« Remettre le numérique au service des citoyens » : le Venezuela continue d’innover.

Libérer les technologies numériques du métabolisme individualiste et consumériste imposé par les grands groupes privés états-uniens est un enjeu stratégique pour toute démocratie. A fortiori pour une révolution qui parie sur la démocratie participative comme moteur du changement.

La nouvelle plate-forme électronique lancée le 21 mai 2022 au Venezuela lors d’une vaste réunion d’organisations populaires (photos) porte à une nouvelle puissance le « gouvernement citoyen en ligne ». De quoi s’agit-il ? « Le gouvernement se connecte en temps réel avec les organisations populaires, avec les conseils communaux et leurs problèmes. Il transforme le problème et le besoin en droits d’obtenir une réponse immédiate de l’État. Le but est de récupérer pleinement les indicateurs sociaux et économiques du pays » a déclaré le président Maduro en inaugurant le premier « centre de réponse », symboliquement installé au palais présidentiel. Ces centres seront installés dans tout le pays. La plate-forme supervisée par le ministre de la planification Ricardo Menéndez recevra les plaintes par le biais de la nouvelle application sociale VenApp, que chacun(e) peut télécharger sur son portable ou son ordinateur. « Ainsi les rapports parviendront directement aux maires, aux gouverneurs, aux ministres, afin que nous puissions commencer à traiter les problèmes. Le système fera apparaître en ligne la plainte, le processus et le résultat, afin que les gens puissent faire le suivi du processus et des résultats » explique Nicolas Maduro qui y voit « un instrument de la transition au socialisme, de lutte contre une bureaucratie qui retarde les réponses ». Les 382 rapports reçus dans les premières heures concernent : l’eau potable (255 cas), la santé (61), l’éducation (37 cas) et 29 autres aspects. En 24 heures, près de 50% des cas ont été résolus.

Ce n’est pas la première fois que le Venezuela lance une initiative numérique pour renforcer la participation citoyenne dans le cadre de la transformation de l’État : après le SINCO (1) créé pour appuyer les conseils communaux (organisations de base) dans la réalisation de leurs projets sociaux ou d’infrastructures, a été mis en place le Carnet Patria (2), interface citoyen(ne)s-gouvernement, conçue initialement pour verser des allocations sociales, faire le suivi de la réception effective des aides alimentaires anti-blocus, répondre à des questionnaires sur les problèmes/préoccupations prioritaires, ou encore communiquer des informations sur son état de santé – avec réponse en temps réel du Ministère de la Santé aux besoins de dépistage ou de traitement du Covid. Le Venezuela a été félicité par l’OMS et l’ONU pour le succès de ses politiques de santé publique qui ont mis un terme à la pandémie. Mais depuis 22 ans chaque pas vers une démocratie plus directe au Venezuela a été occulté par les médias qui ont préféré en remettre une couche sur… la-dictature-de-Maduro.

Cette initiative d’écoute des citoyen(ne)s surgit au moment où le gouvernement de gauche du Venezuela priorise la remise sur pied de services publics très abîmés par le blocus occidental (absence de pièce de rechange, pannes et interruption de systèmes de transports, de santé, phénomènes de corruption et de mafias volant ou monnayant les actifs de l’État, etc..). L’expansion des services publics était l’un des principes fondamentaux du processus bolivarien initié par Hugo Chávez. Mais les sanctions illégales, inhumaines, et le blocus pétrolier décrétés par les États-Unis et l’Union Européenne, surtout depuis 2017, ont privé l’État de 99% de ses ressources, d’où un exode du personnel qualifié et des difficultés à se procurer des pièces détachées. D’où aussi une détérioration considérable des services publics tels que l’approvisionnement en eau, en électricité, en carburant ou en gaz de cuisine.

Graphique: prévisions de la CEPAL (ONU) pour la croissance dans les Amériques en 2022.

Depuis fin 2021, grâce aux politiques économiques du gouvernement Maduro, la situation économique a connu une amélioration constante – avec de solides prévisions de croissance économique pour 2022. Le gouvernement a décrété une prime unique aux travailleurs qui ont pris leur retraite en 2018, pour compenser ceux qui ont vu leurs indemnités de retraite pulvérisées par la forte inflation. Le président vénézuélien a également expliqué que dans les mois qui viennent, à mesure que l’économie retrouve ses forces productives et soit capable de maîtriser l’inflation (qui a déjà fortement reculé), les politiques gouvernementales viseraient à une récupération progressive du pouvoir d’achat des travailleurs par le biais d’augmentations de salaire.

Thierry Deronne, Caracas, le 25 mai 2022

Notes :

  1. « Du Synco de Salvador Allende au Sinco d’Hugo Chavez: l’internet au service de la démocratie participative« , https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/04/16/du-synco-de-salvador-allende-au-sinco-dhugo-chavez-linternet-au-service-de-la-democratie-participative/
  2. « Comment une plate-forme en ligne a-t-elle aidé à combattre le Covid-19 au Venezuela ? » par Jessica Dos Santos, https://venezuelainfos.wordpress.com/2020/05/09/comment-une-plate-forme-en-ligne-a-t-elle-aide-a-combattre-le-covid-19-au-venezuela-par-jessica-dos-santos-rt/

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2022/05/25/remettre-le-numerique-au-service-des-citoyens-le-venezuela-continue-dinnover/

Au Venezuela les communard(e)s d’El Maizal construisent un « nouveau modèle de pouvoir »

Depuis le début du mois d’octobre le réalisateur et formateur Victor Hugo Rivera de Terra TV et de l’école populaire et latino-américaine de cinéma (photos ci-dessus) travaille avec les communard(e)s de El Maizal pour renforcer leurs moyens de communication. Cette commune revêt une importance stratégique car elle couvre la plus grande extension de terres communardes du Venezuela et sert de tremplin d’autres expériences communardes dans tout le pays.

Dans cette école intégrale nourrie de plus de dix ans d’expérience, où se croisent des communard(e)s de tout le pays, notre école audio-visuelle va s’établir en 2022 pour former et produire de manière permanente. C’est dans la lutte de ce mouvement social communard que se trouvent les bases d’une « communication communarde » : fédération participative de voix, de regards, surgissant des multiples territoires de vie et de travail. Ce chantier formatif devient de plus en plus urgent vu le retard pris par une gauche qui a cru naïvement qu’il suffisait d’imiter les techniques du capitalisme pour affronter celui-ci.

