La démocratie qui se construit au Venezuela, par Florin Platon


Le Venezuela possède peut-être le mécanisme de vote le plus efficace et le plus innovant au monde. Après avoir expérimenté leur système de vote, il m’est encore difficile de comprendre pourquoi il n’est pas mis en œuvre en Europe ou aux États-Unis – le système automatisé au Venezuela semble être tiré d’un film de science fiction.

Photo : Florin Platon, Georgiana Nitu, et les député.e.s européen.ne.s Mick Wallace et Clare Daly. Expert en communication publique, Florin Platon est membre fondateur et coordinateur de DiEM25 en Roumanie – le mouvement initié par Yanis Varoufakis, avec Noam Chomsky, Julian Assange, l’eurodéputé portugais Rui Tavares, le philosophe croate Srećko Horvat, le philosophe italien Lorenzo Marsili, la mairesse de Barcelone Ada Colau Ballano, le philosophe allemand Boris Groys etc.

Le 6 décembre, le Venezuela a tenu des élections législatives. Pendant une semaine, j’ai participé en tant qu’observateur international à l’invitation du «Conseil électoral national» (CNE) du Venezuela. J’ai reçu l’invitation en tant que membre fondateur et coordinateur de DiEM25 en Roumanie – le mouvement initié par Yanis Varoufakis, avec Noam Chomsky, Julian Assange et bien d’autres, à être une voix critique et à construire une nouvelle vision de la démocratie en Europe et dans le monde. Quatre autres militants roumains ont répondu à l’appel. L’invitation a également été envoyée aux institutions européennes et aux responsables roumains, qui ont préféré boycotter les élections, avant même qu’elles ne commencent. Comme les États-Unis et leurs alliés.

En regardant de l’autre côté de l’océan les élections américaines ou même les élections en Roumanie et en Europe, il est difficile d’en faire un exemple d’exercice démocratique. Cependant, pour comparer ces systèmes électoraux et rendre un verdict sur les élections vénézuéliennes, la première chose à faire est d’être présent et de les observer sur place. Malgré les boycotts européens et américains, il y a eu des fonctionnaires de l’UE qui ont décidé de participer sur la base du mandat qui leur a été donné par les citoyens de l’UE – « L’établissement refuse de participer ici, mais nous ne représentons pas l’establishment, nous représentons des citoyens européens élus au Parlement européen « – ont déclaré Mick Wallace et Clare Daly, membres du Parlement européen.

Le Venezuela a un passé mouvementé, tout comme l’ensemble de l’Amérique du Sud (et le «Sud mondial» en général). Les «grandes puissances» (plus connu comme la «communauté internationale») ont divisé ces régions en leurs zones d’influence, se disputant leur exploitation. Pour les contrôler, les exploiter et en extraire des capitaux, les puissances occidentales y ont fait des «révolutions», des assassinats ou même des interventions militaires directes, sans aucune restriction envers la souveraineté, les droits de l’homme ou le droit international. Une réalité présente au Venezuela encore aujourd’hui. Je n’ai pas été surpris quand dans un bureau de vote à Caracas, la capitale du Venezuela, pendant l’activité d’observation, un vieil homme a mis sa main sur mon épaule et a dit – « Yankee, go home! ». La politique de « l’Occident » envers « les autres » est restée la même aujourd’hui, d’autant plus que rien ne les arrête, comme dans la célèbre remarque de la Grèce antique – « Les puissants font ce qu’ils veulent et les faibles endurent » (Thucydide)

La mission a commencé par des aventures des routes de vol – certains observateurs se sont retrouvés bloqués au Mexique, sous la pression du gouvernement américain. Trump a annoncé qu’il était déterminé à vaincre le socialisme, qu’il a décrit comme le contraire de la liberté, de la prospérité et de la démocratie.

