Le Venezuela attaqué : les sept-clefs pour comprendre la guerre irrégulière des Etats-Unis

Ces derniers jours, le Venezuela a été victime d’une nouvelle vague de sabotages, la plus importante de l’histoire du pays, contre la centrale hydroélectrique de Guri à l’aide de virus informatiques mais aussi de bombardements électro-magnétiques contre la téléphonie notamment. Tout cela a privé d’électricité au moins 80% de la population. Même le magazine états-unien Forbes considère comme hautement probable que cette attaque soit l’oeuvre des Etats-Unis. Tant l’agence Stratfor (courriel révélé par Wikileaks) qu’un document de 2010 de CANVAS, l’organisation états-unienne qui a formé Juan Guaido avaient prévu les « avantages politiques d’un sabotage électrique »… Elliot Abrams l’a confirmé dans une interview radio réalisée le 12 mars : le but de cette action de guerre cybernétique est « d’augmenter la pression interne ». En clair, saper toute tentative du gouvernement du Venezuela de stabiliser l’économie et d’initier une séquence de chaos social insurrectionnel (panne d’électricité, panne de télécommunications = pénurie d’essence, d’eau, de nourriture, etc..) que les Etats-Unis et leurs outils comme Guaidó doivent à tout prix organiser dans ce pays.  La fausse “aide humanitaire” à la frontière colombienne était peut-être une manoeuvre secondaire, voire “distractive”, face à ce plan élaboré de phases successives du « coup d’Etat à mèche lente » (Maurice Lemoine). (Notons que le New York Times vient de faire amende honorable et de reconnaître, grâce à une vidéo non tronquée des événements, que l’incendie des camions « humanitaires » a été causée comme nous l’avions indiqué précédemment, par des paramilitaires colombo-vénézuéliens, et non par les autorités vénézuéliennes comme la plupart des médias l’ont affirmé. Pour sa part, la télévision canadienne a déjà démonté la fake news du « pont bloqué par Maduro »…)

    1. La préparation du choc.

Les messages venant des Etats-Unis étaient clairs ces derniers jours: la montée en puissance de la déstabilisation était imminente. Le retour faussement épique de Guaidó a duré moins longtemps que prévu sur le panneau d’affichage: il n’ y a pas eu de défections critiques dans les Forces Armées Nationales Bolivariennes (FANB) qui, mélangées à une révolte sociale générale, l’auraient installé à Miraflores pour exercer le pouvoir. Son retour glorieux au Venezuela n’a eu d’effet que dans la frénésie passagère des médias. En conséquence, Guaidó est revenu au point de départ inconfortable d’il y a deux mois. Épuisée par la défaite “humanitaire” du 23 février et sans des actions concrètes de commandement présidentiel qui le catapulteraient à l’intérieur, l’orchestration des opérations suivantes se ferait entièrement sous contrôle des Etats-Unis.

53577993_2110736682329566_7865907550909104128_o

Le sénateur US Marco Rubio, puis Juan Guaido, a annoncé quelques heures avant la panne que « les Vénézuéliens vivront la plus grave pénurie de nourriture et d’essence« . « Les politiques de Maduro n’amènent qu’obscurité. Pas de nourriture, pas de médicaments, pas d’électricité et bientôt, pas de Maduro » s’est gaussé le Secrétaire d’Etat et ex-directeur de la CIA Mike Pompeo dans un de ses tweets.  Pour sa part, le gouvernement russe a publié une déclaration dans laquelle il avertit que  » les Etats-Unis sont en train d’élaborer un plan de secours visant à introduire des groupes armés illégaux formés au Venezuela afin de mener des activités de sabotage et de subversion ».

Le black-out généralisé a eu un impact étendu sur le réseau bancaire, les télécommunications et les services publics vitaux du pays (hôpitaux, approvisionnement en eau, transport, etc.), entravant son fonctionnement et paralysant les activités courantes de la population. Bref, une attaque secrète contre le centre gravitationnel du système électrique vénézuélien, destinée à aggraver le malaise social et économique, a remis à flot le récit de la « crise humanitaire » et de l' »État en faillite », avec lesquels ils espèrent réactiver le leadership déprimé de Guaidó.

Mais cette tendance à faire appel aux options anti-politiques et à la guerre non conventionnelle lorsque les ressources politiques font défaut n’est ni nouvelle ni récente (il suffit de se rappeler les attaques électriques continues lorsque les révolutions colorées de l’extrême droite de 2014 et 2017 sont entrées en récession). À sa façon, Bloomberg l’a laissé entendre dans son dernier rapport. L’usure de Guaidó, son incapacité à mener un processus de transition plus ou moins sérieux, ouvre la voie à des attaques comme celle du barrage hydro-électrique du Guri, la violence armée, la guerre de sabotage irrégulière, du type de la Contra nicaraguayenne, pour devenir des alternatives « légitimes » et « urgentes » pour affronter le chavisme. Le délégué de Trump pour le Venezuela, Elliott Abrams, spécialiste de la guerre contre le Nicaragua sandiniste et de l’invasion de l’Irak, se base à présent sur un mélange de chaos social générés par les sabotages croissants et les incursions paramilitaires destructrices.

contras-nicaragua-reagan-sandinista.jpg

La « Contra » semant la terreur au Nicaragua dans les années 80, chapeautée par l’actuel envoyé spécial de Donald Trump pour le Venezuela, Elliot Abrams

Dz9-0IKWkAA3gpy.png

Un des soldats d’Abrams: deuxième en bas à partir de la gauche, Lorent Saleh, paramilitaire vénézuélien formé par Alvaro Uribe a été considéré comme « persécuté politique » par Amnesty International et par le Parlement européen qui lui a octroyé… le « Prix Sakharov ». Le gouvernement de Juan Manuel Santos l’avait expulsé de Colombie en 2014 à la suite de ses activités illégales d’entraînement terroriste.

2. Embargo et sanctions: armes de destruction massive.

Outre les vulnérabilités historiques d’un système électrique tributaire des recettes pétrolières, il y a eu une politique féroce de sanctions financières qui a réduit la capacité d’investissement public dans les branches stratégiques de l’État. L’argent vénézuélien saisi par les États-Unis s’élève à 30 milliards de dollars, ce qui, en utilisant le « gouvernement parallèle » de Guaidó comme outil, a laissé le pays sans ressources liquides pour faire face aux difficultés soulevées par les sanctions.

Le système électrique national a été attaqué sur la base d’un mélange explosif entre désinvestissement, stimulé par le blocus financier, la perte de personnel technique spécialisé en raison de la dépréciation des salaires et opérations de sabotage systématique, ce dernier toujours mis en œuvre lorsque l’offensive politique est reprise par le chavisme. Chris Floyd, auteur du livre The Empire Burlesque, a eu raison de qualifier les sanctions financières d' »holocauste » : l’utilisation de cette arme de destruction massive dans des pays comme l’Irak, l’Iran et la Syrie, montre que les dommages aux infrastructures critiques sont similaires à une campagne intense de bombardements par des missiles de croisière.

En ce sens, la panne d’électricité est une extension de l’embargo contre le Venezuela, de la politique américaine de restriction des importations, de blocage des comptes et d’entrave à l’accès aux liquidités sur le marché financier international et sur son propre marché pétrolier, interdisant le paiement des exportations au Venezuela. La panne est aussi une métaphore de l’état de siège dans lequel le pays est maintenu et de la façon dont le blocus financier, qui empêche l’utilisation de l’argent pour récupérer un système électrique national déjà affaibli qui soutient l’activité pétrolière et économique du pays, vient se substituer aux actions militaires directes.

3. Coup d’Etat cybernétique et crime contre l’humanité.

Ce que Guaidó avait expliqué lors de son appel non suivi à une « grève nationale » mardi dernier devant certains syndicats de l’administration publique, était qu’une action énergique imminente accompagnerait la fabrication d’une situation d’effondrement, comme lorsque la plate-forme de paiement Credicard a été sabotée, en 2016, provoquant l’interruption de toutes les activités commerciales et économiques dans le pays, cette fois exécutée en élargissant son rayon d’affectation.

Le poids du stress et du mécontentement dans la population, comme carburant pour stimuler une situation d’anarchie généralisée qui pourrait en quelque sorte être canalisée dans des manifestations violentes en faveur de Guaidó, indique que la stratégie du chaos (par le cybersabotage et l’artisanat axé sur les infrastructures critiques qui font fonctionner le pays) est utilisé comme un outil de choc. L’opération n’est pas seulement une guerre électrique: ses conséquences couvrent toutes les activités courantes de la société vénézuélienne, auxquelles l’accès à la nourriture, au service hospitalier et aux communications de base est entravé. Un crime contre l’humanité vu à la lumière du Statut de Rome et du droit international, tout en cherchant à détruire physiquement un groupe de population en utilisant comme armes de guerre les éléments fondamentaux de sa subsistance.

Marco Rubio et Mike Pompeo ont réagi à la panne en plaisantant sur Twitter, ce qui reflète bien les motivations et la stratégie sous-jacente du coup d’Etat contre le Venezuela : comme le « plan Guaidó » a échoué dans ses objectifs à atteindre la fracture au sein des forces armées pour faire disparaître Maduro, la population civile (sans discrimination idéologique) devient la première victime des attaques militaires clandestines continues menées par les Etats-Unis.

Ce coup d’État cybernétique contre le système électrique national implique une agression militaire de facto, une extension de celle qui a eu lieu à la frontière entre la Colombie et le Venezuela le 23 février.

4. Cette phase n’est que la première de la guerre irrégulière.

Depuis l’arrivée de Guaidó, sa projection médiatique est devenue marginale. Cette réduction préméditée de sa visibilité contraste avec le poids croissant que le Commandement du Sud, John Bolton, Marco Rubio et Mike Pompeo ont dans l’orientation du changement de régime. En ce sens, les effets néfastes du black-out s’inscrivent parfaitement dans le récit de la  » crise humanitaire « , selon laquelle le Commandement Sud et l’extrême droite vénézuélienne, depuis 2016, mobilisent  » l’urgence  » d’activer un dispositif d' » intervention humanitaire  » qui neutralise l’interdiction du Congrès américain, du Conseil de sécurité des Nations Unies et le consensus pragmatique pour la non intervention qui a fait son chemin en Amérique latine et dans le monde entier.

Le black-out en tant que tel n’est pas une fin en soi. Il vise à aiguiser les vulnérabilités du pays et à mesurer la capacité de réponse militaire des systèmes défensifs de la République face à une action militaire irrégulière et mercenaire, qui profiterait du blocus de l’information pour couvrir les incursions armées, sa carte opérationnelle et ceux directement responsables sur le terrain, surtout du fait du black out généré par la rupture du système électrique.

Ainsi, au niveau du théâtre d’opérations de la guerre contre le Venezuela, le black-out se traduit par la génération d’un panorama diffus et déroutant qui favoriserait l’exécution d’opérations de faux drapeaux, d’incursions paramilitaires et autres actions violentes qui précipitent un état de troubles généralisés, qui pourrait être présenté comme l’événement déclencheur d’une intervention militaire préventive, soit pour « stabiliser le pays du fait de la crise humanitaire » ou pour « sauver les Vénézuéliens de la situation d’État failli » dans « une crise humanitaire ». Dans ce cadre narratif, Julio Borges, Antonio Ledezma, Juan Guaidó, Elliot Abrams et le cabinet de la guerre contre le Venezuela à Washington, se serrent la main et travaillent ensemble sous la doctrine du chaos contrôlé de facture américaines.

Avec le black-out, ils cherchent à concrétiser physiquement la « crise humanitaire », non seulement au niveau de la propagande, mais aussi en profitant des pertes humaines et des complications d’un autre type générées par l’opération de sabotage.

elliott-abrams-se-reunio-con-delegacion-venezolana-en-la-onu-para-la-consolidacion-del-gobierno-de-guaido-b

L’envoyé spécial de Donald Trump pour le Venezuela, Elliott Abrams (au centre), réuni avec l’équipe de Juan Guaido à New York le 26 janvier 2019.

  1. Caractéristiques de l’agression.

Cette fois-ci, il n’y a pas eu d’attaque contre des sous-stations ou des lignes de transport d’électricité, comme cela avait déjà été tenté à plusieurs reprises, selon les manuels de sabotage de la CIA contre le Nicaragua sandiniste des années 80, déjà déclassifié.

Il est à noter que le logiciel utilisé (appelé Scada) dans le système de contrôle automatisé (SCA) qui assure le fonctionnement des moteurs est celui créé par la société ABB, qui ne fonctionne plus dans le pays depuis des années. Cette société ABB, qui a travaillé au Venezuela sous le nom de ABB Trilateral Consortium (ABB Venezuela, ABB Canada, ABB Suisse), a conçu un projet de modernisation de Guri à la fin de la dernière décennie, sous le gouvernement de Hugo Chávez, dans lequel elle décrit en profondeur le système attaqué et l’organisation fondamentale du Guri.

L’analyste géopolitique Vladimir Adrianza Salas, dans un entretien avec TeleSur, a expliqué que le réservoir de Guri  » nécessite un système de contrôle techniquement appelé  » scada system « , qui n’est rien de plus qu’un système de supervision, de contrôle et de réquisition de données qui permet, du point de vue informatique, de contrôler tous les éléments de la production énergétique. Si vous sabotez ça, vous sabotez l’opération. Mais pour saboter cela, il faut deux choses : soit vous devez avoir accès de l’extérieur, soit vous devez avoir une complicité interne pour modifier les processus.

Des précédents de ce type se retrouvent dans des pays directement attaqués ou sous pression par les États-Unis, comme l’Irak et le Liban, où les pannes ont été systématiques et consécutives, l’une après l’autre pendant des dizaines d’heures. Les « répliques » de l’interruption de l’approvisionnement énergétique répondraient à ces séquences d’offensives qui ont déjà été vécues dans d’autres contextes de guerre asymétrique et irrégulière.

La création d’armées de pirates et de matériel de cyberguerre par la CIA et la NSA a été documentée au fil des ans. Un documentaire explique l’origine du virus Stuxnet, qui devrait indiquer les couloirs de ces agences de renseignement américaines. Cet instrument de cyberattaque visait à la fois à saboter les installations de recherche nucléaire en Iran et à dresser un tableau circonstancié qui pourrait conduire à une attaque du réseau électrique national automatisé de l’Iran (analogue au système Guri) en cas de guerre déclarée entre Washington et la République islamique.

  1. Ralentir les tendances à la reprise.

La panne se produit dans un contexte de tendance à la reprise économique à différent niveaux : une baisse des prix des produits alimentaires sensibles a réduit la tension en début d’année, tandis qu’au niveau financier, la restructuration du marché des changes a permis de contenir une des variables de l’inflation induite : la hausse du prix des devises sur le marché noir. Ces tendances ont favorisé la stabilité politique du pays, au milieu d’agressions non conventionnelles et de menaces d’intervention militaire, privant Guaidó non seulement du pouvoir de convocation, mais aussi de la capacité de manœuvre pour capitaliser le malaise général causé par les sanctions.

Ainsi, le black-out cherche à freiner ces tendances de redressement social, politique et économique, aggravant par un boycott généralisé les moyens de paiement, l’accès à la nourriture et aux hôpitaux et le développement normal de la société vénézuélienne. De même, l’agressivité de l’attaque vise à affaiblir la production pétrolière et industrielle du Venezuela.

  1. La prise de conscience du pays et le pouls de l’intervention.

Tout comme en 2002, la population vénézuélienne vient de connaître un baptême généralisé du feu. Une opération de sabotage visant à précipiter un chaos généralisé, qui met en danger la santé et la nutrition de la population, l’activité économique du pays, ses télécommunications et nos routines les plus élémentaires, nous ramène au paysage du sabotage pétrolier des années 2002-2003, où l’opposition de ce moment, les mêmes qui gèrent une intervention avec les Etats-Unis et la Colombie, ont exécuté un état de siège qui paralyse le pétrole.

La réaction de la population, attaquée psychologiquement au cours des dernières années dans le but de l’inciter à une guerre civile qui rend possible une intervention, a été défavorable au calcul du sabotage. Malgré des protestations locales, le calme s’est imposé, à travers l’utilisation d’alternatives pour cuisiner, la mobilisation des ressources physiques du pays pour faire face aux urgences les plus urgentes, et la vocation généralisée du pays à ne pas tomber dans une provocation qui vise à mener à une confrontation civile et armée. La violence a été vaincue comme en 2002-2003 : ce paysage qui marque aujourd’hui notre histoire contemporaine offre la leçon qu’après l’épreuve de feu, où la brutalité du coup d’Etat a un impact massif, la cohésion du peuple est réaffirmée. Les Etats-Unis doivent donc « augmenter la dose de chaos » pour obtenir le mécontement servant à justifier leurs plans d’intervention ou de coup d’Etat..

Juan Guaidó tente de canaliser l’impact du black-out pour  » déclarer une urgence extraordinaire  » à l’Assemblée nationale, car selon lui  » le moment est venu de faire le pas « , flirtant avec l’idée d’utiliser la Constitution pour légitimer une intervention. C’est précisément dans cette orientation comme moyen de boucler le cycle du sabotage, que l’on voit que le black-out tente de fabriquer les conditions de l’anarchie, du chaos et de l’absence de services vitaux, de faire pression pour une « intervention humanitaire » sur le sol vénézuélien, avec l’approbation de l’Assemblée nationale et la « coalition des pays latino-américains », prêts à entreprendre une action vigoureuse conçue par John Bolton.

Compte tenu de l’arrivée prochaine de la mission technique du Haut Commissariat aux Droits Humains (ONU), le black-out cherchera à être canalisé vers un renforcement du dossier  » crise humanitaire  » au Venezuela qui, s’il est bien géré et promu dans les médias, pourrait entraîner un changement de position au niveau de la région, de l’ONU elle-même, du Congrès américain, sur  » l’urgence  » d’une action  » humanitaire  » demandée par le  » gouvernement parallèle.

Cette manœuvre baisse le rideau sur Guaidó : emprisonné dans un plan mal conçu et dépendant de la chaîne de commandement du cabinet de la guerre contre le Venezuela à Washington, il doit être sacrifiée pour l’ouvrir à la guerre. Sa volonté de faire légitimer par une assemblée nationale à majorité de droite, une intervention militaire étrangère est un suicide politique. Il est accompagné par des secteurs de l’extrême droite de Caracas, descendants en droite ligne des premiers colonisateurs espagnols, et qui prétendent activer la Responsabilité de Protéger (R2P) qui a détruit la Libye, le Kosovo, l’Irak, et d’autres régions que les Etats-Unis ont pillées pour maintenir leur statut de puissance.

Mais le black-out doit apporter une autre leçon, et nous obliger à retrouver les codes sociaux et les habitudes collectives et solidaires pratiquées lors de la guerre économique de 2002-2003. C’est là que sont nos armes en tant que communauté historique et spirituelle, armes mises à notre disposition pour maintenir en vie le fil de notre histoire comme patrie.

descarga

fotovenpres0078061354382907.jpg

Mobilisation de travailleurs pétroliers en réaction au lock-out décidé par les cadres supérieurs de l’entreprise publique PDVSA  dans le cadre de la guerre économique de 2002-2003 contre Hugo Chavez


Source : Mision Verdadhttp://misionverdad.com/La-Guerra-en-Venezuela/venezuela-bajo-ataque

Traduction: Thierry Deronne

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-4yJ

Désigné par Trump pour instaurer la « démocratie » au Venezuela, Elliott Abrams a consacré sa vie à la détruire (The Intercept)

elliott-abrams-se-reunio-con-delegacion-venezolana-en-la-onu-para-la-consolidacion-del-gobierno-de-guaido-b

L’envoyé spécial de Donald Trump pour le Venezuela, Elliott Abrams (au centre), réuni avec l’équipe de Juan Guaido à New York le 26 janvier 2019.

Le 11 décembre 1981, au Salvador, un escadron militaire salvadorien entreprit de massacrer jusqu’au dernier les habitants d’un village isolé, appelé El Mozote. Avant de les mettre à mort, les soldats violèrent à de multiples reprises les femmes et les filles, dont certaines n’avaient que dix ans, tout en riant de leur préférence pour celles âgées de douze ans. Un témoin décrivit un soldat qui jetait en l’air un enfant de trois ans pour qu’il s’empale sur sa baïonnette. Le bilan final s’éleva à plus de 800 morts.

Le lendemain, 12 décembre, Elliott Abrams commençait son travail en tant que secrétaire d’État adjoint à la démocratie, aux droits humains, et au travail, de l’administration Reagan. Abrams passa aussitôt à l’action, au sein de l’équipe dirigeante chargée d’étouffer le massacre. Devant le Sénat, Abrams affirma que les bulletins d’informations relatifs aux évènements n’étaient « pas crédibles », et que les guérillas anti-gouvernementales avaient « outrageusement dévoyé » toute l’affaire à des fins de propagande.

Vendredi dernier, le Secrétaire d’État Mike Pompeo nommait Elliott Abrams au poste d’envoyé spécial du gouvernement des EU, en charge du Venezuela. Selon Pompeo, Abrams « aura la responsabilité de tout ce qui a trait à nos efforts pour restaurer la démocratie », dans la nation riche en ressources pétrolières.

Le choix d’Abrams est un message clair, envoyé au Venezuela, mais aussi au reste du monde : l’administration Trump a bien l’intention de brutaliser le Venezuela, tout en déversant un flot de rhétorique onctueuse à base d’amour de l’Amérique pour la démocratie, et les droits de l’homme. La combinaison de ces deux facteurs – la brutalité, l’onctuosité – constitue la compétence principale d’Abrams.