Vous pouvez renforcer les activités de cette école permanente d’El Maizal et des autres ateliers ouverts dans des communes au Venezuela, en nous faisant un don :

Compte Crédit Mutuel 00020487902

Titulaire: LABORATOIRE INTERNATIONAL POUR L’HABITAT POPULAIRE DURABLE, 25 RUE JEAN JAURES, 93200 ST DENIS

Code IBAN: FR76 1027 8061 4100 0204 8790 256

Code BIC: CMCIFR2A

SVP ne mentionner que : « Soutien Terra TV »

D’avance nous vous en remercions.

Comprendre la commune d’El Maizal (par Michele de Mello)

« La commune ou rien ! » insistait Hugo Chávez pour qui la révolution bolivarienne passait par l’essor des organisations communardes. Depuis 12 ans, dans l’ouest du pays, entre les États de Lara et de Portuguesa, près de 4500 familles vivent et produisent des aliments sains de manière totalement collective. Cette commune rurale est le résultat d’une occupation des terres par les paysan(ne)s en 2009, qui a permis de les consacrer à la réforme agraire.

« Chávez a jeté les bases d’une nouvelle géométrie d’un pouvoir citoyen que les institutions empêchaient historiquement en le rejetant dans l’illégalité. Pour nous la parole de Chavez avait force de loi, c’est pourquoi ici nous avons mis en place ce modèle de commune. Notre communauté de travail, loin d’être séparée par des visions différentes, se rassemble autour d’un combat, d’un projet » explique le leader communard Angel Prado.

A raison de six heures de travail par jour, 180 communard(e)s sont responsables de l’entretien de 14 entreprises de production sociale. Outre le maïs, le café, les légumineuses et les légumes, les agriculteur(trice)s transforment également la farine de maïs et produisent du lait, du fromage et de la viande avec des bovins et des porcs. « Notre histoire est liée à l’agriculture. Nos premières graines nous ont été données par le président Chávez lors d’une visite. Nous avons planté 150 hectares de haricots, puis il est revenu ici pour voir comment se passait la production. De cette culture est née l’entreprise Ezequiel Zamora, qui vise la mécanisation agricole. C’est cette entreprise qui, depuis 2010, nous a donné le plus gros excédent et nous a permis de nous développer en interne, ainsi que de servir socialement les communautés qui se trouvent dans la commune » se souvient Jennifer Lamus, travailleuse communarde.

Cette année, la commune d’El Maizal a cultivé 300 hectares de maïs, mais dans tout le pays, on compte déjà environ 1100 hectares de maïs cultivé avec des semences autochtones produites par la commune avec le soutien des militant(e)s brésilien(ne)s de la Brigade internationaliste Apolônio de Carvalho du Mouvement des Travailleurs ruraux Sans Terre (MST).

L’objectif principal est de devenir un territoire autosuffisant, tant sur le plan alimentaire qu’économique. La commune d’El Maizal a été le coup d’envoi de l’émergence de 11 autres communes dans la région centrale du Venezuela. La proposition de Chavez était que les domaines communaux unifient l’organisation à partir de la base pour construire une nouvelle « hégémonie territoriale ».

« Tout le travail que nous avons fait les premières années nous a renforcés. Lorsque l’économie a commencé à souffrir des assauts du blocus occidental, la commune d’El Maizal est restée solide. Nos ressources ont contribué à maintenir la volonté de nous battre et surtout à ce que personne ne soit démobilisé ou démoralisé », affirme Ángel Prado. « Ici dans les zones rurales il y a une autre réalité et ici nous savons que les choses ne vont pas bien, mais chaque jour les camarades font de leur mieux pour que la réalité de ceux et celles qui vivent dans la commune soit différente » précise Jennifer Lamus.

En raison de sa capacité de production, Maizal aide également les petits producteurs de la région en distribuant des crédits en échange d’une production alimentaire.  « Nous demandons un financement plus important et nous accordons ce crédit aux producteurs qui, par la voie normale de l’État, ne peuvent pas l’obtenir. Nous faisons également des échanges de produits. Souvent, les producteurs n’ont pas l’argent nécessaire pour acheter 1 kg de fromage. Ils peuvent donc nous apporter 1 kg de grains de café, en échange du fromage » explique Jennifer Lamus. 

Le travail volontaire dans les équipes d’entraide mutuelle est également une alternative pour les habitant(e), pas de manière « assistentialiste » mais comme une forme d’exemple ». « Il arrive qu’une unité de production soit en retard dans son travail, alors nous faisons appel à tout le monde pour mener cette tâche à bien et suivre le rythme des autres unités de production. Et cela ne vaut pas seulement pour la commune. S’il est nécessaire de nettoyer une école, une rue, de peindre un terrain ou d’effectuer toute autre activité dans la communauté, nous nous rendons sur place pour effectuer ce travail » raconte Jennifer.

Le territoire de la commune de El Maizal se soucie de l’aspect productif autant que de l’aspect social. Les communard(e)s ont fondé une école de formation idéologique et technique, où ils proposent des cours avec le soutien de militants d’autres mouvements populaires nationaux et internationaux. Ils ont également inauguré une école d’enseignement primaire pour les enfants des agriculteurs, en adoptant la méthode de Paulo Freire.

« La pratique et la théorie vont de pair. Sans éléments historiques de la lutte, sans théorie, les gens n’auraient pas de clarté sur les objectifs de l’horizon », dit le communard Wildenys Matos.

Comme elle produit environ 2 000 tonnes de maïs par an, la commune El Maizal cherche à établir une relation directe avec l’État pour fournir de la farine de maïs pour les paniers alimentaires distribués par les comités locaux d’approvisionnement et de production (CLAP). « Le travail de  la commune démontre qu’il existe une façon différente de faire les choses. D’abord que nous pouvons être autosuffisants en produisant. Nous pouvons substituer le modèle pétro-rentier par un modèle productif et durable, grâce à l’économie collective communale », affirme Matos.

Selon les données officielles, il y a 3567 communes enregistrées dans tout le pays. Les militant(e)s de El Maizal promeuvent l’Union Communarde comme mouvement national appuyant la construction d’un état communal au Venezuela. « Nous consacrons nos vies à ce projet. La commune est notre mode de vie. Comme la guerre d’indépendance, pour défendre notre Patrie », explique M. Prado.

