« Pour une histoire populaire du Venezuela » : interview de Thierry Deronne par Alex Anfruns (Investig’action)

Imagen 1.png

Thierry Deronne en mai 2018 à Caracas.

11 Mai 2018, 

Les élections présidentielles du Venezuela auront lieu le 20 mai. Un rendez-vous décisif pour l’avenir de l’Amérique Latine et des relations Sud-Sud. Bénéficiant d’un véritable soutien populaire, le candidat Nicolas Maduro est en train de mobiliser des dizaines milliers de Vénézuéliens dans ses meetings de campagne. C’en est trop pour Mike Pence. Le vice-président US a qualifié ces élections de “mascarade” et demande leur report. Il menace même le Venezuela de nouvelles sanctions. Pourquoi les institutions européennes lui emboîtent-elles le pas? Pourquoi le traitement médiatique de la Révolution bolivarienne est-il calqué sur la vision des Etats-Unis qui considèrent l’Amérique latine comme leur jardin personnel? Et surtout, quelle est la réalité dans ce pays qui a multiplié les expériences créatives en faveur de l’émancipation humaine au cours des 18 dernières années? Le cinéaste belgo-vénézuélien Thierry Deronne, qui vient de concocter son nouveau film “Histoire du Venezuela”, a bien voulu répondre à nos questions.

Alex Anfruns : Vous êtes venu présenter votre dernier film “Histoire du Venezuela” dans votre pays d’origine, la Belgique. Avec un montage où se côtoient d’une part des images d’archive cinématographiques montrant l’envers du décor du boom du pétrole, et d’autre part des voix des figures anticolonialistes visionnaires, le spectateur est face à une expérience audiovisuelle captivante. Comment est née l’idée du film, où a-t-il été déjà projeté et quel a été l’accueil ? 

Thierry Deronne : Après 24 ans de vie au Venezuela, le regard pivote et plusieurs questions commencent à m’intéresser : pourquoi tout en ne ménageant jamais ses critiques vis-à-vis des fonctionnaires publics, le peuple vénézuélien ne tombe pas dans les provocations violentes ou dans le mécontentement recherché par la guerre économique, et continue à réaffirmer son soutien électoral au chavisme ? Ensuite pourquoi la droite est-elle si imperméable au dialogue, d’où vient sa rage, sa violence ? Enfin, pourquoi les européens croient-ils si facilement que le Venezuela est une dictature, pourquoi la désinformation marche-t-elle aussi bien ? A ces trois questions c’est l’Histoire qui répond le mieux.

La critique populaire ? Elle parle d’une longue histoire de résistance à l’humiliation, à la négation de la condition humaine. C’est au Venezuela qu’eurent lieu les premières rebellions d’esclaves du continent. « Ce peuple, dixit le président Guzman Blanco, est un cuir sec – frappez-le d’un côté, il se soulève de l’autre ».

La rage des opposants ? La droite vénézuélienne vit encore dans le racisme colonial, celui de ces mantuanos qui ne sortaient pas de chez eux par peur que le soleil brunisse leur peau et organisaient – déjà ! – des violences à Caracas contre l’édit du roi d’Espagne permettant aux esclaves d’acheter leur affranchissement. Ce seizième siècle refait surface dans les violences de 2017 avec les lynchages d’afrodescendants brûlés vifs par les « combattants de la liberté » chers aux médias occidentaux.

Enfin, pourquoi l’efficacité de la désinformation parmi les européens ? Parce qu’en se soumettant à la gouvernance médiatique, l’Europe s’est coupée du monde et sa peur de la nuit réveille son colonialisme, la pousse à renforcer cette muraille médiatique. L’image caricaturale des vieux machos blancs – entrepreneurs privés, putschistes ou leaders de la violence d’extrême droite qui réprimeraient les leaders sociaux comme en Colombie ou au Brésil s’ils parvenaient au pouvoir – adoubés par l’Union Européenne et ses présidents comme « opposition démocratique du Venezuela », exprime bien ce rendez-vous manqué de l’Europe avec une Amérique Latine qui était pourtant prête à parler d’avenir sur un pied d’égalité.

Deux autres sources majeures pour construire le film « Histoire du Venezuela » sont, d’abord, le chercheur vénézuélien Fernando Coronil qui explique le rapport des pays du sud à leur sol, à leur nature, à leur territoire, comme un rapport qui surdétermine leurs politiques et leurs stratégies – ce troisième concept a jusqu’ici été peu assumé par le marxisme qui a privilégié les deux premiers, ceux de la relation capital-travail. L’Europe des i-phones est de plus en plus habitée par des peuples hors-sol, voués au présent pur de la consommation. L’autre source, c’est Walter Benjamin pour qui à chaque mouvement révolutionnaire la classe opprimée bondit comme un tigre dans la forêt de l’Histoire et en ramène des éléments des révolutions antérieures. Cette rupture par le peuple vénézuélien du mythe du progrès social-démocrate qui imposa des ajustements et tira sur des affamés en 1989, poussa de jeunes militaires comme Hugo Chavez à se replonger dans Bolivar et à sortir du dogme de « la fin de l’Histoire ».

Avec des étudiants de la Sorbonne occupée, avec des cinéphiles du festival Rencontres de Bordeaux, ou les Amis du Diplo d’Annecy, le film a permis de parler du Venezuela sans devoir épuiser le temps disponible à réfuter les mensonges des médias.

Quelle est la situation du cinéma au Venezuela ? Et quelle a été la politique culturelle de la Révolution Bolivarienne ces dernières années, notamment avec la crise liée au prix du pétrole?

Il y a d’énormes investissements publics pour démocratiser le cinéma à tous les niveaux : formation, production et diffusion, même si ce n’est pas simple de déplacer ceux qui s’arc-boutent sur leurs avantages de classe, sur leur capital culturel. Il faut continuer à se battre pour décoloniser l’imaginaire, Hollywood reste encore très présent dans beaucoup de ces espaces, et il n‘y a pas pratiquement aucune fiction produite sur toutes ces années de révolution.

Mais tout ne fait que commencer. La révolution bolivarienne, malgré la chute des cours du pétrole et la guerre économique, a maintenu l’ensemble des programmes sociaux et des politiques culturelles – récupération d’espaces pour la création, missions de formation artistique, festivals et spectacles gratuits pour la population, et c’est un trait d’intelligence : l’art n‘est pas sacrifié, jamais, il indique la sortie du tunnel. Après 18 ans on sent une poussée d’en bas de nouvelles voix, de nouveaux créateurs dans tous les domaines.

Lors d’un échange après la projection, vous nous avez confié qu’il existe parmi la jeunesse vénézuélienne un regain d’intérêt pour les cinéastes latino-américains des générations précédentes, appartenant au courant expérimental, tel que le brésilien Glauber Rocha ou le bolivien Jorge Sanjinés. Ces auteurs vous ont-ils inspirés? Quelle est leur spécificité par rapport à d’autres courants de cinéma d’art et essai tels que la “nouvelle vague” française? 

Le point commun du « Nuevo Cine Latinoamericano » des années 60-70 avec la Nouvelle Vague est le rejet des codes de l’industrie nord-américaine.

En Amérique Latine, en outre, on a affaire à des cinéastes organiques et artisanaux : organiques parce qu’ils prophétisent la montée en puissance des peuples. Et artisanaux parce que leur forme est chaque fois différente, secrétée par des cultures, des communautés différentes.

Ils restent un modèle pour notre cinéma, pour notre télévision : être original à chaque instant, dans une rénovation permanente qui ne peut venir que d’une dialectique avec la culture populaire.

Vous êtes aussi formateur d’une école populaire de cinéma et télévision et travaillez dans le développement de médias communautaires, en confirmant que le cinéma est avant tout un art collectif. Est-il possible de se battre à armes égales avec la culture du rentisme qui a prévalu historiquement au Venezuela, telle que l’avait décrite Fernando Coronil dans son ouvrage “El Estado Magico”?

A l’ère des coups d’Etat médiatiques, plutôt que de répéter « la presse est contre nous » ou « nous devons occuper davantage les réseaux sociaux », le socialisme latino-américain doit prendre conscience que son futur passe par la création d’un tissu serré de médias populaires, par la rédaction d’une loi latino-américaine puis mondiale de démocratisation de la propriété des médias, par la remise des fréquences, chaînes et ressources aux organisations populaires, par la refonte conceptuelle de l’enseignement de la communication sociale. Mais aussi et surtout par quelque chose de plus fondamental, sans lequel tout ce qui précède ne suffirait pas.

Le capitalisme a reterritorialisé l’espace et le temps sous la forme d’un métabolisme social du type « tout-à-l’ego », ou la causalité d’ensemble a disparu dans le sautillement de la dénonciation de purs effets. Le socialisme n‘existera que s’il invente un appareillage intégral, technique et culturel, qui soit indépendant de l’industrie globalisée et qui produise des effets sociaux organisateurs et non isolants.