Avec le recul, les États-Unis ont une longue histoire d’agression contre le socialisme, à commencer par le conflit en Corée, au Vietnam et en continuant à ce jour avec le Venezuela. Sous couvert de leurs sanctions illégales, les États-Unis tentent de montrer que tout système autre que le capitaliste et le marché libre ne peut qu’apporter la pauvreté. À cette fin, les sanctions imposées par les États-Unis et leurs alliés, y compris l’UE, affectent toute la population du Venezuela, et en particulier les pauvres, sans discrimination.

Avant l’élection d’Hugo Chavez à la présidence en 1998, le Venezuela était contrôlé par un monopole politique (Pacte Puntofijo), composé de deux partis qui s’alternent au pouvoir, comme le système américain – Acción Democrática (AD) et COPEI. Si le monopole politique, aidé par le contexte économique international, a créé une période de croissance économique, il a également produit une grande corruption et une accumulation de pouvoir économique entre les mains de la clientèle des deux partis qui contrôlaient toutes les ressources de l’État. Ce sera l’héritage que Chavez ne pourra pas surmonter et qu’il oppose toujours aux gouvernements de gauche.

La victoire de Chavez en 1998 signifiait mettre fin à ce monopole et relancer la démocratie au Venezuela. Soutenu par «Patria Para Todos», «Partido Comunista Venezolano» et «Movimiento al Socialismo», Chavez a été voté principalement par les classes ouvrières, les pauvres et les marginalisés socialement. En rédigeant une nouvelle constitution, Chavez a également changé le nom du pays en «République bolivarienne du Venezuela». Bien que le Venezuela ait connu une forte prospérité économique grâce aux exportations de pétrole, la plupart de la population vivait dans une pauvreté extrême, sans éducation ni soins de santé. Dès sa première année au pouvoir, Chavez lancera une série de programmes sociaux, regroupés plus tard en 2003, dans les «missions bolivariennes». Au-delà de leur aspect social, il faut noter qu’à travers eux, notamment à travers la mission d’alphabétisation et d’identification de la population, une grande partie de la population, jusque-là exclue du vote, a obtenu le droit de vote.

Observer les élections

Dans les banlieues encore plus pauvres, la participation était beaucoup plus élevée et les citoyens plus enthousiastes que dans les zones plus riches.

Des mesures de sécurité médicale supplémentaires imposées par la pandémie de covid-19 ont forcé les gens à se distancer et à se distancer de plusieurs zones d’accès, chacune avec des mesures de désinfection. Les centres de vote étaient organisés principalement dans les écoles. Devant eux, des auvents ont été construits, équipés de chaises, comme première zone d’accès dans le processus de vote, où les gens pouvaient attendre l’entrée des locaux.

A l’entrée du périmètre de l’école se trouvait la première zone de désinfection, fournie par les militaires ou spécialement aménagée par elle. Il y avait une deuxième salle d’attente dans la cour de l’école et dans le couloir, le tout pour éviter les embouteillages et garder la distance. Un bureau de vote comptait entre 4 et 6 bureaux de vote dans les salles de classe, selon la population. En fonction de la carte d’identité, chaque citoyen était distribué dans un certain bureau de vote.

A l’entrée de l’école il y a eu une deuxième désinfection et une troisième à l’entrée de la classe, dans le bureau de vote. Lors du vote, la quatrième désinfection suit, après s’être identifié sur l’enregistreur spécial d’empreintes digitales, on vote et on signe dans le registre électoral. Et bien sûr, l’obligation de porter un masque dans tous les espaces publics. Il s’agit peut-être du protocole de prévention de la pandémie le plus élaboré et le mieux développé, utilisé lors des élections pendant cette période. En fait, le monde a pris très au sérieux les risques de pandémie, en respectant les mesures sans aucune indication ou pression préalable des autorités. Les transports en commun n’étaient pas bondés non plus.