Auparavant, Abrams a occupé, au sein des administrations Ronald Reagan, puis George W. Bush, une multitude de postes, dont les intitulés mentionnaient souvent leur objectif moral. Il fut d’abord secrétaire d’État adjoint aux organisations internationales (en 1981) ; puis il occupa le poste « droits de l’homme » du Secrétariat d’État, mentionné plus avant (1981-1985) ; celui de secrétaire d’État adjoint aux affaires inter-américaines (1985-1989) ; de directeur principal en charge de la démocratie, des droits humains, et des opérations internationales, pour le Conseil National de Sécurité (2001-2005), avant de finir conseiller délégué à la sécurité nationale, responsable de la stratégie pour la démocratie dans le monde, de George W. Bush (2005-2009).

Chacun de ces postes permit à Abrams de jouer un rôle dans certaines des plus épouvantables opérations étasuniennes de politique étrangère des 40 dernières années, période au cours de laquelle il ne cessa de déclarer à quel point il se préoccupait du sort de ces étrangers que lui et ses amis assassinaient. Avec le recul, la présence quasi-systématique d’Abrams lors des interventions étasuniennes les plus sordides, a quelque chose d’inouï.

Abrams fut d’abord diplômé du premier cycle de la Faculté des arts et sciences de Harvard, puis de la Faculté de droit de la même université, avant de rejoindre l’administration Reagan en 1981, à l’âge de 33 ans. Il bénéficia rapidement d’une promotion, suite à un coup de chance : Reagan voulait nommer Ernest Lefevere au poste de secrétaire d’État adjoint aux droits de l’homme et aux affaires humanitaires, mais la nomination de Lefever se fracassa contre les révélations de deux de ses propres frères, selon lesquels il était convaincu de « l’infériorité, sur le plan intellectuel », des Afro-Américains. Déçu, Reagan se retrouva dans l’obligation de faire appel à Abrams, sa solution de remplacement.

À l’époque, l’Amérique Centrale était au centre des préoccupations de l’administration Reagan – notamment quatre nations voisines : le Guatemala, le Salvador, le Honduras, et le Nicaragua. Depuis leur fondation, toutes subissaient la domination cruelle d’une élite blanche ultra-minoritaire, soutenue depuis un siècle par l’interventionnisme étasunien. Dans tous ces pays, les familles au pouvoir considéraient les autres habitants de la société comme des animaux à forme humaine, qu’elles pouvaient exploiter, voire tuer, en fonction de leurs besoins.

Mais lorsque Reagan entra en fonction, une révolution socialiste venait de renverser Anastasio Somoza, dictateur du Nicaragua et allié des États-Unis. En toute logique, les partisans de Reagan interprétèrent ce renversement comme une menace pour les gouvernements des voisins du Nicaragua. Dans tous ces pays, les populations étaient nombreuses et, tout comme celle du Nicaragua, supportaient mal leur destin d’ouvriers agricoles exploités jusqu’à la mort sur les plantations de café, et de parents, dont les enfants succombaient sous leurs yeux à des maladies auxquelles un traitement simple aurait dû leur permettre de survivre. Certains prendraient les armes, d’autres se contenteraient de faire profil bas, mais, du point de vue des soldats de la Guerre Froide en place à la Maison Blanche, tous étaient des « communistes » potentiels, obéissant à des ordres en provenance de Moscou. Il convenait de leur donner une leçon.

El Salvador

L’extermination des villageois de El Mozote fut une simple goutte, dans le fleuve des événements qui eurent lieu au Salvador pendant les années 80. Environ 75000 Salvadoriens périrent au cours de ce que l’on appelle une « guerre civile », même si c’est bien le gouvernement qui – avec la complicité d’escadrons de la mort – perpétra la quasi-totalité des crimes.

Mais les chiffres seuls ne racontent pas toute l’histoire. Le Salvador est un petit pays, dont la taille est comparable à celle du New Jersey. À l’échelle de la population des États-Unis, ce chiffre correspond à un total de 5 millions de morts. Par ailleurs, le régime en place au Salvador s’engagea dans une série ininterrompue d’actes de barbarie, dont le degré d’atrocité n’a pas d’équivalent contemporain, à l’exception peut-être de celui des crimes perpétrés par l’état islamique. Un prêtre catholique fit le récit de l’un d’entre eux : afin de pouvoir s’absenter quelques instants, une paysanne avait confié la garde de ses enfants à sa mère et sa sœur ; à son retour elle découvrit les cinq corps, que la Garde Nationale du Salvador avait décapités. On les avait assis autour d’une table, et leurs mains reposaient sur leurs têtes placées face à eux, « comme si chaque corps caressait sa propre tête ». La main d’une enfant, très jeune, n’avait semble-t-il pu tenir en place sur sa petite tête, de sorte qu’on avait fini par la clouer dessus. Au centre de la table, il y avait un grand bol, rempli de sang.

À l’époque, les critiques de la politique étasunienne ne provenaient pas uniquement de la gauche. C’est au cours de cette période que Charles Maechling Jr., qui avait travaillé au Département d’État dans les années 60, en tant que responsable de la planification des contre-insurrections, écrivit dans le Los Angeles Timesque les États-Unis soutenaient des « oligarchies mafieuses » au Salvador et ailleurs, et se rendaient coupables de complicité active « envers des méthodes dignes des escadrons d’extermination de Himmler ».

Abrams fut l’un des architectes de la politique de soutien inconditionnel au gouvernement salvadorien, menée par l’administration Reagan. Il était dépourvu de tout scrupule à ce sujet, et n’éprouvait pas la moindre pitié pour quiconque réussissait à s’évader de l’abattoir salvadorien. En 1984, il tint des propos – dont l’écho retentit aujourd’hui lors des prises de parole des membres de l’équipe Trump – visant à expliquer que les Salvadoriens entrés illégalement aux États-Unis, ne sauraient bénéficier d’un statut exceptionnel. Devant la Chambre des Représentants, il déclara : « Certains groupes prétendent que lorsque nous renvoyons les immigrés clandestins salvadoriens chez eux, ils y font l’objet de persécutions, et deviennent souvent la cible d’assassinats. Si nous accordions le moindre crédit à ces affirmations, nous ne les expulserions pas, cela semble évident ».

Même après avoir quitté ses fonctions, alors que 10 ans s’étaient écoulés depuis le massacre de El Mozote, Abrams continuait à mettre en doute la survenue là-bas du moindre événement fâcheux. En 1993, année où une Commission des Nation-Unies pour la Vérité conclut que 95 pour cent des actes de violence commis au Salvador depuis 1980, l’avaient été par les amis d’Abrams au sein du gouvernement salvadorien, il qualifia ce que lui et ses collègues de l’administration Reagan avaient accompli, de « réussite fabuleuse ».

Guatemala

Au cours des années 80, la situation au Guatemala était très semblable, et les initiatives d’Abrams le furent également. Après que les États-Unis eurent orchestré, en 1954, le renversement du président élu démocratiquement, le pays vécut un cauchemar, dans lequel des dictatures militaires se succédaient comme dans un jeu de chaises musicales. Entre 1960 et 1996, au cours d’une « guerre civile » de plus, 200 000 Guatémaltèques furent assassinés, soit 8 millions de morts, à l’échelle des EU. Par la suite, une commission des Nations-Unies conclut à la responsabilité de l’état guatémaltèque, dans 93 pour cent des cas de violations des droits de l’homme.

En 2013, Efraín Ríos Montt, qui présida le Guatemala au début des années 80, fut reconnu coupable, par la justice de son pays, du génocide de la population maya indigène. Pendant le mandat de Ríos Montt, Abrams demanda la levée de l’embargo sur les livraisons d’armes des États-Unis au Guatemala, au nom des « progrès considérables » auxquels Ríos Montt avait « contribué ». Selon Abrams, il était du devoir des États-Unis de soutenir le gouvernement du Guatemala, car « si nous adoptons la posture ‘ne nous approchez pas avant d’avoir atteint la perfection, nous ne traiterons pas le problème avant que le Guatemala ne présente un bilan immaculé en matière de droits de l’homme’, cela signifie que nous allons laisser en plan celles et ceux qui, là-bas, cherchent à améliorer les choses ». D’après lui, Ríos Montt était l’un de ceux qui ne ménageaient pas leurs efforts. Grâce à Ríos Montt, « un changement spectaculaire s’est produit, que l’on constate en particulier dans l’attitude du gouvernement vis-à-vis de la population indienne ». (Par la suite, la plus haute cour civile du Guatemala annula la condamnation de Ríos Montt, qui mourut avant la conclusion de son nouveau procès.)

Nicaragua

Mais c’est sa participation enthousiaste aux efforts entrepris par l’administration Reagan pour renverser le gouvernement sandiniste révolutionnaire, qui fit accéder Abrams à la notoriété. En 1983, juste après l’assaut victorieux des États-Unis contre le micro-état insulaire de la Grenade, il plaida pour une invasion totale du Nicaragua. Lorsque le Congrès mit fin au financement des Contras, un corps de guérilleros anti-sandinistes, que les États-Unis avaient créé, Abrams réussit à persuader le sultan de Brunei, de se délester de 10 millions de dollars pour leur cause. Abrams opérait sous le nom de code « Kenilworth », mais malheureusement pour lui, le numéro de compte bancaire en Suisse qu’il communiqua au sultan n’était pas le bon – la chance venait de sourire à l’heureux bénéficiaire de ce dépôt du hasard.

Abrams fut l’objet de questions du Congrès sur le sujet des Contras, auxquelles il répondit par une montagne de mensonges. Par la suite, il plaida coupable pour deux chefs d’accusation de rétention d’informations. L’un concernait le sultan et son argent, l’autre reprochait à Abrams d’avoir eu connaissance de l’existence d’un avion de ravitaillement des Contras, un C-123 abattu en 1986. Comme s’il avait préparé une jolie rime historique pour sa nouvelle fonction au sein de l’administration Trump, Abrams avait négocié auparavant avec l’armée vénézuélienne la fourniture de deux C-123, destinés aux Contras.

Abrams fut condamné à une peine de 100 heures de travaux d’intérêt général, mais éprouva le sentiment d’avoir été, dans toute cette histoire, la victime d’une immense injustice. Il ne tarda pas à écrire un livre, dans lequel il s’adressait à ses accusateurs sous forme de monologue intérieur, ce qui donnait à peu près ceci : « propres à rien, salauds, dégueulasses, parasites ! ». Il bénéficia ensuite du pardon du président George H.W. Bush, au moment où celui-ci prenait la porte, après sa défaite aux élections de 1992.

Panama

Bien que cela soit aujourd’hui tombé dans l’oubli, Manuel Noriega avait été un allié proche des États-Unis, avant qu’ils n’envahissent Panama en 1989 pour l’évincer du pouvoir – et ce en dépit du fait que l’administration Reagan n’ignorait rien de ses activités de baron de la drogue.

En 1985, Hugo Spadafora, personnalité appréciée au Panama dont il fut un temps vice-ministre de la santé, crut détenir la preuve de l’implication de Noriega dans la contrebande de cocaïne. Il était à bord d’un bus, en route vers Panama City où il devait faire une allocution publique sur le sujet, lorsqu’il fut capturé par les hommes de main de Noriega.

Si l’on en croit le livre Renversement, de l’ancien correspondant du New York Times Stephen Kinder, les renseignements étasuniens enregistrèrent le moment où Noriega donnait à ses sous-fifres le feu vert pour abattre Spadafora, comme « un chien enragé ». Ils le torturèrent pendant toute une nuit, avant de le décapiter, à la scie, alors qu’il vivait encore. Lorsque le corps de Spadafora fut découvert, le sang qu’il avait avalé remplissait son estomac.

Une telle horreur finit par attirer l’attention. Mais Abrams s’empressa de prendre la défense de Noriega, et fit barrage à l’ambassadeur au Panama, l’empêchant d’accentuer la pression sur le dirigeant panaméen. Lorsque le frère de Spadafora persuada Jesse Helms, sénateur républicain hyper-conservateur de Caroline du Nord, de tenir des audiences sur le Panama, Abrams fit savoir à Helms que Noriega leur était « d’une grande utilité », et ne posait pas « un problème si grave. … Les Panaméens ont promis de nous aider à combattre les Contras. Si vous organisez ces audiences, ils nous deviendront hostiles. »

… mais ce n’est pas tout

Abrams fut également l’auteur de méfaits gratuits, sans autre raison apparente que le désir de se maintenir en forme. En 1986, les États-Unis invitèrent Patricia Lara, une journaliste colombienne, à un dîner en l’honneur des écrivains qui avaient contribué aux progrès de « l’entente entre nations du continent américain, ainsi que de la liberté d’informer ». À son arrivée à l’aéroport de New York, Lara fut placée en garde à vue, avant d’être renvoyée chez elle par le premier avion. Peu de temps après, Abrams participa à l’émission « 60 minutes », au cours de laquelle il prétendit que Lara était membre des « comités directeurs » du M-19, un mouvement de guérilleros colombiens. Toujours selon Abrams, elle était par ailleurs un « agent de liaison actif » entre le M-19 et la « police secrète cubaine ».

Étant donnée la fréquence à laquelle les journalistes colombiens sont victimes de la violence des organisations paramilitaires d’extrême-droite, proférer ces accusations revenait à tracer une cible dans le dos de Lara. Rien ne prouvait alors la véracité des allégations de Abrams – en fait, le gouvernement conservateur colombien les démentit – et rien n’est venu la prouver depuis.

La longue litanie des mensonges éhontés de Abrams vint à bout de la patience les journalistes étasuniens. « Ils affirmaient que noir, c’était blanc », ainsi que l’expliqua par la suite Joanne Omang, du Washington Post, en évoquant Abrams et Robert McFarlane, son collègue à la Maison Blanche. « J’avais fait appel à toutes mes compétences professionnelles, mais malgré cela, j’avais induit mes lecteurs en erreur ». L’expérience épuisa Omang, jusqu’à la faire changer de métier ; elle essaya de mettre en mots, non plus le monde réel, mais un univers de fiction.

Après sa condamnation, beaucoup considérèrent Abrams comme une marchandise avariée, dont le retour au gouvernement était inenvisageable. Ils le sous-estimaient. En 1989, un affrontement violent opposa Abrams à l’amiral William J. Crowe Jr. – qui fut un temps Chef d’État-Major des armées, avec pour objet la conduite à tenir par les États-Unis envers Noriega, qui avait perdu toute valeur à leurs yeux, pour devenir une source d’ennuis. Crowe s’opposa avec force à l’idée lumineuse que soumettait Abrams : il s’agissait pour les États-Unis d’installer un gouvernement en exil sur le sol panaméen, sous la protection de milliers de soldats étasuniens. Crowe fit remarquer la stupidité vertigineuse d’une telle proposition, mais Abrams n’en tint aucun compte. Crowe exprima sur Abrams une opinion, qui fait aujourd’hui figure d’avertissement prémonitoire : « Ce serpent a la peau dure ».

Dès l’entrée de George W. Bush à la Maison Blanche, Abrams revint aux affaires, ce qui eut le don de surprendre les plus naïves des personnes en place à Washington. Obtenir du Sénat qu’il ratifie la nomination d’un parjure – devant le Congrès – n’aurait sans doute pas été chose aisée, raison pour laquelle Bush lui trouva une niche au Conseil National de Sécurité – où les nominations ne nécessitent la ratification d’aucune branche législative. Tout comme 20 ans auparavant, Abrams hérita d’un portefeuille dont l’intitulé mentionnait « la démocratie » et « les droits de l’homme ».

Venezuela

Au début de l’année 2002, Hugo Chavez, président du Venezuela, était déjà devenu un motif d’agacement profond pour la Maison Blanche de Bush, peuplée d’anciens combattants des guerres des années 80. En avril de cette année-là, un coup d’état soudain, venu de nulle part, évinça Chavez du pouvoir. On ne sait toujours pas aujourd’hui si les États-Unis furent impliqués, ni sous quelle forme ; il faudra pour cela attendre la déclassification des documents pertinents, qui n’interviendra sans doute pas avant quelques dizaines d’années. Mais si l’on se fie au siècle précédent, apprendre que l’Amérique ne joua aucun rôle en coulisses, constituerait une surprise de taille. Chacun en pensera ce qu’il voudra, mais à l’époque, l’Observer de Londres affirma que « À la périphérie du coup d’état, Abrams était le personnage principal, », celui qui « avait donné le feu vert aux conspirateurs » . Quoi qu’il en soit, le soutien populaire permit à Chavez de se ressaisir, et de reprendre ses fonctions au bout de quelques jours.

Iran

Par contre, lorsque l’Iran fit une offre de paix en 2003, peu après l’invasion de l’Irak par les États-Unis, il semble bien qu’Abrams ait joué un rôle dans l’histoire de son étouffement. Le fax de la proposition était destiné à Condoleeza Rice, qui conseillait alors Bush en matière de sécurité nationale, mais il devait d’abord passer par Abrams. Pour une raison ou pour une autre, il n’atterrit jamais sur le bureau de Rice. À une question qui lui fut posée plus tard le sujet, le porte-parole d’Abrams répondit qu’il « n’avait pas le moindre souvenir d’un fax de cette nature ». (Nombreux sont ceux qui, comme Abrams, évoluent comme des poissons dans l’eau aux échelons les plus élevés du monde politique, mais souffrent d’une mémoire labile pour tout ce qui touche à la politique. En 1984, Abrams affirma devant Ted Koppel qu’il ne pouvait se rappeler avec certitude si les États-Unis avaient déclenché des enquêtes, à la suite des rapports faisant état de massacres au Salvador. En 1986, la Commission Sénatoriale Permanente sur le Renseignement, qui l’interrogeait sur la levée de fonds destinés aux Contras, lui demanda s’il avait eu des discussions à ce sujet, avec un membre quelconque du Conseil National de Sécurité. Là encore, sa mémoire lui fit défaut.)

Israel et la Palestine

En 2006, Abrams se retrouva à nouveau au centre d’une nième tentative de remise en cause du résultat d’une élection démocratique. Bush avait fait pression pour la tenue d’élections législatives en Cisjordanie et à Gaza, afin que le Fatah, l’organisation palestinienne corrompue jusqu’à la moelle du président Mahmoud Abbas, successeur de Yasser Arafat, en retire la légitimité qui lui faisait cruellement défaut. À la surprise générale, la victoire revint à l’adversaire du Fatah, le Hamas, ce qui lui donna le droit de former un gouvernement.

L’administration Bush, au premier rang de laquelle se trouvaient Rice et Abrams, ne pouvait accepter cette irruption malvenue de démocratie. Le plan qu’ils élaborèrent prévoyait la formation d’une milice du Fatah chargée de prendre le contrôle de la Bande de Gaza, en écrasant le Hamas sur son propre territoire. D’après un reportage de Vanity Fair, un usage abondant de la torture et des exécutions était envisagé. Mais le Hamas eut lui-même recours à l’ultraviolence, et prit le Fatah de vitesse. David Wurmser, un néo-conservateur qui travaillait alors pour Dick Cheney, confia au magazine : « Il me semble que ce qui eut lieu ne fut pas tant un coup d’état du Hamas, qu’une tentative de coup du Fatah, mise en échec de manière préventive. Ce qui n’empêche pas les médias étasuniens de publier depuis des récits alternatifs de ces événements, dans lesquels ils font jouer au Hamas le rôle de l’agresseur ».

Le plan des États-Unis ne fut sans doute pas couronné du succès espéré, mais du point de vue américano-israélien, il n’échoua pas non plus sur toute la ligne. La guerre civile entre Palestiniens fit de la Cisjordanie et de Gaza deux entités distinctes, gouvernées par des rivaux. Depuis 13 ans, rares furent les signes annonciateurs de l’unité politique dont les Palestiniens ont besoin, s’ils veulent se donner les moyens d’accéder un jour à des conditions de vie décentes.

Abrams quitta ses fonctions un peu plus tard, lorsque Bush fit sa sortie. Mais aujourd’hui il revient, pour effectuer un troisième tour le long des allée du pouvoir – prêt aux mêmes machinations que celles mises à exécution lors des deux premiers.
Avec le recul, la vie d’Abrams semble être un tissu de mensonges et d’actes de cruauté, dont on se demande bien comment il pourrait les justifier. C’est pourtant ce qu’il fait – à l’aide d’une stratégie de défense efficace.

Vidéo intégrée

Allen Haim@senor_pez

The year was 1995. A young Elliott Abrams taught us how to laugh. Maniacally. When Allan Nairn brought up his involvement in the mass murder and torture of indigenous people in Guatemala.

C’était en 1995. Le jeune Elliott Abrams nous donna une leçon de rire. Hystérique. Lorsque Allan Nairn aborda le sujet de son rôle dans le massacre et les tortures dont furent victimes les peuples indigènes du Guatemala.
pic.twitter.com/N2nfDQAUrf
— Allen Haim (@senor_pez) January 25, 2019

 

En 1995, Abrams fit une apparition sur le plateau du « Charlie Rose Show », face à Allan Nairn, l’un des journalistes américains les plus au fait de la politique étrangère des États-Unis. Nairn fit remarquer que Bush avait un jour émis l’hypothèse de faire passer Saddam Hussein en jugement pour crimes contre l’humanité. D’après Nairn, il s’agissait d’une bonne idée, mais « pour être pris au sérieux, il faut faire preuve d’équité » – à savoir poursuivre également en justice des hauts fonctionnaires comme Abrams.

Le ridicule d’une telle suggestion fit glousser Abrams. D’après lui, cela reviendrait à « placer sur le banc des accusés, tous les hauts fonctionnaires américains ayant contribué à gagner la Guerre Froide ».

