ceux qui cultivent le sol et élèvent du bétail. La terre est rouge et à certains endroits plus sablonneuse. Il s’agit d’un endroit où prédomine la plaine, avec quelques ondulations de terrains et de nombreux cours d’eau. La géographie n’est pas un obstacle pour les terres agricoles, mais en revanche elle limite la mécanisation. Un peu plus de 3000 hectares peuvent être travaillés de cette façon et les travailleurs communaux s’emploient à inverser la tendance de faible productivité, caractéristique du modèle qu’ils tentent de modifier.

Actuellement on produit du maïs, du piment, des haricots, du manioc doux et amer ; ainsi que des fruits comme la pastèque, le melon, la mangue et la papaye. Par ailleurs les familles ont des petits élevages bovins, porcins, ovins et avicoles. Vladimir Carpio précise qu’environ 35% des terres ne sont pas exploitées parce qu’elles se trouvent aux mains de personnes qui les « laissent en friche » pour les vendre ensuite. « Vous voyez ? Toutes ces terres qui ne servent à rien », montre Carpio, alors que nous roulons vers l’Est sur l’autoroute qui relie Ciudad Bolivar à Puerto Ordaz. « Nous, en tant que Commune, nous allons essayer de les défendre et de les mettre au service de la communauté ».

L’un des projets clé de cette stratégie est celui de l’usine de traitement d’aliment intégral, dont l’exécution se trouve paralysée, selon les travailleurs communaux, du fait de l’absence de réponse de certaines autorités impliquées dans l’octroi des permis. Parmi elles, le Ministère de l’environnement, qui tarde à approuver la déforestation de 15 hectares de terres sur lesquels portera le projet.

En même temps, on promeut une mécanisation croissante qui permettra de semer du maïs, du sorgho et du soja sur 3200 hectares, dans l’idée d’approvisionner l’usine en produits à traiter. Selon leurs estimations, la provision assurée de ces produits rendrait possible la production d’environ 2000 tonnes d’aliments équilibrés par mois, qui peuvent être destinés à engraisser le bétail, augmenter la production de viande et de lait produites. Considérant que l’un des obstacles pour l’augmentation de cette productivité est le manque de machines agricoles, on voit qu’il y a des situations bizarres dans la région. Robert Lopez est parlementaire du Conseil Communal Angosturita et montre avec fierté un tracteur passant la herse sur un terrain communal. La machine d’origine biélorusse, a été récupérée en août 2013. Elle était aux mains d’un grand propriétaire, cédée à celui-ci par un fonctionnaire de l’État national.

« Il y a une certaine peur de l’autogouvernement, même dans quelques secteurs gouvernementaux »

Cet exemple de contradiction entre les Communes et l’État en transition, et d’autres du même type, se succèdent dans les conversations. « Ici, on manque de soutien de la part des institutions », répète Vladimir. « Il y a des maires et des gouverneurs à qui le mot commune  écorche les oreilles, c’est une honte. Vous savez une chose ? Il y a une certaine peur de l’autogouvernement, même dans quelques secteurs gouvernementaux ».

Au fur et à mesure que nous nous rapprochons du fleuve, on voit des communautés plus pauvres. Là, on peut voir des habitations de fortune en roseaux et en terre qui abritent des familles de pêcheurs qui élèvent également des petits animaux et sèment quelques fruits. Jorge Caraballo est l’un des personnages référents de la communauté Los Negritos. En plus d’encourager les semailles de melon, pastèque et potiron, sa principale activité consiste à acheter et vendre du poisson. Le rayado, le dorado, le coro coro, le coporo, la palometa, le paisano, la guitarilla, le huara huara sont quelques-unes des espèces présentes dans l’Orénoque.
Jorge CaraballoPanapana-pezJesus-Caraballo2D’un naturel plutôt réservé, Caraballo cesse d’être bref en paroles lorsqu’il se met à parler du projet piscicole de la commune. Il ôte sa casquette et la remet alors qu’il détaille l’initiative. L’idée est de créer des lacs artificiels dans les zones au bon potentiel de pêche. On y mettra des espèces de poisson originaires de l’Orénoque.

Il s’enthousiasme également lorsqu’il pense à l’autre composante du projet. La proposition consiste à créer une Ecole de Formation Technique Agro écologique. Il précise : « Avec une formation révolutionnaire socialiste, car pour renforcer la Révolution, tu dois former des personnes sur la base de critères socialistes,  qui, lorsqu’ils s’en iront, porteront ce message ». Cependant, le projet se trouve également retardé pour des raisons bureaucratiques, ce qui l’irrite profondément,  de la même façon que toutes les décisions prises sans connaître la communauté et son environnement. « Malheureusement, nous avons des gens qui décident et qui n’acceptent pas des idées réalisables », commente-t-il, résigné pour le moment.

Plus de solidarité et plus d’équilibre

« Tu dois apprendre à vivre dans le socialisme », dit José Hernandez, porte-parole du conseil communal Ribera del tambor, pour expliquer sur la raison pour laquelle, selon lui, la formation idéologique manque de force, situation qui crée parfois des injustices, des tensions et des difficultés.

« C’est que nous sommes en train de construire une société différente de celle qui nous vient de la colonie » ajoute-t-il. « Qu’est-ce que cela signifie ? Renoncer aux vices et aux intrigues. Le socialisme c’est un autre truc. C’est : amour, égalité et respect ».

De même que d’autres travailleurs communaux, Hernandez se plaint du fait qu’il continue d’y avoir une grande quantité de déséquilibres dans la commune. Parmi eux, il mentionne le besoin de logements des communautés comme celles de Los Negritos ou Angostura Cruce de Bolivar. Actuellement, la commune construit 84 logements, mais aucun ne se trouve dans ces secteurs. « Nous demandons 116 autres logements pour répondre aux besoins les plus urgents de la communauté. ». Le transport et la santé sont d’autres projets prioritaires pour les communautés, dans des zones d’accès difficile. Dans ce dernier cas, on travaille pour qu’un module de Barrio Adentro (centre de santé public et gratuit) s’installe dans la zone.

Quant au transport, les habitants et habitantes des communes racontent que les moyens de transport qui circulent sur l’autoroute ne s’arrêtent pas au milieu de leur trajet. C’est pour cela que dans l’immédiat, ils sont contraints de gérer des unités de transport communal qui puissent représenter une alternative à ce problème récurrent et qui fait perdre un temps précieux aux membres des communautés.

Combattant(e)s de l’Orénoque

Emes-Sifonte-Emmes Ventura Sifontes est porte-parole du Conseil Paysan Fortaleza Revolucionaria. Né il y a 49 ans au bord du fleuve, il raconte que dans le secteur on aurait besoin d’un centre d’élevage de double dimension (viande et dérivés) pour lequel a été demandé un soutien initial qui permettrait d’acheter 25 têtes de bétail et de monter les installations pour une étable mécanisée, une fruitière et un abattoir.

On est jeudi matin et dans un moment se réunira de façon extraordinaire le Parlement communal. Alors que la conversation va bon train, nous attendons qu’arrive Yudith Mareno, porte-parole et parlementaire du Conseil communal Angostura Cruce de Bolivar ; c’est le secteur le plus éloigné de l’autoroute et par conséquent où l’on a le plus de problème pour se rendre aux réunions. Emes nous explique : en ce moment, le temps s’est arrêté. « Pour l’heure le processus n’a pas abouti ». « Très peu de gens ont pu en profiter ». Néanmoins, il considère que c’est une avancée que d’y participer, de faire part de ses questions et de construire une commune. Nous en sommes là lorsque Judith apparaît dans la campagne, une femme brune de 46 ans, au large sourire et pleine de détermination. Avec elle et plusieurs camarades, nous nous rendons au Parlement.

S’organiser pour tout ce qui manque

Un peu plus de 40 personnes sont réunies dans l’enceinte d’Oscar Mendoza. Parmi elles, onze femmes. Des chaises en bois et en fer sont disposées en demi-cercle dans le garage de la maison. A une extrémité, la table du Comité Exécutif. Derrière, une banderole où l’on peut lire : « Chavez, cœur de ma Patrie ». Un peu plus bas, une autre affiche, plus petite : « Maduro président, les travailleurs construisent le socialisme ». De l’autre côté, face à la table de l’exécutif, sont affichés au mur des dessins de réservoirs australiens et des connections pour le projet de pisciculture.  Ils constituent les preuves visibles du travail d’organisation qu’ils sont en train de réaliser aux côtés d’un ingénieur de Corpoelec (entreprise publique d’électricité) qui soutient le projet.panapana-4Des dizaines de sacs de ciment empilés témoignent des travaux d’avancement de la Grande Mission Logement.  L’assemblée extraordinaire du Parlement Communal est un moment intense. Un à un, les camarades demandent à figurer sur la liste de prise de parole ; parfois, des interruptions et des affrontements verbaux ont lieu. D’un côté, il y a de la colère face à certains secteurs de l’État, y compris au ministère des Communes, parce qu’ils font traîner inutilement certaines démarches. On mentionne tout spécialement le cas de Fundacomunal, à partir de l’intervention d’une camarade qui affirme qu’elle tente d’enregistrer son conseil communal depuis plus d’un an pour finir par se rallier à la commune selon les règles. Il y a une grande diversité d’opinions sur un sujet puis sur un autre : les projets socio-productifs, la relation politique avec le gouverneur et le maire et finalement, la possibilité d’incorporer de nouveaux conseils communaux qui jusqu’alors n’avaient aucune vie à Panapana socialiste, et même la méthode pour rendre les sessions plus opérationnelles. Dans ce cadre, la matinée passe vite tandis qu’on avance dans l’ordre du jour. Trois conseils communaux sont acceptés par le Parlement comme membres à part entière.JudithLors de la clôture, nous échangeons quelques propos avec Judith Moreno, la parlementaire d’Angostura Cruce de Bolivar, avant qu’elle ne reprenne son long retour chez elle. Yudith vous regarde droit dans les yeux et l’on ne peut douter du cœur qu’elle met dans ses paroles. « Pour moi, Chavez est vivant », répond-elle au sujet de l’absence-présence du Commandant. «  Chaque fois que je me lève et que je dois sortir dans la rue, je sens que mon président est là », dit-elle émue. Elle sait que la lutte est remplie de pièges, qu’arriver aux sessions de la commune fait partie des défis qu’il faut surmonter. Elle raconte que dans des occasions antérieures elle a dû éviter des couleuvres, des ours et des singes araguatos. Ce n’est pas une métaphore. « De chez moi à l’autoroute, je marche 9 kilomètres où il y a de tout », explique la porte-parole. Pour couper, elle doit faire une partie du chemin en traversant un fleuve avec de l’eau jusqu’à la poitrine. Sinon, comme pour cette fois, elle marche sur presque deux mille mètres pour qu’une petite embarcation- une curiara– la rapproche de la rive proche du champ d’Emes et de là, se remettre en chemin sur plusieurs kilomètres.  Au Parlement où il n’y a presque que des hommes, Yudith est une des exceptions qui sont en train de changer l’histoire. « Je suis la combattante qui se bouge, hein » ; je vais là où je dois aller avec mon guide devant », affirme-t-elle. D’une voix posée, elle explique les manques en matière de logement, de viabilité, de transport, d’eau potable, de santé. Ses attentes passent par l’apport de solution à cette dette historique qui a traversé toute sa vie, gouvernement après gouvernement. «  Voir à quel point ma communauté me donne la force de continuer tous les jours dans cette lutte », ajoute-t-elle. Aujourd’hui elle a un projet et elle souhaite le mener à bien avec les autres communautés. « Avec la Commune, on est en train de réaliser des choses qu’on avait jamais vues. »