Cette nouvelle civilisation “technique”, cette médiologie structurante, reste le grand « impensé » de la gauche qui en est encore à parler de… « déontologie journalistique » !

Un paysan d’une commune de Barinas nous disait : “nous proposons un système communal qui sera aux mains du paysan producteur d’aliments pour que nous organisions la production et la distribution”. Substituez « alimentation » par « information » et vous aurez le visage du média futur, hors studio, hors portables, décentré, démultiplié, organisateur.

Vous vivez et travaillez au Venezuela depuis les années 1990. De quels changements majeurs vous avez témoigné dans cette époque charnière, notamment avec l’Assemblée Constituante mise en route par Chavez au lendemain de son élection ? 

Depuis longtemps la politique au Venezuela voit s’affronter deux « champs magnétiques ». Le premier, c’est la formation historique « social-démocrate » : le parti Acción Democrática comme appareil clientéliste, fabriquant de sommeil populaire avec télévision de masse, État « magique »au service du pillage de la nation par une élite surtout blanche.

C’est l’école politique première, avec ses rêves d’ascension sociale, qui a duré longtemps (quarante ans), assez pour expliquer beaucoup de comportements actuels à l’intérieur de notre Etat. La fosse commune des 3000 manifestants anti-FMI laissée par le président Carlos Andrés Pérez en 1989 fit tomber le masque de cette « social-démocratie » et déclencha le retour en politique du deuxième « champ magnétique », celui des marrons, ces ex-esclaves qui appelaient au son de leurs tambours à fuir les chaînes coloniales pour créer la « vraie vie », menés cette fois par Hugo Chavez.

Ce désir d’égalité est toujours vivant, et c’est un moteur extraordinaire du point de vue démocratique : il amène des gens à traverser à gué des rivières, à déjouer les attentats et les menaces de la droite pour aller voter en juillet 2017 pour l’Assemblée Nationale Constituante, débordant le Parti Socialiste Unifié (principal parti chaviste). Cette « pulsion créatrice d’un peuple » que Chavez avait prophétisée en citant Marc Bloch, se produit au moment où toute une micro-corruption quotidienne parlerait plutôt d’un affaissement collectif.

Malgré tout ce que signifient le dollar parallèle, la vie plus difficile et l’éreintement de quatre ans de guerre économique, malgré le sabotage de l’élection par l’extrême droite, huit millions de Vénézuéliens déposent un bulletin dans l’urne, élisent une Assemblée Constituante ! Huit millions de citoyens descendant des versants glacés, traversant des rivières fortes.

Qu’il s’agisse de la transformation de l’Etat, de la lutte contre la corruption, de la transformation du système productif, de la sortie du « rentisme pétrolier », des droits en matière culturelle, écologique, ce chantier constituant mérite d’être visibilisé, étudié, on n’a pas encore commencé à en prendre la mesure ni à en déchiffrer l’origine.

Comment expliquez-vous les efforts déployés dans les médias dominants pour présenter le gouvernement vénézuélien comme étant une dictature, malgré les nombreuses élections qui se sont tenues avec la présence de centaines d’observateurs et accompagnateurs internationaux, dont des personnalités comme Jimmy Carter?

L’objectif des médias dominants est un changement de gouvernement. La violence de la droite, mise en scène par les médias comme s’il s’agissait d’une révolte populaire, est ancienne : dès que Bolivar libéra les esclaves pour fonder une armée au service de la libération de l’Amérique Latine, l’oligarchie colombienne rêva de l’assassiner et les gazettes états-uniennes le traitèrent de « César assoiffé de sang ».

Deux siècles plus tard quand le Venezuela redevient un phare d’égalité, de souveraineté, de démocratie (droits des femmes, conseils de travailleurs, formes communales de pouvoir citoyen, 25 élections en 18 ans), la même oligarchie colombienne et les États-Unis rallument les violences paramilitaires et la guerre économique pour faire tomber Maduro.

Les médias poursuivent cette guerre contre l’émancipation des ex-esclaves. En fait ces violences locales sont faites pour les médias, mises en scène pour l’extérieur. Et si quelqu’un doit rendre des comptes aujourd’hui, c’est le journaliste. D’abord, pour avoir occulté les 90 % de la population qui n’ont pas participé aux violences et les ont rejetées, faisant passer la minorité insurgée pour « la population ».

Ensuite, pour avoir inversé l’ordre du montage. L’agression des commandos de la droite et la réponse des forces de l’ordre, montées à l’envers, ont créé l’image d’un « régime » réprimant des manifestants. Il y a plus grave : les médias ont imputé automatiquement, jour après jour, au « régime » les morts causés par l’extrême droite, ce qui a alimenté l’énergie des tueurs. Ceux-ci savaient parfaitement que chaque mort imputé à Maduro renforcerait le discours en faveur d’une intervention.

Mais qui, de Médiapart au Soir, de France Inter au Monde, qui, dans la vaste « zone grise » (Primo Levi) des écrans d’ordinateurs ou du studio ouaté à dix mille kilomètres de Caracas, aura le courage de reconnaître qu’il a encouragé des assassins ?

Née de la révolution haïtienne, la bolivarienne est une émergence de l’Afrique en Amérique Latine, et c’est exactement ce que veut détruire l’Occident, la même aspiration à la liberté, à l’égalité et à la fraternité. Quand Macron reçoit l’extrême droite vénézuélienne à l’Elysée, il ne fait que rêver de l’enfermement de Toussaint Louverture par Napoléon, pour le laisser mourir de faim et de froid dans les Alpes. L’axe sud-sud, avec l’Afrique en particulier, sera l’axe déterminant pour la libération de nos peuples, pour leur « deuxième indépendance ».

Un effet de l’hypersphère médiatique dans laquelle l’Europe vit désormais est que pour la gauche « science-po » le raisonnement n‘est plus : « comment étudier, comment comprendre l’Autre » mais « quelle position prendre ici, quelle image de marque devons-nous donner ici, en Europe ? »

La plupart des citoyens, intellectuels ou militants en sont réduits à faire une moyenne forcément bancale entre l’énorme quantité de mensonges quotidiens et une minorité de vérité. Le problème est que la quantité de répétition, même si elle crée une opinion, ne fait pas une vérité en soi. Le nombre de titres ou d’images identiques pourrait d’ailleurs être mille fois plus élevé, que cela ne signifierait toujours pas qu’on nous parle du réel.

Comment nous reconnecter au réel ? Quand le Mouvement des Sans Terre du Brésil, l’ensemble des mouvements sociaux et les principaux partis de gauche d’Amérique Latine ou 28 organisations vénézuéliennes des droits humains dénoncent la déstabilisation violente de la démocratie vénézuélienne, on dispose d’un large éventail d’expertises démocratiques. C’est-à-dire de sources directes et d’une connaissance plus profonde de la réalité qu’Amnesty qui recopie les rapports d’ONGS des droits de l’Homme proches de l’opposition ou que la « moyenne » d’un « science-po » européen obligé de préserver un minimum de respectabilité médiatique.

Meeting Maduro

Nicolas Maduro en campagne, mai 2018.

A l’approche des nouvelles élections présidentielles, Quel est votre regard sur les candidats, leurs programmes respectifs et le climat dans ce début de la campagne ?

Des candidats d’opposition, il y a peu à dire sauf qu’ils sont les ombres d’un théâtre ancien : l’évangéliste corrompu Javier Bertucci ou Henri Falcon qui propose de dollariser le Venezuela. Face à eux, Maduro incarne la jeunesse de la transformation politique. Comme nous disent des paysans de l’État de Portuguesa, « Maduro est encore plus fort que Chavez ». Le second avait proposé le premier comme successeur parce qu’il était le seul à n’avoir pas joué des coudes pour lui succéder.

Élu de peu, Maduro a dû assumer « l’héritage » : gouverner en négociant avec les différents secteurs, certains conservateurs, dans et hors du gouvernement. Son style est différent, plus lent sans doute, que Chavez. Il a non seulement réussi à résister au déluge d’opérations destructrices de l’empire mais il a su ramasser le gant pour développer de nombreux aspects de la révolution, qu’il s’agisse du logement public ou des emplois pour la jeunesse, avec ce pari fou de demander aux gens de se mobiliser en pleine guerre économique pour élire une assemblée constituante.

Sa sainte colère contre le secteur privé, majoritaire, qui augmente les prix pour annuler ses constantes hausses de salaire, ou contre les expulsions de paysans par les mafias des grands propriétaires, sont le prélude à un approfondissement de la révolution s’il est élu le 20 mai. Le pétrole remonte, l’or de l’arc minier revient enfin dans les coffres de l’Etat.

