Joe Biden devrait serrer la main de Nicolas Maduro, par Vijay Prashad (Peoples Dispatch)

En juin dernier, Joe Biden, le président des États-Unis en 2021, a envoyé un tweet qualifiant le président vénézuélien Nicolas Maduro et d’autres dirigeants de « voyous et dictateurs ». Cependant, Maduro a largement remporté deux élections pour atteindre ce poste, en 2013 et 2018. Maduro a remporté 67,8 % des voix en 2018, le tiers restant étant partagé entre deux figures de l’opposition, Henri Falcón et Javier Bertucci. La participation à cette élection a été minée par le sabotage des autres partis d’opposition qui ont suivi les instructions de Washington visant à délégitimer le processus politique vénézuélien. Les États-Unis ont promu un coup d’État au nom de la démocratie au lieu de reconnaître que leurs alliés n’avaient tout simplement pas la capacité de gagner la présidence lors des élections.

Les administrations états-uniennes, tant démocrates que républicaines, ont tenté d’employer des méthodes antidémocratiques pour renverser les gouvernements au Venezuela depuis la victoire d’Hugo Chavez en 1998. En janvier 2019, le rapporteur spécial des Nations unies sur l’impact des sanctions, Idriss Jazairy, s’est dit « préoccupé d’apprendre que l’objectif de ces sanctions est un changement de gouvernement au Venezuela », ce qui, selon l’ambassadeur Jazairy, « viole toutes les normes du droit international ». Mais cela ne semble pas avoir d’importance pour Biden, dont le langage libre rappelle l’expression la plus utilisée par Trump : « pays de merde ».

Les Nations unies ont demandé le retrait de toutes les sanctions pendant la crise actuelle. Selon leurs propres termes, « ces sanctions causent la mort de nombreuses personnes en les privant de leurs droits fondamentaux, y compris le droit à la santé, à l’alimentation et à la vie elle-même ».

Tout semble indiquer que la nouvelle administration maintiendra les sanctions punitives contre le Venezuela qui étouffent le pays en pleine pandémie. Le président Maduro, en revanche, est apparu à la télévision pour féliciter Biden et a déclaré que son gouvernement espère « reprendre des canaux de dialogue dignes, sincères et directs » avec la nouvelle présidence. Ce serait une bonne idée que Biden accepte l’offre de Maduro et participe aux pourparlers pour mettre fin aux politiques américaines visant à renverser le gouvernement vénézuélien. C’est la seule option digne qu’il ait.

L’auteur : Vijay Prashad est un historien, rédacteur et journaliste indien. Il est rédacteur et correspondant en chef de Globetrotter, un projet de l’Institut des médias indépendants. Il est le rédacteur en chef de LeftWord Books et le directeur de Tricontinental : Institute for Social Research. Il a écrit plus de vingt livres, dont The Darker Nations : A People’s History of the Third World (The New Press, 2007), The Poorer Nations : A Possible History of the Global South (Verso, 2013), The Death of the Nation and the Future of the Arab Revolution (University of California Press, 2016) et Red Star Over the Third World (LeftWord, 2017). Il écrit régulièrement pour Frontline, the Hindu, Newsclick, AlterNet et BirGün.

Source : https://peoplesdispatch.org/2020/11/12/joe-biden-should-shake-hands-with-nicolas-maduro/

URL de cet article : https://venesol.org/2020/11/18/joe-biden-nicolas-maduro/

Une réponse

  1. Pingback: Novembre 2020

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s