Texte : Fernándo Vicente Prieto. Photos : Oscar Arrias

Source : http://www.mpcomunas.gob.ve/desde-bolivar-para-que-gobierne-el-pueblo/

Traduction : Sylvie Carrasco

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-1C6

Publicités

La seconde vie de Rogelio Castillo Gamarra

Le quartier vu depuis le Noyau de Développement Endogène

Le quartier vu depuis le Noyau de Développement Endogène

Voix fluette de Berrios Nairubi : « s’il y en a pour un, il y en a pour tous ! ». Une voix posée, au lent débit, comme tous ceux qui souhaitent se tenir loin du paraître. Depuis 2 ans déjà, il est l’un de ceux qui travaillent au sein de la commune « Rogelio Castillo Gamarra » du quartier populaire de Petare (État de Miranda).

Il a 25 ans. Et il use de cette énergie vitale débordante propre à la jeunesse, pour apporter son dynamisme à la commune. Il espère également transmettre à son fils de 6 ans, une sorte d’héritage issu de cette expérience. A charge pour ce dernier, de s’en saisir, le moment venu. D’après Berrios, le gamin comprend déjà certaines choses. Il propose volontiers de l’aide à ceux qui semblent en avoir besoin. Il se charge également de la distribution des tracts dans le cadre des réunions organisées. Son père ajoute, le regard bien assuré : « Il manifeste toujours un grand intérêt pour ce qui est dit ».

Marbella Navarro quant à elle, se souvient de moments moins amusants. Quand on en était encore au « chacun pour soi » ; quand il fallait gagner sa vie, coûte que coûte. Le plus souvent aux dépens des autres. Désormais dit-elle, les gens de José Félix Ribas se sentent plus forts, parce qu’ils sont tous ensemble. En effet, le mode organisationnel propre à la commune a suscité la création d’espaces nouveaux, et a jeté aux oubliettes, le temps où il fallait travailler pour enrichir les patrons des entreprises. Depuis, chaque communarde et communard verse ses impôts à sa propre collectivité, qui décidera quoi en faire pour le bien de tous.

Rogelio Castillo Gamarra

Rogelio Castillo Gamarra

En ces temps-là, la voix du peuple en lutte était réduite au silence. Rogelio Castillo Gamarra fut de ceux qui oseront élever la voix contre les dirigeants au pouvoir dans les années 1960, 1970 et 1980. Jusqu’au jour où littéralement expulsé du quartier populaire de Petare -de la zone 6 du quartier Félix Ribas, pour être plus précis- Rogelio, « pris en charge » par la Digepol a été emprisonné dans un lieu indéterminé (territoire de Falcon) et a définitivement disparu de la surface de la terre.

Lieu de réunion de la Commune ¨Rogelio Castillo Gamarra¨

Lieu de réunion de la Commune ¨Rogelio Castillo Gamarra¨

Il y a quelque temps, les habitants des 35 Conseils communaux (sont concernées, les zones de José Félix Ribas et Palo Verde) ont décidé de ramener Rogelio parmi eux. « Rogelio Castillo Gamarra » est le nom de la commune qui compte à ce jour, 25 000 personnes. Il en est ainsi depuis novembre dernier, lorsqu’un référendum a débouché sur l’adoption de la charte nécessaire à l’enregistrement officiel de la Commune.

Une femme gravit une à une les marches qui conduisent à l’Unité Technique Communale. Bien qu’un peu fatiguée, Sandra del Toro -c’est son nom- est tout sourire pour expliquer que l’UTC est destinée à traiter des problèmes qui surgissent sur le territoire de la Commune. Les traiter, puis se débarrasser immédiatement des divers obstacles afférents aux infrastructures et au secteur des services.

Lorsqu’on l’interroge sur la Commune, sa réponse est concise: « j’ai confiance en la Commune, parce que c’est un espace qui nous permet de maîtriser les questions relatives à la gestion locale. Une maîtrise qui débouche sur la transformation concrète de nos quartiers ». C’est la tâche principale que le plan de transformation du quartier s’est assigné. C’est la raison pour laquelle l’UTC à bénéficié d’une aide financière s’élevant pour l’instant, à 5 millions de Bolivars. La 1ère étape est consacrée à la fourniture d’équipements ; à l’achat du matériel nécessaire. Il conviendra par la suite de mener à bien des études du sol ; d’identifier le cas échéant, les zones à risque ; d’établir les priorités en matière de construction des premières réalisations programmées. L’aménagement de 4 escaliers désenclavant la zone constructible, est la première de celles-ci. Comme le souligne Sandra : «A quoi bon se lancer dans la réalisation de logements, s’il est impossible d’y accéder ? ».

Sandra del Toro

Sandra del Toro

Sandra ne résiste pas au plaisir de dire que les bras et les mains qui ont participé aux constructions sont celles du peuple. Alors qu’avant, on était contraint de travailler pour les autres ; de vendre sa force de travail pour bâtir des maisons que d’autres allaient occuper. Alors que dans le même temps, « on devait se contenter d’occuper des logis précaires, puisqu’on devait vivre avec de bien maigres ressources ».

Désormais, avec la mise en commun de toutes les capacités existantes, mais aussi avec le concours des institutions de l’Etat, les gens regroupés en Communes, travaillent à la résolution de leurs propres problèmes.

L’autre point d’achoppement, c’était celui des transports en commun. Tout le monde s’était habitué à leur absence pure et simple. Ce qui rendait particulièrement pénible, l’obligation d’aller et venir par ses propres moyens, depuis ces quartiers pauvres qui se trouvaient toujours en lointaine périphérie. C’est pourquoi les habitants concernés, sont particulièrement fiers de la toute récente mise en service de la route communale, qui dessert et relie entre elles, les diverses zones de José Felix Ribas (Zones 1 à 10) et une partie de Colinas de La Bombilla.

Brigitte Gonzalez a un peu peur des caméras. Mais pas du tout de travailler sur la voie publique. C’est l’inspectrice ? Elle nous expose ce qui est pour elle, un motif de satisfaction : « nous travaillons tous ensemble ; nous ne sommes plus qu’une seule et même famille ; nous sommes tous solidaires. Avant, on n’avait que nos jambes pour gravir tout cela. On avait à notre disposition une camionnette. Mais comme elle ne pouvait être utilisée par tout le monde, on a abandonné ce moyen de locomotion ». Une bonne et bien juste décision

Les communards disent sur tous les tons ce qui les caractérise fondamentalement : ils parlent d’eux comme d’une seule personne. Et si on les interroge sur leur expérience, ils déclarent très clairement qu’il ne peuvent parler d’eux-mêmes, mais du groupe, en ayant recours au « nous » solidaire. C’est cette règle qui régit la Commune « Rogelio Castillo Gamarra ». « Je ne peux parler de moi en tant que tel » nous confirme Gustavo Bricello, tout en saluant son entourage -ses camarades communards- qui lui rendent la politesse.

Un second point capital peut être identifié. Celui de l’identité. Briceno : « C’est pourquoi nous tenons tout à donner à nos Communes le nom de camarades de lutte qui ont particulièrement souffert des périodes de répression. Outre, Rogelio, il sera rendu hommage à Morelo Castro, qui a de longues années durant, dédié sa vie à la communauté à laquelle il appartenait. Jusqu’à ce que le cancer le contraigne à transmettre le flambeau à ses camarades, qui étaient également partie prenante du processus révolutionnaire en cours. »

« Mama Morela » est un espace consacré à la confection. C’est la zone n° 10 du quartier, qui l’accueille. Ce sont des uniformes scolaires (garçons et filles) que l’on fabrique ici. Mais aussi des chemises, des maillots de corps et des shorts. Pour que cette unité textile puisse voir le jour, le Ministère du Pouvoir Populaire des Communes et des Mouvements sociaux, lui aura alloué une aide financière d’un montant s’élevant à 3 300 000 bolivars.

Flor Bolívar

Flor Bolívar

Au second étage des locaux accueillant « Mama Morela », une ouvrière est tout affairée à la confection d’une veste de couleur bleue. Il s’agit de Flor Bolivar. Et bien que cela soit un peu difficile, elle poursuit son labeur tout en nous parlant. Flor se rappelle que les débuts de la Commune ont été difficiles. Mais au bout d’un certain temps, l’initiative a porté ses fruits. Elle nous en parle comme si le futur tant espéré, se manifestait désormais dans le présent vécu. «En fait, à notre niveau, nous faisons tout pour apporter notre aide à Chavez qui reste vivant dans la tâche qui lui incombe. Nous gardons également à l’esprit que cet héritage, nous allons le léguer à nos enfants et à nos petits-enfants. Un jour, ce sera à eux de défendre le socialisme, la Commune et leurs acquis».

Marbella Navarro, occupe une autre aile du local. Pour elle, un jour de travail pour la Commune, « c’est un apprentissage permanent ». Elle s’acquitte de son ouvrage avec d’autant plus de plaisir, qu’elle sait que tout cela, elle le fait aussi pour ses 5 enfants. Pour un futur meilleur dont ils profiteront. Marbella nous confie que Jesus -son cadet et unique garçon- malgré son jeune âge (il n’a que 10 ans) se rend compte de l’importance du travail mené à bien. À l’occasion, Jesus aide bien volontiers sa mère lorsque le besoin se fait sentir.