En fait ce qui frappe à Caracas c’est le calme, la tranquillité des gens alors qu’en Europe on parle de chaos, de famine, de violence, pour justifier une intervention « humanitaire ». Malgré les hausses de prix, les sanctions euro-américaines, le peuple ne tombe pas dans la colère recherchée. Pourquoi ? Je parlais de la longue histoire de résistance populaire. Il y a aussi le fait que les aliments reviennent dans les rayons, et certains médicaments.

Outre les allocations que multiplie le gouvernement bolivarien en direction des plus vulnérables, et les distributions massives d’aliments subventionnés, le secret est dans le fait que les vénézuéliens se sont adaptés, on trouve toutes sortes de parades, de combines, pour acquérir ces produits et pallier la pression économique. Et il y a quelque chose de très particulier, subtil, dans l’air : la contrebande du bolivar papier, extrait massivement par la mafia colombienne, la pulvérisation par l’inflation du salaire payé par le patron, tout cela crée une ambiance révolutionnaire, très « An 01 », difficile à percevoir loin du Venezuela, les gens se sentent moins liés au travail, à l’entreprise privée…

Je sais qu’en Europe certains adorent parler du « crépuscule de la révolution », d’une « fin de cycle », (variantes de la « Fin de l’Histoire »), mais peut-être est-ce leur propre dissolution dans l’hypersphère virtuelle qu’ils subliment. La Révolution Bolivarienne a bientôt 19 ans, elle invente tous les jours, refuse de s’habituer à la fatigue, de croire aux larmes. Dans sa dernière lettre, la « Lettre à l’Afrique », Hugo Chavez citait Simon Bolivar : « Il faut attendre beaucoup du temps ».

Caracas, mai 2018.

Thierry Deronne, licencié en Communications Sociales (IHECS, Bruxelles, 1985) vit au Venezuela depuis 1994. Enseigne le documentaire et la théorie du montage dans deux universités (UBV, UNEARTE). Formateur des mouvements sociaux au sein de l’Ecole Populaire et Latino-Américaine de Cinéma et de Télévision. Après avoir donné des formations audiovisuelles dans le Nicaragua sandiniste des années 80, il fonde cette école au Venezuela en 1994, et participe à la fondation de plusieurs télévisions associatives et publiques comme Vive TV, dont il fut vice-président de 2004 à 2010. Créateur du Blog www.venezuelainfos.wordpress.com. Cinéaste, réalisateur entre autres du « Passage des Andes » (2005), « Carlos l’aube n‘est plus une tentation » (2012), « Jusqu’à nous enterrer dans la mer » (2017) et « Histoire du Venezuela » (2018).

Source : Journal de Notre Amérique

Publicités

D’où vient le conflit de la Colombie et du Venezuela ?

Le conflit historique entre la Colombie et le Venezuela date de l’époque de l’Indépendance, au moment ou l’oligarchie colombienne a commencé à percevoir les idéaux émancipateurs de Simon Bolivar comme une menace contre ses intérêts économiques et hégémoniques compatibles avec la doctrine Monroë.

Le seul avantage que  la bourgeoisie de la Nouvelle-Grenade (ancien nom de la Colombie) voyait dans la défense des idéaux du Libertador Simon Bolivar c’était de vouloir s’émanciper de la domination espagnole.

Depuis cette époque une frontière  d’à peine 2 219 km soude 2 nations en une histoire commune d’un espace à la fois partagé  et divisé : par les terres, les réfugiés, les déplacés, la contrebande, les mouvements migratoires ; mais réellement séparé par des intérêts et des idéaux divergents. Deux peuples libérés par Bolivar, avec des similitudes culturelles, les mêmes couleurs sur leurs drapeaux ; mais avec des destins différents.

Les motifs du conflit bilatéral actuel plongent leurs racines dans l’histoire.

Alba TV a interviewé Yldefonso Finol, historien et chercheur de l’Etat vénézuélien du Zulia ; celui-ci considère que les désaccords idéologiques de ces 2 derniers siècles continuent à marquer de leur empreinte l’histoire de nos deux nations, de leurs peuples et  de leur façon de voir et de faire de la politique.

Finol souligne que la source première de ce conflit réside dans le projet de Bolivar , en ce qu’il porte une volonté émancipatrice faite de doctrine anti-impérialiste, d’égalité sociale et de gouvernement populaire ; toutes choses qui vont à l’encontre du modèle Monroïste, qui n’est pas une doctrine proprement colombienne mais bien  états-unienne : « la doctrine Monroe prônait l’hégémonie des États-Unis sur le continent latino-américain, et Francisco de Paula Santander a adhéré à  cette vision ».

Vice-Royauté contre Capitainerie générale

Plusieurs références historiques doivent être posées pour bien cerner le conflit : la Vice-Royauté de Santa Fé ou Nouvelle-Grenade a été créée par le roi Felipe V en 1717 dans le cadre de la nouvelle politique des Bourbons, puis suspendue en 1723 en raison de difficultés financières ; réinstaurée à nouveau en 1739, elle est abolie en 1810 par le mouvement indépendantiste. Le roi Fernando VII a reconquis ce territoire en 1815 mais l’armée de Libération y a mis définitivement un terme en 1819 en proclamant l’indépendance de la tutelle espagnole.

Le siège du pouvoir s’est installé à Bogota ; a émergé alors une structure sociale où l’ancienne aristocratie courtisane s’est peu à peu transformée en une nouvelle oligarchie locale, économiquement et politiquement puissante. Tout cela a entraîné l’apparition d’une industrie et d’une production agricole fortes afin de satisfaire les besoins de cette nouvelle classe et de consolider son prestige : fabriques textiles, de chaussures, de meubles ; mais aussi centres éducatifs universitaires ou techniques

A l’opposé, ici, le Venezuela n’avait qu’un statut de Capitainerie générale : c’était un territoire difficile, infestée d’insectes et d’épidémies, au climat très chaud et surtout peuplé d’indigènes très rebelles. La Vice-Royauté de la Nouvelle-Grenade basée à Bogota, ou même la lointaine métropole castillane, étaient des passages obligés pour toute transaction, acquisition de bien, ou problème judiciaire. Cette situation a généré des familles de propriétaires et d’esclavagistes, de commerçants et de douaniers, peu de centres de formation et  a fait de la Capitainerie Générale un  foyer de soulèvements, d’agitation et de mécontentement.

Finol insiste sur le fait que la doctrine Monroe a vu le jour le 2 décembre 1823 au Congrès des Etats-Unis ; quelques mois plus tard, au début de l’année 1824, dans un message adressé au Parlement colombien, Santander expliquait que « la doctrine Monroe est une aubaine pour l’humanité et que la Colombie aurait tout intérêt à se rapprocher d’un associé aussi puissant » ; le chercheur poursuit : « Ce qu’a exposé Santander  -je l’appellerai la sous-doctrine Santander- c’est ce qu’a adopté l’oligarchie bogotane, l’actuelle oligarchie de Colombie, anciennement appelée Nouvelle-Grenade; cette oligarchie qui a hérité des privilèges et des positions du pouvoir colonial de la Vice-Royauté, et dont les membres étaient appelés « mantuanos », c’est celle qui continue de dominer sans partage la Colombie actuelle et dont le pouvoir est concentré  entre les mains d’en tout et pour une vingtaine de familles.»

Bolivariens contre Santanderistes

Il est important de souligner qu’au moment où naissaient les mouvements indépendantistes fortement imprégnés des idées libérales de l’Europe des Encyclopédistes, 2 tendances se dessinaient : les libéraux (en faveur de l’Indépendance) et les Conservateurs (favorables au maintien des structures traditionnelles)

Que ce soit à Bogota, Quito, Lima, Guayaquil, Santiago du Chili ou Buenos Aires de puissants groupes socio-économiques et politiques se sont opposés aux tentations libérales de personnalités de premier plan comme  Bolivar, San Martin, Miranda, Sucre ou encore Marti.

La réaction oligarchique s’est alors portée sur plusieurs fronts : corruption des esprits et des volontés par des privilèges politiques ou des passe-droits ; Paez, le redoutable lancier des plaines, s’est ainsi converti en docile « mantuano » par l’enseignement du catéchisme, du français, de l’anglais, du théâtre et du piano ! Celui-ci a fini par soutenir Santander et a activement contribué à la sécession au sein de la Grande-Colombie qui donnera les états actuels de Colombie et du Venezuela

Plus au Sud, même processus: c’est sous la présidence du vénézuélien Juan José Flores que l’Équateur s’est détaché de la Grande-Colombie et est passé progressivement sous la coupe des oligarchies de Quito et de Guayaquil.

