Un document interne du gouvernement des États-Unis explique le programme de « guerre économique » contre le Venezuela (The Grayzone)

Ben NORTON

 

Un document interne du gouvernement révèle des tactiques de « guerre économique » et d’ »armes financières » que les Etats-Unis utilisent contre le Venezuela au nom de la « promotion du capitalisme ».

Le Venezuela a souffert d’une crise économique ces dernières années, et alors que le gouvernement américain et les médias commerciaux ont blâmé cette situation difficile uniquement sur le parti socialiste au pouvoir, des documents internes du gouvernement américain reconnaissent que Washington a utilisé ce qu’il décrit clairement comme des « armes financières » pour mener une « guerre économique » contre cette nation sud-américaine riche en pétrole.

L’aveu discret confirme ce que le gouvernement de Caracas répète depuis des années : Les États-Unis mènent une guerre économique contre le Venezuela, le pays qui possède les plus grandes réserves de pétrole du monde.

Les sanctions paralysantes imposées par l’administration Donald Trump ont privé le Venezuela de milliards de dollars.

Le premier rapporteur des Nations Unies à se rendre dans le pays depuis deux décennies, le juriste Alfred de Zayas, a déclaré à The Independent que les sanctions internationales dévastatrices imposées au Venezuela sont illégales et pourraient constituer un crime contre l’humanité.

Le professeur Steve Ellner, un éminent spécialiste de la politique vénézuélienne qui vit et enseigne dans le pays depuis des décennies, a expliqué dans une interview accordée à Moderate Rebels que les sanctions ont isolé économiquement Caracas : « La crainte de représailles de la part de l’administration Trump a poussé la communauté économique mondiale abandonner l’économie vénézuélienne. Cela équivaut pratiquement à un blocus du Venezuela. »

Début 2019, l’administration de Trump renforça les mesures. Le 23 janvier, le gouvernement américain a initié un coup d’Etat politique au Venezuela en reconnaissant le leader de l’opposition de droite non élu Juan Guaidó comme soi-disant « président intérimaire ».

M. Guaidó, qui était un inconnu pour 81 % des Vénézuéliens, selon un sondage effectué en janvier, a tenté d’usurper le gouvernement légitime du président Nicolás Maduro, réélu lors des élections présidentielles de 2018 qui ont été volontairement boycottées par l’opposition soutenue par les États-Unis.

Cette tentative de coup d’État en cours est le point culminant d’une campagne de déstabilisation menée depuis deux décennies par les États-Unis pour briser la révolution bolivarienne au Venezuela. Caracas a longtemps décrit cette campagne comme une campagne de guerre économique. Et des documents internes du gouvernement américain montrent que c’est exactement ça.

Les « armes financières » et la « guerre économique » des Etats-Unis

Alors que le coup d’état fait rage au Venezuela, WikiLeaks a publié un extrait de ce qu’il a décrit comme le « manuel du coup d’Etat américain« , le livret des Forces d’opérations spéciales de l’Armée de terre sur la guerre non conventionnelle (PDF).

WikiLeaks a particulièrement attiré l’attention sur une partie de la publication intitulée « Financial Instrument of U.S. National Power and Unconventional Warfare » [Instrument financier du pouvoir national US et la guerre non-conventionnelle]. Cette section décrit comment le gouvernement US, selon ses propres termes, utilise des « armes financières » pour mener une « guerre économique » contre des gouvernements étrangers qui tentent de suivre une voie indépendante.

WikiLeaks

@wikileaks

What’s happening with Venezuela? @WikiLeaks‘ publication of US coup manual FM3-05.130, Unconventional Warfare [UW], provides insight

DOS=Department of State
IC=Intelligence Community
UWOA=UW operations area
ARSOF=US Army Special Operations Forceshttps://file.wikileaks.org/file/us-fm3-05-130.pdf 

1 703 personnes parlent à ce sujet

Dans le manuel de guerre non conventionnelle, l’Army Special Operations Forces (ARSOF) écrit que les Etats-Unis « peuvent utiliser la puissance financière comme une arme en temps de conflit jusqu’à une guerre générale à grande échelle« . Et il a noté que « la manipulation de la force financière des États-Unis peut influencer les politiques et la coopération de gouvernements étrangers » – c’est-à-dire forcer ces gouvernements à se conformer à la politique américaine.

Les institutions qui aident le gouvernement américain à y parvenir, a poursuivi l’ARSOF, sont la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Parmi les exemples d’ »armes financières », on peut citer la « manipulation par l’Etat de la fiscalité et des taux d’intérêt » et les pressions exercées sur les institutions financières pour qu’elles restreignent « les prêts, subventions ou autres aides financières aux acteurs étatiques et non étatiques étrangers », selon l’ARSOF.

« Le Bureau of Foreign Assets Control (OFAC) a une longue histoire de conduite de guerre économique précieuse pour toute campagne de guerre non conventionnelle de l’ARSOF « , conclut le manuel.

C’est l’Office of Foreign Assets Control du département du Trésor US qui supervise les sanctions contre des pays comme le Venezuela. Et le 28 janvier, le jour où WikiLeaks a tweeté l’extrait ci-dessus, l’OFAC a sanctionné la compagnie pétrolière publique du Venezuela, Petroleos de Venezuela, S.A. (PDVSA).