Tous les bureaux de vote sont gardés par l’armée à l’intérieur et par la police et la «Guardia Nacional», une sorte de gendarmerie, à l’extérieur du bureau de vote. De plus, dans les rues, vous pouviez voir la police presque partout, à n’importe quelle intersection ou station-service. Leur but était d’empêcher toute tentative violente de boycotter l’élection, mais aussi d’inspirer confiance dans le vote. Le Venezuela a l’un des taux de criminalité violente les plus élevés de la région. En février 2020, un groupe d’extrême droite a incendié le hangar où étaient stockés les machines des bureaux de vote, détruisant la majeure partie de celles-ci, dans le but de boycotter le processus électoral au Venezuela.

La machine à voter

Le Venezuela possède peut-être le mécanisme de vote le plus efficace et le plus innovant au monde. Après avoir expérimenté leur système de vote, il m’est encore difficile de comprendre pourquoi il n’est pas mis en œuvre en Europe ou aux USA. Comparé au système de vote par bulletin de vote, compté à la main et recueilli dans des sacs, le système automatisé du Venezuela semble venir d’un film de Science Fiction. Et il est utilisé ainsi depuis 1998.

En février, lorsque toutes les machines à voter ont été incendiées et détruites à la suite d’une attaque, il leur a fallu moins d’un an pour fabriquer 14.000 appareils supplémentaires et les améliorer. 22 ans après le premier scrutin du Venezuela, les champions de la démocratie de l’UE et des États-Unis utilisent toujours le vote papier, avec des erreurs et des fraudes électorales. En quoi cela consiste? Chaque bureau de vote a un tel appareil, qui est essentiellement un petit ordinateur à écran tactile. Dans un bureau de vote avec 4 bureaux de vote, il y a 4 machines. Ils sont gardés et transportés par du personnel armé et sont descellés et refermés à la fin, dans le bureau de vote, uniquement en présence du personnel autorisé du bureau de vote, y compris des représentants des partis. Après l’incident de sabotage du réseau électrique au Venezuela, les nouveaux appareils disposent désormais d’une batterie interne qui leur permet une autonomie de plus de 4 heures, en cas de coupures de courant. Pratiquement une fois sorti de la boîte et allumé, l’appareil ne nécessite aucune intervention supplémentaire. Un technicien du Conseil national électoral est présent pour les appareils dans le bureau de vote, en cas d’incidents et imprévus. Aussi, jusqu’à la fin du vote, l’appareil n’est connecté à aucun réseau de données, donc toute intervention sur celui-ci est impossible.

Comment se déroule le vote.

Chaque électeur, en fonction de sa carte d’identité, est affecté à un bureau de vote spécifique. Une fois à l’intérieur, la première étape consiste à vérifier votre carte d’identité. L’électeur place la carte dans un support et l’opérateur, sans y toucher, entre les données dans une petite carte. Il convient de noter que l’appareil est chargé uniquement avec les données d’identification des personnes qui doivent voter dans la section respective.

J’ai été témoin lorsqu’une personne a commis une erreur dans le bureau de vote et que la machine a rejeté son inscription, puis a été dirigée par le personnel vers le bureau de vote où elle devait voter. Une fois les données saisies et l’enregistreur confirmant les données, l’électeur place son doigt sur l’appareil et son empreinte digitale est lue, comme une double mesure d’identification. Tous les citoyens vénézuéliens sont identifiés par empreinte digitale lorsqu’ils fabriquent leur carte d’identité.

Ce n’est qu’après cette double identification que le deuxième appareil – la machine à voter elle-même – est activé. Il est sur une table, derrière un écran improvisé, pour se cacher et garder le vote secret. L’électeur se dirige vers la machine et choisit sur l’écran tactile son option de vote. Il y a aussi la possibilité d’un vote blanc, au cas où vous voudriez exprimer votre opposition à toutes les options de vote existantes. Une fois l’option de vote exprimée et confirmée, l’appareil émet un petit reçu dans lequel l’option de vote effectuée est enregistrée. L’électeur peut maintenant vérifier si le reçu émis correspond à l’option de vote exprimée sur la machine.