L’historien rappelle que c’est ce secteur de la bourgeoisie colombienne, avec Santander à sa tête, qui s’est opposé « au projet bolivarien  qui trouve sa source dans la lettre de Jamaïque et se consolide avec la victoire militaire d’Ayacucho ; dans ladite lettre Bolivar convoque le Congrès Amphictyonique (=d’unification) de Panama, avec l’objectif d’unifier l’Amérique Hispanique ; Bolivar a toujours cherché à unir les anciennes colonies espagnoles ; ce projet se voulait différent de celui des colonies anglaises du nord  aussi il ne souhaitait pas que les américains du nord participent au Congrès de Panama ; mais Santander a profité de l’absence de Bolivar, occupé à mener ses campagnes libératrices plus au sud, au Pérou, en Equateur, en Bolivie pour saboter le Congrès en y invitant les Etats-Unis, l’Angleterre et la Hollande, contrairement aux ordres donnés par  le Libertador »

Pour Finol il apparaît évident que Santander est devenu un agent des Etats-Unis et  que «cette trahison est la matrice de l’affrontement permanent et toujours actuel entre le Venezuela et  la Colombie ; dans ce contexte on comprend mieux pourquoi la Colombie est devenue la tête de pont d’une opération internationale de déstabilisation de la révolution bolivarienne, d’abord contre le projet d’Hugo Chavez, ensuite et de façon plus radicale contre la personne de Nicolas Maduro ; mais cela va plus loin car bien plus que la destruction de la Révolution bolivarienne, ce qui est recherché c’est l’effacement de ce caractère proprement vénézuélien qui historiquement incarne le bolivarianisme, c’est le dépeçage du pays, l’appropriation de nos ressources naturelles et c’est finalement notre négation comme nation ; à l’instar de ce qui a été fait en Libye et dans d’autres contrées du monde » souligne l’historien vénézuélien.

Des luttes pour des terres

La lutte pour la conquête de territoires est un des éléments d’un conflit plus global entre notre nation bolivarienne et la Nouvelle-Grenade. Finol explique que tout cela découle des idéaux impériaux et de la vocation expansionniste de cette dernière car « ce n’est pas seulement contre le  Venezuela qu’elle en a, mais également contre le Panama, le Nicaragua et ses îles caribéennes, et contre l’Equateur au sud »

Il poursuit en précisant que comme toute oligarchie, l’oligarchie néo-granadine puis colombienne a une attitude expansionniste, pour envahir des territoires, s’approprier des ressources et étendre sa géopolitique.

Depuis l’assassinat de Sucre jusqu’au traité de Pombo-Michelena en 1833 les groupes oligarchiques sont à la manœuvre pour s’arroger le contrôle des terres fertiles, des espaces à fort potentiel minier, pour maîtriser la puissance commerciale et douanière.

La chose se reproduira ensuite en 1941 avec le différend Lopez de Mesa – Gil Borges où le Venezuela doit céder108 000 km² de son territoire ; derrière tout ça on trouve le président Eduardo Santos, propriétaire du journal El Tiempo, qui était très lié à la bourgeoisie vénézuélienne naissante ; c’était le grand-père de l’actuel président colombien  -Juan Manuel Santos- et le protecteur de personnages vénézuéliens comme les ex-présidents Romulo Betancourt et Raul Leoni.

Les intérêts fonciers et industriels des familles traditionnelles colombiennes, nés sous la vice-royauté, sont encore et toujours puissants ; aujourd’hui ils perdurent à travers les grands patrons de presse, d’entreprises, de monopoles, très liés aux centres du pouvoir mondial via le réseau bancaire notamment.

L’épisode de la frégate Caldas ne se réduit pas à un  acte de machisme hormonal d’un quelconque capitaine de navire colombien : il s’agissait d’un choix délibéré des entreprises de pêche et des multinationales du pétrole qui ont des vues sur le Golfe.

Finol rappelle que l’ambition territoriale de la Colombie remonte loin dans le temps : au XVIe siècle, en 1543 la municipalité de Tuda édicte un arrêté visant à envahir le lac de Maracaïbo ; des terres furent occupées sur l’axe du Tachira en vue de créer un port sur le lac de Maracaïbo assurant ainsi une sortie sur la mer des Caraïbes et ensuite vers l’Atlantique, car pour la bourgeoisie andine  colombienne il est difficile d’accéder à la mer via ses propres côtes caribéennes en raison de la topologie, alors que c’est plus aisé par Gibraltar et Maracaïbo puis le Golfe du Venezuela ; cette ambition ne s’est jamais éteinte.

Il souligne que des mouvements écologistes s’opposent au passage du charbon du département colombien de Norte de Santander par la frontière de l’état vénézuélien du Zulia vers notre lac en raison de l’impact contaminant que ce transit représente, alors qu’il est du plus haut intérêt pour les négociants de la bourgeoisie colombienne.

Il alerte sur le caractère toujours actuel de la volonté expansionniste colombienne, « rappelons-nous l’épisode de la frégate Vargas : c’est un acte délibéré inspiré par l’oligarchie colombienne et exécuté par la hiérarchie militaire qui a consisté à envoyer un navire de guerre dans le Golfe pour tenter de provoquer un conflit et évaluer la réaction du peuple et du gouvernement vénézuéliens ; c’est une zone géopolitique très sensible dans laquelle les colombiens ont toujours eu l’intention de s’installer. Cet épisode s’ajoute à la perte, par un traité signé par Eleazar Lopez Contreras, de la péninsule de la Guajira par le Venezuela »

Chassé-croisé

Dans un travail publié par RT, il précise qu’ « au Venezuela ce sont plus de 5 millions de colombiens qui ont trouvé refuge. La plupart d’entre eux ont émigré pour fuir le conflit armé qui a dévasté le pays durant quasiment un demi-siècle. Et malgré la signature d’un accord de paix avec la guérilla, ce conflit perdure mais sous une autre forme. »

Dans ce même travail il expose que le gouvernement colombien, dans un communiqué publié fin 2017, « a estimé le nombre de vénézuéliens en Colombie à 550 000. Parmi eux,  seuls 50 000 ont un permis de séjour. Pour les autres il s’agit de migrants vénézuéliens faisant étape en Colombie avant  de s’installer dans un autre pays, ou d’immigrés clandestins allant et venant entre le Venezuela et la Colombie ».

Néanmoins Finol constate tristement que c’est depuis le territoire colombien sous influence hégémonique états-unienne que « se sont  cristallisées ces tendances qui vont du saccage et de la contrebande  à la destruction de notre monnaie, en passant par la stigmatisation des vénézuéliens migrants ; à préciser que pour la plupart de ces derniers ce sont des doubles nationaux d’origine colombienne installés depuis environ trois décennies au Venezuela qui reviennent dans leur pays natal en raison de la sévère crise économique par laquelle nous passons »

Or le gouvernement colombien ne reconnaît pas cet état de fait, dûment corroboré pourtant par nos statistiques : « 90% des 440 000 personnes qui ont traversé la frontière pour rester en Colombie ont la nationalité colombienne ! Ce sont des victimes des conflits permanents et endémiques de la Colombie, qui à un moment donné se sont expatriées vers le Venezuela et qui reviennent maintenant dans leur pays ; mais le gouvernement colombien leur nie tout statut de victimes ou de rapatriés avec tous les droits légitimes afférents. »

Le Président colombien, Juan Manuel Santos, en novembre dernier a désigné le Venezuela comme son pire cauchemar ; pour lui « l’implosion de la nation voisine peut mettre à mal le processus de paix et même son pays» rapporte le quotidien El Nacional ; toutes choses  que réfute le chercheur vénézuélien : « si 400 000 personnes sont un cauchemar pour le Président Santos, que dire alors des 6 millions de colombiens qui se sont réfugiés ici au Venezuela dans les décennies passées ? Simplement notre éthique bolivarienne nous interdit de les considérer comme un cauchemar, contrairement aux dirigeants « santandéristes » de Colombie ! »

Tout ça ne relègue pas au second plan la dimension territoriale de la problématique, tellement il y a de ressources, de réserves pétrolières et de gaz rien que dans le Golfe du Venezuela…

Paramilitarisme, commerce et contrebande à la frontière

Il rappelle que c’est depuis le début de la Révolution bolivarienne en 1999 qu’est régulièrement dénoncée l’incursion en territoire vénézuélien de paramilitaires colombiens, bras armé de l’impérialisme nord-américain et de l’oligarchie colombienne. « Au moment de la négociation avec l’ex-président Uribe, ce dernier a ordonné que les 5 à 7 mille paramilitaires démobilisés entrent au Venezuela par les corridors humanitaires, ou toutes les voies possibles ; parmi eux de dangereux délinquants, mêlés à des trafiquants de drogue, des paramilitaires et des sicaires pénétrèrent donc au Venezuela qui découvrait là un phénomène d’ampleur inconnue jusqu’alors »

Cela a conduit à une augmentation de la criminalité : « vols de véhicules, séquestrations, utilisation du territoire vénézuélien comme espace de transit pour la drogue et pour l’organisation de groupes paramilitaires ; ces mêmes groupes ont été très actifs aux moments de tension extrême comme lors de la tentative de coup d’Etat d’avril 2002 contre Chavez, ou les actes de sabotage  -blocus pétrolier, barricades- ; ils sont aussi très présents dans les trafics divers qui les ont enrichis »

Finol n’élude pas la responsabilité des vénézuéliens dans la situation : « nous n’avons pas eu la force de caractère suffisante pour mettre un frein aux activités de contrebande, notamment d’essence, par exemple en prenant à bras le corps la détermination et de la gestion des prix; nous avons manqué de vigilance patriotique à la frontière, et la contrebande d’aliments ou de médicaments vers le pays voisin a vidé nos épiceries et nos pharmacies tout en enrichissant une économie maffieuse tout au long de la frontière, le tout avec la complicité active du gouvernement colombien »

Tout cela a été prémédité selon Finol, puis exécuté dans un contexte de guerre non-conventionnelle, appelée guerre de 4ème génération, où la criminalité a été le bras armé d’un travail de sape systématique de la société et du processus politique et social émancipateur chaviste ; la complicité de l’internationale médiatique a fait le reste : entretenir et exacerber une campagne de diffamation à l’encontre du Venezuela bien supérieure et bien plus brutale encore que celle qui avait été menée un temps contre l’Union Soviétique.