Marbella Navarro

Marbella Navarro

Loin de là, dans les zones d’urbanisation de Palo Verde, la Commune « Rogelio Castillo Gamarra » intègre également le voisinage, à ses activités. C’est ici précisément, que le « Núcleo de Desarrollo Endogeno » (le « Noyau de Développement endogène ») déploie l’ensemble de ses atouts : un terrain de foot-ball et de basket-ball ; un salon de coiffure ; une salle de danse ; une radio et une chaîne de télévision communautaires. Notons qu’une double porte débouche sur une petite salle, dont les murs sont recouverts d’un système d’isolation sonore. Sur le perron, on peut observer une caméra. Dans un coin, 4 gamins ont l’attention happée par autant d’ordinateurs mis à leur disposition. En fait, ils s’emploient à mixer les paroles de diverses chansons. Ce studio spécialisé reçoit tous ceux et toutes celles qui souhaitent enregistrer des compositions musicales pour la communauté.

Guillermo Paiva est l’un de ceux qui s’affairent face à un ordinateur. Il travaille ici, au studio d’enregistrement. Malgré ses 14 ans, il a d’ores et déjà acquis une expérience : à son actif quelques ateliers de production musicale auxquels il a participé, dans le cadre des activités du Núcleo de Desarrollo. Il avoue bien volontiers qu’il n’a pas encore une idée bien définie de ce qu’est une Commune. A contrario, il sait très clairement qu’il s’agit de travailler pour le peuple : « être au service des gens, c’est ce que je veux et ce que j’aime. Alors que beaucoup d’entre nous, n’ont pas eu cette chance auparavant, il est désormais possible d’enregistrer des CD. C’est l’idée. C’est accessible à tout le monde ».

Apprendre, améliorer les compétences acquises, être solidaires les uns des autres, telles sont les pierres d’angle du dispositif qu’est le Núcleo. Bien avant que la Commune ne soit créée, cette installation -et toutes celles qui se situent sur le territoire national- ont rempli une mission plus que vitale, pour l’ensemble des quartiers défavorisés du pays : « Ici, il y a une centaine de jeunes qui ont abandonné la délinquance armée ; qui ont tourné le dos à la violence. 250 autres, qui baignaient dans l’oisiveté, ont la faculté de s’occuper en se joignant aux activités du studio d’enregistrement ; en fréquentant la salle de danse, en se dépensant sur les terrains de sport ».

Outre les charges dont elle s’acquitte au sein de la commune, Keila de la Rosa à qui l’on doit ces éléments d’information, est membre de la Commission Présidentielle du Mouvement pour la Vie et la Paix. Cet organisme est à l’origine de l’intégration des jeunes dont il est question ici. Keila tient également à préciser que ce type d’actions n’est pas récent : « chacun des responsables en charge du Nucleo est un animateur de rue très expérimenté. Ce sont des militants sociaux de longue date. Depuis les débuts de la Révolution. Et pour certains d’entre eux, cet engagement remonte plus loin encore ». De ces temps éloignés où Rogelio, « Mama Morela » étaient à pied d’oeuvre, ces personnes se dévouaient déjà pour leur communauté. En retour, des revenus bien modestes certes, mais une volonté de se mettre au service des autres, de la collectivité, qui ne se dément pas.

A Palo Verde, la Commune possède désormais un siège où se déroulent les réunions. Avant cela, son « quartier général », c’était un vieux camion, dans lequel à ce jour, on conserve les archives de l’organisation communale de cette période.

Revenons à Nairubi, qui aura été le premier à nous faire part de son témoignage. Confrontée aux bruits mêlés des moteurs de voitures, de motos, des véhicules des fournisseurs du secteur, sa voix n’est plus qu’un écho, que l’on discerne de plus en plus difficilement. Berrios nous avoue que deux ans auparavant, il vivait chez lui, avec son enfant. Ignorant tout des activités de la Commune.

Dorénavant, à travers sa propre voix, ce sont les voix de tous les Rogelio, de toutes les « Mama Morela », de tous les militants des quartiers défavorisés qui luttent, qui se font entendre. Bref, de tous ceux qui trop longtemps, auront été privés de parole. A leurs côtés les voix de Gustavo, de Marbella, de Sandra, qui les secondent et les accompagnent ; mais aussi les voix de ces jeunes enfants, telle que celle du gamin de Nairubi, celui à la voix posée. Ils pourront bénéficier de cette conjoncture qui leur est désormais favorable.

Texte : Juan Sebastián Ibarra. Photos : Oscar Arria

Source : http://comunaadentro.blogspot.com/2014/06/rogelio-castillo-gamarra-renacer-en.html

Traduction : Jean-Marc del Percio

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/07/07/la-seconde-vie-de-rogelio-castillo-gamarra/ 

Le gouvernement bolivarien répond aux communards : « que l’État soit au service de la Commune et non l’inverse ».

SONY DSCLes représentants de 525 expériences communardes en cours au Venezuela ont rendu publiques 26 propositions centrales destinées au gouvernement et adoptées à l’issue de l’Atelier National de la Force Productive Communale.

Passée l’heure du déjeuner du samedi 14 juin, les visages marqués des communardes et des communards trahissaient la fatigue mais aussi la satisfaction évidente d’avoir pu partager collectivement chacune des expériences qu’ils incarnent. Avoir pu cerner puis formaliser -pour les résoudre- l’ensemble des problèmes parmi les plus récurrents auxquels les uns et les autres sont confrontés, a été jugé par tous, comme un grand pas en avant. Pour Elisabeth Lopez de la commune « Juana Ramirez la Avanzadora » (quartier d’Antimano de Caracas), « la possibilité de mettre en regard, chacune des expériences concrètes dont nous sommes partie prenante ne peut que nous rendre plus forts. C’est ainsi que le savoir-faire propre à chaque collectif de communards peut essaimer ».SONY DSC

15 tables rondes ont planché sur des secteurs clés de l’économie : construction, alimentation, agriculture, services, tourisme, produits manufacturés. « Nous avons débattu de tout, du structurel jusqu’aux thématiques les plus pointues. Nous avons abordé les problèmes auxquels les uns et les autres sont confrontés. Puisque nous représentons tous, des organisations productives qui en sont à leur début » explique Junior Mujica, originaire de la commune « Palito Blanco », de l’Etat du Zulia, que composent pas moins de 12 conseils communaux. Parmi les initiatives en cours, une usine de fabrication d’alimentation pour animaux. Sa production s’élèvera à 300 tonnes par jour.

« Nous débarrasser du système capitaliste, fait bien évidemment partie des questions d’ordre structurel que nous nous employons à résoudre. Or, chercher à s’en libérer, cela signifie aussi se heurter à ses divers avatars : ce qui survit du système économique encore dominant et de certains de ses relais subsistant pour l’instant au sein de l’appareil d’Etat ». Junior poursuit : « Nous sommes les héritiers d’un Etat bourgeois. Incompétence, bureaucratie, corruption en sont les maîtres-mots. Cet état de fait se révèle être un frein. Il nous gêne dans notre tâche, lorsqu’il s’agit de faire naître du neuf. Cela dit, nous nous rapprochons peu à peu de l’indépendance économique. Parce qu’à ce jour, nous en sommes encore dépossédés. Une indépendance économique qui implique que l’on fasse émerger des rapports de production de type nouveau (ce qui implique l’épanouissement de relations nouvelles entre les divers acteurs). Nous ne cherchons pas à remplacer les anciens chefs d’entreprise par de nouveaux patrons en chemises rouges. Chacun d’entre nous est un peu le dépositaire de la souveraineté de notre pays. C’est cela le socialisme. Pour vivre enfin en paix, avec beaucoup d’amour à partager ».SONY DSC

Quant à Hernán Vargas -directeur des réseaux de formation administrative territoriale du Ministère pour les Communes et les Mouvements sociaux- il constate que les questions d’ordre juridique ont été au centre des discussions. C’est une des principales leçons qu’il tire de ces travaux qui ont vu les participants de chaque table-ronde s’exprimer. Il en conclut qu’il est nécessaire de tracer les contours de nouveaux espaces de légalité, qui permettraient de rationaliser les diverses formalités, mais aussi d’aboutir à la disparition pure et simple de certaines de celles-ci.

Le document final porté à la connaissance du pouvoir exécutif montre que sur l’ensemble du territoire, l’économie communale est confrontée à une constellation d’obstacles. Vargas: « à chaque logique conflictuelle, il convient d’opposer tout un maillage de réponses stratégiques. Sont mises à contribution, tout un ensemble de propositions s’adaptant à chaque cas de figure ; mais aussi toute une série de mesures qu’il s’agit d’appliquer au mieux. Il est impératif de donner chair à ces initiatives, de se tenir au plus près de la réalité concrète».

Les propositions, en résumé

– Stimuler l’économie communale en faisant des communes les interlocutrices privilégiés des marchés publics et les fournisseuses des matériels destinés aux services publics; en les exonérant de différents impôts et taxes et en facilitant les devises nécessaires (dont le SUCRE) pour l’importation de matériels, outils, pièces de rechange.

– Création d’un fonds national de réinvestissement des excédents communaux à travers une banque communale aidant le développement de nouvelles initiatives.

– Politique de soutien actif de la Banque Publique aux communes.

– Campagne de visibilisation médiatique autour de la qualité des produits communaux issus de nouvelles relations de travail et création de marques collectives.

– Politique nationale d’appui aux nouveaux savoirs, technologies populaires et à leur transfert.

– Transformation de la Banque du Peuple Souverain en Banque du Développement Communal.

– Loi spéciale définissant les nouvelles relations sociales de la production communale et la sécurité sociale des organisations socio-productives.

– Articulation avec les ministères de développement régionaux pour planifier, concrétiser les mesures présidentielles et la mise en commun via le réseau productif inter-communal.

– Création de centres de stockage qui garantissent aux petits producteurs communaux l’accès aux machines, pièces de rechange, et intrants agricoles.

– Transfert direct des machines aux communes pour la maintenance des voies de transport.

– Plan spécial pour l’installation de puits, de systèmes d’irrigation et d’installations de base pour les cultures comunales.

– Lien direct avec les entreprises publiques pour l’acquisition de matières premières : ciment, bois, verre, etc.. à travers : Corporación Socialista de Cemento, SIDOR, Maderas del Orinoco, ALCASA, et entreprises privées de verres plats.

– Réseau national de textile et cordonnerie (marques collectives).

– Mécanisme inter-ministériel pour le transfert massif de véhicules.

Pour Hernán Vargas, du Ministère pour les Communes, certaines de ces mesures à prendre peuvent prendre effet quasi immédiatement, comme bénéficier rapidement d’intrants (produits nécessaires au fonctionnement d’un ensemble entrant dans la production); de certaines formes nouvelles de mécanisation; mais aussi de l’accès au marché des contrats publics. « Quant aux autres mesures, il y a tout lieu de penser que l’on pourra les activer dans les mois qui viennent, et pour certaines d’entre elles, ce sera l’an prochain ».

