« Etre un jeune leader dans une révolution » : la réflexion de Jesus Garcia

Photo : Jesus Garcia, leader et formateur communal. La Commune socialiste Altos de Lidice regroupe des conseils communaux des quartiers populaires de l’Ouest où vivent 80% de la population de Caracas.

« Leadership, ô leadership ! Cette chose que beaucoup de gens veulent pratiquer à leur façon et parfois sont capables de tout pour y parvenir, et quand ils y parviennent, deviennent un « désastre ».

Ce n’est pas facile (si on veut bien faire les choses), il y a beaucoup de regards sur toi tout le temps, tu es censé être l’exemple de la façon de faire les choses, donc tout le monde ne te regarde pas de la même façon, il y a ceux qui veulent qu’on pousse les choses dans une direction, à leur façon, et d’autres qui défendent une autre voie… et il faut trouver le chemin qui marche à partir de toutes les visions. On ne fait presque jamais plaisir à tout le monde, mais quand la majorité est d’accord, c’est une victoire particulièrement tranquillisante.

Assumer le leadership dans un processus comme le nôtre est encore plus difficile, parce que parfois nous sommes perçus à l’extérieur du pays comme un processus parfait, mais ici à l’intérieur du pays nous sommes sous le feu de 20.000 points de vue différents, dans le quartier il y a partout et en permanence un œil aigu qui t’observe, au quotidien, c’est une pression très forte, il n’est pas très conseillé de se planter tout le temps parce que les conséquences sont graves, ici les gens oublient très vite les bonnes choses que vous arrivez à faire, alors que les mauvaises choses brillent plus que les vêtements de Lady Gaga.

Et la famille ? Assumer un leadership dans le quartier à ce moment-là a un impact BRUTAL sur la famille, tous les problèmes que la lutte apporte finissent tôt ou tard, même si on tente de l’empêcher, par affecter ton foyer. C’est un combat quotidien pour la paix, là on se bat pour préserver la joie, sans blague, compris ? On pourrait séparer les heures de travail dans le quartier et celles de la vie de famille, mais c’est très dur de faire coexister un leadership politique de base avec « une vie normale » qui n’existe malheureusement pas pour ceux d’entre nous qui ont choisi cette voie.

Surtout : je n’idéalise pas la chose, j’assume que je peux me tromper et pas un peu, j’offre mes excuses quand elles sont dues, je ne me considère pas comme parfait, j’essaie d’être le plus cohérent possible avec mes propres paramètres, aucun hippie idéaliste ne va venir me dire comment m’habiller ou quelle musique écouter. Perfectionnisme ? Non. Rappelle-toi, Chavez lui-même a été critiqué par les super-cerveaux de la gauche vénézuélienne.

Mes respects à mes compagnons communard(e)s d’Altos de Lídice et à tou(te)s les dirigeant(e)s qui luttent au milieu de cette guerre.

VOUS ÊTES TOUS IRREMPLAÇABLES !

La lutte continue… »

Ci-dessous, reportage de Terra Tv sur un atelier donné il y a quelques jours par Jesus Garcia.

URL de cet article: https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/02/23/etre-un-jeune-leader-dans-une-revolution-la-reflexion-de-jesus-garcia/

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s