Après avoir voté sur la machine, l’électeur se rend dans une urne où il place le reçu. Il faut mentionner qu’il n’y a pas de données d’identité de l’électeur, le vote restant secret. Ces reçus restent un double système de vérification de l’exactitude du vote via la machine à voter. Après l’urne, l’électeur signe le registre de vote, où il met également son empreinte digitale. Une dernière étape est la désinfection des mains avant que l’électeur ne quitte la salle.

Chaque section est desservie par 4 personnes autorisées et deux «témoins» des partis, nécessairement un du pouvoir et un de l’opposition. Cependant, le système de vote ne permet aucune possibilité de fraude, car le personnel et les témoins ne peuvent en aucun cas corrompre le processus de vote. Par rapport à cela, le système classique utilisé en Europe fait des observateurs de partis une sorte de cerf qui doivent constamment garder les bulletins de vote, ils peuvent être mal comptés voire annulés, chaque processus électoral étant systématiquement suivi d’allégations de vol et de fraude.

Au final, les personnes du registre électoral qui ne se sont pas présentées sont vérifiées dans le registre, afin de ne pas pouvoir apporter des ajouts après. On sait également combien de personnes ont voté dans cette section. Dans le même temps, l’appareil publie un développeur avec les résultats sur la section respective, que chacun des membres de la commission vérifie et signe. Seulement à ce moment, la machine à voter est connectée au réseau de données spécialement utilisé par l’État, par câble ou signal mobile, quand le réseau câblé n’est pas disponible. A ce moment, les données de chaque appareil sont transmises au Conseil National Electoral pour centraliser les données. Quelques minutes après la clôture du vote, le résultat est confirmé au niveau national! Plus simple et plus efficace que ça, c’est difficile à imaginer!

Lors de discussions avec des experts du Conseil électoral national, nous avons cherché des moyens de falsifier le vote. L’une des idées était de cloner un tel appareil et d’entrer illégalement sur le réseau. Cependant, chaque appareil possède un jeton d’enregistrement, un code, dont l’unique correspondant de confirmation se trouve au CNE. Fondamentalement, si vous ne disposez pas du code de confirmation, votre appareil sera identifié comme illégal.

De plus, avec le dispositif déployé à la fin, avant sa connexion au réseau, les observateurs ou «témoins» des différents partis politiques (de droite comme de gauche) ont accès à un comptage parallèle en temps réel. Ainsi, les partis peuvent connaître le résultat du vote, avant même qu’il ne soit centralisé au CNE et confirme la concordance des données. Bien que le résultat du vote soit connu quelques minutes après la clôture du vote, les reçus des urnes sont vérifiés par les bureaux de vote comme mesure supplémentaire. La vérification se fait au hasard dans environ 50% des sections ou là où elle est expressément demandée. Après avoir confirmé la concordance entre le développeur de la machine à voter et les reçus comptés, «CNE» vérifie tous les autres appels et annonce officiellement le résultat du vote. Pour les élections en cours, la confirmation définitive des résultats du vote a eu lieu à 13 heures.

Il faut mentionner que pour la pleine sécurité du vote, vous ne pouvez pas voter dans une autre section que celle où vous êtes affecté, vous ne pouvez pas voter à l’étranger et vous ne pouvez pas voter à distance. Il n’y a pas non plus d’urne mobile, un sacrifice destiné à éviter toute tentative possible de frauder le vote. Pour les personnes âgées ou handicapées, un vote accompagné peut avoir lieu, l’accompagnant signant également dans un registre spécial, avec l’interdiction d’accompagner plus d’une personne, le jour du vote.

Fête démocratique

L’expression souveraine de la démocratie ne peut être mieux incarnée que par le vote, et l’attention et la performance du système électoral au Venezuela montrent avant tout leur appréciation et leur attachement à la démocratie. Priver les citoyens de leur droit de vote ou les priver de ce droit est le plus grand affront et attaque contre la démocratie. 107 partis ont été inscrits dans la course, aux niveaux national et régional, avec un total de 14.400 candidats. Les principaux partis au niveau national ont été regroupés en 5 alliances – deux de gauche, y compris l’alliance au pouvoir – PSUV +, et l’alternative populaire révolutionnaire (Parti communiste) – et trois alliances de droite, y compris les principaux partis historiques du Venezuela – Acción Democrática et COPEI.