Ces échanges ont mis en évidence une carence : le manque de solidité des réseaux d’échange inter-communaux, qui nuit aux expériences socio-productives propres à chaque commune. Le secteur des produits et des matières premières est concerné au premier chef.SONY DSC

« Que l’Etat soit au service de la Commune et non l’inverse ».

arreaza taller

Jorge Arreaza

Présent à la clôture de l’atelier national, le vice-président Jorge Arreaza a répondu aux 500 communard(e)s originaires des 24 états vénézuéliens qui avaient pris place dans l’auditorium Alirio Diaz de Carora, État de Lara : « L’avenir de la patrie dépend des Communes. Il faut que l’Etat soit au service de la Commune et non l’inverse. Maduro est un président communard. Il est convaincu que le futur passe par l’exercice effectif du pouvoir communal ». Après avoir passé en revue, l’ensemble des points d’achoppement que le travail collectif des délégués des Communes a détectés, Arreaza s’est attardé sur les 26 propositions visant à améliorer le fonctionnement des diverses expériences socio-productives communales en cours, en est l’enjeu.

Arreaza a souligné que l’appareil d’Etat dont la Révolution a hérité, n’est pas encore débarrassé de toutes ses scories : « sa structure relève encore de l’Etat bourgeois. C’est la raison pour laquelle son action en matière de planification n’est pas satisfaisante. Dès l’année 2006, les déclarations du président Chavez montraient qu’il était clairement conscient du problème. Pour lui, recourir à l’appellation de Ministères du Pouvoir Populaire, ne se résume pas à l’invention d’un titre nobiliaire, encore moins à une caractérisation sans contenu. A contrario, il s’agit bel et bien de rendre le pouvoir populaire effectif. Par voie de conséquence, les divers Ministères du Pouvoir Populaire se doivent d’incorporer ce dernier à leurs modalités de fonctionnement et de gestion ».

« Nous ne pourrons résoudre les problèmes économiques actuels qu’à partir du moment où nous miserons résolument sur la consolidation et l’épanouissement du pouvoir Communal ».

Le ministre pour les communes et mouvements sociaux, Reinaldo Iturriza voit la participation populaire dans l’économie communale s’imposer de plus en plus, se doter d’un potentiel croissant. Mais cette tendance se heurte à un obstacle, que représentent précisément les vieilles structures institutionnelles encore en place. Une tendance qu’à ce jour, le poids non négligeable de l’économie capitaliste ne fait que renforcer.

« Nous nous devons d’établir cette carte des logiques conflictuelles, et lui opposer un schéma d’ensemble visant à les résoudre. C’est pourquoi, les structures institutionnelles révolutionnaires et le gouvernement bolivarien se doivent d’agir en alliance étroite, afin de laisser derrière eux, tout ce qui relève des dysfonctionnements inhérents au vieil Etat bureaucratique, qui aura été si utile à l’oligarchie et aux grands pouvoirs économiques qui lui sont attachés ».

Reinaldo Iturriza a souligné qu’il revient au peuple communard et au gouvernement -en étroite symbiose- de jeter les bases de cette logique institutionnelle de type nouveau. A ses yeux, la possibilité d’inventer une économie spécifique, qui se substituerait au modèle rentier ; de construire in fine, le socialisme Bolivarien est la tâche historique qui incombe au modèle socio-productif qui émane du pouvoir Communal : « nous ne pourrons résoudre les problèmes économiques actuels, qu’à partir du moment où nous miserons résolument sur la consolidation et l’épanouissement du pouvoir Communal ».

Nicolas Maduro reçoit les propositions et relance le gouvernement de rue : gouverner le pays depuis les bureaux climatisés de Caracas serait le comble de le bureaucratie”.

Nicolas Maduro relance le gouvernement de rue.

Nicolas Maduro relance le gouvernement de rue.

Après avoir pris connaissance de cette série de propositions, le président de la République Nicolas Maduro, a donné des instructions aux ministres en charge des divers secteurs relevant de l’économie, et à celui qui est à l’heure actuelle, en charge du ministère pour les Communes et les Mouvements sociaux (Reinaldo Iturriza) : « tous les ministères concernés doivent promouvoir l’économie productive Communale, qui doit devenir une priorité absolue et doit être un des piliers essentiels de l’économie nationale ».

Lors d’un programme radio diffusé le 17 juin depuis les quartiers populaires de Campo Rico, dans l’Etat Miranda- le président de la République a affirmé : « le savoir-faire populaire est immense. Parce que c’est ici-même, au sein des communautés, que les travailleurs produisent les richesses du pays ».

S’agissant ici de l’État de Miranda, Reinaldo Iturriza, a déclaré dans la foulée, que sur le territoire de ce dernier, pas moins de 22 Communes sont enregistrées. 50% de celles-ci relèvent du secteur urbain et se concentrent dans le secteur de Petare. Il en conclut que « l’affirmation selon laquelle il n’existerait pas de Communes dans les zones urbaines, est un mythe ».

Le Président de la République a débloqué des crédits supplémentaires – à travers la Mision Barrio Nuevo Tricolor – dont divers conseils communaux seront les bénéficiaires. Il en sera ainsi de la zone du « Bajo Lebrun », qui a reçu une première ligne de financement s’élevant à 990 mil bolivares. A la clé : la construction de 20 appartements.

Campo-Rico-030

Reinaldo Iturizza

« La Mission Barrio Nuevo Tricolor est le grand vecteur par lequel le volet de la construction de logements irrigue concrètement le réseau des Communes en devenir » : le président précise que cette mission sociale rend effective l’articulation avec les organisations communales. Et ce, quelque soit le lieu où partout sur le territoire national, des programmes de construction sont à l’ordre du jour. L’enjeu est de mettre un terme à l’existence de quartiers ou de logements infra-humains en milieu urbain.

Le ministre Iturriza ajoute qu’en ce moment, 130 Communes sont concernées par l’application de ce type de modalités : « là où le travail émanant du peuple organisé est effectif – les communes en sont l’une des expressions – la mise en relation des partenaires concernés, se fait tout naturellement. De plus, nous travaillons en osmose avec le Ministère du Logement et de l’Habitat ».

Relance du gouvernement de rue : cinq nouvelles lignes de travail

Le Président de la République a par ailleurs relancé le Gouvernement de Rue. Cette méthode permettant la réunion permanente des ministres avec les organisations et collectifs sociaux de tout le pays avait subi une interruption de plusieurs mois, du fait de nouvelles violences et de tentatives de coup de l’extrême droite, relookées par les médias internationaux en « révoltes étudiantes ». Maduro a déclaré à propos de la nouvelle étape : “Le gouvernement de la rue consiste à se rendre sur place, là où sont les projets, les opportunités de développement. Nous ne pouvons gouverner le pays depuis les bureaux climatisés de Caracas, ce serait le comble de le bureaucratie”.

Cette nouvelle étape du Gouvernement de Rue aura cinq lignes principales :

1 – la révolution des 35 missions sociales avec l’installation des bases de missions dans les 1500 points du territoire pour éliminer ce qui reste d’extrême pauvreté,

2 – l’approfondissement de la nouvelle Offensive Économique, qui a débuté le 22 avril, pour garantir la production et l’approvisionnement sur le plan national et continuer les inspections des commerces pour faire baisser les prix en fonction de la nouvelle loi anti-spéculation.

3 – Le déploiement continué du Plan de Sécurité Citoyenne dans tout le pays, le nouveau quadrillage ayant déjà donné de bons chiffres notamment sur la baisse des homicides, avec révision et correction permanentes du travail effectué.

4 – L’inauguration et l’inspection des projets réalisés et des travaux accordés avec les organisations populaires lors des précédents passages du gouvernement de rue (400 réalisations seront inaugurées dans cette nouvelle étape)

5 – La construction participative des communes sur tout le territoire national.

Sandra del Toro, communarde

¨Ceux qui voudraient parrainer une parodie de commune sont voués à l’échec¨

L’actuel dialogue entre le gouvernement et l’organisation communale naissante a inspiré une réflexion publique au ministre pour les comunes et les mouvements sociaux, Reinaldo Iturizza, qui est aussi enseignant et sociologue : ¨Il convient de distinguer deux choses : la Commune productive d’une part ; et en second lieu, le processus de production social de la Commune. En effet, la Commune ne se décrète pas, elle résulte d’une production. Elle n’est pas non plus, un territoire, bien que l’on puisse s’y installer. En revanche, la Commune est l’émanation d’une production matérielle et intellectuelle du peuple organisé sur le territoire. Pour que la Commune voit le jour, il est impératif d’avoir affaire à un peuple organisé qui la suscite en quelque sorte; qui la produit.

¨Ceux qui sont décidés à parrainer et légitimer une parodie de Commune, c’est-à-dire d’« en haut », en ayant recours aux pratiques propres à la vieille politique (clientélisme, sectarisme, opportunisme), nous savons déjà à quoi ils aboutiront : à un irrémédiable échec. Et ce, comme toutes les initiatives qui ne ne partent pas de la participation populaire. Par bonheur, les Communes dont on peut suivre les activités ne sont en aucune manière des imitations. Car la participation populaire est très largement dominante. Les pâles imitations ne relèvent aucunement du neuf. Or, à ce jour, c’est le neuf qui s’impose.

¨On transmet aisément ce que l’on connaît déjà. Restituer avec fidélité ce qui est révolutionnaire, exige de nous d’innover en matière de communication.¨

¨Ce processus de production social de la Commune est un fait inédit, doté d’un extraordinaire potentiel de transformation : le peuple vénézuélien est tout entier un peuple communard, parce qu’il est bien déterminé à laisser loin derrière, la vieille société. Il est par ailleurs nécessaire d’insister sur ce point : nos Communes ne résultent pas de ces extravagantes expériences dont les socialistes utopiques ont été les initiateurs. Elles découlent de l’action d’un peuple conscient de sa force, bien décidé à s’émanciper. Or, seul ce type d’émancipation relève de visées anti-capitalistes, dignes de ce nom.

¨Nous savons également que la nouveauté et les potentiels de transformation dignes de ce nom, rendent difficiles notre capacité à restituer -aux fins de communication- la richesse des expériences communales en cours. On transmet bien plus aisément, ce que l’on connaît déjà. De ce fait, restituer avec fidélité ce qui est le plus révolutionnaire, exige de nous d’innover en matière de communication.¨

comuna de Momboy

Textes : Reinaldo Iturriza. Martin Di Giacomo. Abraham Torrealba.

Photos : Milángela Galea, Gustavo Lagarde.

