Adriana Salvatierra : « La grande leçon de l’étape précédente en Amérique latine est que nous ne pouvons plus gouverner timidement ».

ITW par Gerardo Szalkowicz, rédacteur de NODAL

À tout juste 30 ans, Adriana Salvatierra était au premier rang de l’officialité bolivienne lors du coup d’État de novembre 2019. En tant que présidente du Sénat, elle a dû démissionner et se réfugier à l’ambassade du Mexique pendant que les bottes et la Bible prenaient d’assaut le palais présidentiel. Deux ans après le renversement d’Evo Morales, nous nous sommes entretenus avec elle pour comprendre les clés de la situation actuelle, tendue en raison d’un nouvel enhardissement de la droite bolivienne.

Salvatierra revient également sur les erreurs commises à l’époque et sur le complot international dans lequel, dit-elle, « le gouvernement de Macri a été un acteur clé dans la matérialisation du coup d’État ». Elle analyse les avancées du progressisme latino-américain, met en évidence les processus de Lawfare comme « nouveaux mécanismes de domination », souligne la nécessité de « reconfigurer l’articulation continentale en renforçant la CELAC » et explique sa vision d’une révolution féministe qui soit tout sauf « tiède ».

-Deux ans après le coup d’État, on peut percevoir en Bolivie une sorte de reconfiguration du bloc d’opposition, une revigoration du secteur le plus belliqueux qui a rallumé la tension politique. Le président Luis Arce a même parlé de « nouvelles aventures putschistes ». Quel est votre point de vue sur cette situation et pensez-vous que les conditions sont réunies pour un nouveau coup d’État ?

-Nous sommes en présence de nombreux acteurs qui n’ont aucun respect des institutions démocratiques. Par exemple, le gouverneur de Santa Cruz, Luis Fernando Camacho, quelqu’un qui a promu un coup d’état, qui promeut la rupture de l’institutionnalité comme forme d’action politique. C’est assez dangereux. Mais aujourd’hui, le contexte est différent. En 2019, nous sortions de 14 ans de gouvernement, avec un mécontentement accumulé, bien qu’il n’y avait pas de crise économique, l’extrême droite est arrivée avec un discours de libération d’un certain mécanisme d’oppression, les mobilisations de l’opposition tournaient autour de valeurs comme la « démocratie », la « liberté », etc. C’est dans ce contexte que le coup d’État a eu lieu.

Ces secteurs ont ensuite montré qu’au cours de ces 14 années, ils n’avaient construit aucun projet pour le pays. Lorsqu’ils ont gouverné après le coup d’État, ils ont montré qu’ils étaient incapables de gérer la crise sanitaire et le pays en général. Alors aujourd’hui, quand ils reviennent avec ces discours de « n’oubliez pas que depuis Santa Cruz nous savons comment récupérer la démocratie », en réalité ils nous disent qu’ils ont la formule du coup d’état. Mais cette formule du coup d’État trouve aujourd’hui un pays différent, avec une crise économique, un pays où le PIB s’est contracté de 12 points, où nous avons à nouveau atteint des niveaux élevés de chômage et de pauvreté. Ainsi, l’agenda politique de la population est fondamentalement basé sur la réactivation économique : leurs discours ne disposent pas aujourd’hui d’un terrain fertile pour déployer cet agenda de rupture démocratique.

Il est vrai que les forces du coup d’État continuent à opérer ; ce serait un mensonge de dire qu’avec la victoire électorale de 2020, nous avons démantelé la structure qui a promu le coup d’État. Cette structure, basée notamment à Santa Cruz, a continué à fonctionner et compte aujourd’hui Luis Fernando Camacho comme gouverneur. Mais je crois qu’à l’heure actuelle, les conditions objectives ne sont pas réunies pour que nous empruntions à nouveau la voie de la rupture démocratique. Cela n’enlève rien au fait que la nature de ces forces politiques est de conspirer en dehors de l’ordre démocratique, pour que demain elles puissent à nouveau promouvoir des scénarios de rupture, mais aujourd’hui les gens sont sur un autre agenda, ils sont sur l’agenda de récupérer leurs emplois, de joindre les deux bouts, de récupérer leur économie.

L’un des facteurs qui a ouvert la porte au coup d’État est que la droite a gagné la rue, tandis que le MAS et les organisations sociales étaient quelque peu démobilisés. Comment interprétez-vous cet aspect en termes d’autocritique ?

-Je pense que nous avons appris que la démocratie doit être une action permanente de mobilisation, de mobilisation autour de la construction de politiques publiques, de certaines lois pour renforcer la réalisation des droits. Le processus de mobilisation permanente va au-delà d’une marche, va au-delà de la manière dont nous continuons à faire ce que le camarade Evo a toujours dit, ce que notre camarade Luis [Arce] soutient, c’est-à-dire toujours gouverner en écoutant le peuple. Quand on gouverne en écoutant le peuple, il y a une mobilisation permanente pour défendre le projet politique. En 2019, ce n’est pas que le peuple ne s’est pas mobilisé, notre problème était plutôt que la mobilisation s’était arrêtée. Et l’aile droite a progressé. Nous avons fait des erreurs stratégiques à cet égard. Aujourd’hui, les organisations sociales sont absolument claires : le processus de changement n’est pas seulement défendu par la gestion publique, mais aussi par une participation effective à toute décision prise par le gouvernement.

Le coup d’État a également bénéficié de l’internationale de l’extrême droite et du soutien de plusieurs gouvernements de la région. Que pensez-vous de l’envoi d’armes par l’administration de Mauricio Macri ?

-Oui, il faut savoir qu’en Bolivie, les forces politiques n’ont pas agi seules pour briser l’ordre démocratique : il y a eu toute une construction internationale et le gouvernement de Mauricio Macri a participé activement à ce processus de déstabilisation internationale. Le document lui-même de l’Église catholique de l’époque indique que des ambassadeurs de l’Union européenne et du Brésil ont participé aux réunions précédant le coup d’État, ce qui montre qu’il y a eu non seulement des excès diplomatiques mais aussi une ingérence directe.

Le deuxième fait est que l’espace aérien d’Evo lui a été fermé en Argentine, au Pérou et en Equateur. La troisième est la reconnaissance immédiate accordée par différents gouvernements à Jeanine Áñez, une reconnaissance qui normalement, dans des situations de tension diplomatique, prend du temps, mais ici les gouvernements du Brésil, de l’Argentine, de l’Équateur et du Pérou se sont alignés. Et cette reconnaissance diplomatique, dans le cas de l’Argentine, pilier de la matérialisation du coup d’état. Le coup d’État s’est matérialisé et a été définitivement établi avec les massacres de Sacaba et de Senkata, et il s’avère que tant l’Équateur que l’Argentine ont envoyé du matériel répressif qui aurait été utilisé dans ces massacres. Le gouvernement de Mauricio Macri a donc beaucoup à expliquer à notre pays pourquoi il a reconnu Añez, pourquoi il a refusé l’utilisation de l’espace aérien à Evo Morales et pourquoi il a envoyé du matériel répressif pour matérialiser l’efficacité du coup d’État.

Quand on voit qu’il y a eu une coordination internationale, avec des opérations que l’on n’a pas vues depuis l’époque du Plan Condor, alors seulement on comprend vraiment le courage et la bravoure du peuple bolivien. J’en suis profondément fière.

Depuis les changements de gouvernement en Amérique latine ces dernières années, on parle de la renaissance d’un nouveau pôle progressiste. Comment analysez-vous le cycle politique que traverse la région et les stratégies déployées par les États-Unis ?

Je me méfie un peu de ce terme de « cycles », comme si tout se résumait à un jeu permanent de va-et-vient, comme si l’action du peuple, c’est-à-dire la possibilité de la transformation historique par l’action politique du peuple, ne jouait pas un rôle fondamental. Et je suis très confiante en raison de la façon dont la Bolivie a déjoué le destin prémédité sous l’effet d’une forte conspiration internationale. L’histoire reste ouverte et reste écrite par le peuple….

Je pense que nous sommes dans un contexte particulier où les États-Unis, comme pendant la guerre froide, cherchent à protéger leurs intérêts dans ce qu’ils considèrent comme une extension de leur puissance, à savoir notre continent. Les États-Unis s’inquiètent surtout parce que la Chine est déjà le deuxième partenaire commercial de l’Amérique latine. Mais elle est aussi préoccupée parce qu’elle voit qu’au Chili, il y a une Assemblée constituante, qu’au Pérou, il y a un président humble, un professeur de province comme Pedro Castillo, qu’en Colombie, il y a un processus électoral en cours et des mobilisations qui ont défié le néolibéralisme, elle voit qu’il est très probable que Lula remporte les élections en 2022, qu’ici, en Bolivie, la démocratie a été restaurée et que le parti qui, il y a un an, était la cible d’un coup d’État, est revenu, elle voit que le péronisme est revenu en Argentine, que le Venezuela résiste et commence à réactiver son économie…

Je pense donc que nous devons être absolument clairs sur le fait que les mécanismes d’intervention que nous connaissions au siècle dernier, l’intervention militaire directe, ne sont pas mis en œuvre aujourd’hui, mais qu’ils ont plutôt adopté un nouveau visage, de nouveaux habits institutionnels avec les processus de Lawfare auxquels nous sommes confrontés dans nos pays. Par exemple, ils ont mis Lula en prison pour l’empêcher de participer aux élections ou ils empêchent Rafael Correa de rentrer en Équateur. Nous devons donc reconfigurer nos mécanismes d’articulation internationale, et une étape clé pour cela est de renforcer la CELAC.

Je me méfie du terme de « cycles », comme si tout se résumait à un jeu permanent de va-et-vient, comme si l’action du peuple, c’est-à-dire la possibilité de la transformation historique par l’action politique du peuple, ne jouait pas un rôle fondamental.

Quelles leçons avez-vous tirées de l’étape précédente et quelles sont vos attentes après la victoire de Gabriel Boric au Chili, et peut-être de Gustavo Petro en Colombie et Lula au Brésil ?

Je pense que la grande leçon de la synchronisation progressive que nous avons connue au début du siècle en Amérique latine est que nous ne devons plus gouverner timidement. Chávez a eu la vision d’intégrer l’Amérique latine au reste du monde, de penser à une articulation des luttes des peuples du monde. Je crois qu’aujourd’hui, notre continent a besoin d’un leadership doté de cette vision véritablement internationaliste, qui transcende les limites de notre propre continent. Et en ce qui concerne Gabriel Boric, Lula et Gustavo Petro, ils représentent un énorme espoir dans notre région, en particulier Lula qui a été victime de tant d’humiliations. Ils sont la preuve vivante qu’il n’y a pas de cycle, que l’histoire est ouverte, qu’elle est écrite par le peuple et que cette façon d’écrire par le peuple connaîtra des avancées, des revers, mais fondamentalement, sera un processus d’approfondissement de la démocratie et de la construction de son propre destin.

-Quels sont, selon vous, les apports du féminisme latino-américain et les débats qui s’éveillent en Bolivie ? Pensez-vous qu’il sera possible d’avancer dans l’expansion des droits dans les années à venir ?

Je pense que, de même que nos révolutions en Amérique latine ont montré que la conquête des droits ne peut se faire à moitié, le féminisme ne mérite pas un traitement tiède de ses revendications. En Bolivie, nous avons vu l’impact réel de la constitutionnalisation de la parité et de l’égalité des sexes, par exemple au Parlement. Nous ne sommes pas pour des mouvements tièdes dans le féminisme. Nous avons fait de grands progrès dans le processus constituant, c’est ainsi que nous avons atteint la parité, mais il est également vrai qu’il nous a été plus difficile de progresser dans d’autres domaines, dans le domaine de l’exercice des droits sexuels et reproductifs. Je suis persuadée que nous pouvons avancer progressivement.

S’il y a une leçon que nous osons mentionner pour nos collègues des autres pays, c’est qu’il est nécessaire de discuter des fondements de la configuration des républiques sur notre continent. Elles sont fondées sur le patriarcat en tant que système de reproduction des privilèges de genre, des privilèges de classe, des privilèges coloniaux, des lois qui nous ont fait reculer d’un siècle dans l’exercice réel de la démocratie et la lutte réelle pour le pouvoir. Et que quand nous parlons de ne pas en rester à des revendications tièdes, on parle, même si le risque est d’encourir une situation comme celle que nous avons subie en Bolivie en 2019, de se battre vraiment pour des projets qui remettent en cause ces privilèges républicains et coloniaux, ces privilèges de classe, ces privilèges de genre et la reproduction de privilèges basés fondamentalement sur la reproduction de l’inégalité.

Source : https://www.nodal.am/2021/12/bolivia-a-dos-anos-del-golpe-adriana-salvatierra-expresidenta-del-senado-la-gran-leccion-de-la-etapa-anterior-en-latinoamerica-es-que-no-debemos-dar-pasos-tibios/

Traduction : Thierry Deronne pour Venezuelainfos

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2022/01/03/adriana-salvatierra-la-grande-lecon-de-letape-precedente-en-amerique-latine-est-que-nous-ne-pouvons-plus-gouverner-timidement/

Paysages vénézuéliens avant la victoire (chaviste !)

vendredi 10 décembre 2021   |   Maurice Lemoine, pour Mémoire des Luttes

Même sans connaître les résultats des « méga-élections » de la veille, il n’était guère difficile de les deviner en ce matin du 12 novembre : dans les journaux de 6 heures, 6h30, 7h, 7h30 de France Culture, ou à 8h et 12h sur France Inter ou France Info (pour ne citer qu’eux), aucune mention du Venezuela. La pilule, il est vrai, était dure à avaler : devoir annoncer à l’antenne une victoire de Nicolás Maduro ! En effet, et sans contestation possible (comme le précisait l’Agence France Presse), le chavisme venait de remporter une éclatante victoire lors des élections régionales en s’adjugeant vingt (ramenés ultérieurement à dix-neuf) des vingt-trois Etats du pays ainsi que la mairie de Caracas. Après avoir boycotté la présidentielle de 2018 et les législatives de 2020, l’opposition radicale et pour partie « putschiste » participait cette fois au scrutin.
Comment comprendre un tel succès dans un pays systématiquement présenté par les « chiens de garde » comme un mélange d’Etat failli et d’Etat voyou à l’origine d’une catastrophe humanitaire ? Pour pallier aux carences prévisibles du « service public » (tant son hostilité au chavisme est devenue caricaturale), nous nous sommes rendus au Venezuela avant cette « méga-élection » (23 gouverneurs, 335 maires, 253 législateurs d’Etat et 2 471 conseillers municipaux). Au terme d’un séjour passé essentiellement à Caracas et sur la frontière colombienne, dans l’Etat du Táchira, deux zones aussi emblématiques que stratégiques, il était relativement aisé de prévoir la future victoire du Grand pôle patriotique (GPP) et la forte abstention qui, de toute évidence, caractériseraient le scrutin [1].

Autant le préciser d’emblée : l’arrivée au Venezuela provoque une sorte de soulagement. La logique voudrait que l’on débarque dans un pays de zombies et de « morts-vivants ». Il n’en est rien. Pourtant, d’après une Enquête nationale sur les conditions de vie (Encovi) publiée le 30 septembre à Caracas par l’Université catholique Andrés Bello (UCAB) et reprise avec délectation par l’internationale médiatique [2], plus de neuf Vénézuéliens sur dix (94,5 % !) ont sombré dans la pauvreté ; plus de trois sur quatre (76,6 %) vivent même en-dessous du seuil de l’extrême pauvreté (moins de l’équivalent de 1,25 dollar par jour, d’après l’ONU). « Nous avons définitivement atteint ce qui pourrait être le plafond de la pauvreté totale. C’est le maximum possible », a doctement expliqué le sociologue Luis Pedro España, chercheur à l’Institut de recherche économique et sociale (IIES) de l’UCAB.

Saisissant. Mais, tout de même… Avec de tels chiffres, on devrait croiser des foules aux pieds nus, en haillons, le visage mangé par une barbe de huit jours, dans un état de délabrement physique avancé. Rien de tel à Caracas, sur Sabana Grande, ce boulevard piétonnier de quelque 3 kilomètres, bordé de boutiques, ponctué d’amateurs de jeux d’échec et de vendeurs ambulants, où circule tranquillement, masques sur le visage, un monde d’hommes et de femmes, sans parler des enfants, ni trop petits ni trop grands, ni trop maigres ni trop gras. Normaux, osera-t-on avancer. Même constat dans le vieux centre, autour de la place Bolivar, du Congrès et de la cathédrale, ou, plus significatif encore, dans les « barrios » populaires – Petare (le plus grand faubourg de la ville), Catia, Lidice, etc.

A 9 heures, sur la place de La Pastora, quartier pentu, lui aussi populaire, où s’alignent des demeures de style colonial joyeusement peintes ou décrépies, un groupe de femmes du troisième âge pratique avec assiduité une gymnastique douce tandis que des grappes éparses échangent les derniers potins – on appelle ça « Radio Bemba » – en buvant du café dans des gobelets en plastique et en prenant le soleil du matin. Le soir, dans la tiédeur retrouvée, les promeneurs musardent sur une autre place, celle de La Candelaría, où des athlètes musculeux martyrisent leurs biceps, dorsaux et pectoraux sur des installations sportives mises à disposition par la municipalité. Même sensation de normalité dans les bastions de l’est de Caracas – classes moyenne et supérieure, locaux commerciaux et restaurants – où la circulation bat son plein ; dans les grouillants terminaux d’autocars et de bus ; dans les campagnes ; dans les petites et grandes agglomérations. Partout, l’approvisionnement des marchés, des magasins, des pharmacies et de tous les établissements de services saute aux yeux.

Lorsque, à Rubio (Táchira), nous rapportons l’information qui circule, véhiculée par les journalistes et les « universitaires de plateaux télé », à savoir que, « complété par une prime alimentaire de l’Etat, le salaire minimum mensuel dépasse à peine l’équivalent de 2 dollars par mois » (trois pour les employés et retraités, un peu plus de 10 pour les professeurs d’université, accordera généreusement Le Monde du 21 novembre) [3], l’enseignante Ixiareny Godoy ne peut masquer son ironie : « Quels crétins ! Un paquet d’un kilo de Harina Pan [farine de maïs précuite, omniprésente dans les foyers vénézuéliens] vaut un dollar. Avec mon époux, un kilo nous fait trois jours. Un salaire de deux dollars permettrait donc de faire… un repas par mois. Et le reste ? Les vêtements, les transports, les fournitures diverses, la parfumerie ? »
D’après le président de la Confédération nationale des industriels (Conindustria), Luigi Pisella, un ouvrier ou un opérateur industriel gagne actuellement, en moyenne, 124,95 dollars par mois, un professionnel ou un technicien 253,68 dollars [4]. Pas de quoi s’extasier, et tout le monde – travailleurs de l’informel, paysans, petits commerçants, retraités, etc. – n’est pas logé à la même enseigne, mais on est loin de la situation infrahumaine décrite quasiment à l’unisson.

Au risque de troubler la quiétude des « observateurs » aux yeux quelque peu bouchés, on précisera, pour expliquer la distorsion, que l’UCAB, une université privée, prête fréquemment ses locaux pour les réunions du « gouvernement » fantoche du président autoproclamé Juan Guaidó. Tout comme son prédécesseur, le jésuite Luis Ugalde, le recteur de l’UCAB, le père Francisco José Virtuoso, n’a jamais caché son hostilité au pouvoir légitime de Nicolás Maduro.

Caracas : Sabana Grande.

Non qu’il s’agisse ici de nier l’existence de la pauvreté. Elle a augmenté de façon considérable. Elle rampe sournoisement. D’après un récent rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 27,4 % de la population vénézuélienne serait « sous-alimentée » (contre seulement 5 % entre 2013 et 2015). C’est que la « crise » est là, présente, et bien présente, depuis plusieurs années, aggravée par la pandémie.
Tout un chacun doit composer avec les nouvelles réalités économiques et sociales. A cet égard, l’exemple des fonctionnaires se révèle édifiant. « Je suis universitaire, confie José Pérez, candidat du Parti communiste vénézuélien (PCV) à la mairie de Rubio. Comme professeur, je vivais modestement, mais bien, jusqu’en 2012. En 2013 ont commencé les restrictions, nos salaires ont été pulvérisés par l’inflation. Le pire a été en 2019. On n’avait plus de combustibles, ni pour les véhicules ni pour cuisiner. Il fallait chercher du bois… » Même son de cloche à San Antonio de Táchira, ville frontière face à la colombienne Cúcuta : « Du temps de Chávez, on partait en vacances, on allait à la plage, on avait assez d’argent pour voyager, raconte Antonio Ovalles, comptable public à la mairie gérée par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV). Les fins de semaine, on faisait la fête, on allait acheter des illuminations. Tout ça est terminé. » Assise à ses côtés, sa collègue avocate Joselyne Gouverneur, mère célibataire ayant à charge sa mère et ses deux enfants, renchérit : «  Bien qu’on soit professionnels, universitaires ou hauts fonctionnaires, notre salaire ne suffit pas pour vivre correctement. On est le seul pays au monde qui ne se réjouit pas quand les salaires augmentent, parce que tout augmente en même temps. C’est dur de survivre – la scolarité des “muchachos”, les uniformes, les souliers… » Conséquence : « On n’a pas assez pour manger correctement, constate Ixiareny Godoy. Notre diète comporte beaucoup de farine, de riz, de pâtes, mais compte peu de protéines fournies par la viande, le poisson et le poulet. Les légumes et les fruits ? Trop chers. Et tout le monde n’a pas un jardin. Avec un salaire d’enseignante, je n’y arrive pas. »

Aucun de ces interlocuteurs n’appartient à l’opposition de droite. Tous se revendiquent « chavistes », révolutionnaires, s’impliquent dans les conseils communaux ou la milice bolivarienne – 3 400 000 civils, hommes et femmes, dont 700 000 combattants opérationnels, qui s’entraînent régulièrement, dans le cadre d’exercices militaires, pour « défendre la patrie » au cas où. « Le moral des militants est élevé », nous précise même Antonio Ovalles. Mais nul n’élude les difficultés, personne ne mâche ses mots. Dans le hameau de Baritalia, perché en hauteur, au bout d’une route infâme bordée de pins, toujours dans le Táchira, l’enseignant Mariano Rangel grimace, en plein travail manuel, une pelle à la main. « D’ici, il me faut 1 500 pesos [la monnaie colombienne, nous y reviendrons] pour aller en ville, à Rubio. Trois mille pesos aller et retour. C’est 20 % de mon salaire quotidien. Je mange, j’ai besoin de chaussures… Pour survivre, tout le monde a un second boulot, et ça a des conséquences sur la qualité de l’administration publique. La fréquence avec laquelle les gens vont travailler n’est pas la même, ça s’est ajouté à la pandémie. » Elle ne le chante pas sur les toits, mais, pour compléter son salaire, l’une de nos interlocutrices fait du commerce de contrebande avec la proche Colombie.

S’ajoutent à ce marasme les défaillances des services publics. Entre autres les « apagones » – les fréquentes coupures d’électricité. Dans sa maison de Rubio, José Pérez reçoit bien Internet par satellite, mais depuis la Colombie. « CANTV [fournisseur public de services téléphoniques et Internet au Venezuela] a des problèmes de largeur de bandes, n’a pas de matériel de rechange, explique-t-il, désabusé – non sans conclure par un tranchant « et ses équipements ont été sabotés. »
Pour revenir à Caracas, les canalisations de gaz domestique ne dépassent pas les limites de la paroisse [5] d’Altagracia, donc n’arrivent pas à La Pastora. Pratiquement tout le quartier doit recourir aux bouteilles de gaz domestique. Quand elles ne manquent pas. Toutefois, le cauchemar des habitants porte un autre nom : l’eau. Dans chaque logis, qu’il soit aisé ou modeste, fûts, bassines, bouteilles et récipients encombrent les pièces et les couloirs, emplis du précieux liquide. Il s’agit de n’en pas manquer lorsque l’inévitable coupure surviendra. Et, une fois de plus, en ce mois de novembre, elle est survenue. Quatre jours déjà que faire la cuisine ou la vaisselle, se laver les dents, prendre une douche ou aller aux toilettes sont devenus un parcours du combattant. Alors que sans cesse, pour lutter contre la pandémie, les responsables politiques et sanitaires houspillent les imprudents et les distraits : « Coño, lavez-vous les mains ! »

Une salle de classe dans une école primaire (très bien entretenue) de La Pastora. Vingt-cinq personnes appartenant à autant de conseils communaux – institution créée en 2006 pour organiser les citoyens au niveau communautaire, sur la base d’une démocratie directe. Jésus García, animateur et formateur de la Commune populaire d’Altos de Lidice (un quartier voisin), candidat du Grand Pôle Patriotique (GPP), la coalition chaviste, à un poste de conseiller communal du « municipio » Libertador (le cœur de Caracas) lors de l’élection du 21-N (21 novembre, en abrégé). Objet de la réunion : la création d’une Table technique de l’eau. L’organisme gestionnaire, Hidrocapital, a envoyé trois de ses fonctionnaires, dont un ingénieur. Sans agressivité excessive, sans ménagements non plus, les habitants lui font part de leur mécontentement. Attentif, l’ingénieur a l’air habitué à ce type d’interpellations. Les habitants lui posent beaucoup de questions. Ses réponses n’ont rien d’un laïus rédigé en langage administratif. Il fait le tour de la question.
« A Caracas, on ne produit pas un litre d’eau. » L’alimentation de la capitale dépend de trois lacs artificiels. Situé à 160 kilomètres de distance et à 200 mètres d’altitude, à Camatagua, le plus important d’entre eux lui fournit 80 % de sa consommation. Entre vallées et « cerros » – les collines –, Caracas s’étale, elle, entre 800 et 1 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il faut donc y faire monter l’eau de Camatagua. Cinq gigantesques pompes installées dans les années 1980 par Siemens y contribuent. Deux de ces équipements sont en panne. La firme allemande est la seule à maîtriser leur technologie, assez ancienne, et à pouvoir les remettre en état. « Quand on les a construit, on n’avait de problèmes avec aucun pays du monde. Ce n’est plus le cas. Nous demandons à Siemens d’intervenir. La firme nous répond : “Nous aimerions vous aider mais, si nous le faisons, nous tomberons sous le coup des sanctions des Etats-Unis”. » Malgré ses difficultés, le Venezuela a de l’argent pour payer une réparation ou acheter du matériel. « Ils ne nous vendent même pas un tournevis ! »

De Camatagua devraient fuser 23 000 litres par seconde. Fruit de la panne et des « sanctions », 12 000 litres par seconde seulement parviennent à Caracas. « On ne prive personne d’eau, résume l’ingénieur, on la passe d’un secteur à l’autre, à chacun son tour, pour que tout le monde en ait. Le samedi, c’est vrai, c’est une loterie. » Loterie dont s’emparent les candidats de l’opposition pour dénoncer « l’incurie du pouvoir ». Un commentaire fuse dans la salle de classe : « Leur campagne est particulièrement hypocrite. C’est eux qui réclament les sanctions ! »
Direct, tranchant, sans fioritures, suit un vigoureux : « Coño de madre ! Exaaaaaacto ! »

Caracas, Altos de Lidice : livraison d’eau par le gouvernement.

Mille fois lu, dix mille fois entendu : « Les sanctions américaines aggravent la crise, mais celle-ci existait avant les sanctions [6] » Particulièrement fallacieux. La chute brutale des cours du pétrole, passés de 103,46 dollars le baril en 2012 à 34,02 dollars en 2016, a incontestablement provoqué de sérieuses difficultés au gouvernement bolivarien et aux programmes sociaux menés à travers les « missions » – programmes qu’applaudissait la FAO. Mais des « difficultés » n’impliquent pas un « effondrement total », comme celui auquel on a assisté. A partir de 2017, les prix des hydrocarbures n’ont-ils pas commencé à remonter pour se situer autour de 80 dollars actuellement ?
Assèchement des revenus pétroliers, mort d’Hugo Chávez (2013), violence insurrectionnelle des « guarimbas » (2014) : pour les Etats-Unis, le moment paraît opportun. Le Congrès américain prend ses premières mesures contre le pouvoir bolivarien. Il n’y a alors pas de crise alimentaire – même si, au milieu des « guarimbas », dans les quartiers bourgeois, se glissent d’exquises « marches des ventres vides », comme au Chili sous Salvador Allende. En mars 2015, Barack Obama signe le fameux décret qui invente de toutes pièces un Venezuela « menace extraordinaire pour la sécurité nationale des Etats-Unis ». « Commence alors un blocus économique, mais aussi politique, diplomatique et militaire, accompagné d’une opération médiatique sans précédent, affirme la chercheuse Clara Sánchez, auteure d’un ouvrage sur les ravages des mesures coercitives unilatérales imposées par Washington à son pays [7].

Caracas : à Lidice, bouteilles de gaz domestique à recharger.