Pour continuer à progresser dans le contrôle du territoire, les communard(e)s se sont présenté(e)s aux élections régionales du 21 novembre avec la candidature d’Angel Prado au poste de maire de la municipalité de Simón Planas. Il a été élu sous la bannière du chavisme avec d’autres membres de l’organisation, devenu(e)s conseiller(e)s municipales. « Nous, organisations populaires, nous devons nous approprier ces espaces non pas pour renforcer l’État, mais pour commencer à le démanteler de l’intérieur, afin que la commune avance sur le territoire. La commune ou rien. Pas une commune rhétorique mais une commune pour faire avancer les choses, pour que le pouvoir du peuple soit le pouvoir de décider, de planifier, de prendre des décisions et de continuer à lutter, à avancer » dit Wildenys Matos. L’une des propositions du nouveau maire Angel Prado est d’établir des contrats et des appels d’offres de la municipalité avec les communes de la région, ainsi que d’accroître le contrôle communautaire sur les services de base tels que la distribution de gaz et de carburant. « Notre horizon stratégique est le socialisme et nous voulons poursuivre le projet national Simón Bolívar. La commune comme modèle politique a montré qu’elle peut travailler, produire, influencer l’économie du pays, industrialiser son alimentation, peut se battre sur n’importe quel champ de bataille, gouverner et assumer des responsabilités politiques » conclut Ángel Prado.

Source : https://www.brasildefato.com.br/2021/11/10/na-comuna-el-maizal-4-5-mil-familias-constroem-projeto-socialista-para-venezuela

Traduction : Thierry Deronne

Photos : Terra TV

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/12/05/au-venezuela-les-communardes-del-maizal-construisent-un-nouveau-modele-de-pouvoir/

Venezuela: les observateurs internationaux saluent la transparence du scrutin.

La délégation parlementaire d’observateurs électoraux du Kenya reconnaît également la qualité technique des élections au Venezuela

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/11/23/venezuela-alors-que-les-observateurs-internationaux-saluent-la-haute-transparence-du-scrutin-des-leaders-de-la-droite-appellent-a-tourner-la-page-du-putschisme-de-guaido/

(Photos et vidéos :) L’école de communication des mouvements sociaux « Hugo Chavez » forme les communicatrice(eur)s de la Commune El Maizal, de la Commune « Altos de Lidice » et les étudiant(e)s en agroécologie de l’IALA.

Le nouvel atelier intégral de l’École de Communication des Mouvements Sociaux « Hugo Chavez » dans la Commune populaire d’El Maizal a eu pour principal objectif de soutenir et de renforcer l’équipe de communication de cette commune et des communes voisines (« cité communale »), du 10 au 22 octobre 2021. Parmi les sujets abordés figuraient les concepts de la communication participative, la photographie, le son, le reportage, le documentaire, avec une devise claire : « Le nouveau ne peut être une copie de l’ancien. Il faut que ce soit autre chose » (Simón Rodríguez).

Grâce à la révolution bolivarienne, la commune a créé sa propre radio communautaire, d’où, au cours de l’atelier, la réalisation de plusieurs exercices de création sonore. Dans le cadre des 12 journées/assemblées de construction du plan du gouvernement municipal, le formateur Victor Hugo Rivera a également formé l’équipe de communicateurs sur « Comment filmer une assemblée populaire ».

Un autre atelier sur la réalisation de documentaires sociaux a été donné aux jeunes reporters communautaires de la commune socialiste « Altos de Lidice » à Caracas par Thierry Deronne. L’école de communication des mouvements sociaux « Hugo Chavez » a également soutenu l’Escuela del Constructor Popular avec la production d’un reportage et a aidé les étudiant(e)s en agroécologie de l’Institut agroécologique « Paulo Freire » dans l’État de Barinas, à rendre visible leur échange de savoirs avec les paysan(ne)s. Ateliers et films produits par Jesus Reyes et Victor Hugo Rivera avec le soutien d’Eskell Romero, Ayari Rojas, Johana Yarley et Jacques France Sandra.

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/10/23/photos-et-videos-lecole-de-communication-des-mouvements-sociaux-hugo-chavez-forme-les-communicatriceeurs-de-la-commune-el-maizal-de-la-commune-altos-de-lidice-et-les-etudiantes-en-a/

« Construire sa maison sans dépendre d’une entreprise privée » : l’École du Constructeur Populaire au Venezuela

« Le plus beau, pour ces jeunes qui viennent des milieux populaires, c’est de pouvoir réaliser leur rêve, construire leur propre maison sans dépendre d’une entreprise privée. Les projets collectifs de nos apprenti(e)s naissent de la collaboration avec les habitant(e)s, ils ou elles vont dans la communauté, cherchent le problème et proposent des solutions, grâce à leur formation technique, à partir d’une vision sociale« , raconte fièrement l’ingénieur Eskell Romero, directeur de l’école du Constructeur Populaire « Aristobulo Isturiz ». » « Dans chaque lotissement de la Grande Mission Logement Venezuela se trouve un noyau de notre école« .

Soutenez-nous !

Terra Tve est une expérience unique : une télévision/école qui travaille au Venezuela, sur le terrain, pour vous montrer une révolution participative occultée depuis vingt ans par les médias. Elle a formé des milliers de communicateurs(trices) populaires, réalise des reportages, des documentaires sous-titrés en français, pour les diffuser dans le monde entier. Vous pouvez suivre sa chaîne YouTube en cliquant ici.

Pour briser l’homogénéité médiatique, pour soutenir ce média populaire, pour multiplier son impact et lui permettre de passer à la vitesse supérieure, vous pouvez faire un don à ce compte :

Compte Crédit Mutuel 00020487902

Titulaire: LABORATOIRE INTERNATIONAL POUR L’HABITAT POPULAIRE DURABLE, 25 RUE JEAN JAURES, 93200 ST DENIS

Code IBAN: FR76 1027 8061 4100 0204 8790 256

Code BIC: CMCIFR2A

SVP ne mentionner que : « Soutien Terra TV »

Nous vous remercions d’avance !

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/09/16/construire-sa-maison-sans-dependre-dune-entreprise-privee-lecole-du-constructeur-populaire-au-venezuela/

“85% de nouveaux visages au primaires chavistes, un renouveau révolutionnaire”

Quels sont les rapports entre révolution et transformation de l’espace de vie ? Révolution démocratique ou démocratie révolutionnaire ? Comment articuler démocratie directe, communale et représentative ? Quelle est l’importance du débat et de la pluralité d’opinions dans la révolution bolivarienne ? D’où vient cette capacité du chavisme à organiser de telles primaires, au vote secret et avec parité de genre, alors que dans les autres partis, de gauche ou de droite, les bases militantes n’y ont pas droit ?