Sources : Ciudad CCS, AVN et Ministerio de las Comunas, notamment http://www.mpcomunas.gob.ve/comuneros-identificaron-obstaculos-y-elaboraron-propuestas-durante-cierre-del-taller-nacional-de-la-fuerza-productiva-comunal/

Traduction : Jean-Marc del Percio 

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2014/06/21/le-gouvernement-bolivarien-repond-aux-communards-que-letat-soit-au-service-de-la-commune-et-non-linverse/

Juan Vicente Patin: “Le centre commercial est l’antithèse de l’espace public”

Jorge Rodriguez

Jorge Rodriguez

C’est tout un symbole : le 1 août 2013, le maire bolivarien Jorge Rodriguez (photo), fervent militant de la réhabilitation de l’espace public contre sa privatisation commerciale et de la rénovation intégrale des quartiers populaires contre leur élimination a annoncé que le centre commercial Sambil du quartier de La Candelaria serait converti en un vaste projet culturel.

Sambil-CandelariaLes services de Rodriguez étudient avec les mouvements sociaux la transformation intégrale de ce dinosaure capitaliste, symbole de la corruption d’une mairie antérieure qui avait signé illégalement un permis de construire contre la volonté des habitants.

La force des choses fait de la révolution bolivarienne une révolution urbaine. Historiquement, depuis le boom pétrolier, c’est dans les grandes villes du Venezuela que vit la grande majorité de la population. Dans ce passage brutal de la société rurale à une société de consommation aux rêves modelés par la télévision commerciale, réside une des principales difficultés de la transition actuelle au socialisme. macdonald

Le simple fait que les centres commerciaux ou les MacDonald – degrés zéro de la culture de masse états-unienne – soient devenus des référents culturels ou des lieux de loisir familial en dit long sur la difficulté de changer la vie.

A Caracas en août 2013 la révolution a récupéré et réhabilité un million cent mille mètres carrés pour les citoyen(ne)s. C’est pour éclairer cette politique à contre-courant de celle que subissent la plupart des grandes villes dans le reste du monde, que nous publions le point de vue d’un architecte vénézuélien de la nouvelle génération, Juan Vicente Patin, interrogé par Reinaldo Gonzalez D. pour le quotidien gratuit Ciudad Caracas du 28 juillet 2013.

T.D.

L'architecte Juan Vicente Pantin

Juan Vicente Patín: “Le centre commercial est l’antithèse de l’espace public”

La place Diego Ibarra est un des espaces réhabilités par la Mairie de Caracas et par le Gouvernement de la Capitale. Un peu plus bas se trouve le terminal d’autobus Río Tuy, réhabilité lui aussi à travers cette gestion partagée. Sur son aile nord (celle du terminal), derrière une file de commerces, on trouve un petit coin agréable qui selon les résultats d’une enquête personnelle, n’est connu que des happy few; une sorte de terrasse aux grandes tables et aux chaises spacieuses (grandes et très lourdes) idéales pour jouer au domino ou interviewer le pote Juan Vicente Pantin. Je me permets de l’appeler “pote” parce que bien qu’il soit architecte de l’Université Centrale du Venezuela, professeur d’Histoire d’Architecture Contemporaine de “la Grande Maison d’Étude” et qu’il ait assumé plusieurs postes de responsabilité dans l’administration publique, les titres ne lui sont pas montés à la tête comme à beaucoup d’intellectuels et bureaucrates. Au contraire, ils l’ont marié de plus près à la ville au point d’exercer aujourd’hui son métier en indépendant, et de pratiquer ce qui paraît inconcevable pour un professionel-universitaire-conservateur-idiot de ceux qui abondent à l’Université Centrale : accompagner dans leurs processus d’auto-construction les campements de pionniers, partie intégrante du Mouvement des Habitants. Nul hasard s’il juge que “le plus grand patrimoine de la Caracas contemporaine sont les tissus sociaux qui se sont constitués peu à peu; c’est l’espoir qu’un jour nous aurons une ville plus politique”. L’entretien s’est transformé en conversation.

Reinaldo Gonzalez – Certains perçoivent Caracas comme un chaos…

Juan Vicente Patin – Caracas est une invention du XXème siècle. Le Caracas des toits de tuile rouge a existé jusqu’en 1939, à l’époque du premier plan urbain mais cela n’a duré que deux décennies, les années 40 et  50. Ensuite la ville a été livrée à son sort, aux mains du capital. Ce que nous avons aujourd’hui est le résultat de comment le négoce immobilier a occupé certaines zones et en a ghettoïsé d’autres.

RG – L’Est riche et l’Ouest, majoritaire et populaire…

JVP – Dans les années 40 et 50 s’est produit le fameux “exode paysan”. Certains soutiennent que Caracas, parce qu’il a dû se construire sur des prémisses de moumentalité et de grandeur, exigeait une quantité de force de travail telle que cela a provoqué une grande partie du déplacement vers la ville. Les zones populaires se sont formées par la nécessité de construire ce “centre”. C’est ainsi que la ville s’est divisée en deux. Le secteur immobilier a pris les meilleures zones. Et où se sont formées les zones populaires ? Dans des zones à haut risque géologique, hydrologique, dans des ravins et des lits de rivières, dans des lieux non rentables pour le commerce urbain.

RG – Dans l’Est, il y a eu planification urbaine ?

JVP – Cela reviendrait à dire que le capital planifie… Si nous parlons techniquement, de manière universitaire, Caracas est une ville sans planification. Mais il faudrait répondre depuis les dynamiques sociales qui visent l’organisation et la vision de l’avenir. Quelle est la vision des habitants de Palos Grandes et du Guarataro ? Dans les quartiers populaires il y a un sentiment d’appartenance qu’on perçoit dans la manière de se présenter : “Je suis du 23”, “Je suis de La Vega”. Alors que les habitants de l’Est aisé disent : “Je vis à Santa Paula, dans les Chaguaramos, à La Tahona…”. Il semblerait que le signe du succès social soit dans le déplacement de l’Ouest populaire vers l’Est privilégié. Bien sûr il y en a qui te disent : “J’étais de Catia et maintenant je vis à…”.

RG – Mais on ne peut nier les difficultés de nombreux quartiers populaires, par exemple l’accès aux services publics…

JVP – La classification, un peu ridicule, de ville “formelle” et “informelle” a beaucoup à voir avec l’offre, surtout en termes de service et d’infrastructure. C’est un thème fondamentalement politique, à l’intérieur d’une matrice économique. Quelle serait la différence entre ces deux villes ? Que dans l’une le commerce a toujours été présent, dans l’autre pas.

RG – Quel rôle a joué l’État ?

JVP – Depuis les années 70 jusqu’à Chávez, si nous parlons de planification urbaine et de construction, l’État avait cessé d’exister. La doctrine libérale du “laissez faire” s’était imposée. Ce qui a ouvert la voie à une ville qui ressemble à une graphique de niveaux. Combien peut-on spéculer sur le sol ? La mesure te donne la hauteur des édifices. Regarde La Candelaria, Los Palos Grandes, Chacao… Ils se sont ouverts en fonction des intérêts du capital. De plus, l’État n’a pas investi dans les secteurs dans lesquels il devait investir par nature : les quartiers populaires, qui sont restés dépourvus de tout.

RG – Certains pensent qu’il faut éliminer les quartiers populaires…

JVP – Il y a toujours eu une politique qui s’est perpétuée, qui a consisté à stigmatiser les quartiers populaires au lieu de penser comment les renforcer. Certes il faut prendre en compte la matrice de l’infrastructure, la présence de risques : certains quartiers sont construits sur des terrains propices aux glissements, aux affaissements, vulnérables en cas de tremblement de terre. Mais je crois que plus que se fixer sur l’aspect physique l’important est de préserver le tissu social qui s’y trouve.

Cerros_de_caracas_2DSCN1069

RG – Des projets comme le métro-cable visent ce renforcement du populaire ?

JVP – Le métro surgit dans les années 80 avec pour objectif d’acheminer la force de travail à son poste de travail. Le Metrocable fait partie de la même réalité. Il reproduit le même moule de la mobilité urbaine et non de la mobilité ou des communications visant à fortifier les dynamiques internes de la communauté. Les avantages sont indéniables (1) mais je crois que le Métro-cable peut contribuer à une certaine perte de contact de la zone populaire de San Agustin avec ce qui était son axe naturel de relation : le boulevard Ruiz Pineda.

RG – Il y a des projets similaires en cours d’exécution…

JVP – Il faut faire attention à certains chantiers d’infrastructure à grande échelle qui apportent des bénéfices sans aucun doute, pour qu’ils n‘attentent pas contre ce patrimoine en cours de construction et je crois que c’est le travail principal que nous devons mener à Caracas: comment fortifier les collectifs, comment générer un sentiment d’identité, comment passer de cette vision métropolitaine du Grand Caracas à une vision, encore une fois, régionale, si nous entendons par ce terme les zones populaires, les quartiers résidentiels…

RG – N‘est-ce pas l’objectif de la commune ?

JVP – De nombreux vénézuéliens se sont joints à cette construction collective mais d’autres pas. Il faut le dire. Sur la ville, sur la manière d’être, pèse encore une vision très individualiste. Tu peux le voir par exemple dans la Grande Mission Logement (2) : les gens veulent qu’on leur donne leur logement, ensuite ils s’enferment, installent leur antenne satellitaire DirecTV et oublient la ville. Cet individualisme va contre la construction du sens de communauté. Pour construire la commune il faudrait commencer par éteindre la télévision.

Une ville pour les voitures

20070327_CIUD2_1_1_F1caracas2

Pour Pantin, malgré les efforts inédits pour créer ou réhabiliter des zones piétonnières, des places et des parcs publics, Caracas reste une ville pour voitures… parquées. Le parc automobile croissant qui circule par les mêmes artères construites il y a des décennies : “l’avenue  Bolívar était ce désir de reconstruire les axes monumentaux de Paris mais cette vision européiste a été déplacée par l’urbanisme nord-américain, basé sur la mobilité, les grandes autoroutes… L’objectif était l’expansion de cette ville qui  n’existait pas encore. Autour de cette grande artère qu’était l’autoroute s’édifient des quartiers résidentiels comme Altamira, La Castellana, Prados del Este, Bello Monte… La ville se crée donc sur la prémisse commerciale de l’automobile. Il fallait stimuler les conditions pour l’usage de la voiture. Il fallait la rendre obligatoire”.

RG – Et aujourd’hui, que faire avec autant de voitures ?

JVP – Le seul plan sensé en matière de voirie passe par la réduction du parc automobile. De nombreuses familles de Caracas ont une voiture et celles de la classe moyenne, une voiture par personne.