Le chemin ayant été ouvert par le démocrate Obama, Donald Trump et ses « boys » s’engouffrent et fignolent une opération de « changement de régime ». Sanctions financières (août 2017) ; mesures destinées à rendre impossible l’achat d’aliments par le gouvernement vénézuélien (novembre 2017) ; blocus de PDVSA, de ses filiales, et de toute l’industrie pétrolière (janvier 2019) ; poursuite des entreprises étrangères collaborant avec Caracas (février 2020) ; saisies illégales des avoirs vénézuéliens à l’étranger – CITGO, filiale de PDVSA aux Etats-Unis (valeur : 7 milliards de dollars ; revenus annuels : 11 milliards de dollars) [8] ; Monómeros Colombo Venezolanos S.A., entreprise pétrochimique située en Colombie (valeur opérationnelle : 295 millions de dollars en 2018) ; 31 tonnes d’or appartenant à la Banque centrale vénézuélienne et séquestrées par la Banque d’Angleterre (1,2 milliard de dollars)… Au total, plus ou moins 25 milliards de dollars séquestrés.
Pas moins de deux lois du Congrès des Etats-Unis, sept ordres exécutifs et 352 mesures de sanctions directes contre des personnes, des entreprises, des navires et des avions, servent de base à ce cocktail assassin !
Tous les secteurs du pays s’en trouvent affectés. Très souvent défaillant, le système électrique a été installé avec des technologies américaines et européennes. « Dès 2014, ces entreprises ont refusé de venir au Venezuela pour faire la maintenance ou vendre des pièces de rechange, nous confie le 10 novembre le ministre de l’Industrie (et ex-ministre des Affaires étrangères) Jorge Arreaza. Alors, il peut y avoir un manque d’investissement de l’Etat à un moment donné, on doit admettre qu’on fait des erreurs, mais, fondamentalement, l’état du réseau est dû aux sanctions. [Comme pour Siemens avec l’eau], importer une pièce de General Electric est devenu impossible. On a pu en substituer quelques-unes, avec l’aide d’une entreprise chinoise, mais ce n’est jamais vraiment équivalent. »

Pour les mêmes raisons, l’industrie pétrolière, assise depuis plus d’un siècle sur des technologies, des équipements et des outillages importés des Etats-Unis, s’effondre progressivement. Plus de matériel, plus de pièces de rechange, plus de maintenance efficace au quotidien. Ses ressources diminuant, le Venezuela commence à avoir des difficultés pour importer des aliments. « Ce n’est pas que le pays ne produisait pas, précise Clara Sánchez. Depuis l’arrivée au pouvoir de Chávez, la production a considérablement progressé. Mais la population a aussi augmenté, de même que son niveau de vie et donc sa consommation. De sorte qu’il fallait importer [9]. » A partir de 2015, pénuries organisées, interminables files d’attente et « bachaqueo » (vente d’aliments au marché noir) pourrissent la vie des Vénézuéliens. Pour desserrer l’étau et protéger la partie de la population la plus vulnérable, le pouvoir crée les Comités locaux d’approvisionnement et de production (CLAP), un programme fournissant des aliments subventionnés à six millions de familles. « A peine ce programme a-t-il été lancé qu’il est devenu, sans aucune logique, le programme le plus attaqué du monde ! En Argentine, il y a 11 millions de personnes dans les cantines populaires : s’en prendre à ces “comedores” ne viendrait à l’idée d’aucune personne sensée ! »

De l’alimentation utilisée comme arme de guerre : pour que les Vénézuéliens se retournent contre Maduro, il faut les faire mourir de faim. Dès 2016, l’Assemblée nationale (AN) 2016-2020, dominée par l’opposition et d’où sortira l’ « autoproclamé » Juan Guaidó, dénonce les CLAP ; à la tête de la Commission permanente de contrôle de l’AN, le plus ardent à la manœuvre s’appelle Freddy Superlano. De leur côté, Washington et ses comparses du Groupe de Lima popularisent le thème de « la crise alimentaire la plus grave du monde » tout en traquant les entrepreneurs nationaux et internationaux qui fournissent de la nourriture à la République bolivarienne. Le 25 juin 2018, l’Union européenne sanctionne des membres de l’administration vénézuélienne, dont ceux opérant dans le secteur de l’alimentation. Un exemple parmi cent : poursuivies cette même année 2018 sous la pression des Etats-Unis, les entreprises mexicaines El Sardinero, Delmar Logística, Almacenes Vaca et Rice & Beans devront payer chacune une amende de 750 000 dollars et s’engager à ne plus fournir d’aliments aux CLAP.
Cible de la même stratégie mortifère, un entrepreneur colombo-vénézuélien, Alex Saab, se retrouve au cœur de la tourmente. Aliments, médicaments, combustibles, il contribue à fournir au Venezuela des biens essentiels achetés à l’étranger. Financé à hauteur de 200 000 dollars annuels par l’Open Society Foundation du banquier George Soros et par la National Endowment for Democracy (NED) étatsunienne [10], le site d’opposition Armando.info, dont les journalistes vivent à Miami et Bogotá,publie une série d’ « enquêtes » faisant du « corrompu » Saab l’homme de paille de Maduro. Ça éclabousse, ça mitraille sec ! Reprise par les sites RunRun.es, El Pitazo et Efecto Cocuyo, très populaires au sein de l’opposition vénézuélienne, amplifiée par les médias internationaux, la campagne « Maduro-Saab-corruption-CLAP » est lancée. Arrêté illégalement au Cap-Vert le 12 juin 2020, alors qu’il se rendait en Iran pour y passer des accord commerciaux, Saab sera extradé aux Etats-Unis le 17 octobre 2021, accusé d’être à la tête d’un vaste réseau ayant permis au président vénézuélien et à son gouvernement de détourner l’aide humanitaire destinée aux habitants [11] !

Guerre sale, non conventionnelle, mais totale. Non seulement l’embargo a bloqué les exportations de pétrole, mais il a également interrompu les importations de diluants, nécessaires au raffinage du brut lourd en essence raffinée pour la consommation intérieure. Les pénuries d’essence et de gas-oil qui en résultent obligent les autorités à mettre en place des plans de rationnement et à chercher de nouvelles sources d’approvisionnement. « En 2020, les Etats-Unis ont tenté d’empêcher la fourniture de combustible venu d’Iran, rappelle Clara Sánchez. Faute de carburant, tracteurs et transports intérieurs étaient censés s’immobiliser ! Ils espéraient que l’agriculture et la production nationale d’aliments allaient s’effondrer et affecter encore plus la population… »

Rubio : dans le quartier La Palmita.

Une bouteille d’eau minérale (un litre et demi) : « Un dollar ! », annonce cette commerçante de l’avenue Baralt, dans le cœur battant et populeux de Caracas. Tout est à « un dollar » ou à l’un de ses multiples. Un compte rond, parfois assez exorbitant. Mortel pour le pouvoir d’achat. Il n’empêche : c’est la guerre pour posséder des petites coupures. En ce qui concerne les « cents », inutile d’en chercher : il n’y en a pas. Ici, si nécessaire, pour l’achat d’une « empanada [12] », après un rapide cliquetis de la calculette, on vous rend la monnaie en bolivars (la devise nationale). Là, faute d’en disposer, on vous propose l’équivalent de la somme due en bonbons.
Le bolivar ? Le pays souffre depuis des années d’une pénurie de monnaie locale en liquide. Celle-ci ne croît pas au même rythme que les prix. Voici peu, les Vénézuéliens se sont réveillés avec six zéros en moins sur leurs billets. L’hyperinflation a fait perdre toute valeur au bolivar. L’achat du plus simple des produits donnait lieu à des transactions en millions.

Ce 19 novembre, la Banque centrale du Venezuela (BCV) annonce une parité de 4,58 bolivars pour un dollar. Dépourvu de toute légitimité, le site @Monitor Dólar Vzla, pour le même billet vert, indique, lui, 5 bolivars. Curieux ? Non, pas particulièrement. Le procédé ne date pas d’hier. Il rappelle la période au cours de laquelle, à partir de 2015, le «  Dolar Cúcuta », du nom de la ville colombienne posée sur la frontière, a imposé sa loi. Depuis le 5 mai 2000, sous la présidence d’un Andrés Pastrana hostile à Chávez, la Banque Centrale de Colombie (BCC) a institutionnalisé une double législation pour l’échange peso/bolivar : l’une officielle, établie par et pour la BCC, l’autre permettant aux maisons de change des zones frontalières, très liées au narco-paramilitarisme, d’établir elles-mêmes, de façon aussi indépendante qu’arbitraire, la valeur des devises. De mèche avec le site internet d’opposition vénézuélienne Dolar Today – https://dolartoday.com/ –, hébergé aux Etats-Unis, ces bureaux de change ont créé de toutes pièces et officialisé les taux exorbitants du marché noir, générant des distorsions et engendrant un cycle inflationniste incontrôlable dans l’économie vénézuélienne. Phénomène aggravé à l’époque par un écoulement massif de billets vénézuéliens en dehors des frontières du pays – les faisant disparaître de fait [13].
Après seize ans d’un régime sévère de contrôle des changes, la libre convertibilité du bolivar a été rétablie le 29 août 2019, dollarisant de fait une bonne partie de la vie quotidienne. « Libérer l’usage du billet vert a permis de stabiliser un peu l’économie et, d’une certaine manière, d’atténuer les déséquilibre provoqués par la guerre économique et l’attaque sur le bolivar, explique Carlos Ron, vice-ministre des Affaires étrangères pour l’Amérique du Nord. Evidemment, ce n’est pas l’idéal ; ce sont des mesures prises au milieu d’une situation qui n’a de comparaison avec aucune autre période historique. »
 
De San Cristobal, la capitale du Táchira, un toboggan farci de nids-de-poule de 42 kilomètres s’engouffre entre les montagnes pour rejoindre Rubio. Un car « full », les bagages entassés à l’arrière, pas de place pour les jambes – en résumé, rien à signaler. En revanche, impossible de payer dans le bus qui nous mène de la gare routière au centre de Rubio. Le chauffeur n’accepte ni les bolivars ni les dollars et nous n’avons pas de… pesos.
« Nos enfants ne connaissent pas le bolivar, rit Yosaida Izarra, fondatrice et animatrice de la radio communautaire Kanya FM. Ici, toutes les transactions sont soit digitales soit en monnaie étrangère. Il y a un an que je n’ai pas vu un billet vénézuélien. »
Rubio : petite ville possédant un quartier colonial et andin, des générateurs électriques posés devant certains magasins (pour pallier aux coupures d’électricité), un marché couvert aux venelles très animées, des fruits et des légumes à profusion, un énorme (et très laid) gymnase de plusieurs étages construit par Chávez (personne n’est parfait), des loteries permettant de gagner qui une auto, qui une bicyclette, qui un jouet, la place Bolivar et sa cathédrale d’où sortent des fidèles plus passionnés par la prise de selfies que par leur récente rencontre avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, un simulacre électoral organisé face à la caserne de la police par le Conseil national électoral (CNE), de la publicité à la radio pour le parti d’opposition Action démocratique et un médecin spécialiste établi à Cúcuta (Colombie), des taxis collectifs qui, en quarante minutes, mènent à San Antonio – précisément en face de Cúcuta, située de l’autre côté du río Táchira.

Sortie de la messe à Rubio.

Cette zone frontalière a toujours été aussi active que perméable. Depuis longtemps, côté vénézuélien, on y utilisait les deux monnaies. « Tu allais à Cúcuta et tu payais avec des bolivars sans problème ; les colombiens venaient ici et réglaient en pesos, il n’y a jamais eu aucune difficulté. » Celles-ci commencent avec la guerre contre le bolivar – « une guerre par laquelle on cherche la disparition de notre monnaie ». Lorsque celle-ci s’est effondrée, sous les coups de boutoir de Dolar Today, les commerçants, pour se protéger, ont tout converti en pesos. On peut le comprendre : ils vendaient en monnaie nationale et, quand ils allaient se réapprovisionner, leurs bolivars étaient déjà complètement dévalués. « A Ureña [également sur la frontière], la plupart des commerces – Supercosmo et tout ça – ont péri, commente Mariano Rangel. Alors est apparu le thème de la substitution de la monnaie. Dans le pays, ça a été le dollar. Ici, le peso, depuis deux ans… »
On rajoutera que cette « colombianisation de fait » a été favorisée par la double nationalité dont peuvent se prévaloir de très nombreux habitants de la région. Celle-ci leur permet d’ouvrir des comptes bancaires et de participer au système financier colombien. On estime que, dans le Táchira, entre 20 % et 30 % des transactions numériques sont effectuées via des plateformes du pays voisin – Nique ou Bancolombia.
Pour autant, Ixiareny Godoy « résiste », comme elle dit. « Je suis payée en bolivars. Beaucoup de gens courent dans les commerces de Rubio, qui possèdent des comptes en Colombie, car ils y ont des affaires, et changent leurs bolivars en pesos à un taux qui leur fait perdre énormément. Alors, je préfère payer tout ce que je peux en “bolos”, par carte ou par le système biométrique. »
Dollar, peso… Le bolivar « souverain » serait-il condamné ? « On a impulsé une politique de digitalisation des paiements », commente Carlos Ron, à l’évocation de la situation. Cartes bancaires ; système biométrique avec prise d’empreinte digitale ; application de paiement mobile par téléphone portable ; Petro (crypto-monnaie lancée en février 2018) : « L’objectif est de faciliter au citoyen le paiement au quotidien pour contrecarrer la guerre contre le bolivar papier. » Un sourire confiant, puis : « Rien n’est perdu. La population vénézuélienne est très jeune, domine l’utilisation des réseaux sociaux et des téléphones intelligents. Ça facilite la transition à ce type de monnaie. »

Porte-parole du conseil communal de Baritalia, Rosario Rangel laisse fuser un léger rire : « La frontière n’existe pas. C’est nous qui l’avons inventée. » Mariano, son époux, esquisse un imperceptible signe de tête : « Je suis un descendant de Colombiens. On s’est installés ici, on n’est jamais repartis. » D’où la remarque de Yosaida Izarra, à Rubio : « Les Colombiens cohabitent avec nous. Qui n’a pas de sang colombien, ici ? On en a tous. Ça nous unit. Le problème c’est les mercenaires. »
Vallées profondes entourées de vertes montagnes, le Táchira fait face au Nord Santander, un département colombien particulièrement sulfureux. A deux heures trente de sa capitale Cúcuta, et donc de la vénézuélienne San Antonio, s’étend une zone de culture de la coca contrôlée par des groupes structurés de la délinquance organisée. Les narco-paramilitaires – Autodéfenses gaitanistes de Colombie (AGC) et Rastrojos. Ceux-là même, Los Rastrojos, qui ont aidé « le sauveur du Venezuela » Guaidó à traverser clandestinement la frontière, le 22 février 2019, lors du fameux épisode de l’ « aide humanitaire » censée entrer au Venezuela depuis la Colombie [14].
Ces groupes criminels ont eu un rôle de premier plan dans le pillage du Venezuela à travers ce qu’on a appelé la « contrebande d’extraction », un fléau endémique des années allant de 2015 à 2018. Compte tenu de leur prix subventionné (de 30 % à 80 %), la valeur du lait, du sucre, du riz, des produits de toutes sortes, des médicaments, mais aussi des combustibles, pouvait être multipliés par dix en arrivant dans le pays voisin. Grâce à ce trafic et à une effervescence phénoménale, de grands centres commerciaux se sont développés à Cúcuta, où il n’y avait jamais eu un supermarché. Le Venezuela, lui, s’enfonçait dans les pénuries.

Radio communautaire, Kanya FM est née à Rubio le jour du coup d’Etat contre Chávez, le 11 avril 2002. « Les médias faisaient silence et disaient qu’il s’agissait d’un vide de pouvoir, relate Yosaida Izarra. Quelqu’un nous a appelé depuis Caracas et nous a raconté ce qui se passait. On a utilisé un ordinateur, un micro et une antenne montée sur le toit d’une boulangerie. Ça appartenait à un journaliste. On a dénoncé le “golpe”. On n’avait pas la puissance suffisante pour couvrir tout le “municipio”, mais on a été entendus. » Dix-neuf ans plus tard, la radio est toujours aussi engagée. Ce 31 octobre, dans un petit « patio », on y fait la fête. On commémore Ali Primera, le « chanteur du peuple », qui, s’il n’était mort dans un accident de la route en février 1985, aurait eu ce jour 80 ans. Les intervenants se succèdent au micro, un chanteur à guitare reprend des mélodies connues de tous, un gros gâteau se présente à la découpe, chacun tend son verre pour qu’on le lui remplisse, l’espace s’emplit de rires et d’applaudissements.
L’ambiance n’est pas toujours aussi sereine dans ce Táchira considéré comme « guarimbero ». Gouverné par l’opposition en la personne de Laidy Gómez (Action démocratique), il a de fait été secoué en 2014 et 2017 par les fameuses « guarimbas » insurrectionnelles. Depuis le début des années 1990, le COPEI (social-chrétien) et la Table d’unité démocratique (MUD ; droite) alternent à la mairie de sa capitale San Cristobal.
Par ailleurs, nous confie le directeur de Kanya FM, Sergio Bonillas, « cette zone est affectée par les groupes irréguliers. Il y en a des deux côtés. » Exact. Quelques jours plus tard, à une quinzaine de kilomètres de Rubio, on nous signalera soudainement : « Ici, c’est zone de guérilla. » Et comme nous levons un sourcil : « L’ELN [Armée de libération nationale] traîne dans le coin. » Guêpier militaire inextricable, le conflit colombien s’invite à l’occasion en territoire vénézuélien [15]. Ses combattants se mêlent aux populations civiles.
Toutefois, et en tout état de cause, pour les chavistes, le plus grand danger se nomme « paramilitarisme ». L’extrême droite du pays voisin, en parfaite supplétive du président Iván Duque. « Ces groupes sèment la peur de s’exprimer et on perd notre liberté, continue Bonillas. J’ai le programme “Opinion” de la radio et les amis me disent : “Fais attention”. » Dans le hameau d’El Bojal, « c’est dangereux d’être un leader social et de défendre le drapeau de Chávez », considère Hendry Suazo. Mais… « Les miliciens veillent sur l’entrée et la sortie de la commune », précise-t-il aussitôt.
Pour ne rien arranger, des individus se font passer pour membres de ces groupes et, par téléphone ou internet, jouent avec la peur pour exiger le versement d’une rançon – la célèbre « vacuna » (vaccination).

Dans les locaux de la radio communautaire Kanya FM, à Rubio, pour le 80e anniversaire de la naissance d’Ali Primera.

« Avant, les Colombiens venaient ici, maintenant c’est l’inverse », nous fait-on remarquer.Bien que Baritalia soit une communauté rurale et que les gens y possèdent des cultures, la crise les a poussés à émigrer. Une part notable de la main d’œuvre de la zone se trouve dans le pays voisin. Combien de personnes ? Nul ne le sait. Et encore moins à l’échelle du pays. Les estimations les plus fantaisistes circulent. La surenchère bat son plein. En avril 2019, des chiffres supposément « officiels » évoquaient environ 3,7 millions de personnes ; en mai, la plateforme régionale de coordination inter-agences du Haut-commissariat pour les réfugiés de l’ONU (HCR) tabla sur 4 001 917 ; deux mois plus tard, pas un de plus, l’Organisation des Etats américains (OEA) lançait une opération de basse propagande permettant de passer – Hop ! Hop ! Hop ! – à un intéressant… 6 millions ; vexée de se faire déborder, l’ONU renchérit : ce serait 6,6 millions en 2020 et 7 millions en 2022. Informations bien entendu reprises sans distance critique ni investigation – mais n’est-ce pas ainsi que le monde médiatique procède aujourd’hui ?

Double avantage. Les intérêts politiques et financiers sont colossaux. D’une part, l’amplification à l’extrême du nombre des migrants vénézuéliens permet de dénoncer devant les opinions publiques « les politiques dévastatrices de Maduro ». D’autre part, l’argent coule à flots. Dans un rapport de février 2020, sous l’administration Trump, le Département d’Etat a divulgué le montant de ses contributions versées depuis 2016 à « l’aide humanitaire aux Vénézuéliens » : plus de 656 millions de dollars. Avant que Trump ne quitte le Bureau ovale, en janvier dernier, la même administration annonçait que le montant de la contribution étatsunienne « en aide aux Vénézuéliens vulnérables » était de 1,2 milliard de dollars. A titre indicatif, les fonds de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) se sont élevés à 507 millions de dollars pour les années fiscales 2017-2019, dont 260 millions de dollars pour l’aide censée être gérée par les gouvernements des pays (de droite) environnants, et 247 millions de dollars pour l’« aide au développement », directement tombée dans les poches de l’équipe de Guaidó.

En juin 2021, organisée par le Canada, la Conférence internationale des donateurs en solidarité avec les réfugiés et migrants vénézuéliens a promis plus de 1,5 milliard de dollars de subventions et de prêts, 954 millions étant destinés aux pays d’accueil d’Amérique latine et des Caraïbes. Lesquels, pour toucher un pactole maximum, ont tout intérêt à gonfler les chiffres. Le filon intéresse également une pléthore d’organisations non gouvernementales (ONG), « solidaires », certes, mais pas forcément toujours désintéressées.
Le 30 mars 2020, Uniminuto, une radio universitaire colombienne, a effectué un décompte des ressources reçues par la seule Colombie : 950 millions de dollars depuis 2017, sans compter les sommes octroyées par le HCR, l’Eglise catholique et autres organismes. En septembre 2019, l’Union européenne transférait 30 millions d’euros à Bogotá, suivie, un mois plus tard, par l’Espagne (50 millions d’euros). Seulement, note Clara Sánchez, « dans ce pays qui prétend recevoir le plus de migrants vénézuéliens, avec presque 2 millions de personnes, seules 500 d’entre elles ont réussi à achever les démarches permettant d’avoir accès au récent Statut de protection temporaire (SPT) sur les 15 000 qui les ont commencées. C’est loin de l’objectif annoncé pour cette année 2021, qui était de 800 000 régularisations [16] ! » De là à dire que la réalité n’est guère conforme aux assertions du gouvernement colombien et qu’on peut légitimement s’interroger sur le nombre réel des « réfugiés » vénézuéliens, il n’y a qu’un pas…
« Le départ de familles entières n’a pas fonctionné, nous explique ainsi Mariano Rangel, connaisseur, pour le moins, de son environnement immédiat. Partir est bon pour l’homme qui s’en va et laisse les siens sur place, ce qui est le plus fréquent. Il est là-bas, dans le secteur agricole, mais il a sa famille ici, à qui il envoie de l’argent… »

Rubio.

Il n’y a pas si longtemps, des combustibles à la nourriture, la contrebande fonctionnait dans le sens Venezuela – Colombie. Le flux s’est inversé. Huile, lait, viande, shampooing : n’importe quel magasin du Táchira regorge aujourd’hui de produits colombiens. « C’est une question de prix. Il existe une production vénézuélienne, mais, du fait de l’hyperinflation, elle est désormais plus chère que celle du pays voisin. »
Outre les mafias paramilitaires, trafiquant à très grande échelle, des milliers de personnes, des deux côtés de la frontière, dépendaient d’une source de revenus informelle : la contrebande d’essence vénézuélienne. Installés avec leurs bidons de 25 litres, côté Colombie, des cohortes de vendeurs improvisés – les «  pimpineros » – se succédaient le long des principales voies du Nord Santander, chacun s’en souvient.
Pour mettre un terme à ce juteux trafic de l’essence « la moins chère du monde », car subventionnée, le gouvernement bolivarien a mis en place un double système de distribution : l’un, au prix « international », inabordable pour la plupart des Vénézuéliens ; l’autre subventionné, pour toute la population qui dispose du Carnet de la patrie (une carte d’identité biométrique destinée à gérer les programmes sociaux). Problème réglé ? Pas vraiment…
 « On vit maintenant de l’essence colombienne et on la revend », grogne la chaviste qui nous accompagne en stoppant son auto mal entretenue – faute de pièces de rechange, devenues introuvables ou hors de prix – devant une demeure d’où sort une jeune fille portant un gros récipient en plastique plein de carburant. Sur ce sujet, notre interlocutrice peut se montrer intarissable : « D’abord, l’essence subventionnée n’arrive pas régulièrement. Elle est rationnée. Quand il y en a, les autorités décident qui y a accès, en fonction de sa plaque d’immatriculation. Aujourd’hui, à 5 heures du matin, est sortie l’annonce : pour le “municipio” Junín [chef-lieu : Rubio], seront servies les voitures dont le numéro se termine par 6. Moi, j’ai 2. Je ne sais pas quand je pourrai faire le plein. D’autre part, notre essence, pour des raisons que j’ignore [mais qui sont liées aux sanctions imposées à PDVSA], est de mauvaise qualité. Elle abîme les moteurs des véhicules. Donc, on la mélange avec de l’essence colombienne. »
La démerde, la débrouille, la bidouille permanentes. Alors, la population fatigue. Toute « chaviste » qu’elle soit, notre conductrice « en a marre », vomit sur le protecteur du Táchira [17], Freddy Bernal – « Il a surtout protégé ses amis, regardez les routes, elles sont dans un état déplorable ! » –, sur le maire – « un corrompu ! » –, sur « les mauvaises décisions prises par les politiques », sur les CLAP – « qui n’arrivent pas régulièrement » –, sur les programmes sociaux – « qui fonctionnent de moins en moins bien » – et ne sait même pas si elle ira voter.

Mission médicale « Barrio Adentro » (« Au cœur des quartiers ») à Rubio.

Tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des mondes. La guerre non conventionnelle menée par Washington et ses alliés atteint son but. Epuiser la population. Y compris celle qui hier, massivement, portait la révolution.
Au cœur du processus, se trouvent les conseils communaux – quarante-sept mille dans tout le pays – chargés de gérer, planifier et gouverner au niveau des communautés. Le peuple organisé de la fameuse démocratie « participative et protagonique ». « En 2006, quand a été promulguée la loi, il y a eu un enthousiasme pour le pouvoir populaire et la participation, se souvient Mariano Rangel. Dans le cas de Baritalia, on a formé notre conseil, avec des gens d’ici et on a présenté des projets pour résoudre les problèmes qui affectaient la population. A partir de programmes gratuits pour les familles, on a obtenu des logements en bonne condition. On a changé les toitures, on a asphalté les rues, on a arrangé l’école, la maison communale. » Ont accompagné, dans cette première phase, des améliorationsen matière d’accès à l’eau potable et à l’électricité. « Avec la mort de Chávez est survenu un premier recul et, ces dernières années, le niveau de participation a baissé de manière significative. Les citoyens sont plus préoccupés par leurs problèmes quotidiens et la situation alimentaire… Les droits de participation politique passent au second plan. » Ce pour les résultats de l’agression. S’y ajoutent les contradictions inhérentes à tout projet, quand bien même il serait révolutionnaire…

« Nous, au niveau des conseils communaux, on est en autogestion, vous confie-t-on à El Bojal. Mais il y a un choc de pouvoirs avec la bureaucratie. Elle ne veut pas reconnaître qu’il y a un peuple organisé, une transformation, un Etat dans l’Etat. »
Une institution est un organisme vivant. Son premier instinct est de survivre. « Indifféremment de qui gouverne, confirme Mariano Rangel, révolutionnaire ou opposant, il y a une tendance à ne pas permettre la participation citoyenne. En théorie, au sein du “municipio”, doivent être impliqués le maire, les conseillers municipaux et les représentants communautaires. Les maires font leur possible pour coopter ces représentants et il n’y a ni planification participative ni discussion du budget. »
Même critique adressée au système éducatif. A travers les conseils scolaires, il prévoit des espaces de participation. Il a fait peu en la matière. « Il y a une tendance qui persiste, tant au niveau des ministères que des directeurs et des enseignants, de maintenir une certaine verticalité. » Par ailleurs, même à la base, nul n’est parfait.Loin du vide absolu des principes, des abstractions et de la course à la pureté idéologique, la « démocratie participative » doit composer avec ce qu’on nommera le facteur humain. « D’une certaine manière, il y a une forme de paternalisme au niveau communautaire : tandis qu’une majorité se comporte en simple réceptrice des bénéfices, seules deux ou trois personnes gèrent les problèmes face aux instances du gouvernement. »

Caracas : « barrio » Altos de Lidice.

« Faisons confiance au peuple » a rappelé le président Maduro : en deux temps, le PSUV organise des primaires ouvertes pour que ses militants choisissent qui les représentera le 21-N. A travers tout le pays, le 27 juin, 14 381 assemblées départagent les membres qui soumettent leur candidature : 60 % sont des femmes, 83 % ont moins de 50 ans et la moitié entre 21 et 30 ans ; 10 % seulement des maires en place se représentent, plus de 90 % des aspirants à cette fonction postulent pour la première fois. Difficile de faire mieux en matière de participation de la base et de renouvellement [18]. Seulement, il y a toujours quelques exceptions à n’importe quelle règle. Si la différence séparant deux candidats est trop mince, le parti intervient : « Nous voulons (…) qu’il n’y ait pas de positions irréconciliables provoquant qu’un groupe parte dans un sens et un autre dans l’autre, a clairement indiqué le vice-président du PSUV, Diosdado Cabello ; dans ces cas-là, la révision intervient. » Et, de fait, en certaines circonstances, le parti impose son choix, souvent en la personne d’un troisième larron.
Ces quelques exceptions n’obèrent en rien l’exemplarité de l’ensemble du processus. Mais elles provoquent des crispations – par exemple dans les « municipios » de Maracaibo, San Francisco, Cabimas et Santa Rita (Etat de Zulia) ; ou à San Antonio del Táchira, où le jeune maire William Gómez, très populaire chez les militants, a été écarté au profit de l’aspirante Sandra Sánchez ; ou à… Rubio. « Au final, le parti décide ce qu’il considère comme satisfaisant ses intérêts, s’emporte Ixiareny Godoy. Pas les nôtres. Les nôtres étaient représentés par ceux pour qui nous avons voté. A primé l’intérêt de quelques-uns sur l’intérêt collectif et ça a généré de la désillusion. Notre parti, car ici on est tous PSUViste – elle montre du doigt Mariano et Rosario Rangel, qui participent à la discussion – nous a tourné le dos. Et il y a une fracture. Quelques-uns résistent et restent, par discipline, mais d’autres s’en vont. Comment tu les reconquiers ? »

Pour de multiples raisons, la fatigue, la déception voire une sourde colère érodent le chavisme. Aux causes précédemment évoquées, on ajoutera la corruption ou l’inefficacité de certains élus. La gestion des pourparlers avec la droite honnie, celle de Guaidó : « L’Etat recule. On veut la paix, c’est bien, mais on cède sur des points clés. Si on négocie, il faut le faire dans le cadre de la légalité et de l’état de droit, sans céder sur les principes. Ceux-là, on ne peut pas les toucher. » Le doute aussi devant certaines initiatives prises par le pouvoir pour desserrer l’étau du blocus, à l’image du projet des Zones économiques spéciales (ZES) destinées à augmenter la production nationale et les exportations en attirant les investisseurs locaux et étrangers – « Une néo-privatisation ! » – ou les marques de rapprochement avec le patronatLe Parti communiste vénézuélien PCV) va plus loin encore, qui a rompu avec le pouvoir (sans rallier la droite, cela va de soi). D’après son secrétaire général Oscar Figuera, la gestion de l’administration de Maduro « n’a plus rien à voir avec le projet politique proposé par Chávez ».
A Caracas, dans le quartier Altos de Lidice, une militante pure et dure, chaviste jusqu’au bout des doigts, lève les bras au ciel avec amusement : « La vie est difficile, jusqu’à nos enfants basculent dans l’opposition ! »
A l’évidence, désaffection ou abstention n’épargneront pas cette famille politique le 21-N.

Caracas.

Guaidó : le naufrage. Il allait tout casser, diviser l’armée, provoquer l’intervention des « marines », pulvériser le chavisme, mettre fin à l’ « usurpation » de Maduro. Trump l’avait fait roi, l’Union européenne l’adorait, les médias du « premier monde » le couvaient tendrement. Echec total. Sa seule réussite est d’avoir affamé ses compatriotes en réclamant chaque jour davantage à Washington et à ses supplétifs de la « communauté internationale » des sanctions cruelles contre son pays. Depuis le 5 janvier 2021, il n’est même plus député [19]. Des secteurs de l’opposition lui ont tourné le dos et entretiennent des relations institutionnelles normales avec le pouvoir. Malgré les appels au boycott des dernières élections,certains d’entre eux siègent au Parlement et sont présents dans les gouvernements locaux et régionaux.
 Guaidó est assez à cran ces temps-ci. Il continue toutefois à jouer les présidents imaginaires. En mai 2021, il a présenté sa nouvelle trouvaille : « Oui, j’appelle à la protestation organisée et civique pour réclamer nos droits, oui, j’appelle à manifester pour sauver le Venezuela et exiger un Accord de salut national. Cet accord ne viendra pas tout seul, il viendra en exerçant la majorité, en faisant descendre le plan « Sauvez le Venezuela » dans la rue ! » La rue… Elle reste vide. Il y a belle lurette que les opposants, déçus, frustrés, écœurés, désabusés, ont cessé de prendre ses appels au sérieux.