Abrams avait en grande partie raison. Aussi dérangeante soit-elle, la vérité oblige à dire qu’il n’a rien d’un franc-tireur marginal ; il est au contraire un membre honorable, respecté, du centre-droit de l’élite de la politique étrangère des États-Unis. Avant d’entrer dans le gouvernement Reagan, il commença par occuper deux postes, au service de deux sénateurs démocrates, Henry Jackson puis Daniel Moynihan. Il fut senior fellow au CFR , classé au centre. Il est membre de la Commission des États-Unis sur la Liberté Religieuse dans le Monde, et siège depuis peu au conseil d’administration de la Fondation Nationale pour la Démocratie. Il donne des cours à la future génération de hauts fonctionnaires en politique étrangère, à l’École de Diplomatie de l’université de Georgetown. Ni Reagan, ni Bush, ne furent ses dupes, en aucune manière – ils recherchaient exactement ce qu’Abrams était en mesure de leur fournir.

Peu importent, en fin de compte, les détails sordides de la carrière d’Abrams, ce qu’il faut garder à l’esprit – au moment où les serres acérées de l’aigle étasunien accentuent leur pression sur un pays latino-américain de plus – c’est qu’Abrams n’a rien d’exceptionnel. Il n’est qu’un des rouages d’une machine. Le problème, ne vient pas des pièces malveillantes qui la composent, mais bien de la machine elle-même.

Jon Schwarz

Traduction originale d’Hervé Le Gall pour Le Grand Soir

Le 30 janvier 2019

 

SOURCE : https://theintercept.com/2019/01/30/elliott-abrams-venezuela-coup/
URL de cet article 34657 : https://www.legrandsoir.info/designe-par-trump-pour-instaurer-la-democratie-au-venezuela-elliott-abrams-a-consacre-sa-vie-a-la-reprimer.html

   

De Trump à Macron, les grands cimetières sous la « une »

Lorsqu’il remonte ce 13 février les couloirs feutrés du Congrès jusqu’aux lambris du House Committee on Foreign Relations, Elliot Abrams, l’envoyé spécial de Donald Trump pour le Venezuela, a de quoi se réjouir. Le leurre des caisses à moitié vides a fonctionné. L’opinion publique occidentale s’est aussitôt étranglée: “pourquoi Maduro refuse-t-il l’aide humanitaire alors que son peuple meurt de faim ?”.

Convoyées par l’USAID, l’ONG de la CIA, jusqu’à une région de Colombie en proie à une pauvreté extrême, ces caisses que ni la Croix Rouge ni Caritas ne veulent distribuer car elles n’y voient pas d’“aide humanitaire” (1), ne concerneraient en fait que 20 mille vénézuéliens pour quelques jours, selon l’autoproclamé “président” Juan Guaido. Ce cheval de Troie, entouré d’une nuée de médias, a une fonction plus plausible : servir de décor à un incident militaire, voire à une invasion.

Depuis près de deux ans le gouvernement bolivarien résiste à la hausse des prix pratiquée par les oligopoles privés de l’alimentation. Via des Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production (CLAP), il distribue une à deux fois par mois des caisses de nourriture à six millions de familles des classes populaires. Le prix des aliments est symbolique : 1 % de celui du secteur privé. Le gouvernement verse également des allocations pour tenter de défendre un salaire attaqué de toutes parts. En fait, au grand étonnement des voyageurs, on, n’observe nulle “crise humanitaire” au Venezuela, comme l’a expliqué l’expert dépêché sur place par l’ONU, Alfred de Zayas. Pour qui “l’aide, la seule, serait de lever le blocus et de cesser la guerre économique”. (2)

Tout cela a été occulté par les médias occidentaux. Mais ce 13 février, lors de son audition par le Congrès, malgré l’avantage du “sens commun” construit par les journalistes, Elliot Abrams est mis sur le grill par la ténacité d’une représentante démocrate, issue du mouvement féministe: Ilhan Omar. Celle-ci rappelle à Abrams son passé d’organisateur et de financeur des escadrons de la mort dans l’Amérique Centrale des années 80. Elle prononce le nom qui fait mal : El Mozote. Le 10 décembre 1981, le bataillon de réaction immédiate Atlacatl, formé aux États-Unis, a torturé, violé, dépecé plus de 800 civils, hommes, femmes et enfants de cette communauté paysanne du Salvador. 136 des restes identifiés par les médecins-légistes argentins correspondent à des enfants de moins de six ans. Propagande communistes’était alors gaussé Abrams.

« Allez-vous appuyer des groupes criminels et le génocide au Venezuela comme vous l’avez fait au Nicaragua, au Salvador et au Guatemala, si cela favorise les intérêts des Etats-Unis? » insiste la membre du Congrès.

« Je refuse de répondre à ce qui n’est pas une questionrétorque Abrams.

Ilhan Omar lui répond dans les yeux : Savoir si, alors qu’un génocide a lieu, vous détournerez le regard car cela sert les intérêts américains, est une question légitime pour le Congrès et pour le peuple états-unien”.

La représentante du Minnesota sait de quoi elle parle : à l’âge de dix ans, elle a dû quitter la Somalie, un pays qui a subi une intervention militaire des Etats-Unis soucieux d’y acheminer leur “aide humanitaire”.

Version française : https://www.facebook.com/venesolidarite/videos/429506354461296/

Dans les années 80, lorsque le Congrès décida de ne plus leur octroyer de budget officiel aux paramilitaires antisandinistes, Abrams organisa le financement clandestin des opérations meurtrières de la « Contra » et leur fit livrer des armes camouflées en « aide humanitaire ». Abrams mentit au Congrès à deux reprises sur son rôle, plaidant coupable avant d’être grâcié par George H. W. Bush. Défenseur enthousiaste de l’invasion de l’Irak, il oeuvrait de nouveau à la Maison Blanche au moment du coup d’Etat avorté de 2002 contre Hugo Chávez. « Je n’arrive pas à comprendre« , assène Ilhan Omar, « pourquoi les membres de ce Comité ou le peuple américain devraient considérer comme véridique tout témoignage que vous donnez aujourd’hui« .

« El Mozote: The Volumetrics of a Massacre, » Oeuvre de Romeo G. Osorio en mémoire des enfants assassinés.

Le président Macron est connu à l’étranger pour l’usage disproportionné de la force contre la population française, avec un bilan actuel d’une dizaine de morts, de centaines de personnes blessées, mutilées à vie, et des centaines de prisonniers. Mais il faut rappeler que bien avant la nomination d’Addams par Trump, il a également reçu à l’Elysée les “fils cachés de Pinochet” du Venezuela. On le voit ainsi sourire aux côtés de Julio Borges et de Freddy Guevara, organisateurs du coup d’Etat de 2002 contre Hugo Chavez et des tentatives de coup d’Etat postérieures, non moins violentes, menées de 2013 à 2017 contre le président Nicolas Maduro (3).

Comme l’extrémiste de droite Juan Guaido, adoubé “président du Venezuela » par Trump et Macron, les hommes de Washington ont montré leur vrai visage lors de ces éphémères passages à l’acte : formation par les paramilitaires colombiens, attentats terroristes contre des transports en commun, des ministères, des maternités, des centres de santé, sous-traitance de violences par la pègre, utilisation d’enfants-mercenaires, assassinats et tortures. Les photos plus bas montrent un manifestant de la droite vénézuélienne éloigner ses comparses pour brûler vif le jeune Orlando Jose Figuera après l’avoir tabassé, jeté au sol et aspergé de combustible. Ces lynchages d’afrodescendants ont été commis par les amis de Mr. Macron au Venezuela en 2017. Comme leurs mentors Uribe, Duque, Bolsonaro, Abrams ou Bolton, cette faction radicale rêve aujourd’hui de s’emparer du pouvoir pour “finir le travail”: nettoyer définitivement le Venezuela de tous les microbes communistes.

macronguevaraborges

Autour du président français Emmanuel Macron, les leaders de l’extrême droite vénézuélienne Julio Borges (gauche) et Freddy Guevara (droite), reçus à l’Élysée le 4 septembre 2017.

primero-justicia-golpismo-1

Julio Borges (centre) avec Leopoldo Lopez et Henrique Capriles Radonsky lors du coup d’État sanglant d’avril 2002 organisé contre le Président Chavez par le MEDEF local, les télévisions privées et des militaires formés à la School of Americas.

img-8229

Freddy Guevara (en bas à gauche) et ses croisés « pacifiques », lors de l’insurrection de 2017.

Orlando Figuera

Le jeune Orlando Figuera, brûlé vif dans un quartier chic de Caracas par des extrémistes transformés par les médias internationaux en « combattants de la liberté » ». Voir http://wp.me/p2ahp2-2CO

Si Mr. Macron se fait prendre en photo à côté d’eux, c’est aussi parce que l’écrasante majorité des journalistes a créé un sens commun : ces violateurs des droits humains seraient des “combattants de la liberté”. Sauf que le “peuple” du Venezuela que montrent les médias, n’en est pas un. Depuis plusieurs années, seul l’Est de Caracas, ses beaux quartiers, ses 10% de classe moyenne et ses manifestations anti-Maduro, ont droit de cité à la télé. Cette minorité sociologique et politique est constamment transformée par les journalistes en « peuple ». Et chaque fois que ses militants d’extrême droite cherchent l’affrontement, les télévisions du monde entier sont déjà sur place pour enregistrer l’image et inverser la chronologie au montage. La riposte des forces de l’ordre précède alors les violences des paramilitaires et devient par la magie de l’inversion… la répression à priori d’un Etat contre le « peuple ». Les éléments financés et entraînés par l’Empire sont repeints, une fois de plus, en « combattants de la liberté ». Par contre, l’immense Ouest populaire de Caracas où vivent les 80% des habitants, tout comme les zones rurales, reste invisible. Parce qu’il est pacifique et constitue en grande partie la base sociale du processus de transformation. Ce n’est pas tout : à chaque fois, les médias imputent automatiquement au « régime » les morts causés par l’extrême droite, ce qui alimente l’énergie des tueurs. Ceux-ci savent parfaitement que chaque mort imputé à Maduro renforcera le discours en faveur d’une intervention. Mais qui, de Médiapart au Soir, de France Inter au Monde, de RFI à El Pais, qui, dans la vaste zone grise (Primo Levi) de l’“actu” reconnaîtra qu’il encourage des assassins ?

Comme l’explique l’ex-rédacteur en chef du Monde Diplomatique Maurice Lemoine : “aux pages les plus honteuses de l’Histoire de France – la reconnaissance du régime franquiste en 1939 ou le maintien des relations diplomatiques avec le Chili, après le « golpe » du général Augusto Pinochet (1973) – , il convient désormais de rajouter un chapitre : l’appui d’Emmanuel Macron à la tentative de coup d’Etat au Venezuela(4). Il est urgent de dénoncer la complicité de Mr. Macron et des grands médias avec une extrême droite qui rêve de faire du Venezuela, comme la Colombie, un grand cimetière sous la lune.

Le symbole de la « main blanche » commercialisé pour les sympathisants de Juan Guaido à Caracas ressemble beaucoup au sigle que les escadrons de la mort du Salvador peignaient sur les portes de leurs victimes.

Thierry Deronne, Caracas, le 15 février 2019

Notes : 

(1) « El envío de productos desde EE.UU. a Venezuela: ¿Es « ayuda » o « amenaza humanitaria »? »https://actualidad.rt.com/actualidad/305389-ayuda-humanitaria-eeuu-guaido-maduro-venezuela

(2) « Il n’y a pas de crise humanitaire au Venezuela » explique l’expert de l’ONU », https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/12/05/il-ny-a-pas-de-crise-humanitaire-au-venezuela-explique-lexpert-independant-nomme-par-lonu/

(3) « Le Monde lâché par la BBC: Stephen Sackur démasque la droite vénézuélienne et ses rêves de coup d’Etat« , https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/05/25/le-monde-lache-par-la-bbc-la-droite-venezuelienne-revele-son-objectif-dun-coup-detat/

(4) « Venezuela : qui reconnaît qui ?« , https://venezuelainfos.wordpress.com/2019/02/08/venezuela-qui-reconnait-qui/

URL de cet article: https://wp.me/p2ahp2-4uD

Le paramilitarisme colombien profite de « la paix » pour se déployer à la frontière avec le Venezuela

paracos_fronteraLa reconfiguration du champ politique et du territoire colombiens suite aux accords de paix signés avec les FARC a donné lieu à une nette progression du paramilitarisme dans tout le pays voisin, principalement dans les régions de production intensive de coca et à la frontière avec le Venezuela.

Par Mision Verdad, novembre 2017

La para-économie colombienne, qui parasite massivement l’économie du Venezuela, s’étend sur un territoire  principalement situé à la frontière binationale dont Cúcuta constitue l’épicentre. Les autorités colombiennes se sont déclarées « impuissantes » à stopper ce trafic qui, s’aidant de certaines astuces juridiques pour légaliser les marchés parallèles, fortifie le néo-libéralisme colombien grâce aux subventions du socialisme bolivarien.

Le Département du Nord de Santander, dont la capitale est Cúcuta et dont le gouverneur appartient au parti du président Juan Manuel Santos, compte parmi les trois Etats présentant le plus grand nombre de “cultures illicites”. Depuis l’an dernier déjà, lors de l’instauration d’un cessez-le-feu unilatéral par les FARC, des conflits entre bandes paramilitaires ont été signalées dans ce département, surtout dans la zone urbaine de Cúcuta où la lutte entre des groupes paramilitaires comme « Los Rastrojos » et le Cartel du Golfe pour le contrôle des routes de contrebande s’intensifiait.

Même si la propagande médiatique évoque un soi-disant combat des forces de sécurité colombiennes contre ces groupes criminels, qui se font de plus en plus puissants dans la région, il est indubitable que le paramilitarisme se développe et se renforce en Colombie. Après la démobilisation des FARC, les forces armées colombienne se sont focalisées sur ce qu’elles appellent le post-conflit et sur le contrôle d’une dénommée « structure de menaces permanentes » (SAP) qui, selon les autorités, serait formé de dissidents des FARC et de l’ELN n’ayant pas négocié la « paix » avec le gouvernement ainsi que de bandes paramilitaires.

Reconfiguration du narco-Etat colombien

Cependant, l’alliance entre les forces armées colombiennes et les différents groupes paramilitaires existant dans ce pays est telle que dans la mesure où les FARC ont été évacuées de leurs territoires, les corps de sécurité de l’Etat colombien s’assurèrent que ces espaces soient réoccupés par ces mêmes bandes criminelles, consolidant ainsi le narco-Etat en toute « légalité ». Derrière cette nouvelle reconfiguration se cache le contrôle exercé par les cartels de la drogue mexicains et états-uniens sur les mafias colombiennes. C’est un problème d’une telle ampleur que le mieux que puisse faire le président Santos est de regarder ailleurs et d’attaquer le Venezuela.

La lutte pour le contrôle de l’intégralité du territoire colombien est une réalité tangible dans le cadre d’une guerre qui se poursuit malgré les accords signés avec les FARC, car, comme on pouvait s’y attendre, la démobilisation de la plus importante des guérillas sert davantage la consolidation du narco-Etat et la soumission aux projets des Etats-Unis qu’à l’établissement d’une véritable paix. Les matrices d’opinion répandues par les médias tentent d’imposer l’idée que le Venezuela est le théâtre d’opérations de cette lutte entre groupes paramilitaires, cherchant implicitement à légitimer le bellicisme du gouvernement de Juan Manuel Santos envers le processus bolivarien.

La débâcle et les fortes divisions internes de l’opposition vénézuélienne et le relâchement partiel des tensions politiques ont entraîné le besoin d’amplifier les voyages à l’étranger et les effets d’annonce (“Prix Sakharov” décerné par la droite du parlement européen à la droite vénézuélienne, World Tour de Luisa Ortega, etc…) pour pallier cette faiblesse électorale, mais aussi de multiplier les manœuvres contre la souveraineté du Venezuela, comme la contrebande de billets de banque, d’essence et d’autres produits d’origine vénézuélienne, l’offensive contre le bolivar et l’augmentation du narcotrafic. Le président Maduro a fait le lien entre le président Juan Manuel Santos et la progression de ces mafias dans la zone frontalière.

Les médias colombiens tirent à boulets rouges sur le Venezuela

La presse colombienne – un oligopole privé aux mains de l’élite économique au pouvoir – veut imposer le storytelling selon lequel les groupes paramilitaires colombiens trouvent plus sûr de se disputer le pouvoir du côté vénézuélien de la frontière plutôt que du leur, en raison du contrôle qu’y exercent les forces armées de Colombie et parce que le Venezuela serait le premier intéressé par la contrebande de ses produits d’extraction, qu’il organise lui-même ou qu’il introduit en Colombie.

Les médias colombiens martèlent que le Venezuela ouvre ses routes  au narcotrafic depuis la Colombie, principal producteur de drogue au monde, jusqu’à la mer des Caraïbes. Dans ce renversement du responsable et de la victime, les médias de Bogota accusent les Forces Armées Nationales Bolivariennes (FNAB) de disculper son propre appareil militaire et les nombreux parapolitiques qui occupent les gouvernements et les mairies de départements frontaliers comme le Nord de Santander.

Les paramilitaires colombiens veulent élargir la frontière à leur guise

Les incohérences sautent aux yeux. Un exemple : « El Tiempo »  (média colombien appartenant à la famille Santos) a décrit brièvement les  affrontements qui eurent lieu en mai dernier du côté vénézuélien de la frontière, les morts et les blessés ayant été évacués vers des hôpitaux de Cúcuta sans aucune procédure de transfert ou de déportation.

Ces actions de propagande combinées à la simulation « d’attaques armées  » de l’armée bolivarienne en territoire colombien tentent d’établir une base de légitimité politique dont  Juan Manuel Santos pourrait se servir à moyen terme pour se présenter comme un « gouvernement agressé » devant se défendre face au Venezuela.

Infiltration paramilitaire en territoire vénézuélien

La défaite politique de la droite que représente l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) a donc renvoyé la balle dans le camp international, les affrontements de plus en plus fréquents entre les forces armées bolivariennes et des bandes criminelles comme celle de « Los Rastrojos »  indiquent une augmentation des incursions paramilitaires sur le territoire vénézuélien lui-même.

Les 120 jours de violence qui secouèrent le Venezuela à la mi-2017 avec un solde de près de 100 morts (imputés par les médias internationaux au gouvernement Maduro), ainsi que les sabotages et les actions de guerre urbaine dans les Etats frontaliers (à Táchira et Mérida surtout) trouvèrent dans des bandes paramilitaires comme « Los Rastrojos » les hommes de mains indispensables.

Ce chapitre de la violence meurtrière heureusement stoppé depuis l’élection de la Constituante à la fin du mois de juillet, le paramilitarisme se reconstitue comme Terminator, de l’autre côté de la frontière : le « processus de paix »  génère une réactivation du paramilitarisme, une confrontation interne pour le contrôle territorial et économique et un déploiement d’activités économiques illégales qui servent à les financer dans la zone frontalière. Ces niches para-économiques sont liées à la contrebande de billets de banque et de marchandises – aliments, médicaments, etc. ainsi qu’à la manipulation du taux de change entre le peso et le bolivar qui non seulement facilite le blanchiment des capitaux du narcotrafic mais favorise aussi la hausse du dollar parallèle dont la « base de calcul », protégée légalement par l’Etat Colombien,  se trouve à Cúcuta.

Les liens qu’entretiennent ces bandes avec l’opposition vénézuélienne ont été dénoncés par le Président Nicolas Maduro; quant au groupe « Los Rastrojos », sa présence au Venezuela et sa participation à la contrebande de combustibles vénézuéliens et à d’autres trafics en rapport avec le dollar parallèle deviennent de plus en plus évidentes. Au cours des cinq dernières années, les arrestations au Venezuela de chefs de cette bande sont devenues fréquentes, preuve évidente de leur activité. L’une des plus importantes arrestations après celle de « Diego Rastrojos » en 2012 dans l’Etat de Bolivar, eut lieu en septembre dernier (voir “alias Commandant Camilo”voir “alias Commandant Camilo”) dans la ville dont est originaire la gouverneure du Táchira appartenant au parti d’opposition “Action Démocratique”, Laidy Gomez.

On se demande pourquoi le gouvernement colombien n’a pas manifesté sa reconnaissance légitime pour ces actions du Venezuela contre les paramilitaires, comme c’est l’usage en diplomatie bilatérale.

DN57NezW4AEI2em

En 2017, les fosses communes et les « faux positifs » de l’ère Uribe-Santos commencent à peine à émerger du silence médiatico-gouvernemental. Les réseaux paramilitaires qui ont, avec l’armée, perpétré ces violations massives des droits humains, sont aussi les formateurs, les fournisseurs en armes, en argent et en hommes de main des insurrections de la droite au Venezuela – que les médias nous présentent comme des « révoltes populaires contre la dictature de Maduro ».

cmgqop1weaa09x3

Le milliardaire Henrique Capriles Radonsky, un des leaders de la droite vénézuélienne, avec un des principaux articulateurs du réseau paramilitaire – l’ex-président colombien Alvaro Uribe.

uribe-lc3b3pez

Autre protégé d’Uribe, autre oligarque vénézuélien : Leopoldo Lopez. Jugé et emprisonné pour l’organisation de violences qui ont fait des dizaines de morts, ce leader de d’extrême droite serait selon les médias occidentaux détenu… « pour ses opinions » (sic). Pour plus de détails en photos sur ces « combattants de la démocratie », voir « Venezuela : la presse française lâchée par sa source ? », http://wp.me/p2ahp2-20J

Extension du champ de bataille dans la zone frontalière

Des massacres commis par l’Etat colombien à l’encontre de son propre peuple sont révélés quotidiennement. Une nouvelle fosse commune découverte à La Macarena (département du Meta) et contenant plus de 2000 cadavres, victimes présumées de l’opération « faux-positifs » menée par l’ex-président Alvaro Uribe avec le soutien de son ex-ministre de la Défense, Juan Manuel Santos, a secoué, une fois de plus, l’opinion publique il y a quelques semaines.