RG – On ne peut réduire le parc automobile sans améliorer le transport public…

JVP – Les bus ou taxis collectifs ne sont pas un transport public, ils sont privatisés. En tant qu’usagers nous n’avons aucun pouvoir de décision sur la qualité du service, la fréquence des unités, les itinéraires. La rue est complètement anarchisée par manque d’ordre dans le transport public. Nous sommes encore aux mains des bus privés.

RG – Et que penses-tu du Bus Caracas (nouveau transport public) ?

Despues-de-cuatro-anos-BusCaracas-salio-al-ruedo_23636JVP – Quand on a lancé le projet on a dit que cela allait saturer la zone de Nueva Granada. Je suis usager du Bus Caracas et j’observe combien le trafic s’est amélioré. Cela pourrait aller beaucoup mieux si on arrivait à organiser le reste du transport.

Espace en conflit

Selon Juan Vicente Pantin, la lutte entre deux modèles de société irréconciliables s’exprime à tous les niveaux. L’espace urbain n’est pas l’exception. “Si nous parlons du processus politique comme processus de lutte contre la logique du capital, un des champs fondamentaux doit être la ville, pour beaucoup de raisons. La motivation sociale, politique est claire parce qu’il y a une motivation économique : le fait est que la ville, le commerce urbain, la construction, la vente de terrains sont les secteurs qui, ensemble, apportent le plus au PIB. Dans ce contexte de guerre économique il faut revoir l’économie urbaine, et l’État devrait en prendre le contrôle exactement comme il l’a fait pour l’industrie pétrolière ou que nous sommes en train de le faire pour l’industrie alimentaire”.

RG – La grande mission logement semble aller dans ce sens…

gmvv1JVP – Sa plus grande réussite est de construire ces logements populaires DANS la ville. Dans les années 50 Perez Jiménez a construit le quartier “23 de Enero” comme une extension de la ville vers l’Ouest. Puis la quatrième république a construit Caricuao comme une annexion supplémentaire vers l’Ouest. Aujourd’hui on mène un travail inédit qui est la reconnaissance des terrains vagues à l’intérieur de la ville. Dans d’autres pays les impôts sur les terrains abandonnés sont si élevés que beaucoup finissent par les céder à la municipalité, à l’État, faute de pouvoir payer. Ici nous nous donnons le luxe d’avoir une ville à moitié vide. Bien sûr cela fait l’objet de beaucoup de critiques car beaucoup de gens veulent que Caracas reste une ville de ségrégation. Quand on construit des logements dans les zones de El Rosal ou Plaza Venezuela surgissent des arguments sur l’absence de services, la mauvaise qualité des édifices mais le problème de fond est que nous sommes en train de permettre à ceux qui étaient considérés comme la “plèbe” de vivre aux côtés de la classe moyenne et cela crée beaucoup de tension. Cela fait partie de la bataille silencieuse et donne un exemple de la lutte des classes dans l’espace public.

RG – La récupération des espaces publics fait aussi reculer le capital…

TEATRO-MUNICIPAL1

f3452_Ruta-nocturnaJVP – Quand on assume la réhabilitation des espaces publics de Caracas, il y a un effet de reconnaissance de l’histoire de la ville, jusqu’ici totalement refoulée. Le centre était dans l’abandon le plus total. Aujourd’hui tu vois des gens qui se promènent sur la Place Bolivar, qui prennent leur café à San Jacinto… Tu te rends compte qu’il y a eu un changement d’attitude, une réconciliation avec la ville et c’est un premier pas (3). Nous allons vers une ville meilleure que celle que nous avions. Maintenant il nous reste à apprendre à vivre en elle, à la soigner.

RG – Beaucoup cependant continuent à se réfugier dans les centres commerciaux…

JVP – Le centre commercial est lié à la même pénétration états-unienne et aux négoces de Rockefeller qui ont lieu à partir des années 50. Caracas, comme ville du XXème siècle, était une proie facile pour les centres commerciaux, phénomène qui ne s’est pas produit si facilement pour d’autres villes d’Europe ou à Buenos Aires. Un centre commercial implique une destruction du patrimoine, car il occupe de grandes étendues de terrain. Le centre commercial est l’antithèse de l’espace public. Apparemment l’accès est libre mais il y a des gardes, des caméras et une quantité d’éléments qui en font un espace sous contrôle. C’est un espace privé d’usage public et cela aussi est relatif. L’usage en est la consommation et la consommation est l’antithèse de l’usage démocratique de la ville.

Par Reinaldo Gonzalez D. / Photographies : Jonathan Mendoza et Alii

Source: http://www.ciudadccs.info/?p=453647

Traduction : Thierry Deronne

Notes :

(1) Lire “Quand écologie, socialisme et transport public se marient : le métro-cable, transport public révolutionnaire”, https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/02/15/quand-ecologie-socialisme-et-transport-public-se-marient-le-metro-cable-transport-public-revolutionnaire/

(2) Lire “Quand s’éloigne le bruit de la pluie sur les toits de carton”, https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/12/17/quand-seloigne-le-bruit-de-la-pluie-sur-les-toits-de-carton/

(3) Lire « je suis heureuse à Caracas« , https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/03/19/je-suis-heureuse-a-caracas-photos/

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2013/08/02/juan-vicente-pantin-le-centre-commercial-est-lantithese-de-lespace-public/

« Nous t’écoutons, Claudia »

C’est sans doute la phase la plus importante de la révolution bolivarienne : la mise en pratique du “gouvernement dans la rue” que le président Chavez avait souvent demandé de réaliser, sans guère de résultats, à ses ministres (1). Les médias privés (hégémoniques au Venezuela) et internationaux ne s’y trompent pas en l’occultant totalement…Gobierno-de-calle-Miranda3

La caméra balaie les barrios, on dirait que la pluie leur a pris leurs couleurs. Le président Maduro interroge les citoyens assemblés.

– Comment êtes-vous arrivés ici ? Qui fut le premier a construire ici ?

– Lucero !

– Et d’où venait Lucero ?

– De la campagne.

– Voilà :  vous avez été expulsés de la campagne par le libéralisme. En plus dans les  années 70 les vallées du Tuy étaient devenus non seulement la cité-dortoir de Caracas mais aussi, pardon du mot, le dépotoir des pauvres de Caracas.

– C’est vrai, je l’ai vécu président, on nous a déportés ici dans les années 70, on nous amenait dans des autobus à deux heures du matin quand la pluie avait rasé nos maisons, et puis.. débrouillez-vous ! Et ce que dit la compagne sur nos hôpitaux, c’est vrai : l’autre jour un travailleur a failli mourir, on a trouvé de justesse une ambulance parce qu’il fallait l’emmener jusqu’à Caracas.

Assise parmi les habitants, la nouvelle ministre de la santé Isabel Iturria, fondatrice de l’Hôpital latino-américain de Cardiologie Infantile, confirme : «nous avons inspecté aujourd’hui deux hôpitaux publics : ils n’ont pas assez de lits».

Une porte-parole communale se lève : «Il nous faut plus que ces deux hôpitaux parce qu’on nous renvoie de l’un à l’autre et il ne nous reste qu’à mourir ou à accoucher dans la rue».

Maduro à la ministre : «réunissez-vous dans l’heure, il faut remettre sur pied tous ces hôpitaux, comme nous l’avons fait pour l’hôpital de Coche quand les gens ont dénoncé, nous, nous assumons nos erreurs et nous agissons rapidement».

Depuis deux semaines le gouvernement bolivarien se déploie dans les lieux de travail, les quartiers populaires, inspectant les chantiers publics et cherchant des solutions aux problèmes posés par les organisations sociales – pour la plupart des conseils communaux, au rythme de quatre à cinq assemblées par jour. Certains ministres y gagnent des cernes ou perdent du poids, ou la voix. D’autres en reviennent couverts de pluie et de ciment. Après les États du Zulia et de Miranda, la mobilisation sur le terrain promise par le président Maduro dès sa prise de fonctions, touchera les 21 états restants.noti1_3413

image_previewJohanna, porte-parole de l’économie informelle de la municipalité de Guaicaipuro, prend la parole.

– Président, nous sommes dans la rue sous la pluie, sous le soleil depuis des années, les passants se prennent les pieds dans nos kiosques. On ne nous brutalise plus comme le faisait la police avant, mais plutôt qu’un problème nous voulons être une solution. Nous avons besoin d’un marché couvert,  le dossier n’avance pas.

– Quel est l’organisme chargé du projet ?

– Fundapropatria.

– Appelez-moi le président de Fundapropatria.

– Président je suis Teresa Lopez, je suis fière de mon quartier de Guarimar, notre principal problème, ce sont les voies d’accès. La route alternative est dangereuse, la nuit il y a des accidents, beaucoup n’ont pas été voter parce qu’ils se sentent abandonnés, et Capriles quand il est passé, il nous a offert 25 mille Bolivars… (NdT : ex-candidat néo-libéral aux présidentielles, Henrique Capriles est l’actuel gouverneur de l’État de Miranda). La route c’est le plus important pour nous, nous ne nous vendons pas mais avec nos rues de terre, quand il pleut les enfants ne peuvent pas aller à l’école.

– Le ministre du transport doit s’en charger. Et je viens de parler au président de Fundapropatria, Mr. Tascon, qui viendra au plus tard dans deux semaines pour commencer avec vous la construction du marché populaire (applaudisssements).

– Président, nous avons de grands problèmes avec la collecte des immondices… Avec une dotation de camions, d’autres conseils communaux ont pu pallier l’irresponsabilité du maire….

– Oui nous avons reçu pas mal de dénonciations à ce sujet… (le nouveau ministre de l’environnement Dante Rivas promet de se réunir avec les conseils communaux concernés.)

– Il y a la distribution du gaz dans les quartiers, parfois les gens courent derrière les camions, les forcent à s’arrêter pour se fournir eux-mêmes…

– De qui dépend cela ?

– De PDVSA-Gaz. Et il y a le problème de l’Université Bolivarienne, j’y ai étudié moi-même à mes cinquante ans… (applaudissements) et elle n’a toujours pas de siège propre… nous proposons l’immeuble de Fetramiranda..

– Bien d’accord, nous allons transférer l’ancien siège de FetraMiranda, à l’Université Bolivarienne. Et toutes ces écoles primaires qui ne fonctionnent pas, qu’elles passent sous la responsabilité des communautés !