Cette fois, la cavalerie ne vient pas au secours de Guaidó. Prenant acte du fiasco de sa stratégie, Washington, depuis Bogotá, par la voix de l’ambassadeur James Story, annonce au G-4, la coalition des quatre principaux partis d’opposition – Volonté populaire (VP), Primero Justicia (Justice d’abord ; PJ), Action démocratique (AD), Un Nouveau Temps (UNT) – qu’elle soutiendra le « président intérimaire » jusqu’au 1er décembre 2021. « Au-delà de cette limite, votre billet n’est plus valable », semblent dire les maîtres à leur commis en autorisant ou en ordonnant à la droite radicale vénézuélienne d’accepter le « dialogue » proposé en permanence par le gouvernement de Maduro.
Qu’on n’y voie pas un relâchement de la « pression maximum ». Il s’agit de poursuivre le même objectif, mais par d’autres moyens. Alors que, désireux de voir lever les mesures coercitives, Maduro a libéré Freddy Guevara (VP), condamné pour incitation à la violence, Story, depuis le programme « Aló Embajador », qu’il diffuse sur Facebook, YouTube et Twitter, assène un explicite : « Lever les sanctions serait une erreur, tant qu’il n’y aura pas des changements irréversibles, fort importants pour la restauration de la démocratie au Venezuela ».

Les conversations n’en débutent pas moins le 13 août à Mexico, facilitées par leRoyaume de Norvège, accompagnées par la Fédération de Russie et les Pays-Bas. A contrecœur, mais le dos au mur, Guaidó nomme l’équipe des négociateurs de la Plateforme unitaire, que dirigera Gerardo Blyde, ex-député de Primero justicia passé à Un Nouveau Temps. L’accompagnent entre autres Freddy Guevara, Tomás Guanipa (secrétaire général de Primero Justicia), Stalin González (membre de la direction d’UNT), Luis Aquiles Moreno (sous-secrétaire général d’Action démocratique), Roberto Enríquez (membre de Copei, vieille formation historique de la IVe République).
Président de l’Assemblée nationale, Jorge Rodríguez emmène la délégation du gouvernement qui, elle, ne parle que d’une seule voix.
De ces premières conversations sortent les accords qui vont permettre l’organisation de la « méga-élection ». En effet, au sein de la délégation de droite, cohabitent des « durs » (VP), mais aussi des représentants des partis moins fondamentalistes (PJ, AD). En geste d’ouverture, le pouvoir accorde à l’opposition deux des cinq postes exécutifs du Conseil national électoral (CNE) et invite une mission de l’Union européenne pour observer la prochaine consultation.

Rubio ; simulacre électoral permettant de se familiariser avec la machine électronique.

Indépendamment de ces avancées, un ou deux points sautent immédiatement aux yeux : le 13 mai, à Mexico, le Mémorandum d’Entente sur le processus de dialogue a été signé entre la Plateforme unitaire et… « le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela ». Une opposition qui, il y a peu encore, dénonçait « l’usurpation  » et proclamait le pouvoir « illégitime », rend à César ce qui appartient à César et met fin à la fiction du « gouvernement Guaidó ». Qui plus est, le 6 septembre, l’Accord partiel pour la protection de l’économie vénézuélienne et la protection sociale du peuple remet implicitement et explicitement en cause les sanctions.
Le segment le plus lié aux intérêts de Washington se rend compte qu’il perd du terrain. A l’extrême extrême droite, l’ultra-radicale María Corina Machado multiplie les diatribes contre les discussions : « Il n’y aura pas de fin à la faim, à la violence, à la misère, pas une pièce de monnaie ou un revenu qui vaille quelque chose. Pas tant que la mafia ne sera pas hors du pouvoir. Tout le reste n’est que de l’eau chaude et des miettes pour les collabos ! » Vice-présidente et ministre des Affaires étrangères colombienne, Marta Lucía Ramírez s’en mêle, bien que personne ne lui ait rien demandé (sauf peut-être ses amis Leopoldo López, le leader de VP installé dans le quartier le plus chic de Madrid, et Guaidó) : « Le dialogue au Mexique est une tentative timide contre laquelle nous ne voulons pas poser une charge de dynamite, mais nous devons être très clairs sur le fait que si l’objectif de la négociation est un dialogue, il ne conduira pas vraiment à un changement profond [20]. »
Le 17 octobre, semblant répondre à ces appels, l’extradition de Saab du Cap-Vert vers les Etats-Unis porte un rude coup aux pourparlers. « Sabotage, s’interroge Carlos Ron ? Je pense que oui. D’une certaine manière, à travers la table de négociation, ils voulaient obtenir ce qu’ils n’ont pas pu gagner dans la rue. Quand ils ont vu que, dans le cadre de ce dialogue, on avançait positivement et que leur espace se réduisait, ils ont prétendu siffler la fin de la partie. »

Semi-satisfaction pour les faucons : si le président Maduro suspend immédiatement les négociations, les élections du 21-N ne sont pas remises en question. Que faire ? Le 9 octobre, Freddy Guevara (membre de la délégation de la Table unitaire), Carlos Vecchio (pseudo-ambassadeur de Guaidó aux USA) et Leopoldo López (le chef d’orchestre) se réunissent avec les influents sénateurs démocrates Bob Menéndez, président de la Commission des relations extérieures des Etats-Unis, Dick Durbin, numéro deux («  Whip ») de la majorité démocrate au Sénat, et Tim Kaine, colistier à la vice-présidence d’Hillary Clinton lors de l’élection présidentielle de 2016. Ce qui, à court terme, ne résout en aucun cas une sacrée difficulté…

Dans l’antichambre des élections à venir, il n’y a pas une droite mais dix droites. Le 6 avril 2021, un simple « communiqué » a annoncé la naissance de la Plateforme unitaire « utile, complète, inclusive, assurée, efficace et opérationnelle », réunissant quarante partis autour du G-4 et incluant la « société civile ». Le 11 mai, néanmoins, Guaidó semblait ignorer cette annonce lorsqu’il a lancé un appel à un Accord de salut national. Seulement, l’unique « base sociale » de Guaido se trouve à l’étranger : gouvernement américain et supplétifs de l’Union européenne, « exilés » installés en Colombie, en Espagne ou aux Etats-Unis (Julio Borges, Antonio Ledezma, Leopoldo López, Carlos Vecchio). Que l’ex-président du gouvernement espagnol José María Aznar octroie au président imaginaire le Xe prix FAES de la Liberté [21] ne change strictement rien à l’affaire. Le 23 juin, Capriles, ex-gouverneur de Miranda et deux fois candidat de la droite contre Chávez, affirme lors d’un entretien à Bloomberg, qu’il n’a plus aucune relation avec Guaidó : « Ce soi-disant gouvernement provisoire est terminé ». Capriles a quitté le parti qu’il a contribué à créer il y a vingt-deux ans, Primero Justicia, pour fonder une nouvelle formation, La Fuerza del Cambio (le force du changement). Ignorant ostensiblement son ex-comparse Leopoldo López, qui l’attaque furieusement, Capriles appelle à participer « sans complexes » aux élections du 21 novembre.
 
C’est que, entre-temps, composée de partis fermement opposés au chavisme, mais tout autant en désaccord avec la stratégie de la droite extrémiste, l’Alliance démocratique trace son chemin [22] . Avec des résultats modestes, elle a déjà participé aux élections législatives de 2020. Dès lors, pour le G-4, se pose un dilemme face à la prochaine consultation démocratique. Y aller ou pas ? Continuer à boycotter ? Laisser le champ libre aux modérés ? Le G-4 se déchire. Eux-mêmes divisés en différentes tendances, ses partis s’épient les uns les autres, se balancent des coups bas. Tous veulent récupérer le pouvoir. Leur lutte n’a rien d’idéologique. Chaque faction veut sa part d’accès à l’Etat, à l’argent de l’Etat. Ce qui les intéresse c’est le contrôle de PDVSA. Ils se battent pour ça. Et, au-delà de la lutte contre le chavisme, ne partagent guère qu’un objectif, à peine dissimulé : se débarrasser de Guaidó.
La confusion devient telle que, le 24 août, les dirigeants de la Table d’unité démocratique (MUD) – coalition des mêmes protagonistes, fondée en 2010, et dont tout le monde avait oublié l’existence – annoncent leur démission !

Caracas : Altos de Lidice.

Au bout du compte, le pragmatisme l’emporte. Le 31 août, par la voix d’Henry Ramos Allup, le vieux renard d’Action démocratique, la Plateforme unitaire, « poussée par un sentiment d’urgence et afin de trouver des solutions permanentes pour la population », annonce sa participation aux élections. Lorsque Ramos Allup précise « avec l’approbation des Etats-Unis, du Canada et de l’Union européenne », tout un chacun devine qui en réalité a pris la décision (d’avantage Washington que Toronto ou Bruxelles au demeurant). Plus étonnant, en revanche : lors de cette conférence de presse, Guaidó est aux abonnés absents. Questionné, Ramos Allup précise que ce dernier « n’est pas un parti », mais que Volonté populaire, sa formation, participera bel et bien aux différents scrutins. Au grand dam de… Leopoldo López, le véritable « boss » de VP et de Guaido ! López fait immédiatement savoir qu’il est « contre cette participation », mais que la base du parti a fait pression sur lui. Tout fout le camp dans la chefferie ! Pour signifier qu’il existe, Guaido dénonce l’absence de « conditions et de garanties pour des élections libres et justes ». Déclaration en partie occultée par une nouvelle déflagration : douze petits partis de la Plateforme unitaire dénoncent le G-4, qui prend ses décisions sans les consulter. Sachant que, pour avoir refusé les primaires comme moyen de sélection des candidats d’une opposition unie, le G-4 a déjà été fortement critiqué lors du lancement d’une nouvelle formation composée de maires ancrés dans la vie locale, Fuerza Vecinal (Force du voisinage), le 11 juillet.

Sur les 70 000 candidats en lice pour le 21-N, 3 082 seulement appartiennent au chavisme, qui ne présente qu’un candidat pour chaque fonction (avec au mieux un suppléant). Les autres postulants – près de 63 000 ! – appartiennent aux partis, formations et micro-formations de l’opposition. « Plus divisés, tu meurs », s’amuse un observateur ! « Il y a ici des situations qui échappent à la logique politique, ou plutôt à sa narration, observe de son côté Carlos Ron. Un Etat qui, par tradition, ne serait pas difficile à remporter, sera perdu par l’opposition. Et ça peut se passer dans bien des cas. Alors, il ne faudra pas être surpris et, au vu des résultats, penser à des manœuvres irrégulières du pouvoir. »
Aucun message clair, aucun programme, aucune offre politique en direction des opposants de droite qui, ayant mis leurs espoirs dans la supposée présidence intérimaire, se sentent floués. Et plutôt deux fois qu’une. Car, et qui plus est, un parfum permanent de scandale flotte dans le sillage de la « Team Guaidó ». Ces « beaux messieurs » se sont emparés de la porcelaine, de l’argenterie et des bijoux de famille, tout le monde le sait désormais. Censés gérer les fonds des entreprises publiques vénézuéliennes confisquées à l’étranger – CITGO, Monómeros, etc. –, ils ne rendent de comptes à personne sur l’utilisation de ces ressources. Mais de préoccupantes informations remontent à la surface, de plus en plus régulièrement.
Non défendue par ses administrateurs « bidons », occupés à la piller, CITGO risque le démantèlement au profit de deux multinationales qui, expropriées sous la présidence de Chávez, ont porté l’affaire devant les tribunaux étatsuniens – Crystallex International Corp (pour un milliard de dollars) et ConocoPhillips (pour 1,3 milliard). En janvier 2021, un juge fédéral du Delaware, Leonard Stark, a déjà autorisé la vente d’actions de CITGO pour indemniser ces créanciers.
En Colombie, dévastée et menée à la ruine, Monómeros a été placée sous contrôle de la Superintendance des entreprises, c’est-à-dire du gouvernement d’Iván Duque, pour la « protéger » de la faillite. « C’est la vérité, c’est la réalité, cette droite trahit, a férocement commenté le président Maduro. C’est pourquoi nous les appelons le G4RP, le Groupe-des-4-rats-pelés dirigés par le super-grand-rat-pelé Juan Guaidó, je demande pardon à ces innocents petits animaux. »
Même au sein du G-4, la consternation règne. Fin septembre, « horrifié », Primero Justicia a annoncé se retirer des organes de gestion et d’administration des actifs du Venezuela à l’étranger. Devant le désastre, tout le monde proteste de son innocence. Tout le monde se lave les mains. Chacun prend une attitude offensée. Personne n’est responsable de rien – sauf, clament tous leurs complices, Volonté populaire et Guaidó !

Dans la mouvance de ce gouvernement fantoche, la « défense de la démocratie » débouche de fait sur d’épaisses liasses de billets verts. Chavistes en rage et opposants effarés découvrent jour après jour, l’ampleur de la razzia.
 Créé sous les auspices des Etats-Unis, le « gouvernement intérimaire » est financé par l’Office of Foreign Assets Control (Office des actifs étrangers ; OFAC), qui a pris le contrôle des avoirs confisqués à la République bolivarienne. Pour qui l’ignorerait, l’OFAC, division du Département du trésor américain, « administre et fait appliquer des sanctions commerciales et des restrictions économiques basées sur la politique étrangère américaine et les objectifs de sécurité nationale à l’encontre de régimes et pays étrangers, terroristes, trafiquants de drogue internationaux, individus impliqués dans des activités de prolifération d’armes de destruction massive et autres agents pouvant menacer la sécurité nationale, la politique étrangère ou l’économie des Etats-Unis » – tout le monde aura reconnu le Venezuela ! C’est donc auprès de cet organisme que le pseudo-gouvernement, qui ne contrôle strictement rien, mendie son argent de poche. Car il lui en faut…
Sur le territoire national, opèrent de grandes entreprises publiques – PDVSA, Corporación Venezolana del Petróleo, Pequiven, Banque de développement économique et social (Bandes), Corporación Venezolana de Guayana (CVG), etc… Bien que n’ayant aucune prise sur ces entreprises gérées par l’Etat, Guaidó a nommé pour chacune d’elles un conseil d’administration parallèle. Sans exercer aucune activité en quoi que ce soit productive, ces « présidents » et « directeurs » perçoivent un salaire de 2 500 à 3 000 dollars par mois.
Treize « magistrats » titulaires et leurs vingt suppléants inoccupés flânent au sein de la Cour suprême de justice parallèle ; pour se réunir de temps en temps dans une salle du Congrès colombien, à Bogotá, ils empochent mensuellement 4 000 dollars sonnants et trébuchants [23]. Bonne affaire également pour les buffets d’avocats chargés de protéger les actifs extérieurs du Venezuela (avec les résultats que l‘on connaît s’agissant de CITGO et Monómeros) : 6 552 512 dollars depuis le début de la plaisanterie [24].

D’après le président de l’Assemblée nationale légitime, Jorge Rodríguez, et sur la base d’une conversation téléphonique interceptée de Sergio Vergara, ex-député du Táchira et conseiller de Guaidó, le gouvernement intérimaire a prévu, lors d’une réunion virtuelle tenue le 12 avril 2021, de demander près de 53 millions de dollars de budget à l’OFAC. Parmi les dépenses, sont prévus 7,28 millions de dollars pour les députés élus en décembre 2015 – et qui ne siègent évidemment plus depuis l’élection de la nouvelle Assemblée, le 6 décembre 2020. Si l’on en croit les « documents officiels » du gouvernement autoproclamé, le « bureau de la présidence » – lire Guaidó – a reçu la modeste somme de 2,6 millions de dollars en 2021, dont un dernier versement de 1,9 millions de dollars le 29 septembre. Si l’intéressé gère ce pactole en bon père de famille – lui et son épouse Fabiana Rosales viennent d’avoir une deuxième fille –, il devrait sortir de l’aventure avec de substantielles économies. On pourrait même suggérer que, comme les politicards de son entourage, il n’a pas intérêt à ce que l’imposture de sa « présidence intérimaire » se termine trop rapidement.
Seulement…
Si la masse des opposants ne croit pas au socialisme et abhorre Maduro, elle rejette désormais ce groupe de parvenus qui, tout en demandant des sanctions porteuses de préjudices pour toute la population, « se goinfre » aussi outrageusement. Qu’on y rajoute l’éparpillement « façon puzzle » des partis et le discours incohérent – hier « boycott car l’élection ne sera ni juste ni crédible », aujourd’hui « participation bien que les élections ne soient ni justes ni crédibles » –, une abstention massive et une défaite mémorable sont hautement prévisibles. D’autant que…

Caracas. « Il y a 200 ans, nous avons vaincu l’Empire espagnol… Aujourd’hui, en 2021, nous résistons et nous vaincrons le criminel impérialisme yankee et ses vend-la-patrie ».

La situation s’améliore. Le peuple ne s’est pas rendu. Le gouvernement a réagi. « Quand les Etats-Unis nous ont attaqué, analyse Jorge Arreaza, ils ont frappé directement l’industrie pétrolière, le cœur de notre économie. Cela a affecté les revenus nationaux, mais a également eu un aspect positif. Aussi bien la classe travailleuse que les propriétaires des moyens de production, qu’ils soient étatiques ou privés, ont dû faire preuve de créativité pour affronter l’adversité. »
En tant que ministre de l’Industrie, Arreaza multiplie les « inspections surprise »dans les entreprises d’Etat. « L’appareil productif, en ce moment, fonctionne à 30 % de ses capacités installées. Mais cette capacité demeure importante. On va la rendre indépendante et la relancer. »
Voici peu encore, du fait des sanctions et des « apagones », l’industrie de base, la sidérurgie, l’acier, l’aluminium se trouvaient pratiquement à zéro. Grâce à l’ingéniosité des travailleurs organisés dans les comités de productivité et à de longues journées de réflexion – « Cette ligne de production n’est pas nécessaire, on va se concentrer sur celle-ci » –, des miracles ont eu lieu. S’appuyant sur leurs années d’expérience, ces travailleurs ont recyclé, dessiné et réalisé des pièces de rechange impossibles à obtenir à cause du blocus, remis en marche des industries paralysées. A l’heure où nous terminons ce texte, des ouvriers d’Hidrocapital s’activent, semble-t-il avec succès, sur l’une des installations en panne – E/B 32-Systema TuyIII – qui, de Camatagua, approvisionne Caracas en eau. Petit à petit, production et distribution d’électricité se stabilisent. Malgré le blocus, PDVSA reprend ses exportations de pétrole, par des chemins et des réseaux détournés.

« L’entrepreneur vénézuélien, qui a lui aussi souffert et affronté l’adversité, qui a envie de travailler, s’est rendu compte que ce gouvernement peut lui tendre la main, sans affrontement, pour stabiliser le pays », poursuit Arreaza. Je crois qu’on a passé le moment le plus critique du conflit. » L’Etat se réservaitcertains secteurs – fournitures industrielles, alimentation. Lui accordant autorisations et exonérations, il s’appuie davantage sur le secteur privé. Celui-ci innove : là où, voici peu encore, le géant alimentaire et hégémonique Polar avait l’exclusivité de la fameuse « Harina Pan », et en coupait à l’occasion le robinet pour provoquer des pénuries (2002, 2016 et 2017), deux ou trois marques nouvelles se disputent à présent le marché. « On passe une alliance. On ne sait pas si elle est circonstancielle ou définitive, mais ce sont des changements indispensables, compte tenu de la situation. »
Dans un autre domaine, le Venezuela commence à substituer certaines importations. Les « paquets CLAP », en 2016, étaient constitués à 90 % de produits importés. Les aliments « made in Venezuela » y atteignaient 40 % en 2019 et, nous précisera Clara Sánchez, « cette année, ça va augmenter ». Entretemps, 2020 a permis de constater une progression historique dans la production de semences de maïs.
Le début de la fin pour la fameuse « économie de rente » ? « Le pétrole restera important, demeurera un levier, conclue Arreaza, mais il n’est plus, ni ne doit être l’essence de notre économie. »
En tout cas, un vent léger, chargé d’optimisme, souffle sur le Venezuela.

Teatro Nacional de Venezuela.

Même le Táchira semble respirer mieux. Depuis 2015, la frontière avec la Colombie était presque totalement fermée, en raison des tensions politiques entre Caracas et Bogotá. En temps normal, quelque quarante mille personnes transitent quotidiennement, dans les deux sens, sur le pont Simón Bolivar, qui relie San Antonio et Cúcuta. La collaboration d’Iván Duque avec Guaidó en février 2019, provoqua la coupure de tout lien terrestre, interrompant les importants flux commerciaux. Au détriment des secteurs économiques situés des deux côtés de la démarcation. « Les gens venaient de l’intérieur et s’arrêtaient dans cette “posada”, nous confie la propriétaire de l’Hôtel El Marques, à Rubio, dont nous sommes le seul client. Depuis la fermeture de la frontière, on survit. »
Même pour le petit commerce informel auquel s’adonnent les frontaliers, l’impossibilité de passer légalement constitue un gros mal de tête. Des milliers de personnes n’ont d’autre choix que les « trochas », ces sentiers illégaux tenus par toute une faune qui les rançonne au passage en exigeant une « taxe » ou une « collaboration ».
En juin 2021, Bogota a entendu rouvrir la frontière de manière unilatérale, mais le gouvernement vénézuélien a alors qualifié cette mesure d’ « intempestive » et réclamé un processus « contrôlé ». Il s’agissait, pour Caracas, de contrôler la pandémie de Covid-19, contenue au Venezuela, débordante en Colombie. Aucune communication raisonnable n’étant possible du fait de l’attitude hostile de Duque, c’est le protecteur du Táchira, Freddy Bernal, qui a pris les choses en main et négocié directement avec les premiers intéressés : les commerçants et la Chambre de commerce du Nord Santander, installée à Cúcuta. C’est ainsi que le 4 octobre, Maduro a pu annoncer la réouverture de la frontière aux piétons. Dès le 5, des monte-charges évacuaient les conteneurs qui bloquaient le pont Simón Bolivar depuis 2019. Avec un premier résultat : la reconnaissance des habitants à l’égard du protagoniste de cette avancée. « Le protecteur, le compañero Freddy Bernal, a fait un travail extraordinaire ces derniers mois pour obtenir une réouverture piétonnière. A moyen terme, l’ouverture totale est prévue. » Un pas de géant pour San Antonio, qui ne l’oubliera pas le jour de l’élection.

Ouverture aux piétons de la frontière avec la Colombie à San Antonio

« Seul le peuple sauve le peuple ! » Là se trouve le secret de la future victoire. Le mouvement populaire et social se mobilise. On pourrait évoquer la Comuna El Maizal – vingt-deux conseils communaux, 4 500 familles – née en 2009 de l’expropriation d’un grand domaine du même nom. Sur 1 500 hectares, entre les municipalités de Simón Planas (Lara) et d’Araure (Portuguesa), ces « communards » autogérés produisent maïs, café, légumineuses, légumes, semences indigènes, lait, fromage, viande bovine et porcine. Ils gèrent également quatorze entreprises de production sociale, transforment le maïs en farine précuite, ont fondé une école de formation idéologique et technique, le tout avec le soutien de militants du Mouvement des Sans Terre (MST) brésiliens. Si l’on ne s’étend ici pas sur cette expérience exemplaire, c’est que des réseaux sociaux dignes de ce nom s’y sont déjà intéressés [25].
Moins connus, très souvent complètement ignorés, y compris d’une aire militante ou intellectuelle européenne se gargarisant en permanence d’un narcissique « depuis en bas et à gauche », 47 000 conseils communaux, 3 567 communes officiellement enregistrées ont poussé comme des champignons dans tout le Venezuela. Si tous ne fonctionnent pas à la perfection, on l’a vu, s’ils ne sont pas exempts de contradictions, ils n’en constituent pas moins le cœur et l’âme de la démocratie participative voulue par Chávez en son temps. Et le noyau dur d’une révolution bolivarienne qui ne se rend pas.

Dans le hameau d’El Bojal, étiré le long d’une route étroite du Táchira, le jeune Hendry Suazo pourrait parler pendant des heures des dix conseils communaux réunis au sein de la Commune socialiste paysanne et productive des Trois frontières. Des divers membres du collectif – le professeur, le militaire, l’ingénieur, le cultivateur, l’artisan. « Face au blocus impérialiste, la population s’est vue dans l’obligation d’inventer de nouveaux mécanismes pour subsister. Nous, les leaders communautaires, qui avons cette passion pour la révolution, nous animons le processus, pour ne pas laisser péricliter ce projet de pays que voulait notre “comandante”.  » Inévitable, un grand portrait de Chávez occupe un mur, à proximité d’une étagère emplie de bibelots. Un soupir : « Les gens de l’opposition pourraient participer, mais ça ne les intéresse pas. »
Du café circule dans les verres, l’écran de la télé éclaire la pénombre d’un rectangle flamboyant. «  En tant que commune, on s’est organisés pour produire, semer, récolter et participer au marché afin de réduire les pénuries. On a développé la Banque des semences grâce à l’aide de l’Etat. » Suit un récit circonstancié des « actions d’envergure » entreprises dans tous les registres, du logement à la culture et au sport en passant par… la religion. Enseignante et mère d’Hendry, Irène Suazo échange avec son fils un regard complice avant de rire joyeusement : « En tant que femme, je me sens orgueilleuse. L’amour de mon fils pour la révolution a commencé dans mon ventre. J’étais enceinte et, en pleine caravane de Chávez, en visite dans la région, il criait “Chávez, Chávez, Chávez ! ” en me donnant des coups de pieds ! »
Ils parlent, ils pensent, ils agissent. A l’extérieur, trois membres du conseil communal entretiennent les accotements de la chaussée qu’envahissent d’épineuses broussailles et une hirsute végétation.

El Bojal (Táchira) : Hendry Suazo et son épouse.
El Bojal : membres du conseil communal entretenant le bord de la route.

Retour à Caracas, sur une colline si raide que certaines rues ne sont rien d’autre que d’interminables volées de marches en béton. La ligne d’autobus n’y monte pas. Dans le temps, un quartier « normal ». A présent, la Commune socialiste Alto de Lidice, composée de huit conseils communaux. Un jour, vingt-deux femmes se sont réunies (il en reste seize aujourd’hui). Avec l’aide d’un médecin, elles ont créé un Bureau de la santé. La Mission « Barrio adentro » (« Dans le quartier ») fonctionnait déjà, avec ses toubibs cubains et vénézuéliens. Plus bas, se trouve un Centre de diagnostic intégral (CDI). Elles se sont ajoutées à l’offre de soins. Elles s’occupent entre autres des femmes enceintes et des handicapés. Elles visitent maison par maison. « On a enregistré toutes les personnes qui vivent dans ce conseil communal, avec leurs pathologies et les médicaments qu’elles utilisent, raconte Roselita Patero… » S’ils veulent consulter, les habitants s’adressent au Bureau de la santé, qui organise les rendez-vous. Deux médecins viennent deux fois par semaine – mardi et jeudi matin. Les communardes retirent les médicaments de la Pharmacie communale et les apportent chez les patients. « Voilà, c’est ça la force de notre commune… » Et, soit dit en passant, l’explication des résultats exceptionnels obtenus par le Venezuela dans la lutte contre la pandémie [26].
En contrebas, sur un terrain aménagé, des adolescents jouent au basket, perçant l’air tiède de leurs cris stridents. Des femmes bavardent et enguirlandent leurs gamins. Notre interlocutrice hausse légèrement le ton. « A partir de 2016, on a dû s’organiser encore plus. L’apprentissage a été dur. Depuis, tout fonctionne parfaitement. Ce qui a changé c’est qu’on solutionne nous-mêmes nos problèmes. On n’a pas besoin que viennent des gens du gouvernement. Par exemple, on a appris qu’on doit produire des aliments pour notre consommation. » Des jardins urbain ont vu le jour, essentiellement pour les cantines des écoles, un peu pour les familles. La commune a aussi sa Maison de l’alimentation. « Oui, on a eu nos moments difficiles, mais peu à peu les gens ont compris que pour résoudre les problèmes, il faut s’organiser. »

Commune Altos de Lidice.

Lidice, fin de journée. Candidat conseiller communal, Jésus García arpente les flancs urbanisés de hauteurs escarpées. Rien d’un politicien : T-shirt, boucle d’oreille, visière de la casquette reposant sur sa nuque. Jésus retrouve des camarades plantés devant un ordinateur et une liasse de papiers. Ils organisent le « 1 pour 10 » – chaque militant doit persuader dix voisins, collègues ou personnes de son entourage de voter « rojo-rojito » (rouge bien rouge) « Il y en a qui sont découragés, mais on travaille pour qu’ils se remobilisent. » Une discussion s’engage. Au mur, trois affiches : Bolivar, Chávez et Maduro. Les amis évoquent les difficultés du moment, la démotivation perceptible. « Les gens doivent comprendre que c’est une guerre, s’emporte l’un, une guerre asymétrique, qui utilise de nouvelles méthodes, de nouvelles technologies, plus pour asservir les peuples que pour leur libération. » Une pause. Ils examinent la liste qui emplit l’écran de l’ordi. Ils respirent une seconde en évoquant l’amirale et ex-ministre de l’Intérieur Carmen Meléndez. « Elle fait une campagne d’enfer pour la mairie de Caracas. Elle est super-populaire. Elle va l’emporter les doigts dans le nez ! »
Jésus García prend congé. Il a beaucoup à faire. Masque sur le nez, il parcourt le « barrio ». En passant devant les habitants que, manifestement, il connaît, il lève le bras dans le geste classique du meneur d’hommes. Il interpelle joyeusement tout le monde. Et tout le monde lui rend son salut. Explication : « Humblement et à pied, il a beaucoup œuvré à monter le conseil communal et la Commune Bataille victorieuse de Lidice, okay ? »

Le soleil glisse lentement derrière la crête. García parvient au lieu dit Polvorín – un carrefour, surmonté de bâtiments de deux ou trois étages ; réverbères chauds sur ciel violet. Une petite foule le suit. Assemblée de rue ! Pas besoin de local ni de matériel. Certains s’assoient sur le trottoir, d’autres restent debout. García s’appuie sur le capot d’une vieille bagnole stationnée dans la rue en pente, une pierre sous la roue arrière pour suppléer le frein à main.
Sans s’attarder sur les banalités d’usage, le jeune homme entre dans le vif du sujet. « Les gens votent pour un type ou “una typa”… Alors l’idée est de vérifier si vous savez ce qu’est un conseiller et à quoi il sert, et que vous me disiez quel type de conseiller vous souhaitez. C’est clé, pour moi, de le savoir. Parce que, pour être porte-parole d’une communauté, il faut l’écouter. C’est ce que j’ai fait au cours de toute ma vie politique et c’est ce que je vais continuer à faire. Je suis là pour que mes voisins de toute la vie me disent ce qu’ils veulent de Jésus García quand il sera conseiller. Voilà. N’espérez aucune solennité de ma part, je suis comme ça, désolé. »
Des voix s’élèvent. Aucune timidité. On s’exprime d’égal à égal. Des interventions qui suivent, il ressort que le conseil municipal « est une très vieille institution datant de la colonie et des “cabildos”  » et que « malheureusement les derniers conseillers qu’on a eu sont des gens qui parcourent les “barrios” quand il y a une campagne pour soi-disant écouter les habitants, puis, une fois au conseil municipal, les oublient complètement », sachant que « de tout le système législatif, celui qui a le moins d’impact est le conseil municipal », d’où la question, « que va-t-on faire de ce fourbi ? », car il est évident que « le Parlement communal doit être l’institution, moderne, du siècle à venir, remplaçant cette bureaucratie qui ne sert à rien. » Une exécution en règle, sans fioritures ni ornements.