Alors que la Colombie vit une situation de précarisation sociale et que les forces de sécurité et les paramilitaires assassinent chaque semaine des leaders sociaux, politiques, des journalistes, des défenseurs des droits humains, des paysans, des indigènes, un rapport comme celui de la « Fondation Idées pour la Paix« , intitulé « Crime organisé et saboteurs armés en période de transition«  (dans lequel le Venezuela est cité plus de vingt fois), signale parmi les nombreuses sources de financement de ces bandes, le trafic d’essence, de bétail et d’aliments du Venezuela vers la Colombie en règle générale. On cherche aussi à répandre la fausse idée selon laquelle le gouvernement de Santos prépare le chemin de la paix en Colombie, faisant abstraction du rôle fondamental joué par le Gouvernement Vénézuélien dans ces accords. Ce rapport rejette la faute d’un éventuel échec de ce qu’il appelle la « transition » sur le Venezuela.

Il dénonce le renforcement de la bande « Los Rastrojos » sur le territoire vénézuélien et le met au compte de la « grave détérioration de la situation sécuritaire au Venezuela, encore aggravé par l’existence d’une collusion criminelle à de nombreux niveaux du Gouvernement« . L’idée centrale dudit rapport  étant que « le développement de structures locales du crime organisé plus réduites, y compris celle des « Rastrojos » peut mettre en péril la transition vers le post-conflit en Colombie« .  En conclusion, il offre une argumentation très dangereuse qui pourrait bien justifier une ingérence plus forte du gouvernement de Santos dans les affaires intérieures du Venezuela et laisse entrevoir la possibilité d’autres « faux-positifs ».

Cette pratique des « faux-positifs » qui maintient le gouvernement vénézuélien  en état d’alerte, en particulier le Ministre de la Défense Vladimir Padrino Lopez. Les offensives économiques et monétaires dans la zone frontalière, ajoutées aux sanctions états-uniennes défendues par le gouvernement de Santos sur le plan diplomatique et à la réorganisation du paramilitarisme utilisé comme un instrument de guerre asymétrique démontrent que le vrai danger qui  menace actuellement ne provient pas de chez nous, mais bien de chez nos voisins.

Source : http://misionverdad.com/la-guerra-en-venezuela/paramilitarismo-colombiano-dispara-a-la-soberania-venezolana-en-la-frontera

Traduction : Frédérique Buhl

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-3SM

Désaccords de paix en Colombie, par Maurice Lemoine

protestatumaco

Une citoyenne colombienne proteste contre le massacre par la police d’une dizaine de paysans dans la zone rurale de Tumaco, le 5 octobre 2017.

Comprendre le Venezuela passe forcément par comprendre la Colombie. Vus comme deux faces d’une seule et même Nation par Simón Bolívar, les deux pays se sont souvent opposés depuis que son successeur à Bogota, Francisco de Paula Santander (1792-1840), signa un accord de commerce avec les États-Unis et demanda l’exclusion d’Haïti du Congrès de Panama par lequel le « Libertador » voulait ancrer l’unité de l’Amérique Latine. Deux siècles plus tard, la Colombie néo-libérale des Uribe et Santos a trouvé dans la contrebande massive de produits subventionnés par le socialisme vénézuélien un oxygène économique et un palliatif au chômage de dizaines de milliers de ses habitants. Sous l’impulsion de Hugo Chavez, fidèle au rêve unitaire de Bolivar, le Venezuela a accueilli et légalisé six millions de colombiens déplacés par la guerre, chassés de leurs terres, et leur a donné accès aux programmes sociaux mis en place par la révolution. Les autorités de Bogota ont reconnu les importants efforts des médiateurs de Caracas dans les négociations qui ont mené à la « paix » actuelle. Chavez le visionnaire avait compris l’importance, pour le futur du continent, d’ouvrir le jeu politique en Colombie, au-delà de l’élite primitive qui gouverne encore cette nation. Cette « paix » cependant est toute relative. Alors que les médias accusent faussement le Venezuela de violations massives des droits humains, la Colombie de Juan Manuel Santos perpétue (comme le Mexique) le massacre de défenseurs de ces droits, de journalistes, de militants sociaux et de citoyen(ne)s qui s’opposent à la mainmise des transnationales. Les paramilitaires colombiens, toujours très actifs sous la direction de l’ex-président Alvaro Uribe, ont également prêté main forte à la récente insurrection de la droite au Venezuela – dont les médias ont imputé systématiquement les victimes au « régime » de Nicolas Maduro…

Thierry Deronne, Caracas, 10 octobre 2017.

__________________________

Désaccords de paix en Colombie,

par Maurice Lemoine

Uribe-Snto

Le président Juan Manuel Santos, ex-ministre de la Défense d’Alvaro Uribe (à droite)

Il aura fallu plus d’un demi-siècle d’une guerre fratricide pour que, le 1er septembre 2017, l’impensable ait lieu : ce jour-là, c’est bien le numéro un des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie), Rodrigo Londoño Echeverri, alias Timoleón Jiménez ou « Timochenko », qui prononce un discours sur la Place Bolivar de Bogotá, haut lieu de la vie politique colombienne, à quelques mètres du palais présidentiel – la Casa de Nariño. Toutefois, ce n’est plus au nom de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie qu’il s’exprime devant mille deux cents ex-combattants et des milliers de personnes souvent émues jusqu’aux larmes, mais en tant que porte-parole de la Force alternative révolutionnaire du commun, le tout nouveau parti politique des désormais ex-insurgés.

Pour en arriver là, il a fallu quatre années de pourparlers à La Havane entre gouvernement et rebelles ; l’approbation unanime de l’Accord de paix par deux cents délégués de la guérilla, le 23 septembre 2016, lors de sa dixième et dernière Conférence (la première non clandestine), tenue dans les plaines du Yarí, au sud-ouest du pays ; la signature en grandes pompes de cet accord par le président Juan Manuel Santos et Timochenko, le 26 septembre 2016, à Cartagena ; censé l’entériner, un plébiscite voulu par le chef de l’Etat malgré les mises en garde et perdu, sous la pression du « camp de la guerre », d’une insidieuse campagne médiatique et d’une forte abstention, le 2 octobre suivant ; un nouvel accord négocié en catastrophe puis signé le 24 novembre, avant d’être adopté le 30 par le Congrès ; le regroupement pendant un semestre des plus de sept mille guérilleros dans vingt-six Zones transitoires de normalisation (ZVTN), avant leur passage à la vie civile ; une troisième et ultime phase de remise des armes des rebelles à la Mission des Nations unies, le 28 mars 2017.

« Les FARC se transforment en une nouvelle organisation exclusivement politique, qui exercera son activité par des moyens légaux », lance « Timochenko », devant les mille deux cents délégués réunis dans la capitale pour leur premier Congrès d’« anciens combattants », du 27 au 31 août dernier. « Nous continuerons à lutter pour un régime démocratique qui garantisse la paix dans la justice sociale. »

Très symptomatiques du changement d’époque, les délégués, jusque-là soumis et habitués à la discipline verticale d’une armée en campagne, sont pour la première fois appelés à voter pour prendre les décisions. La première n’a rien d’anodin : quel nom pour le futur mouvement ? Bienveillants ou hostiles, nombre des observateurs et analystes estiment que, porteur d’une charge très négative du fait du pourrissement d’un conflit transformé qui plus est en « une lutte du bien contre le mal absolu » par les médias de la classe dominante, le maintien du sigle « FARC » constituerait une erreur fatale. Dans la chaleur des délibérations menées par les intéressés, cette théorie fait long feu. Une très forte majorité convient de maintenir l’acronyme. En choisissant Force alternative révolutionnaire du commun, les « farianos » marquent leur fidélité à un passé et une histoire dont ils ne renient rien malgré ses zones d’ombre, à leur identité de groupe, à leur cohésion interne, à leurs convictions politiques, tout comme leur loyauté à l’égard des camaradas tombés en chemin.

Le débat se révélera plus âpre lorsqu’il s’agira de décider si l’organisation doit se définir comme « marxiste-léniniste » ou non – même si, à l’examen du dernier quart de siècle, ce fameux « marxisme-léninisme » des origines s’est révélé assez peu orthodoxe. Comme on le subodorait depuis la Dixième Conférence, c’est finalement la thèse de l’ouverture qui prévaut : le nouveau parti devra être une large plateforme au sein de laquelle pourront cohabiter diverses sensibilités progressistes – des libertaires (en théorie !) jusqu’aux bolivariens.

A l’heure d’élire la Direction nationale collégiale, cent onze bulletins rouges portent les noms avancés par l’état-major de la guérilla, cinquante-six (verts) ceux des candidats proposés par la base. Parmi les cent onze élus, figurent vingt-six femmes et dix civils, le plus grand nombre de voix revenant néanmoins, dans l’ordre, aux ex-comandantesIván Márquez (chef de la délégation à La Havane) et Pablo Catatumbo (membre du Secrétariat depuis la mort de Marulanda en 2008 [1]). La fonction de président du nouveau parti revient à « Timochenko ».

Tout est désormais théoriquement en place pour un retour à la normalité démocratique tant espérée. Sauf que, sur une échelle de un à dix, les préoccupations sur la pérennité du processus atteignent… le niveau douze ! Si en effet, de l’avis général, les FARC respectent scrupuleusement les termes des accords signés, nul ne peut faire le même constat s’agissant du pouvoir et de ses représentants.

Devenues Espaces territoriaux de formation et réincorporation le 15 août 2017, les Zones de transition, qui auraient dû être prêtes, organisées et aménagées par l’Etat, au plus tard le 1er janvier précédent, ne l’ont jamais été. Dépourvus des équipements et des commodités les plus élémentaires, à commencer souvent par l’eau et l’électricité, les ex-guérilleros y vivent toujours dans la plus totale précarité.

La catastrophe du plébiscite perdu a eu une conséquence très importante : contrairement à ce qui avait été négocié à l’origine, la mise en application de chaque point du nouvel accord nécessite désormais l’approbation parlementaire de lois et de réformes à la Constitution. Le mécanisme de fast-track imaginé par le pouvoir pour réduire la durée et l’ampleur des débats n’a de « voie rapide » que le nom. Ainsi, les juges menant de fait une sorte d’« opération escargot », la loi d’amnistie approuvée le 30 décembre 2016 par le Parlement n’est toujours pas totalement appliquée. Alors que les FARC ont communiqué au gouvernement une liste de 3406 de leurs combattants et miliciens incarcérés dans les établissements pénitentiaires, plus de 1000 sont toujours en prison ; 540 ont été transférés dans une Zone de normalisation (dont 140 seulement en liberté conditionnelle, le statut des autres demeurant incertain). Violant ouvertement la parole de l’Etat, un certain nombre de magistrats ont annoncé la couleur en affirmant qu’ils ne vont « ni libérer des terroristes ni faire des faveurs à la guérilla [2 ».

En juillet, 1500 rebelles emprisonnés ont dû se déclarer en « désobéissance civile » tandis que plusieurs dizaines d’entre eux entamaient une grève de la faim – accompagnée, à l’extérieur, en solidarité, par celle du commandante Jesús Santrich, signataire des accords de paix. Interrogé par le quotidien de Calí El País (17 juillet), celui-ci n’a pas cherché alors à cacher son exaspération : « Il y a eu une réunion à laquelle ont participé le ministère de la justice et quantité de fonctionnaires ; ils ont trouvé de supposés vides [juridiques] qu’ils sont censés combler en pondant un décret chargé d’expliquer le décret qui explique la loi qui a expliqué l’accord. Qu’ils le sortent s’ils veulent, mais, je le répète, c’est un problème de volonté politique parce que la loi d’amnistie est plus détaillée que l’Accord, c’est la plus détaillée du monde, et que le décret présidentiel est quasiment un mode d’emploi, de sorte que la solution doit venir de l’Etat. »

Inquiète de la tournure prise par les événements, la Mission des Nations unies chargée de contrôler la mise en application de l’Accord final avait lancé quatre jours auparavant un appel urgent à la résolution du problème. L’ONU n’étant jamais que l’ONU, pour sans véritable résultat.

Brandissant le spectre du « castro-chavisme » et de « l’impunité des crimes commis par les FARC », l’opposition d’extrême droite, emmenée par le Centre démocratique de l’ex-président Álvaro Uribe, exerce une énorme pression pour torpiller les accords et, plus que tout, la mise en place d’une Commission de la vérité et de la juridiction spéciale pour la paix (JSP). Chargée de sanctionner les coupables de crimes commis dans le cadre du conflit, cette dernière exaspère tout particulièrement car elle concerne certes les guérilleros, mais aussi les militaires, les agents de l’Etat, les acteurs économiques et les civils impliqués – par exemple dans le financement du paramilitarisme [3].

Le 13 mars, par soixante voix contre deux, après quatre débats et quatre sessions marathon, le Sénat a bien approuvé une réforme constitutionnelle créant le système judiciaire ad hoc de la JSP, mais il est apparu très vite que le texte définitif modifiait substantiellement et unilatéralement des éléments de l’acte signé entre les FARC et le gouvernement. En ce sens, le Mouvement national des victimes des crimes d’Etat (Movice) souligne que la nouvelle mouture restreint la possibilité d’enquêter sur le financement du paramilitarisme et de le sanctionner, qu’elle limite la participation des victimes à la recherche de la vérité et, sous la pression de la hiérarchie militaire, élude la responsabilité de la chaîne de commandement : en tant que responsables matériels des délits, seuls les soldats seront jugés et sanctionnés, « alors que les plus grands responsables, civils et hauts gradés militaires pourront jouir d’une impunité totale pour les crimes commis sous leurs ordres [4] ».

A la contestation de ces modifications arbitrairement imposées par le Congrès, d’aucun arguent de la séparation des pouvoirs. « Nous avons négocié à La Havane avec le gouvernement, ce qui implique qu’il l’a fait au nom de l’Etat, répond Iván Márquez. Ce qui doit suivre est donc une coordination harmonieuse des pouvoirs pour qu’il ne soit pas attenté à l’esprit de ce qui a été signé. Seulement, tout le monde a mis sa main dans les accords, plus pour le pire que pour le meilleur : non seulement quelques congressistes qui arrivent avec des idées nocives de dernière heure, mais aussi des magistrats, des représentants de l’exécutif et le procureur général de la République[Nestor Humberto Martínez] [5] qui, par exemple, n’a pas permis la mise en place de l’Unité spéciale de lutte contre le paramilitarisme, prévue dans le point 74 de la JSP. »

Le 6 septembre, dans un autre registre, la Cour constitutionnelle a suspendu la décision qu’elle devait prendre sur un point capital : la « sécurité juridique » des accords de paix. Ratifié par l’« acte législatif n° 2 » du 11 mai 2017, celui-ci prévoit que – nul ne pouvant écarter l’éventualité du retour d’un « faucon » à la Casa de Nariño –, durant les trois prochains mandats présidentiels, les futurs gouvernements et les différentes institutions auront l’obligation de respecter « les contenus et les principes »de ce qui a été signé entre les insurgés et l’Etat. Un recours de Marta Lucía Ramírez, ex-ministre de la défense d’Uribe, récusant deux magistrats de la Cour qu’elle accuse d’« avoir participé à l’élaboration des accords » – un crime, après cinquante ans de conflit et plus de 200 000 morts ! – en a bloqué l’éventuelle approbation [6]. Ajoutant à l’incertitude…

Car à cette absence de « blindage juridique » s’ajoute une autre insécurité – mortifère celle-là.

Depuis le 30 novembre 2016, cinq ex-combattants, neuf miliciens et onze parents d’anciens membres de la guérilla ont été assassinés. Aucun de ces vingt-cinq crimes n’a été éclairci par le ministère public. Sachant que n’avoir jamais pris les armes ne protège pas plus des sicarios. Le 22 août dernier, Andrés Mauricio Ramos, coordinateur de la commission internationale de la plateforme politique Marche patriotique (MP), recevait par courrier électronique un message titré « Un petit salut aux communistes guérilleros » : « Les communistes qui dans les prochains jours formeront un nouveau parti ont leurs jours comptés ; nous suivons tous leurs pas et savons ce qu’ils font (…) Qu’ils ne croient pas qu’ils vont arriver au pouvoir parce qu’on va les éliminer avec du plomb. »

D’après le très officiel Défenseur du peuple Carlos Alfonso Negret Mosquera, entre le 1er janvier 2016 et le 1er mars 2017, cent cinquante-six dirigeants de mouvements sociaux ou populaires ont été exécutés, trente-trois ont été victimes d’attentats, cinq ont « disparu » [7]. D’après la MP, sur une période quelque peu différente, de janvier à août 2017, au rythme de quasiment un tous les deux jours, ce sont cent un activistas qui ont été tués ; cent quatre-vingt-quatorze ont été menacés [8]. Un bilan désastreux si l’on ajoute que, depuis sa naissance le 21 avril 2012 à la fin novembre 2016, la MP avait déjà enterré cent vingt-trois de ses militants.

Même si comparaison n’est pas raison, le spectre du massacre de l’Union patriotique (UP) et de ses quatre mille morts dans la seconde moitié des années 1980, ou de l’assassinat du dirigeant de la guérilla du M-19 Carlos Pizaro, le 26 avril 1990, quelques semaines après avoir déposé les armes, plane sur cette supposée transition.

Dans les campagnes, des bandes criminelles occupent les zones dans lesquelles les FARC, autrefois très présentes, pouvaient compter sur une base sociale et jouaient à certains égards le rôle de l’Etat. Résidus de la pseudo démobilisation paramilitaire montée en 2005 par le président Uribe, ces groupes –Autodefensas Gaitanistas de Colombia ou Clan del Golfo (autrefois appelé Urabeños ou Clan Úsuga), Los Pelusos, le Bloque Meta et le Bloque libertadores del Vichada, Los Rastrojos, las Águilas Negras, le Clan Isaza, etc. – se battent entre eux pour contrôler les cours d’eau et les voies de communication, les ressources naturelles, de l’or au bois en passant par la coca. Baignant jusqu’au cou dans le narcotrafic, elles n’en conservent pas moins leur idéologie « contre-insurrectionnelle », ennemie de tout mouvement social organisé, et recourent comme auparavant à la terreur pour établir leur domination sur la population.

Exemple emblématique : une fois de plus, le 2 octobre, la Communauté de paix de San José de Apartadó (Antioquia) [9] a dû lancer un appel au secours en direction de la « communauté internationale », harcelée qu’elle est par les Autodefensas Gaitanistas de Colombia, sans que la proche XVIIe Brigade militaire ou le lointain Etat ne lèvent le petit doigt. Il est vrai que, loin de combattre cette plaie mortifère, le ministre de la défense Luis Carlos Villegas s’en tient à la déclaration qu’il a fait le 11 janvier : « Il n’y a plus de paramilitarisme. Prétendre qu’il y en a signifierait offrir une reconnaissance politique à quelques bandits qui se livrent à la délinquance commune et organisée. »Comme lui et contre toute évidence, les relais du pouvoir continuent d’affirmer que les crimes commis contre les leaders sociaux n’ont rien de systématiques et que leurs auteurs, dépourvus de mobiles politiques, n’ont pour seul motif que s’enrichir et trafiquer. Quant au ministère public, on l’a vu, il s’est contenté jusqu’à présent d’entraver la mise en place et le fonctionnement de l’Unité spéciale pour le démantèlement du paramilitarisme.

D’avancées espérées en grandes reculades, les accords de La Havane perdent donc peu à peu de leur substance. D’après eux, seize Circonscriptions spéciales transitoires de paix (représentant cent soixante-sept municipios particulièrement affectés par le conflit) devraient élire des représentants issus des organisations sociales au Congrès, pour deux périodes législatives : 2018-2022 et 2022-2026. Là encore, les obstacles s’accumulent. Evoquant ce droit accordé aux victimes et aux organisations populaires d’avoir pour la première fois une représentation dans la vie politique, le sénateur du Pôle démocratique (centre gauche) Iván Cepeda dénonce : « L’approbation de ce projet législatif n’intéresse pas les mafias politiques » qui prétendent « défigurer ou faire traîner les procédures administratives pour qu’elles ne puissent pas entrer en vigueur lors des prochaines élections [du 11 mars 2018] [10].  »

D’après un recensement mené par l’Université nationale, 66 % des 10 015 ex-guérilleros et miliciens des FARC ont une origine rurale et au moins 80 % souhaitent se reconvertir dans une activité agricole. Si certains d’entre eux envisagent un retour individuel à la vie civile, la majorité souhaite une démobilisation collective en lien avec les communautés paysannes dont elle partage la vie depuis des décennies. Permise par le décret-loi 902 qu’a signé le président Santos le 31 mai 2017, la création d’un Fonds national des terres n’en tourne pas moins le dos a ce qui a été convenu à La Havane pour faciliter la mise en œuvre d’une Réforme rurale intégrale (point 1 de l’agenda). Sous la pression du cercle très peu sélect et souvent mafieux des éleveurs et grands propriétaires terriens, la renégociation hâtive des accords après le « non » au plébiscite a entériné le fait que ce Fonds ne peut en aucun cas affecter la propriété privée (légale ou, très souvent, acquise par les assassinats et les déplacements forcés). Destinant théoriquement trois millions d’hectares aux paysans sans terre, aux victimes rurales du conflit et aux populations déplacées, il ne prend pas en compte les guérilleros démobilisés. Qui iront où ?