Autant de questions posées par Thierry Deronne à Jesus Garcia, organisateur et formateur communal dans les quartiers populaires de l’Ouest de Caracas, et candidat conseiller municipal aux primaires du PSUV (parti du chavisme) qui auront lieu le 8 août 2021. A travers des assemblées dans tout le pays les militant(e)s de base choisiront leurs candidat(e)s pour les élections régionales et municipales de novembre 2021.

Interview réalisée en juillet 2021 sur les hauteurs de la commune populaire Altos de Lidice. Réalisation: Victor Hugo Rivera. Durée : 17 minutes. VO espagnole, sous-titres français. Production: Terra TV. République Bolivarienne du Venezuela 2021.

Pour continuer à être informé des expériences de la démocratie participative vénézuélienne, systématiquement occultées depuis vingt ans par les grands médias, abonnez-vous à la chaîne YouTube de Terra TV : https://www.youtube.com/channel/UCnIJcbZH03gsb8ZoshVFE6A

Source : www.terratve.com

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/07/18/85-de-nouveaux-visages-au-primaires-chavistes-un-renouveau-revolutionnaire/

Six clefs du triomphe de la gauche au Pérou, par Daniela Ramos

Au-delà de Gabriel García Márquez, le réalisme magique écrit son épisode andin-amazonien dans le Pérou contemporain. Pedro Castillo devient président après une campagne pleine de symbolique et exposant sans complexe le monde de contradictions qui constitue ce pays. Sur la terre de tous les sangs, l’Amérique latine montre une fois de plus sa puissance créatrice.

Cet exploit, bien qu’inattendu, a ses raisons. Le hasard n’est pas assez généreux pour permettre à une proposition populaire et de gauche d’émerger au Pérou. Pour comprendre le scénario qui s’ouvre, il convient de comprendre certaines des clés qui expliquent la victoire de Pedro Castillo et de Perú Libre.

1. La crise politique aggravée par la pandémie

« A quel moment le Pérou est-il allé en enfer ? » s’interroge Mario Vargas Llosa au début de « Conversation dans la cathédrale« , écrit avant que l’auteur n’aille lui-même s’enfermer dans l’enfer néo-libéral. La crise politique et institutionnelle du pays n’est pas nouvelle. Elle a des racines profondes dans un territoire aussi vaste qu’inégalitaire. Le Pérou a également une blessure ouverte, à savoir la confrontation armée interne des années 80 et la décennie suivante du « fujimorat ».

Plus près dans le temps, à la fin de 2020, le pays a traversé un cycle court mais intense de mobilisations. Le lundi 9 novembre, le Congrès a destitué le président de l’époque, Martin Vizacarra, et nommé un certain Manuel Merino à sa place. L’aventure politique de Merino n’a duré que six jours. Le dimanche de la même semaine, il démissionnait, laisse derrière lui deux jeunes victimes de la répression : Inti Sotelo et Bryan Pintado. Vizcarra, quant à lui, a rejoint la liste des présidents qui n’ont pas terminé leur mandat.

La pandémie est devenue le coup de grâce d’un système manifestement défaillant. L’épidémie a montré que l’État ne répondait pas aux besoins de sa population, renforçant le sentiment de lassitude à l’égard de la classe politique. Aujourd’hui, le Pérou compte 10 % de pauvres de plus qu’en 2020 et le taux de mortalité par COVID le plus élevé au monde. Dans ce scénario et au milieu d’une grande fragmentation, les gens sont allés voter avec peu de tolérance pour les discours fantaisistes et prêts à emprunter des chemins inexplorés.

2. Le protagoniste, Pedro Castillo

Lorsque, au premier tour, Pedro Castillo a atteint 19% des voix, CNN a construit le tableau des résultats partiels avec une silhouette obscure à leur tête. Personne en dehors du pays ne savait qui il était et une bonne partie de ses compatriotes non plus. Mais ce candidat improbable s’est avéré être l’une des clés du triomphe de la gauche péruvienne.

« Il nous ressemble« , disent les femmes qui tiennent les soupes populaires dans les bidonvilles de Lima. Et le fait est que Castillo représente, par son image et dans sa trajectoire, des secteurs historiquement exclus. Professeur du Pérou profond, rondero, paysan ; le nouveau président andin synthétise de nombreux éléments identitaires des secteurs populaires et cela a été un fil conducteur de sa campagne. Le chapeau chotano avec lequel il fait ses apparitions publiques est déjà vendu à plus d’un coin de rue.

Si Castillo est considéré comme un outsider, il n’est pas étranger à la politique. En 2017, il a gagné en notoriété en menant une grève nationale des enseignants. Cette expérience syndicale l’a aidé à construire un dialogue fluide avec sa base sociale et, ces jours-ci, elle l’a également aidé à faire face aux multiples audiences des délégations nationales et internationales qui ont frappé à sa porte. Sans avoir l’éloquence d’un Alan Garcia, son discours est efficace car il reconnaît clairement le public qui l’écoute.

3. Le parti, Peru Libre

La candidature de M. Castillo a été rendue possible par son association avec un nouveau type de parti : le Pérou Libre. Cet espace récupère les bases d’une gauche traditionnelle, mais avec des éléments locaux et une perspective latino-américaniste. Né en 2008 comme mouvement régional à Junín – le département qu’il a gouverné entre 2011 et 2014 – il a réussi à devenir un parti d’envergure nationale. Le symbole du crayon, associé à la profession de Castillo, provient en fait du parti.

La principale figure de Peru Libre est Vladimir Cerrón, un candidat naturel à la présidence qui doit aujourd’hui faire face à une sorte de Lawfare à la éruvienne, une des raisons pour lesquelles l’investiture est allée à Castillo et non à lui. Pour une grande partie du Pérou, Cerrón est un démon sans visage présenté dans les médias comme le « propriétaire de Perú Libre ». Tout au long de la campagne, ses adversaires – qui s’étendront à l’administration – ont tenté d’éroder son partenariat avec M. Castillo, dont la base idéologique est plus ambiguë.