Jésus García fait signe qu’il a compris le message. Il reprend la parole après avoir laissé passer les pétarades d’une moto. « Il y a un élément clé : les conseillers ne parlent jamais des services publics. Rien sur l’électricité, sur le gaz ou sur CANTV. » Il fait part de sa préoccupation : « On connaît tous le problème qu’on avec l’eau. On a fait une assemblée avec les “voceros” des conseils communaux, à La Pastora. On aurait dû avoir cent neuf porte-paroles. Vous savez combien on était ? Vingt-cinq à tout casser. Alors, “conchale”, comment résout-on les problèmes si les gens ne s’impliquent pas ? »
De ce cas particulier, García tire une réflexion générale. « La politique s’est transformée en “politiquería” [27], les gens ne croient plus ni dans les hommes politiques ni en rien ; ils veulent des solutions. Mais pour ça, il n’y a pas de formule magique, on doit travailler collectivement. »
García se tait pour attendre les commentaires. Ils arrivent en rafale. On allègue finalement que « la commune est la solution. Il faut transformer le conseil municipal. Au nom de la Commune Bataille victorieuse de Lidice, j’aimerais que notre conseiller pousse le développement du Parlement communal, plutôt que de préserver ce putain de conseil municipal où on va l’envoyer. »
Car en effet… « Ce “muchacho”, on le connaît, il a la foi, s’enflamme une charmante dame à la chevelure prématurément grisonnante. Il va être accessible. Il y a des années qu’il nous écoute, on l’a sous la main. Je voterai pour lui ! » Un souffle d’assentiment parcourt le rassemblement. « Je ressens beaucoup de joie », s’exclame un homme à l’âge avancé. Du doigt, il désigne deux voisins appartenant à sa génération : « Alors que nous allons prendre congé, qu’on est sur la sortie, on est heureux que des jeunes comme toi continuent sur le chemin de la révolution. »
Un bon quart d’heure encore de discussion animée. Très sobrement, Jésus García clôture la réunion  : « Vous pourrez toujours compter sur moi. Je considère Polvorín comme ma maison natale. C’est ici que j’ai grandi, ici que, il y a déjà longtemps, j’ai fait ma première assemblée de rue… Je voulais simplement me présenter. »
Des chapelets de lumières brillent dans les collines. Le clair de lune baigne les murs d’une blancheur bleutée.
C’est ça le Venezuela de Maduro.

Lidice : Jésus Garcia lors d’une assemblée de rue.

Prévisible, prévu, le résultat du scrutin n’a rien pour surprendre. Nombre d’observateurs ont mis l’accent sur la faible participation : 42 % des inscrits. « Un chiffre extrêmement bas, même pour une élection locale », a-t-on pu lire ici ou là. C’est faire abstraction de la situation très particulière dans laquelle se trouve le pays. Des raisons de l’abstention, aussi bien à droite qu’à gauche. C’est également regarder la République bolivarienne avec des œillères. Sans aller jusqu’à éplucher les résultats électoraux du monde entier, on se contentera de remarquer que le Venezuela fait mieux que le Chili – participation aux régionales du 13 juin 2021 : 20 % ! – ou même que… la France (régionales des 20 et 27 juin 2021 : 33,28 % de participation au premier tour ; 34,69 % au second !). Aucun de ces deux pays n’est pourtant victime d’un blocus doublé d’une déstabilisation.

Les élections sont finies, elles se sont déroulées sans grabuge, c’est merveilleux. Patatras ! Un incident notable bouleverse le dépouillement après que, le 28 novembre, le Conseil national électoral (CNE) ait annoncé la création d’une commission ad hoc chargée de compter les votes de l’Etat de Barinas. Une telle commission est prévue par la loi lorsqu’un conseil électoral régional ne parvient pas à achever le décompte des voix dans les délais impartis. Or une semaine s’était écoulée depuis le jour du vote et les résultats définitifs de cet Etat n’étaient toujours pas connus. A ce moment, les projections enregistrées par le CNE donnaient le candidat d’opposition Freddy Superlano très légèrement en tête, avec 37,60 % des suffrages, devant Argenis Chávez (PSUV), frère de feu le président (37,21 %).
Coup de théâtre le lendemain : la Chambre électorale du Tribunal suprême de justice (TSJ) ordonne au CNE de suspendre le recomptage et d’annuler l’élection. Un recours constitutionnel a été déposé le 26 novembre pour un motif particulièrement nébuleux – « violation des droits constitutionnels de participation et de suffrage » lié au « climat de tension entre les militants politiques » dans le Barinas – et le fait que, « suite à l’existence présumée de procédures et d’enquêtes administratives et pénales », Freddy Superlano avait antérieurement été « disqualifié pour exercer toute fonction publique » par le contrôleur général de la République – fermez le ban.

Le Barinas été gouverné par Hugo de Los Reyes Chávez, le père de feu le président (1998 – 2008), puis par Adán Chávez, frère d’Hugo, jusqu’en 2017, année de l’élection d’Argenis, un autre frère du défunt. De là à présenter l’Etat comme un bastion que le chavisme ne veut perdre en aucun cas, quelques soient les moyens employés, il n’y a qu’un pas. L’opposition hurle donc au « sale coup » de Maduro. Pourtant, et curieusement, le recours n’a pas été déposé par un proche du pouvoir, mais par… un politicien de l’opposition, Adolfo Superlano (aucun lien de parenté avec Freddy), candidat du Mouvement d’intégrité nationale-Unité (MIN-Unidad) ! Originaire de Barinas, ce Superlano, après être passé par Action démocratique, a été élu député de la MUD en 2015, avant de s’en écarter en participant au vote qui a installé tout à fait légalement Luis Parra, un autre dissident contestant l’opposition radicale, à la tête de l’Assemblée nationale, en substitution de Guaido, le 13 janvier 2020. Ce qui lui a valu d’être qualifié de « traître » et de « scorpion » par le secteur des ultras, puis d’être sanctionné par les Etats-Unis. Une mise au ban qu’à l’évidence il a décidé de faire payer… Mais qui provoque un hourvari contre le chavisme.
« C’est l’action d’un membre de l’opposition qui a été membre de la MUD, s’emporte Iris Varela, responsable de la campagne du PSUV dans le Barinas… Ils s’attaquent entre eux et ils veulent nous en faire porter la responsabilité ! »

Victime de la manœuvre, Freddy Superlano, il faut le préciser, est ce qu’on appelle un rescapé. Le matin du 23 janvier 2019, jour où le « Guaido Circus » entendait faire entrer de l’ « aide humanitaire » au Venezuela depuis la Colombie, ce député VP, président de la Commission permanente de l’Assemblée nationale (et à ce titre particulièrement déchaîné contre les CLAP), s’est réveillé dans un hôpital de la ville frontalière de Cúcuta, à sa grande surprise et particulièrement mal en point. Après le grand « concert caritatif » de la veille au soir et une virée en discothèque en hommage aux « Vénézuéliens mourant de faim », il avait été drogué par une prostituée dans une chambre du motel Pénelope avant de se faire délester de 250 000 dollars en liquide (destinés sans doute aux bonnes œuvres de Guaido). Moins chanceux que Superlano, son cousin et assistant Carlos Salinas, qui avait partagé avec lui la chambre et une deuxième fille de joie, ne put être sauvé de l’empoisonnement.
Le 8 mai suivant, on reparla de Superlano lorsque le TSJ leva son immunité parlementaire et ordonna de l’inculper, comme neuf autres dirigeants d’opposition, pour sa participation à la tentative de coup d’Etat organisée par Guaido le 1er mai, à Caracas, aux alentours de la base militaire de La Carlota. Si le « golpe » échoua, il permit la libération de Leopoldo López, alors en détention à domicile, et sa cavale vers Madrid avec l’aide de l’ambassade d’Espagne. Superlano, pour échapper aux poursuites, se réfugia en ce qui le concerne en Colombie. L’homme a donc eu effectivement affaire à la justice. Mais…

Le 31 mai 2020, à cent jours des élections législatives, et avecl’intention « d’approfondir le processus de réconciliation nationale », le président Maduro a signé un «  décret d’amnistie  » pour cent-dix prisonniers à caractère politique, dont vingt-six députés de l’AN. Parmi eux, Freddy Guevara, réfugié à l’ambassade du Chili, Roberto Marrero, le bras droit de Guaido, et… Superlano [28]. Qui aurait donc, de ce fait, retrouvé ses droits civiques. Mais (bis repetita)… Le 17 août 2021, une résolution du Bureau du contrôleur général de la République lui aurait à nouveau interdit l’accès à une quelconque fonction publique. Possible. Il n’en demeure pas moins que Superlano s’est inscrit dans le système automatisé du CNE, sans que cet organisme n’annule son inscription pour vice de forme ou de données, comme il l’a fait pour d’autres candidats. Alors que la victoire du candidat de la MUD paraissait possible ou probable, son élimination fait à juste titre scandale. Reste à l’interpréter. Turpitude, omissions, imprudence, dysfonctionnement ?
Ancien procureur général et ex-vice-président de la République, Isaías Rodríguez s’inquiète publiquement : ce pataquès risque de conduire à la perte de la crédibilité que le pays a réussi à reconstruire tant au niveau national qu’international. « Je parle fondamentalement en tant que juriste et en tant que personne absolument engagée dans le processus politique [le chavisme] auquel je crois, dont je ne me suis pas séparé et dont je ne me séparerai pas (…) Si la personne [Freddy Superlano] était disqualifiée, cela aurait dû être décidé au préalable par le CNE. Celui-ci ne peut pas décider a posteriori, après que la personne invalidée ait apparemment gagné. Le résultat n’est pas connu, mais je m’en tiens à ce que dit la Chambre électorale elle-même. Je pense qu’il est grave (…) qu’il n’y ait pas, dans ces institutions [le TSJ et le CNE], toute la sagesse et la réflexion sur la portée de leurs décisions [29]. »

Dans la nuit du 29 novembre, la Chambre électorale du TSJ a ordonné au CNE de convoquer, pour le 9 janvier 2022, un nouveau scrutin. Ex-candidat du PSUV, Argenis Chávez a jeté l’éponge et notifié qu’il n’y participerait pas et que, « pour accélérer le processus de transition d’ici les élections », il démissionnait du poste de gouverneur que, jusque-là, il occupait. Le 4 décembre, lors d’un rassemblement organisé par l’opposition, Aurora Silva de Superlano, militante de Volonté populaire et épouse de Freddy Superlano, a repris le flambeau de la MUD et annoncé qu’elle le porterait lors de la nouvelle élection. Alors qu’il n’a soutenu aucun candidat et a poussé à l’abstention avant le 21-N, Guaidó, par pur opportunisme, était cette fois présent à ses côtés. Toutefois, et comme dans un mauvais feuilleton, la candidature d’Aurora Silva n’a pas été acceptée par le CNE, qui l’a déclarée à son tour « inhabilitée » (sans en préciser le motif).
Par la voix de Nicolás Maduro, président du parti, le PSUV a lancé la candidature d’un de ses poids lourds et ex-gendre d’Hugo Chávez, Jorge Arreaza. Celui-ci affrontera finalement trois adversaires : Sergio Garrido (Action démocratique-MUD), en remplacement de Freddy Superlano ; Claudio Fermín (Alliance démocratique) ; Adolfo Superlano (MIN-Unidad), l’individu par qui le scandale est arrivé.
Le dénouement de ce scrutin du 9 janvier demeure particulièrement incertain. Le chavisme, après avoir frôlé ou subi une défaite, appelle à la mobilisation générale, au nom de la mémoire du « comandante ». Mais, s’estimant flouée, l’opposition peut tout aussi bien faire revenir vers elle des abstentionnistes se remobilisant par solidarité.
Représentant cette opposition, au sein du CNE, le recteur Roberto Picón, dès le 30 novembre, a publié un communiqué. « Il va sans dire que si le CNE avait été informé [de l’invalidation de Freddy Superlano], il aurait été impossible de traiter sa candidature », y a-t-il déclaré. S’il a dénoncé « une omission préoccupante », il n’en a pas moins précisé que la péripétie ne perturbait pas « la validité du processus électoral dans son ensemble ».
En effet, forcément monté en épingle dans les jours et les semaines à venir par le cluster de l’information, l’arbre du Barinas, pour épineux qu’il soit, ne doit pas cacher la forêt du Venezuela.

Lidice : militants du PSUV préparant le « 1 pour 10 ».

Le chavisme remporte une incontestable victoire. Dix-neuf Etats sur vingt-trois (en attendant le résultat du Barinas). Dont les emblématiques Miranda, deuxième du pays en terme de poids démographique, avec la réélection d’Héctor Rodriguez (qui y avait succédé à Capriles) et Táchira (en la personne de Freddy Bernal, le coordinateur des CLAP). Caracas, conquise de haute main par Carmen Mélendez. Deux tiers des municipalités du pays [30] – dont San Cristobal, fief de l’opposition au chavisme depuis vingt-deux ans. Sur un plan hautement symbolique, comment ne pas noter le triomphe d’Ángel Prado, animateur de la commune socialiste d’El Maizal, à la mairie de Simón Planas ? Pas plus anecdotique, le succès, à Caracas, du militant surgi des « barrios » Jésus García, non seulement élu conseiller municipal, mais qui plus est nommé président de la Commission des infrastructures, de l’habitat et de l‘urbanisme, et vice-président de la Commission services publics et transport, par la nouvelle femme forte de la capitale Carmen Mélendez…

Que le chavisme, année après année, scrutin après scrutin, perde des voix par rapport à ses niveaux historiques n’a rien d’étonnant (même si, en l’occurrence, la participation à ces régionales est supérieure à celle des législatives de décembre 2020). La mise à genoux de l’économie du pays et les souffrances imposées aux Vénézuéliens par le blocus et l’agression ont précisément pour objectif d’obtenir cette désaffection. On devrait au contraire s’étonner de ce que, dans ces conditions extrêmes, le chavisme est encore debout. Consciente de ce fait pour elle insupportable, la droite s’efforce de minorer les résultats du camp adverse en jetant quelques approximations que les alliés formels et informels s’empressent de diffuser. Genre : « Dans les vingt Etats gagnés par Nicolas Maduro, seulement quatre ont été gagnés avec la majorité absolue ; dans les autres, c’est seulement la division de l’opposition qui lui permet de remporter ces scrutins [31]. » 
Aux quatre Etats évoqués,– Aragua (51,60 %), Carabobo (54,85 %), Delta Amacuro (61,28 %) et La Guaira (50,21 %) – on se permettra de rajouter Caracas (58,93 %). Dans les quinze autres, si l’on excepte le score d’Amazonas (39,71 %), très en deçà de la moyenne, les victoires du Grand pôle patriotique s’étagent entre 40,77 % (Merida) et 48,44 % (Miranda). Rien ne permet de prétendre que l’opposition unie aurait emporté ces Etats. On récusera ici l’argument de l’effet multiplicateur qui veut que le tout puisse être supérieur à la somme des parti(e)s. Compte tenu de l’ampleur de leurs divergences, l’improbable fusion des droites modérées et radicale vénézuéliennes aurait autant de chance de créer une dynamique que, en France, une alliance rassemblant à droite Eric Zemmour et François Bayrou ! Chacun, dans une telle configuration contre-nature et dénuée de sens, perdrait des pans entiers de ses partisans plutôt que de les voir se multiplier.

Campagne électorale de Jésus Garcia, « casa por casa » (maison par maison).

Derrière le retour de certains des membres du G-4 dans le cadre démocratique, se cachait un objectif : au terme du 21-N, celui des partis qui pourrait se prévaloir du meilleur résultat se trouverait en position favorable dans la perspective de l’élection présidentielle de 2024. En ce sens, les résultats prennent tout leur sens. Les trois opposants élus gouverneurs appartiennent à la vieille garde plutôt qu’aux jeunes « ultras » : Morel Rodríguez, vainqueur dans l’Etat Nueva Esparta, pour le compte de l’Alliance démocratique et de Force du voisinage (42,56 %), a 81 ans ; dans le Cojedes, Alberto Galíndez (Primero Justicia-MUD), 66 ans, a déjà été aux commandes de 1995 à 2000 ; à 68 ans, Manuel Rosales (Un Nouveau Temps-MUD, 54,82 %), demeure à l’évidence le plus en pointe, après avoir été deux fois maire de Maracaibo, deux fois gouverneur du Zulia et candidat à la présidence contre Chávez en 2006.
Si, toutes élections confondues, le PSUV l’emporte (42 % des suffrages) devant la MUD (22 %) et l’Alliance démocratique (15 %), cette dernière, avec les autres modérés de Force du voisinage et de Lápiz (première force d’opposition dans l’Etat de Miranda et Caracas), s’installent dans le panorama.
Comme il fallait s’y attendre, chacun, dès lors, a joué sa partition. La présence de l’Union européenne et de ses observateurs avait fait l’objet d’un feu vert après une conversation entre le haut représentant de l’UE pour la politique extérieure, Josep Borrell, et le secrétaire d’Etat étatsunien Antony Blinken. Le choix de Borrell, désignant cheffe de la Mission d’observation (MOE) l’eurodéputée du Parti socialiste portugais Isabel Santos offrit un premier signal. Lors d’un débat au Parlement européen, le 14 janvier 2020, Santos s’est déclarée favorable à l’imposition de « sanctions » au Venezuela. Borrell fit ensuite monter la tension en déclarant que la MOE se trouvait au Venezuela pour « accompagner l’opposition » et que le rapport des observateurs « légitimerait ou délégitimerait » et le processus électoral et le gouvernement vénézuélien. Fortement critiqué par Caracas, Borrell dût baisser le ton. Très momentanément. Le 18 novembre, trois jours avant les élections, l’Union européenne se livra à une véritable provocation en stipulant qu’elle prolongeait jusqu’à novembre 2022 les « sanctions » imposées depuis 2017 à cinquante-cinq fonctionnaires vénézuéliens. Le lendemain, pour enfoncer le clou, Isabel Santos rencontrait Guaidó (partisan du boycott électoral) et María Corina Machado (plus que jamais adepte d’une intervention militaire internationale).
 Cette attitude ne surprit pas. « L’Europe a deux problèmes, nous déclara Arreaza, fort de son expérience d’ex-ministre des Affaires étrangères. Le premier c’est de s’être maintenue très soumise aux Etats-Unis, y compris pendant le mandat de Trump, avec qui elle avait pourtant quelques différences. Elle a toujours fini par faire ce que lui ordonnait Washington. L’autre problème, c’est qu’elle conserve une mentalité coloniale. Elle sous-estime les pays du sud. Il est impossible d’avancer dans une relation vertueuse si l’on ne s’entend pas entre égaux. Et ça, elle ne le comprend pas. »
Rendu public avant que ne survienne la polémique sur le résultat du scrutin dans l’Etat de Barinas, le rapport préliminaire de la MOE est la copie conforme de ce qu’on pouvait en espérer (ou en désespérer). S’il démarre par un singulier « Nous avons pu constater des progrès dans le processus électoral vénézuélien » – amusant constat dans la mesure où l’UE n’a pas observé une élection dans ce pays depuis quinze ans ! –, il poursuit par une série de critiques et d’appréciations négatives dont la plupart ignorent délibérément le contexte dans lequel est plongé le pays. Il est par exemple tout à fait inapproprié de dénoncer le retrait arbitraire « à des dirigeants et à des membres les plus connus de certains partis le contrôle de leurs symboles et de leurs cartes électorales », en omettant de mentionner ce qu’on a appelé « la révolte des suppléants ». Favorables à l’option électorale, outrés d’être soumis aux diktats de leaders vivant à l’étranger tout en séquestrant les partis – privés d’élections internes et de renouvellement des directions depuis parfois plus de dix ans –, des militants, députés et députés suppléants « de l’intérieur » ont fait sécession et, en représentation d’Action démocratique ou de Primero Justicia, ont obtenu gain de cause auprès du TSJ [32].
Le rapport final de l’UE devant être révélé fin janvier ou début février 2022, on peut s’attendre à ce qu’il épouse définitivement le sens du vent – c’est-à-dire la direction qu’aura indiquée Washington.

En autorisant certains de ses protégés à participer aux élections, le Département d’Etat américain entendait faire de celles-ci un thermomètre permettant d’évaluer les rapports de force sur la scène politique vénézuélienne. Il sait désormais à quoi s’en tenir : le chavisme l’a emporté. Dès 22 novembre, Antony Blinken a donc considéré que le gouvernement de Maduro a « une fois de plus privé les Vénézuéliens de participer à un processus électoral libre et juste ». Reste pour lui à remettre de l’ordre dans la maison (qui ne lui appartient pas). Et la tâche devient particulièrement ardue.
D’un côté, face à la presse et à une poignée de partisans, Guaido a appelé au rassemblement : «  Ce n’est pas le moment pour les disputes entre partis, a-t-il lancé, ce n’est pas le moment pour les disputes d’ego ou les guéguerres de pouvoir, c’est le moment de la réflexion et de l’unité.  » D’un autre côté, et au même moment, les gouverneurs d’opposition élus, Manuel Rosales, Alberto Galíndez et Morel Rodríguez, étaient reçus par le président Maduro avec qui ils devisaient très courtoisement. Constatant la montée en puissance de l’opposition modérée, le chavisme a d’ailleurs fait savoir qu’il entend voir l’Alliance démocratique intégrer la table de négociations de Mexico.
Pendant ce temps, au sein du fondamentalisme, le torchon brûle sérieusement : « ministre des Affaires étrangères » de Guaidó, Julio Borges vient d’annoncer sa démission. « Nous devons réformer le gouvernement intérimaire, qui avait un sens pour sortir de la dictature, mais qui a été déformé et qui (…) est devenu une fin en soi », a-t-il déclaré. Mettant en cause « une bureaucratie de près de 1600 personnes », Borges va même plus loin en prônant la disparition du gouvernement provisoire – « une caste qui s’est bureaucratisée ».

Les 9 et 10 décembre, les « leaders » de la « société civile », du secteur privé et des gouvernements de cent-dix pays – dont vingt-huit des trente membres de l’OTAN – ont été convoqués à une réunion virtuelle mondiale, le « Sommet pour la démocratie », par le « Guide suprême » Joe Biden. Pour l’Amérique latine, Cuba, le Nicaragua, la Bolivie, le Salvador et le Venezuela en ont été exclus. En revanche, Washington n’ayant pour le moment pas de réelle solution de rechange, Guaidó, invité, pourra s’y exprimer. Il aurait tort de pavoiser. Dans les prochaines semaines, le Département d’Etat va beaucoup consulter au sein du spectre large de la droite dure vénézuélienne. Par ailleurs, le 6 décembre, à New York, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies a reconnu une nouvelle fois le gouvernement de Nicolás Maduro comme le représentant légitime du Venezuela. Seuls 16 pays sur 193 s’y sont opposés.

Caracas.

Texte et photos : Maurice Lemoine


[1] Sur cette analyse préalable et non démentie par les faits, écouter : Radio France Internationale (RFI), « Elections au Venezuela : vers un déblocage de la situation politique et économique du pays ? », 19 novembre 2021 – https://www.rfi.fr/fr/podcasts/g%C3%A9opolitique-le-d%C3%A9bat/20211119-%C3%A9lections-au-venezuela-vers-un-d%C3%A9blocage-de-la-situation-politique-et-%C3%A9conomique-du-pays

[2] Entre autres, en France : RFI, Le Figaro, Libération, Le Monde, 20 Minutes, L’Obs, France 24 – https://www.france24.com/es/video/20210930-francisco-virtuoso-la-pobreza-en-venezuela-ya-toc%C3%B3-fondo

[3] L’hebdomadaire Le Point établira de son côté un record absolu en annonçant « un salaire minimum d’un dollar par mois » (15 août 2018) !

[4https://www.costadelsolfm.org/2021/11/18/la-industria-venezolana-opera-a-casi-1-4-de-su-capacidad-instalada/

[5« Parroquia »  : plus petite division administrative du Venezuela.

[6] Thomas Posado, RFI, 8 octobre 2021.

[7] Clara Sánchez Guevara, Operación Bloqueo de Alimentos a Venezuela, Trinchera, Caracas, 2021.

[8] Trois raffineries, quelque 4 000 stations-service et 3 500 employés sur le sol des Etats-Unis.

[9] A titre d’exemple, la production de céréales est passée d’un peu plus de 2 millions de tonnes en 1998 à plus de 3,6 millions de tonnes en 2014.

[10] Créée en 1983 par Ronald Reagan pour se substituer à la trop sulfureuse CIA, la NED finance chaque année, sous forme de subventions directes, des centaines d’organisations non-gouvernementales et de médias qui, à travers le monde, œuvrent à renforcer la stratégie de Washington et à affaiblir, voire à déstabiliser, les gouvernements progressistes.

[11] Lire « Trump en a rêvé, Biden l’a fait ».

[12] Chausson à base de farine de maïs – « Harina Pan, claro ! » – fourrée de viandes hachées.

[13] D’après les calculs du gouvernement, près de 300 milliards de bolivars se trouvaient à l’étranger – Colombie, Paraguay, etc. – fin 2016, principalement en coupures de billets de 100 bolivars. Voir sur Mémoire des Luttes (août 2017), le feuilleton en quatre parties « La guerre économique pour les nuls (et les journalistes) » – https://www.medelu.org/La-guerre-economique-pour-les-Nuls

[14https://www.medelu.org/Venezuela-aux-sources-de-la-desinformation

[15] Des affrontements extrêmement violents ont eu lieu fin avril 2021 entre les Forces armées nationales bolivariennes (FANB) et des dissidences des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) dans l’Etat d’Apure. Seize militaires vénézuéliens ont été tués, selon le bilan de Caracas.

[16] Ce SPT doit ou devrait permettre aux sans-papiers vénézuéliens d’obtenir des documents temporaires, le droit de travailler légalement pendant 10 ans et d’avoir accès au système de santé publique ainsi qu’à la campagne de vaccination contre la Covid-19.

[17] Sorte de gouverneur parallèle, nommé par Maduro, dans les Etats sensibles – par exemple, dans ce cas, sur la frontière colombienne – dirigés par l’opposition. Il est prévu que cette fonction disparaisse après les élections du 21-N.

[18https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/06/04/pourquoi-et-comment-le-chavisme-renforce-la-democratie-electorale-au-venezuela/

[19] L’opposition radicale ayant appelé à « rester à la maison », le Grand Pôle patriotique a obtenu 68,43 % des suffrages et 256 députés sur 277 lors des législatives du 6 décembre 2020 (abstention : 69,5 %).

[20https://efectococuyo.com/politica/colombia-dialogo-venezolano-eleccion-presidencial-libre/

[21] FAES : Fondation pour l’analyse et les études sociales.

[22] Avanzada Progresista, Unidad Visión Venezuela, Prociudadanos, El Cambio, Cambiemos, Bandera Roja, Movimiento al Socialismo (MAS), Venezuela Unida, Nuvipa, Redes, Soluciones, ainsi que les dissidences du Copei, de Primero Justicia (Primero Venezuela), de Voluntad Popular et d’Acción Democrática.

[23] Le 16 août 2018, cette institution parasite a justifié son existence en « condamnant » le président Maduro à 18 ans de prison et à 25 millions de dollars « pour corruption », plus 35 milliards de dollars ! pour « blanchiment ».

[24https://misionverdad.com/venezuela/guaido-roba-millones-de-dolares-para-despojar-venezuela-de-sus-activos

[25] Voir le documentaire « El Maizal, la bataille pour produire », Terra TV, mars 2019 – https://youtu.be/II9djXHrCws – ainsi que : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/12/05/au-venezuela-les-communardes-del-maizal-construisent-un-nouveau-modele-de-pouvoir/

[26] 5 186 morts au 5 décembre 2021 d’après le Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de la Johns Hopkins University.

[27] Terme péjoratif qu’on pourrait traduire par « politicaillerie ».

[28http://historico.tsj.gob.ve/gaceta_ext/agosto/3182020/E-3182020-5959.pdf#page=1

[29https://www.aporrea.org/ideologia/n369694.html

[30] PSUV, 212 ; MUD, 63 : Alliance démocratique, 38 : autres partis, 22,

[31] Thomas Posado, RFI, 22 novembre 2021.

[32https://www.medelu.org/Venezuela-mode-d-emploi#nb10

Source de cet article : https://www.medelu.org/Paysages-venezueliens-avant-la-victoire-chaviste

Élections au Venezuela, un tournant

Le-Venezuela-dictature-où-il-n’y-a-pas-de-place-pour-les-opposants. La vieille antienne de l’internationale médiatique vise les militant(e)s de gauche du monde entier, pour les démobiliser, les neutraliser, éliminer toute velléité de solidarité.

Le dimanche 21 novembre 2021, 70.244 candidat(e)s se présentent aux élections régionales et municipales. 49,4 % sont des femmes. Il s’agit du 29ème scrutin depuis l’élection de Hugo Chávez en décembre 1998. Les partis d’opposition (dont l’extrême droite) présentent près de 67162 candidat(e), soit 96% du total. Mouvement unitaire, le chavisme ne présente que 3082 candidat(e)s, soit 4%. Il y a donc près de 22 candidat(e)s d’opposition pour chaque candidat(e) chaviste. Ces « méga-élections » concernent 3.082 postes dans tout le pays : 23 postes de gouverneur(e), 335 postes de maire(sse), 253 postes de législateur(trice) régional(e) et 2.471 postes de conseiller(ère) municipal(e).

21.159.846 électeurs(trices) pourront déposer leur vote secret avec double vérification (vote électronique + vote en papier pour audit postérieur si nécessaire) dans un des 14.262 bureaux de vote, en présence de 262.284 témoins de tous les partis. Le vote n’est pas obligatoire. Dans les semaines précédant l’élection, des machines de vote automatique ont été installées un peu partout pour permettre aux citoyen(ne)s de s’entraîner et de se familiariser avec la liste des partis (simulation de vote publiée aussi sur le site du Centre National Électoral) et avec l’acte de voter. Les organisations indigènes éliront leurs propres représentant(e)s, avec leur propre scrutin.

Vidéo : comme d’habitude ces élections sont précédées de nombreux audits (17 dans ce cas) du système et des machines de vote, effectués en présence des différents partis de l’ultra-droite à l’ultra-gauche et des observateurs électoraux.

Le processus électoral sera observé par près de 500 observateurs internationaux. L’Union européenne a envoyé près de 100 observateurs (après avoir décliné l’invitation du Centre National Électoral lors des élections de 2006) mais la mission de novembre 2021 a perdu beaucoup de crédit à cause des déclarations du dirigeant européen Borrel pour qui « notre rôle est d’aider l’opposition » et « seul le rapport de l’UE validera ou non le résultat » (sic). En outre, espérant faire pression sur les électeur(trices)s, l’Union Européenne vient de reconduire « pour un an » ses sanctions illégales contre le Venezuela (dénoncées par l’ONU), à trois jours du scrutin…

D’autres observateurs d’organismes multilatéraux participeront dont le groupe d’experts des Nations Unies, du Centre Carter, et surtout du prestigieux Conseil des Experts Électoraux Latino-américains (CEELA), composé d’experts juridiques et de présidents de tribunaux électoraux provenant de pays de tout signe politique. Ajoutons les experts électoraux de l’observatoire des affaires latino-américaines de la Chambre des députés de la République d’Argentine, la mission de suivi de la Conférence Permanente des Partis Politiques Latino-américains (COPPAL), l’Observatoire de la démocratie du Parlement du Mercosur, l’équipe du National Lawyers Guild of New York & California, l’Observatorio de Derechos Humanos de los Pueblos @ObservatorioDHP, etc.. ainsi que quelques centaines de journalistes de 70 médias nationaux et internationaux, d’experts électoraux de pays d’Afrique, des Caraïbes et d’Asie, de politiques (dont l’ex-président espagnol Rodriguez Zapatero), de mouvements sociaux et d’universitaires du monde entier. Comme le souligne Pedro Calzadilla, président du Conseil National Électoral, il s’agira des élections les plus contrôlées au monde.