Lorsque les FARC remettent au pouvoir l’état de leur patrimoine – biens mobiliers, véhicules, exploitations agricoles (fincas), têtes de bétail, argent en liquide, etc. – établi à 276 millions d’euros et destiné à la réparation des victimes, leurs contempteurs grimpent dans les rideaux [11]. Au fil des années, les fantasmes les plus fous ont attribué aux insurgés un trésor de plusieurs milliards de dollars, fruit de l’exploitation minière illégale, de l’extorsion, des enlèvements et du narcotrafic, dissimulé dans d’innombrables caches au fond d’insondables forets ! Aux ex-rebelles qui annoncent 240 000 hectares de terre et 606 fincas, le tout estimé à 126 millions d’euros, le procureur général Martínez rétorque très sérieusement : « Ces propriétés devraient être identifiées par leur numéro d’enregistrement. » Devant une telle absurdité, lecommandante Pastor Alape doit répliquer : « Nous n’étions pas une personne juridique, mais une organisation hors-la-loi ! » Conseiller juridique espagnol des FARC, l’espagnol Enrique Santiago précisera : « Les fincas en leur possession l’étaient du fait de leur domination territoriale, comment auraient-ils pu les enregistrer ? »

A la lecture de la revue britannique The Economist qui, en avril 2016, évaluait la fortune de l’organisation armée à 10 milliards de dollars, même le président Santos devra soupirer : « Malgré l’appui des services de renseignements étrangers, nous n’avons pas détecté ces sommes fabuleuses dont on dit qu’elles appartiennent aux FARC [12].  » Il en faudrait évidemment plus pour émouvoir le procureur Martínez pour qui la liste des biens remise par la guérilla est « inutile et déplacée ». Une crainte majeure l’habite, qu’il a clairement exprimée : que ces sommes « dissimulées » soient utilisées pour la réincorporation économique et sociale des guérilleros et, encore pire, pour financer le Centre de pensée et de formation politique du nouveau parti.

Une autre crainte, plus sérieuse, surgit : celle d’une chasse aux sorcières lancée contre les paysans possédant des propriétés, enregistrées ou non par le cadastre, dans les ex-zones d’influence de la guérilla. En faisant d’eux de supposés prête-noms des FARC, on justifierait la thèse les fameux « milliards de dollars », mais aussi et surtout, on pourrait les dépouiller [13].

Tant de traquenards politiques ont forcément des conséquences. Le 22 septembre, dans une lettre ouverte à la Mission de vérification de l’ONU, « Timochenko » a tiré la sonnette d’alarme, expliquant entre autres choses que les mesures prises par le gouvernement tendent « à dévertébrer et détruire l’unité de ceux qui se trouvent dans les zones de réincorporation ».

Depuis que les paramilitaires des Autodéfenses unies de Colombie (AUC) se sont démobilisés, il y a une décennie, on estime que 20 % d’entre eux ont repris les armes. Politiquement très structurées, caractérisées par une forte cohésion interne et des combattants-militants très disciplinés, les FARC ne présentent pas le même profil que les « paracos ». Toutefois, le pouvoir aurait tort de trop jouer avec le feu.

Si, lors de leur signature, l’ensemble de cette troupe essentiellement paysanne (et très féminisée) a plébiscités les accords, aucune victoire militaire n’étant envisageable à court, moyen ou même long terme, quelques voix ne s’en sont pas moins fait entendre pour exprimer leur réprobation. Dans un texte non signé, mais raisonnablement crédible, un ex-militant urbain du Parti communiste colombien clandestin (PCCC, excroissance politique des FARC), après la remise des dernières armes et à la veille de la Xe Conférence, expliquait, « avec rage, mais sans rancœur », sa dissension : « Je ne suis pas un dissident, je suis un communiste convaincu (…) Avec cet accord, on ne touchera pas un cheveu du modèle économique, ni des traités, ni de la politique économique, ni de la doctrine militaire contre-insurrectionnelle de l’Etat, ni au fait que la promesse de réforme rurale soit si pauvre (…) Une autre preuve [de l’échec, voire de la trahison de la direction] est que le processus a continué quand, après le “non” à Santos lors du plébiscite, la bourgeoisie, d’une seule voix, a exigé la renégociation. Une autre preuve a été qu’on a effectivement renégocié des points très sensibles pour faire plaisir à l’uribisme et à un christianisme récalcitrant, ce qui a été une véritable humiliation qu’une armée non défaite n’aurait jamais accepté. Une preuve de plus est qu’il y a eu une concentration [des guérilleros] et un désarmement total alors qu’on ne fait toujours rien pour démonter le paramilitarisme, quand tout l’accord renégocié demeure entre les mains d’un Congrès qui va le détricoter point par point avant de l’approuver [14]. »

Fin 2016, lorsque cinq cadres intermédiaires de la guérilla – Gentil Duarte (membre, un temps, de la délégation de paix de La Havane), John Cuarenta, Euclides Mora, Giovanny Chuspas et Julián Chollo – annoncèrent leur décision de ne pas rejoindre les zones de regroupement, la direction des FARC les qualifia de « groupe d’insensés qui, méconnaissant le désir de paix de l’immense majorité de notre peuple, se lancent dans le précipice de l’ambition personnelle ». Spectaculaire, car impliquant des commandants d’origine paysanne qui affichaient plusieurs décennies de présence dans la guérilla et jouissaient de la confiance du Secrétariat, cette désertion n’inquiéta pas outre mesure, dans un premier temps. Tout processus de démobilisation de ce type, en quelque région du monde que ce soit, voit entrer en dissidence de l’ordre de 5 % des combattants.

On estime raisonnablement à quatre cents le nombre des guérilleros et miliciens ayant refusé de se démobiliser (certains, sans s’appuyer sur des sources vérifiables, montant à sept cents [15]>). Ce dont on est sûr, c’est qu’il n’existe pas un seul modus operandi. Ainsi, si Tibú (Nord Santander) a connu des désertions individuelles d’ex-combattants s’évanouissant dans nature, purement et simplement, des membres du Front 40, dans le département du Meta, ont repris les armes ensemble, en unité constituée, après avoir abandonné un point de regroupement. Certains des réfractaires tournent délibérément le dos au processus de paix pour conserver le contrôle de l’économie illégale, à commencer par le narcotrafic. Pour nombre d’autres, le facteur « politique » demeure prédominant.

La situation demeure sous contrôle, mais pourrait ne pas le demeurer. Dû à l’incertitude que provoque le sabotage de la démobilisation, quand ce n’est pas le viol pur et simple des accords, le doute commence à habiter nombre d’ex-guérilleros. Dans les campements, des fissures apparaissent, des vents de division, de forts débats. Depuis Llano Grande (Antioquia), le commandant Omar Gadafi, un cadre intermédiaire, fait un constat inquiétant : « Tout ça est dans les limbes. Il y a une démotivation de toute la base fariana. Et on se demande quel est l’être machiavélique qui a construit toute cettevaina [16]. »Un jour ou l’autre, pour peu que la menace demeure et que la situation d’incertitude n’évolue pas, la tentation de regagner « la montagne » et de réincorporer les factions demeurées en activité peut se transformer en passage à l’acte. Surtout quand, de toute sa vie, on n’a connu « que » la guérilla.

Au-delà, comment cette situation chaotique pourrait-elle inciter l’Armée de libération nationale (ELN), qui actuellement négocie à Quito, à déposer les armes ? Dans un trait de réalisme tragique digne de Macondo, le commandant Santrich, lui-même signataire des accords, conseillait en juin aux commandants et guérilleros de l’ELN « de ne pas se montrer ingénus face à l’Etat [17]>  ».

Comme d’aucuns s’exclament parfois « mais, que fait la police ? », beaucoup s’interrogeront : mais que fait le prix Nobel de la paix ? N’y a-t-il pas tout juste un an, le 7 octobre, que la prestigieuse distinction a été attribuée au président Santos par une vingtaine de Norvégiens ? Des questions d’autant plus légitimes que, outre cette démobilisation qui bat de l’aile, le pays traverse une crise particulièrement aiguë.

Les partis traditionnels se décomposent. La justice est déshonorée : le 22 septembre, sa plus haute autorité, le président de la Cour suprême Francisco Ricaurte a été incarcéré, accusé de faire partie d’un réseau de prévarication. Outre d’autres juges, d’ex-députés et sénateurs, plusieurs gouverneurs, le scandale implique l’ancien procureur anticorruption Gustavo Moreno, dont les Etats-Unis réclament l’extradition pour… « blanchiment d’argent ».

Sur le plan social, le Sommet agraire, paysan, ethnique et populaire annonce de nouvelles mobilisations. Depuis 2013, après de nombreuses manifestations durement réprimées, des engagements ont été pris par le pouvoir, qui ne les a jamais respectés.« Il est évident que l’unique objectif du gouvernement est de signer des accords pour obtenir la démobilisation populaire et celle des insurgés, tout en approfondissant la mise en œuvre d’un modèle agroexportateur et extractiviste néolibéral », a réagi la plateforme le 19 septembre dernier.

Malheureusement pour la résolution des problèmes colombiens, Santos doit concentrer son énergie sur une priorité autrement plus importante : la situation du Venezuela. Dès la fin juin, il condamnait l’élection d’une Assemblée nationale constituante et réclamait (sans rire) la « libération des prisonniers politiques » dans le pays voisin. Le 13 août, lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion de la visite du vice-président des Etats-Unis Mike Pence à Bogotá, il déclarera : « Nous approuvons les mesures [sanctions économiques] qu’a pris le gouvernement nord-américain et nous appuierons d’éventuelles mesures supplémentaires (…) La pression sur le Venezuela doit se maintenir et s’accentuer. »

Certes, le chef de l’Etat colombien s’est publiquement prononcé contre l’intervention militaire agitée par Donald Trump, le docteur Folamour de Washington. Mais, alors que le conflit armé domestique est censé se terminer, il a annoncé une augmentation du budget militaire de 8 % (ainsi qu’une diminution de l’investissement social de 16 %), déployant dans le même temps trois mille hommes supplémentaires sur la frontière vénézuélienne – mille pour la Brigade de la Haute Guajira, deux mille pour la Brigade 30, à Cúcuta.

Après avoir proposé l’asile politique à l’ex-procureure générale vénézuélienne Luisa Ortega, pseudo « chaviste critique » destituée par l‘Assemblée constituante et très fortement suspectée de délits de corruption aussi graves que ceux pour lesquels le président de la Cour suprême colombienne Francisco Ricaurte est emprisonné, Santos joue sans complexe sa partition au sein du Groupe de Lima. Composée de douze pays [18], cette confrérie inféodée à Washington a réaffirmé le 18 août sa décision d’intensifier les consultations pour mettre en œuvre la Charte démocratique interaméricaine et sanctionner le Venezuela.

Autre grand ordonnateur de cette déstabilisation, le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), Luis Almagro, a nommé, avec l’aval de leurs pays respectifs, trois juristes argentin, costaricien et canadien pour enquêter (depuis Washington) et trouver des éléments permettant d’envoyer le gouvernement vénézuélien devant la Cour pénale internationale (CPI). Destinée à « balader » l’opinion publique internationale, la manœuvre ne manque pas de sel : après plusieurs années d’enquête, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, vient précisément d’envoyer un rapport détaillé au gouvernement colombien, lui demandant « un jugement sérieux et pénalement garanti » de vingt-neuf officiers supérieurs retraités ou en activité (dont l’actuel commandant en chef de l’armée, le général Juan Pablo Rodríguez) « impliqués dans les crimes contre des civils innocents, appelés “faux positifs” » – 1228 cas ayant provoqué 4497 morts à l’époque où le président de la République s’appelait Álvaro Uribe et le ministre de la Défense… Juan Manuel Santos.

En visite à Bogotá, la procureure Bensouda en est repartie très mécontente le 14 septembre, le procureur général Néstor Humberto Martínez ne lui ayant fourni aucune information concrète sur l’avancée des enquêtes et des mises en accusation. Peut-être pourrait-elle demander à Almagro de prendre l’affaire en main…

En tout cas, de ce « détail de l’Histoire » il n’a bien sûr pas été question lors du dîner offert par Donald Trump le 19 septembre, à New York, aux chefs de l’Etat colombien et panaméen Santos et Juan Carlos Varela, au président de facto brésilien Michel Temer et à la vice-présidente argentine Gabriela Michetti, pour discuter en petit comité des futures actions à entreprendre contre la « dictature socialiste », le « régime corrompu »de Nicolás Maduro. Toutefois, Washington sait jouer de la carotte et du bâton, même avec Santos, son fidèle allié. A la mi-septembre, Donald Trump a menacé de « décertifier » et donc sanctionner la Colombie en raison de « l’extraordinaire augmentation des cultures de coca et de production de la cocaïne ces trois dernières années ». Peu de temps auparavant, le sous-secrétaire d’Etat pour la sécurité et la lutte anti-narcotique, William Brownfield, avait expliqué devant une commission du Sénat américain : « Je crois personnellement que le gouvernement de la Colombie et son président, un homme que j’admire et respecte, et que, pendant dix années, j’ai considéré comme un ami, je crois que ces six dernières années, ils se sont concentrés d’une manière accablante (sic !) sur les négociations, sur les accords de paix [19].  »

Ce qui a suivi va de soi. Dans un entretien accordé au quotidien El Tiempo (24 septembre), l’ambassadeur des Etats-Unis à Bogotá, Kevin Whitaker, affirmait : « A mon avis, les FARC n’ont pas respecté les obligations précisées dans l’accord (…) Elles doivent fournir des informations sur le narcotrafic pour qu’il y ait des enquêtes. » Sans souci de l’incohérence, il précisa que son pays n’allait ni appuyer ni participer au financement de la substitution volontaire des cultures illicites convenue entre pouvoir et guérilla lors des pourparlers. Ajoutant que le nouveau parti politique demeurait sur la liste des… « organisations terroristes », malgré son désarmement, et que le traité d’extradition entre Washington et Bogota demeurait en vigueur, il n’exclut pas que la justice américaine puisse y avoir recours contre d’ex-guérilleros. Puis, ayant puissamment contribué à torpiller la confiance de ces derniers dans les accords, il se rendit, le 25, dans l’Arauca, sur la frontière vénézuélienne, pour visiter les militaires colombiens.

Quelques jours auparavant (le 12 septembre), devant le Comité de contrôle international des narcotiques, l’« expert » Douglas Farah attirait l’attention du Sénat des Etats-Unis sur le fait que « la principale structure de blanchiment de l’argent des FARC est PDVSA [la compagnie pétrolière nationale contrôlée par le gouvernement vénézuélien].  » Pour faire bonne mesure, il impliqua également dans ce trafic criminel les gouvernements (de gauche) du Salvador et du Nicaragua.

En 2018, les Colombiens désigneront les 268 membres du Parlement, au sein duquel l’accord de paix garantit dix sièges à la Force alternative révolutionnaire du commun. A partir de 2026, celle-ci devra se soumettre aux mêmes règles que les autres partis. Sera également élu l’an prochain le successeur du président Santos qui, après deux mandats, ne peut légalement se représenter.

Composée de quatre partis – le Parti de la U, Changement radical, le Parti conservateur et le Parti libéral – la coalition de gouvernement est profondément lézardée par l’ambition, la haine, la vengeance, la soif du pouvoir et les aspirations présidentielles de ses dirigeants ainsi que par la polarisation du pays face à la paix.

Dans l’orbite de l’ex-président Uribe et de son Centre démocratique, gravite un attelage particulièrement toxique – grands propriétaires, secteurs de l’agro-industrie, groupes économiques qu’accompagnent l’ex-procureur général Alejandro Ordóñez, son actuel homologue Nestor Humberto Martínez, l’ancien chef de l’Etat Andrés Pastrana, le récent vice-président (août 2014 – mars 2017) de Santos, Germán Vargas Lleras. Cet attelage des va-t-en guerre fait feu de tout bois.

Consciente de son image et de sa réputation négative à l’échelle nationale, la FARC joue le long terme et concentrera ses efforts sur les zones rurales et leurs mouvements sociaux. Pour l’heure, l’éventualité d’un candidat présidentiel ayant été écartée dès décembre par Rodrigo Londoño – « Timochenko » –, l’ex-guérilla marxiste appelle à « une grande convergence politique qui dépasse les frontières de la gauche » et espère trouver des alliés pour former un « gouvernement de transition ». De fait, seul un « vote utile » pourra mettre en échec les « faucons ».

La Colombie jouera donc très gros l’an prochain : de la période très incertaine du post-accords saura-t-elle passer définitivement à l’ère tant espérée du post-conflit ?

NOTES

[1] La guérilla comportait un état-major (soixante et un membres) et le Secrétariat, son organe exécutif (sept membres).

[2]  El País, Madrid, 11 juillet 2017.

[3] La JSP pourra condamner les justiciables à des peines alternatives à la prison, d’un maximum de huit années, s’ils disent toute la vérité sur les faits qui leur sont reprochés. En revanche, une incarcération pouvant aller jusqu’à vingt ans sanctionnera ceux dont on découvrira qu’ils ont tenté de cacher leurs actes.

[4]  Colombia Plural, Calí, 15 mars 2017.

[5] Elu par le Sénat à la tête d’un organisme autonome, le fiscal général est censé défendre les intérêts civils de l’Etat.

[6] Depuis la mairie de Bogotá où il assistait, le 18 mai 2016, à la présentation du livre de l’opposant vénézuélien Leopoldo López, Preso pero libre (Prisonnier, mais libre), en présence de son épouse Lilian Tontori, le responsable « Amérique latine » de l’organisation Human Right Watch, José Vivanco, considéré à tort comme un défenseur des droits humains, s’est lui aussi vivement opposé au « blindage juridique » des accords de paix.

[7]  Alba TV, Caracas, 12 août 2017.

[8]  Resumen Latinoamericano, Buenos Aires, 27 août 2017.

[9] Le 23 mars 1997, en se déclarant « communauté de paix », les paysans de San José de Apartadó ont annoncé s’organiser pour protéger leur territoire, ne collaborer avec aucun des acteurs du conflit, et ont réclamé le respect de leur neutralité. Depuis, plus de trois cents d’entre eux ont été tués ou déplacés de force.

[10] Macha patriótica, Bogotá, 13 septembre 2017.

[11] Causant un grand scandale dans la « bonne société », les FARC ont inclus dans leur patrimoine 3 753 kilomètres de chemins et voies de communication ouverts par leurs soins et estimés à 196 milliards de pesos.

[12]  RCN Noticias, Bogotá, 15 avril 2016.

[13] Lire sur Mémoire des luttes, « La finca des FARC : récit d’un enfumage » (21 novembre 2015)

[14]  Las 2 Orillas, 18 août 2017 : https://www.las2orillas.co/carta-abierta-al-secretariado-las-farc/

[15]  Razón Publica, Bogotá, 26 juin 2017.

[16] Expression colombienne omniprésente et difficilement traduisible – le truc, la chose, la situation, au sens très large. Pour un Colombien, comme pour un vénézuélien, tout est una vaina (prononcer vaïna).

[17]  Resumen Latinoamericano, 8 juin 2017.

[18] Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou.

[19]  El Espectador, Bogotá, 13 septembre 2017.

 

Source : http://www.medelu.org/Desaccords-de-paix-en-Colombie

Droits de l’homme : mensonges sur le Venezuela, silence complice pour le Mexique

Luis Alberto REYGADA

Ces derniers mois, les projecteurs de nos médias dominants au service de la pensée unique se sont braqués sur un pays qui tente, avec ses réussites et ses erreurs (mais qui n’en commet pas ?), de construire les bases d’une société différente au modèle néolibéral que nous impose le système capitaliste. Il s’agit évidemment du Venezuela, et si ce pays s’est retrouvé au centre de toutes les attentions, c’était dans le seul but d’attaquer le candidat de la « vraie gauche » française qui avait une possibilité de remporter l’élection présidentielle d’avril/mai dernier. Le Venezuela a été accusé à tort par les médias dominants de violation massive des droits de l’homme.

L’hypocrisie des chiens de garde médiatiques est une offense à l’intelligence et à la vérité, mais surtout une offense pour les populations qui elles sont réellement soumises à des violations de droits de l’homme dans d’autres pays. Le Mexique est un bon exemple. Allié historique des États-Unis, et se plaçant donc du bon côté de l’échiquier géostratégique, son peuple peut bien souffrir les pires situations que son gouvernement jouira toujours du silence complice auquel ont droit les « bons élèves ». François Hollande avait fait de ce pays l’invité d’honneur du 14 juillet, en 2015, et son armée avait pu défilé sur l’avenue des Champs Elysées, sans que cela ne choque grand monde. Macron perpétue cette relation privilégiée avec le président Enrique Peña Nieto, l’invitant à dîner à l’Elysée le 6 juillet dernier. Pourtant peu de français connaissent vraiment la situation que traverse ce pays, surtout du point de vue des droits de l’homme. Le texte suivant tente de faire le point sur ces questions. Il est important que nous sachions ce qui se cache derrière les autorités que le représentant de la France invite à dîner en notre nom. Surtout si l’on y trouve une mare de sang…

Quel bilan du mandat de Enrique Peña Nieto peut-on tirer dès aujourd’hui, à moins d’un an des prochaines élections présidentielles du Mexique qui se tiendront le 1er juillet 2018 ? S’il est vrai que la réforme du secteur énergétique – mettant fin au monopole d’Etat en permettant les investissements privés étrangers – lui a d’abord attiré la sympathie de la grande presse économique et des gouvernements liés aux multinationales du secteur, les répercussions positives promises tardent à se faire sentir auprès de la population [1]. Les derniers chiffres de la Commission économique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (Cepal) indiquent d’ailleurs que la pauvreté a augmenté ces dernières années, passant de 51,6% de la population en 2012 à 53,2% en 2014, soit l’équivalent de plus de 63 millions de mexicains [2].