– Bonsoir Président, je suis Yanoares, porte-parole du secteur de la Matica. Nous avons 186 conseils communaux pour 38000 habitants, nous sommes très nombreux. Nous n’avons reçu aucune aide du gouverneur Capriles, par contre nous avons eu l’appui de mairies, de communes, du conseil fédéral de gouvernement mais les solutions manquent, nous n’avons pas encore l’eau, nous avons besoin de plus d’appui pour la sécurité.. Nous avons des projets de logements mais depuis des années nous n’avons obtenu aucun titre de propriété. A l’école nous prenons soin des pupitres, nous comptons 500 élèves mais la majorité des étudiants doit descendre jusqu’au centre, parce que dans notre communauté il n’y a pas de lycée, pas de Mission Ribas, pas de Mission Robinson. Nous avons une maison d’accueil pour les jeunes victimes de la drogue mais nous avons besoin d’appui, parce que nos permanents ne perçoivent aucun type de ressources.
Gobierno-de-calle-Miranda4– Maduro : Pardonne-moi de t’interrompre un instant, je sens en toi une grande capacité de lutte, je le vois dans ce le dossier que tu as dans les mains et je lis aussi en toi une grande impatience. Si nous faisons la liste des tous les problèmes de ta communauté, nous passerons ici plusieurs jours. Pour ne pas nous laisser submerger, nous devons intégrer les solutions à travers un plan comme le Barrio Tricolor, qui va rénover, reconstruire les quartiers et dont nous avons décidé qu’il allait se mettre en marche ici rapidement, ce qui comprend ton quartier. Nous avons faits nos calculs : 800.0000 sympathisants chavistes n’ont pas été voter le 14 avril, certains ont sombré dans la tristesse qui a suivi la mort du président Chavez et les médias privés les ont bombardés tous les jours : « Maduro n’est pas Chavez, Maduro n’est pas Chavez… ». En plus de cela, reconnaissons-le, nous n’avons pas fait le travail nécessaire, le porte-à-porte pendant la campagne, nous ne l’avons pas fait. Malgré tout, alors que je n’ai eu droit qu’à trois semaines de campagne pour parcourir tout le pays, nous avons gagné avec près de 300.000 voix d’avance, ce fut une victoire héroïque. Mais je vous demande, si deux pour cent de plus des nôtres n’étaient pas allés voter ? Que se serait-il passé avec l’éducation, la santé, le logement si le néo-libéral avait été élu ? Et avec l’ALBA, l’UNASUR, PetroCaribe ? Maintenant, croyez-vous qu’il est possible d’atteindre le socialisme en 2019 ? Je vous pose toutes ces questions pour que nous, le « Venezuela pensant » – avant la bourgeoise se croyait la seule à penser – nous tous réfléchissions aujourd’hui sur les moyens d’atteindre la pauvreté zéro. Certains d’entre nous, quand ils obtiennent enfin l’appartement construit par la révolution, quand ils sortent du chômage et reçoivent un salaire digne, oublient tout, se croient des « Rockefeller », c’est la misère spirituelle du capitalisme. Nous devons nous sentir fiers de nos quartiers populaires, les embellir chaque jour et c’est pouquoi ici dans l’État de Miranda, nous allons relancer le programme Barrio Tricolor.

noticias1116Quand un délégué de prévention d’accidents du travail prend la parole, Maduro parle «des travailleurs de l’électricité, ceux des lignes à haute tension, qui souffrent souvent des articulations, des vertèbres cervicales, évidemment la bourgeoisie n’en est même pas consciente alors qu’elle en est la responsable.»

Lorsque deux jeunes qui ont décidé de renoncer à la délinquance racontent leur vie, remettent leur projet socio-culturel à Maduro et parlent de la difficulté de la réinsertion, le nouveau ministre de la Commune, le sociologue Reinaldo Iturizza et la Ministre du Service Pénitenciaire Iris Varela prennent rendez-vous. Nicolas Maduro qui a lancé ce plan national de désarmement et d’action culturelle avec pour acteurs principaux les jeunes des quartiers populaires, leur demande s’ils connaissent la vie de Malcolm X, et comme ils répondent que non, il leur parle de lui, de l’importance d’étudier l’Histoire, sans laquelle un peuple perd tout horizon, et demande à la chaîne publique VTV de diffuser le film de Spike Lee. Il leur montre l’image qu’il a publiée sur son compte twitter @NicolasMaduro :

Dibujo
Si vous n’y prenez garde, les médias vous feront aimer l’oppresseur et haïr l’opprimé. Malcolm X.

Puis le président annonce des rectifications comme « le contrôle ouvrier qui n’a pas fonctionné dans nos entreprises de base comme SIDOR, parce qu’il s’est mué en bureaucratie. Est-ce pour cela que nous allons renoncer au contrôle ouvrier ? Non, nous allons le renforcer car notre économie est encore essentiellement capitaliste ». Et d’évoquer le corps d’inspecteurs qui se déploie aujourd’hui dans le pays pour la bataille contre la corruption. « Il y aura des surprises dans les prochains jours. La corruption dans nos rangs, de ceux qui se déguisent en révolutionnaires, doit cesser totalement, comme celle de la bourgeoisie, peu importe le camp. Il y a deux siècles Bolivar avait décrété de fusiller les fonctionnaires corrompus. Nous, nous ne tuons personne mais la loi et la constitution s’appliquent à tous, même à ceux qui se diront ensuite avec l’appui des médias, « persécutés politiquement ».

–       Quand les ministres venaient-ils ici dans les vallées du fleuve Tuy ?

–       Jamais ! répond l’assemblée.

Gobierno-de-calle-Miranda2Routes alternatives, grand marché d’alimentation « Bicentenario », Centres de Diagnostic Intégral, lycées, canalisations d’eau potable, construction d’espaces culturels, crédits pour les producteurs agricoles, voies ferrées, extensions du métro de Caracas, création d’une université polytechnique régionale… Au bout de trois mois, les ministres et le président reviendront sur place pour l’inspection. Ces réunions sont cruciales pour le moral des bolivarien(ne)s. Les médias privés hégémoniques du Venezuela, ne s’y trompent pas : pas une news, pas un article, pas un bulletin radio ne mentionnent ce « gouvernement dans la rue».

Au même moment, alors que Barack Obama reste le seul gouvernant à refuser de reconnaître le verdict des électeurs vénézuéliens, un sommet extraordinaire de PetroCaribe et de l’ALBA se réunit à Caracas. 18 chefs d’État des Caraïbes et d’Amérique Latine rendent hommage au président Chavez en ratifiant l’alliance des deux organismes pour les éloigner un peu plus du chaos capitaliste, par la création d’une zone économique interne qui fortifiera l’industrie, le tourisme, l’agriculture, les liaisons aériennes, entre autres.Petrocaribe5Les médias internationaux, eux aussi, censurent ce sommet qui concerne des millions de latino-américains, de même qu’ils invisibilisent le « gouvernement dans la rue » et, depuis quatorze ans, l’ensemble des réalisations de la démocratie participative vénézuélienne. Ils occultent les sabotages et les assassinats commis par une droite sur orbite états-unienne, relaient avec sympathie le refus de reconnaître le scrutin par son leader Capriles et face aux plans de déstabilisation, personnalisent et réduisent la révolution bolivarienne à Nicolas Maduro, brossé en tribun fantasque, agressif comme ils l’ont fait avec Hugo Chavez.

Huit heures du soir. L’assemblée-fleuve déborde presque la sécurité. Tous veulent parler, saluer, montrer leurs banderoles, remettre leurs messages. Maduro : «Je le vois dans vos yeux, nous saurons répondre en travaillant, en exigeant le respect à l’empire, aux transnationales médiatiques. Tôt ou tard nous reviendrons travailler avec vous. Nous devons rester ce peuple plein d’énergie, invincible, sans jamais nous laisser emporter par l’indifférence, le populisme, le clientélisme. Si nous voulons une école pour nos enfants, pourquoi ne pas commencer en donnant un sac de ciment, toi les briques, toi le pot de peinture, pourquoi ne pas organiser une ou deux journées de travail volontaire ?»

– Président, il reste cinq porte–paroles de conseils communaux qui doivent prendre la parole, c’est le tour de Claudia.

– Nous t’écoutons, Claudia.

mg_92101367631752

Thierry Deronne, Caracas, le 6 mai 2013.

(1) Voir »Le président Chavez exige au gouvernement d’avancer vers une communication plus profonde et plus populaire »  https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/10/21/le-president-chavez-exige-davancer-vers-une-communication-plus-profonde-et-plus-populaire-avec-les-travailleurs-depuis-les-usines/

URL de cet article: https://venezuelainfos.wordpress.com/2013/05/06/nous-tecoutons-claudia/

Au Venezuela, les communes restent à construire.

Pour des raisons historiques, urbanistiques, parce qu’elle reste un haut-lieu de la consommation de masse, Caracas reste un terrain difficile à l’heure de concrétiser les  différents degrés de la démocratie participative. L’article qui suit montre le quotidien sans fard de cette construction en juin 2012. Nous le devons à la journaliste Tibisay Pérez qui l’a publié le 26/06/2012 dans le journal « Ciudad Caracas » sous le titre « Les communes restent à construire ».

« Les communes restent à construire »

26 juin 2012.- “Nous allons vraiment mettre le coeur à l’ouvrage pour créer ces communes et pour donner le pouvoir au peuple dans les territoires socialistes” a déclaré le président Chavez. Mais le flou sur l’objectif de ces communes, une certaine apathie freinant l’organisation, le fait que l’un ou l’autre conseil communal ne se reconnaît pas dans le processus révolutionnaire, l’absence d’accompagnement et d’orientation, sont quelques uns des obstacles mentionnés pour justifier le fait de ne pas s’être encore inscrit auprès du Ministère du Pouvoir populaire pour les Communes et pour la Protection Sociale, pour y acquérir la personnalité juridique (1).

Selon Ana Blanco, promotrice qui aide les usagers de ce guichet unique d’enregistrement, seules deux comunes en construction ont réalisé les premières démarches – les communes Juan 23 et Panal 2021, du secteur « 23 de Enero ». Ce registre a été ouvert en décembre 2011.

Que signifie ce premier pas ? Une fois la commune établie on peut passer à l’étape de la formation de l’État comunal, nouvelle forme d’organisation politico-sociale prévue par la Constitution bolivarienne. Le pouvoir y est exercé directement par le peuple, par le biais des auto-gouvernements communaux. C’est sur ce point qu’insiste le premier mandataire national.

Référendum

Nelson Solórzano, porte-parole de la Commune Juan 23, explique que “Fundacomunal a reconnu nos commissions promotrice et électorale. A présent nous avons 30 jours pour organiser le référendum approbatoire de l’acte fondateur, démarche que nous espérons commencer cette semaine.”