Parmi les partis participants au élections il y a d’un côté, le PSUV, principal parti du chavisme, qui vient de tenir des élections primaires qui ont permis aux militant(e)s d’évaluer les gestions des maires et gouverneurs chavistes et de renouveler une bonne partie de ses candidat(e)s, avec les forces alliées du Grand Pôle Patriotique (Gran Polo Patriotico). De l’autre côté se trouve la Plataforma Unitaria, qui rassemble un groupe de partis de droite dirigés par Guaidó. Ils sont rejoints par l’Alliance démocratique, une coalition d’opposition qui a participé aux élections et dispose d’une représentation institutionnelle, et l’Alternative populaire révolutionnaire (APR), une coalition politique de gauche opposée à l’administration de Nicolás Maduro, plus discursive qu’ancrée socialement. Enfin, il existe une douzaine de partis régionaux et/ou municipaux.

Photos: Candidate chaviste à la mairie de Caracas, Carmen Melendez a intégré dans ses 1750 propositions celles des mouvements féministes. Lutte contre les violences, création de maisons-refuges, appui aux programmes d’allaitement maternel et d’accouchement humanisé, etc… Les organisations de base de la révolution sont dirigées à 85% par des femmes.

L’extrême droite en campagne à Caracas

Alors qu’elle appelait au boycott électoral depuis des années, l’extrême droite a donc, cette fois, décidé de participer au scrutin avec la droite traditionnelle. Il s’agit en effet des premières élections depuis 2017 auxquelles participeront les factions les plus radicalisées de l’opposition, regroupées dans le dénommé G4 – rebaptisé Plataforma Unitaria. Le passage de la phase insurrectionnelle pour exiger la « fin de l’usurpation » de Maduro, à l’acceptation du dialogue et de la participation aux élections a été un chemin tortueux, à cause des interférences incessantes de Washington. Depuis plusieurs années, différents mécanismes de dialogue ont été proposés par le président Maduro afin de pousser l’opposition vers la reconnaissance de la décision des urnes et le champ démocratique. On a ainsi tenté de réduire le poids des sanctions unilatérales – diplomatiques et économiques – que l’UE et les USA ont mises en place peu après la disparition du président Chávez, dans l’espoir d’éradiquer définitivement la révolution bolivarienne, sanctions exigées internationalement par la droite vénézuélienne.

Occultées ou minimisées par les médias internationaux afin de rejeter la faute de la « crise » sur le président Maduro et l’attribuer à « l’échec du socialisme », cette guerre économique et ces mesures coercitives unilatérales, illégales au regard du droit international et de la charte de l’ONU, ont été dénoncées comme source principale des grandes souffrances sociales par la rapporteure spéciale de l’ONU, Alena Douhan. Selon Benigno Alarcón Deza – directeur du média de droite vénézuélien Politikaucab – elles sont à la fois le point principal des revendications du chavisme et « la pression la plus importante sur le gouvernement et le seul point d’appui « .

Vidéo : Par contraste avec les meetings d’une droite puissamment financée mais déchirée par des conflits internes inextricables liés aux nombreux scandales de corruption entourant l’ex-fake-président Guaido, les mobilisations populaires du chavisme frappent par le nombre de participant(e)s et par la clarté des militant(e)s sur les enjeux du vote du 21 novembre.

En mai 2021, le gouvernement a lancé un processus de renouvellement du Conseil National Électoral (CNE), l’organe suprême du pouvoir électoral. Ce renouvellement s’inscrivait dans le cadre d’un accord entre le gouvernement bolivarien et la droite – tant dans sa variante parlementaire que dans les associations dites de la « société civile » – qui a modifié la structure de direction de l’organe plénier : deux représentants de la droite sur un total de cinq membres ont été incorporés.

En août, un nouveau cycle de négociations a débuté au Mexique entre le gouvernement et l’extrême droite emmenée par l’ex-putschiste Gerardo Blyde, qui refusait de participer aux élections et de reconnaître Nicolás Maduro comme président légitimement élu. Ces négociations ont eu lieu au Mexique avec la bénédiction du gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador, et ont été observées par le Royaume de Norvège, et accompagnées par le Royaume des Pays-Bas et la Fédération de Russie. Il s’agissait de la cinquième tentative du gouvernement en dehors du Venezuela pour établir un dialogue en vue d’un accord, dans le but de parvenir à une entente qui permettrait de sortir du conflit et du siège que subit le pays depuis des années.

Toutefois, contrairement aux tentatives précédentes, un protocole d’accord a été signé entre les deux parties dans le cadre de ce processus de dialogue. Sept points ont été convenus : droits politiques pour tous ; garanties électorales ; levée des sanctions illégales de l’Occident ; respect de l’État de droit ; coexistence politique et sociale ; protection de l’économie nationale ; garanties pour la mise en œuvre et le suivi des accords.

Ces élections s’inscrivent donc dans le cadre d’un changement de stratégie des factions les plus radicales de l’opposition, qui avaient parié ces dernières années sur un « changement de régime » en désavouant Maduro et en créant un cadre institutionnel parallèle visant à destituer le gouvernement. Cette stratégie, avec la création d’un gouvernement parallèle dirigé par Guaidó, est entrée en crise. Si l’extrême droite (transformée par les grands médias du monde entier en « rébellion populaire ») rentre aujourd’hui dans le jeu démocratique, c’est sans doute pour tenter de regagner le terrain perdu à force de ne jouer que sur l’immédiateté médiatico-putschiste depuis 2013.

L’une des principales questions de ces élections tournera autour du niveau de l’abstention électorale, qui est en hausse ces dernières années (le vote n’est pas obligatoire au Venezuela). Lors des élections législatives de fin 2020, le taux de participation n’a atteint que 31 %. L’opposition, qui n’avait pas participé aux élections, a fait valoir que l’abstention était un rejet virtuel du gouvernement et un soutien pour elle. Le gouvernement a attribué le faible taux de participation à l’absence d’une opposition compétitive sur le plan électoral, à la fatigue due à la situation économique générée par le blocus occidental, et à la pandémie.

Quels que soient les résultats, les élections du 21 novembre constitueront un tournant dans le panorama politique mouvementé du Venezuela, inscrit qu’il est dans un panorama latino-américain en pleine bataille entre progression de la gauche et restauration de la droite. La gauche qui se présente sous les régimes d’extrême-droite ultralibérale, sous pression du pouvoir médiatique, se voit obligée écarter les candidats de rupture en faveur de «centristes» (Boric, Petro) qui atténuent leur programme et calquent leur discours de politique étrangère sur les grands médias (par exemple sur le Venezuela). Mais il y a quelque chose de suicidaire dans cette tactique électorale. A court terme, la timidité des réformes déçoit les classes populaires et l’extrême-droite néolibérale revient en force dans les urnes, comme en Argentine avec Alberto Fernandez.

On verra si les forces populaires vénézuéliennes parviennent, dans ce contexte, à garder le cap qui caractérise la révolution bolivarienne depuis plus de vingt ans, celui du socialisme du XXIe siècle. Ou si, au contraire, nous assistons à une normalisation libérale progressive dans un pays profondément meurtri, puni pour le sacrilège d’avoir opté pour une voie différente de celle stipulée par la normalité capitaliste.

Texte : Gabriel Vera Lopes et Thierry Deronne / Venezuelainfos

Source et traduction : Bernard Tornare : https://b-tornare.overblog.com/2021/11/elections-au-venezuela-un-tournant.html

Source en espagnol

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/11/19/elections-au-venezuela-un-tournant/

« Quand les États-Unis s’arrogent le droit de décider quels pays peuvent manger » par Caitlin JOHNSTONE

Les agences de presse AP et AFP, démultiplicateurs de propagande à l’échelle mondiale, ont toutes deux informé leurs lecteurs qu’un « fugitif » a été extradé vers les États-Unis.

« Un homme d’affaires fugitif proche de Maduro, le président vénézuélien, est extradé vers les États-Unis », titre l’AFP.

« Alex Saab, un fugitif proche du gouvernement socialiste du Venezuela, a été mis dans un avion à destination des États-Unis pour faire face à des accusations de blanchiment d’argent », a annoncé AP sur Twitter.

On peut se demander ce qui fait de cet homme un « fugitif » et ce que ce statut a à voir avec son extradition vers un gouvernement étranger dont les lois ne devraient avoir aucune incidence sur sa vie. Il se trouve qu’Alex Saab, citoyen vénézuélien d’origine colombienne, est un « fugitif » de l’autorité autoproclamée du gouvernement américain, qui décide quelles populations de notre planète sont autorisées à avoir un accès facile à la nourriture. Son crime est de travailler à contourner les sanctions américaines écrasantes qui ont fait mourir les civils vénézuéliens par dizaines de milliers.

Saab est en cours d’extradition depuis la nation africaine de Cabo Verde où il était emprisonné depuis l’année dernière sous la pression du gouvernement américain. Dans un article publié en mai dernier et intitulé « Alex Saab v. The Empire : How the US Is Using Lawfare To Punish a Venezuelan Diplomat« , Roger D Harris explique comment les États-Unis utilisent leur domination du système financier international pour écraser les nations qui leur désobéissent et expose les véritables raisons de l’emprisonnement de Saab, qui inclut la torture et des conditions de vie draconiennes. Harris écrit :

Alex Saab, envoyé spécial et ambassadeur auprès de l’Union africaine pour le Venezuela, effectuait une mission humanitaire en volant de Caracas vers l’Iran afin de se procurer de la nourriture et de l’essence pour le programme vénézuélien d’aide alimentaire CLAP. Saab a été arrêté lors d’une escale de ravitaillement dans la nation africaine de Cap-Vert et est détenu depuis le 12 juin 2020.

Le « crime » de Saab – selon le gouvernement américain, qui a ordonné l’emprisonnement – était le blanchiment d’argent. En d’autres termes, Saab a mené un commerce international parfaitement légal. Pourtant, le fait qu’il ait contourné les sanctions américaines – qui visent à empêcher l’aide aux Vénézuéliens – est considéré par Washington comme du blanchiment d’argent.

Après une enquête de deux ans sur les transactions de Saab avec les banques suisses, le gouvernement suisse a conclu le 25 mars qu’il n’y avait pas de blanchiment d’argent. Saab est poursuivi en justice parce qu’il sert les intérêts de son pays plutôt que ceux des États-Unis.

Les agences de presse comme AP et AFP savent très bien que Saab est extradé non pas pour avoir enfreint une quelconque loi, mais pour avoir osé transgresser les sanctions unilatérales de Washington. Comme l’écrivait Joe Emersberger de FAIR en juillet dernier :

Reuters (15/3/21, 18/3/21) a rapporté avec désinvolture que Saab « risque d’être extradé vers les États-Unis, qui l’accusent de violer les sanctions américaines » et qu’il a été « désigné à plusieurs reprises par le Département d’État américain comme un opérateur qui aide Maduro à conclure des accords commerciaux que Washington cherche à bloquer par des sanctions ». Un article de Reuters (28/2/20) sur l’affaire Saab en 2020 mentionne au passage que « les États-Unis ont saisi ce mois-ci quatre cargaisons de carburant iranien à destination du Venezuela, où les pénuries de carburant s’aggravent à nouveau. »

Les critiques de l’empire américain ont eu des mots durs pour cette extradition.

« Biden, reprenant le bâton de Trump, a enlevé le diplomate vénézuélien Alex Saab pour le crime d’avoir essayé de nourrir les Vénézuéliens au mépris des sanctions américaines destinées à empêcher cela », a tweeté le journaliste Aaron Maté. « Les Vénézuéliens n’ont pas le droit de manger tant que la mafia de Washington a désigné leur gouvernement pour un changement de régime. »

Oui, en effet. Le gouvernement américain s’est attribué l’autorité de décider unilatéralement quelles populations du monde ont le droit de manger et lesquelles ne l’ont pas, et d’emprisonner toute personne qui tente de faciliter l’alimentation non autorisée dans une nation sanctionnée par les États-Unis.

« L’extradition du diplomate vénézuélien Alex Saab est un signal clair que l’administration Biden n’a pas rompu avec l’assaut total de Trump contre le droit international », a tweeté la journaliste Anya Parampil. « C’est aussi un signe inquiétant pour le cas de Julian Assange – un autre citoyen étranger que les États-Unis ont essentiellement kidnappé et retenu en otage. »

C’est vrai. Il semblerait que la principale différence entre le cas d’Assange et celui de Saab soit que l’empire américain s’efforce d’extrader Assange parce qu’il a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à l’information, alors que Saab a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à la nourriture.

« L’État voyou américain vient de bafouer toutes les lois internationales, après avoir emprisonné et maintenant extradé le DIPLOMAT vénézuélien Alex Saab. L’immunité diplomatique est morte ; l’empire américain l’a tuée. Désormais, tous les diplomates étrangers peuvent être kidnappés et emprisonnés, si Washington le souhaite », a tweeté le journaliste Ben Norton, ajoutant : « Les accusations américaines de ’blanchiment d’argent’ sont absurdes et politiquement motivées. Les États-Unis prétendent que toute personne qui viole leurs sanctions ILLÉGALES est un ’criminel’. »

En effet, le « blanchiment d’argent » est une accusation vague qui, en gros, signifie simplement essayer de dissimuler la source ou la destination de l’argent considéré comme ayant été obtenu illégalement, et puisque le gouvernement américain se considère comme l’arbitre des transactions financières légales dans les nations qu’il sanctionne, il peut appliquer cette affirmation à toute personne qui tente de contourner financièrement les sanctions américaines.

Le gouvernement américain ne nie pas que ses sanctions nuisent aux Vénézuéliens en s’attaquant à l’économie dont ils dépendent pour se nourrir, en fait il a ouvertement admis que « les sanctions, en particulier sur la compagnie pétrolière d’État en 2019, ont probablement contribué au déclin plus rapide de l’économie vénézuélienne. »

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il a infligées à l’Iran visent sa population civile, le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo, ayant ouvertement admis en 2019 que la guerre économique menée par Washington contre cette nation visait à faire pression sur les civils iraniens pour qu’ils « changent de gouvernement », c’est-à-dire les rendre si misérables qu’ils mènent un soulèvement national pour renverser Téhéran. https://www.youtube.com/embed/Uiz934HVZjY

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il a infligées à la Syrie sont conçues pour nuire à sa population civile, l’actuel secrétaire d’État Tony Blinken ayant réaffirmé mercredi dernier que la politique de l’administration Biden consiste à « s’opposer à la reconstruction de la Syrie » tant qu’Assad reste au pouvoir. En d’autres termes, les États-Unis n’accorderont pas à la Syrie les fonds nécessaires pour l’aider à se reconstruire après la guerre dévastatrice de changement de régime que les États-Unis et leurs alliés ont menée contre elle, alors même que les Nations unies signalent que 60 % de la population du pays est proche de la famine.

Et bien sûr, il y a l’horrible blocus du Yémen par l’alliance de puissance américaine, qui tue des centaines de milliers de personnes par la famine et la maladie, l’ONU signalant que 16 millions de personnes supplémentaires  » se dirigent vers la famine « .

La famine est le seul type de guerre où, en raison du recadrage continuel de la propagande des médias de masse, il est considéré comme parfaitement normal et acceptable de cibler délibérément une population civile avec une force létale.

L’empire américain est tout à fait ouvert sur le fait qu’il se considère comme le gardien de l’approvisionnement alimentaire mondial. Si une population désobéit à l’empire, elle mourra de faim, et quiconque tentera de lui procurer de la nourriture sera arrêté par des mandataires américains et extradé vers une cellule de prison américaine.

C’est la vision qu’ont les impérialistes du paradis sur terre. Un monde où la mainmise de l’Amérique sur les systèmes financiers mondiaux lui permet d’étouffer des populations entières si leurs gouvernements désobéissent aux décrets impériaux, sans même tirer un coup de feu. Un monde où les cauchemars en matière de relations publiques de civils bombardés et de nations détruites font partie du passé, où les nations désobéissantes peuvent simplement être écrasées à mort par des tactiques modernes de guerre de siège tandis que les sociétés de propagande impériales comme AP et AFP rejettent la responsabilité de leur famine sur les dirigeants de leur nation.

C’est ça le pouvoir ultime. C’est le contrôle total. Faire en sorte que le monde se plie à la volonté du dollar tout-puissant et de la force militaire massive avec laquelle il est inextricablement lié, à tel point que la désobéissance devient impossible. C’est pour cela que l’on se bat dans la guerre au ralenti du tiers monde que l’empire mène contre des gouvernements non asservis comme le Venezuela, la Syrie, l’Iran, la Russie et la Chine. Et c’est pourquoi ces gouvernements non asservis sont en train de se détourner rapidement du dollar en réponse.

Il va sans dire qu’une structure de pouvoir qui affame ouvertement des civils pour assurer sa domination mondiale n’est pas le genre de structure de pouvoir que l’humanité devrait vouloir voir dominer le monde. La volonté de faire des choses aussi monstrueuses révèle une corruption et un manque de sagesse qui ne devraient pas être autorisés à déterminer l’avenir du monde.

Caitlin Johnstone

Traduction « l’antiaméricanisme n’est jamais primaire, il est réfléchi, raisonné et justifié » par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles »» https://caitlinjohnstone.substack.com/p/the-us-has-placed-itself-in-charge

Source pour la traduction française :
https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-s-arrogent-le-droit-de-decider-quels-pays-peuvent-manger.html

HBO contre Maduro, un concentré de propagande brute comme le pétrole.

par Joe Emersberger pour FAIR

Le 15 septembre HBO Max a commencé à diffuser le documentaire « A La Calle » (« A la rue »). Il dépeint les leaders de l’opposition soutenus par les États-Unis au Venezuela comme s’ils étaient des héros de la démocratie luttant contre une dictature brutale – une inversion totale de la réalité. Un article du Daily Beast (13/09/21) promouvant le film est intitulé « Death of a democracy. Capturing Venezuela’s Descent Into Socialist Hell » (« Mort d’une démocratie. Photographier la descente du Venezuela dans l’enfer socialiste »), ce qui explique pourquoi il a trouvé pour sa diffusion une puissante plateforme privée comme HBO Max, une filiale de AT&T’s Warner Media.

Selon Nick Schager du Daily Beast (13/09/21), « A La Calle » aborde le triste état des lieux du Venezuela, un pays dirigé par un dictateur soi-disant « socialiste » qui refuse de reconnaître sa nature antidémocratique ».

Dès la bande-annonce, il est évident que « A La Calle » a le même but que les médias dominants depuis des années : relooker le leader de l’opposition vénézuélienne Leopoldo López en noble démocrate.

Organisateur de violentes tentatives de coup d’État

Leopoldo López, membre de la richissime oligarchie coloniale d’ascendance espagnole, ancien cadre de l’industrie pétrolière, a été l’un des auteurs d’un coup d’État meurtrier soutenu par les États-Unis en 2002, celui qui a brièvement écarté le président démocratiquement élu de l’époque, Hugo Chávez. La dictature de 48 heures qui a suivi, dirigée par le chef du patronat vénézuélien Pedro Carmona, a massacré 60 manifestants. Dix-neuf autres personnes, dont la moitié étaient des chavistes, ont été tuées lors de violentes confrontations juste avant le coup d’État. M. López, ainsi qu’un autre homme politique de premier plan, Henrique Capriles, ont dirigé l’enlèvement d’un ministre du gouvernement Chávez alors que Carmona était au pouvoir. López est apparu à la télévision locale, déclarant fièrement qu’il avait informé le « président » Carmona de l’enlèvement.

Avec la crème de l’extrême droite et du patronat, lors du coup d’État sanglant co-organisé par les médias privées contre le président Chávez en avril 2002
Avec son principal soutien régional : l’ex-président colombien Alvaro Uribe, dirigeant de mafias du narcotrafic, du paramilitarisme et responsable direct de crimes massifs contre l’humanité. Bogota, décembre 2011

Quelques mois plus tard, López a soutenu une deuxième tentative de coup d’État majeure, le sabotage par l’opposition de l’industrie pétrolière qui fournissait presque toutes les recettes d’exportation du Venezuela. Les tentatives de coup d’État contre Chávez ont fait grimper le taux de pauvreté à plus de 60 % au début de 2003.

Leopoldo López (au centre) et sa femme Lilian Tintori (à gauche) passent beaucoup de temps à l’écran de HBO dans « A La Calle », le but étant d’en faire des héros.

López a de nouveau soutenu les manifestations violentes en 2013 après que le candidat qu’il soutenait, Capriles, a refusé d’accepter sa défaite face au président Nicolás Maduro lors de la première élection présidentielle après la mort d’Hugo Chávez. Plus tard dans l’année, López a critiqué Capriles pour avoir mis fin aux manifestations, affirmant qu’elles auraient dû se poursuivre jusqu’à l’éviction de Maduro. Lorsque Capriles a mis fin aux manifestations, celles-ci avaient déjà fait neuf morts, tous partisans de Maduro.

López a lancé des protestations au début de 2014 qui ont fait 43 morts : la moitié d’entre eux indiquent fortement la responsabilité de ses partisans. Ce n’est qu’après avoir dirigé ce quatrième effort soutenu par les États-Unis pour évincer le gouvernement vénézuélien élu que López est finalement allé en prison avant d’en être libéré en avril 2019 par les militaires de l’extrême droite putschiste accompagnant Juan Guaido dans une énième tentative de nouveau coup d’Etat, rapidement avorté. Lopez a alors fui en Espagne où il vit un exil doré dans le quartier de luxe de Samanca (« Little Caracas ») à Madrid, avec l’état-major de l’opposition vénézuélienne.

Avec Juan Guaido, autre membre de l’extrême droite et ami des paramilitaires colombiens, lors de la tentative de coup d’État d’avril 2019

Occulter les crimes

J’ai donc regardé le documentaire en entier, curieux de voir comment le film allait blanchir toutes les tentatives de coup d’État auxquelles López a participé, et comment il allait nier la violence perpétrée par ses partisans et alliés au cours des 20 dernières années.

Je me suis également demandé comment le film excuserait les sanctions économiques meurtrières des États-Unis contre le Venezuela – des actes de guerre qui ont entraîné la mort de dizaines de milliers de Vénézuéliens rien que pour la fin de 2018. D’ici 2021, les mesures coercitives unilatérales (« sanctions ») qui se sont intensifiées sans relâche depuis 2019, ont réduit les revenus du gouvernement vénézuélien de 99 %, selon la rapporteure spéciale de l’ONU Alena Douhan qui a exigé leur levée immédiate pour « leur illégalité et leur cruauté envers la population ».

Je m’attendais à voir de mauvais arguments justifiant tous ces crimes. Au lieu de cela, le documentaire les a complètement effacées ! Aucune de ces choses n’a été mentionnée ne serait-ce qu’une fois : rien sur les tentatives de coup d’État soutenues par les États-Unis avant 2014, rien sur la guerre économique dévastatrice que les États-Unis infligent au Venezuela depuis 2017.

L’économiste vénézuélien néo-libéral Ricardo Hausmann et Tamara Taraciuk (directrice adjointe pour les Amériques de Human Rights Watch) méritent une attention toute particulière pour leur talent dans le mensonge.

Révisionnisme historique

« En 2004, le prix du pétrole a grimpé en flèche », ose déclarer l’économiste Ricardo Hausmann – comme si le prix du pétrole n’avait pas suivi une trajectoire ascendante depuis 1998.

Dans le film, Hausmann dit que Chávez est arrivé au pouvoir parce que 1998, l’année où Chávez a été élu pour la première fois, « était une année économiquement difficile. » En réalité, le Venezuela a connu quelques décennies désastreuses bien avant la première élection de Chávez. Hausmann devrait le savoir, car en 1992, il est devenu ministre dans le gouvernement de Carlos Andres Pérez, qui a perpétré le massacre du Caracazo en 1989 : des milliers de pauvres gens abattus par l’armée sur ordre du gouvernement pendant cinq jours de manifestations contre le programme d’austérité imposé par le FMI.

Dans un article récent (Fair.org, 26/08/21), Justin Podur et moi-même avons passé en revue l’histoire économique du Venezuela, montrant qu’il a toujours été en proie à une pauvreté et à des inégalités choquantes, bien qu’il soit un grand exportateur de pétrole depuis les années 1930. Mais bien sûr vous n’aurez pas droit à la série « La descente du Venezuela dans l’enfer capitaliste » dans la couverture médiatique de l’ère pré-Chávez…

Après avoir donc expliqué de manière trompeuse pourquoi Chavez a été élu pour la première fois, Hausmann passe à de plus gros mensonges. « Hugo Chávez, au cours des cinq premières années, a changé beaucoup de choses, a-t-il dit, mais la situation économique ne s’est pas améliorée. »

Mensonge grossier par omission. Hausmann ne dit pas qu’au cours de ces cinq premières années, Chávez a été frappé par deux tentatives de coup d’État majeures, soutenues par les États-Unis, qui ont dévasté l’économie. En survivant à ces tentatives de coup d’État, Chávez a finalement pu, en 2003, prendre le contrôle de la compagnie pétrolière d’État, PDVSA, principale source de devises fortes du pays.

Hausmann trompe de nouveau les téléspectateurs en déclarant : « En 2004, le prix du pétrole s’envole. Tout à coup, Hugo Chavez se rend compte qu’il a beaucoup d’argent. »

En réalité, le prix du pétrole avait augmenté depuis 1998, l’année précédant la prise de fonction de Chávez. Heureusement pour la plupart des Vénézuéliens, les prix du pétrole ont continué à augmenter pendant plusieurs années après que Chávez a finalement arraché le contrôle de PDVSA à ses fossoyeurs. L’économie a donc pu se remettre rapidement des tentatives de coup d’État et entamer une période de réduction spectaculaire de la pauvreté.

Pauvreté et taux d’extrême pauvreté au Venezuela

La pauvreté au Venezuela a fortement diminué non pas lorsque les prix du pétrole ont augmenté, mais lorsque le président Hugo Chávez a mis fin aux efforts de l’opposition pour saboter l’économie. Source : INEC via CEPR (3/7/13)

Mémoire courte

Environ 40 minutes après le début du documentaire, Tamara Taraciuk de Human Rights Watch affirme que les violentes manifestations de 2017 (le film montre Leopoldo López les encourageant depuis sa cellule) n’ont « aucun précédent dans l’histoire récente du Venezuela. » Le terme « récent » est absurde. Et la tentative de coup d’État d’avril 2002 (qui a tué 79 personnes, en grande majorité des partisans d’Hugo Chávez, et a brièvement renversé le gouvernement) ? De plus, les insurrections de l’extrême droite de 2013 à 2017 ont fait plus de victimes dans le camp chaviste ou parmi de personnes sans affiliation politique. Sans compter des atrocités macabres, comme brûler vif Orlando Figuera, un partisan afro-vénézuélien du gouvernement âgé de 21 ans.

Tamara Taraciuk de Human Rights Watch affirme que les manifestations violentes n’ont « aucun précédent dans l’histoire récente du Venezuela »… ce qui suggère une mémoire assez courte de l’Histoire du Venezuela.

Qu’en est-il du massacre de Caracazo de 1989, qui a été perpétré par un gouvernement pro-états-unien ? Compte-t-il dans « l’histoire récente du Venezuela » ? En cinq jours, le nombre de morts de Caracazo a dépassé, peut-être d’un ordre de grandeur, le nombre combiné de morts de tous bords lors des manifestations soutenues par les États-Unis contre les gouvernements chavistes du Venezuela en 2002, 2013, 2014 et 2017. (Incidemment, le massacre de Caracazo n’a pas non plus eu d’impact sur les relations amicales entre les États-Unis et le Venezuela, ni sur la couverture médiatique américaine flatteuse du gouvernement vénézuélien à l’époque –FAIR.org, 26/08/21).

Environ une heure et 28 minutes après le début du film, Taraciuk déclare que tout « gouvernement décent » dans la situation économique désastreuse du Venezuela « demanderait de l’aide », mais que Maduro a « fermé la porte à l’aide internationale, qui est disponible ». C’était un mensonge couramment diffusé par les médias vers février 2019, lorsque le gouvernement de Trump, tout juste après avoir reconnu Juan Guaidó comme président par intérim du Venezuela, a exigé que l’armée vénézuélienne défie Maduro et permette l’entrée d’environ 20 millions de dollars de prétendue « aide » en provenance de Colombie (FAIR.org, 2/12/19).

Même à l’époque, cette quantité d' »aide » était une erreur d’arrondi par rapport à l’impact des sanctions économiques que Trump avait imposées depuis août 2017. Taraciuk ne remet jamais en question la « décence » de Trump qui a délibérément choisi d’étrangler une économie qui était déjà en crise. Rien que cela rend son commentaire obscène, mais aussi, contrairement à ce qu’elle prétend, Maduro avait demandé une aide internationale que le Venezuela recevait avant le coup de bluff de 2019 mené par les États-Unis (FAIR.org, 2/12/19) et depuis n’a cessé de renforcer cette aide – accords économiques, sanitaires, coopération tous azimut avec des puissances comme le Chine, l’Inde, l’Iran, la Russie, etc..

Propagande décomplexée

Le « documentaire » ne prend même pas en compte le travail de certains médias états-uniens qui ont démontré il y a longtemps les mensonges de la propagande. Ainsi il veut nous refaire croire qu’un camion d’aide à la frontière colombienne a été incendié par les forces loyales à Maduro. « Trois ou quatre camions sont entrés en territoire vénézuélien, mais l’un d’eux a été brûlé », déclare López à la caméra. Or, The Grayzone (24/2/19) et un peu plus tard le New York Times lui-même (10/3/19) ont réfuté ce mensonge à l’époque, observant que la vidéo montre que le camion a été incendié par un manifestant de l’extrême droite.

Une analyse du New York Times (3/10/19) a montré que c’est un manifestant de l’extrême droite et non le gouvernement vénézuélien qui avait mis le feu à un camion supposément « d’aide humanitaire ».

Après 2019, les médias occidentaux ont cessé de diffuser le mensonge selon lequel Maduro rejetait l’aide internationale, en grande partie parce que Trump, et maintenant Biden, ont fait preuve d’un sadisme flagrant dans leur guerre économique contre le Venezuela (FAIR.org, 25/03/20, 21/07/21).

Environ 70 minutes après le début du documentaire, Taraciuk insinue fortement que les votes n’étaient pas secrets lors de l’élection présidentielle de mai 2018 que Maduro a remporté haut la main, en affirmant que les électeurs « devaient passer par le punto rojo pour enregistrer leur vote. » Les puntos rojos (« points rouges ») sont des kiosques que le parti chaviste a mis en place près des centres de vote pour faire ses sondages à la sortie des urnes, sans obligation pour les électeurs d’y passer. Même un écrivain anti-Maduro qui a attaqué ces kiosques en les qualifiant de « chantage » a concédé que le gouvernement ne peut pas savoir comment les gens ont voté.

Il est également profondément hypocrite d’alléguer que Maduro aurait fait pression sur les électeurs, alors que les États-Unis, eux, les menaçaient depuis 2017 : la guerre économique paralysante contre le Venezuela se poursuivra et s’intensifiera jusqu’à ce que Maduro soit renversé.