Les intérêts de l’Empire

Aux luttes et aux différences entretenues dans ce conflit colombo-vénézuélien, il faut ajouter tous ces  intérêts politiques et économiques étrangers qui contribuent à empoisonner encore plus les relations.

Yldefonso Finol se plaît à rappeler que le Venezuela est le fer de lance de la lutte mondiale contre l’impérialisme : « nous nous frottons étroitement et quotidiennement à l’impérialisme et nous avons montré que nous étions capables de le défier sur son propre terrain, dans ce qu’ils appellent leur « arrière-cour » ; et en faisant cela nous avons réveillé la vocation anti-impérialiste des peuples de l’Amérique, et ça, on ne nous le pardonnera jamais et on cherchera à nous le faire payer! »

La menace d’une invasion ? « avec l’incursion des paramilitaires, le lynchage moral par les medias, le boycot financier et le harcèlement diplomatique à l’encontre du Venezuela, on peut plutôt parler d’intervention impérialiste multiforme, déjà bien à l’oeuvre. »

Le plus important pour l’empire aux yeux de Finol ? Maintenir une Amérique divisée pour continuer à exercer son pouvoir hégémonique. « Entretenir l’animosité entre le Salvador et le Honduras pour une simple histoire de foot-ball, ou entre le Nicaragua et le Costa Rica à cause d’un ruisseau, c’est le principe même du « diviser pour mieux régner » au nom duquel manoeuvrent dans l’ombre nombre d’agents diplomatiques et d’espions. Pour le cas précis de la Colombie, la présence de 7 bases étatsuniennes sur son territoire, la formation de ses élites politiques par le grand voisin du Nord et l’intervention invisible et silencieuse du sionisme israëlien constituent un coktail mortifère contre le Venezuela et tout est fait pour  attiser la haine entre pays qui devraient sinon agir en  « frères » du moins en bon voisins » compte-tenu de leur histoire un temps commune. »

Pour Finol, les Etats-Unis ont peur de Bolivar, car l’idée bolivarienne incarne l’unité des peuples en vue de s’émanciper, et cela sonnerait le glas de l’impérialisme ; « quand les peuples d’Amérique latine et des Caraïbes s’uniront pour se libérer, alors ce sera la fin de l’impérialisme . »

Il reconnaît que les relations bilatérales entre nos deux pays sont actuellement au plus bas, comme au début de la Révolution ; il estime qu’il est  de la responsabilité du gouvernement colombien de rechercher avec le gouvernement vénézuélien les garanties d’un minimum de vivre-ensemble, ne serait-ce que pour être en conformité avec les recommandations de la CELAC et pour faire de l’Amérique latine et des Caraïbes une zone de paix ; pour ce faire la Colombie doit cesser d’être la tête de pont des intérêts impérialistes contre un pays qu’elle devrait traiter en frère. Car c’est de ce pays que sont issus le nom de Colombie, l’idée d’indépendance et le leader qui en a porté le drapeau, et c’est encore ce pays-frère qui a accueilli et protégé avec affection, considération et respect de leurs droits et dignité 6 millions de colombiens.

Il a le vibrant espoir que la Maison de Nariño (palais présidentiel colombien) puisse un jour s’adresser au Venezuela en ces termes : « Merci ; et désolé de ne pas vous avoir écouté ».

Source de cet article : http://www.albatv.org/Cual-es-el-conflicto-entre.html

Traduction : Jean-Claude Soubiès

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-42J

Le Panthéon des rebelles, par José Roberto Duque

llano natal

Je n’ai pas pu te dresser de monument
de marbre aux inscriptions de couleur
Tite Curet Alonso
 

Les maisons où a vécu Hugo à Sabaneta et à Barinas révèlent une chose tellement répétée qu’on semblerait l’oublier : le trait essentiel qui a forgé ce caractère, c’est la pauvreté. Pauvres maisons. Pauvres écoles, champs, rues d’une enfance. Il était pauvre et son langage était simple quand il cessait de se moquer de l’Empire pour dialoguer avec nous, d’où cette manie des mauvaises blagues alors que le protocole lui commandait la modération et le respect. « Pourquoi tu ne te tais pas ? » lui lança un jour le roi Juan Carlos lors d’un sommet ibéro-américain. Parce que mon peuple est volubile, vieil imbécile, et que je suis fils de mon peuple.

casa natal, Barinas
733924_499016033467268_2047322820_nEn parlant d’hommages, il s’est produit il y a peu de temps quelque chose de significatif au sujet des symboles culturels que les conventions bourgeoises considèrent comme dignes de prix et de sanctifications. Le Venezuela au complet a célébré le décret de l’UNESCO sacrant Patrimoine Immatériel de l’Humanité les « Diables dansants du Venezuela”. Presque TOUS les diables dansants du Venezuela. J’ignore si ce fut le fait des proposeurs ou des décerneurs, toujours est-il que quelqu’un a écarté du lot les diables de San Hipólito. Qu’est-ce que cela à voir avec Chávez ? Beaucoup. Symboliquement, géographiquement, celui qui se rend à San Hipólito comprendra mieux  Chávez et la Venezuela chaviste.

Les Diables Dansants de San Hipólito naquirent en 1810; ils sont, d’ailleurs, les plus anciens du Venezuela. La différence avec les diables primés est qu’alors que ces derniers possèdent un substrat catholique comme le reflète leur cérémonie  (ce sont des diables soumis : ils descendent dans la rue, chantent, font la fête, mais quand le curé leur dit d’arrêter ils se vautrent, posent la tête au sol et la fête prend fin), ceux de San Hipólito en revanche sont des marrons, des esclaves en fuite, qui ne se prosternent devant personne. Leur rituel est simple, populacier et plus ou moins chaotique. Il célèbre la fête du peuple par-dessus toute idée de soumission et de genouflexion propre aux religions. Les diables arrivent sur les lieux de la fête en criant, en rameutant les gens; démarre un rythme de « polca » (danse) qu’accompagnent quelques dévots en tissant un arbre à la manière du rite du « sebucán ». La fête se déploie avec le merengue paysan et le joropo résonne ensuite, presque toujours avec le « seis por derecho« , la « periquera » et le « pajarillo« .

Comme il n’y a pas d’autorité religieuse pour interdire la bagarre ou le lancer de bouteilles en pleine euphorie collective, les figures des Grands Diable et Diablesse se chargent de mettre de l’ordre, armés d’un fouet. L’ivrogne qui se lâche ou qui tente de violer la cérémonie reçoit son coup de fouet, et ainsi la discipline se maintient, autogérée et sans police, le châtiment étant vécu plus comme une blague que comme un acte de répression. Bien que la date centrale de la célébration soit le 24 juin, le jour de la Saint Jean, l’autre clef de ces diables est qu’ils se rendent partout où on les invite, à tout moment de l’année, dans tout le pays.
diablos san hipolito
llano adentro
Les Diables de San Hipólito sont adorés par le peuple, parce qu’ils sont l’expression du peuple et détestés ou regardés avec méfiance par la bourgeoisie (c’est pourquoi on ne leur a pas donné le prix qu’octroie la vision hégémonique de « Culture » dans le monde).
Les Diables de San Hipólito sont des ex-esclaves, des marrons, des rebelles, populaciers et incontrôlables par la bourgeoisie, qui échappent aux règles établies.
Les Diables de San Hipólito ne seront jamais l’objet d’hommages bourgeois parce que leur seule existence est un crachat à la face des amidonnés, des faux, des domestiques, des soumis et des cireurs de pompe.
Les Diables de San Hipólito sont nés sur l’axe San Hipólito-Los Rastrojos, une série de terres et de hameaux aux alentours de Sabaneta de Barinas.
Le camarade Hugo Chávez est né dans une des terres de Los Rastrojos. C’est là que Mamá Rosa lui a enseigné les clefs du courage et de la dignité. Ce petit village mérite d’être reconnu comme berceau de la rébellion américaine.
Alors, nous enfermons Chávez dans un Panthéon européen ou bourgeois, ou nous lui offrons le hamac dans la plaine qui l’a vu naître et se convertir en légende, là, dans le berceau de sa rébellion ?
Traduction : Thierry Deronne

Afrique, mère patiente de la révolution bolivarienne

Dessin publié par le journal Tal Cual, Venezuela.