Cependant, Solórzano a des remarques à faire. “Nous travaillons depuis près de quatre ans pour former la commune et c’est maintenant qu’on insiste pour que nous fassions les élections, alors que la priorité devrait être les élections présidentielles car la formation de communes ne sera possible que si Chávez est réélu”. Il évoque certains obstacles : « Il y a des conseils communaux qui ne sont pas d’accord avec la formation des communes et nous avons dû dialoguer directement avec l’ensemble des habitants. Nous avons des problèmes et nous avons besoin de temps pour conscientiser les gens, parce qu’il y a des conseils communaux qui ne sont pas d’accord avec le processus révolutionnaire, d’autres qui ne recherchent que le vedettariat et d’autres qui ne comprennent pas clairement ce qu’est une commune. Il y a des habitants qui ne veulent pas rompre avec l’idée que leur seul lien est avec le quartier san Juan, et qui ne comprennent pas la nécessité de s’articuler avec d’autres quartiers. Cependant nous avons pas mal avancé. Nous avons presque organisé la commune.”

Parmi les dernières réussites, la mise en circulation d’une monnaie communale qui sert de ticket pour les étudiants – et qui facilite leurs déplacements en transport public – pour un montant d’1 bolívar (photo).

La Commune en construction « 17 Voix d’Ezequiel Zamora », du secteur d’Antimano, entame la troisième démarche, nous dit Henry Rodríguez, porte-parole de la commission d’économie communale. Il explique que chaque conseil comunal doit réaliser une assemblée de citoyens dans sa propre communauté pour sélectionner ses représentants et ensuite nommer les commissions promotrice et électorale. Il assure que les voisins de son secteur comprennent clairement le processus et que cette forme d’organisation populaire requiert d’avoir un objectif “par exemple, dans la partie économique il s’agit de créer des entreprises de propriété sociale administrée par les conseils communaux. En ce qui concerne les problèmes plus vastes ils peuvent être résolus collectivement entre les différents secteurs d’Antímano et de El Junquito, qui font partie de cette commune. Nous nous étendons de Matapalos jusqu’au kilomètre 11 de Monte Sinaí”.

Cet effort de création de la commune s’appuie sur des ateliers de formation socio-politique, d’économie communale, de santé, de connaissance du système électoral, donnés par le ministère. Actuellement chacun des modules des cours suivis a une durée d’une heure, selon Rodríguez.

APATHIE

Magaly Marrero, de la commission de contrôle social du conseil Communal Araguaney, affirme que la Commune “Éxito Comunitario” (Succès communautaire”) « est presque désintégrée ». La raison en est que la participation aux dix conseils communaux qui en font partie est très faible. “Nous avons eu des problèmes d’intégration au sens où les assemblées de travail des conseils communaux ne sont pas organisées”.

Face à tant d’apathie on a demandé l’aide du Front « Francisco de Miranda » afin de réactiver la salle de bataille sociale et à travers elle, la commune mais « nous n’avons pas reçu de réponse ». Cependant Magaly affirme que le plan communal est en préparation.

Nelsi Turizo, de la Commune “Bolívar Vive” dans la partie haute de La Vega, explique : “nous avons remis tous les papiers à Fundacomunal. Le problème est que la représentante de Fondemi qui nous conseillait n’est pas revenue, ce qui nous a retardés, il y a quelques mois. A présent nous avons repris le processus avec une conseillère de Fundacomunal et nous nous réunissons, un jeudi sur deux”.

René Andrade, de la Commune “Comandante Mirabal”, du secteur Santa Rosalía, explique que n’ayant pas reçu la visite du Ministère de la Commune, ils ignoraient qu’ils pouvaient déjà enregistrer légalement la commune. “Nous avons tous les documents en main, dont la carte de la commune, certifiés par chaque conseil comunal. Mais on ne nous a rien dit. Mais je vais vérifier comment sont les choses”.

Il ajoute qu’on travaille à la mise en place de la “Grande Mission Logement” (ci-contre graphique des étapes d’inscription pour les citoyens en recherche de logement), qu’ils ont déjà effectué un recensement des personnes qui ne possèdent pas de logement en propre, qu’ils ont déjà situé les espaces où peuvent être construits les complexes résidentiels et qu’ils ont formé des commissions de projet, de reconstruction et de crédit.

Pour informer la communauté sur ce thème une réunion a été organisée ce 30 juin, à partir de 14 heures, dans l’école Manuel Díaz Rodríguez.

Francisco Guerrero, de la commune Amalivaca, du secteur El Recreo, confirme qu’ils disposent bien des informations concernant l’enregistrement légal de la commune mais “nous n’avons pas encore réalisé cette démarche parce que nous sommes en pleine restructuration”. « Comme certains conseils communaux ont reçu les financements de l’État, certains compagnons se sont éloignés du travail de la commune pour se plonger, comme nous disons, dans le ciment armé, délaissant la dimension politique,  c’est sur cet aspect qu’il faut travailler, il faut ramener le politique au coeur du travail”. Les réunions ont lieu chaque samedi dans l’Unité Éducative « Simón Rodríguez ».

Pour Wilfredo Figueroa, de la Commune “Indio de Caricuao”, la pierre d’achoppement est l’adaptation des conseils communaux. “Nous attendons qu’on nous informe de quand on va faire l’adaptation, si c’est maintenant ou si ce sera l’an prochain. On ne nous a pas donné d’informations et nous avons posé la question à Fundacomunal”. Le travail se poursuit en attendant de former la commune.

Commentaire de la lectrice Blanca Araujo: “La grande faiblesse des Conseils communaux et des Communes est que l’activité retombe sur les épaules de quelques uns. La majorité, une fois élus, on ne les voit plus. Nous n’avons pas de culture de participation, ni celle de valoriser notre cadre de vie. Dans certaines entreprises de Propriété sociale il y en a qui vont voter pour Capriles (NDT: candidat de la droite pour les élections présidentielles du 7 octobre 2012) en croyant qu’il va poursuivre les politiques sociales du président Chávez. L’absence de conscience de classe est un problème grave que nous devons surmonter.”

__________

(1)     ÉTAPES. L’enregistrement légal des communes s’effectue au guichet unique d’enregistrement du pouvoir populaire, située dans le quartier du Guarataro. La première étape à franchir est que chacun des conseils communaux réalise des assemblées pour élire ses représentants à la commune (organe majeur de décision de la population sur son développement social, économique, culturel, etc..). A partir de là seront élues les commissions de promotion et électorales pour élaborer l’Acte de Fondation qui doit contenir: la situation, la zone géographique, la dénomination de la commune, la déclaration de principes, le recensement de la population au moment de sa constitution, le diagnostic participatif des problèmes et des besoins principaux, l’inventaire des potentiels économiques, sociaux, culturels, environnementaux, les options de développement, le programme politique stratégique communal avec ses lignes d’action à court, moyen et longt terme, pour surmonter les problèmes et satisfaire les besoins de la population. Ce document fondateur doit être ensuite soumis au référendum.

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/07/01/au-venezuela-les-communes-restent-a-construire/

Quand écologie, socialisme et transport public se marient : le métro-cable, transport public révolutionnaire

jeudi 7 juillet 2011

Projet architectural étonnant du gouvernement bolivarien, pensé en fonction des besoins des quartiers populaires, ce drôle de métro fait la liaison entre un quartier excentré et le centre-ville de Caracas en transportant les usagers à bord de télécabines.

Les habitants du quartier vallonné de San Agustín, situé à Caracas, avaient pour habitude d’emprunter régulièrement un monumental escalier pour regagner leur domicile niché sur les hauteurs de la ville. C’est désormais du passé grâce à ce projet architectural aux allures de télécabines. Baptisé Metrocable, ce réseau de cinq stations a été conçu par le bureau de design Urban Think Tank, et relie le sommet des collines avec le centre-ville, situé dans la vallée.

Ce métro aérien, qui intègre dans son projet architectural une politique de développement durable, possède un système de téléphériques couvrant une distance de 2,1 km. Chaque cabine peut contenir jusqu’à huit personnes et faire transiter dans l’une ou l’autre direction près de 1200 personnes en moins d’une heure. Développé dans le but de promouvoir le développement communautaire et d’améliorer l’accessibilité de la ville, Metrocable relie entre eux les magasins, restaurants, établissements de santé ou espaces publics avec les habitations excentrées.

Et afin de faire fonctionner le réseau de transport de manière écologique, chaque station intègre un système photovoltaïque sur son toit. Achevé en 2010, Metrocable propose aujourd’hui à la ville de Caracas un réseau de transport en commun à la fois unique et visionnaire, encourageant plus que jamais à la mixité sociale.

Fort du succès de ce dernier, la municipalité projette de construire une deuxième ligne reliant cette fois-ci les quartiers de Mariche et de Palo Verde.

Découvrez le Metrocable de Caracas en images ci-dessous :

Retrouvez cet article sur Zigonet.com

Conseil Communal cherche transport en commun…

Les habitants du secteur El viñedo, Municipalité de Bolivar, état d´Anzoategui (110 mille habitants) subissent la problématique du mauvais fonctionnement du transport public du fait du délabrement des voies de circulation. Les lignes de transport rechignent à circuler dans ce secteur, il n´y a que peu d´autobus á la disposition des habitants. Mis á part les taxis collectifs trop chers pour les étudiants, les microbus publics ne prennent pas en compte les droits des étudiants, ne reconnaissent pas la “carte étudiante” en arguant de ce que l´État n´est pas á jour de ses subsides. En général les habitants doivent faire de longues files pour aller au travail ou rentrer chez eux (la majorité de la population travaille ou étudie dans la ville voisine de Barcelona).

“Nous, membres du Conseil communal San José nous nous efforçons de résoudre cette situation qui nous préoccupe beaucoup. Nous sommes en majorité mères célibataires et de famille nombreuse. Nous avons présenté un projet d´itinéraire populaire géré par les conseils communaux. Nous voudrions l´administrer nous-mêmes et le contrôler pour améliorer le fonctionnement.

L’idée du projet provient des formations du gouvernement, en particulier sur comment nous organiser pour développer nos quartiers. Le projet a été remis aux autorités de Fundacomunal et de Minpabi. Jusqu’à présent nous n’avons pas eu de réponse. Nous sommes disposés à poursuivre la lutte jusqu’à atteindre notre objectif. Nous croyons que les difficultés que nous subissons sont injustes dans un état oú se trouvent la plupart des raffineries pétrolières. Nous nous trouvons à l’entrée orientale de la capitale de l’état Anzoategui. Nous faisons appel au reste des communautés pour qu´elles participent à ce projet. Nous avons besoin d’unifier les forces. Nous sommes 36 conseils communaux parmi lesquels un seul travaille sur ce projet. Nous devons tous participer car le bénéfice sera collectif. »

Source : La Revolución Vive