De plus, les inégalités se renforcent : alors que le PIB augmente (moyenne annuelle de 2,1%), les salaires ne suivent pas au bas de la pyramide (baisse de 3,5% des revenus des ménages entre 2012 et 2014) tandis les fortunes s’envolent à son sommet. La croissance reste concentrée dans la partie supérieure de la distribution des revenus et l’organisation Oxfam attire l’attention sur le fait que la fortune des 4 premiers milliardaires mexicains représente 9,5% du PIB en 2015 contre 2% en 2002 [3]. Le panorama s’est assombri au fil du sexennat, au point que l’ancien ministre des affaires étrangères Jorge Castañeda en est venu à déclarer au Financial Times que le pays a basculé du « moment mexicain » au « désastre mexicain » [4].

Ces dernières années sont aussi marquées par les scandales d’enrichissement illicite. Alors qu’ils avaient été présentés par Peña Nieto comme des modèles de la relève générationnelle du « nouveau Parti révolutionnaire institutionnel, PRI », plusieurs gouverneurs ont été impliqués dans des affaires de détournement de fonds publics. Javier Duarte n’a pas pu terminer son mandat à la tête de l’Etat de Veracruz suite à une mise en examen ; il sera finalement arrêté au Guatemala (avril 2017). Ayant aussi tenté d’échapper à l’action de la justice, l’ancien gouverneur de Quintana Roo Roberto Borge s’est fait interpeller au Panama ; il était sur le point de sauter dans un avion à destination de Paris (juin 2017). Quant à Cesar Duarte, l’ancien cacique de Chihuahua, il reste à ce jour introuvable et est actuellement recherché par Interpol.

Au plus haut sommet du gouvernement, le bon exemple n’a pas été à l’ordre du jour. Le président a dû lui-même demander des excuses à la télévision après l’énorme indignation causée par « l’achat » par sa femme d’une luxueuse maison – estimée à près de 7 millions de dollars – construite par une entreprise ayant bénéficié d’importants contrats publics. En matière de corruption, le New York Times n’hésite plus à décrire un « niveau d’audace qui n’avait encore jamais été vu » auparavant dans le pays [5].

Des forfaitures qui ne surprennent plus les Mexicains, mais qui attisent néanmoins les tensions dans un climat de malaise social généralisé non exempt de risques d’explosion. C’est ce qu’a démontré la vague de pillages de ce début d’année, déclenchée suite à l’augmentation soudaine du prix de l’essence (+20,1 %), conséquence de la réforme énergétique antérieurement citée. Résultat : plus de mille magasins dévalisés, 1500 arrestations, 5 morts [6].

Malgré tout cela, le pire échec du retour du PRI au pouvoir aura été son incapacité à résoudre un autre problème, qui reste la principale préoccupation de la société : la violence.

En poursuivant la « guerre contre le narcotrafic » (instaurée par son prédécesseur Felipe Calderon fin 2006), alors qu’elle affichait des résultats très discutables, Peña Nieto a enlisé le pays dans un conflit au bilan désastreux. En effet, depuis le début de son mandat, la violence a provoqué plus de 100 000 morts, et la tendance toujours à la hausse du nombre d’homicides laisse présager que ce sexennat sera au final encore plus meurtrier que le précédent.

Mais c’est bien la population civile qui paye le prix fort de cette politique en se retrouvant prise au piège entre les membres des cartels et les forces de l’Etat (policiers ou militaires) : 310 000 déplacés internes depuis 2009 (plus de 23 000 l’année dernière), une situation que certains analystes n’hésitent pas à comparer à celle d’un conflit armé. Pire encore : à l’extrême insécurité sont venues se greffées disparitions forcées, exécutions extrajudiciaires, ainsi qu’une recrudescence des pratiques de torture. Des corps décapités ou même entièrement démembrés sont découverts toutes les semaines, tout comme des fosses communes. Si l’histoire tragique de l’enlèvement des 43 étudiants d’Ayotzinapa a été médiatisée (Lire sur Mémoire des luttes « Rendez-les-nous vivants ! », un livre incontournable sur les 43 d’Ayotzinapa), elle ne représente malheureusement qu’une goutte d’eau dans l’océan de désolation que vivent des milliers de familles mexicaines : le pays compte aujourd’hui 31 000 disparus (4 814 cas en 2016), au point que le Comité contre les disparitions forcées des Nations unies s’est alarmé du contexte de « disparitions généralisées » tout en pointant du doigt l’implication récurrente d’agents de l’Etat. Le dossier d’Ayotzinapa – toujours non élucidé – aura surtout servi à exposer au grand jour la collusion manifeste entre pouvoir politique et délinquance organisée existant dans certaines régions du territoire [7].

« Le Mexique est plongé dans une crise inédite de violence et de violations des droits de l’homme » observe Santiago Aguirre, vice-directeur du Centro ProDH, qui insiste sur la nécessité de prendre en compte « trois facteurs qui alimentent ce cycle : l’impunité [taux de 98%], la corruption [des études de la Banque mondiale estiment que la corruption politique et économique pourrait représenter 9% du PIB] et la macro-criminalité », une fusion du crime organisé et du pouvoir public [8].

Plusieurs organisations n’hésitent d’ailleurs plus à dénoncer le fait que durant la dernière décennie, des crimes de lèse humanité ont été commis à l’encontre de la population, « tant par les forces gouvernementales que par certains cartels du narcotrafic », agissant parfois en toute complicité. En effet, dans le rapport qu’elle a remis à la Cour pénale internationale, la Fédération internationale des droits de l’homme démontre que certaines régions subissent une violence qui serait causée par des politiques mises en place directement par certaines structures de l’Etat, en précisant que le pays traverse la pire situation du continent en matière de droits de l’homme [9].

ba595c445368be09250ab02ff6554a8a_XLDe ce fait, le Mexique occupe depuis 2014 la première place pour le nombre de plaintes pour violation des garanties individuelles présentées devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme. Parmi ces victimes se trouvent aussi des militants, des journalistes ou bien des défenseurs des droits de l’homme. En janvier dernier, Michel Forst, le rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme (mandaté par le Haut-Commissariat des Nations unies) a déploré l’existence d’une lourde tendance à la violence et à l’agression à leur encontre, tout en dénonçant le fait qu’ils soient parfois considérés par les autorités comme des « ennemis de l’Etat ».

D’ailleurs, le New York Times a récemment confirmé, dans une enquête publiée en juin dernier, que ces défenseurs des droits de l’homme se trouvaient effectivement dans le viseur des autorités. Celles-ci auraient en effet espionné des militants engagés dans des batailles judiciaires mettant en cause la responsabilité du gouvernement ainsi que des journalistes couvrant des dossiers politiquement sensibles (notamment des affaires de corruption), via des mouchards installés sur leurs téléphones portables. L’enquête signale que depuis 2011, au moins trois agences fédérales mexicaines ont dépensé près de 80 millions de dollars pour acheter des programmes d’espionnage de type « Pegasus », fabriqués par l’entreprise israélienne NSO Group, laquelle affirme ne vendre ses logiciels qu’à la condition qu’ils soient utilisés dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou le crime organisé [10].

Le fait que le gouvernement surveille des ONG et des journalistes dévoilant la corruption au lieu d’enquêter sur les responsables de celle-ci a provoqué un véritable scandale, dénoncé par plus de 200 organisations latino-américaines. Il a aussi contribué à ternir encore un peu plus le désolant panorama de la presse locale : 35 assassinats de journalistes recensés durant ces cinq dernières années par l’ONG Article 19, ainsi que 426 agressions subies par les professionnels de l’information en 2016 (dont 53% par des fonctionnaires). Avec ce palmarès, il n’est pas étonnant que le pays ait été considéré par Reporters sans frontières comme le troisième plus dangereux au monde pour exercer la profession, après la Syrie et l’Afghanistan.

Ainsi en est-il de de la situation au Mexique, terre de contrastes, où les plages paradisiaques côtoient des régions transformées en véritables enfers. Près d’un an avant la fin de son mandat et à la tête d’un bilan clairement accablant, ce qui peut surprendre, c’est que le président Enrique Peña Nieto échappe aussi facilement aux critiques de la « communauté internationale ».

Luis Alberto Reygada
Twitter : @la_reygada  

http://www.medelu.org/Mexique-le-bilan-accablant-de

NOTES :

[1] Lire John M. Ackerman, « Le Mexique privatise son pétrole », et Jean-François Boyer, « Echec et mat pour la gauche mexicaine », Le Monde diplomatique, mars 2014..

[2] Les chiffres du Conseil national d’évaluation de la politique de développement social sont plus réservés, avec 46,2% de la population en situation de pauvreté, soit 55,3 millions de personnes en 2014.

[3] Cf. « Desigualdad Extrema en México : Concentración del Poder Económico y Político », Oxfam México, 23 juin 2015..

[4] Jude Webber, « The ‘new Mexico’ goes up in flames », Financial Times, 14/11/2014.

[5] Lire Elisabeth Malkinapril, « Corruption at a Level of Audacity ‘Never Seen in Mexico’ », The New York Times, 19/04/2017.

[6] Frédéric Saliba « Le Mexique en crise après la hausse du prix de l’essence », Le Monde.

[7] Arrêtés par la police sur ordre d’un maire, les étudiants de l’Ecole Nnormale rurale d’Ayotzinapa (Etat de Guerrero) ont été remis par les forces de l’ordre à un cartel ; des doutes planent encore autour du rôle joué par l’armée, bien que diverses preuves semblent confirmer sa participation.

[8] Contacté par courriel. Le Centro ProDH est une organisation civile non-gouvernementale possédant un statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies ; elle promeut et défend les droits de l’hommes des populations les plus vulnérables du Mexique. www.centroprodh.org.mx/

[9] Manuel Hernandez Borbolla, « Buscan llevar a los Moreira ante la Corte Penal Internacional por crímenes de lesa humanidad en Coahuila », 07/07/2017, Huffington Post Mexique, et Gloria Leticia Diaz, « Los Moreira, denunciados ante la Corte Penal Internacional », Proceso, 08/07/2017.

[10] Azam Ahmed et Nicole Perloth « ‘Somos los nuevos enemigos del Estado’ : el espionaje a activistas y periodistas en México », The New York Times, 19/06/2017.

URL de cet article 32376
https://www.legrandsoir.info/droits-de-l-homme-mensonges-sur-le-venezuela-silence-complice-pour-le-mexique.html

Venezuela : l’indulgence de la presse française (et d’une partie de la gauche) pour la violence d’extrême droite

17 août 2017. Les violences de la droite semblent, pour l’heure, avoir pris fin grâce à la mobilisation démocratique venue essentiellement des secteurs populaires – 90 % de la population, indifférents ou exaspérés par trois mois d’une insurrection armée qui a causé la majorité des morts. Depuis l’élection d’une Assemblée Constituante, la droite se déchire sur les causes de son échec, tout en inscrivant ses candidats aux prochaines élections régionales d’octobre…

Je vis depuis 23 ans au Venezuela et jamais je n’ai observé un tel délire, un tel déni de réalité sur le Venezuela. 99 % de propagande martelée tous les jours par 99% des médias ont eu raison de l’esprit critique de 99% des citoyens occidentaux. Comment expliquer le paradoxe qui voit la gauche condamner la résurgence du néo-nazisme aux Etats-Unis mais appuyer en majorité l’extrême-droite raciste du Venezuela, et croire dur comme fer qu’il s’agit d' »une révolte populaire contre un régime répressif » ? La réponse est facile : alors que les médias ont dénoncé les exactions des néo-nazis aux Etats-Unis, ils ont transformé les terroristes vénézuéliens en « combattants de la liberté ». C’est aussi bête que ça. En 2017, plus que jamais, la gauche occidentale est coupée du monde et ne prend plus position en fonction d’un réel donné mais en fonction d’un champ médiatique devenu univoque. Claude Bailblé, professeur de cinéma : « Vu l’absence de source alternative on est supposé admettre les infos comme objectives, alors qu’elles sont scénarisées, répétées jour après jour. Comment démêler des images violentes (incompréhensibles) montées et commentées (de manière compréhensible) et qui font office de vérité, sans une connaissance exacte de la situation ? »

L’arnaque s’opère essentiellement en termes d’inversion. En ce qui concerne le Venezuela, la technique a été utilisée plusieurs fois. En avril 2002 par exemple, alors qu’un putsch du patronat et de militaires de droite avait renversé le président Chavez, les médias internationaux justifièrent le coup d’État en inversant l’ordre des images. Des secteurs populaires tentant de défendre le palais présidentiel avec des armes de fortune devinrent grâce à l’inversion chronologique du montage, des « assassins chavistes embusqués tirant sur une foule d’opposants désarmés ». C’était doublement faux : non seulement la manifestation ne se trouvait pas à cet endroit mais ces « assassins » résistaient aux tirs des snippers putschistes. Une manipulation restée dans les annales grâce au documentaire de Kim Bartley, récompensé par plusieurs prix internationaux,  : « La révolution ne sera pas télévisée » (voir l’explication de l’inversion du montage par la télévision à partir de la minute 25) :

La même gauche tombe aujourd’hui en majorité dans le piège d’une autre inversion médiatique : la mobilisation démocratique du 30 juillet – leçon de courage citoyen et de sagesse politique – qui a permis l’élection d’une assemblée constituante est transformée en « mise en place d’une dictature »… Bref, bienvenue et longue vie dans la Caverne de Platon tant que les médias resteront la propriété de grands groupes privés, donc opposés aux ruptures de l’ordre global. Nous publions ci-dessous une analyse détaillée de la propagande quotidienne en France, réalisée par le Site « Le vent se lève« , sous le titre : Venezuela : l’indulgence de la presse française pour la violence d’extrême-droite.

Thierry Deronne, Caracas, août 2017

59389c60c36188753c8b45b5

Lynchage du jeune afrodescendant Orlando Figuera, brûlé vif par les manifestants de droite au Venezuela.

Au Mexique, la prétendue guerre totale contre les cartels de drogue lancée en 2006 par le président Felipe Calderón et poursuivie par son successeur Enrique Peña Nieto aurait déjà fait entre 70 000 et 100 000 morts et disparus et le bilan macabre continue de s’alourdir. Cependant, la situation au Mexique ne fait pas les gros titres de la presse française ; c’est un autre pays latino-américain traversant une profonde crise économique, sociale et politique, qui retient l’attention des  médias de masse : le Venezuela.

Quel est le ressort de cet effet médiatique de miroir grossissant sur les convulsions vénézuéliennes et d’invisibilisation des autres pays latino-américains ? C’est qu’au-delà du parti pris atlantiste de la classe dominante française, le Venezuela est également instrumentalisé à des fins de politique intérieure. Autrement dit, avec le Venezuela, le camp néolibéral fait d’une pierre, deux coups : relayer l’agenda géopolitique de Washington qui n’exclue pas une intervention militaire et donner des uppercuts à la gauche de transformation sociale (FI et PCF), quitte à banaliser l’aile la plus radicale de la droite vénézuélienne qui est aujourd’hui en position de force au sein de la MUD, la large et composite coalition d’opposition au chavisme. Il ne s’agit pas de prétendre ici que les forces de l’ordre vénézuéliennes ne seraient responsables de rien, qu’Hugo Chávez  Frías et son successeur seraient irréprochables et n’auraient commis aucune erreur, notamment en matière de diversification économique ou de lutte contre l’inflation ou bien encore que le « chavisme » ne compterait pas, dans ses rangs, des éléments corrompus ou radicaux. Il s’agit de mettre en lumière que le parti pris médiatique majoritaire en faveur de l’opposition vénézuélienne, y compris de l’extrême-droite, répond à la volonté de marteler, ici comme là-bas, qu’il n’y a pas d’alternative au modèle néolibéral et à ses avatars, pour reprendre la formule consacrée et popularisée en son temps par Margaret Thatcher, fidèle soutien de l’ancien dictateur chilien, Augusto Pinochet.

Le Venezuela bolivarien, une pierre dans la chaussure des Etats-Unis d’Amérique

Hugo Chávez brandit un livre de Noam Chomsky à la tribune du siège des Nations-Unies en 2006

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chávez , devenu rapidement une figure mondiale de la lutte antiimpérialiste, les relations entre le Venezuela, qui dispose des premières réserves de pétrole brut au monde et les Etats-Unis d’Amérique, première puissance et plus grand consommateur de pétrole mondial, se sont notoirement détériorées. Il y a, d’ailleurs, une certaine continuité dans la politique agressive des Etats-Unis envers le Venezuela bolivarien entre les administrations Bush, Obama et Trump.  En avril 2002, le gouvernement Bush reconnait de facto le gouvernement Caldera, issu d’un putsch militaire contre Hugo Chávez  puis finit par se rétracter lorsque le coup d’état est mis en échec par un soulèvement populaire et une partie de l’armée restée fidèle au président démocratiquement élu. Du reste, le rôle des Etats-Unis d’Amérique dans ce coup d’état ne s’est pas limité à une simple reconnaissance du gouvernement putschiste. Dès lors, les relations ne cesseront plus de se détériorer entre les deux pays. En 2015, Barack Obama prend un décret qualifiant ni plus, ni moins, le Venezuela de « menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique extérieure des Etats-Unis ». Qui peut sérieusement croire que les troupes bolivariennes s’apprêtent à envahir le pays disposant du premier budget militaire au monde ? Ce décret ahurissant sera prolongé et est toujours en vigueur aujourd’hui. En décembre 2016, Donald Trump, nomme Rex Tillerson au poste de secrétaire d’état, un homme qui a eu de lourds contentieux avec le gouvernement vénézuélien lorsqu’il était PDG de la compagnie pétrolière Exxon Mobil. La nouvelle administration annonce rapidement la couleur en multipliant les déclarations hostiles à l’égard de Caracas et en prenant, en février 2017, des sanctions financières contre le vice-président vénézuélien Tarik El Aissami, accusé de trafic de drogue. Bien entendu, aucune preuve ne sera apportée quant au présumé trafic de drogue et les sanctions consistent en un gel de ses avoirs éventuels aux Etats-Unis sans que l’on sache s’il a effectivement des avoirs aux Etats-Unis, l’idée étant avant tout de décrédibiliser le dirigeant vénézuélien aux yeux de l’opinion publique vénézuélienne et internationale. Tout change pour que rien ne change. Les médias français se sont contentés de relayer la propagande américaine sans la questionner.

La droite réactionnaire vénézuélienne jugée respectable dans la presse française

Fait inquiétant : la frange la plus extrême et « golpiste » de la droite vénézuélienne semble avoir les faveurs de l’administration Trump. La veille de l’élection de l’assemblée nationale constituante, le vice-président Mike Pence a téléphoné à Leopoldo López, figure de cette frange radicale, pour le féliciter pour « son courage et sa défense de la démocratie vénézuélienne ». Lilian Tintori, l’épouse de López, accompagnée de Marco Rubio, un sénateur républicain partisan de la ligne dure et de l’ingérence contre Cuba et le Venezuela, avait été reçue à la Maison Blanche par Donald Trump, quelques mois plus tôt. Qui se ressemble, s’assemble. Pourtant, après avoir largement pris parti pour la campagne d’Hillary Clinton au profil bien plus rassurant que Donald Trump, la presse française dominante, y compris celle qui se réclame de la « gauche » sociale-démocrate (Libération, L’Obs), ne semble guère s’émouvoir, aujourd’hui, de cette internationale de la droite réactionnaire entre les Etats-Unis d’Amérique et le Venezuela. Nous avons pourtant connu notre presse dominante plus engagée contre l’extrême-droite comme, par exemple, lorsqu’il s’agissait de faire campagne pour Emmanuel Macron au nom du vote utile contre Marine Le Pen.

uribe-lc3b3pez

Le « héros » du « Monde » et du « Nouvel Obs » Leopoldo Lopez, avec son mentor – l’ex-président colombien Alvaro Uribe, organisateur du paramilitarisme, du trafic de drogue et responsable impuni de multiples crimes contre l’humanité.

Il faut dire que la presse dominante a mis beaucoup d’eau dans son vin en ce qui concerne ses critiques à l’encontre de Trump depuis qu’il est à la tête de l’Etat nord-américain, comme on a pu notamment le constater lors de sa visite officielle le 14 juillet dernier. De plus, notre presse entretient de longue date un flou bien plus artistique que journalistique sur la véritable nature politique d’une partie de l’opposition vénézuélienne voire sur l’opposition tout court. Ainsi dans un article du Monde, on peut lire que la « Table de l’Unité Démocratique » (MUD) est une « coalition d’opposants qui va de l’extrême-gauche à la droite ». S’il existe bien une extrême-gauche et un « chavisme critique » au Venezuela comme Marea Socialista ou le journal Aporrea, ce courant politique n’a jamais fait partie de la MUD qui est une coalition qui va d’Acción Democratica, le parti social-démocrate historique converti au néolibéralisme dans les décennies 80-90 à la droite extrême de Vente Venezuela de Maria Corina Machado et de Voluntad Popular de Leopoldo López.

En février 2014, L’Obs publie un portrait dithyrambique de Leopoldo López. Sous la plume de la journaliste Sarah Diffalah, on peut lire que « sur la forme, comme sur le fond, Leopoldo López est plutôt brillant », que c’est un « homme de terrain », « combattif », qu’il a une « hauteur intellectuelle certaine », qu’il « peut se targuer d’une solide connaissance dans le domaine économique », que « la résistance à l’oppression et la lutte pour l’égalité, il y est tombé dedans tout petit », qu’il est un « époux modèle », qu’il a une « belle allure » et qu’il est devenu « le héros de toute une frange de la population ». On y apprend également que Leopoldo López est « de centre-gauche » ! Henrique Capriles, un autre leader de l’opposition, serait ainsi « plus à droite que lui ». Pourtant, dans le dernier portrait que L’Obs consacre à Leopoldo López, on lit bien qu’il « présente l’aile la plus radicale de la coalition d’opposition » ! Leopoldo López n’a pourtant pas évolué idéologiquement depuis 2014… et L’Obs non plus. Cherchez l’erreur.