Le climat politique du Venezuela n’est pas parfait, il y a des soupçons d’abus du gouvernement pendant son mandat jusqu’à présent et en particulier le conflit constitutionnel entre l’Assemblée nationale (Parlement) et la Cour suprême de justice («TSJ»). Distrait par la propagande de la presse occidentale et présenté comme la principale étape vers l’autoritarisme par le gouvernement Maduro, la raison de la crise constitutionnelle était aussi simple que possible. À la suite des élections du 6 décembre 2015, la Cour suprême a ouvert une enquête sur une accusation de fraude électorale contre 4 députés – 3 de l’opposition et 1 du pouvoir, tous élus dans la région amazonienne et accusés d’avoir acheté des votes. La demande de la Cour de justice était que les 4 ne soient pas investis dans le Parlement avant la fin de l’enquête. Bien que sans les 3 répondants, l’opposition disposait d’une majorité écrasante au Parlement (109 députés sur 167 au total), ils ont décidé d’ignorer la décision du tribunal et d’investir les 3 comme députés, même poursuivis pour fraude électorale. Ce que les médias occidentaux ont qualifié d’abus de pouvoir n’était qu’une enquête indépendante de la justice, à laquelle l’opposition s’est frauduleusement opposée. De plus, le Parlement n’a pas été dissous, mais comme le montre la déclaration de la Cour suprême de justice – « Les décisions prises ou à prendre par l’Assemblée nationale, tant que ces citoyens en font partie, sont nulles et non avenues. »

Le ridicule de la situation est d’autant plus grand que les décisions du Parlement, annulées par l’arrêt, visaient en fait à retirer du parlement les portraits d’Hugo Chavez et de Simon Bolivar (fondateur de l’Etat indépendant du Venezuela) et à libérer un homme politique condamné à la prison. Transposé dans la réalité roumaine, ce serait comme si le PSD arrivait au pouvoir, voterait pour la libération de Liviu Dragnea ou d’autres condamnés, sans aucune base légale et jetterait le pays dans le chaos pour cela. Partant de cet incident et de l’absence de dialogue politique dans l’esprit du droit et du bien public, la situation s’est continuellement dégradée au Venezuela, atteignant des situations dans lesquelles les chefs de l’opposition ont exigé du parlement l’intervention militaire étrangère au Venezuela.

En votant pour un nouveau parlement, toute revendication légitime de Juan Guaido, l’ancien président de l’ancien parlement, autoproclamé président du Venezuela, cesse. Il convient également de noter que Juan Guaido n’a jamais bénéficié d’un large soutien démocratique au parlement. Le parti qu’il représente, «Voluntad Popular», avait remporté 14 députés sur un total de 167 députés ou comparé aux 112 opposants unis. Respectivement environ 8%. De plus, le poste de président du parlement est voté chaque année et à la majorité, l’opposition nommant les chefs de chaque parti de la coalition, par rotation, Guaido étant le 4e président nommé par l’opposition, par ordre d’importance dans la coalition. À la suite de l’élection présidentielle de 2018, Juan Guaido, en tant que président du Parlement, a rejeté le résultat de l’élection et s’est proclamé président par intérim du Venezuela, perpétuant pratiquement le conflit constitutionnel qui avait débuté en 2015.

Toute cette escalade du conflit et l’ignorance des citoyens ordinaires ont finalement eu un fort effet négatif sur la perception de l’opposition au sein de la population. Conscients des coûts matériels pour l’économie, mais surtout pour la population en général, de nombreux députés et partis d’opposition ont pris leurs distances et se sont distancés du groupe radical qui continue de boycotter la stabilité au Venezuela. Henrique Capriles, deux fois candidat de l’opposition à la présidence, a publiquement appelé à la fin de l’administration intérimaire invoquée par l’opposition comme un manque de légitimité. Il est impossible pour aucune démocratie de revendiquer la légitimité du pouvoir autrement que par le vote populaire. Et le 6 décembre 2020, les citoyens du Venezuela ont élu librement et souverainement, un pouvoir que personne ne peut leur enlever, en particulier aux États qui prétendent respecter et pratiquer la démocratie.