Le 16 mars 2012 le journal d’opposition « Tal Cual », dirigé par l’ex-ministre néo-libéral des années 90 Teodoro Petkoff, publiait une caricature accusant le gouvernement bolivarien de distribuer de l’eau sale aux usagers. Le dessin montre un homme coiffé d’un béret incarnant Hugo Chavez accompagné d’enfants et regardant l’eau jaillir d’un robinet sur lequel s’est posée une mouche. L’homme au béret dit: “Assez de suprématie blanche, maintenant nous avons des eaux afrodescendantes”. Dans “Le général dans son labyrinthe”, Gabriel García Márquez raconte comment les peintres du XIXème siècle « blanchirent » les traits de Simón Bolívar jusqu’à effacer ses traits africains. Cette obsession raciste des « mantuanos » – aristocratie coloniale d’origine européenne – n’a pas disparu. L’élite qui rêve de chasser Hugo Chavez du pouvoir « par tous les moyens » considère comme illégitime l’élection à la Présidence de la République d’un « zambo » (mélange d’indigène et d’afrodescendant). Le mythe fondateur de la société coloniale puis censitaire postulait que les millions de « morenos », « pardos », « zambos », n’appartenaient pas au genre humain.

Hugo Chavez vu par l’opposition.

Pour les historiens Mario Sanoja et Iraida Vargas-Arenas (1) : « Aujourd’hui, dans les coiffures des quartiers chic de Caracas, les clientes qui dénigrent à voix haute le “singe Chávez” et les singes en général oublient que les « choses noires » qui leur lavent les cheveux, leur soignent les pieds, leur vernissent les ongles, sont des « singes » qui habitent des quartiers populaires comme Santa Cruz ou Las Minas, tout comme les «cachifas» (domestiques) qui s’occupent de leurs enfants, leur font la cuisine, lavent leur linge et s’occupent de leurs jardins. » Après avoir fui la misère de leur Europe originelle, devenues élite sociale par la négation de l’Autre, ces communautés d’origine européenne voient soudain leur statut se banaliser et nourrissent une rage raciste décuplée contre Hugo Chávez. Mais quand les dirigeants de cette opposition (minoritaire dans les urnes à l’issue de scrutins validés internationalement) répètent « nous sommes la majorité », ils ne mentent pas. Ils réaffirment sincèrement leur vision du monde. Eux seuls appartiennent au genre humain, eux seuls peuvent être comptés. Ils sont donc, très logiquement, « majoritaires ». Un racisme relayé par des « spécialistes » du monde extérieur comme le français Alexandre Adler pour qui « Hugo Chávez est un “populiste quasi fasciste” (France Culture, 3 mai 2005), un “gorille” ou un “primate” (Le Figaro, 11 mai 2005) 

« Mantuana » espagnole avec son esclave noire, XVIIIème siècle.

Vargas et Sanoja : « Bien avant l’élection de Hugo Chávez et la démocratisation progressive du champ  politique, les “singes” étaient pourtant bien là, pas encore citoyens mais déjà constructeurs de tout un pays : majorité sociale d’employés, de domestiques, d’ouvriers, de journaliers que l’historiographie de l’oligarchie ignorait systématiquement, considérant comme naturelle l’exploitation des untermenschenindigènes, métis, blancs pauvres ainsi que leur maintien dans des conditions de vie dégradantes. »

Buste du héros national, le rebelle José Leonardo Chirinos (1754-1796), Caujarao, État de Falcón, Venezuela.

Eduardo Galeano a rappelé que les premières insurrections d’Africains en Amérique Latine eurent lieu au Venezuela, lorsque se soulevèrent les mineurs de Buria (1533) sous l’impulsion du Rey Miguel. Simon Bolívar avait douze ans lorsque près de trois siècles plus tard, à deux pas de chez lui, les mantuanos exécutèrent sur une place publique de Caracas un autre rebelle : José Leonardo Chirinos, dont le corps écartelé fut exposé aux quatre coins du pays pour rappeler aux esclaves ce qui les attendait en cas de récidive. Sanoja et Vargas : « Vers la fin du XVIIIème siècle, les métis et africains réduits en esclavage totalisaient les 72% d’une population dominée par une bourgeoisie (27%) de commerçants, artisans, producteurs agricoles et des premiers métis, indigènes et noirs affranchis. Au sommet de cette pyramide, 3000 oligarques “mantuanos” de Caracas (1%) accaparaient  plus de 50% de la richesse per capita. « Comme le montrent leurs nombreuses appellations – Angola, Cabindo, Carabalí, Congo, Fuló, Wolof, Mandinga, Malembe – , les esclaves capturés en Afrique occidentale provenaient de sociétés complexes structurées autour du commerce, de l’agriculture et de l’élevage, de l’extraction minière, de la forge et de la fonte du métal. Cette « main d’oeuvre » fut enrôlée dans les mines de cuivre de Cocorote, dans l’état de  Ya­racuy, au XVIIème siècle. « Bien que la structure des grandes plantations absorba la majeure partie de cette force de travail culturellement déracinée, les traditions de la musique, de la magie et de la médecine survécurent avec une intensité qui permit aux afrodescendants de conserver leur identité sociale. Les femmes réduites en esclavage eurent une immense importance dans la vie sexuelle des maîtres de l’oligarchie coloniale et républicaine, soumises aux viols illimités, fait qui explique l’énorme population de mulâtres qui forment le secteur social des « pardos ». Les africains d’origine mandinga, réputés plus rebelles, étaient associés dans l’esprit des maîtres à la représentation du diable, comme l’est Chavez aujourd’hui. « Beaucoup ignorent que le premier drapeau brandi par Bolívar en signe de rébellion contre la couronne espagnole était un drapeau noir appelant le peuple réduit en esclavage à se rallier à la cause de l’indépendance et, par la suite, de l’Égalité. Mais si Bolivar décréta l’abolition de l’esclavage dès 1816, respectant ainsi la promesse faite aux « jacobins noirs » de Haïti à qui il devait pratiquement tout, l’exploitation de cette main d’oeuvre lui survécut. Certes les républiques « indépendantes » qui s’ensuivirent étaient faites pour « les citoyens ». Mais les afrodescendants n’étaient pas encore considérés comme « citoyens ». C’est pourquoi nombre d’entre eux répondirent à l’appel « Terres et Hommes Libres ! » du général Ezequiel Zamora (1859-1863) dont l’assassinat repoussa une fois de plus l’émancipation espérée. Jesús Chucho García (2) : “Au Venezuela l’intellectuel Arturo Uslar Pietri  réclamait une immigration européenne pour “améliorer la race et le niveau culturel , expliquant que les antillais n’avaient rien à apporter au développement de notre pays. Dès 1937, Pietri proposait à la Chambre de Commerce que le Venezuela, pour devenir un pays moderne, renonce à ses composantes indigènes et afrodescendantes. Le marxisme vénézuélien, importé d’Europe comme signe de distinction sociale, refoula lui aussi les thèmes indigènes et afrodescendants. » Mario Sanoja et Iraida Vargas-Arenas : «à partir de 1936, avec le boom pétrolier et la fin de la dictature de Juan Vicente Gómez, s’effondrèrent les relations de production de type semi-féodal qui maintenaient les paysans enfermés dans leurs ghettos. Tous ces paysans sans terre, mulâtres, indigènes et noirs se joignirent à l’embryon de prolétariat urbain rejeté à la périphérie des grandes villes, en particulier à Caracas : une population essentiellement jeune, souvent désoeuvrée, souvent obligée de recourir à la délinquance pour subvenir à ses besoins. La démagogie électorale des années 60 et 70 stimula davantage encore l’exode rural, gonflant les ceintures de misère de millions d’habitants qu’on cherchait à manipuler à travers le média politique central : la télévision, avec sa vision d’une société blanche comme modèle incontournable du « développement ». « Le boom pétrolier permit à la classe moyenne de passer d’une vie austère à un vie aisée, condition qui s’améliora encore avec la hausse du pétrole dans les années 70. C’est à cette époque aussi que la bourgeoisie de gauche comme de droite, s’autoproclama soit comme avant-garde de la révolution mondiale soit comme bouclier anticommuniste, et dans les deux cas, comme garante des intérêts populaires. « Aujourd’hui ces secteurs se sentent trahis par « leurs sujets ». Ils n’ont pas vu venir les élections de 1998 où une majorité de «singes » leur a préféré Hugo Chavez. Cette inclusion soudaine de nouveaux sujets devenus citoyens à part entière, qui proposent des lois, se forment, s’organisent, participent à la vie politique, explique la convergence de certains secteurs marxistes des années 80 avec la droite de la classe moyenne, surtout parmi les universitaires irrités de perdre le monopole du discours critique, et qui défendent leurs intérêts de classe face à l’ « insurrection des singes ».