Cibler la compagnie pétrolière d’État vénézuélienne PDVSA

L’objectif de ces dernières sanctions américaines est clair : Steve Mnuchin, secrétaire au Trésor de Trump et ancien directeur de l’information de Goldman Sachs, a indiqué que Juan Guaidó, le leader du coup d’État soutenu par les États-Unis au Venezuela, utilisera PDVSA et les actifs pétroliers basés aux États-Unis pour financer son gouvernement parallèle non élu.

L’OFAC, qui, selon l’ARSOF, « a une longue histoire de guerre économique« , a pris soin de souligner, tout en sanctionnant la PDVSA, que cette compagnie pétrolière d’État est « une source primaire de revenus et de devises étrangères du Venezuela« .

Comme l’a rapporté Grayzone, Guaidó a immédiatement pris pour cible PDVSA quelques heures après s’être déclaré « président par intérim » (avec la bénédiction de l’administration Trump). Guaidó et l’opposition de droite soutenue par les Etats-Unis espèrent restructurer PDVSA et pousser à sa privatisation, réécrire les lois vénézuéliennes sur les hydrocarbures et distribuer des contrats pour permettre aux multinationales d’accéder aux plus grandes réserves de pétrole du monde. Et Guaidó a sollicité l’aide financière du FMI, que l’ARSOF a identifié comme un allié américain dans sa stratégie de guerre économique.

Le manuel de guerre non conventionnelle de l’ARSOF indique clairement que ces politiques ne sont pas seulement une campagne de pression pacifique ; elles font partie d’une stratégie explicite de « guerre non conventionnelle » visant le Venezuela.

Ces paroles, prononcées directement par le gouvernement US, confirment que les sanctions et autres politiques économiques punitives ne sont pas un simple prélude à la guerre ; elles sont une forme de guerre.

Les Etats-Unis ne sont pas en train d’ « envisager » une guerre contre le Venezuela ; la superpuissance mène déjà depuis des années une guerre contre cette nation sud-américaine indépendante.

Les sanctions américaines « comparables aux sièges médiévaux « 

C’est précisément ce qui a conduit l’ancien rapporteur de l’ONU Alfred de Zayas à déclarer, tant dans une interview à The Independent que dans un rapport sur le Venezuela qu’il a soumis au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, que les Etats-Unis et leurs alliés comme l’Union européenne et le Canada ont mené une « guerre économique » contre le Venezuela.

De Zayas, un juriste qui enseigne le droit international à l’Ecole de diplomatie de Genève, a écrit : « Les sanctions économiques et les blocus des temps modernes sont comparables aux sièges des villes des temps médiévaux« . Il a ajouté : « Les sanctions du XXIe siècle tentent de mettre à genoux non seulement une ville, mais des pays souverains. »

Premier rapporteur de l’ONU à écrire sur le Venezuela depuis 21 ans, M. de Zayas a déclaré à The Independent : « Quand je dis que l’émigration est en partie attribuable à la guerre économique menée contre le Venezuela et en partie aux sanctions, les gens n’aiment pas entendre cela. Ils veulent juste le simple récit que le socialisme a échoué et qu’il a failli devant le peuple vénézuélien. »

Et les États-Unis n’ont pas été les seuls dans cette agression. La Banque d’Angleterre a également refusé de rendre au gouvernement souverain du Venezuela ses 1,2 milliard de livres de réserves en or. Au lieu de cela, un ministre britannique des affaires étrangères a tenté de donner cet argent au chef du coup d’État nommé par Trump, Juan Guaidó.

Les objectifs réels de la politique étrangère américaine

Le manuel sur la guerre non conventionnelle de l’ARSOF donne un aperçu de ce qui motive réellement les États-Unis à faire la guerre économique au Venezuela et ailleurs.

Ce document décrit l’un des principaux objectifs de la politique étrangère américaine :

« Promouvoir le libre-échange, libre de droits de douane, d’interdictions et d’autres barrières économiques, et promouvoir le capitalisme pour favoriser la croissance économique, améliorer les conditions de vie et promouvoir la vente et la mobilité des produits américains aux consommateurs internationaux. »

JPEG - 188.6 ko
Les objectifs de la politique étrangère américaine énoncés dans le manuel de guerre non conventionnelle de l’ARSOF

Le conseiller ultra-militariste du président Trump pour la sécurité nationale, John Bolton, s’est fait l’écho de ces priorités dans un entretien avec Fox Business. « Nous sommes en pourparlers avec de grandes entreprises américaines… Je pense que nous essayons d’obtenir le même résultat final », a déclaré M. Bolton.

« Cela fera une grande différence pour l’économie des États-Unis si les compagnies pétrolières américaines peuvent vraiment produire et investir dans les capacités pétrolières du Venezuela »

Ben Norton

URL de cet article 34503
https://www.legrandsoir.info/des-documents-internes-du-gouvernement-des-etats-unis-presentent-les-grandes-lignes-d-un-programme-de-guerre-economique-contre.html

  1. Pingback: Juan Guaidó : un Président Voté par Personne | Mes coups de coeur

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s