L’avenir de la démocratie

Les élections au Venezuela et les tensions similaires générées par l’Occident et d’autres États, comme celles contre la Russie, l’Ukraine, la Bolivie ou la Syrie, soulèvent la question de savoir dans quelle mesure la démocratie invoquée par l’Occident coïncide avec celle pratiquée par eux. Dans quelle mesure les décisions politiques représentent-elles la volonté des citoyens ou l’agenda d’autres intérêts particuliers? Dans quelle mesure la démocratie européenne est-elle la subordination du capital et des intérêts financiers aux citoyens ou la subordination des citoyens à eux? De nombreux intellectuels, de Geroge Orwell à Noam Chomsky ou Slavoj Žižek, ont contesté la pratique de la démocratie en Occident. Finalement, dans l’UE, le bastion de la démocratie, un journaliste a été arrêté et retenu captif et torturé pour avoir simplement dit la vérité – Julian Assange. La violence contre les manifestants, comme les Gilets Jaunes en France ou les manifestations en Allemagne et dans d’autres pays, fait désormais partie de la politique officielle de ces gouvernements. Dans quelle mesure ces gouvernements représentent-ils encore les citoyens? En fait, ce n’est pas une nouvelle que le pouvoir financier et les monopoles des médias influencent de manière décisive les résultats des élections dans ces pays. Et la déception de la population par rapport à la représentativité de ces gouvernements se traduit par la très faible participation de ces États. Si le Venezuela avait une participation de cc. 31% dans les conditions où une partie des partis d’opposition ont boycotté les élections, en Roumanie, aux élections qui ont eu lieu le même jour, également pour le Parlement, la participation était de 33% sans qu’aucun parti ne boycotte les élections.

Ce courant anti-démocratique qui se consolide en Europe va de pair avec une réaffirmation du fascisme et de l’extrémisme dans ces États, la révolution en Ukraine soutenue par l’UE et les États-Unis étant éloquente par la restauration des partis fascistes au pouvoir, pour la première fois depuis 1945. En fait, le régime de Staline était également autoritaire et antidémocratique. Et selon la logique invoquée aujourd’hui par l’UE et les USA, les Occidentaux auraient été les premiers à condamner et tenter une intervention militaire en URSS … Par coïncidence, ils l’ont fait! Et c’est ainsi que l’Holocauste et la Seconde Guerre mondiale ont commencé. Et tous les arguments pour les atrocités nazies de la Seconde Guerre mondiale sont ramenés aujourd’hui, avec le même parfum de normalité, également contre les États qui choisissent des modèles opposés au capitalisme occidental.

L’époque où l’Occident est devenu l’autorité et le centre du monde, avec les «Autres» transformés en États ou colonies de seconde classe, ne représente plus un avenir, mais un passé. L’avenir appartient à un monde multipolaire, avec des droits et des responsabilités égaux partagés entre les citoyens du monde, avec la tâche de combattre la pauvreté, les conflits et la destruction du climat, assumée ensemble. Aucune frontière, aucun mur ne pourra arrêter les effets de ces fléaux de l’humanité, encore moins la pollution et la destruction de notre planète.

Sur le fossé entre ceux qui ont reconnu le droit souverain du peuple vénézuélien aux élections, et ceux qui se sont opposés, condamnant en outre tout un peuple à un embargo injuste et un crime humanitaire, la divergence croissante entre les anciens un monde construit et maintenu sur le colonialisme et l’exploitation, et un nouveau monde qui commence à se définir. C’est ce nouveau départ que nous devons tous imaginer et construire. Ensemble!

Par Florin Platon / Sputnik / traduit par www.venesol.org

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s