Quoi qu’il en soit, le nombre de voix de Maduro en 2018 était conforme au niveau de soutien qu’un sondage de Pew Research Poll (qui n’est pas un organisme pro-Maduro) suggérait quelques mois plus tard. Il a révélé que 33 % des Vénézuéliens « font confiance au gouvernement national pour faire ce qui est bon pour le Venezuela. » C’est également un niveau de soutien parmi les électeurs éligibles qui permet régulièrement de remporter des élections au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni (Mint Press News, 1/28/19).

Autres habitants de la planète des médias occidentaux

Tout au long du film, de nombreux extraits de grands médias renforcent la réalité virtuelle du film. Bryan Llenas, correspondant de Fox News, déclare : « Le Venezuela croule sous le poids du régime oppressif de Maduro. » Une journaliste de la BBC regarde Maduro avec un mépris impérial alors qu’il rejette, à juste titre, l’affirmation selon laquelle sa réélection de 2018 serait illégitime.

Une journaliste de la BBC fronce les sourcils à une réponse de Nicolás Maduro, dans « A La Calle ».

Les médias occidentaux ont depuis longtemps développé une sorte de raccourci, répété à l’infini, qui exige une impunité totale pour les politiciens soutenus par les États-Unis comme Leopoldo López au Venezuela. Toute conséquence légale de la sédition soutenue par les États-Unis est présentée comme une « oppression » (FAIR.org, 23/04/18).

Les médias de divertissement états-uniens ont également contribué à la campagne de diffamation contre le gouvernement de Maduro (FAIR.org, 9/18/19). L’année dernière, Ethan Hawke a réalisé une interview complaisante avec López (un vieil ami que Hawke a rencontré alors qu’il fréquentait un lycée privé à New York). Il est très facile de comprendre pourquoi HBO Max se sent aujourd’hui à l’aise pour diffuser un documentaire aussi ridicule que « A La Calle ».

Source : https://fair.org/home/hbos-anti-maduro-propaganda-is-cruder-than-venezuelan-oil/

Traduction de l’anglais : Thierry Deronne

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/10/06/hbo-contre-maduro-un-concentre-de-propagande-brute-comme-le-petrole/

Victoire pour la démocratie vénézuélienne : l’extrême droite renonce à la violence et demande la levée des sanctions

Succès des diplomaties bolivarienne et mexicaine lors du premier round de négociations organisé au Mexique en présence d’observateurs des Pays-Bas, de la Norvège et de la Russie. L’extrême droite vénézuélienne accepte de signer avec le gouvernement bolivarien une feuille de route (qui servira de cadre aux négociations) où elle accepte de rentrer dans le jeu électoral avec observateurs et garanties pour tous, reconnait l’État de Droit, le gouvernement élu de Nicolas Maduro et la Constitution bolivarienne. Elle rejette toute forme de violence politique, appuie la levée des sanctions occidentales et la restitution des actifs dérobés à la République du Venezuela (par l’équipe du fake-président Guaido, Ndlr).

En lisant cette feuille de route, le représentant de la Norvège a déclaré : « Personne d’autre ne peut résoudre cette situation à part vous-mêmes, elle doit être résolue entre Vénézuélien(ne)s, nous attendons que les parties soient entendues… » tout en soulignant l’importance de l’accord sur « le rejet de la violence politique » et « la levée des sanctions ». Au nom du Mexique qui accueille ces négociations sur l’initiative du président Lopez Obrador, Marcelo Ebrard, Ministre des Affaires Étrangères, a déclaré : « Nous serons un hôte respectueux et solidaire, le dialogue est la voie à suivre, et je ne peux que vous souhaiter le meilleur. Toute la communauté latino-américaine et caribéenne est avec vous ».

Cette évolution était attendue vu l’échec patent des sanctions des États-Unis et de l’Union Européenne, avec pour corolaire le plan putschiste de Guaido, à renverser le gouvernement élu par la majorité des vénézuélien(ne)s. Après la Bolivie, l’Argentine, le Mexique, le Pérou, la nation caraïbe de Sainte-Lucie a quitté le « Groupe de Lima » (cartel des droites pro-USA créé pour attaquer le Venezuela) qu’elle qualifie de « gang corrompu qui a trop fait souffrir le peuple vénézuélien » et a renoué les relations diplomatiques avec Caracas. Cette souffrance de la population vénézuélienne et son rejet quasi unanime des sanctions et du blocus rendaient de plus en plus impopulaires, inaudibles, les discours pro-occidentaux de la droite vénézuélienne. Six rapporteurs spéciaux de l’ONU contre la torture, les traitements cruels, et sur le droit à la santé ont récemment publié un communiqué dénonçant les sanctions qui affectent le droit à la santé des vénézuéliens, notamment en bloquant l’accès à du matériel ou soins pour les patients cancéreux.

Comme l’expliquait il y a quelques mois le politologue et historien vénézuélien William Serafino : « Il y a eu un changement dans la façon d’aborder la question vénézuélienne, en particulier dans le cas de l’Union européenne qui, dès janvier de cette année, a rétrogradé Guaidó à simple interlocuteur de l’opposition vénézuélienne, et bien que les États-Unis maintiennent du bout des lèvres la reconnaissance de cette figure un peu folle de « gouvernement intérimaire », ils n’ont pas attaqué fortement l’élection du nouveau Conseil national électoral et, ce qui est le plus important, ils n’ont pas intensifié leur habituel récit contre la légitimité de la nouvelle Assemblée nationale élue en décembre dernier. Il est clair que les USA ne peuvent pas la reconnaître car cela reviendrait à ôter tout soutien à Guaidó, mais ils n’ont pas non plus pris la décision de l’attaquer de front lorsqu’elle a élu ce nouveau Conseil National Électoral.

« Il est clair qu’il existe une voie électorale qui s’est imposée concrètement dans le pays, qui a le soutien de toutes les institutions vénézuéliennes et qui est reconnue à l’extérieur comme un premier pas vers la réinstitutionnalisation du pays.

« Les élections de maires et de gouverneurs du 21 novembre 2021 semblent une opportunité plus sérieuse pour l’extrême droite (qui a jusqu’ici joué la carte de ne pas participer aux élections en criant à « la fraude », laissant toute la place à des partis de droite traditionnelle comme AD ou COPEI), de se réinsérer dans le jeu politique, de reconquérir des espaces territoriaux de pouvoir et, à partir de là, d’édifier de meilleures bases pour les élections suivantes. Les demandes de Guaidó, au-delà de la levée des sanctions elles-mêmes, n’attirent guère un secteur de l’opposition qui même s’il a longtemps parié sur le coup d’État, et pensait qu’il allait être une réalité automatique, savent que ces élections viennent modifier la donne.« 

Point important : bien que validée automatiquement par les grands médias depuis des années, l’assertion martelée par la droite vénézuélienne de l’existence de « prisonniers politiques » au Venezuela, est inexacte. Les personnes poursuivies par la justice ne l’ont jamais été pour leur appartenance politique mais pour des cas avérés de corruption, ou pour des actes de violence, attentats, sabotages, assassinats, invasions mercenaires ou tentatives de coup d’État. A moins, évidemment, de prendre pour des « prisonniers politiques » les près de 200 putschistes arrêtés aux États-Unis pour avoir attaqué le Capitole ou les assassins néo-nazis d’Aube Dorée arrêtés et jugés en Grèce. La majorité de la population vénézuélienne estime d’ailleurs que le gouvernement a été trop généreux : alors que les policiers ou militaires qui ont désobéi aux ordres et commis des violations des droits humains lors des affrontements avec l’extrême droite ont été rapidement jugés et incarcérés, par contre de nombreux putschistes qui ont commis des violences et des meurtres (certains à connotation raciste, être noir étant souvent considéré comme preuve de chavisme) du coup d’État de 2002 jusqu’aux insurrections de 2014 et 2017, sont restés en liberté ou ont été libérés de manière anticipée dans le cadre de « commissions de dialogue national » organisées ces dernières années par les autorités bolivariennes avec des représentants de la droite.

Ci-dessous : texte original du mémorandum signé à Chapultepec, Mexico Ciudad, le 13 août 2021.

Thierry Deronne, Caracas, le 14 aout 2021

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/08/14/victoire-pour-la-democratie-venezuelienne-lextreme-droite-renonce-a-la-violence-et-demande-la-levee-des-sanctions/

Les ONG et le nouveau plan Condor pour l’Amérique latine

Via le Département d’État et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le budget prévu par Washington en 2022 pour des « programmes de démocratie » destinés à Cuba atteindra 20 millions de dollars, soit le même niveau de financement qu’en 2021. A charge pour des organisations non gouvernementales (ONG) locales de relayer cette action « interventionniste » sur le terrain.
Censées représenter la « société civile », toutes les ONG ne sont pas à mettre dans le même sac ou sur le même plan. Il n’en demeure pas moins que, au cours des dernières années, nombre d’entre elles, ainsi que leurs financements, ont été mis en cause par les gouvernements d’Hugo Chávez et Nicolás Maduro (Venezuela), Rafael Correa (Equateur), Evo Morales (Bolivie), Andrés Manuel López Obrador (Mexique), pour ne citer qu’eux. Elles se trouvent actuellement au cœur de la violente polémique qui oppose les États-Unis, l’Union européenne et leur sphère médiatique au gouvernement nicaraguayen de Daniel Ortega [1].
Au nom de l’Internationale des peuples anti-impérialistes, l’ex-président hondurien de centre gauche Manuel Zelaya, renversé en 2009 par un coup d’Etat, s’est récemment exprimé sur la question.


L’auteur : José Manuel Zelaya. Élu président de la République du Honduras, il prend ses fonctions le 27 janvier 2006. Soucieux de sortir le Honduras de l’extrême pauvreté, il se rapproche de l’alliance régionale de coopération économique sociale, l' »ALBA ». Le 28 juin 2009 il est arrêté par les militaires putschistes sous influence de Washington et expulsé vers le Costa Rica, deux heures avant le début d’une consultation populaire. Le journal français « Libération » l’accuse alors d’avoir « joué avec le feu » (sic) en se rapprochant de l’ALBA.

À partir des années 1980, avec l’avènement du modèle d’exploitation néolibéral, sont apparues des organisations qui, en théorie, étaient censées combler le vide qui se créait naturellement entre la sphère publique et la sphère privée. Semblant au départ impartiales, ces organisations non gouvernementales (ONG) sont devenues par essence des agents politiques autoproclamés de la société civile qui légitiment l’essor impétueux de la mondialisation et du marché. En Amérique latine, avec l’arrivée de gouvernements progressistes via les élections, comme dans le cas du triomphe électoral de Daniel Ortega et de la révolution sandiniste avec plus de 70 % des voix [2], ces organisations ont orienté leur activité vers le contrôle stratégique et politique de la société, avec pour objectif ce que, aux Etats-Unis, elles appellent par euphémisme un « changement de régime ».

La structure fonctionnelle érigée au « sommet », que ce soit par les États-Unis ou l’Europe, utilise quelques fondations opulentes pour alimenter toute la machinerie des ONG. Les plus importantes de ces fondations fournissent environ 80 % de tous les fonds gérés dans le monde par ces organisations. Dans la plupart des cas, les fondations mères n’ont pas de relation directe avec les bénéficiaires, qui fonctionnent comme opérateurs locaux des fonds reçus. Un réseau constitué par des agences de coopération internationale telles que l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), l’Institut national démocrate (NDI), la Nouvelle fondation pour la démocratie (NED), l’Institut républicain international (IRI) et d’autres agences gouvernementales occidentales financent des actions d’intervention visant principalement et prétendument à la « réduction de la pauvreté », au renforcement des « valeurs démocratiques », à la gouvernance, aux « droits de l’homme », à la transparence, la justice et la bonne gestion des finances publiques.

Du réseau susmentionné se déploient des centaines d’ONG qui saturent la vie politique de la société, créant une sorte d’Etat parallèle piloté par de grands médias et réseaux ; devenus artificiellement des protagonistes de la vie politique, ceux-ci tentent de saper l’action des gouvernements progressistes ou d’empêcher la montée au pouvoir de projets de gauche revendiquant la participation de la société et de l’Etat contre la tromperie du marché.

Cet immense réseau tentaculaire des pouvoirs factices se charge de promouvoir un agenda caché et spécifique défini par l’orientation qu’ils veulent voir adoptée par l’opinion publique. Au Nicaragua, ils promeuvent sans vergogne les politiques que l’Hégémon exige. Il n’est donc pas étrange qu’au Honduras, en 2009, ils aient activement soutenu le coup d’Etat, toujours sous couvert d’un discours anticommuniste de défense de la démocratie.

Dotées d’importantes ressources, ces organisations se consacrent à dire à l’Etat ce qu’il doit faire, jusqu’à devenir des agents de dé-légitimation de la politique ; pourtant, en se prononçant contre les mouvements de libération socialistes, elles adoptent de fait, au sens strict, une attitude de caractère politique.

De façon tout aussi perverse, elles se consacrent à la déstabilisation de tout gouvernement populaire qui, en Amérique latine, n’accepte pas de se soumettre aux diktats ou aux intérêts géostratégiques des faucons de Washington. Dans ce but, et en dépensant des ressources importantes, elles alimentent des réseaux de supposés mécontentements destinés à la construction d’images négatives des dirigeants.

Depuis la première décennie du XXIe siècle, ce système bien articulé de « smart power » s’est spécialisé dans la promotion et l’organisation de « révolutions de couleur ». Celles-ci ne sont rien d’autre que des « protestations populaires contrôlées » visant à un changement de régime et à l’imposition d’une administration docile, au service des intérêts des sociétés transnationales. Significatives sont les participations de la Fondation Ford et plus spécifiquement de George Soros, qui a accumulé de l’expérience dans les pays d’Europe de l’Est après la chute du bloc soviétique et a joué un rôle clé dans les fameux « printemps arabes », dont certains, dans tout le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, ont fini par renforcer l’existence de groupes extrémistes tels que l’Etat islamique.

En Amérique latine, l’activité de ces organisations va du Mexique, où elles s’opposent au gouvernement de la Quatrième transformation, à l’Argentine, où elles participent au travail minutieux de discrédit de l’administration péroniste. Ces derniers temps, leur principale attaque a été dirigée contre les pays de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), essentiellement le Nicaragua, le Venezuela, la Bolivie et Cuba.

Dans ces pays, elles ont été jusqu’à organiser des soulèvements violents, qui ont coûté la vie à de nombreux innocents. Le cas de Cuba est particulier, car les conditions existantes du blocus ne permettent pas le flux de ressources qu’elles utilisent dans les autres pays mentionnés. En ce qui les concerne, et sur leurs territoires, le Venezuela et la Bolivie ont neutralisé [NDLR : partiellement] l’opération de ces ONG qui utilisent généralement une façade d’organisation humanitaire.

Actuellement attaqué, le Nicaragua vit une situation similaire à celle qui a précédé les violentes émeutes organisées en 2018 par une opposition politique dépourvue de capacité organique, mais qui a bénéficié d’importantes ressources externes pour créer le sentiment d’une chute imminente du gouvernement démocratique. Cette fois, le nouveau « Plan Condor électoral » américain a été anticipé [par les autorités sandinistes], notamment du fait de l’injection de ressources considérables destinées à provoquer un boycott du scrutin de novembre prochain. Ces efforts visent à rehausser le profil politique de l’opposition et à empêcher une nouvelle victoire populaire du sandinisme. A cette fin, ils utilisent l’agenda médiatique qui, par sa tendance à la génuflexion, leur permet de passer de grands défenseurs du processus électoral aujourd’hui à porte-drapeaux de la suspension de l’élection demain, si son résultat ne favorisait pas leurs intérêts.


Manuel Zelaya
Lois Perez Leira

Source : https://www.el19digital.com/articulos/ver/titulo:117944-las-ong-y-el-nuevo-plan-condor-para-america-latina

[1https://www.medelu.org/Vol-d-hypocrites-au-dessus-du-Nicaragua

[2] NDLR : Daniel Ortega a été élu le 5 novembre 2006 avec 37,99 % des suffrages ; le 6 novembre 2011 avec 62,5 % ; le 6 novembre 2016 avec 72 %.

URL de cet article https://www.medelu.org/Les-ONG-et-le-nouveau-plan-Condor-pour-l-Amerique-latine

Vol d’hypocrites au-dessus du Nicaragua, par Maurice Lemoine (Mémoire des Luttes)

Jeudi 1er juillet 2021   |   Maurice Lemoine

« Au Nicaragua, la spirale répressive “décapite” l’opposition », titre Le Monde (17 juin 2021) en évoquant l’arrestation de treize dirigeants « à quatre mois de la présidentielle ». Le nom du support est purement anecdotique : qu’ils soient de droite, de gauche, du centre ou même qu’ils professent le « tout en même temps », la quasi totalité des médias, à la manière d’un « parti unique », publient quasiment la même chose pour dénoncer la « criminelle dérive du régime de Daniel Ortega ». Une telle unanimité devrait mettre la puce à l’oreille. Soit le Nicaragua est effectivement devenu « le Goulag centraméricain » du quotidien espagnol El País (27 juin), soit ce surprenant consensus relève d’une abstraction perversement (ou paresseusement) plaquée sur la réalité.

Héritier de la lutte de libération contre la dictature d’Anastasio Somoza (1979) puis de la résistance à la guerre de basse intensité qui lui fut imposée par Ronald Reagan (1981-1989) et George H.W. Bush (1989-1993), le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) est revenu au pouvoir, par les urnes, depuis 2007, en la personne d’Ortega. Sans faire de miracles, et dans le cadre d’une politique pragmatique, avec ses bons et ses moins bons côtés, celui-ci a sorti les Nicaraguayens les plus modestes du long cauchemar dans lequel la droite néolibérale les avait plongés depuis l’arrivée à la présidence, en 1990, de la carte de Washington, Violeta Chamorro. Raison pour laquelle, à deux reprises, Ortega a été réélu avec, de plus, une majorité sandiniste confortable à l’Assemblée.

Même s’il ne l’a pas encore officiellement annoncé, tout un chacun présume qu’il se présentera en novembre prochain à sa propre succession (à l’image d’un Helmut Kohl ou d’une Angela Merkel demeurés durant seize années au pouvoir outre-Rhin). Toutefois, pour ne pas déroger à ce qui devient une sale manie au sein de la droite continentale, l’opposition « nica » dénonce par avance une « farce électorale ». Ce bien que tous les sondages donnent l’actuel chef de l’Etat vainqueur (quelle que soit l’orientation politique de l’institut, parmi lesquels CID Gallup, qui les a menés à bien). D’où la poursuite d’une obsession : comment, et par quels moyens, se débarrasser du sandinisme et d’Ortega ?

L’opposition a tenté de le faire en 2018 par la violence. Sans résultat concret, sauf un très lourd bilan : 220 morts, dont 22 policiers et 48 sandinistes, d’après la Commission de la vérité gouvernementale. Contrairement à ce que prétend le pouvoir sandiniste, il ne s’est pas agi d’une tentative de « coup d’Etat ». Pour qu’il y ait « golpe », il faut qu’une ou plusieurs institutions de l’Etat – Forces armées, Police, Justice, Parlement – participent au renversement du président – comme au Venezuela d’Hugo Chávez en 2002 (factions militaires), au Honduras de Manuel Zelaya en 2009 (Parlement, Cour suprême de justice, Armée), au Paraguay de Fernando Lugo en 2012 et au Brésil de Dilma Rousseff en 2016 (Parlements), dans la Bolivie d’Evo Morales en 2019 (Police, Armée) – avec une contribution plus ou moins discrète de l’USG (US Government)…

Pour en revenir à 2018, toutes les institutions sont demeurées loyales au pouvoir légitime, preuve, s’il en était besoin, de la solidité du système démocratique au Nicaragua. En revanche, il y a bien eu tentative de renversement extraconstitutionnelle du président élu. Ce que l’on a généralement dépeint sous le vocable de « manifestations pacifiques » avait toutes les caractéristiques d’une rébellion anti-démocratique menée par le biais d’une violence de caractère insurrectionnel. A laquelle se sont opposés, de façon tout aussi rugueuse, le pouvoir et sa base sociale sandiniste – mouvement de masse organisé, endurci par une longue habitude des agressions, et largement sous-estimé tant par l’opposition que par le cartel d’« observateurs » qui lui sont inféodés [1].

Depuis (et même auparavant), si elle peine à affronter « à la loyale » le couple Ortega-Murillo » (Daniel, président ; Rosario Murillo, son épouse et vice-présidente), la droite ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Nostalgique de l’époque au cours de laquelle les « gueux » ont été laminés par ses politiques, elle n’a pas cru devoir élaborer et proposer un quelconque programme ou projet de pays susceptible de faire oublier à ses compatriotes le désastre social qu’elle leur a imposé dans le passé. Rien – à part la haine d’Ortega ! Et les ambitions personnelles. Voire familiales, s’agissant du clan Chamorro – Cristiana, Carlos Fernando, Juan Sebastián, Pedro Joaquín –, lesquels, héritiers d’une dynastie de présidents conservateurs [2], se considèrent légitimes propriétaires du Nicaragua. De sorte que, au-delà des grands discours essentiellement destinés à l’étranger, la confrérie des personnalités censées combattre ensemble le sandinisme passe son temps à se déchirer.

De la crise de 2018, ont surgi et survécu deux courants. L’un, l’Alliance civique pour la justice et la démocratie (ACJD), a été créé de toutes pièces par les évêques conservateurs pour un supposé « dialogue national » tenu en mai et juin 2018. Dès l’origine, l’ACJD a pu compter sur une présence importante en son sein du secteur des affaires et du patronat. De son côté, l’Union nationale bleu et blanc (UNAB) [3] représente plus ou moins la « société civile », une nébuleuse d’ « autoconvoqués », d’organisations non gouvernementales (ONG) allant du « féminisme » à la supposée « défense des droits humains » en passant par une poignée de partis politiques non représentés au Parlement – dont le Mouvement de la rénovation sandiniste (MRS). Les « dissidents » du FSLN qui y cohabitent sont devenus les plus féroces ennemis de leur ancien « compañero » Ortega depuis qu’ils ont été mis en minorité, en 1994, lors d’un Congrès extraordinaire du parti.

Censé représenter l’opposition « de gauche », le MRS n’a pas hésité à appuyer la droite la plus droitière lors des scrutins tenus en 2008, 2011, 2012 et 2016. Mettant fin à une ambiguïté entretenue depuis 1995 autour de l’adjectif « sandiniste », le parti a finalement renié son origine en devenant l’Union démocratique rénovatrice (Unamos) en janvier 2021. Le 3 mars suivant, sa présidente Suyen Barahona ainsi que Tamara Dávila, membre de sa commission exécutive, mais aussi du Conseil politique de l’UNAB, confirmeront clairement la couleur en participant à une réunion virtuelle avec le président autoproclamé Juan Guaido pour évoquer « la lutte pour la démocratie » tant au Nicaragua qu’au Venezuela.

En octobre 2018, l’ACJD et l’UNAB ont annoncé en grandes pompes leur mariage. Sans être d’accord sur rien. L’UNAB souhaitait une paralysie générale du pays (« paro nacional ») [4] pour « faire tomber Daniel ». L’ACJD – directeur exécutif : Juan Sebastián Chamorro – n’y tenait pas, lui préférant une pression diplomatique internationale destinée, avec le moins de casse possible pour les secteurs économiques, à imposer des réformes au chef de l’Etat. Commence alors un interminable (et parfois ubuesque) feuilleton. C’est ainsi que, début janvier 2020, l’ACJD annonce qu’elle se sépare « amicalement » de l’UNAB pour former… « une grande coalition nationale ». D’après José Pallais, son directeur exécutif (ex-ministre des Affaires étrangères de Violeta Chamorro), l’ACJD « dépasse une étape d’unité » pour passer à « un stade supérieur d’intégration »  ! Pour sa part, Medardo Mairena, dirigeant d’une faction de paysans antisandinistes, revendique son autonomie. Devant tant de cohérence, même le très conservateur britannique The Economist pronostique que, compte tenu du retour au calme et de la récupération graduelle de l’économie, Ortega remportera le scrutin de 2021.

Le 25 février 2020, avec les mêmes et quelques autres, nait, sans vraiment naître, tout en naissant, une Coalition nationale. Ses statuts comportent un « article transitoire » qui établit que les « désaccords et les doutes en suspens » pourront être discutés ultérieurement et que les divergences fondamentales devront être résolues par consensus. Scission du vieux Parti libéral constitutionnaliste (PLC) des ex-présidents conservateurs Arnoldo Alemán (1997-2002) et Enrique Bolaños (2002-2007), Citoyens pour la liberté (CxL), peu ou prou sous la coupe du patronat, refuse d’intégrer le bloc et invite tous les opposants à se regrouper dans un… « mouvement unitaire » – qu’il dirigera ! La Coalition nationale n’en prend pas moins son envol définitif le 25 juin, forte de l’UNAB, de l’ACJD, du Mouvement paysan, d’une faction du Front démocratique nicaraguayen (FDN ; ex-« contras » [5])et de trois partis politiques, le PLC, Restauration démocratique (PRD ; évangélique) et Yátama (Indigènes de la côte atlantique). Le projet politique hautement démocratique de cet attelage saute immédiatement aux yeux : « La fin ultime de la Coalition, déclare la membre du conseil politique de l’UNAB Alexa Zamora, n’est pas les élections [de 2021], notre objectif est de sortir Ortega, notre ennemi commun. » Pour qui n’aurait pas tout à fait saisi, Medardo Mairena précise, au nom de son Mouvement paysan : « Ceci est une nouvelle étape pour nous unir et renverser ce régime dictatorial qui a provoqué tant de souffrance [6]. »

Parmi tout ce beau monde, on devine déjà une dizaine d’aspirants à la présidence pour l’« après Ortega ». Coups et crocs en jambe se multiplient. Le 26 octobre 2020, l’ACJD formalise sa sortie de la Coalition pour (comme il se doit) « promouvoir une plateforme politique et électorale unie et inclusive ». « Ce n’est pas une rupture, clarifie le plus sérieusement du monde Juan Sebastián Chamorro, nous voulons avoir une relation respectueuse avec tous les opposants, mais notre option est de revenir à la question de l’unité, et l’unité ce n’est pas seulement la Coalition nationale. » En désaccord avec cette conception assez particulière de l’unité, des dirigeants des villes de León, Estelí, Madriz, Chontales et autres abandonnent l’ACJD et demeurent au sein de la Coalition. Dont, en juillet, le dirigeant paysan Medardo Mairena avait fait sécession : lors d’une réunion virtuelle avec le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), expliquera-t-il, « ils [les dirigeants de la Coalition] se sont connectés sur Zoom avec Luis Almagro, mais ils n’ont même pas pris la peine de nous demander “si vous étiez en face d’Almagro, que lui diriez-vous ?” et encore moins de nous inviter à participer [7]. » Pour ne pas être en reste, la dite Coalition expulse le PLC le 30 novembre en l’accusant d’être « sous le contrôle et l’influence » de l’ « orteguisme »… Sachant qu’au sein de ce même PLC, un président de facto, Miguel Rosales, s’oppose à María Fernanda Flores de Alemán (épouse de l’ex-président), qui a aussi des ambitions.

Première étape de toute réflexion un tant soit peu raisonnable sur le Nicaragua : tous les stratèges le savent, il ne faut pas lutter en ordre dispersé. Face à un tel bazar, un bloc soudé, discipliné, porteur d’une forte identité et dirigé par un « leader » reconnu a toutes les chances de l’emporter. Pour sortir éventuellement vainqueurs d’élections démocratiques en novembre 2021, Ortega et le FSLN n’ont nullement besoin de « décapiter » l’opposition. Elle coupe parfaitement, et toute seule, ses propres têtes. A l’étranger (sauf peut-être aux Etats-Unis), on l’ignore. Au Nicaragua, même les dirigeants de la droite le savent parfaitement. En octobre 2020 encore, lorsque le Mouvement vers le socialisme (MAS) bolivien mit en échec le coup d’Etat et porta à la présidence Luis Arce, le dauphin d’Evo Morales [8], l’ex-député Eliseo Núñez Morales, membre de l’ACJD, s’alarma publiquement : « L’opposition nicaraguayenne doit en tirer une leçon, nous devons arrêter les guerres intestines, arrêter ces attaques permanentes qui existent entre tous les groupes d’opposition et générer une alternative à Ortega. »

En 2001 et 2006, pendant les campagnes électorales, Washington, à travers ses ambassadeurs, avait clairement averti les Nicaraguayens qu’il fallait à tout prix barrer la route à un retour des Sandinistes. Qu’une victoire d’Ortega entraînerait une suspension des aides et de la coopération. La menace fut d’autant plus entendue que, en 2001 par exemple, sur 6,5 millions de Nicaraguayens, 10 % vivaient aux Etats-Unis d’où ils envoyaient des dizaines de millions de dollars en « remesas » (transferts d’argent). Puis l’exaspération finit par faire son œuvre, le chantage n’opéra plus. En novembre 2006, en la personne de l’ancien banquier millionnaire Eduardo Montealegre, la droite est battue. Dès lors, Washington remet en ordre de marche sa « diplomatie parallèle » (et musclée).

L’univers médiatique français – Le Monde, Médiapart, Radio France, etc. – se gargarise à n’en plus finir de sa supposée pratique du « journalisme d’investigation ». S’agissant de la couverture de l’Amérique latine, ces supposées « Forces spéciales » de l’information se caractérisent surtout par un usage particulièrement paresseux du conformisme et du « copier-coller ». Sans se croire obligés de jouer les matamores de rédaction, ce sont un certain nombre de professionnels… américains – Max Blumenthal, Ben Norton, etc. –, dans des médias alternatifs – The GrayZone [9], Behind Back Doors [10], The Intercept –, qui sauvent l’honneur de la profession. En se livrant à un travail d’enquête rigoureux. Donc… ignoré de leurs chers confrères des médias dits « dominants ». A qui cela arracherait la plume, le clavier, le micro ou la caméra de relayer (ou simplement mentionner) l’information, quand bien même ils n’en seraient pas la source, sur les méthodes employées par Washington et son « soft power » pour déstabiliser le Nicaragua (comme bien d’autres pays de la région, à commencer par Cuba et le Venezuela).

Principaux acteurs de cette guerre non conventionnelle « made in USA »  : l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) ; la Nouvelle fondation pour la démocratie (NED), créée en 1983 par Reagan pour se substituer à la CIA dans l’organisation des actions « non armées » [11] ; l’Institut national démocrate (NDI) et l’Institut républicain international (IRI), dépendants du Congrès américain ; Freedom House, l’Open Society de George Soros ; quelques comparses de moindre rang. Objectif recherché : infiltrer (si nécessaire), créer, financer, former, contrôler et instrumentaliser les institutions de la mythique « société civile » – syndicats, partis politiques, institutions académiques ou professionnelles et surtout presse et ONG.

Entre 2010 et 2020, l’USAID avait prévu de transférer à la droite nicaraguayenne la somme faramineuse de 68,4 millions de dollars pour l’aider à discréditer le gouvernement (en interne et à l’étranger) tout en formant de nouveaux « leaders » et en créant une masse critique d’opposants. Deux ans avant le soulèvement « spontané » de 2018, elle y rajouta 8 millions de dollars, portant le total de sa contribution à 76,4 millions.