Norma Romero

La révolution bolivarienne, elle, a rompu avec le mythe officiel du métissage en vigueur sous les gouvernements antérieurs et a promulgué en 2011 une Loi contre la discrimination raciale. Recueillant une proposition exprimée lors de la IVème Rencontre Internationale des mouvements sociaux Afrodescendants d’Amérique Latine et des Caraïbes (juin 2011), le président Chavez a également décrété en mai 2012 la création du Conseil National des Communautés Afrodescendantes dont le rôle est de «concevoir les politiques publiques et d’articuler les différents ministères pour apporter des réponses concrètes et  mettre fin aux asymétries et discriminations qui affectent encore ces communautés». Norma Romero Marín (photo) a été nommée responsable de cet organisme lancé lors d’un acte officiel dans la région de Caucagua, berceau historique de rébellions et de communes libres organisées par les esclaves fugitifs.

Semaine de l’Afrique au Venezuela (mai 2012) en présence du Vice-Ministre Reinaldo Bolivar.

Récemment c’est autour de la figure du rebelle José Leonardo Chirinos que s’est ouverte la Semaine de l’Afrique (21-25 mai 2012). Des étudiants originaires d’Afrique de l’ELAM (École Latino-Américaine de Médecine « Salvador Allende »), de l’Université Expérimentale des Forces Armées (UNEFA), ou encore les étudiant(e)s du Lycée Andrés Bello ont débattu avec le Vice-Ministre des Affaires Étrangères pour l’Afrique, Reinaldo Bolivar (photo), également créateur d’un Centre des savoirs Africains (Centro de Saberes Africanos). Parmi les thèmes abordés : le racisme encore présent dans de nombreux médias privés, l’impact de la Loi contre la Discrimination Raciale et l’analyse des contenus éducatifs. Comme ces “bourgeoisies” locales historiquement fondées sur la négation de l’Autre, les empires actuels invisibilisent, déshumanisent, via les médias, les civilisations qu’ils veulent détruire. Cette réduction de l’Autre, doté de « moins de subtilité intellectuelle, moins de richesse historique » réapparaît parfois curieusement dans la gauche occidentale (avec la puissance du refoulé colonial et sous des dehors apparemment progressistes comme la « laicité » ou les « droits de l’homme »). Le cliché souvent entendu : «Ah ! quel dommage que Chavez soit trop primaire pour comprendre que les ennemis de ses ennemis ne sont pas forcément des amis » exprime la difficulté de comprendre que l’Autre est capable de penser subtilement, d’avoir une stratégie à long terme et une Histoire assez dense pour qu’on ne le définisse pas en creux. Comment ignorer encore le mouvement profond d’une diplomatie qui procède en droite ligne de Simón Bolivar et de son projet de réunir « les trois quarts de l’Humanité » lors d’un vaste congrès à Panama (1826) pour bâtir «l’équilibre du Monde » ? Rêve multipolaire saboté par les grandes puissances de l’époque mais souvent repris depuis par les nations du Sud (Bandoeng  1955) ? Au-delà des contingences de qui gouverne chacun des États (combien de despotes ici ou là à l’époque de Bolivar, à l’époque de Bandoeng, aujourd’hui ?), la stratégie bolivarienne consiste à préparer, par des accords d’État à État, le jour où comme en Amérique Latine, et peut-être sous son influence, l’intelligence collective des peuples finira par démocratiser les institutions politiques et permettra des relations internationales enfin basées sur les principes de souveraineté, d’égalité, de respect et de coopération. Caracas accueillera le prochain sommet des non-alignés en 2015.

Jesús « Chucho » García lors d’une conférence-débat, Caracas.

Jesus « Chucho » García : « Le Venezuela fait un grand travail pour resserrer les liens avec l’Afrique: nous avons commencé à faire venir des étudiants de là-bas et à nouer toutes sortes d’accords : commerciaux, culturels, etc.. Pendant trop d’années et malgré tout ce que nous avons en commun nous avons tourné le dos à l’Afrique, au moment où l’impérialisme mène une guerre de reconquête pour s’emparer de ses ressources naturelles. Nous ne nous identifions pas pour autant à la religion afro-centrée ni à une certaine forme d’auto-ségrégation du mouvement noir états-unien. Nous sommes américains et sur ce continent américain a eu lieu un long processus d’innovation, de création. Nous ne voulons pas nous paralyser dans le temps. Notre objectif final est que nous soyons tous égaux et que l’on comprenne que le racisme fut inventé pour justifier un système d’exploitation mondiale». Auteur et traducteur : Thierry Deronne (1)  Ricardo Sanoja et Iraida Vargas,  anthropologues et historiens vénézuéliens, article ” El Origen de “Monos” y “Escuálidos”. Voir aussi http://www.dailymotion.com/video/xmi3bz_a-solas-con-dos-antropologos-venezolanos-mario-sanoja-obediente-e-iraida-vargas-arenas_news (2)  Jesús “Chucho” Garcíaintellectuel vénézuélien et fondateur/activiste du mouvement afrodescendant, auteur de nombreux ouvrages sur ce thème (http://www.globalcult.org.ve/pub/Clacso2/garcia.pdf ) URL de cet article : https://venezuelainfos.wordpress.com/2012/05/26/afrique-mere-patiente-de-la-revolution-bolivarienne/

Le droit à la retraite : modèle vénézuélien contre modèle grec, par Jesse Chacon

Dans la première semaine d’avril, une nouvelle a secoué le monde entier. Dimitris Christoulas, pharmacien à la retraite de 77 ans, se suicidait d’un tir dans la tête face à une multitude sur une place d’Athènes. Dans sa poche et chez lui, il laissait une lettre où il disait:

« … Le gouvernement Tsolakoglou a anéanti toutes mes possibilités de survie, qui se basaient sur une pension très honorable que j’ai payée seul pendant 35 ans sans aucune aide de l’Etat. Et comme mon âge avancé ne me permet pas de réagir d’une façon dynamique (quoique si un compatriote grec devait se saisir d’une Kalashnikov, je m’empresserais de le suivre), je ne vois pas d’autre solution que de mettre fin à ma vie dignement, ce qui m’épargne d’avoir à fouiller les poubelles pour assurer ma survie. Je crois que les jeunes sans avenir vont prendre les armes un jour et ils pendront les traîtres de ce pays sur la Place Syntagma, exactement comme les Italiens l’ont fait pour Mussolini en 1945 ».

La mort tragique de Dimitris, plus qu’une attitude d’impuissance et de frustration telle que l’a présentée la presse internationale, représente un fait politique de résistance et de dignité, qui s’ajoute à la mobilisation de milliers de grecs qui aujourd’hui prennent les places d’Athènes pour protester contre le paquet drastique d’ajustements néo-libéraux que le gouvernement impose sous l’exigence du pouvoir financier et technocratique européen.

En Grèce depuis le début des mesures d’austérite gouvernementale prises en 2010 les allocations de retraite ont été diminuées d’environ 15 %  et celles de plus de 1.200 euros ont été réduites de 20 % de plus. Des citoyens qui ont cotisé, épargné toute leur vie, patiemment, pour jouir de la tranquillité dans leur vieillesse, découvrent aujourd’hui que tout s’écroule, que leur argent n’existe pas, que d’autres l’ont dépensé ou mal investi dans les ballets de titres qui se sont évaporés avec la crise financière déclenchée depuis 2008.

La sécurité sociale, et notamment la protection de la vieillesse, est une institution enracinée socialement depuis de nombreux siècles, et a surgi comme une pratique solidaire générée par la préoccupation pour les invalides ou face aux incertitudes du lendemain. Après la deuxième guerre mondiale et la déclaration formelle des droits humains en 1948, la sécurité sociale se déploie dans une structure de normes internationales et nationales qui en fait un droit formel; les états nationaux créent des structures prévisionnelles et de sécurité sociale et, au sein de celles-ci, des fonds de pensions, lesquels garantissaient une retraite pour les travailleurs à travers leur épargne.

Mais dans la décennie des années 70, la voracité néo-libérale a détruit le sens solidaire de cette institution et l’a convertie en un butin, cédant la place à la privatisation des fonds de pension. Ces fonds sont alors gérés non plus par des sécurités sociales publiques mais par des fonds privés de pension.