Le magazine américain Foreign Policy, peu suspect de sympathie pour le chavisme, a publié, en 2015, un article sur la fabrication médiatique du personnage de Leopoldo López intitulé « The making of Leopoldo López » qui dresse un portrait de l’homme bien moins élogieux que celui de L’Obs. L’article répertorie notamment tous les éléments qui prouvent que Leopoldo López, à l’époque maire de la localité huppée de Chacao (Caracas), a joué un rôle dans le coup d’état d’avril 2002 quand bien même, par la suite, la campagne médiatique lancée par ses troupes a prétendu le contraire. L’article rappelle également qu’il est issu de l’une des familles les plus élitaires du Venezuela. Adolescent, il a confié au journal étudiant de la Hun School de Princeton qu’il appartient « au 1% de gens privilégiés ». Sa mère est une des dirigeantes du Groupe Cisnero, un conglomérat médiatique international et son père, homme d’affaires et restaurateur, siège au comité de rédaction de El Nacional, quotidien vénézuélien de référence d’opposition.  Ce n’est pas franchement ce qu’on appelle un homme du peuple. Après ses études aux Etats-Unis – au Kenyon College puis à la Kennedy School of Government de l’université d’Harvard -, il rentre au Venezuela où il travaille pour la compagnie pétrolière nationale PDVSA. Une enquête conclura plus tard que López et sa mère, qui travaillait également au sein de PDVSA, ont détourné des fonds de l’entreprise pour financer le parti Primero Justicia au sein duquel il militait. L’Humanité rappelle ses liens anciens et privilégiés avec les cercles du pouvoir à Washington ; en 2002, il rencontre la famille Bush puis rend visite à l’International Republican Institute, qui fait partie de la NED (National Endowment for Democracy) qui a injecté des millions de dollars dans les groupes d’opposition tels que Primero Justicia.

A gauche, Leopoldo Lopez, flanqué de Maria Corina Machado (à sa droite) fait la promotion de la « salida » lors d’une conférence de presse. A droite, des « manifestants » prenant la fuite après avoir lancé des cocktails molotov.

En 2015, Leopoldo López est condamné par la justice vénézuélienne à 13 ans et neuf mois de prison pour commission de délits d’incendie volontaire, incitation au trouble à l’ordre public, atteintes à la propriété publique et association de malfaiteurs. Il est condamné par la justice de son pays pour son rôle d’instigateur de violences de rue en 2014, connues sous le nom de « guarimbas » (barricades), pendant la campagne de la « salida » (la sortie) qui visait à « sortir » Nicolás Maduro du pouvoir, élu démocratiquement un an auparavant. Ces violence se solderont par 43 morts au total dont la moitié a été causée par les actions des groupes de choc de l’opposition et dont 5 décès impliquent les forces de l’ordre, selon le site indépendant Venezuelanalysis. L’opposition, les Etats-Unis et ses plus proches alliés vont s’employer à dénoncer un procès politique et vont lancer une vaste campagne médiatique internationale pour demander la libération de celui qui est désormais, à leurs yeux, un prisonnier politique (#FreeLeopoldo). La presse française dominante embraye le pas et prend fait et cause pour Leopoldo López. Pour le Monde, il est tout bonnement le prisonnier politique numéro 1 au Venezuela.

L’université publique San Cristobal ravagée par les flammes en 2014 lors de la « salida »

Pourtant, à l’époque, la procureure générale Luisa Ortega Diaz, qui, depuis qu’elle critique le gouvernement Maduro, est devenue la nouvelle coqueluche des médias occidentaux et suscite désormais l’admiration de Paulo Paranagua du Monde qui loue son « indépendance »,  estimait que ces « manifestations » « [étaient] violentes, agressives et [mettaient] en danger la liberté de ceux qui n’y participent pas ». Paulo Paranagua parlait, quant à lui, de « manifestations d’étudiants et d’opposants [sous-entendues pacifiques, ndlr], durement réprimées » dans un portrait à la gloire de Maria Corina Machado, très proche alliée politique de Leopoldo López, présentée comme la « pasionaria de la contestation au Venezuela » comme l’indique le titre de l’article. Notons que si Luisa Ortega est aujourd’hui très critique du gouvernement Maduro, elle n’a, en revanche, pas changé d’avis sur la culpabilité de Leopoldo López et la nature des faits qui lui ont valu sa condamnation. Dans l’article de Sarah Diffalah de l’Obs, la stratégie insurrectionnelle de la « salida » est qualifiée de « franche confrontation au pouvoir » qui constitue néanmoins « une petite ombre au tableau » de López, non pas pour son caractère antidémocratique et violent mais parce qu’ elle a créé des remous au sein de la coalition d’opposition car, selon la journaliste, « certains goûtent moyennement à sa nouvelle médiatisation ». Et la journaliste de se demander s’il ne ferait pas « des jaloux  ». Cette explication psychologisante s’explique peut-être par le fait que Leopoldo López avait déclaré à L’Obs, de passage à Paris, qu’il entendait trouver des « luttes non-violentes, à la façon de Martin Luther King » et que Sarah Diffalah a bu ses paroles au lieu de faire son travail de journaliste.

Des opposants armés et violents dans les quartiers riches de Caracas repeints volontiers en combattants de la liberté et de la démocratie

Orlando Figuera, 21 ans, poignardé puis brûlé vif par des opposants qui le suspectaient d’être chaviste en raison de la couleur de sa peau

Le chiffre incontestable de plus de 120 morts depuis le mois d’avril, date à laquelle l’opposition radicale a renoué avec la stratégie insurrectionnelle, est largement relayé dans la presse hexagonale sauf que l’on oublie souvent de préciser  que « des candidats à la constituante et des militants chavistes ont été assassinés tandis que les forces de l’ordre ont enregistré nombre de morts et de blessés » comme le rappelle José Fort, ancien chef du service Monde de l’Humanité, sur son blog. Par exemple, la mort d’Orlando José Figuera, 21 ans, poignardé puis brûlé vif par des partisans de l’opposition qui le suspectaient d’être chaviste en raison de la couleur noire de sa peau, en marge d’une « manifestation » dans le quartier cossu d’Altamira (Caracas), n’a pas fait les gros titres en France. On dénombre plusieurs cas similaires dans le décompte des morts.

José Felix Pineda, un candidat chaviste à l’assemblée nationale constituante, tué par balle à son domicile, la veille du scrutin

Exemple typique de ce qui s’apparente à un mensonge par omission : dans un article de Libération, on peut lire que « ces nouvelles violences portent à plus de 120 morts le bilan de quatre mois de mobilisation pour réclamer le départ de Nicolás Maduro » sans qu’aucune précision ne soit apportée quant à la cause de ces morts. On lit tout de même plus loin qu’« entre samedi et dimanche, quatre personnes, dont deux adolescents et un militaire, sont mortes dans l’Etat de Tachira, trois hommes dans celui de Merida, un dans celui de Lara, un autre dans celui de Zulia et un dirigeant étudiant dans l’état de Sucre, selon un bilan officiel. » Le journaliste omet cependant de mentionner que parmi ces morts, il y a celle de José Félix Pineda, candidat chaviste à l’assemblée constituante, tué par balle à son domicile. La manipulation médiatique consiste en un raccourci qui insinue que toutes les morts seraient causées par un usage disproportionné et illégitime de la force par les gardes nationaux et les policiers, et qu’il y aurait donc, au Venezuela, une répression systématique, meurtrière et indistincte des manifestants anti-Maduro forcément pacifiques. L’information partielle devient partiale. L’article de Libération est en outre illustré par une photo de gardes nationaux, accompagnée de la légende « des policiers vénézuéliens affrontent des manifestants le 30 juillet 2017 ». Les images jouent en effet un rôle central dans la construction d’une matrice médiatique.

Les titres d’articles jouent également un rôle fondamental dans la propagation de la matrice médiatique « Maduro = dictateur vs manifestants = démocrates réprimés dans le sang ». Et Marianne de titrer sur « l’assemblée constituante, élue dans un bain de sang », faisant écho au titre d’une vidéo de 20 minutes « Venezuela : après l’élection dans le sang de l’Assemblée constituante, l’avenir du pays est incertain », au titre de l’article du Dauphiné « après le bain de sang, le dictateur Maduro jette ses opposants en prison », à celui de L’express « Maduro saigne le Venezuela » ou encore au titre d’un article du Monde « Au Venezuela, une assemblée constituante élue dans le sang », signé par Paulo Paranagua, le journaliste chargé du suivi de l’Amérique Latine du quotidien, particulièrement décrié pour sa couverture de l’actualité vénézuélienne. A cet égard, Thierry Deronne, un belge installé de longue date au Venezuela, a écrit et publié, cette année, sur son blog, un article décryptant le traitement pour le moins discutable du Venezuela par Le Monde et Maurice Lemoine, ancien rédacteur en chef du Monde Diplomatique, s’était fendu, en 2014, d’un courrier au médiateur du Monde à ce sujet.

Une guarimba et ses guarimberos. Pacifique ?

Au micro de la radio suisse RTS (07/07/2017), le même Maurice Lemoine s’insurge contre ces raccourcis médiatiques : « J’y suis allé pendant trois semaines [au Venezuela, ndlr]. Les manifestations de l’opposition sont extrêmement violentes, c’est-à-dire que vous avez une opposition qui défile de 10h du matin jusqu’à 1h de l’après-midi et, ensuite, elle est remplacée par des groupes de choc de l’extrême-droite avec des délinquants. […] Ils sont très équipés et c’est une violence qui n’a strictement rien à avoir avec les manifestations que nous avons ici en Europe. On vous dit « répression des manifestations au Venezuela, 90 morts ». C’est pas vrai ! C’est pas vrai ! […] En tant que journaliste, je m’insurge et je suis très en colère. Dans les 90 morts, vous avez 8 policiers et gardes nationaux qui ont été tués par balle. Vous avez, la semaine dernière, deux jeunes manifestants qui se sont fait péter avec des explosifs artisanaux. Vous avez des gens, des chavistes, qui essayent de passer une barricade et qui sont tués par balle, c’est-à-dire que la majorité des victimes ne sont pas des opposants tués par les forces de l’ordre et, y compris dans les cas – parce qu’il y en a eu – de grosses bavures et de manifestants qui sont victimes des forces de l’ordre, les gardes nationaux ou les policiers sont actuellement entre les mains de la justice. Il y a une présentation du phénomène qui, de mon point de vue de journaliste, est très manipulatrice. »

1er septembre 2016, la « toma de Caracas » de la MUD (en bas) contre la « marea roja por la paz » des chavistes (en haut)

En outre, la presse mainstream insiste lourdement sur la « polarisation politique », certes incontestable, au Venezuela pour mieux cacher une polarisation sociale à la base du conflit politique. Comme le souligne Christophe Ventura, chercheur à l’IRIS et spécialiste de l’Amérique Latine, dans une interview à L’Obs, « l’opposition peut se targuer d’avoir le soutien d’une partie de la population mais il ne s’agit sûrement pas du peuple « populaire ». Principalement, ce sont des classes moyennes, aisées, jusqu’à l’oligarchie locale tandis que le chavisme s’appuie sur des classes plus populaires, voire pauvres. En fait, le conflit politique qui se joue aujourd’hui cache une sorte de lutte des classes. L’opposition a donc un appui populaire en termes de population mais pas dans les classes populaires. » Les manifestations de l’opposition se concentrent, en effet, dans les localités cossues de l’est de la capitale (Chacao, Altamira) gouvernées par l’opposition tandis que les barrios populaires de l’ouest de la capitale restent calmes. La base sociale de l’opposition est un détail qui semble déranger la presse mainstream dans la construction du récit médiatique d’un peuple tout entier, d’un côté, dressé contre le « régime » de Nicolás Maduro et sa « bolibourgeoisie » qui le martyrise en retour, de l’autre côté. Ainsi, les manifestations pro-chavistes qui se déroulent d’ordinaire dans le centre de Caracas sont souvent invisibilisés dans les médias français. Le 1er septembre 2016, l’opposition avait appelé à une manifestation baptisée « la prise de Caracas » et les chavistes avaient organisé, le même jour, une contre-manifestation baptisée « marée rouge pour la paix ». Une journée de double-mobilisation donc. Le Monde titrera sur « la démonstration de force des opposants au président Maduro » en ne mentionnant qu’en toute fin d’article que les chavistes avaient organisé une manifestation le même jour qui « a réuni quelques milliers de personnes ». Ces quelques milliers de chavistes, n’auront pas le droit, eux, à une photo et une vidéo de leur manifestation… D’autant plus qu’ils étaient sans doute plus nombreux que ce que veut bien en dire le quotidien. Dans un article relatant une manifestation d’opposition de vénézuéliens installés à Madrid qui a eu lieu quelques jours plus tard,  Le Monde mentionne la « prise de Caracas » du 1er septembre mais réussit le tour de force de ne pas mentionner une seule fois la « marée rouge » chaviste. En réalité, les deux camps politiques avaient réuni beaucoup de monde, chacun de leur côté, illustrant ainsi la polarisation politique et sociale du Venezuela.

A gauche, des guarimberos trop souvent présentés dans notre presse comme des manifestants non violents. A droite, des militaires blessés par une explosion, le jour de l’élection pour la constituante. Une vidéo de l’attaque relayée par le Times : https://www.youtube.com/watch?v=_aZeqpD4ggM

Les photos des manifestations de l’opposition et des heurts avec les forces de l’ordre sont largement diffusées et les événements sont traités comme un tout indistinct alors que ces mobilisations d’opposition se déroulent en deux temps, comme l’explique Maurice Lemoine et que les manifestants pacifiques de la matinée ne sont pas les mêmes « manifestants » qui, encagoulés, casqués et armés, s’en prennent aux forces de l’ordre dans l’après-midi. Cet amalgame rappelle le traitement médiatique des mobilisations sociales contre la Loi Travail sauf que, dans le cas français, les médias de masse avaient pris fait et cause pour le gouvernement et les forces de l’ordre et avaient stigmatisé le mouvement social, en amalgamant manifestants et casseurs qui passeraient, soit dit en passant, pour des enfants de chœur à côté des groupes de choc de l’opposition vénézuélienne. Ce parti pris médiatique majoritaire s’explique sans doute parce qu’au Venezuela, le gouvernement est antilibéral et l’opposition est néolibérale, conservatrice voire réactionnaire tandis qu’en France, c’est précisément l’inverse. Sous couvert de dénoncer la violence, la presse de la classe dominante défend, en réalité, à Paris comme à Caracas, les intérêts de la classe dominante.

 Le Venezuela devient un sujet de politique intérieure en France

Un dessin du caricaturiste Plantu pour L’Express

Après avoir publié  une interview de Christophe Ventura en contradiction avec sa ligne éditoriale, certes relayée sur sa page Facebook à une heure creuse et tardive (lundi 31/07/2017 à 21h41) et sans véritable accroche, L’Obs renoue avec la stratégie d’instrumentalisation du dossier vénézuélien pour faire le procès de la gauche antilibérale française en relayant sur Facebook le surlendemain, cette fois-ci à une heure de pointe (18h30 pétantes), un article intitulé « Venezuela : La France Insoumise peine à expliquer sa position sur Maduro », agrémenté de la photo choc d’une accolade entre Hugo Chávez et Jean-Luc Mélenchon. Le texte introductif précise qu’un tweet a refait surface. Un tweet qui date de… 2013. Plutôt que d’informer les lecteurs sur la situation au Venezuela, la priorité semble donc être de mettre l’accent sur des enjeux purement intérieurs. Une avalanche d’articles dénonçant les « ambiguïtés » de la France Insoumise s’abat sur la presse hexagonale. Le Lab d’Europe 1 se demande « comment la France Insoumise justifie les positions pro-Maduro de Mélenchon ». A France Info, on semble avoir la réponse : « désinformation », situation « compliquée » : comment des députés de La France Insoumise analysent la crise vénézuélienne ».

L’hebdomadaire Marianne, quant à lui, parle des « positions équilibristes de la France Insoumise et du PCF ». LCI titre sur le « malaise de la France Insoumise au sujet de Maduro » puis publie une sorte de dossier sur « Jean-Luc Mélenchon et le régime chaviste : économie, Poutine, constituante, les points communs, les différences ». Une partie de la presse alternative et indépendante de gauche n’est pas en reste non plus, à l’instar de Mediapart qui se fait depuis plusieurs mois le relai médiatique en France du « chavisme critique », un courant politique qui participe depuis longtemps au débat d’idées au Venezuela et qui n’est pas dénué d’intérêt pour comprendre la réalité complexe du pays et de sa « révolution bolivarienne ». Ainsi, le journal d’Edwy Plenel, très modérément alternatif sur l’international et sur Mélenchon, en profite pour régler ses comptes avec la FI et le PCF en dénonçant leurs « pudeurs de gazelle pour le Venezuela ». Les députés insoumis sont sommés de s’expliquer à l’instar d’Eric Coquerel face aux journalistes d’Europe 1 qui ne lui ont posé presque que des questions sur le Venezuela alors qu’il ne s’agissait en aucun cas d’une émission spéciale sur le pays latino-américain. Ce déploiement médiatique ressemble furieusement à une injonction morale faite à la France Insoumise et à son chef de file dont on reproche avec insistance le silence sur le sujet, de condamner, bien entendu, ce « régime » honni et de souscrire au discours dominant. Les insoumis et les communistes français ne sont pas seuls au monde dans cette galère médiatique. Unidos Podemos, en Espagne, fait face au même procès médiatique depuis des années. Outre-Manche, c’est Jeremy Corbyn et ses camarades qui sont, en ce moment, sur la sellette.

Florilège de tweets d’hier et d’aujourd’hui

Cette instrumentalisation franco-française du Venezuela ne date pas d’hier. On se souvient par exemple de la polémique lancée par Patrick Cohen, à 10 jours du 1er tour des élections présidentielles, sur l’ALBA, de la manchette du Figaro du 12 avril « Mélenchon : le délirant projet du Chavez français » et des nombreux parallèles à charge entre le Venezuela bolivarien et le projet politique du candidat qui ont émaillé la campagne. La rengaine a continué pendant les élections législatives avec un article du Point sobrement intitulé  « Venezuela, l’enfer mélenchoniste », publié la veille du second tour. Aujourd’hui, le coup de projecteur médiatique sur l’élection de l’assemblée constituante vénézuélienne est, une fois encore, l’occasion d’instruire le procès des mouvements antilibéraux français : ainsi, pour Eric Le Boucher (Slate), le Venezuela est « la vitrine de l’échec du mélenchonisme. En réalité, la FI et le PCF, ont tort, aux yeux du parti médiatique, de ne pas adhérer au manichéisme ambiant sur une situation aussi grave et complexe et à sa décontextualisation géopolitique. Ils refusent également d’alimenter la diabolisation et le vieux procès en dictature que se traîne le chavisme depuis presque toujours alors qu’en 18 ans de « révolution bolivarienne », 25 scrutins reconnus comme transparents par les observateurs internationaux ont été organisés, que l’opposition contrôle d’importantes villes, des États et l’Assemblée Nationale et que les médias privés d’opposition sont majoritaires (El Universal, Tal Cual, Ultimas Noticias, El Nacional  Venevision, Televen, Globovision, etc.). Que la gauche antilibérale puisse considérer le chavisme comme une source d’inspiration pour ses politiques de redistribution des richesses et non pas un modèle « exportable » en France, contrairement à ce que bon nombre de journalistes tentent d’insinuer (Nicolas Prissette à Eric Coquerel, sur un ton emporté, « franchement, est-ce que c’est ça, le modèle vénézuélien que vous défendez ? » sur Europe 1) semble être un délit d’opinion dans notre pays.

Puisque le Venezuela est en passe de devenir un véritable sujet de politique intérieure, rappelons aux éditorialistes de tout poil et autres tenants de l’ordre établi que, par leur atlantisme aveugle et leur libéralisme économique forcené, ils se persuadent qu’ils défendent la liberté et la démocratie au Venezuela alors qu’ils sont tout simplement en train d’apporter un soutien médiatique et politique international décisif à la stratégie violente de l’extrême-droite vénézuélienne et ce, quelles que soient les critiques légitimes que l’on puisse faire à l’exécutif vénézuélien et aux chavistes. Leur crédibilité risque d’être sérieusement entamée la prochaine fois qu’ils ressortiront l’épouvantail électoral du Front National pour faire voter « utile ».