Au cœur du dispositif, la Fondation Violeta Barrios de Chamorro pour la réconciliation et la démocratie (FVBCH ou, en abrégé, Fondation Chamorro) a servi de plaque tournante pour la redistribution d’une partie consistante du pactole (14,6 millions de dollars). Fille du très respectable Pedro Joaquín Chamorro, assassiné par la dictature de Somoza quelques mois avant le triomphe de la révolution sandiniste, et de son épouse Violeta, ultérieurement présidente (1990-1997), Cristiana Chamorro (67 ans) se trouve à la tête de la Fondation. Durant la présidence de sa mère, elle a dirigé la communication et les relations publiques de l’Exécutif, de même que le quotidien « de la famille » depuis 1926, La Prensa.

Du cœur de cette FVBCH « promouvant la liberté de la presse », des flux de dollars fournis par l’USAID, la NED et l’IRI ont d’abord été injectés, charité bien ordonnée commençant par soi-même, dans les comptes des membres de la famille : Carlos Fernando Chamorro, son frère, propriétaire de l’hebdomadaire Confidencial et du Centre de recherche et de communication (CINCO), proche de l’ex-MRS ; Jaime Chamorro Cardenal, son oncle, rédacteur en chef de La Prensa (dont Cristiana est la vice-présidente), à la ligne éditoriale clairement assumée : « Les grandes victoires de la Contra sur l’Armée populaire sandiniste », claironne ainsi le quotidien, le 16 décembre 2020, glorifiant les sombres heures de l’agression étatsunienne [12].

Parallèlement, la Fondation arrose les chaînes télévisées 10,11 et 12, Vos TV, Radio Corporación, Radio Show Café con Voz, ainsi que les plateformes digitales 100 % Noticias, Artículo 66, Nicaragua Investiga, Nicaragua Actual, BacanalNica y Despacho 505… On omettra de mentionner (sauf en note) [13], pour ne pas lasser le lecteur, la foultitude de journalistes « indépendants » royalement rétribués pour diffuser ouvertement ou de façon subliminale un message qui a le mérite de la simplicité : « Ortega doit tomber ! » Avec, en point d’orgue, la campagne portée à incandescence en 2018 pour exacerber les esprits en instrumentalisant (au nom de l’écologie) un grave incendie survenu dans la Réserve de biosphère Indio Maíz, puis (en défense de la justice sociale) une réforme de la Sécurité sociale (très rapidement retirée devant la contestation). Ce qui, dans un premier temps, fit descendre dans la rue des foules de jeunes, sincères, certains de combattre pour la liberté, sans savoir quels intérêts ils servaient en réalité. L’affrontement changea d’âme et de nature quand cette même « Camorra médiatique » encouragea, appuya et couvrit, sans distance aucune, les actions irresponsables de criminels hyper-violents et meurtriers.


USAID – Fondation Chamorro – 100 % Noticias

USAID – Fondation Chamorro – La Prensa
USAID – Fondation Chamorro – 100 % Noticias

Depuis 2009, l’USAID a spécifiquement destiné (de l’ordre de) 10 millions de dollars aux médias d’opposition – dont plus de 7 millions ont transité par la Fondation Chamorro de 2014 à 2021. Sachant que, par ailleurs, cette dernière a bénéficié d’un cadeau de 831 527 euros (plus d’un million de dollars) de l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) [14]. Ce flot d’innocentes contributions étant sans doute par trop limité, un programme « Médias du Nicaragua » de Family Health International (FHI), une organisation basée en Caroline du Nord et partiellement financée par le gouvernement des Etats-Unis, a octroyé 45 subventions allant de 10 000 à 15 000 dollars à des organes de presse antisandinistes pour un total de 2,8 millions de dollars.

Pendant dix années, 100 % Noticias a ainsi reçu une subvention (se montant à 43 100 dollars en 2015) de l’USAID, par le biais de la Fondation Chamorro. En diffusant des « fake news », en incitant à la violence et en encourageant à prendre les armes contre les sandinistes, ce média a joué un rôle clé dans les événements de 2018. Son directeur, Miguel Mora, a appelé et appelle encore à une intervention militaire des Etats-Unis au Nicaragua, similaire à celle menée en 1989 au Panamá.

Miguel Mora : « Ce que je vois c’est que les Etats-Unis fassent une opération de type Noriega, au Panama (…) ils viennent, ils attrapent cette famille (Ortega-Murillo) et ils l’emmènent »

Le nombre et la diversité des connexions établies pour mener cette guerre non conventionnelle donnent le tournis. Outre les médias, celle-ci s’appuie sur l’armée des ONG de toutes sortes qui, depuis la fin des conflits armés des années 1980, se sont abattues sur l’Amérique centrale.
Une véritable toile d’araignée – attention, accrochez-vous !

Présidente de la Fondation qui porte le nom de sa mère, Cristiana Chamorro est également vice-présidente de Voces Vitales Nicaragua (Voix vitales Nicaragua), à qui son organisme fournit des fonds de l’USAID. Directrice de Voces Vitales Nicaragua, Berta Valle est par ailleurs propriétaire de Voces en Libertad (Voix en liberté)que dirigeson époux Félix Maradiaga, lui-même partenaire de Javier Meléndez au sein de l’Institut d’études stratégiques et de politiques publiques (IEEPP, qu’a créé Maradiaga).

Le 25 juin 2020, interrogé en direct par CNN en espagnol sur la provenance de l’argent finançant sa revue « d’investigation » Expediente Público (Dossier public), Javier Meléndez, bafouilla plus qu’il ne répondit : « Eehhh. Je vous assure qu’il ne provient pas du Venezuela ou de trafiquants de drogue… ce que je vous assure, c’est que ce sont des sources… comme je l’explique… ce sont des sources qui répondent à une ligne de transparence absolue, mais à cause de la crise au Nicaragua, les coopérants nous ont demandé de ne pas nommer l’origine des fonds que nous recevons… » On peut comprendre sa réticence à révéler l’origine et la destination des sommes reçues. Sa femme, Deborah Ullmmer, occupe la fonction de directrice de programme pour l’Amérique latine et les Caraïbes du NDI (Congrès des Etats-Unis).

On rajoutera que de nombreux employés de Meléndez, qui travaille désormais depuis Washington, collaborent également avec CINCO, plateforme dirigée par Carlos Fernando Chamorro (par ailleurs propriétaire de l’hebdomadaire Confidencial) ; et que Voces vitales Nicaragua siège à la même adresse que la Fondation Chamorro – Km 8, Carretera Sur, Plaza San José. Tant de proximités allant de pair avec autant d’opacité amène certains mauvais esprits à se poser des questions. Par exemple : une telle opacité ne permettrait-elle pas le détournement de centaines de milliers de dollars au profit d’individus ? Ou encore : pourquoi au lieu de subventionner directement Voces vitales Nicaragua (et une multitude d’autres ONG), l’USAID et la NDI le font-ils à travers la Fondation [15] ?

USAID : 80 000 $ pour le Centre d’investigations de la communication (CINCO)

On mentionnera ici une poignée d’exemples glanés, sauf quelques exceptions, pendant les années cruciales 2017-2018 (et dans les documents officiels non encore expurgés – tant l’USAID que la NED évitant désormais de mentionner nommément certains des destinataires de leurs dons) [16]…
USAID : 4 740 000 dollars le 23 février 2017 au projet Voces para Todos ; 2 071 639 dollars le 2 mai 2017 à Voces Vitales Nicaragua ; 1 750 000 dollars le 17 juillet 2017 à Mujer, Voz Vital para el País (Femmes, voix vitales pour le pays) ; 100 000 dollars, le 4 mai 2018 au Movimiento Puente (Mouvement Pont) ; 643 214 dollars le 23 mai 2018 pour un projet Création de plateformes ; etc. Mis en œuvre de 2010 à 2020, destiné à favoriser la contestation des projets d’infrastructure du gouvernement, le Programme de gouvernance municipale a lui reçu la coquette somme de 29,99 millions d’euros.

NED : 525 000 dollars à Hagamos Democracia (Faisons démocratie) depuis 2014. En 2017, 111 000 dollars à la Commission permanente des droits humains du Nicaragua (CPDH) ; 79 000 dollars à la Fondation ibéro-américaine de cultures (FIBRAS) ; 40 000 dollars à la Fondation pour le développement économique et social (FUNIDES), lié au Conseil supérieur de l’entreprise privée (COSEP) ; 260 000 dollars à l’IEEPP) dirigé en 2018 par Madariaga, l’un des pousse-au-crime (au sens propre du terme) les plus affirmés de l’opposition ; 564 134 dollars à la Fondation Chamorro ; somme indéterminée à Popol Nah, ONG dirigée par Mónica Baltodano, députée MRS de 2007 à 2011 ; 305 000 dollars à un groupe non détaillé d’organisations ; etc…
Fondation George Soros : 6 148 325 dollars à la Fondation Chamorro, le 9 mars 2018 ; 574 000 dollars de l’Open Society, du même Soros, à la même Fondation Chamorro.

Financements USAID

S’agissant des récepteurs, les termes ONG ou fondations prêtent à confusion. Il faudrait parler d’organisations paragouvernementales (OPG), avec en référence Washington et son Département d’Etat. Toutes ont participé activement, à divers degrés, à la préparation et à la planification du soulèvement de 2018, aux campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux. Des circuits dérivés, occultes, ont directement financé la logistique des manifestants connectés en réseau et coordonnés par des dirigeants d’opposition tels que Medardo Mairena, Pedro Joaquín Mena ou Francisca Ramírez,ainsi que les violences, parfois barbares, des « tranqueros  » [17]. D’autres ont eu pour objet (et ont toujours) l’enfumage de ce qu’on appelle souvent à tort la « communauté internationale ».

L’exemple le plus emblématique s’appelle Association nationale pro-droits de l’Homme (ANPDH). Financée par la NED, le NDI et l’Open Society du banquier Soros, elle a annoncé des chiffres extravagants de morts (560 en fin de conflit), d’« enlevés » et « disparus » (1 300). Au-delà des frontières du Nicaragua, ses estimations ont été reprises par des titres aussi divers que Le Point (29 juillet et 9 août 2018), La Croix (11 septembre), CNN en espagnol, le Diario Las Américas (Miami), El País (Madrid). On a même vu circuler sur Médiapart une pétition dans laquelle des universitaires et intellectuels dits « de gauche », dont une poignée de Français passés des Brigades internationales à la Doctrine de Monroe, dénonçaient les « méthodes dictatoriales du gouvernement Ortega-Murillo » et réclamaient « la constitution d’un gouvernement de transition » en prenant comme référence les chiffres « effrayants », mais surtout complètement « bidons », de l’ANPDH [18].

Le 23 juillet 2019, à Managua, en conférence de presse, trois cadres de cette ANPDH – Gustavo Bermúdez, Francisco Lanzas et German Herrera – ont dénoncé leur directeur Álvaro Leiva en l’accusant d’avoir « embarqué » au Costa Rica, où il s’est exilé, 500 000 dollars, dont plus de 100 000 dollars alloués par la NED en 2017 et 2018. Ils ont y compris révélé qu’en 2018, l’ANPDH a artificiellement gonflé le chiffre des morts et des blessés pour recevoir davantage de subventions des Etats-Unis.

Dans le même ordre d’idée, certains masques sont tombés. Entre autres celui de l’Immaculée Sainte Amaya Coppens du Cetri (Centre Tricontinental, basé à Louvain-la-Neuve, en Belgique, devenu porte-parole quasi officiel de l’opposition antisandiniste dans le monde francophone). Bénéficiant d’une double nationalité nicaraguayenne et belge (ce qui aide beaucoup pour sensibiliser les « bobos » européens, beaucoup moins passionnés par les déclarations des syndicats ouvriers et paysans « nicas »), figure de proue du Mouvement universitaire du 19 avril (fondé lors de l’insurrection), arrêtée à deux reprises, Coppens a été présentée en Europe, où elle a mené campagne après ses libérations, comme appartenant à la gauche nicaraguayenne. Ce qui a contribué à isoler davantage encore Managua.

Toute peine mérite récompense. Le 3 mars 2020, Coppens a fait le déplacement à Washington pour y recevoir le prix « Women of Courage »,décerné chaque année par le Département d’Etat américain à douze femmes ayant démontré « un courage et un leadership extraordinaires ». Quelque peu ennuyés sans doute, ses amis progressistes européens ont soigneusement évité de diffuser les photos où on la voit, souriante, épanouie, recevoir cette haute distinction des mains de Melania Trump et du très humaniste secrétaire d’Etat Mike Pompeo. Peut-être pensent-ils comme nous que la conscience politique n’est plus vraiment ce qu’elle était… Il semblerait hélas que, en ce qui les concerne, la réflexion n’a pas été poussée plus loin.

Melania Trump, Amaya Coppens, Mike Pompeo

Tous ces faits sont largement connus et documentés, depuis longtemps, au Nicaragua. Ils ont eu un rôle capital dans la déstabilisation interne, la tentative de « révolution de couleur » et la mise au ban du gouvernement sandiniste par les puissances impérialiste (Etats-Unis) et sous-impérialiste (Union européenne). Ils permettent de justifier les menaces et sanctions coercitives de Washington.

En 2019, tandis que se déroulait un dialogue heurté entre le pouvoir et l’ACJD, des groupes successifs de détenus arrêtés pendant les événements de l’année précédente sont sortis de prison, sous le régime d’assignation à résidence. Le 8 juin, une loi d’amnistie (# 996) en faveur « de toutes les personnes qui ont participé aux événements intervenus à partir du 18 avril 2018 » fut approuvée par le Parlement. Amnistiant autant les délits instruits et jugés que les délits n’ayant pas encore fait l’objet d’enquête – c’est-à-dire concernant la direction du MRS (aujourd’hui UNAMOS), Félix Maradiaga, Cristiana et Juan Sebastián Chamorro, Violeta Granera –, elle fut contestée par l’opposition car amnistiant également les forces de police et les sandinistes ayant commis des exactions. Elle n’en permit pas moins l’élargissement total de la majorité des prisonniers « politiques », dont certains leaders de la subversion – Miguel Mora, Medardo Mairena, etc.

On peut dès lors et à juste titre, trouver curieuses les poursuites lancées par la justice nicaraguayenne depuis le 2 juin dernier contre un certain nombre d’opposants, dont des dirigeants amnistiés en 2019. Sauf si l’on rappelle un détail : l’article 3 de la loi 996 établit que les personnes en bénéficiant « doivent s’abstenir de commettre de nouveaux actes qui entraînent des conduites générant les crimes envisagés ici. Le non-respect du principe de non-répétition entraînera la révocation de l’avantage établi par la présente loi. » Ce qui n’interdit en rien de s’opposer légalement et démocratiquement au pouvoir. Mais censure la possibilité de chercher à le déstabiliser en utilisant les mêmes méthodes que précédemment.

On l’a vu, de nombreux augures prédisent une victoire du Front sandiniste aux élections générales du 7 novembre prochain. Devant cet échec probable et surtout cuisant de leur politique, les Etats-Unis ont pris leurs dispositions. On peut d’ores et déjà prévoir que Washington ne reconnaîtra pas le résultat électoral – comme au Venezuela (2018 et 2020) et en Bolivie (2019), respectivement dotés d’un président fantoche, Juan Guaido, et du gouvernement de « facto » de Janine Añez. La nouvelle mouture de la déstabilisation à venir, avant, pendant ou après le scrutin, s’intitule « Responsive Assistance in Nicaragua » (RAIN). Ce programme prévoit, du 11 août 2020 au 10 février 2022, l’assignation de 2 millions de dollars pour réaliser « une transition ordonnée » du gouvernement d’Ortega vers « un gouvernement qui s’engage à respecter l’Etat de droit, les libertés civiles et une société civile libre ». Sans même chercher à dissimuler sa stratégie, le document utilise cent deux fois l’expression « régime de transition » et prévoit par avance une purge au sein de l’armée et de la police sandinistes. Dans le cadre du programme annuel YouthPower pour l’année fiscale 2020, l’USAID comptait également allouer 17 millions de dollars au programme Youth and Communities of Safe, Empowered and Resilient Nicaragua (NYCSER), pour financer des groupes « de jeunes et de féministes » [19]. Les mêmes que ceux qui, en 2018, concernant les jeunes, sont descendus dans la rue ?

« Responsive Assistance in Nicaragua » (RAIN)
« Responsive Assistance in Nicaragua » (RAIN)

Daniel Ortega n’a rien d’un agneau disposé à tendre son cou au couteau du boucher. Pour tout sandiniste digne de ce nom, la souveraineté du Nicaragua ne se discute pas, elle se défend. Le 15 octobre 2020, le Parlement a approuvé la Loi 1040 dite « Loi de régulation des agents étrangers ». S’il ne les interdit pas, ce texte exige des ONG qu’elles rendent compte de tout financement étranger, en précisant l’identité de leurs donateurs, le montant des fonds reçus, l’objet des dons et une description de la manière dont l’argent a été dépensé – informations qui doivent correspondre à leurs états comptables et financiers.

Le 30 octobre, apparaît la loi (# 1042) sur les Cyber-délits. Celle-ci permet de poursuivre et de sanctionner la diffamation, les menaces, les atteintes à l’intégrité physique des enfants ou des femmes, le vol d’identité, le piratage ou l’espionnage informatique, et aussi ceux qui diffusent de « fausses informations ».

Enfin, le 21 décembre, le Parlement approuve (70 voix pour, 15 contre, 4 abstentions) la loi 1055 « Défense des droits du peuple à l’indépendance, la souveraineté et l’autodétermination pour la paix ». Celle-ci établit que « toute personne qui demande, soutient et salue l’imposition de sanctions à l’Etat du Nicaragua » ne pourra pas se présenter aux élections générales. Est également exclue toute personne qui fomente ou finance un coup d’Etat, porte atteinte à l’ordre constitutionnel, incite à l’ingérence étrangère ou participe, avec des financements extérieurs, à des actes de terrorisme et de déstabilisation. L’opposition hurle au scandale contre cette « loi guillotine ». Elle ne se rend même pas compte que celle-ci s’inspire d’une loi (# 192) du 1er février 1995, signée par son icone Violeta Chamorro : « Ne peuvent être candidats à la présidence ou à la vice-présidence de la République ceux qui dirigent ou financent un coup d’Etat, ceux qui altèrent l’ordre constitutionnel et qui, à la suite de ces actes, assument la fonction de chef du gouvernement et des ministères ou vice-ministères ou des fonctions de juge dans d’autres branches du gouvernement ».

« On m’a demandé si je vais lancer ma candidature à la présidence de la République, communique par écrit, le 12 janvier 2021, Cristiana Chamorro. Ma réponse est que je ne crois pas que ce soit le moment, je pense que la première chose que nous devons faire est de parvenir à une grande unité autour d’une vision consensuelle du pays (…)  » Comme d’habitude, la guerre fait alors rage entre la Coalition nationale, l’UNAB et le Parti Citoyens pour la liberté (CxL) dont la présidente Kitty Monterrey vient de déclarer que les deux organisations précitées « n’existent pas ».

Une semaine auparavant, en application de la loi 1040, le ministère de l’Intérieur avait annoncé que les personnes et organisations concernées devraient s’enregistrer comme « agents étrangers » avant le 5 février, sous peine d’être sanctionnées par la perte de leur personnalité juridique. Le 6 février, pour échapper à l’application de cette loi et à la nécessité de rendre des comptes, Cristiana Chamorro annonce la fermeture « volontaire » et la suspension des opérations de sa Fondation.

Au-delà des grandes déclarations de principe, apparaître pour ce qu’elle est, c’est-à-dire admettre publiquement qu’elle est financée par Washington, lui ôterait toute crédibilité face à ses compatriotes. Toutefois, l’ombre de la législation planant chaque jour un peu plus au-dessus de sa tête, Chamorro commence à évoquer plus fréquemment sa probable candidature à la magistrature suprême. Autour d’elle, et en partie pour les mêmes raisons, émanant de l’UNAB, de l’ACJD et de CxL, les prétendants à une ou des possibles primaires poussent comme des champignons : Félix Maradiaga, Medardo Mairena, Miguel Mora, Juan Sebastián Chamorro, Arturo Cruz…

Le Justice suit son cours. L’analyse des états financiers de la Fondation pour la période 2015-2019, estime le Ministère public, laisse percevoir de clairs indices de « blanchiment d’argent ». Entre autres incongruités : alors que 7 millions de dollars figuraient au solde créditeur de la Fondation lorsqu’elle a été fermée, cette somme est apparue peu après sur trois des comptes bancaires personnels de Cristiana Chamorro. Convoquée le 27 mai, celle-ci refuse de répondre aux questions des enquêteurs sur l’usage des fonds reçus d’une puissance étrangère et les mouvements financiers suspects. Elle se contente de proclamer : « Le Département d’Etat américain a rejeté les prétendues accusations de blanchiment d’argent contre la Fondation Violeta Barrios de Chamorro en se basant sur les audits qu’ils ont effectués sans trouver aucune preuve de blanchiment ou de détournement de fonds [20].  » On ne saurait être plus clair : pour elle, les juridictions étatsuniennes seraient les seules en vigueur dans un Nicaragua réduit au rang de colonie !

Quand on sait qu’on a le dos au mur, on choisit la meilleure option : quatre jours plus tard, le 1er juin, Cristiana Chamorro annonce son intention de participer via CxL aux primaires de la droite organisées par l’ACJD, pour aspirer à la présidence de la République. Quand, le 3, elle est détenue et assignée à résidence, elle devient « l’étoile montante de l’opposition [21 », « la plus sérieuse concurrente du chef de l’Etat Daniel Ortega [22] » et une martyre de la démocratie.

Une vingtaine d’arrestations ont eu lieu depuis, d’activistes connus assignés à résidence ou placés en détention préventive pour trois mois : Arturo Cruz, le 5 juin, à l’aéroport de Managua, de retour des Etats-Unis, en possession d’une grosse somme en devises non déclarée ; Maradiaga ; Juan Sebastián Chamorro ;Miguel Mora ; les dirigeants d’UNAMOS (ex-sandinistes, dont certains au passé glorieux) Dora María Téllez, Víctor Hugo Tinoco, Hugo Torres Jiménez, Ana Margarita Vigil, Suyen Barahona, Tamara Dávila…

Sont recherchés Antonio Belli et Gerardo Baltodano, pour s’être soustraits à une convocation de la Justice enquêtant sur FUNIDES. Directeur, entre autres, de Confidencial, Carlos Fernando Chamorro a quitté le pays avec sa femme après une descente de police à son domicile le 21 juin.

Tous ne sont pas candidats à la Présidence de la République ! Mais certains le sont devenue précipitamment, tel Pedro Joaquín Chamorro, arrêté le 25 juin. Interrogé la veille par CNN et Univisión sur sa possible aspiration à la fonction, celui-ci, se sachant dans l’œil du collimateur, a immédiatement enfilé le gilet de sauvetage lui accordant le statut de « persécuté » en répondant affirmativement.

Terreur sur le Nicaragua ! La grande Internationale de l’Ordre global se déchaîne – Etats-Unis, Organisation des Etats américains (OEA), Union européenne (UE), médias et leurs « justes causes », belles âmes de la « gauche » européenne, bureaucraties de la défense des droits humains (de la bourgeoisie)… Il n’y a pas lieu de s’en étonner. Le même tintamarre s’est abattu sur le gouvernement bolivien de Luis Arce quand, fin mars 2021, ont été arrêtés ou inculpés l’ex-présidente de facto Janine Añez, plusieurs de ses ministres et anciens membres de haut rang de la police et des Forces armées impliqués dans le coup d’Etat de 2019. « Les Etats-Unis sont profondément préoccupés par les signes croissants de comportement antidémocratique et de politisation du système juridique en Bolivie, à la lumière de la récente arrestation et de l’emprisonnement préventif d’anciens responsables du gouvernement intérimaire », a osé communiquer l’administration de Joe Biden, suivie par ses « toutous » de l’UE, la Conférence des évêques catholiques et les groupes d’extrême droite boliviens, les organisations locales dites de défense des droits de l’Homme et les inévitables Tartufes Amnesty International et Human Right Watch (HRW)…

L’une des porte-paroles de cette dernière organisation, Tamara Taraciuk, demande désormais que la situation du Nicaragua soit portée devant le Conseil de sécurité de l’ONU.

« Ces personnes [inculpées par la justice nicaraguayenne] font l’objet d’une enquête parce qu’elles ont appelé publiquement à des mesures coercitives contre l’économie du Nicaragua, qu’elles ont conspiré pour commettre des actes terroristes et qu’elles ont créé une structure frauduleuse d’ONG à but non lucratif pour le blanchiment de fonds de plusieurs millions de dollars provenant de l’étranger, ce qui constitue une intervention politique dans le pays pour y provoquer une déstabilisation catastrophique », résument les journalistes Jorge Capelán et Stephen Sefton [23]. Intervenant depuis Managua dans le cadre du Sommet de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), qui le soutient, comme le fait globalement la gauche latina, du Groupe de Puebla au Forum de São Paulo [24], Daniel Ortega a ironisé : « Les Etats-Unis font pression sur nous, pour ces vingt personnes, alors je leur dis : « libérez immédiatement les quatre cents personnes que vous avez arrêtées et maintenez en prison pour avoir pris d’assaut le Capitole [25] ! »

L’Amérique latine ne s’y trompe pas, qui dénonce régulièrement – Cuba, Venezuela, Bolivie, Equateur (sous Rafael Correa) – les outils de déstabilisation mis en place par les Etats-Unis contre les gouvernements progressistes. Bien avant l’agression totale déclenchée contre Caracas après la mort de Chávez, l’USAID, entre 2004 et 2006, avait déjà transféré quelque 15 millions de dollars à plus de 300 ONG présentes au Venezuela, leur offrant un « soutien technique et de formation » par le biais de son Bureau des initiatives de transition (OTI) [26].

Plus récemment, et dans un pays a priori moins « sulfureux », Jesús Ramírez, porte-parole de la présidence du Mexique, a révélé que l’agence de presse Artículo 19, opposée au gouvernement du président Andrés Manuel López Obrador (AMLO), est financée par Washington (et par les Fondations Ford et Heinrich Böll, Google, l’UE ansi que les ambassades du Royaume uni, des Pays-Bas, d’Allemagne et d’Irlande).

Jeu de piste : à la tête d’Artículo 19 pendant dix années, Dario Ramírez est devenu le directeur de la communication de l’ONG Mexicains contre la corruption (MCCI). Parmi les bienfaiteurs de MCCI figurent l’USAID (2,3 millions de dollars sur trois ans, octroyés en 2018) la NED et le Conseil mexicain des affaires (CMN en espagnol), où nichent les patrons les plus riches et les plus puissants du pays. En vue du méga-scrutin législatif, régional et municipal du 6 juin 2021, trois partis notoirement corrompus mais fermement opposés au projet réformateur d’AMLO – Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), Parti d’action nationale (PAN) et Parti de la révolution démocratique (PRD) – se sont coalisés dans le cadre du projet « Oui pour le Mexique » dirigé par l’homme d’affaires Claudio González Guajardo, président de MCCI de 2016 à juillet 2020 [27]. Ce dernier a depuis été remplacé à la tête de l’ONG par María Amparo Casar Pérez, coordinatrice des conseillers du ministère de l’Intérieur du gouvernement du néolibéral Vicente Fox (2000-2006) [28].

Les accusations de longue date d’AMLO selon lesquelles diverses agences étrangères tentent de saper son gouvernement ont abouti à une note diplomatique envoyée en mai à l’ambassade des Etats-Unis au Mexique. S’exprimant lors d’une conférence de presse, López Obrador a accusé le gouvernement américain d’ « un acte d’interventionnisme qui viole notre souveraineté ».

Ainsi donc, le Nicaragua serait une dictature, si l’on en croit l’appareil de propagande « yankee ». Pourtant, à y bien regarder, Ortega n’a pas tort lorsqu’il interpelle Washington et la légion des hypocrites qui s’acharnent sur son pays.

Répression illégitime en 2018 ? « Le FBI a une très bonne mémoire et le bras long », assénait le 13 janvier 2021 le porte-parole du Bureau fédéral d’Investigation, Steven D’Antuono, lors d’une conférence de presse tenue conjointement avec le procureur de Washington. Le message s’adressait aux participants pro-Trump de l’invasion du Capitole, que les autorités commençaient à identifier un par un grâce aux photos et aux vidéos. Quelque 465 personnes seront inculpées ultérieurement par le Tribunal fédéral de district de Washington ; plus de 200 l’ont été pour infractions mineures (« trouble à l’ordre public », « soutien passif ») et ont été pour l’heure libérées sous caution ; plus de 130 autres, sous le coup de chefs d’accusation plus graves – « agression », « extrême violence », « possession illégale d’arme à feu » – sont passibles de 20 ans de prison. La quarantaine de manifestants entrés au Capitole en portant une arme mortelle ou dangereuse encourent, selon le ministère de la Justice, jusqu’à 10 ans d’incarcération [29].

D’ailleurs… La doctrine méritant de s’appliquer outre-frontières, le porte-parole adjoint du Département d’Etat a très récemment publié un communiqué explicite sur le sujet : « La violence et le vandalisme sont un abus [du] droit de manifester pacifiquement. » Il est vrai qu’il évoquait la Colombie et son mouvement social violemment réprimé (plus de 70 morts) par l’ « ami » de droite radicale Iván Duque.

Dès le vote de la Loi 1040 dite « Loi de régulation des agents étrangers » au Nicaragua, le Département d’Etat américain a émis un communiqué assurant que cette « loi autoritaire » menaçait la démocratie. Curieux… Les Etats-Unis abritent certes de nombreuses ONG nationales et étrangères, parfois financées sans limite ni restriction par des gouvernements ou partis politiques étrangers, mais à une condition : qu’elles s’enregistrent en tant… qu’ « agent étranger » auprès du ministère de la Justice, remplissent des déclarations fiscales et se conforment à la législation prévue par le Foreign Agents Registration Act (FARA). Celui-ci exige que les personnes agissant en tant qu’agents de mandants étrangers « divulguent périodiquement au public leur relation avec le mandant étranger, ainsi que les activités, les recettes et les déboursements à l’appui de ces activités. » L’objectif principal de la loi est de promouvoir « la transparence en ce qui concerne l’influence étrangère aux Etats-Unis » et de permettre « que le public américain et ses législateurs connaissent la source de certaines informations destinées à influencer l’opinion publique, la politique et les lois des Etats-Unis, facilitant ainsi une évaluation éclairée de ces informations par le gouvernement et le peuple américain [30] ». Bien entendu, rajoute le texte officiel, « les lois qui sont généralement applicables à tous les Américains peuvent s’appliquer aux ONG, telles que les restrictions sur la réception de contributions d’une organisation terroriste. Il existe également des restrictions sur le soutien financier direct des candidats politiques par des personnes étrangères. »
Somme toute, la seule différence entre le Nicaragua et les Etats-Unis, est qu’ici on évoque la « Loi 1040 » et là le « FARA »…

Au sein de la Division de la Sécurité nationale du Département de la Justice, une Unité FARA est responsable de l’administration et de l’application de la législation. Pour ce faire, elle identifie les violations, examine les dossiers pour détecter les lacunes et inspecte les livres et registres des déclarants. Un non respect délibéré du FARA entraîne une peine de prison pouvant atteindre cinq ans, une amende pouvant allant jusqu’à 250 000 dollars, ou les deux [31].