« La gauche divisée, pleine de sectarisme, n’arrivera à rien et sera une fois de plus vaincue« , a déclaré Perú Libre en 2019, dans le but de promouvoir un espace unitaire pour ces élections. Son expérience de gouvernement régional à Junín lui permet de former un groupe de cadres militants et techniques qui vont mettre leur énergie au service de la campagne présidentielle. Pérou Libre a un gouvernement à assumer, mais il ne perd pas de vue ses aspirations plus stratégiques, qui visent des changements profonds et un muscle social organisé. Il aura pour défi de contenir les nouvelles volontés qui se sont rapprochées de lui à la chaleur des élections.

4. Une base électorale mobilisée

L’aspiration de toute campagne électorale est de pénétrer sa base et d’atteindre de nouveaux électeurs. La candidature de Pedro Castillo avait, à sa manière, un point de départ privilégié, étant donné que deux de ses principaux soutiens sont des secteurs dynamiques au Pérou : les enseignants, d’une part, et les rondas paysannes, d’autre part.

Le cas des rondas paysannes est très particulier, s’agissant d’une organisation autonome et communautaire ayant plus de 40 ans d’histoire et une large présence territoriale, principalement dans le sud du pays. Ce ne sont pas les ronderos qui ont consacré Pedro Castillo comme leur candidat, mais ils lui ont apporté leur soutien, ce qui signifie un réseau social de pas moins de 2,5 millions de personnes.

Parallèlement, lors des événements organisés dans la périphérie de Lima et dans les provinces, on a pu constater une appropriation pratique de la campagne : du merchandising artisanal aux huaynos improvisés qui ont donné à l’ensemble du processus une mystique propre. Et il n’est pas vrai que la campagne a écarté les réseaux sociaux comme champ de bataille. Si Pedro Castillo disposait de plateformes peu développées à la fin du premier tour qui l’a porté en tête, la campagne a ensuite et aussi progressé de manière atomisée à travers les réseaux ayant la plus grande pénétration populaire : whatsapp et facebook.

5. Nous vivons une époque de polarisation

À ce stade de l’histoire, il est peut-être préférable de cesser d’anticiper les vagues et d’évaluer l’une des réalités que la droite a montré ne pas pouvoir comprendre : nous vivons une époque de polarisation. Keiko Fujimori et Pedro Castillo en sont une expression. Modèles opposés et qui font appel, chacun à partir de ses propres coordonnées, à un plus grand radicalisme politique.

Il semble que lors de ces élections, il n’y avait pas de place pour la modération, ce qui a facilité l’émergence d’une proposition de changement. Lorsque Veronika Mendoza s’est présentée au premier tour, elle l’a également fait avec un programme de transformation mais avec un discours plus modéré, ce qui, au lieu d’élargir sa base électorale, a fini par diluer sa candidature parmi les multiples options disponibles.

Keiko Fujimori, quant à elle, a soutenu cette dernière ligne droite de la campagne sur la peur et la postulation d’une menace terroriste du côté de Castillo. Il y a ceux qui prévoient que la dernière phase du Fujimorisme pourrait bien être le fascisme, de plus en plus présent dans leurs proclamations. Et le cas de López Aliaga, considéré comme le « Bolsonaro péruvien », ne devrait pas passer sous le radar, étant donné qu’il est déjà enraciné dans les secteurs populaires.

6. La sous-estimation de soi et des autres

Enfin, face au second tour des élections, rappelons que Pedro Castillo et Perú Libre ont été mille fois critiqués pour une campagne désorganisée. Non seulement à partir du discours médiatique, mais aussi à partir de la base, lors de rencontres avec des sympathisants et des alliés. Il est finalement apparu qu’il s’agissait d’un euphémisme : lorsque les gens parlaient de « désorganisation », ce qu’ils invoquaient – non sans un certain ressentiment – était un manque d’accès au cœur de la campagne. Il est toujours plus facile de signaler les erreurs que d’assumer le travail profond des autres.

Les leçons du premier tour d’avril n’ont pas été dûment comprises par les adversaires et les partenaires de Castillo, qui ont continué à sous-estimer, au second tour, sa figure et le soutien politique offert par Perú Libre. Alors que la presse l’a accusé d’improvisation, le candidat à la présidence faisait affluer des masses à ses meetings à Cusco, Puno et dans les faubourgs de la capitale. Alors que le militantisme à Lima suivait avec inquiétude le débat des équipes techniques, le parti a organisé des réunions en face à face et virtuelles pour former ses témoins de bureau électoraux.

Cette sous-estimation a joué en faveur de Pedro Castillo et lui a permis de construire un triomphe sous le regard impuissant de la classe politique péruvienne. La campagne avait une apparence chaotique ? Mais cet aspect « étrange » pour l’observateur externe a davantage à voir avec les préjugés racistes et classistes. Ce n’est pas seulement que la campagne a contredit les manuels de marketing politique mais qu’une stratégie a été conçue consciemment, ancrée dans les forces du candidat et de sa proposition, ignorant ceux qui prédisaient un chemin sûr vers la défaite. Si le visage du triomphe était différent, peut-être lui accorderaient-ils plus de crédit.

Tout ce qui a été dit jusqu’à présent n’ignore pas un point problématique : le nouveau gouvernement entrera en fonction après une élection serrée avec une forte opposition à Lima, la vitrine politique du pays, qui concentre également un tiers de la population totale. A cela s’ajoute la dispersion du Congrès, où le Pérou Libre et ses partenaires éventuels disposent d’un total de 45 congressistes sur 130, tandis que les forces de droite ont tout le reste. Mais ces catégories sont peut-être insuffisantes pour penser aux alliances qui se tisseront au Parlement.

Si Peru Libre et Pedro Castillo vont dans le sens proposé, l’expérience du Pérou pourrait renouveler l’imaginaire de la gauche latino-américaine. En partie, elle l’a déjà fait depuis sa campagne. Mais il est maintenant temps de se saisir du timon. L’Assemblée Constituante apparaît comme le principal pari pour construire un soutien large, mobilisé et plus que nécessaire pour soutenir le prochain gouvernement. Le peuple péruvien joue un nouvel espoir sur un chemin semé de trahisons. Et l’Amérique latine, une fois de plus, nous surprend.