La bouchée succulente de l’épargne populaire commence à remplir les coffres du capital financier. Celui-ci sans perdre de temps se met à investir ces fonds dans des titres et dans d’autres investissements douteux à l’extérieur. Au Chili par exemple en 2008, selon des données du Centre National de Développement Alternatif (CENDAS), “95,2 % des fonds investis à l’extérieur l’étaient sous rente variable, dans des pays fortement touchés par la crise et dans des instruments à haut risque. Depuis le début de la crise, le 25 juillet  2007 et jusqu’au 30 septembre 2008, les fonds de pensions avaient perdu 20,37 millions de dollars actuels, ce qui équivaut à une perte de 18.97%”. Tout ceci incombe aux Administrations des Fonds de Pensions (AFP) privés, qui jouent et perdent l’argent des personnes âgées, tout en se présentant au monde comme des experts en efficacité.

Le crédo capitaliste néo-libéral qui s’appuie sur le discours de Hayek et de Fridman, détruit la solidarité comme valeur et rend hégémonique une nouvelle anthropologie basée sur l’égoïsme et sur l’utilitarisme; cependant, de manière répétée, son modèle échoue et sa nature apparaît au grand jour : un système de de gangsters voué à la dépossession, au vol déguisé, destiné à augmenter la richesse de ceux qui sont déjà riches, très riches.

Mais il existe une alternative pour construire la société et la vie, il est possible de construire la société à partir d’idées socialistes, il est possible de récupérer la solidarité comme cœur des relations sociales et de construire des politiques qui garantissent le bien-vivre et le bonheur social.

Au Venezuela, après la mise en échec du modéle néo-libéral par l’insurrection populaire, lors de la révolte du caracazo (1989) et les soulèvements civico-militaires de 1992, cette alternative socialiste a été validée par des réalisations tangibles. Les fonds de pensions ont été préservés comme faisant partie du secteur public et l’État national est redevenu le garant de ces droits. Pendant ces 12 ans de gouvernement bolivarien le nombre de pensionnés a augmenté, passant de  211.040 en 1998 à 1.544.856 en 2010 (voir graphique).

L’Europe subit une crise qui est le produit de la dure recette néo-libérale d’austérité et de privatisations;  le Venezuela avance en tissant son futur sur la base de la solidarité et des idées du socialisme.

Jesse Chacón

Director GISXXI

http://www.gisxxi.org

Traduction : Thierry Deronne, pour http://www.venezuelainfos.wordpress.com

Original en espagnol : http://www.gisxxi.org/articulos/la-pension-un-apetecido-bocado-para-el-capital-financiero-jesee-chacon-gisxxi/

LE LOGEMENT AU VENEZUELA : droit ou marchandise ?

samedi 11 juin 2011

La vaste Mission Logement Venezuela récemment lancée par le gouvernement bolivarien, a suscité des réactions abondantes et divergentes dans la population. Alors que des centaines de milliers de citoyen(ne)s se sont rendus massivement aux points d’inscription sur les places publiques, réaffirmant leur participation à cette mission, la droite vénézuélienne parie sur l’échec de cette initiative de politique sociale du gouvernement.

Parmi ses arguments, il y a “l’inviabilité” de cette mission. C’est le même argument qu’elle a utilisé il y a une décennie contre les objectifs ambitieux de réduire la pauvreté, de garantir la santé et l’éducation que proposait le premier plan de développement de la nation. Ceux-ci sont aujourd’hui des réalités palpables, validées non seulement par le peuple vénézuélien comme principal bénéficiaire mais aussi par les organismes internationaux de référence et par le cadre normatif dans la protection de ces droits formé par l’ONU, l’UNESCO, l’Organisation Mondiale de la Santé, entre autres.

Aujourd’hui, malgré le rejet de ces politiques par l’opposition, la population opte avec enthousiasme et espoir pour une stratégie qui renoue avec l’obligation politique et morale d’un état qui construit des garanties et prend sur lui la grande dette sociale que l’élite bourgeosie a toujours invisibilisée.

Le rêve social et cette espérance se reflètent dans notre enquête de mai 2011. 74.3 % des vénézuéliens considèrent que cette mission contribuera à la solution du problème du logement. Ce chiffre monte à mesure qu’on descend dans les classes sociales. Les chiffres vont de 78.4 % dans la classe D, à 76.9 % dans la classe E. La “mission logement” reçoit son plus grand appui parmi les jeunes avec un taux de 79,9 %.

De la même manière 63.5 % de la population croit que le gouvernement respectera ses engagements de construire ces logements. Ces fortes attentes sont plus grandes dans la classe D (65,5 %), la classe E (70,1 %) et la jeunesse (66,9 %).

Question : pourquoi l’opposition vénuézélienne commet-elle de nouveau l’erreur d’affronter une politique qui approfondit la qualité de vie de la population ?

Nous croyons que trois éléments expliquent cette réaction :

1. – La culture égalitaire va contre la logique culturelle de la distinction bourgeoise. L’opposition est l’expression politique de cette élite qui pendant 50 ans au gouvernement a fait preuve d’avarice, accaparant la rente pétrolère alors que les exclus ne trouvaient pas d’espace dans la ville. Cette élite n’a pas construit un tissu industriel capable d’absorber l’immense vague de migrants ruraux et n’a pas permis une appropriation ordonnée des espaces urbains par cette population émigrée. La construction sociale de l’espace a été le produit de la lutte des habitants, qui a tourné à leur désavantage en les repoussant dans les cordons de quartiers populaires et les a obligés á développer des processus d’urbanisation en zone inapte et avec des matériels inadéquats.

La bourgeoisie a joui culturellement de cette ségrégation et de cette différenciation car la distinction spatiale a élevé son status comme élite. C’est comme cela qu’ont surgi les “hauteurs” pour les pauvres et les “collines” pour les riches. Ce fut sans aucun doute une inversion morale propre du capitalisme :se sentir bien quand on est différent et qu’on a plus, tandis que d’autres n’ont rien.

2. – L’inexistence dans le camp de l’opposition, d’un programme alternatif politique et social différent de la recette néo-libérale qui a été rejetée par la mobilisation sociale de 1989, la mobilisation militaire de 1992 et par la mobilisation électorale de 1998. Faute de programme, l’opposition n’a pu que parier sur l’échec du processus bolivarien comme possibilité de prendre le pouvoir pour des secteurs méprisés et politiquement exclus. A chaque fois cette stratégie s’est révélée désastreuse pour eux car les bases populaires ont trouvé dans la proposition bolivarienne la dignité historique qui leur a toujours été refusée.

3. – La politique de création de garanties face au problème du logement qu’assume le gouvernement bolivarien, déstructure le logement comme marchandise, comme valeur d’échange et lui rend le statut de valeur d’usage lié à “l’être” plus qu’à “l’avoir”. En définitive, on brise la logique capitaliste du logement comme marchandise qui génère un excédent financier. On transforme le logement en un droit véritablement réalisable et réalisé, un droit qui va au-delà du formalisme annoncé dans la constitution et dans la déclaration de Vancouver, signée par l’Etat vénézuélien pour garantir le logement comme droit.

On connaît bien la phrase “le droit au logement ne peut être réalisé que dans le socialisme”, phrase qui a été vue comme un simple slogan de l’orthodoxie marxiste ; cependant on constate dans la réalité sociale que la bourgeoisie immobilière est par nature une bourgeoisie profondément financière, qui ne voit pas le logement comme une nécessité sociale mais comme un négoce hautement lucratif.

Sa voracité n’a pas seulement converti le logement en un bien positionnable sur le marché afin d’augmenter ses bénéfices, mais l’a conditionné à des offres sophistiquées qui ont engendré des pratiques usurières. La bourgeoisie a offert des crédits basées sur des formules d’intérêt mixte, sur des crédits indexés qui ont pillé les poches des vénézuéliens. C’est dans la nouvelle société qui se construit sur la base de critères socialistes que sont démontées ces pratiques d’usure, et qu’on a réussi à protéger des milliers de débiteurs.

Ensuite les entreprises financières et immobilières ont forcé des milliers de familles à subir l’escroquerie des préventes, des ventes sur plans jamais concrétisés, jamais remis. De nouveau c’est la révolution qui fut appelée à démanteler ces escroqueries et à protéger les victimes.

Toute cette impulsion politique qui situe le logement sur le plan du droit social, en lui retirant son signe mercantile, va requérir un haut niveau d’efficacité dans l’exécution des politiques du Gouvernement Bolivarien.

Le succès de cette mission consolidera la connection du peuple vénézuélien avec un processus qui l’a sorti des oubliettes auxquelles l’ont jeté 50 ans de farce démocratique. Son échec engendrera un climat de frustration qui éloigne les plus nécessiteux de leur unique voie vers le paradis : la révolution !

Aujourd’hui plus que jamais nous avons besoin de l’efficacité révolutionnaire.

Jesse Chacón Directeur de la Fondation GISXXI

http://www.gisxxi.org/

Traduction (FR) : Thierry Deronne, pour www.larevolucionvive.org.ve