Treize pays de l’Union européenne disposent de lois concernant le financement politique étranger. En Suède, recevoir de l’argent d’une puissance extérieure ou d’une personne agissant en son nom est une infraction pénale si l’objectif est d’influencer l’opinion publique sur des questions relatives au gouvernement du pays ou à la sécurité nationale [32]. En Italie, le fait de recevoir de tels fonds pour mener des activités politiques nationales est passible de sanctions ne pouvant être inférieures à 10 ans d’emprisonnement (articles 243 et 246 du code pénal).

Juste pour rire : un citoyen américain pourrait-il, comme au Nicaragua (et au Venezuela), sans désagrément aucun, demander à une puissance étrangère d’imposer des sanctions à son pays, ou même réclamer et militer activement pour une invasion militaire ? Les articles 2381 à 2390 de l’United States Federal Sentencing Guidelines (USGG ; directives de condamnation des Etats-Unis), contiennent les définitions et les sanctions relatives aux crimes de trahison, d’incitation à la trahison, de rébellion ou d’insurrection, de conspiration séditieuse, d’incitation au renversement du gouvernement, d’enregistrement d’organisations étrangères, etc. Tous ces crimes font l’objet de poursuites au niveau fédéral et, en fonction de leur gravité, peuvent entraîner des peines d’amendes, d’interdiction de se présenter à des élections, d’emprisonnement ou de mort. Qu’on se rassure… On ne réclame ici la chambre à gaz pour personne ! A Managua non plus. La Constitution de la République entrée en vigueur le 9 janvier1987, sous le gouvernement sandiniste de Daniel Ortega, précise dans son article 23 : « La peine de mort n’existe pas au Nicaragua. » Les barbares ne sont pas ceux qu’on croit.

Coopération espagnole

Après avoir reçu les directeurs du Centre nicaraguayen des droits de l’Homme (Cenidh) et de l’IEEPP, qui venaient de se voir ôter leur personnalité juridique, le Quai d’Orsay, le 13 décembre 2018, réitérait sa « vive préoccupation face à la dégradation de la situation des droits de l’Homme au Nicaragua ». Le 16 juillet précédent, il avait appelé les autorités de Managua à « cesser leur répression ». Le gouvernement français aime bien donner des leçons. Quitte à perdre la mémoire. Si prompt à condamner le gouvernement sandiniste, il semblait avoir oublié l’épisode des Gilets jaunes : 12 107 interpellations, 10 718 gardes à vue, 3 100 condamnations dont 400 peines de quelques mois à trois ans de prison, avec mandat de dépôt (incarcération immédiate) [33].

En demandant « la libération immédiate de Mme Cristiana Chamorro  », en mêlant sa voix à celle de l’Espagne en particulier et de l’UE en général pour condamner, entre autres, les lois « liberticides » sur la cyber-sécurité – « Loi Poutine », d’après le Financial Time – et sur « les agents étrangers », Paris persiste et signe. Amusant ! Dans une « Tribune pour l’Europe » publiée le 5 mars 2019 dans plusieurs quotidiens européens, le président Emmanuel Macron proposait « que soit créée une Agence européenne de protection des démocraties qui fournira des experts européens à chaque Etat membre pour protéger son processus électoral contre les cyber-attaques et les manipulations. Dans cet esprit d’indépendance, nous devons aussi interdire le financement des partis politiques européens par des puissances étrangères ».

Dans le même esprit, à la tête du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), Stéphane Bouillon a annoncé, le 2 juin 2021, qu’il a l’intention de mettre sur pied, dès la rentrée de septembre, un service à compétence nationale chargé de traquer les ingérences étrangères dans le domaine de l’information. « Il ne s’agit pas de faire du renseignement, a-t-il précisé, mais d’identifier ce qui est en train de devenir pandémique sur le plan informationnel et si cela émane d’un pays étranger ou d’une organisation étrangère, qui visent à déstabiliser l’Etat sur le plan politique [34] ».

Quelques temps auparavant (septembre 2020), Raphaël Glucksmann, l’homme qui, modestement, à la tête de son groupuscule Place publique (proche du Parti socialiste), veut « refonder la gauche » française sur une base « européiste » et « otanesque », a pris la tête d’une Commission spéciale de l’Euro-parlement sur « l’ingérence étrangère dans l’ensemble des processus démocratiques de l’Union européenne, y compris la désinformation ». Avec pour objectif d’« évaluer le niveau des menaces, qu’il s’agisse des campagnes de désinformation, du financement des partis ou campagnes politiques, ou des attaques hybrides », celle-ci devra « examiner la transparence du financement des partis et des campagnes, vérifier les actions et les règles nationales ainsi que les influences extérieures à travers des entreprises, des ONG ou des technologies ». Commentant sa désignation, Glucksmann a souligné  : « L’ère de la naïveté européenne est terminée. »

Qu’on ne s’en étonne pas : celle du Nicaragua aussi.


[1https://www.medelu.org/Nicaragua-une-contre-enquete

[2] Fruto Chamorro Pérez (1854-1855), Pedro Joaquín Chamorro Alfaro (1875-1879), Emiliano Chamorro Vargas (1917-1921), Diego Manuel Chamorro Bolaños (1921-1923) et enfin Violeta Barrios de Chamorro (1990-1996).

[3] Bleu et blanc : couleurs du drapeau nicaraguayen.

[4] En espagnol, « paro » signifie « grève ». Mais, comme en Colombie ces dernières semaines, le concept dépasse très largement une interruption de l’activité salariale (d’autant que le secteur informel regroupe la majorité des travailleurs). Il s’agit d’une paralysie du pays par les secteurs contestataires les plus divers de la société.

[5] Contre-révolutionnaires qui, entraînés, équipés et financés par Washington ont affronté militairement la révolution sandiniste pendant toutes les années 1980.

[6https://www.diariolibre.com/actualidad/internacional/nicaragua-oposicion-forma-coalicion-nacional-contra-ortega-CN19726631

[7https://100noticias.com.ni/politica/101623-lider-campesino-motivos-retirarse-alianza/

[8https://www.medelu.org/Avec-Evo-ou-sans-Evo

[9https://thegrayzone.com/category/nicaragua/

[10https://bbackdoors.wordpress.com/2018/11/06/how-the-usaid-prepared-the-conditions-for-a-non-violent-coup-detat-against-the-nicaraguan-government-part-i/

[11] Dans le New York Times du 1er juin 1986, le premier président de la NED, Carl Gershman, a expliqué sans détour : « Il serait terrible pour les groupes démocratiques du monde entier d’être vus comme subventionnés par la CIA. C’est parce que nous n’avons pas pu continuer à le faire que la Fondation a été créée. »

[12https://www.laprensa.com.ni/magazine/reportaje/las-grandes-victorias-de-la-contra-sobre-el-ejercito-popular-sandinista/

[13] Luis Galeano, María Lily Delgado, Miguel Mora Barberena, Dino Andino, Gerald Chávez, Roberto Mora, Lucía Pineda y Wendy Quintero, Jenifer Ortiz, Héctor Rosales, Álvaro Navarro, Uriel Hernández, Uriel Pineda, Carlos Salinas, Jackson Orozco, Leticia Gaitán, Fidelina Suárez, Patricia Orozco, Anibal Toruño.

[14https://thegrayzone.com/2021/06/01/cia-usaid-nicaragua-right-wing-media/

[15https://trincheradelanoticia.com/2021/06/29/la-dualidad-de-la-integridad/

[16https://www.usaid.gov/stabilization-and-transitions/closed-programs/nicaragua

[17] Manifestants opérant sur et depuis les barricades (« tranques »).

[18https://blogs.mediapart.fr/patricio-paris/blog/290718/nicaragua-pour-la-levee-par-ortega-du-mandat-darret-de-rene-oscar-vargas

[19https://www.resumenlatinoamericano.org/2020/09/23/nicaragua-se-acabo-el-millonario-negocio-de-las-oeneges-golpistas/

[20https://www.canal4.com.ni/avances-investigacion-en-contra-fundacion-violeta-chamorro-lavado-dinero/

[21La Presse, Montréal, 4 juin 2021.

[22Le Monde, Paris, 3 juin 2021.

[23Resumen Latinoamericano, Buenos Aires, 27 juin 2021

[24https://diariodecuba.com/internacional/1623950766_31993.htmlhttps://www.grupodepuebla.org/manifiestoprogresista/

[25https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/06/26/du-sommet-de-lalba-au-groupe-de-puebla-la-gauche-en-mouvement/

[26https://wikileaks.org/plusd/cables/06CARACAS3356_a.html

[27] Malgré cette alliance, AMLO a conservé une majorité à la Chambre des députés.

[28https://www.elimparcial.com/mexico/No-vamos-a-decir-quien-nos-financia-Mexicanos-Contra-la-Corrupcion-y-la-Impunidad-20201109-0092.html

[29] Les accusés qui coopèrent et plaident coupables de certains des crimes les plus graves peuvent voir leur peine ramenée à trois ou quatre ans derrière les barreaux 

[30https://www.state.gov/non-governmental-organizations-ngos-in-the-united-states/

[31https://www.justice.gov/nsd-fara/frequently-asked-questions#1

[32[13] http://www.aalep.eu/ban-donations-foreign-interests-political-parties-th-eu

[33https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/08/gilets-jaunes-plus-de-3-000-condamnations-par-la-justice-entre-novembre-2018-et-juin-2019_6018431_3224.html

[34Le Monde, 6-7 juin 2021.

Maurice Lemoine

Source de cet article : https://www.medelu.org/Vol-d-hypocrites-au-dessus-du-Nicaragua

« Amérique latine. Vox tisse sa toile néofasciste outre-Atlantique » par Rosa Moussaoui (L’Huma)

Classique « retard de la conscience sur le réel » ? Il aura fallu que les croisés coloniaux ressortent leur arsenal au Pérou en 2021 ou en Bolivie en 2019 dans le but d’empêcher les victoires électorales de Pedro Castillo ou d’Evo Morales, pour dessiller les yeux sur les insurrections d’extrême droite au Venezuela de 2014 à 2017, qui n’étaient pas davantage des « révoltes démocratiques ». Les secteurs populaires – 90 % de la population vénézuélienne – n’avaient pas participé à ces violences : les médias les ont donc invisibilisés. Sur les écrans internationaux, la droite raciste qui a lynché des afrodescendants vénézuéliens parce que « noirs donc chavistes » devint, par défaut le « peuple révolté », et le président Maduro… le « dictateur ». En inversant le montage de l’agresseur/agressé, les médias occidentaux ont non seulement blanchi les violences des « enfants cachés du général Pinochet » contre un président élu. Ils ont encouragé en direct les préparatifs d’un coup d’État et portent une responsabilité dans le massacre, dont ont été en majorité victimes le camp bolivarien ou des personnes sans affiliation politique. En attendant, la gauche qui ne voyage pas et qui « s’informe » par les médias, est tombée les pieds joints dans le piège du « Venezuela-dictature ».

Comme l’expert espagnol en réseaux sociaux Julian Macias Tovar (« Derrière Guaido, le Plan Condor 2.0 des extrêmes droites espagnole, états-unienne et latino-américaine« ), la journaliste Rosa Moussaoui nous éclaire sur l’identité politique de ceux que les médias ont relookés en « combattants de la liberté ». Rappelons que les « champions de la démocratie » comme l’oligarque vénézuélien Leopoldo Lopez, poursuivi pour sa responsabilité dans ces violences meurtrières, a fui la justice vénézuélienne pour s’installer dans le luxueux quartier de « Little Caracas » (Salamanca) à Madrid, où il se prend à rêver avec ses voisins de Vox d’une « reconquista » de l’Amérique Latine. Il vient d’ailleurs de voyager au Pérou pour soutenir ses chers alliés, les putschistes fujimoristes.

L’extrême droite bolsonariste, déguisée par les médias en « révolte contre la corruption » manifeste pour la destitution de la Présidente du Brésil Dilma Rouseff devant le Congrès national à Brasilia le 2 décembre 2015.
Des partisans d’un coup d’État de Keiko Fujimori à Lima utilisant les symboles des autorités coloniales espagnoles (Croix de Bourgogne). Sacarías Meneses, partisan du président élu Pedro Castillo, vient de mourir quelques jours après avoir subi une attaque brutale d’un de leurs commandos.
Freddy Guevara (en bas à gauche) et ses croisés « pacifiques » de l’extrême droite vénézuéliens, lyncheurs d’afrodescendants, lors de l’insurrection de 2017.
Le même Freddy Guevara (droite), reçu à l’Élysée le 4 septembre 2017 avec un autre putschiste d’extrême droite, Julio Borges, par Emmanuel Macron, pour évoquer « de nouvelles sanctions contre le gouvernement du Venezuela ».

Thierry Deronne, Caracas, le 1 juillet 2021

_______________________________________________________

Jeudi 1 Juillet 2021, Rosa Moussaoui

La formation d’extrême droite espagnole veut étendre à travers le monde son réseau politique, idéologique et militant pour contenir, selon ses termes, « l’avancée du communisme ».

Ils se rêvent en nouveaux conquistadors, en fantassins d’une « bataille culturelle » globale pour endiguer la « menace communiste », dont l’axe longitudinal premier relierait le Vieux Continent au Nouveau Monde. Dans une filiation assumée avec le franquisme, qui nourrissait l’ambition de restaurer l’influence espagnole en Amérique latine, tout en contrant celle des exilés ayant fui la dictature, les néofascistes espagnols de Vox tissent leur toile, troussent leurs basses œuvres, sèment leurs fausses nouvelles, cultivent la nostalgie colonialiste de la Grande Espagne. Ils ont baptisé leur terre de prêche « Ibérosphère », enrôlent dans leur croisade leurs amis de l’extrême droite européenne comme les ultraconservateurs états-uniens.

L’an dernier, le chef de Vox, Santiago Abascal, après avoir échoué à faire tomber le chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, allié à la formation de gauche Podemos, résumait à la tribune du Congrès le sens de cette entreprise à l’habillage trum­piste marqué : « L’Ibérosphère est la clé de l’avenir et des solutions dont l’Espagne a besoin. (…) L’alliance de ce gouvernement avec la tyrannie (du président vénézuélien) Nicolás Maduro au Venezuela est une attaque contre la liberté et les liens qui nous unissent avec les pays de l’Ibérosphère. » « L’alternative », selon lui : «  Rendre à l’Espagne son rôle capital de pierre angulaire des deux côtés de l’Atlantique. »

Le clan Le Pen enrôlé

Dans un délire aux accents complotistes assumés, ses lieutenants désignent les citadelles à prendre : les pays dirigés par des gouvernements de gauche, bien sûr, mais aussi le Groupe de Puebla ou le Forum de São Paulo, des cercles de gauche dédiés à la réflexion sur les alternatives au néolibéralisme. Vox a passé un cap, en 2020, dans la structuration de cette offensive aux contours jusque-là gazeux. Une Gazette de l’Ibérosphère est venue compléter son dispositif médiatique déjà bien ancré et fort peu soucieux de vérité. Cette plateforme numérique destinée au public hispanophone a été mise à flot le 12 octobre, jour de l’Hispanité qui commémore chaque année, en Espagne, l’arrivée en 1492 des premiers colonisateurs en Amérique, sous les auspices de Christophe Colomb… Marraine de l’initiative : la fondation Disenso, créée quelques mois plus tôt pour fixer à cette reconquête politique son cap idéologique. Vox entend ratisser large et se projeter loin, sans regarder à la dépense : ce think tank a d’emblée mis sur pied un programme de formation, d’échanges et de conférences, avec des bourses, tous frais payés, pour des jeunes Européens et Latino-Américains de 25 à 35 ans. Objectif affiché : faire émerger les futurs dirigeants néofascistes d’une rive à l’autre de l’Atlantique.

Au même moment, ce « laboratoire d’idées » rendait publique sa charte de Madrid, un manifeste paraphé par 50 personnalités de 15 pays d’Amérique et d’Europe pour dénoncer l’influence supposée de « régimes totalitaires narco-socialistes » et les menaces que ferait peser « l’avancée du communisme » sur «la prospérité, le développement, les libertés ». Parmi les signataires : la Française Marion Maréchal Le Pen et quelques eurodéputés néerlandais, suédois, grecs et italiens, tous issus de la droite nationaliste, mais aussi la romancière cubaine Zoé Valdés, le putschiste bolivien Arturo Murillo, le député brésilien Eduardo Bolsonaro (fils du président d’extrême droite Jair Bolsonaro), María Corina Machado (figure de la droite insurrectionnelle au Venezuela), l’acteur mexicain Eduardo Verástegui (l’hispanique le plus influent de l’administration Trump) ou encore l’ancien représentant de George W. Bush à l’Organisation des États américains (OEA), Roger Noriega.

Menaces et propos racistes

Mais les néofascistes espagnols ne font pas seulement dans l’agitation d’idées. Ils n’hésitent pas à franchir le cap de la barbouzerie. Vox a ainsi dépêché ses émissaires en Bolivie dès le lendemain du coup d’État contre Evo Morales, le 10 novembre 2019. L’un de ses arrogants propagandistes, Alejandro Entrambasaguas, qui se présente comme « journaliste d’investigation », était reçu avec faste par les putschistes à La Paz. Pendant un an, via le site Internet OKdiario, il a couvert de boue et de mensonges le Mouvement vers le socialisme (MAS) et ses dirigeants, alors pourchassés et persécutés. À la veille des élections du 18 octobre 2020, qui devaient consacrer le retour de la démocratie et de la gauche au pouvoir, ce nervi publiait les photos des observateurs espagnols, parmi lesquels des députés Podemos, désignés à la vindicte des milices d’extrême droite comme des « agitateurs bolivariens ». L’origine de ces clichés ? Les images prises par la police de l’air et des frontières à l’arrivée de la délégation à Santa Cruz. À la manœuvre : le ministre de l’Intérieur du gouvernement de facto, Arturo Murillo, qui promettait sur un ton martial de remettre dans l’avion ou de jeter en prison les observateurs et les journalistes étrangers. Ce bras droit de l’autoproclamée « présidente par intérim » Jeanine Añez a pris la poudre d’escampette au lendemain du scrutin ; il est aujourd’hui poursuivi aux États-Unis dans une affaire de malversations financières portant sur l’achat de bombes de gaz lacrymogène. Entrambasaguas, lui, a dû renoncer à ses séjours dorés en Bolivie, où la justice le poursuit pour ses propos racistes faisant des électeurs du MAS, de culture quechua ou aymara pour la majorité d’entre eux, des « analphabètes » au « niveau intellectuel nul, pratiquement inexistant ».

En Argentine, Ortega Smith, le secrétaire général de Vox, s’est rendu à Buenos Aires en août 2019, sous la présidence de Mauricio Macri, pour y donner au Cercle militaire une conférence niant les crimes contre l’humanité commis sous la dictature de Jorge Rafael Videla. Au Chili, les néofascistes espagnols ont noué des liens étroits avec le président du mouvement Action républicaine, José Antonio Kast, un nostalgique d’Augusto Pinochet . En Colombie, l’ex-président d’ultradroite Alvaro Uribe ne dissimule pas son admiration pour la stratégie de Santiago Abascal, qu’il pourrait bien répliquer dans son pays. En Équateur, une délégation de Vox s’est rendue en mai à Quito pour assister à l’investiture du président de droite, le riche banquier Guillermo Lasso. Lors de sa tournée en Europe, l’an dernier, le Vénézuélien Juan Guaido était reçu à bras ouverts, à Madrid, par ses amis d’extrême droite. Plus récemment, au Pérou, les activistes de Vox ont pris une part active à la campagne de la candidate d’ultradroite Keiko Fujimori, qui refuse de reconnaître sa défaite face au syndicaliste Pedro Castillo. Leur objectif : redonner corps à « une communauté de nations qui partagent, des deux côtés de l’Atlantique, leurs racines, leur héritage culturel avec l’Espagne ». Autrement dit, retrouver le temps béni des colonies.

Source : https://www.humanite.fr/amerique-latine-vox-tisse-sa-toile-neofasciste-outre-atlantique-713007

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/07/01/amerique-latine-vox-tisse-sa-toile-neofasciste-outre-atlantique-par-rosa-moussaoui-lhuma/

Du sommet de l’ALBA au Groupe de Puebla, la gauche en mouvement

L’intégration et la coopération pour surmonter la pandémie, le renforcement des économies figurent parmi les conclusions du 19e sommet de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba-TCP). La réunion a rassemblé des représentants des neuf pays membres de l’alliance à Caracas le 24 juin. Le sommet a également célébré le 200ème anniversaire de la bataille de Carabobo – une bataille décisive qui permit aux armées de Simon Bolivar de porter un coup fatal au colonialisme espagnol et de sceller l’indépendance du Venezuela, de l’Équateur, de la Colombie, de la Bolivie et du Pérou. Comme l’explique le politologue vénézuélien William Serafino : « Quelles leçons devons-nous tirer de Carabobo aujourd’hui ? D’abord que l’unité politique/programmatique est la clé de la victoire et que le champ de bataille éthique/idéologique est aussi essentiel que le champ de bataille militaire. Ce jour-là, sur le champ de bataille, les idées de l’ancien ordre impérial européen et les prémisses d’une nouvelle géopolitique des nations souveraines se sont affrontées. »

En accueillant les leaders des pays membres de l’ALBA, le président Maduro a souligné : « Malgré tous ceux qui conspirent pour que nous empêcher de constituer une unité plurinationale qui a trouvé ses racines, nous sommes ici, présents. Nous sommes très émus que, malgré toute la campagne de démoralisation contre le Venezuela, vous soyez ici pour accompagner le peuple vénézuélien. L’autre jour j’interrogeai notre peuple. Pourquoi Bolivar victorieux ne s’est-il pas arrêté après avoir libéré le Venezuela ? Pourquoi ne s’est-il pas installé pour vivre à Caracas ou à Bogota ? Parce que pour lui et les Libertadores, les idées et la vision dépassaient la mesure d’une vie, la Patrie était la Grande Patrie comme pour nous aujourd’hui : la Patrie, c’est l’Amérique. Ou nous nous libérons tous ou nul ne sera libre »

Avec la confirmation de l’efficacité de 92 % du vaccin cubain Abdala – une formule qui sera utilisée pour la banque d’immunisation de l’Alliance – l’une des questions centrales du débat était le début d’une campagne de vaccination massive. Le président bolivien Luis Arce a proposé de former une brigade internationale de diplômés de l’École latino-américaine de médecine (ELAM) pour commencer la vaccination dans les pays du bloc, en commençant par les plus vulnérables. « Ils doivent atteindre chaque coin de rue, chaque communauté et chaque quartier populaire, afin que personne ne soit laissé de côté, que les droits de chacun soient garantis » a déclaré Luis Arce.

Outre la crise sanitaire mondiale, les présidents présents ont également célébré la victoire de Cuba aux Nations Unies. Pour la 29e fois, l’Assemblée générale des Nations unies – c-a-d la véritable communauté internationale, a approuvé une résolution exigeant la levée immédiate du blocus économique imposé il y a près de 60 ans par les États-Unis et maintenu par le gouvernement Biden. 184 pays sur 189 ont voté contre le blocus. Seuls à voter pour : les USA et Israël.

Selon le gouvernement cubain, l’embargo a causé des pertes de 147,8 milliards de dollars américains depuis 1962. Malgré le blocus, l’île des Caraïbes est le premier pays de la région à créer son propre vaccin contre le virus sars-cov2 et a également envoyé des missions médicales dans 39 pays pendant la pandémie. « Nous remercions tous les États membres de l’Alba-TCP pour leur soutien inconditionnel et leur appui à la résolution contre le blocus » a déclaré le ministre cubain des affaires étrangères, Bruno Rodríguez.

Au cours du sommet, les présidents ont convenu de créer de nouveaux programmes de financement par le biais de la banque ALBA-TCP / ALBA-TCP.

L’Alliance a également célébré les dernières élections au Chili, au Pérou et au Mexique, qui indiquent une nouvelle montée du progressisme en Amérique latine.

Le secrétaire exécutif d’Alba-TCP, Sacha Llorenti, a également déclaré « nous condamnons les attaques et les tentatives de déstabilisation du gouvernement légitime du Nicaragua par les États-Unis. Nous ratifions notre soutien inconditionnel au gouvernement sandiniste du président Daniel Ortega. » Le président Ortega a rappelé depuis Managua que contrairement à ce que disent les médias internationaux la vingtaine de personnes arrêtées ne le sont pas en tant qu’ « opposants » mais pour avoir sciemment violé les lois nicaraguayennes sur le financement étranger d’ONGs. Il s’agit en fait de désarticuler le réseau médiatico-politique de l’USAID/NED, un outil de déstabilisation mis en place par les États-Unis contre des gouvernements progressistes et qu’ont déjà dénoncé des pays comme la Bolivie, Cuba, le Venezuela et plus récemment le Salvador de Bukele ou le Mexique de Lopez Obrador. « Les Etats-Unis font pression sur nous, pour ces vingt personnes, alors je leur dis : « libérez immédiatement les quatre cents personnes que vous avez arrêtées et maintenez en prison pour avoir pris d’assaut le Capitole » a ironisé le président du Nicaragua.

Le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Ralph Goncalves, a quant à lui réaffirmé l’importance de l’ALBA pour s’opposer aux actions de la droite régionale, qui a pris le contrôle d’organismes internationaux tels que l’Organisation des États américains (OEA). « Ils ont réussi à inventer un coup d’État à travers les missions électorales. L’Alba-TCP est un tout, il est plus que la somme de ses parties. Nous devons nous défendre mutuellement afin qu’ils ne nous détournent pas de notre chemin » a souligné le premier ministre Ralph Goncalves. Pour sa part le Premier Ministre de la Dominique, Roosevelt Skerrit (photo) a expliqué comment « les Etats-Unis et l’OEA ont tenté de s’ingérer dans les élections qui ont eu lieu dans son pays mais qu’ils ont été mis en échec, comme en Bolivie. Nous ferons toujours partie de cette institution de l’ALBA, nous continuerons à travailler infatigablement parce que nous n’avons pas peur de d’élever nos voix. La solidarité avec le Venezuela doit être conditionnelle »

Le Président bolivien Luis Arce a profité de l’occasion pour présenter ses excuses aux missions diplomatiques du Venezuela et de Cuba qui ont été harcelées et persécutées en Bolivie à la suite du coup d’État du gouvernement d’extrême droite de Jeanine Áñez. « Nous menons la bataille judiciaire, nous nous battons pour la mémoire, la vérité et la justice, afin que ce type de coup d’État du XXIe siècle ne se répète pas » a-t-il souligné.

Rafael Correa, Evo Morales et Piedad Córdoba, ex-sénatrice colombienne et défenseuse des droits humains, étaient les invités spéciaux du sommet ALBA-TCP / ALBA-TCP, ainsi que les délégué(e)s du Congrès Bicentenaire des Peuples qui s’est déroulé à Caracas du 21 au 24 juin. Cordoba a dénoncé le massacre quotidien, les tortures et les disparitions de citoyen(ne)s et en particulier de jeunes par le gouvernement colombien et ses réseaux paramilitaires. « Et le monde se tait » a dénoncé le président vénézuélien.

Adriana Salvatierra, ex-présidente du Sénat de Bolivie, a lu les conclusions du Congrès Bicentenaire des peuples en défense des processus d’autodétermination des peuples, non seulement d’Amérique Latine mais aussi de Palestine et de la république Sahraoui. Ce Congrès autonome a réuni plus d’une centaine de militant(e)s de mouvements sociaux, partis, leaders (photos, ici de Haïti et Bolivie) qui ont élaboré des stratégies pour un monde libéré du capitalisme. Réunions sur les mouvements indigènes, les droits des femmes, des afrodescendants, de la diversité sexuelle, les droits des travailleur(se)s, des personnes âgées, l’écologie, la communication sociale, le monde multipolaire, etc… Leur déclaration finale, comme celle de l’ALBA, a été votée à main levée, comme feuille de route issue des mouvements sociaux, par les chefs d’Etat.

Soucieux d’intensifier l’intégration régionale, les présidents, ministres des affaires étrangères et premiers ministres ont également déclaré que l’un des objectifs était de réactiver l’Union des nations du Sud (UNASUR) et la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC). Rappelons que l’Alba-TCP a été fondé, en 2004, à l’initiative des présidents Hugo Chávez (Venezuela) et Fidel Castro (Cuba), peu après la défaite de la ZLEA – Zone de libre-échange des Amériques – défendue à l’époque par les États-Unis et ses satellites ultra-libéraux. Aujourd’hui, la plateforme anti-impérialiste rassemble le Venezuela, Cuba, la Bolivie, Grenade, la Dominique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Antigua-et-Barbuda, le Nicaragua et Saint-Kitts-et-Nevis.

Par ailleurs, dans une initiative inédite, le Groupe de Puebla réagit aux menaces de déstabilisation de l’extrême droite réunie autour de Keiko Fujimori, et rencontrera le président élu du Pérou, Pedro Castillo, dans le cadre de la conférence « Défendre la démocratie, la souveraineté populaire au Pérou et le triomphe électoral du maître Pedro Castillo », qui sera animée par Marco Enríquez-Ominami, ex-candidat à la présidence du Chili et co-fondateur du Groupe de Puebla avec Lula da Silva, Dilma Roussef ou Evo Morales. Cette conférence comptera sur la participation exceptionnelle de l’ancien Premier ministre espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero ; Jairo Carrillo, de la Conférence des partis politiques d’Amérique latine (COPPPAL) ; Maite Mola, du Parti de la gauche européenne ; Manu Pineda, député européen du groupe parlementaire de la gauche ; et Monica Valente, du Forum de Sao Paulo ; entre autres et d’autres personnalités du progressisme mondial.

L’événement, qui sera diffusé par le biais de Facebook Live du Groupe de Puebla, du Forum de Sao Paulo et de la chaîne Youtube du Parti des travailleurs brésiliens, entre autres, verra également la participation de l’ancien ministre des affaires étrangères de l’Équateur, Guillaume Long, de la sénatrice du Mexique, Beatriz Paredes, de l’ancien ministre du Brésil et fondateur du Groupe, Aloizio Mercadante, du sénateur argentin Jorge Taiana et de représentants de l’Internationale progressiste, du Groupe de la Fraternité et de la Coordination socialiste latino-américaine, entre autres.

La session est prévue pour ce samedi 26 juin aux horaires suivants :

  • 09:00 El Salvador, Guatemala, Honduras
  • 10h00 Colombie, Équateur, Mexique, Pérou et Panama.
  • 11h00 Bolivie, Chili, Paraguay et République dominicaine.
  • 12h00 Argentine, Brésil et Uruguay
  • 17:00 Espagne

Texte : Thierry Deronne, Caracas, le 25 juin 2021.

Source (entre autres) : https://www.brasildefato.com.br/2021/06/25/presidente-boliviano-propoe-criar-brigada-medica-da-alba-tcp-para-vacinacao-massiva de Michelle de Melo, correspondante de Brasil de Fato à Caracas / Groupe de Puebla ; https://www.grupodepuebla.org/el-grupo-de-puebla-y-otras-nueve-fuerzas-progresistas-se-reuniran-con-el-presidente-electo-del-peru-pedro-castillo/ .

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/06/26/du-sommet-de-lalba-au-groupe-de-puebla-la-gauche-en-mouvement/