Daniela Ramos (au Pérou)

Source : https://revistazoom.com.ar/seis-claves-del-triunfo-de-la-izquierda-en-peru/

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/06/16/six-clefs-du-triomphe-de-la-gauche-au-perou-par-daniela-ramos/

Pourquoi et comment le chavisme renforce la démocratie électorale au Venezuela

« Faisons confiance au peuple » a rappelé Nicolas Maduro. Le parti chaviste (PSUV) organise des primaires ouvertes, avec vote secret de ses militant(e)s. Les assemblées de base débattront et choisiront les candidat(e)s chavistes qui se présenteront aux élections régionales et municipales de novembre 2021. Élections auxquelles participeront près de 40 partis de la gauche à la droite, au total plus d’une centaine d’organisations sociales et de mouvements citoyens de tout bord : ce sera le 26ème scrutin en 21 ans de révolution bolivarienne.

Le chavisme, une fois de plus, ouvre le jeu politique en injectant une dose de démocratie qui vaut aussi pour cohérence entre actes et discours. Une cohérence qu’on ne trouve guère dans l’opposition (social-démocratie, droite, extrême-droite) ni même chez le « traditionnel » Parti Communiste vénézuélien ou les groupuscules d’extrême gauche, habitués des « prises de position » et des « communiqués » mais qui ont peu ou pas de base sociale, peu ou pas d’élus, et doivent donc « exister » sur les réseaux sociaux.

Pour choisir ses candidat(e)s, le chaviste PSUV ose la démocratie participative et peut compter sur une base populaire ancrée dans tout le pays.

La défaite électorale du chavisme aux élections législatives de 2015 et le retour de la droite y compris extrême, avait détérioré dans une large mesure la stabilité politique du Venezuela. Ses effets perdurent puisque ces partis de droite, devenus majoritaires au parlement, avaient juré de « sortir Maduro en six mois », demandé et légitimé les sanctions impériales, couvert d’un vernis « démocratique » les violences de l’extrême droite avec la complicité des médias internationaux, et last but not least créé un fake-président virtuel (Juan Guaido) lié au narcoparamilitarisme colombien et qui a dérobé des centaines de millions de dollars des actifs de l’Etat vénézuélien en « négociant » avec l’Occident comme « président du Venezuela ».

Photo : patriarcat, racisme, corruption : la droite vénézuélienne, ici sous l’étiquette de la MUD (« unité démocratique »). Au premier rang, à partir de la gauche, Julio Borges et Antonio Ledezma, impliqués dans le coup d’État de 2002 et les déstabilisations de 2014, 2015 et 2017. Le premier vit un exil doré à Bogota, le second à « Little Caracas » (Salamanca), le quartier de luxe des « exilés politiques » vénézuéliens à Madrid.

Depuis les élections à l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) en 2017 que Maduro lança avec succès comme manière de sortir par le haut des violences de l’extrême droite, le pays s’est engagé dans un processus progressif et difficile de recomposition institutionnelle et démocratique. L’extrême droite s’est vue rejetée pour ses violences par une majorité de votants. Le putschisme de Juan Guaido et Leopoldo Lopez s’est retrouvé isolé, une bonne partie de la droite ayant compris l’intérêt de revenir dans le champ démocratique, et de regagner du terrain via les élections, après avoir en quelque sorte renoncé à faire de la politique dans l’espoir d’un rapide coup d’État.

Pour sa part, le chavisme mise sur la démocratie participative pour remobiliser et redynamiser sa majorité électorale, face à ces élections auxquelles participeront des partis et des organisations qui s’étaient tenus jusqu’ici à l’écart de l’arène.

Élections à la base

Le PSUV s’est réuni ce mardi 1er juin, sous la direction du président du parti, Nicolás Maduro, et avec l’ensemble de la direction nationale, pour débattre et approuver la méthode de sélection des candidat(e)s aux méga-élections (régionales et municipales) du 21 novembre. Avec à ce jour plus de 7 millions d’inscrit(e)s, le PSUV est la plus grande organisation politique du Venezuela. Elle est aussi la seule à remettre des carnets de membres à sa base et à organiser des primaires à bulletin secret à travers des assemblées de base.

Le dimanche 27 juin, pas moins de 14.381 assemblées simultanées seront organisées sur l’ensemble du territoire national, à la tête de chacune des Unités Bolívar-Chávez (UBCH) qui sont les équipes de militant(e)s territoriales du parti. Ces assemblées ouvertes permettront à tout(e) membre de présenter sa candidature et auront pour but de « recevoir et désigner » les pré-candidats aux élections internes. Le 8 août, les candidat(e)s du PSUV seront élu(e)s avec un suivi technique du Conseil National Electoral (CNE). L’ensemble de la liste électorale pourra participer, et ces primaires serviront à mesurer la capacité de la plate-forme chaviste à se réunir et à se mobiliser.

L’élection par la base comporte des risques contre lesquels a mis en garde la direction du PSUV elle-même, comme le fait que ceux qui occupent déjà des postes pourraient profiter de leur position, établir des mécanismes excessifs dans la campagne pour conditionner ou diriger le vote en leur faveur, en jouant la « position avancée ». Il y a aussi les « blessures » et les conflits internes qui surgissent aux niveaux local et régional, à travers les tendances, les groupes et les leaderships qui se mesurent lors de ces élections. Ou, dans certaines régions et municipalités, le retour d’anciens dirigeants, d’outsiders ou des « parachutistes » qui voient dans une élection de base une occasion idéale pour aspirer à un mandat électif.

Photo: Assemblée de base chaviste pour choisir les candidat(e)s aux élections

Mais le PSUV assume ces risques. Il faut rappeler qu’ici, contrairement aux autres élections primaires, ceux qui aspirent à se présenter aux élections devront être portés par la base même du PSUV pour promouvoir leur candidature et la faire proclamer depuis les assemblées territoriales des militant(e), de la base au sommet, avant que chacun(e) exerce son suffrage à travers un vote secret.

Au-delà des coulisses, le PSUV est mis au défi de promouvoir des discours mobilisateurs et des offres de campagne connectées aux aspirations locales, aux imaginaires, aux besoins et demandes ressentis de la population. La campagne électorale est un espace idéal pour le renforcement des liens objectifs et subjectifs entre le chavisme et l’électorat, en comprenant celui-ci non seulement comme la base chaviste, mais comme l’espace des aspirations sociales qui existent aujourd’hui dans la politique vénézuélienne, c’est-à-dire la population désenchantée (tant dans le chavisme que dans l’opposition) : terreau d’indécis, d’orphelins politiques, faute de proposition qui puisse les captiver.

