La démocratie vénézuélienne dit adieu à l’Europe coloniale

Onze ans ont passé depuis le coup d’Etat qui renversa le président hondurien Zelaya, premier épisode de la contre-insurrection impériale contre les processus révolutionnaires en Amérique Latine. A partir de là, la médiasphère européenne s’est coupée du monde et a commencé à justifier coups d’Etat et déstabilisations. Le simple fait que l’ALBA ait pu servir un instant de repoussoir en France dit l’ampleur de cette inintelligence du monde. Mais cette ignorance journalistique et sa complicité avec une parenthèse désespérée de Lawfare, de coups d’Etat, de violences, ne dit au fond qu’une chose : la veille peur de l’Autre démocratique, la peur de voir la république des Jacobin(e)s Noirs enraciner partout la Liberté, l’Egalité et la Fraternité. 

Alors qu’en Bolivie la dictature issue du coup d’Etat contre la victoire d’Evo Morales veut arrêter les candidats de son parti, portés par les sondages pour les élections du 6 septembre, au Venezuela la nouvelle présidente du Conseil National Électoral Indira Alfonzo vient d’annoncer les normes pour les élections législatives du 6 décembre 2020. Renouvelé à la suite du dialogue entre gouvernement bolivarien et opposition démocratique (celle qui rejette la violence et les sanctions occidentales propulsées par Guaido), le Conseil a approuvé à l’unanimité :
1. Une dose de proportionnelle, en équilibrant le vote nominal (52 %) et le vote par liste (48%), pour octroyer plus de place aux petits partis.
2. Une augmentation de 66 % des sièges à pourvoir : les électeurs(trices) vénézuélien(ne)s voteront pour 110 députés de plus en réponse à l’augmentation de la population. Le parlement passera donc de 167 à 277 député(e)s.
3. Une augmentation du nombre d’organisations politiques qui participeront au scrutin : 87 au total, de tout bord politique.

Après des années de patience face à une Union Européenne qui erre à contresens de l’Histoire, sans vision politique, sur orbite états-unienne, appuyant le secteur putschiste au Venezuela et osant même sanctionner des députés d’opposition… parce qu’ils défendent la voie électorale, le Président Maduro a renvoyé l’ambassadrice d’Europe. Le Venezuela bolivarien étudie également les mesures diplomatiques à prendre à la suite de la collaboration de l’ambassadeur espagnol dans la planification par son hôte Leopoldo Lopez, de l’incursion armée de mai dernier, faits confirmés récemment par le Wall Street Journal« Assez de colonialisme ! » a lancé le chef du gouvernement bolivarien.

Thierry Deronne, Caracas 30 juin 2020

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-5xS

  1. Pingback: LA DÉMOCRATIE VÉNÉZUÉLIENNE DIT ADIEU À L’EUROPE COLONIALE | Tsimok'i Gasikara - Réveillons-nous!

  2. L’Union européenne a cru bon, en représailles, d’expulser la représentante du Vénézuela. Oeil pour oeil. Comme si le Vénézuela s’était déjà immiscé dans les affaires internes de l’UE, ou critiqué le résultat des élections en Europe, ou estimé que Macron ou Merkel ne sont pas dignes de leur fonction, ou approuvé le terrorisme en Europe… Assez pitoyable comme attitude.

  3. Pingback: Alto Apure, victoire paysanne (Terra TV) | Venezuela Infos – DE LA GRANDE VADROUILLE A LA LONGUE MARGE

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s