Crédits photo :

http://www.el-nacional.com/noticias/bbc-mundo/orlando-jose-figuera-joven-que-incendiaron-una-protesta-venezuela_183799

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2006/09/22/un-livre-de-noam-chomsky-s-offre-une-seconde-jeunesse-grace-a-hugo-chavez_816027_3222.html

https://twitter.com/PartidoPSUV/status/771411605171101700/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw&ref_url=http%3A%2F%2Fwww.telesurtv.net%2Fnews%2FNicolás-Maduro-la-oposicion-fracaso-una-vez-mas-la-victoria-es-de-la-paz-y-del-pueblo-20160901-0036.html

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/09/02/au-venezuela-la-demonstration-de-forces-des-opposants-au-president-maduro_4991289_3222.html

https://www.humanite.fr/leopoldo-Lopez-un-delinquant-de-premiere-soutenu-par-washington-639611

https://www.irishtimes.com/news/world/venezuela-grows-increasingly-isolated-after-election-1.3172181

http://www.medelu.org/Venezuela-la-fabrique-de-la

http://www.eldiario.es/internacional/Asesinado-candidato-Asamblea-Constituyente-Venezuela_0_670533235.html

https://www.yahoo.com/news/venezuela-marchas-favor-y-contra-el-gobierno-212243924.html

 

Source de cet article : Venezuela : l’indulgence de la presse française pour la violence d’extrême-droite, http://lvsl.fr/venezuela-indulgence-presse-francaise-pour-violence-d-extreme-droite

Le président Evo Morales : la CPI doit juger les financeurs et organisateurs de la violence au Venezuela

Tweets Evo Morales

Qui découvre ce qui se passe au Venezuela uniquement via les médias occidentaux confondra droite insurgée avec révolte populaire, croira que le gouvernement a la mainmise sur les médias alors que c’est la droite qui domine dans la presse écrite, radio et télévisée. Les journalistes parlent de « chaos » et de « pénuries comme faillite du socialisme bolivarien » pour ne pas analyser la guerre économique menée par un secteur privé qui possède 80 % de l’économie. Ils parlent, avec un solide mépris de la démocratie, de « régime » : ce gouvernement élu a mené plus d’élections que dans n’importe quel autre pays d’Amérique Latine et Jimmy Carter considère que ce pays « possède le meilleur système électoral du monde ».

En ce qui concerne la violence, il faut répéter, vu la force massive de la désinformation, que les médias inversent la chronologie des faits : https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/07/29/antidote/ , faisant passer la réponse des forces de l’ordre à une insurrection d’extrême droite négrophobe, qui a lynché et brûlé vifs près de vingt personnes, pour une « répression de manifestants pacifiques ». Les violences de la droite sont la cause de la majorité des morts. Les membres des forces de l’ordre qui ont désobéi et fait un usage excessif de la force ont rapidement été arrêtés et jugés, fait plutôt rare dans le monde.

La journaliste Abby Martin (Empire Files) a réalisé ces reportages sur la vraie nature de cette opposition de droite qu’on nous a présenté comme « démocratique ». (On peut activer les sous-titres français en bas à droite de la vidéo)

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-346

Sous les Tropiques, les apprentis de l’Etat Islamique

Par Luis Hernandez Navarro, la Jornada (Mexique) / 25/07/2017

59389c60c36188753c8b45b5

Orlando Figuera (21 ans) poignardé et brûlé vivant le 20 mai 2017, dans le quartier riche de Altamira, Caracas

Le jeudi 18 mai, Carlos Eduardo Ramirez est sorti chercher un emploi. Vers 15 heures, il marchait dans une des rues près de la station de métro Altamira à Caracas, lorsqu’un groupe d’environ vingt opposants au gouvernement , masqués, l’ont pris à partie. Aussitôt, ils ont commencé à le frapper à coup de bâtons et de pierres. L’un avait une arme à feu. Ils criaient : « Tue-le, tue-le, tue-le! Ce chaviste doit mourir! »

Carlos Ramirez a crié : Je ne suis pas chaviste, je ne suis pas chaviste! Pourquoi voulez-vous me tuer? Laisse-moi vivre, je veux voir ma fille! Les hommes masqués l’ont arrosé d’essence et lui ont mis le feu. Il a commencé à sauter, à courir, à crier et il s’est jeté à terre pour étouffer les flammes. La police municipale de Chacao (municipalité dirigée par l’opposition) n’a rien fait pour l’empêcher. Seuls les pompiers lui ont porté secours.

Carlos a été la première personne que les opposants pacifiques vénézuéliens ont brûlée parce qu’il était chaviste. Heureusement, il a survécu pour raconter l’histoire. Par contre, Orlando José Figuera, 21 ans, ne peut pas dire la même chose. Le 20 mai, à Altamira, il a été sauvagement battu, poignardé et brûlé par les apprentis tropicaux de l’Etat Islamique parce qu’il était voleur et partisan de Maduro. Il n’a pas survécu.

Depuis lors, les ennemis de la révolution bolivarienne n’ont cessé de brûler des êtres humains dont le seul délit est d’être chavistes. Les fanatiques ont mis le feu à 19 personnes, la plupart noires, pauvres ou fonctionnaires du gouvernement.

Mais leur vocation de pyromanes ne s’arrête pas là. Ils ont brûlé des aliments (plus de 50 tonnes dans l’état d’Anzoátegui), où, selon Marco Teruggi, il ont accompagné leur geste de trois graffiti -maudits chavistes, en finir avec la faim, vive Leopoldo) ; des urnes funéraires du cimetière Guaicaipuro ; des drapeaux cubains ; la statue de Hugo Chávez ; le Bureau exécutif de la Magistrature (DEM) de la Cour Suprême du Venezuela à Chacao ; le siège du ministère du Logement ; l’Institut National de l’Alimentation ; des postes de police et une longue liste de bâtiments publics.

La pédagogie du feu de l’opposition fait partie de son pari insurrectionnel. Sa conversion en version sud-américaine du Ku Klux Klan (ce n’est pas un hasard si beaucoup de ses victimes sont d’origine afrodescendante) fait partie de son incapacité à rallier une base sociale dans les secteurs les plus pauvres. Comme la guerre économique, le blocage des rues et des avenues dans les quartiers de la classe moyenne, le déploiement de formes de lutte de guérilla urbaine et la campagne médiatiques n’ont pas réussi à provoquer ni la fracture de l’armée ni la désertion populaire de la cause chaviste, l’opposition a maintenant recours à la terreur. Ce qu’elle recherche, c’est que la peur paralyse ceux qui s’opposent à eux. Leur intention est d’user la résistance populaire.

crimenes-de-odio-venezuela

L’opposition vénézuélienne use de la même esthétique que des groupements néo-nazis. A gauche la « Croix Ardente » du Ku Klux Klan; à droite une « manifestation pacifique » de cette opposition.

Rien de nouveau. La droite latino-américaine a une longue tradition terroriste. Aucun peuple sur le continent n’y a échappé. Cependant, l’opposition vénézuélienne a innové et l’a dépassé largement. Ses conseillers ont beaucoup appris de l’État Islamique. Faire que les flammes dévorent les êtres humains est l’une des cartes qu’ils ont mises sur la table pour provoquer la panique. Pourtant, brûler les gens vivants relève d’une bestialité que de nombreux médias et groupes de défense des droits de l’homme ont décidé d’ignorer et de taire.

Bien que les groupes d’opposition font souvent usage de violence contre les pauvres, la presse internationale les décrit comme pacifiques, comme défenseurs de la liberté, «cool» et même « sexy ». Et bien que les commandos qui exécutent la violence dans la rue soient composés de paramilitaires colombiens, de criminels de droit commun payés, de gangs criminels et de groupes de choc entraînés à la guerre irrégulière, ils sont présentés comme de jeunes idéalistes qui luttent contre la dictature castro-communiste pendant la journée et vont s’éclater la nuit ; des jeunes qui allient masques à gaz sur les barricades avec tenues de dernière mode et boissons exotiques quand le soleil se couche.

Cette campagne de désinformation sur ce qui se passe au Venezuela a atteint des niveaux grotesques. Pendant des mois, Lilian Tintori a dit que son mari, le « prisonnier politique » Leopoldo López, était torturé en prison On a même dit qu’il était mort. De nombreux médias ont repris cette version sans la vérifier. Cependant, lorsque le 8 juillet Lopez est passé de la prison à son domicile dans un quartier huppé de Caracas, il ressemblait davantage à un prof de salle de sport qu’à un détenu torturé. (NDLR : L. Lopez a été jugé et emprisonné pour l’organisation de violences avec son mouvement d’extrême droite qui firent 43 morts en 2014).

A ce jour, la tentative de coup d’état de l’opposition vénézuélienne a fait 105 morts. Parmi eux, 29 ont été victimes des manifestants eux-mêmes. Par exemple, quatre ont été tués quand ils ont mis feu aux explosifs destinés à d’autres. Quatorze personnes sont mortes lors de pillages et dans l’incendie d’un magasin causé par les assaillants. Quatorze autres décès sont le fait d’agents de l’Etat, lesquels ont été mis en examen . Les 44 restants sont en cours d’investigation.

À court terme, l’opposition vénézuélienne est décidée à faire échouer le vote pour nommer l’Assemblée Nationale Constituante le 30 Juillet. Mais au-delà de ce but, elle vise à former un gouvernement parallèle, qui, même s’il est anecdotique (et dans l’incapacité d’exercer un pouvoir réel), puisse recevoir le soutien des États-Unis, et ouvrir la porte à une intervention étrangère. Les apprentis tropicaux de l’Etat Islamique, ne reculent devant rien, ils vont même jusqu’à brûler les vénézuéliens noirs et pauvres, à qui ils ne pardonnent pas l’audace d’être devenus maîtres de leur propre destin.

Source : http://www.jornada.unam.mx/2017/07/25/opinion/015a2pol

Traduction : Gloria Verges

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2YN

Le Venezuela est attaqué parce que pour lui aussi « la vie des Noirs compte » (Truth Out)

Par Andrew King *

Un article récent du New York Times, intitulé « les supporters de Maduro sont pris pour cibles à Miami », décrit le groupe de plus en plus bruyant d’ « exilés » vénézuéliens anti-gouvernementaux vivant aux États-Unis qui renforcent leurs tactiques d’agitation et de harcèlement contre les Vénézuéliens qui soutiennent le gouvernement socialiste du président Nicolas Maduro, L’opposition vénézuélienne a bénéficié du soutien inconditionnel du gouvernement US et des médias – qu’ils soient conservateurs ou libéraux – qui, tous en chœur, diabolisent et sapent le gouvernement démocratiquement élu de la nation, qualifié de dictature brutale, tout en dépeignant l’opposition financée par les États-Unis et souvent violente comme des manifestants anti-gouvernementaux pacifiques et démocratiques.

Il est vrai que la situation économique actuelle au Venezuela est assez grave ; la nation connaît actuellement un taux d’inflation à trois chiffres et les vénézuéliens doivent souvent subir de longues files d’attente pour acheter des produits de base. Bien que ces défis soient dus à un éventail complexe de facteurs, dont une guerre économique menée contre le pays et la chute du prix du pétrole, le New York Times, le Washington Post, CNN et Fox News assènent un barrage d’images de crise pour retourner l’opinion publique contre le gouvernement socialiste vénézuélien afin de le déstabiliser et, pour objectif final, le renverser.

Tout en cherchant à diaboliser le gouvernement de Maduro et à glorifier les manifestants anti-gouvernementaux, les grands médias s’abstiennent de montrer le véritable visage de l’opposition ou de faire état de la raison de son opposition. En effet, plusieurs dizaines de personnes, y compris des employés de l’état, ont été tuées ces dernières années en raison des actes violents des manifestants de droite. Les grand médias font soigneusement l’impasse sur ce qui devrait figurer en une, comme le cas de l’afro-vénézuélien Orlando Figuera. Le 20 mai, le jeune homme de 21 ans traversait le bastion de l’opposition gouvernementale de Chacao à Caracas lorsqu’un groupe de « manifestants » anti-gouvernementaux masqués l’accusèrent d’être un partisan du gouvernement. La foule a ensuite encerclé Figuera, l’a poignardé six fois pour ensuite l’arroser d’essence et d’y mettre en feu. Le jeune homme est mort plus tard à l’hôpital. Le président Nicolas Maduro a qualifié l’acte de symbole des crimes de haine commis au Venezuela, en soulignant le caractère raciste de ce lynchage d’un vénézuélien noir. C’est la neuvième personne à être tuée lors des barricades de l’opposition depuis que les violentes manifestations ont éclaté au début du mois d’avril. Les mêmes moyens de communication puissants qui dénoncent systématiquement les violations des droits de l’homme par le gouvernement vénézuélien demeurent en grande partie muets sur ces actes de terrorisme racistes commis par l’opposition de droite.

Le jeune Orlando Figuera, brûlé vif dans un quartier chic de Caracas par une droite insurgée que les médias internationaux déguisent tous les jours en « révolte populaire contre la dictature de Maduro ». Voir http://wp.me/p2ahp2-2CO

Il est important de noter que si l’opposition virulente de droite est concentrée dans les secteurs blancs et économiquement favorisés de la population, les barrios, les bidonvilles et les zones rurales où vivent les pauvres, les communautés autochtones et les afro-vénézuéliens ne se sont pas soulevés car la plupart soutiennent le gouvernement. Pour comprendre les racines de la haine et du racisme de l’opposition envers les partisans noirs et indigènes du gouvernement, il faut comprendre l’histoire de la présidence qui a précédé Maduro – celle de Hugo Chavez.

Hugo Chavez et la révolution bolivarienne

Des décennies de politiques néolibérales défaillantes et de répressions gouvernementales ont ouvert la voie à l’élection démocratique de Chavez en 1998. Après avoir pris ses fonctions, le gouvernement Chavez a lancé une campagne vigoureuse pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale en redistribuant la vaste richesse pétrolière de la nation aux pauvres, aux secteurs afro-vénézuéliens de la population. Chavez a appelé ce mouvement contre l’hégémonie néolibérale US « la révolution bolivarienne », inspiré par le héros de l’indépendance sud-américaine du XIXe siècle, Simón Bolívar. Selon Chavez, le but ultime de cette révolution était de construire un socialisme du XXIe siècle qui serait mené par les pauvres, les femmes, les indigènes et les afro-vénézuéliens.

Un des objectifs centraux du projet révolutionnaire du Venezuela a été de lutter contre l’héritage historique du racisme envers les indigènes et les afro-vénézuéliens. La nouvelle constitution créée sous Chavez a fait progresser les droits sociaux, culturels et économiques des peuples autochtones, des afro-vénézuéliens et des femmes, y compris la reconnaissance de l’éducation interculturelle. Chavez a été le premier président des Amériques à reconnaître ouvertement son héritage indigène et africain. Les médias privés vénézuéliens se référaient souvent à lui avec des insultes racistes. En 2005, Chávez a déclaré que « la haine contre moi a beaucoup à voir avec le racisme. En raison de ma grande bouche et de mes cheveux bouclés. Je suis vraiment fier d’avoir cette bouche et ces cheveux parce qu’ils sont africains ». La même année, Chávez a créé la Commission présidentielle pour la prévention et l’éradication de toutes formes de discrimination raciale dans le système éducatif vénézuélien.

Le gouvernement Chavez a utilisé la richesse pétrolière du pays pour augmenter les dépenses sociales et a développé des programmes révolutionnaires connus sous le nom de « missions sociales », ce qui a entraîné des progrès sociaux considérables pour les secteurs pauvres et socialement exclus du pays, dont beaucoup sont d’origine africaine ou indigène. En 2010, les programmes gouvernementaux avaient réduit la pauvreté de moitié et l’extrême pauvreté de deux tiers. En 2005, l’ONU a déclaré le Venezuela libre d’analphabétisme, après que 1,5 million de vénézuéliens aient appris à lire et à écrire.

Des milliers de médecins cubains et de professionnels de la santé ont été envoyés dans les communautés rurales et pauvres du pays, offrant à des millions de citoyens un accès sans précédent aux soins de santé gratuits. Grâce à ce programme, plus de 6 000 cliniques de santé communautaires ont été construites et des millions de consultations gratuites ont été dispensées. Parmi les autres réalisations, on compte un programme massif de logements sociaux qui a créé plus d’un million de logements depuis son lancement ; la redistribution de milliers de titres de propriété de terres communales aux communautés autochtones ; et une démocratisation des médias grâce à une explosion du nombre de stations de radio et de télévision communautaires.

La nation sud-américaine a renforcé son engagement envers les vies noires en 2011 lorsqu’elle a adopté une loi historique interdisant la discrimination raciale qui, selon le journal international Correo del Orinoco, « mettra en place des mécanismes pour prévenir, réprimer, punir et éradiquer la discrimination raciale par toute personne, groupe de personnes, autorités publiques, institutions privées et organisations civiles, économiques, politiques, culturelles et sociales ». Le gouvernement a également créé une nouvelle question de recensement qui permet aux citoyens d’être classés comme afro-vénézuéliens.

Solidarité avec les Afro-Américains

En 2015, le président Maduro s’est rendu à Harlem pour parler avec des leaders noirs, dont Opal Tometi, cofondateur de Black Lives Matter. Ce geste rappelle la visite de Fidel Castro à Harlem en 1964 pour rencontrer Malcolm X. Plusieurs mois plus tard, le réseau Black Lives Matter et d’autres groupes nord-américains noirs ont publié une déclaration dénonçant l’intervention US au Venezuela et exprimant leur solidarité avec les afro-vénézuéliens et les Vénézuéliens indigènes à la suite de la victoire électorale de la droite aux élections législatives de 2014 qui menace les avancées sociales de la révolution.

Dans cette déclaration, les militants US remercient le Venezuela pour son soutien continu à la communauté afro-américaine des États-Unis, en remontant à l’offre de Chavez d’envoyer de grandes quantités d’aide, y compris des médecins et des spécialistes en gestion de catastrophes, à la Nouvelle-Orléans après le passage de Katrina. George W. Bush, qui a largement laissé les résidents noirs de la ville se noyer, a refusé l’offre. Au cours des 12 dernières années, Citgo – une filiale vénézuélienne – a fourni une aide au mazout de chauffage à coût réduit à des centaines de milliers de familles pauvres dans 23 états dont ont bénéficié les résidents noirs du Bronx, de Boston, de Chicago et de Philadelphie, entre autres villes. Un certain nombre de dirigeants afro-américains, de militants et d’artistes tels que Danny Glover, Harry Belafonte et Jesse Jackson Jr. se sont rendus au Venezuela et ont créé de solides liens de solidarité avec Chavez et la révolution bolivarienne et reconnaissent sa connexion avec le mouvement de libération des Noirs aux Etas-Unis.

Solidarité avec Haïti, les Caraïbes et l’Afrique

La solidarité du gouvernement vénézuélien envers les Noirs est peut-être nulle part plus évidente que dans l’aide généreuse et le soutien qu’il a apporté au peuple haïtien à la suite du tremblement de terre dévastateur de 2010, qui comprenait la fourniture de milliers de tonnes de nourriture, de médicaments, de camps de secours, d’hôpitaux de campagne et du personnel médical et de secouristes. En outre, Chavez a annulé la dette d’Haïti qui s’élevait à $395 millions, en proclamant que « Haïti n’a aucune dette envers le Venezuela — au contraire, c’est le Venezuela qui a une dette historique envers Haïti », en référence au fait que l’auto-libérée République noire avait fournit des armes, des munitions et des navires à Simón Bolívar pour combattre les Espagnols au Venezuela, en échange de la promesse qu’il abolirait l’esclavage dans son pays. Le Venezuela a également forgé de nouveaux liens avec les pays africains en ouvrant 18 nouvelles ambassades et en établissant des accords de coopération en matière de santé et d’éducation.

C’est précisément à cause de l’audace du gouvernement vénézuélien à lutter contre l’impérialisme raciste des États-Unis – et à affirmer sans réserve que la vie des Noirs compte (*) en faisant valoir les droits des pauvres d’ascendance africaine – qu’il est sous l’assaut constant de la classe dirigeante blanche US et des médias internationaux. Il est donc assez facile de comprendre pourquoi, pour citer le Premier ministre radical noir assassiné de Grenade, Maurice Bishop, « Goliath a tourné toute son attention vers David ».

Andrew King

Notes

Ecouter la dernière lettre officielle de Hugo Chavez, écrite quelques jours avant de mourir : une “lettre à l’Afrique” à laquelle des citoyens du Burkina Faso, la nation de Thomas Sankara, ont donné un visage :

A la rencontre des “Jacobins noirs” haïtiens dont la révolution, la première des Amériques, permit à un Simón Bolívar défait de reprendre pied et de libérer l’Amérique Latine du joug colonial à la tête d’une armée de paysans et d’ex-esclaves.

A la rencontre des “Jacobins noirs” haïtiens dont la Révolution, la première des Amériques, permit à un Simón Bolívar défait de reprendre pied et de libérer l’Amérique Latine du joug colonial à la tête d’une armée de paysans et d’ex-esclaves.

En visite officielle au Mozambique.

En visite officielle au Mozambique.

* L’auteur : Andrew King est un étudiant en doctorat en politique publique à UMass Boston, un activiste-érudit, et a soutenu l’organisation de Black Lives Matter et d’autres campagnes de justice raciale et économique. Il est le coordinateur d’un projet de recherche communautaire avec des organisateurs de jeunes de Boston qui se battent pour la justice éducative. Andrew a également fait de la solidarité en organisant et en effectuant des recherches sur les mouvements sociaux latino-américains et a voyagé au Venezuela et à Cuba. Il peut être contacté à andrew.king003@umb.edu.

(*) Wikipedia : « Black Lives Matter » (BLM), qui se traduit en français par « les vies des Noirs comptent », est un mouvement militant afro-américain qui se mobilise contre la violence ainsi que le racisme systémique envers les Noirs. Les membres de BLM font régulièrement des manifestations et se mobilisent contre les meurtres de personnes noires par des policiers. Ils accordent une importance particulière au profilage racial, à la brutalité policière ainsi qu’à l’inégalité raciale dans le système de justice criminel des États-Unis. Le mouvement est né en 2012 sur Twitter avec le hashtag #BlackLivesMatter, à la suite de l’acquittement de George Zimmerman, un Latino-américain coordonnant la surveillance du voisinage, qui avait tué l’adolescent noir Trayvon Martin en Floride.

Source : http://www.truth-out.org/news/item/40994-venezuela-is-under-attack-for-asserting-that-black-lives-matter

Traduit par Le Grand Soir

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2Wb