Malgré les conséquences de la guerre économique recherchées par l’Occident – la fatigue, le mécontentement, l’impopularité, il reste que le tissu féminin, la sociologie populaire, « l’exception vénézuélienne » et les années de formation, d’épreuves et de résistance font probablement du PSUV le parti le plus capable de rassembler autour d’un programme.

Sources : https://www.misionverdad.com/venezuela/retos-y-posibilidades-en-las-elecciones-internas-del-psuv-para-el-21n / https://venezuelainfos.wordpress.com/2015/05/02/democratisation-des-elections-la-lutte-entre-lancien-et-le-nouveau-au-venezuela-et-en-amerique-latine/

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/06/04/pourquoi-et-comment-le-chavisme-renforce-la-democratie-electorale-au-venezuela/

« Communardes, architectes du Droit à la Santé », le nouveau documentaire sur les autogouvernements populaires du Venezuela

Pour sortir du champ médiatique, abonnez-vous à la chaîne Youtube de Terra TV ! La télévision des mouvements sociaux transmet, depuis le Venezuela, des reportages sur les éternels invisibles des médias depuis 21 ans de révolution bolivarienne, tou(te)s ces citoyen(ne)s qui construisent une démocratie participative aux mille visages. Cette semaine : l’épopée des « Communardes, architectes du Droit à la Santé« . Quand on considère les trois ans d’autogouvernement populaire mis en place par la Commune Socialiste d’Altos de Lidice, organisée dans les quartiers populaires de l’Ouest de Caracas, on voit combien est crucial le rôle des femmes des équipes de santé. En plein blocus états-unien et ses conséquences terribles sur l’accès aux médicaments et aux matériels sanitaires, elles sont devenues ces « architectes » :

Ce sont aussi des femmes, responsables du Conseil Communal « Coromoto de Dios » qui ont réussi à peindre l’entrée principale de la Commune socialiste « Altos de Lidice » (Caracas) avec l’aide de la brigade de nettoyage « Che Guevara » :

Grâce au salaire collecté de porte à porte, et aujourd’hui aux cotisations des habitant.e.s à la banque communale, cette brigade d’entretien « Ernesto Che Guevara » composée de de sept habitant.e.s, autogérée et dirigée par deux femmes, entretient les rues des conseils communaux et prépare un projet de recyclage intégral.

Réalisation des reportages et photographies : Jesus Reyes. Production: TERRA TV. VO ESP Sous-titres français. République Bolivarienne du Venezuela 2021.

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/05/31/communardes-architectes-du-droit-a-la-sante-le-nouveau-documentaire-sur-les-autogouvernements-populaires-du-venezuela/

Sous la peau de la commune populaire au Venezuela : ce que disent ceux qui agissent

La première fois que j’ai entendu parler de la proposition ou du concept de ville communale, c’était en mars 2020, à Barcelone, dans l’État d’Anzoátegui, au Venezuela. Je l’ai entendu de la bouche de certain.e.s communard.e.s, et aussi dans la voix du maire Luis José Marcano, qui avait décidé de se laisser emporter par l’ouragan communard lorsqu’un supplément de vent favorable souffla sur la folle machine.

C’était lors d’une réunion d’un organisation baptisée Propulseurs de la Commune, où on me fit l’extrême honneur d’écouter et de répondre à mes provocations et réflexions génératrices. Parmi celles que j’ai lancées en guise d’introduction, il y en a une que je voulais transformer en pierre d’achoppement de cette guerre philosophique ou de l’écueil culturel auquel nous sommes confrontés : notre tradition vieille de cinq siècles de diviser les municipalités en « parroquias » ; nous sommes encore structurellement et juridiquement habitants de « parroquias« ). Et comme la division politico-territoriale actuelle nous condamne à appeler « parroquia » l’unité minimale d’organisation sous de la municipalité, il faudra bien plus qu’un effort rhétorique pour que cette unité de résidents se mue en commune, et ses habitant.e.s en communard.e.s.

Dans le débat qui a suivi a émergé l’idée qu’en réalité, seul le nom légal de la « parroquia » est demeuré. Dans de nombreux endroits au Venezuela, les gens préfèrent appeler le lieu où ils vivent un barrio, un « caserío » (hameau), un secteur ou une communauté. J’ai entendu un communard expliquer que les notions chavistes de commune, de cité communale et de fédération de communes ne sont pas de simples références territoriales, car ce qui les définit et leur donne sens réside dans leur caractère productif.

J’ai entendu parler ou j’ai visité des communes officiellement baptisées, par exemple, « Commune socio-productive Simon Bolivar« . Dans le noyau fort de cette commune, le secteur de Las Casitas, les dirigeant.e.s et militant.e.s (presque tous des femmes) sont conscient.e.s que cette dénomination représente tout un défi. Cette commune, avec le soutien et l’orientation de la direction municipale, est en train de jeter les bases d’une activité économique qui lui permettra de s’appeler « socio-productive » dit la professeure Luisa Ramirez. L’appellation est là pour rappeler au peuple sa mission et son objectif.

À propos, en raffinant l’analyse politique, la communarde Arlene Portuguez fait observer que dans les descriptions officielles de cette commune, il est dit que la pêche est un de ses atouts : « En réalité, ce que nous avons, ce sont des côtes avec un potentiel pour la pêche, le tourisme, la pisciculture, et les conditions pour installer un dépôt de gaz. Le combat actuel consiste à développer des projets dans ces domaines« .

Las Casitas, une communauté plutôt déprimée appelée La HuCha (d’après Hugo Chávez), est un conglomérat de logements de la Gran Mission Logement Venezuela. Dans un peu plus de 80 maisons vivent 120 familles ; le soupçon ou la déduction des problèmes de surpopulation suscités par ces simples chiffres augmente lorsqu’on se promène dans les rues : les maisons sont très petites, certaines de 6 x 6 mètres avec des toits d’une précarité évidente (certains sont en amiante, pour l’élimination desquels une stratégie sanitaire de bouclage devra être réalisée un jour), des rues en terre, un système d’éclairage artisanal construit par la communauté elle-même.

La description physique de ce secteur vise à dépeindre le contexte dans lequel se produit le phénomène suivant : sur les quelque 500 adultes qui y vivent, pas plus de 10 sont anti-chavistes. « Beaucoup d’entre nous sommes des chavistes mécontents de la situation d’abandon« , explique José Barreto. Mais le chavisme n’a perdu aucune des élections municipales, régionales ou nationales qui ont eu lieu.

Les petites maisons remises il y a sept ans sans avoir été achevées, ont de grands patios qui, dans certains cas, peuvent faire quatre ou cinq fois la taille de la maison. Dans ces cours, disent plusieurs voisins, l’agriculture urbaine peut être développée. Mais Carmen Sánchez remet aussitôt les pendules à l’heure : « Ce que nous avons ici, c’est le désir de planter. Il n’y a pas d’agriculteurs, bien que nous ayons reçu une formation dans ce domaine. Nous avons fait le nettoyage et le travail de rue à la seule force de nos poignets. Nous avons le sentiment que ces derniers temps, le soutien qui nous était apporté s’est refroidi ; le colis du Comité local d’approvisionnement et de production (CLAP) n’est pas arrivé depuis longtemps, aucun crédit n’est accordé dans le domaine socio-productif. Ceux d’entre nous qui faisons du travail politique nous ne sommes pas payés pour cela, tout dépend du temps et les efforts que nous prodiguons« .

Arlene, qui est porte-parole du service d’urbanisme de la commune, achève sur une conclusion optimiste et édifiante : « L’une de nos tâches consiste à créer un sentiment d’appartenance pour ceux qui vivent ici. Nous avons une force qui est le talent humain. Malgré toutes les critiques à faire, nous continuons à mener la bataille« .

A Las Casitas, la possibilité de donner forme au projet communal est très visible, car il est possible de la fonder depuis son origine elle-même. Les possibilités de construire quelque chose de nouveau sont plus grandes dans la mesure où l’on part de zéro ; il peut sembler exagéré d’attribuer aux pénuries et aux carences matérielles la vertu de stimuler la volonté, mais c’est pourtant ainsi qu’on comprend le soutien quasi unanime de cette communauté et d’autres semblables à celle-ci, à un projet de refonder la société vers d’autres horizons. À Las Casitas, il existe une organisation et une volonté dont la puissance ne peut être comprise que parce que la fondation de la communauté est née d’une nécessité absolue, et a été consolidée à partir de la confiance dans un projet municipal qui évolue maintenant comme un signe de transformation du pays.

Une philosophie depuis (et basée) sur le territoire

En général, et comme partout, la réflexion et l’action communautaire à Las Casitas sont médiées par les conditions matérielles.

« Au cours de ces années, nous avons progressé dans les niveaux d’organisation du peuple. Il y a un manque de motivation, mais nous avons aussi les bonnes personnes pour assumer les tâches de formation. Bien que nous ayons des lois qui nous permettent de faire des choses grâce à la participation directe des citoyen.ne.s, il existe encore une culture de dépendance vis-à-vis des institutions. Nous avons pour mission de transformer la pratique de la consommation en production, et nous y parviendrons en renforçant la formation, la sensibilisation et le sentiment d’appartenance » dit Nelson Mejía.

Francys Olivares ajoute : « Tous les enfants ici savent déjà l’importance du recyclage, et les adultes aussi. Pour chaque tonne de plastique, Recibar (l’entreprise de récupération du plastique) nous verse 60 dollars. Ainsi, avec ce que nous avons collecté dans nos foyers, plus ce que nous collecterons lors des prochaines journées de collecte, nous pourrons soutenir le centre d’oncologie infantile, les Inass (foyers d’accueil pour les personnes âgées) et l’éclairage du secteur« .

« L’idée de la Banque communale, puisqu’elle est tellement capitaliste, pourrait être changée et nous pourrions parler d’un système économique financier, discuter des monnaies communales… « , ajoute Luisa Ramírez.

« Nous sommes dans un processus de transition et nous devons reconnaître que nous avons fait de grandes avancées. Nous savons que nous devons construire le nouveau, mais le nouveau sera-t-il une mairie en format réduit  ? Quelle que soit cette structure, nous devons la faire fonctionner sur le territoire. Nous ne sommes pas des défenseurs du système capitaliste, mais nous devons partir de quelque chose, par exemple en attirant des professionnels pour travailler dans ces domaines. Sur la côte, nous pouvons développer une station-service, le tourisme, la pisciculture ; ce sont des propositions, mais la pensée des gens n’est pas comme ça, nous ne prenons pas le temps d’élaborer des projets. J’ai le sentiment que beaucoup de nos faiblesses sont dues à l’existence de courants internes au sein du chavisme« , déclare Mireya Martínez.

« Il y a un haut niveau de vulnérabilité sociale ici ; les maisons et l’éclairage ont été développés par les résidents eux-mêmes. Nous avons de bons cadres qui font le travail politique, mais les racines doivent être fortifiées. Parmi nos points forts, il y a le travail avec les semis et les viviers de La HuCha, le travail avec les enfants pour les former et les encourager à recycler« , explique Carmen Sanchez.

« En tant que responsable de planification, j’ai appris et mis en pratique le principe selon lequel on ne planifie pas depuis un bureau mais sur le territoire. Nous devons apprendre à être autosuffisants. Mais ce qui manque le moins, c’est le talent humain » ajoute Arlene Portuguez.

Et de conclure sur une réflexion : « Au début de l’administration du maire Luis José Marcano, il y a eu des ateliers de formation, mais comme chacun n’en faisait qu’à sa tête, il nous a semblé que ce n’était pas le moment pour cela, que ces ateliers n’avaient pas de sens. Mais avec le temps nous comprenons leur valeur : maintenant nous avons besoin d’ateliers pour qu’ensemble nous puissions clarifier ce que nous devons attendre des Cités Communales et ce que nous devons leur apporter. Nous devrons discuter de ce grand territoire que nous avons au nord : cette côte qui va de Guanta à Boca de Uchire. Il y a un projet de zone économique ; cela semble être le bon moment pour reprendre cette discussion« .

José Roberto Duque 

Photos : Jesús Arteaga

Source : https://correodelalba.org/2021/05/06/reportaje-%e2%94%82-desde-la-piel-de-la-comuna-venezolana-lo-que-dicen-los-que-hacen/

Traduction : Thierry Deronne

____________________________________________________________

Pour vivre la chronique d’une commune populaire comme si vous étiez au Venezuela, suivez la chaîne Youtube de TERRA TV :

URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/05/11/sous-la-peau-de-la-commune-populaire-au-venezuela-ce-que-disent-ceux-qui-agissent/